Partagez | 
 
 
 

 Le Corbeau & la Vouivre - Nate & Avery

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 
avatar
Khal
Féminin MESSAGES : 78
INSCRIPTION : 04/03/2017
ÂGE : 31
RÉGION : PACA, Marseille
CRÉDITS : icon by leesa_perrie, gif tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Harry Potter, univers fantastique, city. Pas difficile si j'ai un coup de coeur ! :)
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t548-khal-j-irai-cracher-sur-
Tortue



Avery W. Miller
J'ai 28 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis Brigadier du Service Magique et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma soif de vengeance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.


Taylor Kitsch © LIPS LIKE MORPHINE

Ses doigts parcourent toujours sa peau, caressant ses épaules avec la tendresse qui suit généralement les premiers ébats, ceux teintés par la passion et l'excitation des débuts. Il ne sait même pas pourquoi il lui parle de rester ou de partir, pourquoi il se ridiculise de la sorte à jouer les amoureux transis pour un mec qu'il ne fréquente que depuis quelques heures, tout au plus. Avery était pourtant du genre grande gueule et bourru, d'ordinaire, un fait que la plupart de ses collègues lui reprochaient souvent. C'était d'ailleurs pour ça qu'on l'avait mis en équipe avec Logan, son meilleur ami était bien le seul à pouvoir le supporter suffisamment longtemps pour ne pas avoir envie de l'étrangler. Peut-être cependant... Peut-être que la mort de Bonnie et cette longue période de solitude qui s'en était suivi était une raison à ce romantisme inexpliqué. Peut-être simplement que l'adrénaline et l'excitation du moment n'étaient pas encore retombées et qu'il en était encore sous le coup. « Alors je serais à toi ? » Il penche la tête, osant un sourire un brin incertain, haussant les épaules, comme si, finalement, ce n'était plus si important que ça... « Je...Je fais pas vraiment ce genre de truc. » Le brigadier esquisse une moue ennuyée. Ah. « J'veux dire, coucher avec un mec, un soir, et le renvoyer chez lui dès que c'est fini. Ni avec une nana. En fait, avec personne... » Il suit son regard qui glisse jusqu'à l'alliance qu'il porte à l'annulaire. Son veuvage, il en avait vaguement entendu parler, au sein du Magistère, mais ce n'était pas le genre de trucs auxquels il s'était intéressé. « Je suis pas le meilleur des coéquipiers, alors t'imagines bien qu'en petit ami... surtout que je suis pas vraiment gay » Avery baisse les yeux, ses doigts quittant la peau du jeune homme, presque embarrassé, tout à coup. « T'es mon premier, j'ai aimé, ok, mais... est-ce que ça fait de moi un pédé ? Et de nous un couple ? C'est un peu rapide, alors... f-faudrait... f-faudrait se revoir, pour être sûr, non..? » Le blond ne répond pas, le dévisageant avec attention, cherchant à savoir si c'était vraiment ce dont il avait envie ou si Nate lui disait ce qu'il pensait que son coéquipier du soir voulait entendre. Il se contente d'acquiescer pour signifier que ça lui convient. « Je ne regrette rien, mais... je suis Lone Nate, et t'es Avery Miller. Je veux que tu restes ce soir, vraiment, mais je veux aussi que tu réfléchisses. T'as dis des trucs sous l'effet de... tout ça. Je veux que tu sois sûr. » Avery acquiesce avec une douceur qui lui est bien rare et dont il ne fait preuve que sur l'oreiller. Sans rien dire de plus, il s'assoit sur le bord du lit, récupérant son téléphone portable dans la poche de son jean pour envoyer un SMS à Logan, lui signifiant qu'il ne rentrerait pas chez lui ce soir. Son meilleur ami passait souvent à l'improviste, en soirée, et il ne voulait pas qu'il s'inquiète en ne le trouvant pas là. Il met l'appareil en silencieux et le laisse retomber sur son pantalon, au sol, retournant s'allonger dans le lit de Nate pour se blottir contre lui. Etrange que ce type taillé dans le roc qui se pelotonne contre un gamin plus frêle que lui, fermant les yeux à demi. « Alors puisque tu m'y autorises, Nate... Je vais rester là, ce soir. J'suis épuisé et je crois que... » Il s'installe doucement, ses doigts venant trouver leur place sur le ventre du jeune homme, y traçant des arabesques qui ralentissent progressivement à mesure qu'il s'assoupit lentement. « Je crois que je n'ai pas envie de dormir seul, pour une fois... » C'est sans demander davantage son reste qu'il finit par s'endormir dans ses bras...
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Sha
MESSAGES : 134
INSCRIPTION : 24/03/2017
ÂGE : 26
RÉGION : Calvados.
CRÉDITS : Moi-même.

UNIVERS FÉTICHE : Sadique polyvalente.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Tortue



Natanael "Nate" Ellroy
J'ai 28 ans et je vis à Londres, Royaume-Unis. Dans la vie, je suis Brigadier du Service Magique de Londres (agent du FBI en quelque sorte) et je m'en sors assez bien. Sinon, à cause de mes secrets, je suis veuf et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.


Sean O'Pry © Shiya

Way Down We Go

– Alors puisque tu m'y autorises, Nate... Je vais rester là, ce soir. J'suis épuisé et je crois que...
Que… ? Nate reste figé, silencieux. Ses yeux vairons observent doucement la main d’Avery. Il frissonne à chaque effleurement, et enfin, s’apaise quand il se love contre lui. Il ne peut d’ailleurs pas s’empêcher d’enrouler son bras autour de ses épaules pour le serrer un peu plus contre lui. Ils sont si proches et si lointains à la fois.
– Je crois que je n'ai pas envie de dormir seul, pour une fois...
– Sssch…
Il lui caresse doucement les cheveux, glissant ses longs doigts longilignes dans sa tignasse épaisse. Il se demande exactement comment ils en sont arrivés là et ce qu’il adviendra dès demain, mais il ne s’en fait pas. Du moins, pas Nate. Le Corbeau, lui, est plutôt perplexe. Il apparaît d’ailleurs un second « lui » au bout du lit, qui penche la tête d’un air sinistre. Contrairement à Nate, son illusion jumelle a les deux yeux mordorés.
– Tu crois qu’il t’aime, Nate ?
Un petit rire, comme un murmure, qui s’insinue dans son crâne. Il n’est même pas sûr que son « autre lui » ait parlé à voix basse ou simplement dans son crâne.
– Personne ne saurait t’aimer, Nate. Que crois-tu qu’il va te faire quand il va apprendre que ses mêmes mains qui ont accroché son dos ont aussi arraché la vie à sa petite sœur chérie ? Oh, dis-moi Nate… Dis-moi tout, je suis là…
– Ce n’est pas moi, murmure-t-il, à demi conscient, à demi dans un cauchemar sans son et sans images, c’est…
– Moi ? Et moi, qui suis-je ?
Sa gorge se serre et de grosses larmes roules sur ses joues dans le plus profond des silences. Il suffoque mais ne fait aucun bruit pour ne pas réveiller Avery qui dort de toute façon profondément à côté de lui. Il finit par s’endormir au milieu de la nuit et se réveille bien plus tôt que Miller. Il ne fait de nouveau pas un seul bruit, se lave en silence, mange et disparaît. Il laisse cependant de quoi déjeuner sur la table, une clef également sur la table qui n’ouvre que la porte d’entrée.

Pour sa part, Nate est déjà au travail.

Comme tous les matins, il entre dans les bureaux déserts, prend la relève des derniers survivants de la nuit. Ceux qui font les gardes. Il découvre les cellules pleines d’hommes et de femmes grisées par l’alcool. Il ne reste pas à l’étage d’en bas, il gravit les marches circulaires, et se plante dans son bureau. Il s’y enferme calmement, jusqu’à tardivement dans la matinée. Il tourne autour du bureau, plante encore et encore des morceaux de journaux à propos de crimes.
Dernièrement, il est sur une affaire étonnante, à savoir le meurtre de Garry Moore. Un homme d’une trentaine d’années, un mage respectable, dresseur de créatures magiques, retrouvé égorgé dans une ruelle. Il ignore pourquoi, mais la plaie ne ressemble à rien de déjà-vu auparavant. Comme si l’on avait fait une lame d’une griffe immense.
Un animal n’aurait pas pu coller un seul coup aussi sèchement, pourtant c’est au milieu de son cirque magique qu’il a été retrouvé, au milieu des fauves mythiques qu’il entraînait quotidiennement.
Un règlement de compte ? Mr Moore n’avait pas d’ennemis connus, du moins aucun dont on a voulu prononcer le nom.
Une affaire de famille ? Mr Moore n’avait plus de femme et ses deux enfants étaient en Birmanie et au Boutan au même moment pour des affaires commerciales.

Nate dardait de son regard vairon ce crime.

Quelque chose lui échappait, et ce n’était pas seulement sa vie.





Oh Darling,
Darling, What I have done ?
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Khal
Féminin MESSAGES : 78
INSCRIPTION : 04/03/2017
ÂGE : 31
RÉGION : PACA, Marseille
CRÉDITS : icon by leesa_perrie, gif tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Harry Potter, univers fantastique, city. Pas difficile si j'ai un coup de coeur ! :)
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t548-khal-j-irai-cracher-sur-
Tortue



Avery W. Miller
J'ai 28 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis Brigadier du Service Magique et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma soif de vengeance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.


Taylor Kitsch © LIPS LIKE MORPHINE

Son visage lové contre son épaule, Avery dort d’un sommeil sans rêves, un sommeil réparateur qui lui avait été refusé pendant bien longtemps. Depuis combien de temps n’avait-il pas aussi bien dormi ? Depuis combien de temps ses nuits étaient-elles toutes hantées par le souvenir de Bonnie ? Trop, beaucoup trop pour qu’il s’en souvienne ou qu’il se soit décidé à les compter. Pourquoi est-ce que la présence d’Ellroy l’apaise alors qu’il avait passé une bonne partie de la soirée à le maudire et à lui gueuler dessus ? Il l’ignore et il ne cherche pas à comprendre. Il se sent bien, pour une rare fois depuis des lustres, alors il se contente d’en profiter. En dépit de tout cela, Miller se réveille seul… Quand il ouvre les yeux, il lui faut de longues secondes avant de se rappeler d’où il est. Ses doigts cherchent la présence de Nate à ses côtés mais les draps sont froids, preuve qu’il est parti depuis longtemps. Un soupir comme il se mord la lèvre ; c’était sa faute aussi… A lui parler d’appartenance, à se montrer déjà si possessif quand ils se connaissaient à peine, Avery avait dû le faire flipper, le bel agneau blanc effarouché. Pas possible d’être aussi con, qu’il marmonne entre ses dents, passant une main nerveuse dans ses cheveux longs pour les ramener en arrière. S’il explore l’appartement, à la recherche du jeune homme, il ne se heurte qu’’à une succession de pièces closes. Il fronce les sourcils mais ne s’en offusque pas ; après tout, il ne le connait pas vraiment, alors c’est justifié qu’il ne veuille pas qu’un inconnu fouille dans ses affaires. Il atterrit bien vite dans la cuisine, trouve la clé et le déjeuner. Pas le moindre mot… Il grimace. C’est mauvais signe… Il a encore fait une belle connerie. Après avoir avalé rapidement quelque chose, il quitte les lieux pour se rendre directement au boulot, refermant la porte derrière lui et empochant la clé.

Le bureau qu’il partage avec Logan sent le thé et les scones. Ça le fait sourire de voir que son meilleur ami entretient toujours ainsi le souvenir de Bonnie en ramenant chaque matin son petit déjeuner préféré. Les scones, ils détestant ça tous les deux mais, comme chaque matin, ils se forceront à les manger en affichant des sourires crispés pour retenir leurs haut-le-cœur. « Alors, cette mission ? » Logan interroge, parce qu’il est curieux, parce qu’on lui a refusé le droit de participer et que ça a dû le ronger de l’intérieur toute la nuit. Avery se fend d’un sourire vague, haussant les épaules avant d’engloutir un scone tout rond, sans le mâcher, histoire de ne pas prolonger davantage le supplice de ce goût dans sa bouche. « On a obtenu ce qu’on était venus chercher alors je dirais que c’est plutôt une réussite même si Ellroy a failli tout faire foirer. » Le second ricane, ravi de le savoir. Il n’a jamais apprécié Natanael, quand bien même ils ne se sont jamais réellement fréquentés. Logan l’avait pris en grippe depuis le début et tout était prétexte à confirmer les pensées qu’il avait à son égard. Avery aurait pu lui dire que Nate avait été génial que Logan aurait quand même trouvé à y redire. « Pas étonnant, ce type c’est une vraie cala… » Il s’interrompt brusquement, toisant son binôme de la tête aux pieds. « …Avery Miller, tu as les mêmes vêtements que la veille. Me dis pas que tu t’es envoyé un des minets de l’Amortensia ? Ces types sont bourrés de drogues et de maladies ! » Il s’offusque pour la forme mais, en lui, il y a cette petite voix qui lui dit qu’Avery ne s’était plus laissé aller à ce genre de rapports depuis la mort de Bonnie. Il était pressé de savoir qui avait réussi l’exploit de le sortir de sa retraite ascétique. Le blond se mordille la lèvre, se râclant la gorge avant de lâcher un petit « pas exactement, non… » et de lui compter toute l’histoire. Pas très délicat, certes, mais Avery ne lui cachait jamais rien, pas même ses heures les plus sombres quand il finissait noyé dans l’alcool avec les pensées noires et moroses qui allaient avec. « D’ailleurs, faut que je lui rende ses clés… » qu’il conclue, esquissant un sourire narquois devant les yeux de merlan frit de Logan et sa bouche grande ouverte par la surprise (et l’horreur sans doute aussi un peu). « J’viens avec toi ! » qu’il décrète aussitôt, se levant déjà d’un pas décidé. « Logan, je ne pense pas que… » « Juré, je ne dis rien et j’attends devant la porte ! » Avec un soupir et un roulement d’yeux, Avery finit par capituler. Quand il toque à la porte du bureau de Nate, il est presque l’heure de déjeuner et il est presque étonné de le trouver encore là. Avec un regard noir pour Logan, il pousse la porte pour la refermer derrière lui, sans réaliser que ce dernier a glissé son pied dans l’entrebâillement pour la laisser ouverte et qu’il s’affiche outrageusement dans l’encadrement, ses prunelles sombres dardées, menaçantes, sur Ellroy. « Hey… » Maladroit, gauche, bien différent de celui qu’il avait été hier, grisé par l’adrénaline. « J’ai pas trouvé ta boite aux lettres alors… » Il dépose le trousseau de clé sur le bureau avec un petit sourire. « …voilà. » Un bref silence, gênant. La tension est palpable et la présence de Logan dans son dos n’aide certainement pas, quand bien même il n’a pas conscience de ses regards noirs et de son expression haineuse, tous entiers dirigés vers Natanael. « Tu bosses sur quoi ? » Noyer le poisson pour dissimuler l’embarras. « Il bosse sur l’affaire Moore. Personne n’en a voulu alors on lui a refilé à lui. » Logan intervient avant que Nate n’ait pu ouvrir la bouche et Avery se retourne, fronçant les sourcils et semblant lui demander ce qu’il fout encore là. La façon dont il appuie sur le dernier mot est presque un crachat balancé en pleine figure. « J’ai l’impression qu’Ellroy aime bien boulotter les restes. » Avery esquisse une moue circonspecte, ne parvenant pas à se décider ; c’était à lui qu’il faisait référence quand il parlait des restes ? Non, sans doute pas, il n’était le « reste » de personne. « T’as besoin d’aide sur ce dossier ? » finit par demander Avery, ignorant les remarques de Logan qui ne semble pas décidé à se laisser mettre au clou. « C’est bon, Avery, c’est pas parce qu’il t’a laissé le sauter que tu lui dois quoi que ce soit. » Tout en grâce et en délicatesse…

Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Sha
MESSAGES : 134
INSCRIPTION : 24/03/2017
ÂGE : 26
RÉGION : Calvados.
CRÉDITS : Moi-même.

UNIVERS FÉTICHE : Sadique polyvalente.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Tortue



Natanael "Nate" Ellroy
J'ai 28 ans et je vis à Londres, Royaume-Unis. Dans la vie, je suis Brigadier du Service Magique de Londres (agent du FBI en quelque sorte) et je m'en sors assez bien. Sinon, à cause de mes secrets, je suis veuf et je le vis plutôt bien.





Sean O'Pry © Shiya

Way Down We Go

Quand Nate analyse une scène de crime, il est toujours pragmatique. Ca fait partie des nombreuses facettes de son personnage, d’une infime partie de ses personnalités multiples et pourtant toutes toujours là, en lui. Il faut dire que ce n’est aisé au premier abord d’être ubiquiste. Ca ne signifie pas seulement être ici et là-bas à la fois, ça signifie potentiellement d’exister et de ressentir à de nombreux endroits, de faire plusieurs expériences à la fois, oubliant parfois quelle enveloppe est la véritable, qui est le maître ici.
Il doit bien l’avouer, cette nuit, plusieurs de ses enveloppes se sont fendues en lui, ont effleuré sa peau. Certaines voulaient à tout prix Avery dans ce lit, d’autres auraient préféré ouvrir sa grande cage thoracique et en faire sortir le coeur pour l’éclater comme une fleur à la lumière du plafonnier.
Ce que lui voulait ?
Résoudre le crime de Garry Moore.
Ce n’était qu’un prétexte pour ne pas trop y réfléchir, pour ne pas y penser et se poser les bonnes questions. C’était une excellente excuse pour ne pas avoir à se mettre face à ses multiples lui et choisir au milieu de tous ses clones insensibles quelle version de l’histoire il préférait le plus.
En vérité, il avait rougit comme une pucelle la première fois qu’il l’avait touché. Il avait aimé sa peau et sa chaleur douce, jamais oppressante. Il avait horriblement aimé.
C’est ce qui faisait le plus mal.

Certainement pas plus mal que de se faire égorger vivant par une créature possédant une griffe de huit centimètres de long sur une profondeur d’environ cinq bons centimètres, mais mal tout de même. Assez mal pour porter à ses lèvres un café trop chaud.

Il lève un sourcil quand quelqu’un toque la porte et s’attends à voir un de ses chefs venir lui apporter de quoi manger – ça arrive souvent, parce que sinon Nate ne mange tout simplement pas. Ce n’est pas tant qu’il fait attention à son régime, c’est surtout qu’il oublie souvent de manger quand les enquêtes l’absorbent.
Il est d’abord étonné de voir que ce n’est pas Ebenezer, mais Avery Miller. Désagréablement surpris de voir qu’il a traîné jusqu’à son bureau son chien de service, Logan. Les yeux vairons du sorcier se dardent sur ce dernier, lui rendant son regard sans une once d’hésitation.
Le Crow en lui frappe dans les barreaux de sa cage de chair et d’os.
On devrait lui crever les yeux. Oh oui, ses jolis petits yeux ! Comme Bonnie ! Comme Bonnie ! Ses yeux creusés, dans sa tête vide, on rigolerait !
La voix parasite vaguement ce qu’Avery a à dire, mais sur le moment, il se fiche de ce qu’il a à dire. Comme une biche aux aguets, il se tend et ses doigts se crispent quand il pose les clés sur le bureau. Sa mâchoire est serrée, ferme, trop ferme. Il a l’impression qu’il va exploser de lui-même ses dents s’il sert plus fort.
– J’ai pas trouvé ta boite aux lettres alors… voilà.
Il le fixe toujours, ses yeux vairons se font plus perçants encore. Il a l’air de dire et alors ? mais ses lèvres restent parfaitement serrées. Muet, il n’a pas envie de parler devant Logan. Encore moins de ce qui s’est passé hier, même le blond a l’air de savoir exactement comment l’enquête s’est terminée.
A ce niveau là, une légère grimace de dégoût passe sur son visage alors qu’Avery essaye tant bien que mal de relancer la machine qui vient de se gripper :
– Tu bosses sur quoi ?
– Il bosse sur l’affaire Moore. Personne n’en a voulu alors on lui a refilé à lui.
Le jeune homme ne dit rien, il n’a rien à dire. Ce n’est pas vraiment l’histoire de l’enquête de Garry Moore, mais si ça lui fait plaisir… Le sorcier croise légèrement les bras sur son torse, d’un air ennuyé bientôt, alors que Logan le fixe. Il n’arrivera pas à le faire sortir de ses gonds. Impossible.
– J’ai l’impression qu’Ellroy aime bien boulotter les restes.
Il n’y arrivera pas.
– T’as besoin d’aide sur ce dossier ?
– C’est bon, Avery, c’est pas parce qu’il t’a laissé le sauter que tu lui dois quoi que ce soit.

Les yeux de Nate restent un instant fixé sur Logan, comme s’il cherchait un moyen de lui arracher la peau du visage, ou quelque chose dans ce genre. Il reste silencieux même si son visage est légèrement plus rouge et qu’il sert ses poings à en faire blanchir les jointures. Il a envie de lui sauter à la gorge, de le mordre à sang, de lui arracher la tête sur le plancher, juste devant les yeux d’Avery Miller qui ose le laisser dire ça alors que pourtant…
Alors que pourtant…
Pourtant quoi, Nate ?
La voix ricane dans le fond de son crâne. Il cille à l’extérieur, mais ce n’est pas à cause de Logan même si ça en a tout l’air. Non, c’est autre chose, en fond.
Il fronce légèrement les sourcils, attrape du bout des doigts ses clés qu’il remet calmement dans la poche de sa veste et termine, en regardant Avery cette fois :
– C’est bon, tu as fini ? Tu as eu ce que tu voulais et vous avez bien rigolé ?
Le ton est monocorde mais plein de mépris.
Il descend calmement de son bureau, étirant ses doigts, décoincer les jointures devenues douloureuses. Sa veste tombe derrière lui, ce qui lui donne un certain charme si on y regarde bien. C’est ce que fait Logan, mais visiblement, il n’est toujours pas à son goût.
Ses yeux vairons tombent sur le visage de ce dernier, le dardant d’un air méprisant :
– Si je prends ces enquêtes, c’est parce qu’aucun d’entre vous n’arrivent à les résoudre. Alors au lieu de te bourrer la gueule tous les soirs, Logan, peut-être que tu devrais retourner dans ton bureau et avancer un peu sur ton affaire… à moins que tu ne veuilles que je t’apprenne le boulot ?
Il détourne aussitôt le regard vers Avery.
Il a envie de le frapper lui aussi.
Il a envie de l’embrasser, aussi.
– Logan a raison, tu me dois rien Miller.
Il est planté là, face à eux. Son regard est provoquant, inquisiteur. Il faut dire qu’il ne pensait pas que ça irait aussi vite, et il pensait encore moins qu’Avery aurait l’audace de ramener un spectateur.




Oh Darling,
Darling, What I have done ?
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
 
 
Le Corbeau & la Vouivre - Nate & Avery
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» La vouivre
» Luna Avery (en cour)
» Enfin ! Baptême Petit Saule / Petit Corbeau
» Embuscade maritime [Corbeau des Mers]
» Nalim, Le Corbeau d'Umbar

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers fantasy :: Surnaturel-
Sauter vers: