Le deal à ne pas rater :
Sélection d’ebooks gratuits en français proposée par La Fnac
Voir le deal

Partagez
 
 
 

 et si demain, tout s'arrêtait. w/ mikrokosmos.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
character whore.
character whore.
Féminin MESSAGES : 394
INSCRIPTION : 23/02/2017
ÂGE : 21
RÉGION : to neverland.
CRÉDITS : solsken (ava) // ASTRA (signa) + AILAHOZ (icons)

UNIVERS FÉTICHE : réel.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t139-ocean-eyes-blop https://www.letempsdunrp.com/t3244-supermarket-recherche-par-lune https://www.letempsdunrp.com/
Pigeon

et si demain, tout s'arrêtait. w/ mikrokosmos. Empty

Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
le verdict est sans appel : demain, la terre cessera d'être, et vous ne faites pas partie des chanceux qui ont suffisamment d'argent pour être en sécurité. pour continuer à vivre, sans la moindre certitude de connaître un autre matin après celui à venir. que ferez vous, pour votre dernière journée ?

Contexte provenant de cette recherche



en reconstruction.
Revenir en haut Aller en bas
 
character whore.
character whore.
Féminin MESSAGES : 394
INSCRIPTION : 23/02/2017
ÂGE : 21
RÉGION : to neverland.
CRÉDITS : solsken (ava) // ASTRA (signa) + AILAHOZ (icons)

UNIVERS FÉTICHE : réel.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t139-ocean-eyes-blop https://www.letempsdunrp.com/t3244-supermarket-recherche-par-lune https://www.letempsdunrp.com/
Pigeon

et si demain, tout s'arrêtait. w/ mikrokosmos. Empty


baek
seungho

J'ai 24 ans et je vis à busan, en corée du sud. Dans la vie, je suis libraire et étudiant et je m'en sors assez mal, franchement. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien ?

@mikrokosmos


avatar :copyright:️ fayrell
ferme les yeux, seung-ho. calme-toi, n’y pense pas. la peur le gardait éveillé, seung-ho. il ne pouvait fermer l’oeil en sachant que dans 24 heures, il allait mourir, cesser de vivre. 24 heures et la terre allait être frappé par une pluie de météorites et détruire toute vie humaine. du moins, toute vie humaine qui n’avait pas eu l’argent pour se sauver les fesses. et lui, qui n’était qu’un pauvre libraire remplit de dettes étudiante, il n'avait pas les moyens de sauver sa vie. c’était impossible de ramasser autant d’argent en si peu de temps, alors il s’était dit qu’il allait essayer d’en profiter le plus possible, de passer ses derniers jours à voyager, mais le chaos s’était déchaîné dans les rues de busan après les nouvelles et c’était impossible de sortir à l’extérieur sans se faire attaquer. seung-ho, il avait essayé de rester calme, de ne garder que des pensées positives, mais lorsqu’on est entré dans son appartement, qu’on lui a volé tout ce qu’il avait, il a perdu tout espoir. il allait mourir, putain. il avait pris peur, seung-ho. et il ne savait plus quoi faire, maintenant qu’il n’avait plus rien dans son appartement, où est-ce qu’il allait aller?

alors, il avait commencé à paniquer. seung-ho n’était pas au meilleur de sa forme lorsqu’il était sous pression, lorsqu’il était anxieux. il avait passé les deux premières journées à perdre la tête, dans son appartement détruit. il tournait en rond, affaibli par le manque de nourriture et d’eau. il pensait réellement mourir à ce moment-là, jusqu’à ce qu’il se décide à se réveiller, à sortir, à essayer de vivre. du moins, pour le restant des jours qui lui restait. alors, il avait ramassé son sac et avait posé le pied à l’extérieur, pour la première fois depuis l'annonce. ce qu’il voyait le rendait malade. il ne pouvait voir que de la désolation et de la destruction, une scène digne des plus grands films d’hollywood. il avait commencé à marcher dans les rues de busan, passant dans les commerces, dans l’espoir d’y trouver quelques précieux items, comme de la nourriture ou de l’eau, mais presque tout était disparu. seung-ho n’avait pensé à sortir de son appartement durant les premiers jours suivant les nouvelles. il savait que ça allait être trop dangereux pour lui, qui était pas fan de ce qui était violence. et fallait s’avouer que ça avait pris quelques jours à seung-ho pour réellement comprendre l'ampleur de ce qui arrivait. c'était si peu... réel ? il s’attendait presqu’à se réveiller d’une minute à l’autre.

il avait parcouru la ville pendant un bon moment avant que ses pieds ne l’emmène devant la librairie où il avait travaillé pendant des années. pourquoi il n’y avait pas pensé avant ? il ne pouvait répondre à sa propre question, mais son coeur s’était serré lorsqu’il avait prudemment posé les pieds dans l’immense librairie. elle était vide, au premier regard, mais il ne pouvait être certain. on aurait dit qu’une tornade était passé dans le bâtiment, avec les étagères brisées, les centaines de livres sur le sol, les fenêtres brisées, les débris sur le sol, c’était un vrai cauchemar. seung-ho avait inspiré avant de ramasser un bâton du sol, commençant à vérifier qu’il était bel et bien seul dans l’immeuble. ça lui avait pris un moment à regarder dans tous les recoins, mais il avait été soulagé lorsqu’il avait finalement fini l’exploration de la librairie. il était bel et bien seul et il ne pouvait être plus heureux.

depuis ce moment, il avait adopté le bâtiment comme son nouvel ‘appartement’, jusqu’à ce matin, la dernière journée avant la fin du monde. la dernière journée qu’il avait à profiter avant de voir de ses propres yeux la destruction de la terre. incapable de fermer l’oeil, il était monté sur le toit, pour en profiter à voir le soleil se lever. c’était réellement la dernière fois qu’il allait voir le soleil se lever, mais ça ne passait pas vraiment dans sa tête. il avait passé du temps sur le toit, avant de finalement décider de descendre pour continuer à essayer de tout nettoyer. il ne pouvait rester debout à ne rien faire, c'était la seule manière qu'il avait trouvé pour ne pas craquer et paniquer. alors, il avait de nouveau attraper le bâton qu'il avait trouvé lorsqu'il était arrivé la première journée, puis il était descendu prudemment avant de figer, en entendant des pas qui s'approchait de l'endroit où se tenait. son coeur avait commencé à battre à toute vitesse et il avait élevé l'objet qu'il tenait dans ses mains, prêt à l'action... ou pas. pour être franc, il n'avait pas le courage de frapper quelqu'un. la preuve ? il tremblait de tout son corps et n'allait pas tarder à échapper le bâton qu'il avait dans les mains.




en reconstruction.
Revenir en haut Aller en bas
 
mikrokosmos
mikrokosmos
Féminin MESSAGES : 2209
INSCRIPTION : 11/02/2017
ÂGE : 26
RÉGION : Poitou-Charentes
CRÉDITS : masayume (avatar); mon ami tumblr (gifs) + moi-même (sign)

UNIVERS FÉTICHE : Réel, fantastique, science-fiction !
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t55-badum-tss#111 https://www.letempsdunrp.com/t3230-j-ai-pas-d-idee-de-titre-lalala https://www.letempsdunrp.com/t250-journal-d-une-princesse https://www.letempsdunrp.com/t61-schyzophrenie-aigue-de-dreamy
Luigi

et si demain, tout s'arrêtait. w/ mikrokosmos. Empty


park
jiyoung

J'ai 23 ans et je vis à busan, en corée du sud. Dans la vie, je suis étudiante et interne en médecine et je m'en sortais bien, jusqu'à ce que la fin approche. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal maintenant.




lee ji-eun (IU) :copyright:️ HOODWINK
son sac sur l'épaule, elle court, dévale les rues sans regarder derrière elle, enchaîne les virages sans trop savoir où elle se dirige, sans même faire attention aux rues désertes et ravagées comme par la guerre. mais c'était pire que la guerre, pire que tout ce que le pays - le monde - avait pu traverser. et alors qu'elle s'accroupit dans le renfoncement d'une ruelle, jiyoung, elle ferme les yeux, prie un dieu en lequel elle n'a plus la force de croire, pour qu'ils ne la trouvent pas. pour pouvoir tenir le coup, au moins jusque demain. elle gémit de douleur en constatant qu'un de ses pieds nus avait été écorché par un morceau de verre, n'ayant pas même eu le temps de mettre des chaussures en sortant de chez elle. l'urgence de la situation lui a tout de même laissé la lucidité nécessaire pour emporter avec elle son sac, contenant à peu près tout ce qui lui serait utile, tout ce qui lui était cher.

elle se souvenait encore de ce moment où la nouvelle avait été annoncée aux informations, alors qu'elle rejoignait la salle d'attente de l'hôpital de busan pour accueillir un patient. les murmures comme un bourdonnement, tandis que toutes les têtes étaient tournées en direction de la télévision qui a troqué ses habituelles émissions de divertissement et autres dramas pour laisser la place à une annonce bien plus solennelle, bien plus sombre. la planète allait traverser une crise sans précédent. et peu seraient ceux qui s'en sortiraient indemnes. les plus chanceux, évidemment, ou du moins les plus fortunés.

tout cela lui avait semblé être un rêve, un cauchemar dont elle pourrait bientôt se réveiller. après tout, cela semblait si absurde, digne d'un scénario de film, probablement une blague de mauvais goût. et probablement que beaucoup pensaient comme elle, jusqu'à ce qu'aient lieu les premiers pillages. les routes qui menaient à la sortie de la ville encombrées de voitures, de familles prenant la fuite pour aller quelque part, n'importe où, n'importe où où ils se sentiraient en sécurité. certains partaient pour rejoindre leurs familles. jiyoung, elle, n'avait pratiquement personne à rejoindre chez elle, sa grande maison souvent désertée par ses frères et son père pour différents séjours d'affaires. puis ils étaient rentrés, et c'est lorsque son père a annoncé qu'ils devraient bientôt partir pour se mettre à l'abri que la brune, elle a réellement saisi l'ampleur de la situation. qu'elle a vraiment compris que tout cela était réel, et que bientôt, le ciel leur tomberait littéralement sur la tête.

et qu'est-ce qui les attendait, après ? tout semblait si flou dans son esprit, que si ses frères étaient déjà prêts à partir, jiyoung, elle, n'avait toujours pas commencé son sac, préférant continuer d'aller à l'hôpital pour soigner les nombreuses victimes collatérales du chaos de l'extérieur. faire son sac, avec quoi dedans ? de quoi aurait-elle besoin une fois que la terre aura été en partie détruite ? qu'est-ce qui lui garantissait que leur abri serait vraiment sécurisé, qu'ils n'allaient pas tous mourir dans un sous terrain, sans avoir pu voir le ciel une dernière fois ? elle avait trop de questions, la poupée aux grands yeux noirs, et peut-être que c'est pour ça que le destin l'a mise sur la route de cette jeune femme. le ventre arrondi et les larmes qui perlaient sur ses jours, sans interruption. des larmes de terreur, de colère envers le monde, de désespoir. elle devait accoucher dans deux mois. et jiyoung, pour la première fois, avait l'esprit clair depuis l'annonce de la fin du monde. du moins, du monde tel qu'ils le connaissaient.

elle se souvient encore des hurlements de son père, quand il avait appris sa décision de ne pas venir avec eux. de ses propres cris, quand elle l'a empêché de retrouver cette femme à qui elle avait donné sa place. jiyoung, elle était en paix. elle avait fait ce qu'elle aimait le plus, à savoir sauver des vies. deux, en échange de la sienne.

ils sont partis une semaine avant le jour J, sans un regard, sans un adieu, rien, la laissant seule au milieu de leur maison, au cœur de tout ce luxe qui ne lui servirait plus à rien. et elle a tenu bon, la poupée, tenu quelques longues heures avant de se mettre à pleurer.

et maintenant ? elle n'avait plus de travail, plus d'amis, la ville était quasiment désertée, les familles cloîtrées, attendant le moment fatal où ils verraient percer dans l'atmosphère les premières traces de cette pluie qui s'abattrait sur la planète. personne ne savait où elles allaient frapper, à quelle force, qui serait épargné. mais une chose était sûre, les chances de survie étaient moindres, et jiyoung, elle préférait s'attendre au pire. d'abord, elle avait eu un peu d'espoir, préparant un sac avec quelques vêtements, son matériel de médecin, et autres babioles qui lui étaient précieuses. puis, le sac avait fini abandonné dans son entrée. peu à peu, elle a alors laissé derrière elle l'espoir, cédant à la résignation.

jusqu'à ce qu'ils arrivent.

elle était dans sa chambre, jiyoung, quand elle a entendu la porte arrière de sa maison, vitre brisée, bruits de pas faisant peu à peu irruption chez elle. du haut des escaliers, accroupie, elle distinguait les quelques silhouettes qui, armes en main, commençaient déjà à fouiller dans les tiroirs de la salle à manger, dérobant l'argenterie de sa mère, retournant les tableaux à la recherche d'une quelconque cachette à objets précieux. ils ne trouveraient rien, son père avait déjà pris le plus important, mais elle savait mieux que personne de quoi ces hommes étaient capables, ayant soigné de nombreuses victimes de leurs frasques.

si elle ne sortait pas d'ici, et vite, elle serait la prochaine sur la liste, et elle se doutait qu'ils ne seraient pas tendres avec une "privilégiée", une de ces gamines qui habitent dans les beaux quartiers de la ville.

elle a donc attendu qu'ils soient dans la cuisine, hors de la vue des escaliers et de l'entrée, pour dévaler les marches à pas de loup et se diriger vers la sortie. mais les hommes ont bien vite compris qu'ils ne trouveraient rien dans la cuisine, et rapidement, l'un d'entre eux la remarqua, s'élançant dans sa direction. et la brune, elle a juste eu le temps d'attraper le sac qui traînait encore dans l'entrée, avant de pousser la porte avec fracas pour disparaître dans les rues de busan.

et elle était là, prostrée dans cette ruelle, grimaçant de douleur lorsqu'elle se redresse après celui qui lui a semblé être une éternité. elle espérait qu'ils soient partis, mais ne pouvait pas rester à découvert. puis elle devait désinfecter son pied, la coupure semblait assez profonde. alors elle se redresse, jiyoung, quitte la ruelle pour avancer, laborieusement. la plupart des bâtiments étaient ravagés, ou condamnés. revenir à la maison ? trop risqué, peut-être étaient-ils encore là.

elle avance depuis dix minutes quand un bruit derrière elle attire son attention. un groupe, ils étaient plusieurs, et ils couraient. sans trop réfléchir alors, jiyoung, elle pousse la première porte qu'elle trouve, pour terminer dans une librairie. cachée derrière une étagère, elle attend, souffle court, mains crispées autour du meuble. puis finalement elle se redresse, inspecte ses mains, baisse les yeux sur ses vêtements. réveillée par les pillards, elle était encore en pyjama, tee shirt ample qui tombait sur ses hanches et sur un short. il fallait qu'elle s'assoit, et qu'elle s'occupe de son pied. alors avec précaution, elle avance vers le fond de la librairie, silence pesant dans les lieux alors qu'elle cherche un coin en retrait où se poser avec son sac. et c'est alors qu'elle fait un virage en titubant entre deux sections de livres, qu'elle voit deux yeux posés sur elle, bâton levé dans sa direction, et elle chute, jiyoung. lâche son sac alors que son dos s'écrase contre la caisse de la librairie, et qu'elle termine sur le sol, bras levés devant elle. les mots s'étranglent dans sa gorge. elle a peur. mais c'est quand elle voit qu'aucun coup ne vient qu'elle se risque à relever les yeux vers le jeune homme. qui semble aussi terrifié qu'elle.

« i'll... i'll go outside.. qu'elle commence en balbutiant, baissant les yeux sur son sac tombé à un mètre d'elle, puis sur son pied dont la blessure semblait s'être d'avantage ouverte sous le choc de sa chute. du sang traînait sur le sol, et elle avait mal. i'm sorry.. i didn't think there would be anyone here. i promise.. » finit-elle enfin par dire, les poings serrés contre elle pour contenir ses tremblements liés à la peur et la douleur.


les recherches sans idées fixes de bibi


as long as we got each other, nothing can stop us.
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


et si demain, tout s'arrêtait. w/ mikrokosmos. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
et si demain, tout s'arrêtait. w/ mikrokosmos.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une nuit qui prend tout son sens [Hentaï PV Kaine] [Terminé]
» Il était une fois la légion [DVDRiP]Guerre
» Hentaï
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers science-fiction :: Survival/Apocalyptique-
Sauter vers: