Partagez | 
 
 
 

 Salvation (Klamille)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
avatar
mudblood squad
Féminin MESSAGES : 54
INSCRIPTION : 01/03/2017
ÂGE : 26
RÉGION : Charente maritime, Loire Atlantique.
CRÉDITS : (ava) cerealkillerz, (sign) uc ,(profil) sadness

UNIVERS FÉTICHE : Harry Potter, city, vikings, fantastique ...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur
Limace


Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Avec l’arrivée d’anciennes connaissances, une nouvelle menace pèse sur la famille Michaelson, une prophétie déclarant que les trois frères et sœurs périront respectivement de la main d’un ami, d’un ennemi et de la famille. Avec l’aide de leur sœur, Freya, ils tentent déjouer les plans annoncés par la voyante du descendant de Klaus, Lucien. Mais ce n’est pas le seul à clamer qu’il est là pour sauver la famille Michaelson. Lucien est allié avec Tristan et Aurora de Martel. Cette dernière, premier amour de Klaus, n’a pas apprécié que ses retrouvailles avec son amour perdu soient mises en jeopardy par l’humaine, Camille. Alors, pour apprendre une leçon à Klaus, elle s’en prend à cette humaine si fragile. Après avoir sauvé la jeune femme, le vampire pense que cette dernière est en sécurité dans la maison familiale du quartier français et se laisse aller à ses sentiments, suite aux conseils de Rebekah. Mais, Aurora ayant plus d’un tour dans son sac, à manipuler mentalement Camille. « Prends cette fiole de mon sang. Une fois qu’il te regardera, que tu sauras qu'il est vraiment tomber amoureux de toi, tu la boiras et tu te tranchera la gorge. » C’est ainsi, qu’après s’être endormie dans les bras de Klaus que Camille réalise le funeste désir de la descendante de Rebekah. Elle se réveille, hagarde, posant son regard sur le visage strié de larmes du Michaelson. Elle est en transition, elle doit faire un choix. Après une journée d’indécisions, Camille décide de boire du sang humain, devenant ainsi un vampire.

Contexte provenant de la série The Originals<
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
mudblood squad
Féminin MESSAGES : 54
INSCRIPTION : 01/03/2017
ÂGE : 26
RÉGION : Charente maritime, Loire Atlantique.
CRÉDITS : (ava) cerealkillerz, (sign) uc ,(profil) sadness

UNIVERS FÉTICHE : Harry Potter, city, vikings, fantastique ...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur
Limace



Camille O’Connell
J'ai 29 ans et je vis à la Nouvelle Orléans, États Unis. Dans la vie, je suis une ancienne étudiante en psychologie, barmaid à Rousseau’s et fraîchement devenue vampire et je m'en sors en y laissant des plumes. Sinon, grâce à mon karma, je suis tombée amoureuse de Niklaus Michaelson et j’en ai payé le prix.



+  +  +  +  +


Leah Pipes © shiya
Je savais que ma transformation en tant que vampire n’allait pas être partie de plaisir. Il suffisait de voir la douleur que l’on endure lors de notre transition, l’impression que nos veines se sont asséchées, que notre gorge brûle et que nos dents ne demandent qu’une chose : se planter dans de la chair fraîche. Je me répugnais à l’idée de boire du sang humain, parce que ce n’était pas dans ma nature et pourtant, une fois que j’eus dépasser le goût métallique, que je m’étais raisonnée en me disant que je n’avais qu’à boire à partir des poches de sang de l’hôpital, je réalisais à quel point, je m’étais trompée. J’avais passé la journée précédente à me convaincre que je ne devais pas achever la transition, que je devais mourir car je ne voulais pas que la partie sombre de mon être remonte à la surface, faisant des dégâts parmi la race humaine. Humaine, je ne l’étais plus depuis vingt-quatre heures et je me demandais déjà où était passé mon humanité ? Je pouvais sentir que même les conseils les plus avisés de Klaus, qui se tenait en face de moi, un air inquiet sur le visage, entraient et ressortaient par l’autre oreille. Je n’écoutais même pas ce qu’il disait, comme une élève ingrate. Tout ce à quoi je pensais, c’était à ma soif. « Camille, Camille ? », entendis-je Klaus m’appeler, me tirant de mes pensées. Je tournais mes prunelles vers les siennes, il semblait plus que contrarié. Je soupirais avant de me lever.  « C’était une longue journée, je vais aller me doucher d’accord ? », lui répondis-je, en laissant dans mon sillage, une caresse sur sa joue. Heureusement qu’il ne m’avait pas encore permis d’avoir une bague de jour, même si c’est ce que je souhaitais au plus profond de mon être à cet instant. Ma diversion sembla faire son effet, je tournais les talons pour me diriger vers la salle de bain, je tournais alors l’eau à fond pour créer un bruit de fond. Je n’avais qu’une idée à cet instant, sortir de cette demeure et épanché ma soif. J’allais sans doute me faire taper sur les doigts au final, mais peu m’importait en cet instant. J’avais entendu le brouhaha des passants de la Nouvelle Orléans toute la journée … Cela m’avait rendu folle, savoir qu’il y avait autant de personne à l’extérieur et que je ne pouvais pas en profiter. Une fois, m’être assurée que Klaus n’était plus dans les parages, je traversais la pièce – en laissant l’eau de la douche coulée, tant pis pour le gaspillage – à vive allure, avant de dévaler les escaliers. Je croisais Hayley qui n’émit aucune objection à me laisser sortir par le portail de l’entrée. Un petit sourire de remerciement s’étendit lentement sur mon visage avant que je ne retrouve l’air frais du soir, de l’extérieur. Je déambulais dans les rues du quartier français pour me rendre à Rousseau’s. J’y trouverais bien un imbécile qui mérite d’être drainé de son sang, non ? Je franchis les portes du bar, adressant un sourire amical aux barmaids. Je m’installais au bar en commandant un whisky. Ce dernier n’allait pas épancher ma soif, mais c’était une diversion pour pouvoir patienter avant de trouver ma ‘victime’. L’occasion se présenta rapidement, un homme macho au possible fit irruption prés du bar, s’adressant à une de mes collègues avec ton irrespectueux au possible. Je m’approchais lentement de lui, un sourire affable sur les lèvres. Il ne se fit pas prier lorsque je l’entrainais par l’entrée de service, derrière le bar. Alors que ses grosses paluches tentaient de trouver leur chemin en dessous mes vêtements, je n’eus pas de mal à le maîtriser pour ensuite planter mes crocs dans sa jugulaire. Le goût familier du sang envahit alors mes papilles, un délice. Comme si je ne m’étais pas bien nourrie depuis des années. Je me délectais de chaque goutte de sang que contenait son corps et sans savoir si il était vivant ou non, je laissais son corps tomber à terre avant d’essuyer le sang sur le coin de mes lèvres. Avais-je encore du temps avant que Klaus ne découvre que je m’étais fait la malle et ne me retrouve ? Ma nouvelle ouïe capta un cri féminin, je me rendais près de la source dans une vitesse qui m’aurait donner le tournis si j’avais encore été humaine. « Cours. », dis-je à la jeune femme après avoir repoussé l’homme de son étreinte forcée. Celle-ci ne se le fit pas dire deux fois et pris les jambes à son cou. L’homme se releva, en position agressive. J’eus un sourire, la fragile Camille n’était plus, je n’avais rien à craindre. « Bonsoir. », dis-je en m’approchant lentement vers ma prochaine victime.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
j!han
MESSAGES : 323
INSCRIPTION : 25/02/2017
ÂGE : 27
RÉGION : occitanie
CRÉDITS : eudoxis (icon)

UNIVERS FÉTICHE : réel, fantastique, hp ♥
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t421-m-f-new-generation-albus-scorpius-en-cours
Pigeon



Klaus Mikaelson
J'ai un peu plus de mille ans et je vis à la Nouvelle-Orléans, USA. Dans la vie, je suis le roi du quartier et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis un coeur pris par une toute jeune vampire rebelle et je le vis plutôt comme je peux.




joseph morgan © TAG
« C’était une longue journée, je vais aller me doucher d’accord ? » Elle ne lui laissa pas franchement le temps de répondre, de lui donner son accord ou de l’en empêcher. Elle passa à côté de lui en caressant sa joue et l’instant d’après, elle l’instant d’après, elle n’était plus avec lui. Il soupira, regardant autour de lui comme si les lieux allaient lui apporter des réponses. Des réponses aux questions qui se bousculaient par dizaines aux portes de son esprit et dont il ne trouvait aucune réponse satisfaisante. Lui qui semblait toujours tout contrôler, toujours savoir ce qu’il faisait avec précision n’arrivait pas à gérer un nouveau vampire aussi jeune que Camille l’était. Elle venait de passer sa transition, de rester un vampire malgré ses principes, malgré tout ce qu’elle avait pu lui dire sur le fait de ne pas vouloir se nourrir. Il savait qu’elle ne l’avait pas fait pour lui, même si une part de lui l’aurait tant souhaité et elle n’avait de cesse de s’éloigner à mesure que les jours avançaient. Elle était distante, elle se cachait derrière une façade, elle ne l’écoutait plus. Il n’arrivait plus à capter son attention. Alors qu’il tournait une dernière fois sur lui-même dans la cour de sa demeure, il croisa le regard d’Elijah, toujours fidèle à lui-même qui lui adressa un signe de tête, comme pour l’encourager à aller voir ailleurs. Et c’est ce qu’il fit, parce qu’il avait besoin de penser à autre chose qu’à la belle blonde qui était monté prendre une douche. Il monta les marches une à une pour rejoindre la chambre de sa fille. Maintenant que Jackson était mort, Hayley avait ramené leur fille chez eux et il en était soulagé, et heureux. A peine eu-t-il posé les yeux sur son enfant que déjà les traits de son visages se firent moins sévères. Il était apaisé de voir ce regard si innocent le regarder avec amour, la seule qui ne pouvait rien savoir des atrocités qu’il avait pu commettre. La seule avec qui il aurait le droit à un nouveau départ, une rédemption comme aimait le croire son noble frère. Klaus s’assit près du berceau pour observer son enfant tout en essayant de ne plus prêter attention à Camille, la jeune femme semblait vouloir rester seule un instant et il était bien décidé à lui accorder ce temps pour elle, tant qu’elle ne partait pas de la maison. Et malgré lui, parce qu’il agissait instinctivement, il écoutait sans vraiment le vouloir l’eau couler de la douche à l’autre bout du couloir. Il était tant focalisé sur cette idée qu’il ne prêta attention à rien d’autre. Au bout de longues minutes, Hayley finit par remonter et il quitta la chambre en embrassant sa fille une dernière fois. Il se dirigea alors vers la chambre que Camille occupait avant sa transformation et qu’elle continuait d’occuper la journée, quand son état de vampire ne lui permettait plus d’affronter les rayons meurtriers du soleil. Du moins jusqu’à ce qu’il décide de lui confectionner une bague de jour. Ou plutôt qu’il demande à Freya de le faire. Il s’arrêta pour écouter, malgré toute convenance et fronça les sourcils en constatant que malgré tout le temps qu’il avait passé avec son enfant, la douche était toujours activée. « Elle est partie. » Il se retourna d’une traite pour voir Hayley au bout du couloir, les bras croisés contre l’encadrement de la porte. Elle lui adressa un petit signe de tête et une moue qu’il n’aurait pas qualifié de désolée. « Ca fait déjà quelques minutes. » La nuit était tombée, que pouvait donc bien vouloir Camille pour sortir sans même l’en avertir ? Après un regard furieux à la mère de sa fille, il ne prit même pas la peine de lui répondre et en une seconde, il se retrouva au cœur du quartier français, animé comme à son habitude à la nuit tombée. Les habitants, mêlés aux touristes avides d’aventures arpentaient déjà les trottoirs en quête d’un bon verre et d’une bonne distraction. Deux choses qui pouvaient également attirer un vampire, particulièrement un nouveau vampire. La belle blonde récemment transformée avait beau détester l’idée de dépouiller les humains de leur sang avant sa transformation, il n’était pas sûr qu’elle tiendrait cette belle résolution à présent. Il n’eut pas à réfléchir, s’il devait trouver Camille, il savait au moins par où commencer. Et s’il ne la trouva pas à l’intérieur du bar, il se dépêcha de faire le tour pour atterrir dans la ruelle juste derrière chez Rousseau’s, un endroit familier, un endroit chaleureux qui ne manquerait pas de rappeler des souvenirs à la jeune femme. Un choix tout à fait stupide si elle avait voulu se cacher de lui et fuir aussi loin que possible pour qu’il ne la retrouve pas. Mais peut-être qu’elle s’en fichait totalement, peut-être qu’elle ne réfléchissait pas avec lui à l’intérieur de l’équation justement parce qu’il n’en faisait plus partie.  Il arriva dans la ruelle et vit alors Camille se précipiter vers un cri, il la suivit pour la voir débarrasser une jeune femme d’un homme un peu trop collant. « Cours. » La demoiselle effrayée lui passa à côté sans lui accorder la moindre attention, le rythme de son pouls pulsait à son oreille, elle transpirait de peur et il n’avait pas l’intention de l’effrayer davantage. Il vit alors Camille s’approcher de l’agresseur. « Bonsoir. » Sa voix était méconnaissable, son attitude également. Elle avait l’air de prendre son pied à simplement chasser de la sorte. Et en temps normal, il l’aurait laissé faire mais il connaissait Camille, il n’avait pas l’intention de la laisser se transformer en monstre sans rien faire. Avec sa vitesse de vampire millénaire, il s’empressa de se placer entre la chasseuse et sa nouvelle proie. « Assez. » Il planta son regard dans celui du jeune homme pour lui faire rapidement oublier ce petit moment, sans oublier au passage de lui faire oublier combien il aimait le sexe féminin. Un petit cadeau bonus pour qu’il n’essaie plus jamais d’agresser une pauvre victime innocente. Il se tourna alors vers Camille après avoir ordonné à l’homme de s’en aller en courant. « Je pense que tu en as eu assez pour ce soir. » Il appuya ses propos en se rendant de l’autre côté de la ruelle pour examiner de plus près sa première victime tombée au sol après qu’elle se soit servie de lui comme repas. Le rythme lent de son cœur lui indiqua qu’il était vivant mais qu’il n’était pas passé loin de la mort. « Tu dois te contrôler, il aurait pu mourir. Tu aurais pu le tuer. » Il s’accroupit pour retourner l’homme en question et vérifier l’état de sa respiration. Pas qu’il se préoccupe une seule seconde de cet homme, absolument pas, il avait lui-même semé plus de cadavres qu’il n’avait de vie pour les compter mais pour Camille, ce n’était pas la même chose. Il se releva brusquement et se tourna d’une traite vers elle, le regard perçant. « Tu aurais dû m’attendre ! » Il savait qu’elle n’apprécierait pas son ton autoritaire mais qu’importe, elle était sous sa responsabilité à présent, elle ne pouvait pas faire ce que bon lui semblait sans qu’il y ait la moindre conséquence pour elle.




Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
mudblood squad
Féminin MESSAGES : 54
INSCRIPTION : 01/03/2017
ÂGE : 26
RÉGION : Charente maritime, Loire Atlantique.
CRÉDITS : (ava) cerealkillerz, (sign) uc ,(profil) sadness

UNIVERS FÉTICHE : Harry Potter, city, vikings, fantastique ...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur
Limace



Camille O’Connell
J'ai 29 ans et je vis à la Nouvelle Orléans, États Unis. Dans la vie, je suis une ancienne étudiante en psychologie, barmaid à Rousseau’s et fraîchement devenue vampire et je m'en sors en y laissant des plumes. Sinon, grâce à mon karma, je suis tombée amoureuse de Niklaus Michaelson et j’en ai payé le prix.



Leah Pipes © shiya
Il semblait que la famille O’Connell avait été décimée par le surnaturel. Cette constatation était sous mon nez depuis le début, même Aurora l’avait mentionné alors qu’elle m’avait enlevée. Pourtant, j’avais continué dans ma lignée, malgré tous ce qu’il m’était arrivé. J’avais été aveuglée par mes sentiments, ma conscience… Et aujourd’hui, je n’étais plus qu’une créature assoiffée de sang. Le seul avantage que présentait ce statut, c’était que je pouvais ignorer mes sentiments à ma guise, sans que ces derniers ne tourbillonnent sans cesse dans mon esprit. C’était peut être pour cela que j’étais distante avec Klaus. Quelque part, je lui en voulais de m’avoir entraîner dans cela, puis d’un autre côté, il avait été victime de son ancien perdu, son amour pour moi m’ayant fait commettre l’irréparable. Alors, j’avais voulu faire taire la partie sensible de mon être. Je ne voulais plus être la petite Camille fragile, qu’il faut protéger à tout prix. Je ne voulais pas que mes sentiments pour Klaus me rendent aveugle, je ne voulais pas lui pardonner si aisément. Alors, je m’étais focalisé sur ma rancœur. Ce n’était peut être pas la bonne combinaison puisque cela m’entraine sur une pente plus que glissante. Sans mes sentiments, sans ma conscience, je n’arrivais pas à trouver la force de faire taire ma soif, malgré les conseils de Klaus. C’est ainsi que je me retrouvais à déambuler dans les rues du quartier français, seule. Il était hors de question que je laisse Klaus m’empêcher de faire quoi que ce soit. Je n’avais pas à recevoir d’ordre de sa part, point. Je m’attaquais alors à deux hommes qui le méritait – comme quoi ma conscience ne se trouve jamais très loin. Enfin, j’eus l’occasion de me désaltérer sur la jugulaire de l’un d’eux. Je n’eus pas le temps d’attaquer le second que. Klaus avait déjà retrouvé ma trace, m’arrêtant dans mon élan. « Assez. », ordonna t-il. En quelques secondes, le vampire se plaçait entre moi et l’homme, puis ma proie prenait déjà la fuite. L’agacement semblait s’écouler lentement dans mes veines, de quel droit se permettait-il de faire cela ? « Je pense que tu en as eu assez pour ce soir. », continua t-il et je levais les yeux au ciel, puis je soupirais pour lui montrer mon irritation. Alors qu’il se dirigeait vers ma première victime, je le suivais lentement. Allait-il me faire croire qu’il se souciait de cet homme, une menace pour la gente féminine ? « Ce n’est pas à toi d’en juger ! », argumentais-je, en levant les mains au ciel. Je savais qu’une partie de lui le faisait parce qu’il savait que mon côté sensible ne supporterait pas de voir mon chemin pavait de cadavres jonchant le sol. Pourtant, pour le moment, cette part de moi était dans un coin reclus de mon cerveau. Je croisais ensuite les bras sur ma poitrine en attendant qu’il ait fini son inspection. « Tu dois te contrôler, il aurait pu mourir. Tu aurais pu le tuer. », constata t-il. Nouveau soupir de ma part. Il était hors de question que je fasse sortir la partie larmoyante et coupable de ma personnalité. Pas ce soir. Ce soir, j’avais soif et je devais épancher cette soif. « C’était le but. », murmurais-je, mais je savais bien qu’il m’entendrait aussi facilement que si j’avais crier. Un instant, je songeais à quitter les lieux grâce à ma vitesse vampirique, mais ma raison me cria que cela ne me servirait à rien puisque Klaus me rattraperait sans soucis. Et qu’il prendrait sans doute des mesures plus drastiques pour me maintenir entre les murs de sa demeure. Cette idée me déplaisait fortement. « Tu aurais dû m’attendre ! », dit-il en se retournant violemment, plantant son regard dans le sien. Son ton impérieux me révolta. Je me contentais d’avancer d’un pas, provocante, et je plantais mes prunelles dans les siennes sans ciller. Il ne me terrorisait plus, c’était déjà une bonne chose. « Pourquoi faire ? », l’interrogeais-je, avec hargne. Je connaissais déjà la réponse, mais je préférais l’entendre de sa bouche. « Pour que tu me restreigne ? Toi, le vampire que tout le monde craint donneur de leçons … L’ironie est enfin complète ! », continuais-je, laissant la soif – quoi qu’un peu moins ardente – parler. Au même moment, mon esprit se livrait une bataille intense. La raison se battait contre la tentation, contre le côté noir de ma personnalité. Celui qui avait la parole à cet instant. Il gardait le contrôle car je ne regardais pas le corps de ma victime, non loin de là. Ce serait sans doute plus difficile si je me retrouvais confrontée à mes travers. « La petite Camille fragile n’existe plus, fais-toi une raison, Klaus. », finis-je, en posant mes mains sur mes hanche. Je ne devais pas flancher. Je ne pouvais pas flancher face à lui. Je devais lui prouver que je n’avais pas besoin de lui regardant par-dessus mon épaule. Je n’avais pas besoin de lui pour vivre ma vie, point barre. J’inspirais longuement. Mauvaise idée, l'odeur du sang de ma première proie me sauta à la gorge, brûlant mon palai et mes narines. Je grimaçais légèrement avant de reprendre une contenance, à peu prés potable.




TIMELESS LOVE
©️ ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
j!han
MESSAGES : 323
INSCRIPTION : 25/02/2017
ÂGE : 27
RÉGION : occitanie
CRÉDITS : eudoxis (icon)

UNIVERS FÉTICHE : réel, fantastique, hp ♥
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t421-m-f-new-generation-albus-scorpius-en-cours
Pigeon



Klaus Mikaelson
J'ai un peu plus de mille ans et je vis à la Nouvelle-Orléans, USA. Dans la vie, je suis le roi du quartier et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis un coeur pris par une toute jeune vampire rebelle et je le vis plutôt comme je peux.




joseph morgan © TAG
Si un jour on lui avait dit qu’il se mettrait entre un vampire et sa victime, Klaus aurait certainement usé de l’un de ses sourires en coin pour se moquer gentiment. Il n’avait jamais reproché à quiconque de punir une mauvaise personne, ni de s’être nourri jusqu’à vider une victime de son sang. Il ne se souvenait même plus de la dernière fois qu’il avait regretté une mort, il n’avait plus de scrupule pour quoi que ce soit depuis bien des centaines d’années. Il était sans pitié et c’était bien cette réputation qui lui collait à la peau depuis tout ce temps. La raison pour laquelle on le craignait tant qu’on le laissait tranquille. Il n’était plus attaqué, il n’était plus jamais inquiété, les autres courraient pour lui échapper, certainement pas l’inverse. Et pour un vampire de sa trempe et sans la moindre pitié au compteur, il était difficile de voir une toute jeune vampire, celle-là même qu’il embrassait encore quelques nuits auparavant, lui tenir tête comme elle le faisait à présent. Mais il savait qu’avec Camille, rien ne serait simple depuis qu’elle avait été transformée de force par sa simple faute. Le nombre de ses ennemis toujours croissant avait fini par comprendre qu’il avait une faiblesse et s’était faufilé dans la seule brèche qu’il avait manifesté en plusieurs centaines d’années. Cela lui apprendra certainement à ne plus s’attacher comme il l’avait pu le faire avec la jeune humaine qu’elle était encore quelques jours plus tôt. Quelque chose lui disait que la version vampire n’allait pas autant lui plaire. Oh bien sûr, ce n’était pas que Camille lui tienne tête qui le dérangeait, il n’était pas friand des proies dociles et souples effrayées par ses ais. Non, c’était son insensibilité à ce qu’elle faisait quand son cœur pur était tout ce qui l’avait fait succomber à son charme. « Ce n’est pas à toi d’en juger ! » Elle ignorait combien elle avait tort au moins sur ce point. Il ne put s’empêcher d’afficher un air légèrement suffisant, le menton relevé, quand il lui répondit. « Justement, c’est totalement à moi d’en juger. Tu es jeune et encore dictée par ta soif, tu en voudras toujours plus pendant encore quelques temps. » Et c’était donc à lui de lui faire comprendre qu’elle avait parfaitement tort de dire qu’il ignorait si elle était rassasiée ou non. De toute manière, même quelques gouttes lui auraient permises de survivre des jours supplémentaires et vu l’état de l’homme à présent par terre, elle ne s’était pas contenté du strict minimum. Et quand lui décidait que c’était tout pour elle, il entendait bien qu’elle lui obéisse sans faire d’histoires. Il n’avait pas l’intention de passer sa soirée à la suivre pour ramasser tous les poivrots qu’elle laisserait sur son sillage. Une situation carrément inédite pour lui d’ailleurs quand d’habitude c’était Elijah qui faisait cela pour lui. Se mettre à la place de son aîné pour quelques heures l’enchantait donc d’autant moins. Il savait qu’elle ne tenterait pas de fuir pendant qu’il s’intéressait de plus près à sa victime, il l’entendrait à la seconde et partirait à sa poursuite et cette fois, elle n’aurait pas le temps de planter ses crocs dans la gorge de qui que ce soit. S’il fallait lui briser la nuque pour la ramener entière à la maison, il n’hésiterait certainement pas. Après avoir vérifié que l’homme était toujours vivant, non sans faire remarquer à la blonde qu’elle aurait pu le tuer, il entreprit de se redresser. « C’était le but. » Il fit comme s’il n’avait rien entendu quand tous deux savaient que c’était parfaitement le cas. Il se contenta de l’observer pour lui reprocher de ne pas avoir attendu pour se nourrir. Une remarque qui ne manqua pas de piquer la jeune femme au vif et elle se fit plus provocante, avançant vers lui pour lui montrer à quel point elle n’était pas effrayée. Mais cela n’avait jamais été son intention de lui faire peur, elle devait clairement se tromper sur ses intentions. « Pourquoi faire ? » Il ne répondit pas de suite, il voyait des tonnes de raisons mais elle ne semblait pas vraiment les voir du même œil que lui. De plus, elle n’avait pas terminé de déverser sa colère sur lui. « Pour que tu me restreigne ? Toi, le vampire que tout le monde craint donneur de leçons … L’ironie est enfin complète ! » Là, il ne put que la foudroyer des yeux tant elle marquait un point décisif. Bon sang, elle avait tellement raison que cela l’écœurait légèrement. Il n’aurait jamais de crédibilité à ses côtés quand elle connaissait quasiment tous les recoins de sa sombre réputation basée sur des faits bien réels. Non, elle le connaissait, elle savait les horreurs qu’il avait commis et elle l’avait accepté malgré tout cela et pourtant, l’ironie ne manquait pas de lui sauter au visage, comme pour le narguer. « La petite Camille fragile n’existe plus, fais-toi une raison, Klaus. » Il ne pouvait pas non plus réellement nier cet état de fait. Il le voyait bien, il en avait toute la preuve sous les yeux. Elle avait les mains sur les hanches, provocante et piquante, elle n’éprouvait pas le moindre regret pour ce qu’elle venait de faire. Il comprit à sa grimace que l’odeur du sang lui titillait les papilles, il avait également l’odeur dans le nez même si cela ne lui faisait absolument pas le même effet bien sûr. Il ne resta pas longtemps silencieux, il n’allait ni lui donner raison, ni lui laisser lui cracher un peu plus de son venin au visage. « Il faut que tu te restreigne parce que tu es jeune et que tu ne pourras pas te contrôler même si tu sens que tu vas trop loin. » Il se répétait mais elle avait quelques jours, la soif qu’elle ressentait lui semblait insurmontable mais elle ne l’était pas, bien au contraire. « Au plus tu feras preuve de contrôle les premières fois, au plus tu apprendras à te contrôler deux fois plus vite. Si tu te nourris trop et trop souvent, tu risques de basculer dans la folie pure. » Une orgie de sang, pas vraiment une bonne chose et avec le risque qu’elle ne puisse plus se sevrer par la suite. « Quant à l’ironie de la situation, elle ne m’a pas échappé non plus Camille et tu peux devenir une autre personne mais tu ne peux pas renier ta nature profonde. Tu veux te balader dans le carré français en semant des cadavres autour de toi ? Tu penses que tes émotions, pour l’instant décuplées, le resteront et te préserveront de ta culpabilité encore combien de temps ? Parce que ne crois pas que tu peux changer ce que tu es en vérité et tu n’es pas une meurtrière. » Il savait qu’il avait raison. Elle serait rattrapée par sa bonté d’âme, celle qu’il aimait tant chez elle. « Tu le regretteras et je voudrais éviter que tu sois un jour obligés de regarder en arrière en cherchant à tout prix un moyen de rédemption pour le reste de ton éternité. » Exactement ce que faisait Elijah pour lui depuis qu’il avait appris qu’il allait être père. Et sa petite fille était une véritable petite bénédiction dans sa vie sanglante. Il la regardait droit dans les yeux, sévère, implacable mais avec une légère lueur d’espoir pour elle. Il ne la laisserait pas noircir son âme pour une soif de débutante. Le prix à payer était trop lourd, il ne voulait pas qu’elle le porte pour les cent prochaines années.  




Revenir en haut Aller en bas
 
 
Salvation (Klamille)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [DECK-LIST EDH] : Angry Hermit.
» Tome 3 : Ange et Gardien; Episode 6 : Salvation (Telagan)
» T3: Je suis l'enfer; E9: Hécatombe (Gabriel); T3: Ange et Gardien; E6: Salvation (Telagan)
» (MATHILDE) bring me salvation, o lord
» klamille - " words as weapons "

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers fantasy :: Surnaturel-
Sauter vers: