Partagez | 
 
 
 

 some call love a curse, some call love a thief but he's my home (dajan, louis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
avatar
MONTCLAIRE
Féminin MESSAGES : 164
INSCRIPTION : 23/02/2017
ÂGE : 22
RÉGION : AQUITAINE
CRÉDITS : KILLER FROM A GANG, TUMBLR

UNIVERS FÉTICHE : FANTASTIQUE
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t77-she-was-heterosexual-and- http://www.letempsdunrp.com/t186-m-f-maraudeurs
Flash


Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Louis Weasley, le petit dernier de Bill et Fleur, a bien grandis et démarrera dans quelques semaines sa septième année au sein du collège Poudlard. Si son âge contredis une telle affirmation, il n'a plus rien d'un enfant : le petit garçon blondinet toujours fourré dans les jupes de sa mère n'est plus. Les années sont passées, les temps ont changés. Les présentations entre son petit copain, Dajan Flint-Wood et ses parents ont sonnés. Durant une semaine, Dajan élit domicile chez les Weasley, au sein de la chaumière aux coquillages, pour un séjour rendu mouvementé par l'aversion évidente de Fleur Delacour pour son futur gendre.

Contexte provenant de cette recherche



She remembered when Will had died, her agony, the long nights alone, reaching across the bed every morning when she woke up, for years expecting to find him there, and only slowly growing accustomed to the fact that that side of the bed would always be empty. The moments when she had found something funny and turned to share the joke with him, only to be shocked anew that he was not there. The worst moments, when, sitting alone at breakfast, she had realized that she had forgotten the precise blue of his eyes or the depth of his laugh; that, like the sound of Jem’s violin music, they had faded into the distance where memories are silent.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
MONTCLAIRE
Féminin MESSAGES : 164
INSCRIPTION : 23/02/2017
ÂGE : 22
RÉGION : AQUITAINE
CRÉDITS : KILLER FROM A GANG, TUMBLR

UNIVERS FÉTICHE : FANTASTIQUE
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t77-she-was-heterosexual-and- http://www.letempsdunrp.com/t186-m-f-maraudeurs
Flash



Louis
Weasley

J'ai dix-sept ans et je vis avec mes parents et mes soeurs, dans une chaumière paisible en bord de mer. Dans la vie, je suis encore scolarisé à poudlard et je m'en sors du mieux que je peux. Sinon, grâce à ma chance insolente, je suis en couple et très amoureux et je le vis plutôt incroyablement bien, contrairement à ma mère qui rêve sans doute d'étrangler mon homme dans son sommeil.




benjamin © PARADIS PERDVS.
En dépit des efforts manifestes de Victoire, Dominique, Bill et Louis pour détendre l’atmosphère, cette dernière persistait à rester incroyablement tendue. Depuis que Dajan s’était présenté sur le pas de la porte deux jours plutôt, une arrivée que Louis avait attendu de pied ferme tout en la redoutant malgré lui (et à juste titre, il le voyait bien désormais), ce dernier livrait avec Fleur, la maitresse de la maison, une guerre tout juste dissimulée. Louis n’avait jamais vu sa mère aussi irritée. Elle n’avait de cesse de se tenir bien raide, l’air de désapprouver jusqu’à la façon que Dajan avait de respirer, son regard clair jetant des éclairs. Comme si l’aversion évidente de sa mère pour son petit ami ne suffisait pas, ce dernier ne se gênait pas pour afficher combien c’était réciproque, demeurant même en terres ennemies ce monstre d’arrogance dont Louis avait eut le malheur de tomber amoureux.

Il était reconnaissant à son père et à ses sœurs d’essayer de rendre le séjour de Dajan plus agréable : comme pour compenser l’hostilité dont sa femme faisait preuve, Bill Weasley n’avait de cesse d’afficher un sourire aimable en tâchant d’orienter la discussion vers des sujets « sans risques ». La veille durant le dîner qu’ils avaient partagés autour de la petite table en bois clair, la conversation avait tourné sur le quidditch et tout le monde s’était appliqué participer, même Victoire dont tout le monde dans la famille savait qu’elle n’en avait pourtant pas grand chose à faire. Seule Fleur était restée inhabituellement silencieuse. Louis avait bien essayé de jouer les intermédiaires, tâchant de déraidir sa mère, mais sans succès. Elle ne pouvait pas voir Dajan en peinture et il le lui rendait bien, c’était parfaitement clair pour tout le monde. En dépit du caractère étroit de la demeure familiale, la mère de Louis avait pris soin d’installer Dajan dans la chambre la plus éloignée de son fils que possible, forçant au passage Victoire et Dominique à cohabiter, ce qui n’était pas sans avoir causé plusieurs disputes. Louis commençait presque à regretter d’avoir demander à ses parents d’accueillir son copain pendant une semaine. S’il ne s’était pas fait de faux espoirs en imaginant que sa mère tomberait aussi amoureuse de Dajan qu’il l’était lui-même, il ne s’attendait pas non plus à ce déluge de froideur.

Lorsqu’il se leva, Louis se hâta de filer sous la douche et de se préparer avant d’aller frapper à la chambre de Dominique, réquisitionnée par Dajan pour la semaine. Dès lors que la porte s’ouvrit sur le beau visage de son copain, Louis se fendit d’un grand sourire, oubliant le climat de tensions qu’ils devaient supporter. « Salut, t’as bien dormi ? » Souffla-t-il avant de l’embrasser. Durant un temps, il s’était montré très pudique dans sa relation avec Dajan et c’était toujours un peu le cas, mais l’influence de son petit copain le poussait à être un peu plus entreprenant. Il l’embrassa avec une passion tout juste contenu avant de lui faire signe de le suivre. Ils prirent ensemble le chemin de la cuisine. La chaumière aux coquillages dans laquelle Louis avait grandit été une petite demeure à la fois étroite et douillette, soigneusement entretenue mais offrant une intimité toute limitée. Depuis l’arrivée de Dajan en particuliers, Louis avait tendance à trouver la maison exagérément étroite. Il avait l’impression de ne pas pouvoir faire un pas sans se heurter au regard de sa mère.

Ce fut un peu à contrecœur qu’il rejoignit la cuisine, Dajan sur ses talons. Il trouva toute la famille dans la cuisine, embrassa rapidement ses sœurs, étreignit son père et laissa sa mère lui planter un baiser protecteur sur le front avant de diriger toute son attention sur la nourriture amassée sur le plan de travail de la cuisine. Il attrapa quelques douceurs avant de prendre la parole sans s’adresser à personne en particulier. « On va prendre notre petit déj’ dehors » dit-il. Du coin de l’œil, il vit sa mère ouvrir la bouche pour protester et son père enrouler un bras autour d’elle et lui murmurer quelque chose pour la dissuader d’intervenir. Louis fit mine de n’avoir rien remarquer et se dirigea vers la porte d’entrée en intimant du regard à Dajan de le suivre. Quelques secondes plus tard, les garçons refermaient la porte derrière eux. Louis alla poser son butin sur une petite table entourée de quelques chaises qui auraient mérité d’être un peu nettoyées, mais Louis ne s’en formalisa pas. « Désolé pour ma mère » lança-t-il à peine assis. « Je ne sais pas ce qui lui prends » enfin, si, mais il préférait feindre le contraire. Tout en parlant, il attrapa un petit pain et mordit dedans, l’air vaguement embarrassé. C’était peut-être la première fois de sa vie que l’attitude de sa mère le gênait ouvertement. Quelques mois plus tôt, Louis avait fait un séjour chez Dajan et ses pères s’étaient montrés très accueillants à son encontre. Il regrettait que ce ne soit pas réciproque en ce qui concernait sa propre famille.



She remembered when Will had died, her agony, the long nights alone, reaching across the bed every morning when she woke up, for years expecting to find him there, and only slowly growing accustomed to the fact that that side of the bed would always be empty. The moments when she had found something funny and turned to share the joke with him, only to be shocked anew that he was not there. The worst moments, when, sitting alone at breakfast, she had realized that she had forgotten the precise blue of his eyes or the depth of his laugh; that, like the sound of Jem’s violin music, they had faded into the distance where memories are silent.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
laufeyson.
MESSAGES : 61
INSCRIPTION : 07/04/2017
RÉGION : champagne-ardenne.
CRÉDITS : pando, tumblr, amélie, neon demon.

UNIVERS FÉTICHE : réel, city, university, harry potter, fantastique, historique...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1022-l-histoire-de-la-vie http://www.letempsdunrp.com/t945-we-ll-never-be-royals-but-they-will
Limace



Dajan
Wood-Flint

J'ai 17 ans et je vis à Londres, UK. Dans la vie, je suis élève de Serpentard et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple et je le vis plutôt très bien.

arrogant + provocateur + ambitieux + sûr de lui + amoureux + emmerdeur + extraverti.


reece king © ERIAM


Peut-être qu’il était suicidaire ou totalement débile, mais il trouvait ce séjour chez Louis absolument divertissant. Toute personne normale ce serait trouvé horriblement mal à l’aise face à la froideur et rejet évident de Fleur, mais Dajan trouvait juste cela amusant. Car lui, provoquer et tenir tête, il savait faire. Il savait aussi qu’elle était la seule de la famille à ne pas supporter sa présence, et cela le mettait en position de force dans la mesure où il savait que Louis défendrait sa présence ici bec et ongle si elle se montrait encore plus hostile qu’elle ne l’était. Dans un sens, il était triste pour Louis de le voir autant galérer à tenter d’établir le contact entre eux deux sans aucun succès - si ce n’était pour se lancer dans une bataille de regard. Mais d’un autre côté, si sa mère était fermée et trop protectrice, ce n’était pas son problème, et Dajan allait se faire un plaisir de la faire sortir de sa zone de confort. Il était comme ça, chez lui un peu n’importe où, imposant sa présence et relevant le menton quand on tentait de l’étouffer. Il était capable de tenir face à un Oliver Wood hors de lui lorsque l’on critiquait son équipe de Quidditch favorite, alors Dajan était loin d’être impressionné par l’iceberg vivant qu’était Fleur Weasley. Il en venait même à se demander comment elle avait pu avoir un fils aussi adorable que Louis. Quoique, maintenant qu’il connaissait son père, cela s’expliquait. Contrairement à sa femme, Bill Weasley était sympathique avec lui, et Dajan le lui rendait bien. Si on était sympa avec lui, il l’était également. Fleur n’avait qu’à sourire un peu plus, et il reverrait son attitude. Chose qui n’était pas prête d’arriver cependant, alors ils allaient sûrement continuer à être en guerre ouverte jusqu’à la fin de son séjour. C’était à qui montrait le plus de caractère et d’autorité. Evidemment, elle le faisait dormir à l’autre bout de la maison, le plus possible de Louis. Alors évidemment, en réponse, il passait son temps avec une main possessive enroulée autour de son petit-ami - déjà parce qu’il aimait le toucher mais aussi parce qu’il voulait montrer que pour le coup, Louis était de son côté.

Il savait qu’il abusait un peu, et il aurait certainement du faire des efforts, ne serait-ce que pour son petit-ami. Mais il le connaissait. Il savait son fort caractère, son égo bien trop grand et son air d’effronté sur de lui. En étant amoureux de lui, il était aussi amoureux de sa personnalité, alors Dajan ne comptait pas changer. Lorsque l’on était hostile envers lui, il répondait avec tout autant d’ardeur. On avait trop tenté de lui marcher dessus au début, alors cela ne risquait pas d’arriver une nouvelle fois.

Le matin de son troisième jour à la chaumière aux coquillages, il ne fut pas surpris de découvrir Louis à sa porte, comme il le faisait depuis son arrivée. « Salut, t’as bien dormi ? » Il n’eut même pas le temps de répondre qu’il l’entraînant déjà dans un baiser, auquel Dajan répondit joyeusement. Une nuit sans le voir en sachant qu’il était dans la même maison, c’était tout bonnement insoutenable. Il fit la moue lorsque Louis s’éloigna finalement, car lui il avait bien envie de l’entraîner dans la chambre et de fermer la porte derrière eux. “Oui, même si c’était un peu solitaire. J’ai le droit de venir me glisser sous tes draps la nuit prochaine ou non ?” Salazar, ce qu’il adorerait voir la tête de Fleur si elle le surprenait dans la chambre de son fils. Il se ferait sûrement dégager à coup de sortilèges, mais cela vaudrait vraiment le coût.

Ils finirent par descendre pour prendre de quoi déjeuner, rencontrant toute la famille du même coup. Dajan prit bien soin de saluer tout le monde, n’échangeant qu’un énième regard avec Fleur, et échangeant quelques mots avec Bill pendant que Louis prenait un peu de nourriture. Finalement, ils sortirent de la maison, Dajan piquant un raisin dans l’assiette de Dominique sous son cri offusqué qui se transforma vite en rire. Si on omettait Fleur, Dajan les aimait bien les Weasley, ils étaient sympa - enfin cette partie, il ne connaissait pas vraiment le reste de la petite tribu. Ils allèrent s’asseoir autour d’une petite table de jardin, et Dajan attrapa un pain au chocolat alors que son petit-ami prenait la parole. « Désolé pour ma mère. Je ne sais pas ce qui lui prends » Il haussa les épaules. “T’en fais pas, j’ai connu pire.” En voyant son air embarrassé, il attrapa sa main avec la sienne, lui offrant un sourire. “Ce n’est pas de ta faute, elle ne m’aime pas c’est tout. Visiblement tout le monde n’est pas sensible à mon charme.” Son sourire rassurant se fit un peu plus taquin, souhaitant détendre l’atmosphère. Il n’avait pas envie que Louis se plombe le moral pour ça. Ce n’était pas comme si il pouvait gérer cela plutôt facilement.



my aesthetic will be working a corporate job in six inch nude louboutins with diamond studs and a flawless contour and eyeliner wing. and on the weekends I’ll wear my fur jacket and go out for martinis and Sunday brunch with my best friends and carry my prada bag and drink caramel lattes & kiss my hot corporate fiancée and leave lipstick stains on his cheeks.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
MONTCLAIRE
Féminin MESSAGES : 164
INSCRIPTION : 23/02/2017
ÂGE : 22
RÉGION : AQUITAINE
CRÉDITS : KILLER FROM A GANG, TUMBLR

UNIVERS FÉTICHE : FANTASTIQUE
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t77-she-was-heterosexual-and- http://www.letempsdunrp.com/t186-m-f-maraudeurs
Flash



Louis
Weasley

J'ai dix-sept ans et je vis avec mes parents et mes soeurs, dans une chaumière paisible en bord de mer. Dans la vie, je suis encore scolarisé à poudlard et je m'en sors du mieux que je peux. Sinon, grâce à ma chance insolente, je suis en couple et très amoureux et je le vis plutôt incroyablement bien, contrairement à ma mère qui rêve sans doute d'étrangler mon homme dans son sommeil.




benjamin © PARADIS PERDVS.
« Oui, même si c’était un peu solitaire. J’ai le droit de venir me glisser sous tes draps la nuit prochaine ou non ? » Alors qu'il reculait douloureusement, luttant tant bien que mal contre son envie de l'attirer à nouveau vers lui sans plus attendre, un sourire vint corner les lèvres de Louis. Est-ce qu'il avait le droit de le rejoindre la nuit ? Non, pas selon les règles établies dès son arrivée, règles que Louis n'approuvait en rien. Il s'était retenu à grandes peines de lever les yeux au ciel quand sa mère avait décidé que Dajan coucherait dans la chambre la plus éloignée de la sienne et avait depuis pris sur lui pour ne pas s'y glisser en pleine nuit. Si une part de lui comprenait que ses parents refusent qu'ils dorment ensemble, il ne pouvait s'empêcher de se sentir frustré. Alors non, même si Dajan n'avait techniquement pas le droit de mettre un seul pied dans sa chambre une fois la nuit tombée, Louis n'avait guère le coeur de lui refuser, pas alors qu'il en crevait d'envie. « Faut voir, il parait que certaines règles sont faites pour être transgressées » répondit-il, un sourire taquin aux lèvres avant de se résoudre à prendre le chemin de la cuisine, Dajan sur les talons.

S'il ne pouvait pas fuir sa famille et plus particulièrement sa mère, il ne se sentait guère pour autant particulièrement d'humeur à jouer à nouveau les intermédiaires tendus. Même s'il savait pertinemment qu'un tel comportement de sa part n'allait pas lui faire gagner des points auprès de sa mère, il décida de fausser compagnie à ses soeurs et à ses parents. Il avait envie d'être un peu tranquille, d'avoir un semblant d'intimité avec Dajan et n'estimait pas que la perspective d'un petit déjeuner en terrasse avait quoi que ce soit d'irrespectueux envers ses parents. Bien que voyant du coin de l'oeil sa mère s'insurger, il l'ignora et éprouva de la reconnaissance à l'égard de son père dont il voyait bien qu'il essayait de la pousser à se montrer plus agréable et tolérante vis-à-vis de Dajan. Pour l'heure, il n'avait guère obtenu de résultats très saisissants en ce sens, mais au moins il essayait et à ce stade, Louis ne demandait rien de plus. Il aurait tant aimer que sa mère puisse en faire autant, mais il commençait à croire que les choses n'allaient guère évoluer en ce sens.

Louis éprouva un certain soulagement en sortant de la maison. L'été était doux et outre cela, il respirait beaucoup mieux à l'extérieur depuis que Dajan était arrivé. La chaumière aux coquillages semblait plus étroite et inhospitalière que jamais maintenant qu'il était évident que son petit ami n'y était pas le bienvenue. Louis était foncièrement contrarié et ne parvenait pas vraiment à le dissimuler, malgré son entêtement à le dissimuler. Il en voulait à sa mère et un peu à Dajan aussi, car si l'attitude de Fleur était impardonnable, il ne faisait rien pour arranger les choses non plus. Il n'avait de cesse de provoquer sa mère, un petit manège dont Louis était le participant involontaire. De façon générale, il n'avait jamais aimé les conflits et encore moins lorsqu'il se retrouvait coincé dans l'un deux. Ils le mettaient mal-à-l'aise.

En s'installant autour de la petite table installée sur la terrasse, Louis ne put s'empêcher de présenter ses excuses à Dajan pour sa mère. L'aversion évidente de Fleur pour lui en devenait tout bonnement gênante pour le benjamin de la famille. « T’en fais pas, j’ai connu pire. » Soit, mais ça n'excusait rien. Dajan fit mine d'attraper sa main et Louis lâcha le bout de pain qu'il tenait jusqu'alors pour entremêler ses doigts aux siens. « Ce n’est pas de ta faute, elle ne m’aime pas c’est tout. Visiblement tout le monde n’est pas sensible à mon charme. » Louis secoua la tête avant de lui adresser un regard faussement courroucé. « C'est peu de le dire. Je crois que tu as un talent naturel pour ce qui est de l'excéder et je te suspecte d'en jouer un peu trop, tu ne la ménages pas » c'était un cercle vicieux. Louis poussa un soupire résigné avant de baisser la tête pour déposer un rapide baiser sur la main de Dajan. Il releva ensuite la tête et recommença à manger son pain. « Je crois que ça n'a rien de personnel. Elle a déjà eut du mal à accepter mes préférences, ça la travaille encore » dit-il entre deux bouchées. « Enfin, dans tous les cas elle n'a pas le choix » il l'avait choisi lui et sa mère allait devoir faire avec.



She remembered when Will had died, her agony, the long nights alone, reaching across the bed every morning when she woke up, for years expecting to find him there, and only slowly growing accustomed to the fact that that side of the bed would always be empty. The moments when she had found something funny and turned to share the joke with him, only to be shocked anew that he was not there. The worst moments, when, sitting alone at breakfast, she had realized that she had forgotten the precise blue of his eyes or the depth of his laugh; that, like the sound of Jem’s violin music, they had faded into the distance where memories are silent.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
laufeyson.
MESSAGES : 61
INSCRIPTION : 07/04/2017
RÉGION : champagne-ardenne.
CRÉDITS : pando, tumblr, amélie, neon demon.

UNIVERS FÉTICHE : réel, city, university, harry potter, fantastique, historique...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1022-l-histoire-de-la-vie http://www.letempsdunrp.com/t945-we-ll-never-be-royals-but-they-will
Limace



Dajan
Wood-Flint

J'ai 17 ans et je vis à Londres, UK. Dans la vie, je suis élève de Serpentard et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple et je le vis plutôt très bien.

arrogant + provocateur + ambitieux + sûr de lui + amoureux + emmerdeur + extraverti.


reece king © ERIAM


Pour être tout à fait honnête, il n’avait jamais pensé amoureux si tôt et à ce point-là. Evidemment, il s’imaginait fonder une famille plus tard, mais il n’avait pas vraiment été dans l’optique de se mettre en couple pendant ses années à Poudlard. Il était le genre de personnes aimant profiter de la vie, flirtant avec toutes les personnes lui plaisant, ignorant le regard des autres et des murmures derrière son dos. Il était bien trop arrogant pour cela. En réalité, il y a encore quelques années, il voyait le fait d’être en couple comme quelque chose rimant avec la routine et un sentiment casanier, comme si le fun s’arrêtait à ce moment-là. Alors il était fier de lui et de son célibat, bien certain de sa théorie, et attendant de vieillir et de quitter Poudlard pour sérieusement considérer une relation longue. Et puis, comme ça, il y avait eu Louis. Bon sang, c’était horriblement cliché et gnangnan dis comme ça, et cela ne lui ressemblait absolument pas. Et pourtant, pourtant il avait senti que celui-là serait différent, qu’il ne pourrait pas simplement se comporter comme avec un ou une autre. Il aimait autant son rire que son plissement de nez face à quelque chose le dégoutant, sa timidité adorable et ses joues rougissantes. Il était tombé amoureux de lui d’un coup, bien trop vite, mais il lui avait fallu bien plus de temps pour réellement se rendre compte de la force de ses sentiments. Et puis finalement il avait compris que le fun ne s’arrêtait pas en se mettant en couple, que si il ne le voulait pas il n’allait tomber dans aucune routine, et que c’était fascinant de découvrir encore et encore des aspects de son petit-ami qu’il ne soupçonnait pas. Et puis, dernièrement, leur relation ne manquait pas de fun grâce à cette chère Fleur l’ayant entraîné dans une guerre ouverte. Dajan était complètement ouvert à cette idée. Il était têtu, et il voulait gagner. Et il allait gagner. Et si il pouvait mêler l’utile à l’agréable, comme en se glissant dans les draps de son petit-ami pendant la nuit alors que cela était parfaitement interdit, il n’allait pas se gêner. Surtout si ce dernier lui offrait ce sourire bien trop craquant, semblant complètement partant pour l’idée. Et bien, cette nuit-là allait être moins solitaire, c’était certain.

En attendant cette nuit, ils s’échappèrent dans le jardin tous les deux pour être tranquille et prendre leur petit-déjeuner. Evidemment, Louis se sentir obligé de s’excuser pour le comportement de sa mère, alors que Dajan balayait cela d’un geste de main. Dans un sens, il s’en fichait, même si tout serait plus simple si toute la famille l’appréciait et l’acceptait. Mais on ne pouvait pas toujours tout avoir, et la chose qui comptait le plus pour Dajan, c’était que Louis l’aime et veuille toujours bien de lui. Le reste, il pouvait bien le mettre de côté. « C'est peu de le dire. Je crois que tu as un talent naturel pour ce qui est de l'excéder et je te suspecte d'en jouer un peu trop, tu ne la ménages pas » Dajan prit un faux air embarrassé, car oui, Louis avait totalement raison, mais il n’était pas vraiment désolé. “Je plaide coupable votre honneur.” Il eut un sourire, avant de hausser les épaules, continuant son pain au chocolat. “Pour ma défense, elle a commencé. Tu me connais, je ne peux simplement pas la laisser me marcher sur les pieds. Je me dois de lui répondre, et de lui prouver que je mérite son fils et qu’il veut de moi, alors il va falloir qu’elle s’y fasse. Car moi, je compte pas te laisser partir pour lui faire plaisir.” Il était vraiment sérieux sur ce point, il avait tout le mal du monde à imaginer sa vie sans Louis désormais, et il préférait ne pas y penser. « Je crois que ça n'a rien de personnel. Elle a déjà eut du mal à accepter mes préférences, ça la travaille encore » Il s’appuya un peu plus contre sa chaise, reconnaissant que l’argument était valable. Enfin, vu son propre contexte familial et sa propre sexualité, il avait du mal à comprendre et accepter qu’on puisse rejeter de quelconque façon une orientation sexuelle. Surtout lorsque c’était celle de son fils. Elle pensait qu’il n’était pas normal ou quoi ? Rien que l’idée le faisait avoir encore plus de rancoeur envers Fleur. “C’est certain, avec mes parents c’était plus simple sur ce point-là.” Il n’avait jamais eu à faire de coming-out en soi, une fois il avait parlé d’une fille, une autre fois d’un garçon, et c’était clair, pas besoin de faire une annonce ou une discussion à propos de cela. Quand on avait deux pères, c’était forcément plus simple. Ils avaient été un peu inquiet qu’il se fasse intimidé pour cela, mais Dajan était du genre à savoir se défendre. « Enfin, dans tous les cas elle n'a pas le choix » Un sourire fendit le visage de Dajan, et il se pencha vers Louis pour l’embrasser. “J’adore quand tu dis des choses comme ça.” Il l’embrassa, une fois, deux fois, trois fois, avant de finalement se reculer pour continuer à manger. Il jeta un oeil au ciel bleu, et à la maison derrière eux, avant de reprendre. “Quelque chose de prévu pour aujourd’hui ? Je propose qu’on quitte la maison. Non pas que je n’aime pas cet endroit hein, mais cela serait peut-être bien d’éviter la tension ambiante pendant quelques heures.”



my aesthetic will be working a corporate job in six inch nude louboutins with diamond studs and a flawless contour and eyeliner wing. and on the weekends I’ll wear my fur jacket and go out for martinis and Sunday brunch with my best friends and carry my prada bag and drink caramel lattes & kiss my hot corporate fiancée and leave lipstick stains on his cheeks.
Revenir en haut Aller en bas
 
 
some call love a curse, some call love a thief but he's my home (dajan, louis)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Let your love come true
» Curse Me To Love - HPLV
» Dragon Hair ?
» (FUTUR BOYFRIEND) you don't have to say i love you to say i love you ◊ 1/1 [pris]
» Absolarion Love.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers fantasy :: Harry Potter-
Sauter vers: