Le Deal du moment : -54%
Colle Pattex « Ni clou ni vis » ...
Voir le deal
2.91 €

Partagez
 
 
 

 (Noara) Comme un fantôme dans le blizzard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
 
HAON
HAON
MESSAGES : 22
INSCRIPTION : 26/05/2018
CRÉDITS : tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Noob

(Noara) Comme un fantôme dans le blizzard  - Page 2 Empty


Noah Arjen
D'Aremberg

J'ai 24 ans et je vis à Londres, Grande-Bretagne. Dans la vie, je suis étudiant en diplomatie et je m'en sors allègrement. Sinon, grâce à mon père et son obsession du sang pur aristocrate, je suis fiancé et je m'en fous .


"Je suis l'esprit qui toujours nie et c'est avec justice, car rien n'existe en ce monde qui ne mérite d'être détruit."
(Noara) Comme un fantôme dans le blizzard  - Page 2 Tumblr_m3kwzj9FBH1qb2wlco1_500



Josh Beech ©️ NOM CRÉATEUR



Tout est vide. Tout est mort. Tout est comme un bloc de béton armé uniforme, sans couleur, sans trace, sans écorche. Tout a le même gout âpre et fade, tout a la même monotonie. Je ne ressens ni peine, ni joie. Ni douleur, ni bonheur. La même pesanteur, la même inconsistance. Tout se ressemble sans s'assembler, tout semble, tout parait, sans jamais se mettre à exister. Tout est faux semblant, et je fais semblant d'être là. Je suis comme un fantôme noir, un creux dans l'espace-temps, du vide sous vide, anesthésié dans un monde totalement aseptisé. Un automate dressé, sans arôme, sans saveur, sans sauveur ni atome. Livré seul à sa fatalité, mort avant d'avoir pu respirer pour de vrai. Je bois le champagne sans le sentir. Le même gout âpre et fade, il a la même odeur, le même goût, que les asperge, que l'essence que je mets dans la voiture, que la fumée de ma cigarette ou que le bruit du goutte à goutte d'un robinet qui fuit. Il n'a pas de saveur. Ma gorge oublie son passage comme cette chaise ne pense pas au fait que je sois assis sur elle. Je me traîne comme une enclume sans lumière, une ancre sans bateau, de la terre, de la boue. Ma poésie est morte et avec elle l'étincelle qui faisait trembler mes yeux.

Mais, quand je la regarde. Je la sens. Je la respire. Tout s'agite. Tout à coup. Tout se déforme, tout s'écorche, tout se remplit, tout s'alourdit, tout devient douloureux. Tout devient euphorique. Tout se met à me faire mal. Les bulles de champagnes sur ma langue après coup ont l'effet d'un coup de ciseau. La main d'Ema sur la mienne, celui d'un broyeur. Même le fait de respirer devient douloureux, insoutenable. Sa présence me ramène à la brutalité de mon existence. A la brutalité du monde qui m'entoure, ma carapace se fend à mesure que je la fixe et tout se met à m'écorcher. De mes cheveux qui poussent à mes poils qui s'hérissent. De mes poumons qui se dilatent à ma vessie qui se contracte. De mes paupières qui clignent à ma mâchoire qui se serre. J'ai l'impression d'être entrain de passer dans un broyeur. Et je supplie. J'hurle. Je cris. Que Lara dise un mot, un seul, pour tout envoyer valser. Elle est là. Ce n'est pas un hasard, c'est un rendez-vous. Dans ses yeux, dans ses lèvres, dans sa présence tout entière, je saisit à pleine conscience, à m'en brûler les rétines, la cruauté de ma condition. Ma prison de verre. Je suis mort à l'intérieur de mon corps et mon corps continue d'exister. Je suis enchaîné à un sort que je n'ai pas dessiné. Dans sa présence, je saisis tout à coup. La honte me réveille, la laideur de ce que je suis devenu, de ce que je suis. L'ampleur de ma bassesse. Le ridicule de ma situation. L'absurde de ma condition. Ce qu'elle est entrain de voir de moi m'effraie. Ce qu'elle est entrain de voir de moi m’écœure. Ce n'est pas ça. Ce n'était pas ça. Elle est Lara, et Lara a toujours mérité mieux que ce qui se tenait là, devant elle. Et si un jour je l'ai embrassé, si un jour je l'ai touché, si un jour je l'ai vu me regarder comme personne ne m'a jamais regardé, c'est que je n'étais pas celui que je crois, celui que mon père et mon frère voit. Si un jour on s'est aimé, même un peu, même à peine, c'est qu'on valait mieux que tout ça. Je me vois dans les yeux de Lara et c'est comme une balle de plomb dans l'estomac. Et c'est là que dans mon ventre, à la vitesse d'un éclair d'orage, une boule bouillante se loge et grandit. Ma bouche se sèche, mon front suinte, mon cœur accélère. Mes cicatrices se réveillent une à une. Mes dents claquent, mes narines se dilatent. Tout se met à sentir mauvais. Tout se met à faire trop de bruit, à être trop lumineux, et le champagne qui reste là sur mes capteurs sensorielles à un gout si fruité que j'ai un relan que je peine à masquer. J'entends les mots de Lachlan hurler dans mes oreilles, je les entends résonner dans toute ma boite crânienne. Cette boule de feu, et mes yeux s'allument. Comme un fleuve d'essence devant un jeu d'allumettes. Mes yeux s'allument d'une lumière vive, pesante, sombre. Mes yeux s'allument, mon corps se raidit, ma nuque se fige. Et à cet air absent qui m'habitait tout ce temps, succède la paralysie stoïque et chaotique du revenant. Je suis un revenant.

Je ne bouge pas. Ne tremble pas. Ne dis rien. Les yeux dans le vide, tentant de se caler sur la coupe en face de moi. J'entends les conversations reprendre, tout fait un boucan infernal. Quand la voix de Lara vient tout trancher. Mes yeux se lèvent, se fixent. Sur elle et Lachlan, leur promiscuité. Sur ses mots à elle, sur son sourire à lui. Et je le vois. Je le vois qu'il a commencé une nouvelle partie. Lachlan esquisse un rire amusé en avalant quelques gorgées. Laissant planer un temps de perplexité et latent, c'est lui qui gère le rythme de la conversation. C'est lui qui se place en position de dominant : "Pardon, mais ... j'ai entendu ce discours mille fois", dit-il en riant. Avant de me regarder faussement complice : "C'est bien le discours d'une personne qui n'a pas de nom historique. C'est sûre que quand on n'a rien, on n'a rien à perdre, pas d'honneur à sauver". Et voilà qu'il me lâche des yeux tandis que les miens se durcissent. Voilà qu'il se tourne vers elle, encore : "Si vous étiez à la place d'Ema, nous ne serions pas entrain d'avoir cette conversation. Vous le savez. Et je le sais." ; jouant de l’ambiguïté de ses propos, il repose sa coupe de champagne sur la table, avant de reprendre : " Critiquer ce qui nous est hors de porté est un mécanisme naturel. Mais nous savons tout les deux que personnes ne veut être oublié. Personne ne veut disparaître après sa mort. On veut tous l'immortalité. La notre est dans notre nom. Peu importe ce qu'on en fait. Il est plus facile de vous oublier, que de nous oublier. C'est ainsi que le monde est fait." Je vois le double discours. Je vois comme derrière ses analyses sociologiques, Lachlan dans tout son machiavélisme glisse des pics d'émotions. Peu importe ce qu'il y a eu entre Noah et toi, il t'a oublié. Et si ce n'est pas fait, il t'oubliera. On oublie toujours les gens comme toi. Et toi, tu ne l'oubliera jamais parce que tu seras toujours persuadé que c'était une question de choix. Ce n'est pas un choix. C'est comme ça, c'est tout.  Et tout les deux on sait que tu voudrais être à la place d'Ema, à côté de lui, ta main sur la sienne. Mais c'est Ema qui est à côté de lui, c'est comme ça, c'est tout. Lachlan ne laisse pas la place de rétorquer. Il se lève lentement, avalant d'un cul sec le fond de son champagne avant de réajuster sa veste. Regardant Lara, m'ignorant complètement, il reprend : "J'avais oublié à quel point je détestais ça". Observant le fond de sa coupe avant de la reposer, un large sourire aux lèvres. Lachlan me connait, il sait que je déteste ça. Et ce qu'il est entrain de faire, c'est une épreuve de force face à Lara. Lui montrer à quel point il est plus intelligent et plus sachant que nous deux. A quel point c'est lui qui mène le jeu.

Je le regarde s'éloigner avant de reposer mes yeux sur Lara. Quelques secondes. A peine. Dans l'incompréhension la plus totale. Mon visage se durcit, mes traits s'enflamment, mes lèvres se pincent, mes yeux noircissent. Je racle ma gorge, me lève, lâchant un bas, "Excusez-moi". Avant de m'éloigner. A l'extérieur. A l'air frais. Qu'un crash d'avion vienne nous calciner.

(Noara) Comme un fantôme dans le blizzard  - Page 2 Tumblr_mtvowghpUZ1rtwfgho1_500

Revenir en haut Aller en bas
 
Cépafo
Cépafo
Féminin MESSAGES : 126
INSCRIPTION : 25/02/2017
ÂGE : 28
RÉGION : Occitanie
CRÉDITS : Eledhwen

UNIVERS FÉTICHE : réel, fantasy, HP
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

tea

(Noara) Comme un fantôme dans le blizzard  - Page 2 Empty


Lara
Kovalenka

J'ai 24 ans et je vis à Tokyo, au Japon. Dans la vie, je suis Ingénieur financier et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma froideur légendaire, je suis célibataire et je m'en fous.

who she is:
 




Anna Speckart ©️ praimfaya
Les mots de Lachlan résonnent encore à mes oreilles alors que je l'apostrophe, tant je perçois le contrôle que cet homme impose à ses proches. Ou du moins, à sa famille. A Noah. Ou alors est-ce moi qui suis encore assez stupide pour penser qu'il est différent de son frère ? Il ne m'aura pas fallu longtemps mais, en quelques minutes à peine, je sais maintenant que je n'aime pas Lachlan d'Aremberg. Et avec le sang froid qui m'est familier, que je n'ai pas confiance en lui, ne serai-ce qu'une seconde. Je souris lorsqu'il me dit avoir déjà maintes fois entendu mon discours, mon regard lui, d'un froid distant. Haussant un sourcil en entendant la suite. C'est bien le discours d'un fils à papa pensé-je intérieurement, avant de froncer les sourcils lorsqu'il me parle d'être à la place d'Ema. Ce n'est que quelques mots à la dérobée et pourtant, cela suffit pour me perturber jusqu'à ce qu'il se lève. Je n'ai pas le temps de formuler une réponse qu'il attrape sa coupe de champagne, avant de lancer cette fameuse remarque. « J'avais oublié à quel point je détestais ça. » Et ça, qu'est-ce que c'est ? Qu'est-ce que ça veut dire ? Mes yeux se détournent avec une once de désintérêt mais au fond, je lutte pour cacher mon trouble. « Lachlan est vraiment un homme attaché à sa famille, ça se sent » dit Ema avec un sourire alors que celui-ci est déjà loin. « C'est sûr.. » dis-je distraitement, sondant Noah du regard cette fois. Est-il une fois de plus en train de se jouer de moi, avec son frère pour complice ? « Excusez-moi. » C'est ça. Doucement à l’intérieur, je sens que je bouillonne. A chaque secondes avec plus d'intensité, prête à exploser. Mes doigts pianotent à nouveau sur la table de nervosité alors que je ne regarde même pas Noah qui s'éloigne, mettant un point d'honneur à l'ignorer, jonglant avec mon comportement contradictoire. J'ai chaud, je tremble presque. Je hais Noah de me retrouver dans un état pareil, moi qui ai toujours le contrôle sur moi-même. « Je ne parviens pas à savoir ce qu'il pense...Tu crois qu'il m- » Je relève les yeux sur mon amie, captant à peine le ton de la confidence qu'elle emploie. « Excuse-moi, je reviens » dis-je précipitamment en me relevant, attrapant mon sac. C'est trop. Tout est de trop. Ces gens, ce champagne, cette bouffe. Lachlan. Et Noah. Noah qui revenait dans ma vie comme une gifle qu'on donne à un gosse, juste histoire de lui rappeler que ce n'est pas lui qui décide. Je passe les portes de l'entrée sans avoir le temps de calculer où mes jambes m'emmenaient, apercevant Noah face à moi. Résistant entre l'envie de lui sauter à la gorge, de lui rire au nez ou de le mépriser. Mes mains tremblent, alors je les occupe en sortant mon paquet de cigarettes et m'en allume une, m'adossant sur le même mur que lui sans le regarder. Au fond, j'ai peur. Mais les mots sortent tout de même de ma bouche. « J'espère que tu profites bien de cette agréable soirée » dis-je avec ironie, toujours sans poser mon regard sur lui.



(Noara) Comme un fantôme dans le blizzard  - Page 2 Tumblr_n7qnreRcCS1rymr5wo1_r1_250 (Noara) Comme un fantôme dans le blizzard  - Page 2 Tumblr_n7qnreRcCS1rymr5wo2_r1_250
(Noara) Comme un fantôme dans le blizzard  - Page 2 Tumblr_n7qnreRcCS1rymr5wo3_r1_250 (Noara) Comme un fantôme dans le blizzard  - Page 2 Tumblr_n7qnreRcCS1rymr5wo4_r1_250
Revenir en haut Aller en bas
 
HAON
HAON
MESSAGES : 22
INSCRIPTION : 26/05/2018
CRÉDITS : tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Noob

(Noara) Comme un fantôme dans le blizzard  - Page 2 Empty


Noah Arjen
D'Aremberg

J'ai 24 ans et je vis à Londres, Grande-Bretagne. Dans la vie, je suis étudiant en diplomatie et je m'en sors allègrement. Sinon, grâce à mon père et son obsession du sang pur aristocrate, je suis fiancé et je m'en fous .


"Je suis l'esprit qui toujours nie et c'est avec justice, car rien n'existe en ce monde qui ne mérite d'être détruit."
(Noara) Comme un fantôme dans le blizzard  - Page 2 Tumblr_m3kwzj9FBH1qb2wlco1_500



Josh Beech ©️ NOM CRÉATEUR



Ma tête cogne. Ma tête cogne. Ma tête cogne. Elle est sur le point d'exploser. Elle ne cesse d'exploser. Mourir à répétition, c'est bien pire que de mourir pour de bon. Je me lève de ma chaise, m'excuse auprès de l'assemblée et sort d'un pas maitrisé. Je ne voudrais pas qu'ils devinent ma hâte, qu'ils devinent mon malaise, qu'ils devinent ma fureur. Au bout de la salle, à droite, un couloir qui mène à l'extérieur. J'ai l'impression d'étouffer, mon costume me noie, je désserre le noeud de cravatte espérant pouvoir mieux respirer. Mon souffle est lourd, saccadé, il ressemble à une crise d'asthme, une asphyxie. J'ai la tête qui tourne, les tempes en feu, mes yeux s'humidifient. Les nerfs, la rage, la peine, autre chose, tout. Tout à la fois, je perds pieds. Je bouscule une dame dans ce couloir. Je ne m'en rend qu'à moitié compte. J'entends sa voix s'élever contre moi, je sais qu'elle vient de me toucher, je sais que nous nous sommes heurter. Mais rien, rien, rien. Rien ne vient, comme si j'étais à côté de mon corps, à côté de la plaque, à côté de mes pompes. Une main dans mes cheveux, machinale, les tirant un peu comme pour sentir leur implantation jusque dans mon cerveau. Je suffoque, ma voix se mèle à mes expirations donnant l'effet de râles d'agonie. J'ai envie de pleurer. Je sors une clope de ma poche, je n'arrive pas à ouvrir le paquet, m'énerve contre lui, les mains tremblantes, avant de réussir à porter une cigarette à ma bouche. Mon paquet tombe au sol, je n'ai pas le force de le ramasser. Je m'adosse au mur pour tenir, me donner de la contenance. Je suffoque. Je suffoque lourd, j'ai envie de pleurer. Envie et besoin. J'essaye de le provoquer, rien ne vient. Tout reste coincé là, dans ma gorge, comme une boule qui m'étrangle. Là où la première taf de ma cigarette finit par passer en me faisant tousser. Qu'est ce qu'il vient de se passer ? Je ne veux pas savoir. Je ne veux pas me souvenir. Je ne veux plus me souvenir. De rien, de rien, de rien. Je ne veux plus me souvenir d'avoir été autre chose que ce chien docile à la table buvant gaiement une boisson qui l'écoeure. Mon aliance brûle mon doigt, je remarque sa présence. Sa présence, et sa signification. Mon alliance n'est plus transparante, je la sens jusque dans mes os, je la regarde, je panique, j'ai l'impression qu'elle se resserre sur mon doigt, que moin doigt va se briser. Je l'enlève péniblement, j'aurais pus arracher l'os avec, et finit par la balancer au loin. Je regarde ma main, la marque du bronsage de la bague. Mon dieu, tout est réel. Mon dieu, je me réveille. Je ne veux plus me souvenir. Ni de ce que c'est que de rêver, ni fantasmer l'idée de vivre pour moi. Je ne veux plus me souvenir de Lara, de ses yeux, de sa bouche contre ma bouche, de ses seins contre mon torse, de ses doigts dans mes cheveux, de mes mains sur ses hanches, de ses lèvres sur mon cou, de son parfum, de .... Mes yeux se plantent. Sur elle qui passe la porte du bâtiment. Je ne sais pas si à cet instant précis je ressens du soulagement de la voir partir de cette soirée et s'éloigner de ma vie pour de bon ; de l'anxiété à l'idée que je déteste le fait qu'elle puisse partir et voudrais qu'elle reste encore ; de la joie parce que nous nous retrouvon tout les deux, rien que tout les deux ; de la peur pour les mêmes raisons. Je suis perdu. Et comme un chien perdu, je ne bouge pas. Seule ma main fait l'effet d'une manivelle en apportant ma clope à mes lèvres. Je me hais de la trouver belle. Elle s'approche et je me laisse de nouveau tomber contre le mur derrière moi, ma main gauche dans la poche de mon pantalon. Je sens sa présence s'affirmer quand tout de vient électrique. Elle est là tout prêt, juste à côté. Et en silence. Peut-être que c'est tout ce qu'il y a à dire. Se retrouver côté à côté, contre le mur froid, et en silence. Je ne la regarde pas. Les yeux rivés devant moi, avalant latte sur latte : "Aussi bien que toi, je suppose". Lachais-je amer, à voix basse, sans la regarder. Je finis ma cigarette et balance le mégot au sol avant de me tourner vers elle. Même si j'ai peur, même si je tremble. Rien ne peut être pire que nos yeux qui s'ignorent. Je me redresse. La regarde. Assuré en apparence, tétanisé à l'intérieur de moi. La voir de si prés me fait l'effet de ... je ne sais pas. Mon cœur se liquéfie. Alors sans détour et sans arme, je finis par dire : "Pourquoi est-ce que tu es là ?". Mes yeux tremblant cherche désespéramment les siens. Et voudrais à la fois la faire disparaître pour ne pas ressentir l'immonde douleur qu'ils ressentent à la regarder de si prêt. A la toucher de si loin.

(Noara) Comme un fantôme dans le blizzard  - Page 2 Tumblr_mtvowghpUZ1rtwfgho1_500

Revenir en haut Aller en bas
 
Cépafo
Cépafo
Féminin MESSAGES : 126
INSCRIPTION : 25/02/2017
ÂGE : 28
RÉGION : Occitanie
CRÉDITS : Eledhwen

UNIVERS FÉTICHE : réel, fantasy, HP
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

tea

(Noara) Comme un fantôme dans le blizzard  - Page 2 Empty


Lara
Kovalenka

J'ai 24 ans et je vis à Tokyo, au Japon. Dans la vie, je suis Ingénieur financier et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma froideur légendaire, je suis célibataire et je m'en fous.

who she is:
 




Anna Speckart ©️ praimfaya
Je ne veux pas avoir davantage affaire à lui. Je ne veux pas le voir, ni même sentir sa présence. Pourtant, mon corps décide de s'adosser au même mur que lui. Je fixe résoluement le trottoir d'en face, la fumée de cigarette entrant dans mes poumons comme une bouée de secours au milieu de l'océan. Mais même ce plaisir rare devenu au fil du temps une addiction ne parvient pas à calmer mon coeur qui tambourine dans ma poitrine avec force. J'ai beau l'ignorer, tout mon être lui s'accroche à la présence de Noah. Au son de la fumée qui franchit sa bouche. Au pincement de ses lèvres lorsque la clope se coince entre elles. Je n'ai pas besoin de le regarder, je le vois parfaitement dans mon esprit. Sa main se rapprochant de son visage dans ce geste que je l'ai tant de fois vu faire. Ses tatouages courant le long de son bras. Son regard qui se lève vers moi.. J'étouffe. A l'intérieur, je tremble. Mais mon miroir de glace durement entraîné ne cède pas. Lui tenir tête. Et m'éloigner de lui. Voilà ce que je dois faire, je le sais. Cette phrase sort de ma bouche avec plus d'aplomb que ce que je pensais, et ça me rassure. Je n'ajoute rien à sa réponse, un millier de questions venant m'assaillir. Est-ce qu'il se fout de moi ? Est-il la victime ou le bourreau dans cette histoire ? Comment s'est-il retrouvé fiancé à Ema ? Que cherche t'il là dedans, à part un confort de vie que je ne lui connaissais pas ? Je n'y comprends rien. Je ne comprends pas Noah. Mais au final, est-ce que je peux réellement dire que je le connais ? Que je suis parvenue à le cerner ? Ces questions, je me les suis déjà tant de fois posées. La réponse est non. Je le sais, et cette dernière heure n'a fait que me le prouver une fois de plus. Alors à quoi bon continuer à me prendre la tête ? Tandis que je prends une nouvelle fois une taffe, je vois le mégot de Noah rouler sur le bitume, et la seconde d'après, son corps me faisant face. Je garde les yeux tournés ailleurs, mon coeur s'emballant une nouvelle fois sans que je ne puisse le contrôler, de savoir Noah si près de moi après ces longs mois d'absence. Comme s'il n'avait jamais vraiment existé. Un simple souvenir. « Je vis ici » lâchai-je froidement, mes doigts tremblant légèrement. Et je m'en veux, rien que pour cet écart. Ce que je fais ici ? C'est plutôt moi qui devrais lui poser cette question. « Ema est mon amie. Elle m'a demandé d'être son témoin, et j'ai accepté. Mais ne t'inquiète pas. Demain je lui dirai que je ne peux pas, et on en parle plus » dis-je en tournant finalement mon regard vers lui.



(Noara) Comme un fantôme dans le blizzard  - Page 2 Tumblr_n7qnreRcCS1rymr5wo1_r1_250 (Noara) Comme un fantôme dans le blizzard  - Page 2 Tumblr_n7qnreRcCS1rymr5wo2_r1_250
(Noara) Comme un fantôme dans le blizzard  - Page 2 Tumblr_n7qnreRcCS1rymr5wo3_r1_250 (Noara) Comme un fantôme dans le blizzard  - Page 2 Tumblr_n7qnreRcCS1rymr5wo4_r1_250
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


(Noara) Comme un fantôme dans le blizzard  - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
(Noara) Comme un fantôme dans le blizzard
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Toi dans mes draps. | [PV] Hentaï.
» [UPTOBOX] Les Fantômes du Titanic [DVDRiP]
» [UploadHero] Opération dans le Pacifique [DVDRiP]
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers réel :: Asie-
Sauter vers: