Le Deal du moment : -17%
TOSHIBA 43UA3A63DG TV 4K UHD – 43″
Voir le deal
305.99 €

Partagez
 
 
 

 I want you to want me [Milo & Nikolaas]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15, 16  Suivant
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2140
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Luigi

I want you to want me [Milo & Nikolaas] - Page 14 Empty


Nikolaas Gransderg
J'ai 27 ans et je vis à Amsterdam, Pays-Bas. Dans la vie, je suis prostitué et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma décision, mon envie vis à vis de mon boulot, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

Il se prostitue depuis l'âge de 16ans. Il se fait appeler Azur pour protéger sa vie privée de ses clients. Il a eu un proxénète pendant quelques années mais ce dernier lui piquait trop d'argent. Il loue désormais une vitrine et une chambre à son compte dans le quartier rouge et il s'en sort plutôt bien ainsi.  


Lucky Blue Smith :copyright:️ sweet disaster

Heureusement il ne resta pas dans la chambre. Je l'entendis aller dans la cuisine pendant que je lui tournais le dos. Je préférais l'éviter, c'était plus simple. Je n'étais pas certain d'avoir le courage de partir ce matin si je le voyais.

Je m'habillais rapidement avant d'aller le rejoindre dans la cuisine. Il fallait que j'avale au moins quelque chose avant de partir. J'étais déjà fatigué à cause de ma courte nuit. Je n'allais pas tenir toute la journée et toute la nuit si je ne prenais pas un minimum de forces là tout de suite.

J'évitais son regard alors que j'allais me servir une tasse de café. Il m'avait préparé des oeufs, mais rien que de les voir j'avais la nausée. Il fallait que je parte le plus rapidement possible. Ca devenait vitale.

« Reste. »

Non... pas ça... tout mais pas ça... il avait toujours été compréhensif là dessus. Il avait toujours compris qu'il fallait que j'aille travailler. C'était ce qui permettait de rendre notre cohabitation supportable. Il ne m'avait jamais fait ça... et je ne pouvais pas le supporter....

« Enfin... Ce serait bien que tu restes... Des clients friqués y'en a plein et... T'es pas obligé d'y aller aujourd'hui... Si ? »

Il fallait qu'il arrête... tout de suite... ça faisait beaucoup trop mal... Il n'avait pas le droit de me faire ça. Il était resté en sachant ce que je faisais. Alors il n'avait pas le droit. Pas maintenant. Pas alors que c'était si dur déjà de partir.

« Non, oublie ce que j'ai dit. C'est idiot. Laisse tomber, c'est égoïste. »

Et comment pouvait il croire que j'oublierais ce qu'il venait de me dire? C'était trop dur... c'était... un coup de poignard en plein coeur. Ca faisait trop mal, beaucoup trop mal... je voulais pleurer mais je ne pouvais pas.. pas devant lui... pas alors que je devais partir travailler...

- Et après ça sera quoi Milo...? Je n'y vais pas aujourd'hui... et demain... et les autres jours...?

Je le regardais durement, c'était la seule solution pour ne pas craquer. Je devais rester comme ça, dur et froid. Ne pas céder à la douleur... surtout pas...

- Je te l'ai déjà dit Milo... tomber amoureux d'une pute ce n'est pas une bonne idée. Ca finit toujours mal.

Je reposais ma tasse sur la table avant de récupérer mes affaires pour partir. Je claquais la porte derrière moi, descendant les escaliers en courant presque. Non je n'avais pas le droit de pleurer. Il ne fallait surtout pas que le clien le voit. Ca ne passerait pas. Je devais me reprendre. C'était mon boulot après tout.

***

Une heure plus tard j'avais réussi à me reprendre assez. Marcher m'avait fait du bien. J'avais essayé de ne pas penser. Ne surtout pas penser à Milo. Milo et la nuit qu'on avait passé ensemble. Milo qui était resté dans l'appartement, seul... Milo... Milo qui m'avait demandé de rester... Non je n'y penserais pas. J'irais faire mon boulot.

J'étais donc là à frapper à la porte de son hôtel. Je tenais mon sac avec toutes mes affaires dans mes mains. Je m'étais recomposé une expression plus ou moins neutre. J'arrivais même à sourire, de ce sourire aguicheur que j'employais toujours avec les clients.

Il ne tarda pas à m'ouvrir, souriant lui aussi en me voyant sur le pas de sa porte. Il me fit entrer, me pinçant au passage la fesse. Je ne dis rien, le laissant faire. Il avait le droit après tout. Il payait pour ça.

"Bon... ne perdons pas de temps. Ce n'est pas souvent que j'arrive à me payer le luxe de passer du temps avec toi. Alors allons y. Je n'ai que jusqu'à demain matin et je veux en profiter."

Je hochais distraitement la tête, posant mes affaires dans un coin de la pièce. Je commençais à me déshabiller alors qu'il m'expliquait brièvement le programme de ces prochaines 24h. En gros du sexe, du sexe, et pour couronner le tout un peu de sexe. Il s'approcha de moi pour regarder mes affaires et sélectionna un string parmis ceux que j'avais. Je l'enfilais rapidement avant de le rejoindre.

Je ne savais pas comment il avait fait pour trouver une croix, encore moins comment il avait réussi à la faire installer au milieu de sa chambre d'hôtel. Il avait les moyens après tout. Il pouvait tout se permettre, à part réussir à s'échapper très longtemps loin de sa femme.

"On va commencer par ça. Ca fait longtemps qu'elle me fait de l'oeil celle là et que je veux l'essayer avec toi. Allez va te mettre dos à elle que je t'attache."

Je fis un pas vers la croix avant de me figer.

- Non...

J'avais parlé dans un souffle, regardant d'un air choqué la croix qui m'attendait.

"Quoi? Allez ne fais pas l'enfant. Va t'installer. Je te l'ai dit je n'ai pas beaucoup de temps."

Je reculais de quelques pas alors qu'il avait pris ma main pour m'attirer vers la croix.

- Non... je ne peux pas... je ne peux plus faire ça...

Je secouais la tête, des larmes commençant à perler doucement à mes yeux. Je continuais de fixer cette croix, horrifié mais incapable de détacher mes yeux d'elle.

"Azur... arrête de déconner. Viens t'installer là et tout de suite."

Son ton commençait à monter. Il n'avait pas l'habitude qu'on lui résiste, encore moins moi. Je m'étais toujours montré docile, répondant gentiment à la moindre de ses requêtes. Mais aujourd'hui je ne pouvais plus... je ne pouvais plus.

Je me détournais pour retourner dans l'entrée et récupérer mes affaires, commençant à me rhabiller à gestes fébriles.

- Je suis désolé... je peux te donner le numéro de quelqu'un d'autre si tu veux... quelqu'un qui pourra venir rapidement. Mais là je ne peux pas. Je...

Je ne l'avais pas vu venir. Je m'étais redressé après avoir enfilé mon pantalon. J'avais vu son poing foncer vers mon visage, mais trop tard, juste un instant avant qu'il ne me frappe. C'était la première fois que je le voyais perdre son calme comme ça. Mais c'était aussi la première fois que je me refusais de lui. Je tombais au sol sous la violence du choc. Je le fixais, encore plus choqué que lorsque je fixais la croix un peu plus tôt. J'avais peur... pour la première fois depuis très longtemps j'étais terrifié par un de mes clients. Et lui aussi semblait horrifié par ce qu'il venait de faire.

"Azur... je... je suis désolé."

Je profitais de son moment de faiblesse pour récupérer mes affaires et sortir en courant de la chambre d'hôtel. J'étais à moitié à poil, ma lèvre pissait le sang, mais je ne pouvais pas rester ici un instant de plus. Il fallait que je fui...

***

Je marchais à nouveau longtemps. Je ne savais pas vraiment où j'allais. J'étais beaucoup trop perdu pour ça. Mon cerveau devait pourtant marcher un minimum car je finis par arriver devant chez Agathe. Il m'était resté au moins ça de conscience, au moins ça qui fonctionnait mais le reste...

Je me souvenais juste de m'être effondré en pleurs dans les bras de la jeune femme, répétant sans cesse la même chose.

- Je peux plus... je peux plus le faire... j'y arrive plus...

Je me souvenais vaguement qu'elle avait attiré dans son appartement. On s'était peut être installé sur son canapé. Peut être... Tout était flou. Je me souvenais que j'avais pleuré. Enormément pleuré. Avant de sombrer...

***

Il était quasiment dix sept heures quand j'avais émergé sur le canapé d'Agathe. Je m'étais redressé, grimaçant à cause de ma position fort peu confortable. Elle ne tarda pas à me rejoindre, me portant une tasse de thé et s'asseyant à côté de moi. Je plongeais mes lèvres dedans avant de grimacer de douleur. Ah oui... ma lèvre explosée... je la sentais sous mes doigts.

"Bon... tu vas me dire ce qui s'est passé? Pourquoi tu es arrivé chez moi en pleurs, le lèvre explosée et la joue bleue? Et surtout pourquoi tu n'es pas entrain de t'occuper de ton vieux plein de fric. Je t'écoute."

Je tentais à nouveau ma chance avec la tasse de thé, tentant de boire un peu plus prudement cette fois.

- On a passé la nuit ensemble avec Milo... c'était... c'était comme ça aurait du l'être à chaque fois... c'était pas juste du sexe...

Je baissais les yeux sur ma tasse, cherchant à éviter son regard alors que je la sentais entrain de me juger.

- Je... je crois que je n'y arriverais plus... J'étais là... dans cette chambre d'hôtel... comme je l'ai toujours fait... Je fixais cette croix et... Je pensais à lui... Et je me sentais mal... Parce que je ne voulais pas lui faire... Je pouvais pas faire ça en sachant que ça lui faisait tellement de mal... Et je voulais pas... je voulais pas être avec un autre que lui...

Je l'entendis soupirer, puis reposer sa tasse sur la table basse. Je n'osais pas la regarder mais je savais qu'elle me fixait durement.

"Ca devait arriver tu sais mon chéri. On essaye de se dire qu'on a pas le droit d'aimer. On se barricade contre tout et tout le monde, parce qu'on a pas le choix. Mais un jour... y'en a toujours un pour réussir à franchir la barrière."

Et elle savait ce qu'elle disait. Elle était tombée amoureuse, il y a quelques années maintenant. On était encore au bordel avec l'autre enfoiré de proxénéte. Lui c'était un client. Il venait la voir, très souvent, beaucoup trop souvent. Il y claquait l'essentiel de son argent, mais il s'en foutait. Il était fou amoureux d'elle. Et elle avait fini par tomber amoureuse elle aussi. Au point où elle faisait en sorte d'essayer de lui réserver exclusivement ses soirées, pour qu'il n'y ait que lui. Elle ne voulait plus que lui. Mais le patron l'avait découvert et il n'avait pas apprécié. Il lui avait donné une "leçon". Il l'avait vendu à un groupe de mecs cherchant une partouze. Elle y avait passé la nuit, se faisant littéralement défoncée par ces mecs. Le lendemain, quand son doux soupirant était venu, il n'avait pas vraiment réagi comme elle l'espérait. Il l'avait rejeté, dégouté de voir ce qu'elle avait fait. Il n'avait pas été les cris de désespoirs d'Agathe. Au contraire... il l'avait repoussé, l'avait traité de tous les noms. Il n'était plus revenu... C'était moi qui avait ramassé les morceaux après cette fois là. Depuis elle s'était jurée de ne plus tomber amoureuse. Les mecs elle les prenait au boulot pour le fric, en dehors pour son plaisir à elle, puis elle les jetait.

"Tu as toujours été plus prudent que moi. Tu as su les maintenir à l'écart. Tu ne t'autorisais même pas à te faire du bien comme moi, juste pour le fun. Mais c'était sur que ça arriverait... on ne peut pas se fermer complètement à l'amour."

Elle soupira à nouveau tristement avant de me retirer ma tasse des mains et de la poser sur la table basse. Je me blottis dans ses bras alors qu'elle venait me serrer doucement contre elle.

"C'est le bon? Je veux dire... tu penses que tu l'aimes?"

Je hochais faiblement la tête, incapable de le dire à haute voix. L'admettre intérieurement était déjà extremement douloureux.

"Et lui... lui il t'aime non?"

Nouvel hochement de tête de ma part. Il me détestait probablement maintenant vu la façon dont j'avais quitté l'appartement. Mais il m'aimait... on aurait pas passé une telle nuit ensemble si ça n'avait pas été le cas.

Je me redressais alors qu'elle venait prendre mon visage doucement dans sa main.

"Alors fonce mon chéri. Tu as de l'argent de côté. Laisse tomber ce boulot tant que tu le peux. Tant que tu as quelqu'un pour qui le quitter. Va bosser à MacDo si il le faut. T'es pas con tu trouveras une solution pour t'en sortir. Mais fonce... reste avec lui."

Sauf que la solution je l'avais. J'avais un papier qui m'attendait dans mon appartement. Un papier qui me permettrait de laisser tomber ce boulot pour de bon.... d'être avec lui....

"Tu veux qu'on se mate un film et qu'on se commande des pizzas ensuite? Une petite soirée en amoureux toi et moi comme on s'en est pas fait depuis longtemps."

Je me forçais à lui sourire avant d'hocher la tête.

- Je veux bien. Mais hors de question que tu me fasses regarder Pretty Woman ou Moulin Rouge.

Elle se mit à rire avant de se lever pour aller chercher le prospectus des pizzas.

"J'allais même pas le faire!! Je pense pas que tu ai besoin d'une leçon en plus ce soir."

Au final on s'était fait l'intégrale de Saw. C'était beaucoup moins romantique effectivement. Pile ce qu'il me fallait pour me changer les idées et oublier mes soucis. Bon manger en matant un mec se faire découper en morceaux c'était beaucoup moins évident mais au moins j'évitais de penser à Milo et à mon boulot. C'était déjà pas trop mal.

Je finis par me coucher le soir avec Agathe. On dormait parfois ensemble, essentiellement quand un de nous deux allait mal. Et ce soir j'avais bien besoin d'un peu de réconfort. Je mis du temps à dormir, mes pensées tournant sans cesse dans mon esprit. J'avais des décisions à prendre, des décisions que j'avais repoussé beaucoup trop longtemps.

***

Ma journée du lendemain avait été remplie, vraiment beaucoup trop remplie. J'avais passé la journée à faire des recherches sur l'ordi d'Agathe, réfléchissant à plusieurs scénarios possibles. J'avais passé des coups de fils, pris des rendez vous. J'étais même brièvement passé à mon appartement. Je connaissais son planning par coeur. Je savais à quel moment il ne serait pas là.

Il était plus de 21h quand j'avais fini par rentrer chez moi. J'avais mangé brièvement en rentrant. Agathe était partie travailler. Je ne pouvais pas la faire manquer une soirée de boulot de plus, déjà que je l'avais pris de son vendredi soir.

J'étais donc rentré chez moi. L'appartement était vide comme je l'avais prévu. Ce n'était pas grave. Il rentrerait plus tard. Si il rentrait...

Je m'étais installé dans mon petit coin, regardant la vue sur la ville, attendant son retour...

Il fallait qu'il rentre...

Revenir en haut Aller en bas
 
twelve
twelve
Féminin MESSAGES : 1765
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 27
CRÉDITS : twelve.

UNIVERS FÉTICHE : vie réelle, fantastique, sci-fi. Basiquement, j'suis ouverte à tout contexte qui me plaît.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t1859-these-patterns-represen https://www.letempsdunrp.com/t3217-mind-break#69561
sansy twelve

I want you to want me [Milo & Nikolaas] - Page 14 Empty


Milo Lombardi
J'ai 27 ans et je vis à la rue. Dans la vie, je suis un fugitif en cavale et je m'en sors très mal. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire, le coeur en pinçant pour quelqu'un qui ne voudra jamais de moi et je le vis plutôt mal.

I want you to want me [Milo & Nikolaas] - Page 14 21636514


Xavier Serrano :copyright:️ .sparkle
J'avais déjà mal de l'imaginer partir travailler. Il fallait qu'il le fasse et je le savais très bien. Je ne savais même pas pourquoi je lui avais demandé de rester... Mais j'avais un mince espoir qu'il accepte. Pourtant... La réalité m'a rattrapé encore une fois. Il devenait dur dans ses mots. Je le connaissais, maintenant. Et après la nuit qu'on venait de passer, je savais très bien qu'il ne pensais pas vraiment ce qu'il disait. Qu'il ne voulait pas être méchant, qu'il le faisait parce que c'était ce qu'il y avait de mieux à faire. Mais même si je commençais à le connaître, ses derniers mots m'ont mis en colère. A ce moment-là, je savais qu'il était amoureux de moi. Et j'avais bien envie de lui répliquer que tomber amoureux de son client n'était pas une bonne idée non plus. Mais je n'ai rien dit. Je l'ai laissé partir pour la simple et bonne raison que... Que je l'aimais.

Lorsqu'il est parti, j'ai soupiré et passé une main sur mon visage. Bon sang, ce que c'était dur. Il n'avait même pas touché à ses oeufs. Il fallait que je me le sorte de la tête, au moins jusqu'à ce qu'il revienne. Alors je suis parti me doucher et j'ai ensuite été faire un tour en ville. Les pourboires donnés que j'économisais aussi me permettaient de sortir un peu quand je le devais. Mais cette journée n'a rien eu d'idéal. Elle a même été atroce. J'ai simplement passé mon temps libre à déambuler dans les rues, à m'arrêter boire un café et à hésiter à lui envoyer des messages. Mais il travaillait... Et je ne pouvais pas le déranger.

Alors, je suis parti travailler, comme une boule de nerfs. Anxieux, terriblement anxieux. Mais le boulot m'a fait du bien. J'ai réussi à me le sortir un peu de la tête pour me concentrer sur mes tâches. Je me suis tellement défoncé au boulot que je ne suis rentré que vers deux heures du matin. Le patron m'a littéralement jeté dehors. Et j'étais épuisé, de toute façon. Alors, je suis rentré à l'appartement. Je me suis arrêté après être entré, tendant l'oreille et le regard vers le canapé pour voir s'il était là. Mais rien, aucun signe de vie. J'ai soupiré avant d'aller me doucher et de me mettre au lit. J'espérais qu'il soit rentré le lendemain matin.

Mais encore une fois, au réveil, rien du tout. Il n'était pas là et je commençais vraiment à m'inquiéter. Toute cette journée aussi, j'ai tourné en rond sans quitter l'appartement. Je lui ai même envoyé quelques messages.

Citation :
Tu ne rentres pas ?

Citation :
Je suis désolé, Niko. Reviens, s'il te plaît.

Citation :
Tu m'en veux tant que ça ?... Je m'inquiète pour toi. Réponds-moi au moins pour me dire que tu vas bien.

Je décidais d'arrêter au troisième message. Il n'avait visiblement aucune envie de revenir et je ne pouvais que le comprendre... Enfin, je crois. Je décidais donc de me vider la tête autrement. Je me suis habillé et je suis parti au bar beaucoup plus tôt que prévu. J'ai même dit au patron que je me fichais qu'il ne me paie pas, que j'avais juste besoin de m'occuper et que je ferais mes heures normales. Il a accepté mais il voulait vraiment me payer pour mes heures supplémentaires. Alors, j'ai travaillé. Comme la veille, je me suis défoncé au travail et je ne suis rentré qu'à deux heures du matin.

C'est à ce moment-là, alors que l'espoir qu'il soit là s'amenuise en moi, que je le vois sur son banc. Il regarde dehors, comme à son habitude. Mon premier réflexe est de me ruer vers lui.

« Niko... Tu vas bien ? Je suis vraiment désolé pour... »

Je fronce les sourcils. Il vient de se tourner vers moi et je ne peux rien faire d'autre que de remarquer le bleu sur sa joue et sa lèvre déchirée. Mon sang ne fait qu'un tour.

« Qui t'a fait ça ?... Qu'est-ce qui s'est passé ? »

Je m'assieds à côté de lui, mon regard le questionnant. J'ai besoin de savoir... Pourquoi il n'était pas rentré avant. Pourquoi il ne revenait que maintenant et avec des bleus, en plus.
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2140
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Luigi

I want you to want me [Milo & Nikolaas] - Page 14 Empty


Nikolaas Gransderg
J'ai 27 ans et je vis à Amsterdam, Pays-Bas. Dans la vie, je suis au chômage et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma tout un tas de choses, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

Il se prostitue depuis l'âge de 16ans. Il se fait appeler Azur pour protéger sa vie privée de ses clients. Il a eu un proxénète pendant quelques années mais ce dernier lui piquait trop d'argent. Il loue désormais une vitrine et une chambre à son compte dans le quartier rouge et il s'en sort plutôt bien ainsi.  


Lucky Blue Smith :copyright:️ sweet disaster

Je fermais les yeux, soulagé, en entendant la porte d'entrée s'ouvrir. Il était là... Il était revenu... Après les quelques messages qu'il m'avait envoyé et auxquels je n'avais pas répondu, j'avais cru qu'il ne reviendrait pas. Je n'avais pas osé regarder dans le placard pour voir si ses affaires y étaient toujours. J'avais trop peur de le trouver vide. J'étais resté à attendre, me demandant si ce n'était pas un peu hypocrite que de lui répondre des heures plus tard. Il avait attendu anxieux de savoir si je reviendrais du travail. Et moi, j'avais été trop lâche pour oser lui répondre. J'avais eu besoin de cette nuit pour réfléchir, de cette journée seul pour mettre les choses en ordre.

« Niko... Tu vas bien ? Je suis vraiment désolé pour... »

Je m'étais retourné pour le fixer alors qu'il s'était précipité sur moi. Grosse erreur... j'avais oublié que j'avais vraiment une trop sale gueule. Je vis son visage se décomposer et l'inquiétude passer sur ses traits. Et merde... moi qui voulait éviter ce genre de choses. C'était foutu.

« Qui t'a fait ça ?... Qu'est-ce qui s'est passé ? »

Je me forçais à lui sourire, essayant de le rassurer. Des coups comme ça ce n'était pas la première fois que ça m'arrivait. J'en avais eu mon lot depuis le temps que je faisais ce boulot. Ce n'était pas le pire que j'avais reçu. Je ne m'attendais simplement pas à ce que lui fasse ça. Je prenais mes précautions depuis quelques années maintenant, depuis qu'on avait quitté l'autre connard avec Agathe.

Il était mignon à s'inquiéter comme ça pour moi. Se rendait il seulement compte à quel point son attitude me faisait craquer? Mon coeur chavirait littéralement en le voyant faire.

- Ce n'est rien.. vraiment ne t'en fais pas...

C'était du passé tout ça. C'était derrière moi...

Je continuais de le fixer, ne sachant pas trop quoi dire. Puis je craquais à nouveau. J'en avais marre. J'avais l'impression de passer mon temps à pleurer depuis la veille. Je m'étais toujours efforcé d'être fort. Je n'avais pas eu le choix. Soit je me montrais fort soit je ne m'effondrais pour ne plus jamais me relever. Mais là depuis hier... c'était comme si tout ce que j'avais contenu depuis si longtemps craquait enfin. Je sentais les larmes perler à mes yeux alors que je continuais de le fixer.

- Je... je croyais que tu ne reviendrais pas...

Et j'avais eu peur... tellement peur à l'idée de me dire que j'avais attendu trop longtemps avant de prendre ma décision. Peur à l'idée qu'il soit trop tard pour ce que j'avais à lui dire. Que je l'ai perdu pour de bon...

Revenir en haut Aller en bas
 
twelve
twelve
Féminin MESSAGES : 1765
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 27
CRÉDITS : twelve.

UNIVERS FÉTICHE : vie réelle, fantastique, sci-fi. Basiquement, j'suis ouverte à tout contexte qui me plaît.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t1859-these-patterns-represen https://www.letempsdunrp.com/t3217-mind-break#69561
sansy twelve

I want you to want me [Milo & Nikolaas] - Page 14 Empty


Milo Lombardi
J'ai 27 ans et je vis à la rue. Dans la vie, je suis un fugitif en cavale et je m'en sors très mal. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire, le coeur en pinçant pour quelqu'un qui ne voudra jamais de moi et je le vis plutôt mal.

I want you to want me [Milo & Nikolaas] - Page 14 21636514


Xavier Serrano :copyright:️ .sparkle
Je voulais qu'il soit là quand je rentrerais. J'avais même hâte de rentrer pour le voir. Mais il était parti deux jours. Et j'avais peur qu'il finisse par ne pas revenir tant que je suis toujours là. J'avais peur que notre nuit ensemble... N'ait pas compté pour lui. Mais j'étais stupide de penser ça. C'était sa première fois amoureuse, il me l'avait lui-même dit. J'étais partagé. Entre l'espoir qu'il revienne vers moi, et celui qu'il me haïsse pour toujours. Alors, quand j'ai poussé la porte, j'étais soulagé de le voir.

Je me suis juste jeté sur lui, par réflexe, en m'excusant. Mais il s'était tourné, révélant son visage amoché. Je fronçais alors les sourcils, lui demandant ce qui s'était passé. J'ai peur de la réponse, en réalité. J'ai peur qu'il me dise que c'était son client. Qu'il avait d'autres bleus autre part. Parce que si c'était le cas... J'allais devoir me faire violence pour m'empêcher de lui interdire d'y retourner. Et je sais que je n'y arriverais pas... Je lui avais déjà demandé de rester sans qu'il y ait de violences alors s'il y en a...

Mais il me dit que ce n'est rien. Et je crois que c'est la réponse que je n'attendais pas et qui me fait souffrir le plus. Parce qu'il ne veut même pas partager ses douleurs avec moi... Est-ce qu'il m'en veut vraiment à ce point ? Il me fixe sans rien dire mais je vois bien son regard se brouiller par les larmes. Je suis vraiment inquiet pour lui... Et je pensais qu'il était dans cet état à cause de ce qui lui est arrivé mais ses mots me font comme un électrochoc. Il avait vraiment peur que je ne revienne pas ?... Mon espoir revient d'un coup et je m'assieds à côté de lui pour le prendre dans mes bras, caressant ses cheveux dans un geste tendre.

« Niko... Je reviendrais toujours. Ce serait indigne de ne pas revenir après toute l'aide que tu m'as offert. Et puis... Tu sais bien pourquoi je ne t'abandonnerais pas. Peu importe si comme tu le dis, "tomber amoureux d'une pute, c'est pas une bonne idée". Tu n'es pas que ça à mes yeux alors je ne vais pas m'enfuir. Quelle que soit notre relation. D'accord ? Allez, je vais te préparer un chocolat chaud. »

Je le serre un peu plus contre moi, embrasse sa tempe puis je le lâche pour lui sourire et m'éclipse dans la cuisine. Je prépare donc un chocolat chaud pour Niko tandis que je commence à m'imaginer plein de scènes par rapport à ses blessures... Ce gars, il devait avoir des accessoires. Qu'est-ce qu'il a fait à Niko ? Qu'est-ce qu'il lui a fait subir ? Ses fantasmes tordus... Non. Il faut que j'arrête de penser à ça. Niko m'attend dans le salon. Il est enfin revenu et je ne veux pas perdre mon temps.

Je reviens en lui souriant faiblement, toujours aussi inquiet quant à ses blessures. Mais il est là, c'est le principal. Je lui tends la boisson chaude et m'installe à côté de lui.

« Je suis désolé Niko. Je n'aurais pas dû te demander de rester. C'est vrai que... C'était très égoïste de ma part. Mais... S'il te plaît ne pars plus pendant des jours... Je me suis inquiété, j'avais peur qu'il te soit arrivé malheur, que tu ne sois pas bien. »

J'avais besoin de m'excuser parce que je me disais que c'était à cause de moi qu'il n'était pas revenu avant. Qu'il avait peur de me blesser ou je ne sais quoi... Et puis même, je ne voulais pas qu'il m'en veuille. Il était hors de question de passer d'autres jours à se faire la gueule, à avoir des tensions.
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2140
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Luigi

I want you to want me [Milo & Nikolaas] - Page 14 Empty


Nikolaas Gransderg
J'ai 27 ans et je vis à Amsterdam, Pays-Bas. Dans la vie, je suis au chômage et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma tout un tas de choses, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

Il se prostitue depuis l'âge de 16ans. Il se fait appeler Azur pour protéger sa vie privée de ses clients. Il a eu un proxénète pendant quelques années mais ce dernier lui piquait trop d'argent. Il loue désormais une vitrine et une chambre à son compte dans le quartier rouge et il s'en sort plutôt bien ainsi.  


Lucky Blue Smith :copyright:️ sweet disaster

Je m'étais laissé aller dans ses bras. Je m'y sentais tellement bien. Ca avait été un déchirement de le laisser la veille. Jamais je n'avais ressenti aussi violemment le manque de quelqu'un que quand je l'avais laissé ce jour là. Et il était enfin là... il était revenu... et j'aurais voulu ne jamais quitter ses bras.

« Niko... Je reviendrais toujours. Ce serait indigne de ne pas revenir après toute l'aide que tu m'as offert. Et puis... Tu sais bien pourquoi je ne t'abandonnerais pas. Peu importe si comme tu le dis, "tomber amoureux d'une pute, c'est pas une bonne idée". Tu n'es pas que ça à mes yeux alors je ne vais pas m'enfuir. Quelle que soit notre relation. D'accord ? Allez, je vais te préparer un chocolat chaud. »

Je hochais doucement la tête alors qu'il se levait pour aller me préparer le chocolat. Il ne m'abandonnerait pas... Ce me faisait du bien en même temps que ça m'effrayait. Qu'est ce que j'avais fait pour mériter tant d'amour de sa part? Rien du tout. J'avais même tout fait pour lui faire comprendre que je ne le méritais pas. Je l'avais repoussé sans cesse. J'avais tout fait pour le décourager. Il pensait encore que j'étais parti travailler hier. Il s'imaginait encore que j'avais passé mon temps depuis la veille à m'envoyer en l'air avec un vieux dégueulasse. Et pourtant il était toujours là, à continuer de me dire qu'il m'aimait, à être là pour moi... même si je ne l'autorisais pas à être là comme il le désirait.

Je le remerciais en récupérant la tasse de chocolat. Je grimaçais encore une fois alors que le liquide chaud venait torturer ma lèvre enflée. J'en avais encore pour quelques jours à souffrir à cause de ce con.

« Je suis désolé Niko. Je n'aurais pas dû te demander de rester. C'est vrai que... C'était très égoïste de ma part. Mais... S'il te plaît ne pars plus pendant des jours... Je me suis inquiété, j'avais peur qu'il te soit arrivé malheur, que tu ne sois pas bien. »

Je repris une autre gorgée avec précaution avant de repousser la tasse. C'était délicieux mais ça me faisait vraiment beaucoup trop mal pour le moment. Manger ça passait encore mais boire des choses trop chaudes ou trop froides c'était une torture.

- Ca va.. j'avais juste besoin de prendre un peu de temps pour... pour réfléchir à certaines choses. Je suis désolé de t'avoir inquiété.

Je soupirais avant de tourner mon regard vers la table basse et lui faire un petit signe de tête vers celle ci.

- L'enveloppe là.. elle est pour toi.

Je le laissais se lever et aller vers la table basse. J'avais tourné à nouveau mon regard pour profiter de la vue, tentant à nouveau de boire mon chocolat. Il était bon. Il me faisait du bien juste après m'avoir fait souffrir alors je m'obstinais.

Je lui laissais quelques instants pour lire le papier que contenait l'enveloppe avant de parler.

- La moitié... deux cent cinquante millions. C'était beaucoup trop pour moi tout seul.

Et même une telle somme ça restait vraiment beaucoup trop pour moi. Je me retournais vers lui avant de lui faire un petit sourire.

- Cet argent n'est plus à moi. Je ne peux plus y avoir accès. Seule la personne inscrite sur ce contrat peut toucher à cet argent. Ce n'est pas de la pitié. Disons que tu le mérites, pour tout ce que tu fais pour moi, pour être là encore et toujours à mes côtés malgré tout... Tu n'es pas obligé d'arrêter de travailler. C'est juste pour que tu sois à l'abri du besoin, au cas où tu aurais des imprévus.

Je le narguais un peu en souriant. Oui je le savais, c'était quasiment le même discours qu'il m'avait sorti en me donnant les cinq cent millions. Je ne pouvais pas garder tout cet argent pour moi, surtout pas alors que c'était le sien à la base. Cela me semblait juste normal qu'il en ait la moitié.

- Tu en fais ce que tu veux... mais je tenais à ce qu'on le partage.


Revenir en haut Aller en bas
 
twelve
twelve
Féminin MESSAGES : 1765
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 27
CRÉDITS : twelve.

UNIVERS FÉTICHE : vie réelle, fantastique, sci-fi. Basiquement, j'suis ouverte à tout contexte qui me plaît.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t1859-these-patterns-represen https://www.letempsdunrp.com/t3217-mind-break#69561
sansy twelve

I want you to want me [Milo & Nikolaas] - Page 14 Empty


Milo Lombardi
J'ai 27 ans et je vis à la rue. Dans la vie, je suis un fugitif en cavale et je m'en sors très mal. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire, le coeur en pinçant pour quelqu'un qui ne voudra jamais de moi et je le vis plutôt mal.

I want you to want me [Milo & Nikolaas] - Page 14 21636514


Xavier Serrano :copyright:️ .sparkle
J'avais ramené le chocolat chaud et je voyais bien qu'il avait du mal à le boire à cause de sa lèvre. Je me sens bête de ne pas y avoir pensé... Qui que ce soit, il l'avait bien amoché et je porte en moi cette colère vers cet être. Une colère magistrale. Putain, ce que ça peut m'énerver de savoir que son bourreau était là, dans la nature, quelque part. Je ne peux m'empêcher d'imaginer ces scènes encore et encore mais le moment n'est pas à l'imagination. Alors, je m'excuse auprès de lui et lui fais part de mon inquiétude. Il finit par me rassurer, me dire qu'il va bien. Mouais... Il est blessé et il est tombé en larmes quand il m'a vu... C'est pas trop ce que j'appelle aller bien mais... Soit.

Je fronce les sourcils lorsqu'il mentionne une enveloppe. Mon attention avait tellement été focalisée sur lui que je ne l'avais même pas remarqué. Alors, je me lève pour la prendre, l'ouvrir et lire ce qu'elle contient. Les papiers ressemblent étrangement au contrat que je lui avais offert il y a quelques temps déjà. Et à y regarder de plus près... C'est le même. Sauf que la somme est différente et que mon nom est inscrit dessus. Je fronce les sourcils, relevant le regard vers lui, prêt à me mettre en colère.

Mais il me coupe dans mon élan, prononçant presque les mêmes mots que j'avais prononcé en lui offrant... Avec ce petit sourire narquois. Bon sang, je me suis bien fait avoir. Je ris nerveusement, cachant mon visage de ma main. Je soupire ensuite, les yeux posés sur les papiers, puis je les relève à nouveau vers lui alors qu'il me dit qu'il voulait qu'on partage.

J'essayais aussi de trouver un moyen de contester sa décision mais mes propres mots me mettaient des bâtons dans les roues. Je m'étais toujours dit qu'il pourrait en offrir une partie à qui il voudrait... Sans m'imaginer qu'il m'en donnerait à moi. Je secoue la tête, reviens près de lui. Le contrat posé sur la table basse, je me rassieds près de lui et prends une de ses mains.

« OK... Là, je dois avouer que tu m'as bien eu. Merci, Nikolaas... C'est adorable de penser à moi. Mais... »

Non, je n'allais pas refuser un tel cadeau. Je ne le pouvais pas, au vu de ses arguments. Je n'en reviens pas que tout ça se retourne contre moi.

« Et l'autre moitié ? Qu'est-ce que tu as décidé d'en faire ? »

J'aimerais qu'il me dise qu'il l'a accepté. Puisqu'il m'a dit qu'il voulait qu'on partage... Ça voulait bien dire que j'en avais une partie mais que lui aussi. Non ?
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2140
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Luigi

I want you to want me [Milo & Nikolaas] - Page 14 Empty


Nikolaas Gransderg
J'ai 27 ans et je vis à Amsterdam, Pays-Bas. Dans la vie, je suis au chômage et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma tout un tas de choses, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

Il se prostitue depuis l'âge de 16ans. Il se fait appeler Azur pour protéger sa vie privée de ses clients. Il a eu un proxénète pendant quelques années mais ce dernier lui piquait trop d'argent. Il loue désormais une vitrine et une chambre à son compte dans le quartier rouge et il s'en sort plutôt bien ainsi.  


Lucky Blue Smith :copyright:️ sweet disaster

Oui je l'avais pris à son propre piège. Je l'avais fait exprès. C'était une des choses qui m'avait gêné dans le fait qu'il me donne autant d'argent, il n'avait rien gardé pour lui. Ca m'avait rendu fou, de voir qu'il s'était retrouvé à la rue, sans le moindre sous pour s'en sortir alors qu'il m'avait bloqué des millions dans un compte. Je ne voulais pas qu'il lui arrive la même chose à nouveau. Ca m'avait fait beaucoup trop de mal de le retrouver dans cet état là, et ça m'avait mis en colère de savoir qu'il aurait pu éviter ça en gardant une partie de l'argent pour lui.

J'avais fait exprès de lui ressortir ses propres arguments. Il allait difficilement pouvoir contrer sa propre logique. Peut être qu'il l'accepterait. Peut être que non. Peut être qu'il ferait comme j'avais fait les premiers temps, niant juste l'existence de cet argent et continuant sa vie sans y penser.

« OK... Là, je dois avouer que tu m'as bien eu. Merci, Nikolaas... C'est adorable de penser à moi. Mais... »

Je serrais doucement sa main alors qu'il revenait s'installer à côté de moi. Mais... le fameux mais... j'attendais un peu anxieux de voir ce qu'il y avait derrière ce mais. Mais je ne peux pas accepter me semblait être le plus probable. Moi qui pensait l'avoir eu...

« Et l'autre moitié ? Qu'est-ce que tu as décidé d'en faire ? »

Je soupirais. Ca avait été ça le plus délicat et je n'avais pas encore totalement réglé la question.

- J'ai passé la journée à réfléchir et je ne sais pas encore complètement ce que je vais faire de toute ça. J'ai fait des recherches. J'ai donné de l'argent à plusieurs associations qui me semblent sérieuses. C'est des... c'est des associations venant en aide aux personnes atteintes d'addiction... aux mères célibataires... aux enfants abandonnés...

Des associations qui me tenaient à coeur en général. Ils venaient en aide à des personnes, pour éviter qu'ils n'aient pas à traverser la même chose que moi. Cela m'avait semblé essentiel de faire ça maintenant que j'en avais les moyens.

- Je vais donner deux millions à Agathe. Je veux qu'elle puisse changer de boulot, faire une reconversion comme el en rêve depuis longtemps. Là au moins elle aura les moyens de le faire.

Elle n'aura plus jamais besoin de faire ce boulot. Elle pourra enfin se laisser aller à vivre sa vie, s'autoriser à aimer.

- Et pour le reste je ne sais pas encore. C'est une somme tellement folle qu'il me reste à dépenser.

Je baissais les yeux sur sa main serrant toujours la sienne, souriant légèrement.

- Je ne sais pas si je vais m'acheter un appart en ville ou une belle maison en dehors de la ville. Mais j'ai toujours vécu en ville alors j'ai peur que de trop m'éloigner ça me fasse bizarre. Je vais passer mon permis. Je n'ai jamais eu les moyens de le faire et comme je me suis toujours débrouillé avec les transports en commun je n'ai pas eu l'utilité. Alors je passerais mon permis. Je m'achéterais une jolie voiture.

Je me redressais finalement en soupirant.

- Et sinon je ne sais pas... qu'est ce que je suis sensé faire pour occuper mes journées maintenant?

Ils faisaient quoi les millionaires pour s'occuper sans s'ennuyer, alors qu'ils n'étaient pas coincés par leur travail.


Revenir en haut Aller en bas
 
twelve
twelve
Féminin MESSAGES : 1765
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 27
CRÉDITS : twelve.

UNIVERS FÉTICHE : vie réelle, fantastique, sci-fi. Basiquement, j'suis ouverte à tout contexte qui me plaît.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t1859-these-patterns-represen https://www.letempsdunrp.com/t3217-mind-break#69561
sansy twelve

I want you to want me [Milo & Nikolaas] - Page 14 Empty


Milo Lombardi
J'ai 27 ans et je vis à la rue. Dans la vie, je suis un fugitif en cavale et je m'en sors très mal. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire, le coeur en pinçant pour quelqu'un qui ne voudra jamais de moi et je le vis plutôt mal.

I want you to want me [Milo & Nikolaas] - Page 14 21636514


Xavier Serrano :copyright:️ .sparkle
Je me demandais vraiment ce qu'il comptait faire de la moitié de l'argent. C'est vrai qu'à l'époque, je n'avais aucune notion de ce que c'était et... Pour nous, 500 millions, ce n'était vraiment rien. Et je me rends compte, à présent, que cette somme est énorme. Et s'il veut la partager avec moi, je ne peux rien faire d'autre que d'accepter. Ses arguments, qui sont en réalités les miens, m'ont convaincu de les garder. Je lui avais bien dit qu'il pouvait en faire ce qu'il voulait et c'est ce qu'il a fait. Si tel est son souhait, il fallait que je le respecte, même si moi-même, je ne savais pas ce que j'allais faire de tout cet argent.

Renoncer à mon travail, c'était un peu hors de question. J'avais déjà vécu longtemps sans travailler et arrivé à Paris, je me suis rendu compte que je n'étais pas voué à ne rien faire. Le métier de Barman me plaisait vraiment, j'adorais ce contact avec les gens, les servir et apprendre de nouvelles choses tous les jours. Je me sens tellement épanoui dans ce métier. Si Niko me demande d'arrêter, alors j'arrêterais mais... ça me rendrait un peu triste.

Enfin, il commence à me parler de comment il a décidé de dépenser son argent et je souris à ses premiers mots. Il est tellement généreux et au vu de son passé, je ne peux que comprendre sa décision. Puis, il me parle d'Agathe et là encore, je souris en serrant ses doigts. Je comprends qu'il veuille l'aider. A sa place, c'est ce que j'aurais fait aussi. Et pour le reste, il ne sait pas. Je cherche son regard alors qu'il fuit le mien et je fronce les sourcils en me demandant ce qu'il y a.

Puis, il continue. Je souris plus largement, heureux qu'il ait décidé de se faire enfin plaisir. Qu'il soit enfin égoïste. Parce qu'il le mérite. Et c'est bien la raison pour laquelle je lui avais donné tout cet argent. Puis... Je fronce les sourcils, ne comprenant pas très bien... Comment ça, ce qu'il est censé faire pour occuper ses journées ?

« Attends... Tu abandonnes ton travail ? Je veux dire, pour de bon ? »

Si c'était le cas... Ça voudrait dire que lui et moi... On pourrait être ensemble... Et cette nouvelle me fait tellement plaisir que je m'emballe peut-être un peu trop.

« Est-ce que... Est-ce qu'on va pouvoir être ensemble, maintenant ?... »

Je le regarde, les yeux plein d'espoir et le coeur battant. Ma respiration coupée, en suspens...

Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2140
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Luigi

I want you to want me [Milo & Nikolaas] - Page 14 Empty


Nikolaas Gransderg
J'ai 27 ans et je vis à Amsterdam, Pays-Bas. Dans la vie, je suis au chômage et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma tout un tas de choses, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

Il se prostitue depuis l'âge de 16ans. Il se fait appeler Azur pour protéger sa vie privée de ses clients. Il a eu un proxénète pendant quelques années mais ce dernier lui piquait trop d'argent. Il loue désormais une vitrine et une chambre à son compte dans le quartier rouge et il s'en sort plutôt bien ainsi.  


Lucky Blue Smith :copyright:️ sweet disaster

Je ne savais plus quoi faire de ma vie, c'était la vérité. Je n'avais plus besoin de travailler pour gagner ma vie. J'avais largement de quoi vivre jusqu'à la fin de mes jours. Moi qui avait toujours passer mon temps à travailler depuis mes seize ans, qui ne m'étaient arrêté que très peu de temps pour prendre des vacances, voilà que je me retrouvais avec trop de temps libre, tellement de temps libre que je ne savais pas quoi en faire. Mais je finirais bien par trouver. Je n'avais plus vraiment le choix.

« Attends... Tu abandonnes ton travail ? Je veux dire, pour de bon ? »

Je lui fis un petit sourire timide. Oui j'arrêtais pour de bon. Je ne pouvais plus continuer ainsi de toute façon. Il fallait que j'arrête, je ne pouvais plus continuer comme ça. Je ne pouvais plus supporter de le faire souffrir comme ça. Je ne pouvais plus supporter qu'un autre que lui me touche...

« Est-ce que... Est-ce qu'on va pouvoir être ensemble, maintenant ?... »

Je baissais les yeux, recommençant à jouer avec sa main alors que je rougissais légèrement. La voilà, LA question, celle que je redoutais un peu. Est ce qu'on pouvait être ensemble? Oui mais est ce que je m'en sentais capable... ça je ne savais pas.

- Je suis parti bosser hier... Je suis arrivé dans cette chambre d'hôtel avec mon client... Il m'a fait entré et m'a montré la... la croix qu'il avait réussi à se procurer pour l'occasion. Je crois que c'est à cet instant que... que je me suis rendu compte que je ne pouvais pas... Je ne voulais plus faire ça...

Je secouais doucement la tête, essuyant de ma main libre les larmes qui étaient revenues se loger dans mes yeux.

- Je l'ai laissé là et je suis parti, sans rien faire. Il n'a pas trop apprécié et... enfin le coup est parti tout seul.

Un coup, ce n'était rien.... et c'était le dernier de toute façon.

- Je suis désolé de ne pas être rentré plus tôt mais... j'avais besoin de temps pour réfléchir... pour penser à ce que tout ça allait impliquer...

J'inspirais profondément, cherchant à me donner un peu de courage, avant de plonger mon regard dans le sien.

- Je tiens à toi... énormément... cette nuit ensemble a été... c'était merveilleux. Je crois que ça m'a permis d'ouvrir les yeux, de me rendre compte de ce que je refusais d'admettre depuis longtemps. Je ne veux plus être obligé de me vendre. J'ai... j'ai envie d'être avec toi mais... mais j'ai peur Milo... terriblement peur de tout ça... Tu es le premier à qui je tiens autant. Tu es... ma vraie première fois... Tu serais ma première relation de couple... et ça m'effraie...

Je préférais être honnête avec lui. Je ne savais pas comment ça marchait exactement les relations de couple mais je savais que je voulais être honnête avec lui.

Revenir en haut Aller en bas
 
twelve
twelve
Féminin MESSAGES : 1765
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 27
CRÉDITS : twelve.

UNIVERS FÉTICHE : vie réelle, fantastique, sci-fi. Basiquement, j'suis ouverte à tout contexte qui me plaît.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t1859-these-patterns-represen https://www.letempsdunrp.com/t3217-mind-break#69561
sansy twelve

I want you to want me [Milo & Nikolaas] - Page 14 Empty


Milo Lombardi
J'ai 27 ans et je vis à la rue. Dans la vie, je suis un fugitif en cavale et je m'en sors très mal. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire, le coeur en pinçant pour quelqu'un qui ne voudra jamais de moi et je le vis plutôt mal.

I want you to want me [Milo & Nikolaas] - Page 14 21636514


Xavier Serrano :copyright:️ .sparkle
Tout mon corps est en suspens. J'attends le verdict, le moment où il me dira si oui ou non on pourrait être ensemble. Son petit sourire avait déjà répondu à ma question. Il allait arrêter son travail et ça remplit mon coeur de joie de le savoir. C'est un véritable soulagement... Parce qu'il allait être libéré de cette emprise. Devoir se faire prendre par des gars qui ne sont pas très doux... Juste pour avoir un peu d'argent. Et aussi, qu'il finisse par prendre cet argent me réjouit au plus haut point. Il va pouvoir profiter de sa vie comme il l'entend.

Alors, il baisse les yeux sur nos mains, et je le vois rougir. Je cherche de nouveau son regard alors qu'il m'explique. Mon coeur est davantage rassuré... Il n'a rien fait avec ce gars. Même s'il l'a frappé, et ça, ça me met vraiment en colère. Le coup est parti tout seul... Mais il n'avait même pas à lui lever la main dessus. Surtout qu'il n'a pas dû y aller de main morte avec les blessures de Niko... J'étais en rage. Mais je ne pouvais pas le montrer. Parce que j'étais aussi heureux. Heureux qu'il soit là, qu'il aille bien, qu'il ait pris ces décisions. Heureux de voir qu'il s'ouvre enfin à une nouvelle vie...

Je l'écoute lorsqu'il plonge son regard dans le mien et je pince les lèvres. Bien sûr, c'est normal qu'il ait peur. Et je ne comptais pas le forcer de toute façon. Il est hors de question que je le force à faire quoi que ce soit. Alors, je souris tendrement, passant mes doigts sur sa joue.

« Je comprends. On n'est pas obligé d'être ensemble de suite. Ou jamais d'ailleurs, si tu ne le veux pas. Je ne te forcerais jamais à rien, tu le sais bien... »

Je me rapproche de lui pour le prendre contre moi. Je glisse même un baiser sur sa joue, tendre et doux, comme je ne peux pas embrasser ses lèvres pour le moment...

« On pourrait simplement rester comme on est tout en se faisant du bien de temps en temps. Je veux dire, on n'est pas obligés d'agir comme un couple. On n'est pas obligés de dormir ensemble non plus. On peut seulement passer de bons moments comme on le fait déjà. On fera ce que tu voudras d'accord ? Au moment où tu en as envie. »

J'avais besoin qu'il sache, qu'il se sente libre de faire ce qu'il voulait, quand il le voulait. S'il a envie de m'embrasser, qu'il le fasse quand il veut. Et pareillement, s'il n'a pas envie, qu'il ne le fasse pas. Que je ne le prendrais pas mal. Jamais.

« Pour le moment je pense qu'on devrait aller dormir. Alors... Tu veux le lit ou le canapé ? »

Je lui demande, tout en le lâchant pour plonger mes yeux dans les siens. Je voulais lui montrer qu'il avait le choix et que je ne lui imposerais jamais rien.

Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


I want you to want me [Milo & Nikolaas] - Page 14 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
I want you to want me [Milo & Nikolaas]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 14 sur 16Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15, 16  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Europe-
Sauter vers: