Partagez | 
 
 
 

 stuck in a hurricane (romione)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
avatar
MONTCLAIRE
Féminin MESSAGES : 164
INSCRIPTION : 23/02/2017
ÂGE : 22
RÉGION : AQUITAINE
CRÉDITS : KILLER FROM A GANG, TUMBLR

UNIVERS FÉTICHE : FANTASTIQUE
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t77-she-was-heterosexual-and- http://www.letempsdunrp.com/t186-m-f-maraudeurs
Flash


Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
2008 - Dix ans se sont écoulés depuis que Harry Potter a vaincu celui dont plus personne ne crains désormais de prononcer le nom, libérant l'Angleterre dans la foulée et offrant à tout un chacun un avenir plus radieux.

En dépit de la paix instaurée, le monde n'en est guère pour autant parfait. Les aléas de la vie persistent, semant les existences des uns et des autres d'embuches diverses. Il y a de l'eau dans le gaz au sein du couple formé par les meilleurs amis du célèbre Harry.

Alors que la soirée s'étire inlassablement, Ron s'impatiente, attendant que sa femme daigne enfin rentrer à la maison pour avoir une conversation devenue tout bonnement inévitable.

Contexte provenant de cette recherche



She remembered when Will had died, her agony, the long nights alone, reaching across the bed every morning when she woke up, for years expecting to find him there, and only slowly growing accustomed to the fact that that side of the bed would always be empty. The moments when she had found something funny and turned to share the joke with him, only to be shocked anew that he was not there. The worst moments, when, sitting alone at breakfast, she had realized that she had forgotten the precise blue of his eyes or the depth of his laugh; that, like the sound of Jem’s violin music, they had faded into the distance where memories are silent.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
MONTCLAIRE
Féminin MESSAGES : 164
INSCRIPTION : 23/02/2017
ÂGE : 22
RÉGION : AQUITAINE
CRÉDITS : KILLER FROM A GANG, TUMBLR

UNIVERS FÉTICHE : FANTASTIQUE
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t77-she-was-heterosexual-and- http://www.letempsdunrp.com/t186-m-f-maraudeurs
Flash



Ronald
Weasley

J'ai 28 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis co-gérant d'un magasin de farces et attrapes avec mon frère et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis marié et heureux de deux adorables bébés et je le vis plutôt bien.




avatar © BALACLAVA


La nuit était tombée depuis des heures maintenant et si la pièce à vivre baignait encore dans la lumière quand il s’était assis, le regard de Ron ne se posait désormais plus que sur les ténèbres. Dans l’obscurité ambiante, lui-même se sentait s’abandonner au sommeil sans jamais y parvenir cependant. Il luttait, persistant à garder difficilement les yeux ouverts. Avec un soupire fatigué, il étendit ses longues jambes tout en allumant la lampe disposée sur une petite table à côté du fauteuil moelleux dans lequel il avait pris place il y a ce qui lui semblait maintenant remonter à une éternité. Il n’aurait sut dire depuis combien de temps il se tenait là. Il  avait perdu le fils. Il lui semblait en quelque sorte que le temps s’était figé depuis qu’il avait couché Hugo avant de rejoindre Rose dans sa chambre pour lui lire une histoire tirée d’un vieux recueil de contes pour enfants qu’il connaissait comme sa poche pour les avoir lui même entendus durant des années quand sa mère le bordait. Après avoir terminé l’histoire et réussi à sortir de la chambre de sa fille à l’issue d’un large panel de bisous et câlins pour achever en beauté la journée, il avait regagné le salon où il s’était posé. Déjà avant de poser ses fesses dans le fauteuil, il se sentait fatigué, lessivé par sa journée. Il savait que celle qui l’attendait promettait d’être toute aussi agitée et l’envie de regagner direct son lit n’avait pas manqué de le titiller sans qu’il puisse se résoudre à l’assouvir. Il lui avait fallu lutter pour passer devant la porte de sa chambre et préférer au confort bienvenu du lit conjugal le décor cosy du salon.

La raison de cet entêtement à demeurer éveillé alors même qu’il avait du mal à garder ses deux yeux ouverts n’était autre que l’absence d’Hermione et son besoin viscéral de lui parler. Ils avaient besoin d’avoir une conversation tous les deux et aussi terrifiante que soit cette perspective, elle apparaissait à Ron comme étant de plus en plus inévitable. Cela faisait un moment maintenant qu’il se faisait l’effet de vivre en colocation à sa femme, une perspective qui n’était pas sans le perturber grandement. Hermione et lui n’avaient de cesse de s’éviter, petit jeu dont il était désormais bien las. Si une part de lui ne désirait rien de plus que de conforter dans le déni dans lequel il avait élu domicile depuis déjà une bonne poignée de jours, une autre aspirait à voir les choses enfin mises à plat. Il ne parvenait plus à vivre dans ce climat d’incertitude et c’était dans cette idée qu’il s’était résolu à attendre le retour d’Hermione, campé dans le salon, de sorte à pouvoir l’intercepter à la seconde où elle passerait le pas de la porte. A demeurer ainsi immobile dans le salon, il se faisait un peu l’effet d’être en train de lui tendre un piège. Il ressemblait à sa mère durant toutes ces fois où elle faisait le guet depuis la cuisine, prête à sauter au cou de ses enfants ou même de son époux parfois à l’instant où ils franchiraient le seuil. Cette perspective l’aurait sans doute amusé s’il n’avait pas si peu le cœur à rire.

Il avait espéré, sans doute un peu naïvement, qu’Hermione ne tarderait pas trop, mais à présent que la nuit était bien avancée, il commençait à douter qu’elle rentrerait seulement. Quelques années plus tôt, un tel retard l’aurait rendu fou d’inquiétudes. Ils avaient vécus des choses très difficiles eux tous, des choses à même de vous rendre particulièrement paranos. Durant des mois après la chute de Voldemort, Ron avait vécu dans l’anxiété, rongé par le souvenir de toute l’horreur qu’il avait perçu, sentiment qui s’était renforcé avec l’arrivée de ces enfants et avec lequel il tâchait de composer à présent. Il avait renoncé à l’idée de venir un jour à bout de son inquiétude et faisait purement et simplement de son mieux pour vivre avec. Pour l’apprivoiser, il n’y avait toute fois rien de mieux que de voir ses pensées focalisées ailleurs et c’était le cas ce soir-là. Ron était trop occupé à s’énerver de l’absence d’Hermione pour se faire des films sur d’éventuels dangers qu’elle pourrait bien encourir pendant qu’il était là à ronger son frein. Seul son agacement le tenait encore éveillé. Qu’est-ce qu’elle pouvait bien faire à cette heure ? Pourquoi n’avait-elle pas songé à le prévenir ? Ron s’ennuyait tellement qu’il fut presque tenté de s’emparer d’un livre laissé par Hermione (car elle était à ce jour la seule personne de la maison qui songerait en temps normal à bouquiner pour passer le temps), ce qui en disait vraiment bien long sur son état d’esprit. Il fallait vraiment qu’il soit en proie au désespoir pour ne serait-ce que songer à se laisser aller à un exercice de lecture. Ron tendait le bras pour se saisir du bouquin quand la porte s’ouvrit. Suspendant son geste, il darda un regard furibond vers la porte tout en se levant brusquement. Toute trace de fatigue s’était évaporée de son expression, laissant place à une colère et une irritation parfaitement perceptible. « Qu’est-ce que tu fabriquais ? » Gronda-t-il à voix basse, se retenant de laisser davantage libre court à sa colère afin de ne pas réveiller les enfants, assoupis depuis un bon moment.



She remembered when Will had died, her agony, the long nights alone, reaching across the bed every morning when she woke up, for years expecting to find him there, and only slowly growing accustomed to the fact that that side of the bed would always be empty. The moments when she had found something funny and turned to share the joke with him, only to be shocked anew that he was not there. The worst moments, when, sitting alone at breakfast, she had realized that she had forgotten the precise blue of his eyes or the depth of his laugh; that, like the sound of Jem’s violin music, they had faded into the distance where memories are silent.
Revenir en haut Aller en bas
 
 
stuck in a hurricane (romione)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» castiel ▬ HURRICANE.
» Hurricane Nerdy (20/03/12 à 15h12)
» Bulgaria Allocates Relief Aid to Cuba, Haiti for Hurricane Damages
» WWE Cruiserweight Championship : Hurricane Helms vs Kofi Kingston
» MAYHEM #9 - CODY RHODES VS. THE HURRICANE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers fantasy :: Harry Potter-
Sauter vers: