Partagez | 
 
 
 

 Osloww & Chappas avec Thomas & Alex

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
avatar
Chappas
MESSAGES : 15
INSCRIPTION : 23/02/2017
CRÉDITS : Icon by me (Chappas)

UNIVERS FÉTICHE : Réel.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur
Limace


Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Ça se passe à Paris, un homme qui s'appelle Alex sort de prison sous conditions, il a le bracelet à la cheville pendant un an. Pendant cette année, il doit d'occuper d'un jeune homme aveugle et habiter chez lui pour tester sa capacité à l'humanité. Chaque semaine, le tuteur de Alex viendra pour un entretien avec le jeune aveugle pour savoir comment ça se passe. Si ça se passe mal, il retournera direct en prison. Si tout se passe bien, au bout d'un an le bracelet électronique à la cheville d'Alex sera retiré et il sera libre définitivement. Ce qui n'était pas prévu, c'est que Alex et l'homme aveugle développent des sentiments amoureux.

Contexte provenant de cette recherche
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Chappas
MESSAGES : 15
INSCRIPTION : 23/02/2017
CRÉDITS : Icon by me (Chappas)

UNIVERS FÉTICHE : Réel.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur
Limace



Alexandre
Zorzanello

J'ai 29 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis en liberation conditionnel et je m'en sors moyennement. Sinon, grâce à ma malchance, je suis Célibataire et je le vis plutôt bien, pas le choix.

Informations supplémentaires ici.


avatar © Chappas
"Bonjour, Monsieur Thomas Bertier. Je me permet de vous téléphoner pour vous prévenir que Monsieur Alexandre Zorzanello allait arriver aujourd'hui, chez vous, comme c'était prévu, un gendarme viendra le déposer. Surtout au moindre problème avec lui, n'hésitez pas à nous prévenir. Je vous souhaite une bonne journée Monsieur Bertier."

Le commissaire raccroche le téléphone, Alex le regarde faire pendant qu'un autre lui attache ce fichu bracelet à la cheville. Allez, il en avait pour un an, il allait survivre à ça quand même, ce Thomas ne devait pas être si horrible que ça. Il s'assoit dans le petit fourgon bleu et regarde le paysage défiler rapidement par la fenêtre, plongé dans ses pensées. Lorsque le véhicule ralentit et s'arrête, Alex descend de son petit nuage et suis le gendarme jusqu’à la porte d'entrée, ce dernier regarde le prisonnier et le remet en garde pour la énième fois au moins aujourd'hui, tout en appuyant sur la sonnette :

"Fait attention Zorzanello, au moindre problème avec cet homme, direction case départ, retour en cage."

"Ca va j'ai compris, ça fait dix fois qu'on me le dis, je suis pas con."

Alex s'agace facilement, entendre répéter la même chose en si peut de temps était très énervant. Il regarda la porte s'ouvrir sur un homme. Certainement l'homme aveugle, il le détailla du regard. Le gendarme prend la parole, en parlant fort et en articulant chaque syllabe, comme s'il s'adressait à un demeuré:

"Bon-jour Mon-sieur Ber-tier, je suis l'a-gent Bau-diant. Mon-sieur Zor-za-ne-lli est avec moi."

"Ça va, il est juste aveugle, pas sourd, ni abrutis. Bonjour Thomas."

Alex arrange son sac sur son dos, en se demandant si il doit taper dans la main de l'homme ou quoi.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
osloww
Féminin MESSAGES : 186
INSCRIPTION : 10/03/2017
ÂGE : 18
RÉGION : Auvergne-Rhône-Alpes
CRÉDITS : (av) Pando

UNIVERS FÉTICHE : réel, hp, historique, autres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t642-osloww-you-were-my-septe http://www.letempsdunrp.com/t680-osloww-oh-lord http://www.letempsdunrp.com/t665-osloww-love-me-now
Flash



Thomas Bertier
J'ai 27 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis expert en art, en reconversion depuis mon accident et je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis pas très bien.

Famille normale, parents aimants, petite sœur chérie. Licence en histoire de l'art, travail d'expert d'art, fiançailles. Puis, l'année de ses 25 ans, accident tragique. Apprendre à vivre sans son meilleur ami mort, sans sa fiancée qui l'a abandonné. Apprendre à vivre avec son handicap. Prouver qu'il va bien. Se rouvrir à la vie, doucement.


Matthew Daddario © avengedinchains
Alexandre doit arriver dans la journée, et ça me met dans tous mes états. Un flot d'émotions contradictoires parcourt mon esprit comme autant d'insectes parasites. Je ne sais pas quoi penser, ressentir, faire. Je suis tenté d'appeler ma sœur pour tout lui confier, et surtout pour l'entendre me rassurer, mais je résiste. Il faut que je leur prouve que je peux être fort. Je peux prendre soin de moi et d'un autre homme. Je peux vivre avec lui en colocation malgré mon handicap. Je peux le faire.

Je tourne en rond dans mon appartement sans savoir quoi faire. Je suis anxieux, stressé, nerveux. Mais, étrangement, j'ai aussi hâte de le rencontrer. Je ne le connais pas du tout, je ne sais pas à quoi il ressemble -même si je ne le saurai très probablement jamais-, je ne sais pas ce qu'il a vécu, quel caractère il a, s'il a de la famille, ce qu'il aime dans la vie. Autant de choses que je brûle de découvrir. Mais une chose à la fois. On a un an pour apprendre à se connaître.

Enfin, la sonnette retentit. Je me lève d'un bond, manquant de me prendre la table du salon dans ma précipitation. J'arrive devant la porte, un peu inquiet. J'inspire un bon coup, passe une main dans mes cheveux et lisse mon t-shirt du plat de la main, avant d'ouvrir. A peine ai-je le temps de sentir le changement d'atmosphère qu'une voix particulièrement forte agresse mes oreilles, plus sensibles depuis que j'ai perdu la vue. « Bon-jour Mon-sieur Ber-tier, je suis l'a-gent Bau-diant. Mon-sieur Zor-za-ne-lli est avec moi. » Je me retiens de lever les yeux au ciel. Ca m'arrive souvent que les gens pensent que parce que je suis aveugle, mes autres sens sont aussi déficients, alors que c'est tout le contraire.

« Ça va, il est juste aveugle, pas sourd, ni abrutis. Bonjour Thomas. » Cette deuxième voix, une peu brusque, un peu bourrue, m'arrache un rire. Je l'aime déjà. Je lui tends la main pour qu'il la serre. « Bonjour Alexandre. Entrez, je vous en prie. » Je m'efface pour le laisser passer, me demandant si je dois le vouvouyer ou le tutoyer. Boh, je me doute bien qu'il me dira si ça lui déplait.


i am flesh and i am bone
arise, ting ting, like glitter and gold
i've got fire in my soul
rise up, ting ting, like glitter
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Chappas
MESSAGES : 15
INSCRIPTION : 23/02/2017
CRÉDITS : Icon by me (Chappas)

UNIVERS FÉTICHE : Réel.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur
Limace



Alexandre
Zorzanello

J'ai 29 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis en liberation conditionnel et je m'en sors moyennement. Sinon, grâce à ma malchance, je suis Célibataire et je le vis plutôt bien, pas le choix.

Informations supplémentaires ici.


avatar © Chappas
Alexandre regarde l'homme aveugle en se demandant quel sensation ça faisait de ne rien voir. Pour sa part, il serait probablement complètement perdu, ne pas voir la tête des gens, ni voir si ils souris, ou s'ils sont en colère le dérangerait fortement. En voyant Thomas lui tendre la main, il l’attrape et la serre doucement. Il n'avait pas vraiment l'habitude de serrer des mains, d'habitude, il tapait dans la main de ses amis, pour les tchecker. Une poignée de main rendait la chose plus officiel, plus stricte et sérieuse.

"Au fait, moi c'est Alex, faut me tutoyer Thomas."

Alexandre lâche lentement la main du jeune homme et entre dans la maison. Le gendarme, lui, serre à son tour la main de Thomas et entre tout en expliquant:

"Je vais installer le boitier de ton bracelet Zorzanello. Si tu t'éloignes du périmètre de la ville, ça sonnera et tu sera considéré comme fugitif."

"Ouais ouais..."

Alex regarde autour de lui avec un petit sourire, détaillant la maison des yeux, c'était plutôt agréable. Beaucoup mieux ici que dans sa cellule en tout cas. Il retire son sac de son dos et se tourne vers Thomas en demandant :

"Thomas, je m'installe où?"

Le gendarme termine d'installer la boîte et prend la parole :

"Et voilà, la bête est fonctionnel. Donc, Zorzanello si tu sors de la ville tu seras..."

"Considéré comme fugitif et ça sonnera, c'est bon quoi!"

Le gendarme fronce les sourcils en regardant Alexandre terminer sa phrase. Il connait déjà les consignes par cœur, on lui avait bien répété au moins cinquante fois en l'espace d'une journée. L'homme habillé en bleu prit la parole à nouveau:

"Et Monsieur Bertier, au moins problème, prévenez-nous rapidement."

Une dernière recommandation et il s'en alla, laissant Thomas et Alexandre seul.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
osloww
Féminin MESSAGES : 186
INSCRIPTION : 10/03/2017
ÂGE : 18
RÉGION : Auvergne-Rhône-Alpes
CRÉDITS : (av) Pando

UNIVERS FÉTICHE : réel, hp, historique, autres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t642-osloww-you-were-my-septe http://www.letempsdunrp.com/t680-osloww-oh-lord http://www.letempsdunrp.com/t665-osloww-love-me-now
Flash



Thomas Bertier
J'ai 27 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis expert en art, en reconversion depuis mon accident et je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis pas très bien.

Famille normale, parents aimants, petite sœur chérie. Licence en histoire de l'art, travail d'expert d'art, fiançailles. Puis, l'année de ses 25 ans, accident tragique. Apprendre à vivre sans son meilleur ami mort, sans sa fiancée qui l'a abandonné. Apprendre à vivre avec son handicap. Prouver qu'il va bien. Se rouvrir à la vie, doucement.


Matthew Daddario © avengedinchains
La chaleur de sa main quitte ma paume pour lui permettre de pénétrer dans l'appartement. Je reste un instant interdit. Ce garçon est plein de contradictions. Il sort de taule et pourtant, personne ne m'a jamais serré la main avec autant de délicatesse. Alors oui, je pourrais mettre ça sur le compte que ça ne doit pas être un habitué des poignées de main, mais il y a autre chose, un sentiment qui se confirme quand je l'entends bouger doucement dans la pièce. Ses gestes sont doux, mesurés, précautionneux. Il fait attention aux objets, il est attentif à son nouvel environnement. Je réalise alors à quel point perdre la vue m'a fait ouvrir les yeux sur le genre humain. Toutes les actions qu'on voit quotidiennement et qu'on ne prend pas la peine de décoder prennent tout leur sens une fois la vue oblitérée. La façon d'être d'une personne, ses gestes, ses mouvements en disent mille fois plus sur elle que ce qu'on veut bien voir. On est en réalité plus aveugle lorsqu'on a des yeux que sans.

Je suis tiré de mes pensées par la poigne vigoureuse du gendarme. Il avance dans le salon à la suite d'Alex pour lui poser son bracelet électronique tandis que je referme la porte d'entrée. J'entends mon nouveau protégé grommeler quelque chose quand le gendarme lui rappelle les consignes. Au moment où je les rejoins, les mains dans les poches, Alexandre me demande: « Thomas, je m'installe où? » Je me tourne dans la direction de sa voix, lui adressant un sourire. « Je te ferai visiter l'appartement quand monsieur l'agent ici présent aura fini son travail. » Je ne peux pas empêcher une pointe de sarcasme amusé de percer dans ma voix. J'espère que le gendarme ne le prendra pas mal.

Celui-ci ignore royalement ma pique, se contentant de s'adresser à Alex. « Et voilà, la bête est fonctionnel. Donc, Zorzanello si tu sors de la ville tu seras... » Les mains croisées sur ma poitrine, je me retiens de lever les yeux au ciel. Enfin c'est bon quoi, pas besoin de lui répéter mot pour mot ce qu'il a dit même pas cinq minutes plus tôt. « Considéré comme fugitif et ça sonnera, c'est bon quoi ! » Je suis obligé de me mordre la lèvre inférieure pour m'empêcher d'exploser de rire. Ce serait de très mauvais goût de rire à un moment où la tension dans la pièce vient de monter d'au moins quinze crans.

Je sens le gendarme se relever devant moi. « Et Monsieur Bertier, au moins problème, prévenez-nous rapidement. » Je hoche la tête tout en le raccompagnant à la porte d'entrée. « Oui monsieur l'agent, bien monsieur l'agent », dis-je, avant de presque le pousser dehors. Enfin, je referme la porte et m'adosse contre le bois, poussant un long soupir. Je me redresse et lance, à l'adresse d'Alex: « J'ai bien cru qu'il allait jamais partir ! » J'ai lancé la phrase dans sa direction générale, espérant qu'il n'ait pas bougé depuis tout à l'heure. J'ai encore beaucoup de mal avec ça. Je sais que ça met les gens très mal à l'aise quand je ne les regarde pas vraiment dans les yeux ou quand je m'adresse à une personne en la loupant de cinq bons mètres vers la droite. « Allez viens, je te fais visiter. »

Je le guide dans le salon, puis le couloir qui comporte les deux chambres d'un côté et la salle de bains et les toilettes de l'autre. Pour finir, je lui fais retraverser le salon pour atterrir dans la cuisine. « C'est pas grand-chose, mais tu verras, on s'y sent bien. » Je hausse les épaules, un peu gêné. A vrai dire, je n'ai pas changé d'appartement après l'accident. Je connaissais celui-là comme ma poche. A chaque fois que je passe dans une pièce, je revois les photos accrochées aux murs, les livres que je ne lirai plus jamais, les souvenirs encore visibles de tous sauf de moi. C'est dur, mais en même temps, ça a facilité ma prise de marques et mon autonomie. « Tu veux boire quelque chose? Je dois avoir de la bière et du Coca dans le frigo. »


oups, je crois que je me suis un peu emballée, désolée :mdr: j'espère que ça t'ira minicoeur


i am flesh and i am bone
arise, ting ting, like glitter and gold
i've got fire in my soul
rise up, ting ting, like glitter
Revenir en haut Aller en bas
 
 
Osloww & Chappas avec Thomas & Alex
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Présentation de Thomas Marci
» Dessalines Guadeloupe Martinique - Pan-Africanisme
» Attend Diego avec Thomas{Eux
» Petite sortie, ou comment fuir Rusard [ Avec Korah et Alex ]
» Visite avec Thomas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Europe-
Sauter vers: