Partagez | 
 
 
 

 Enjoy the little things in life, cause one day you will look back and realize they were the big things. (Billie Jean & ROBERT)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
avatar
ROBERT LOVE
Féminin MESSAGES : 182
INSCRIPTION : 23/02/2017
ÂGE : 22
RÉGION : L'ouest
CRÉDITS : which witch (signa)

UNIVERS FÉTICHE : TOUS ! (Sauf les mangas et les zombies)
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Flash


Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Charlotte, USA.
Etant d'anciens voisins, Ethan et Bobbie se connaissent depuis leur adolescence. Depuis toujours, Ethan se montre protecteur envers Bobbie - parce que la jeune femme se montre très souvent naïve et il est assez facile de la piétiner sans qu'elle ne dise quoi que ce soit. Ce comportement lui a longtemps valu l'étiquette de grand frère aux yeux de Bobbie. Puis ils se sont séparés durant de longues années, et se retrouvent depuis peu à Charlotte. C'est presque comme si rien n'avait changé. Étrangement, Bobbie ne voit plus tellement Ethan comme un frère. Réciproquement, Ethan sent que quelque chose a changé. Alors les voilà maintenant tous les deux, face à l'ambiguïté de leur relation qui promet de devenir de plus en plus importante.


 
spread the love
mephobia (noun) : fear of becoming so awesome that the human race can't handle it and everybody dies.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
ROBERT LOVE
Féminin MESSAGES : 182
INSCRIPTION : 23/02/2017
ÂGE : 22
RÉGION : L'ouest
CRÉDITS : which witch (signa)

UNIVERS FÉTICHE : TOUS ! (Sauf les mangas et les zombies)
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Flash



Bobbie Rollins
J'ai 27 ans ans et je vis à Charlotte, USA. Dans la vie, je suis danseuse professionnelle et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.




Gemma Arterton © gentle heart
Bobbie est sur le point de devenir folle. Depuis maintenant un peu plus d’une d’heure, elle est allongée dans son lit et fixe le plafond avec une telle intensité qu’elle en viendrait presque à le trouver intéressant. Elle a beau compter les moutons, fermer les yeux de force, penser à quelque chose de relaxant, tester toutes les positions possibles, serrer son coussin contre elle de toute sa maigre force… Le sommeil refuse de venir à elle. Son corps et son cerveau rejettent littéralement l’idée du repos. Après avoir eu une semaine mouvementée, la jeune femme peine à ralentir le rythme. Ce n’est pas la première fois que ça lui arrive. A partir du moment où elle passe plus de trois jours dans une salle à s’entraîner, sans dormir plus de cinq heures par nuit et sans avoir la moindre petite minute pour elle, Bobbie peut être certaine qu’il lui faudra le même temps pour reprendre un train de vie un peu plus calme. Son esprit est vif, son corps ne supporte plus l’inactivité. Elle aimerait être comme la plupart de ses partenaires et pouvoir s’écrouler dans son lit comme une masse, s’endormir aussitôt et ne plus donner signe de vie pendant quelques jours. Malheureusement, Bobbie, c’est un peu comme une voiture de course. Une fois lancée à toute vitesse sur le circuit, le ralentissement est difficile à maîtriser. Elle est obligée de continuer sur plusieurs mètres, même si la ligne d’arrivée est loin derrière elle. Dans ces moments-là, Bobbie sait que tous ses efforts seront vains. Quoi qu’elle décide de faire, elle ne parviendra à s’endormir que lorsque son corps tout entier sera d’accord, et lorsque son cerveau aura approuvé la décision. Agacée, elle bat des pieds pour enlever la couette, non sans pousser un grognement de rage, et sort de son lit en exprimant tout son mécontentement. La vie, c’est naze. Même Billy, son fidèle chien de compagnie, semble être d’accord avec cette triste conclusion. Sauf que contrairement à Bobbie, il n’a pas très envie de quitter le confort qui lui est gentiment offert par le lit. Il se contente de pousser un énorme soupir de fatigue. Bobbie, elle, se réfugie devant la télévision. A cette heure aussi tardive, il n’est pas rare de tomber sur un quelconque documentaire animalier, le genre d’émission qui assomme littéralement le cerveau et qui le plonge presque dans un état de léthargie profonde. Mais Bobbie est une personne innocente et un peu trop naïve. Bobbie oublie que la nuit est aussi réservée aux adultes, et que les programmes diffusés ne sont pas toujours de gentils reportages sur la faune et la flore.

Face à la vue abominable d’un couple en pleine action, la brunette émet un hoquet de surprise et se cache bêtement le visage à l’aide d’un coussin. Dans le même temps, Bobbie massacre sa télécommande pour couper l’image. Lorsqu’elle n’entend plus aucun bruit suspect, elle se risque à vérifier que la voie est libre. Désormais, elle fait face à un écran mystérieusement bleu, sur lequel est écrit un beau « NO SIGNAL ». Au moins, elle se sent en sécurité. Plaçant tous ses espoirs en ce bel écran bleu, elle le fixe en espérant que celui-ci l’endorme. Il ne se passe malheureusement rien de plus. Bobbie gagne juste le droit de ressembler à une abrutie. Elle finit par capituler et éteint sa télévision. « C’est la moooooooort. » Qu’elle dit en se laissant tomber sur le côté sur son canapé. Encore une fois, Bobbie oublie sa vraie nature. Les seules fois où elle maîtrise son corps, c’est quand elle danse. Dans la vie de tous les jours, la maladresse la guette. Personne n’a jamais compris comment cette femme pouvait avoir un si bon équilibre sur scène tout en étant incroyablement maladroite autrement. Un vrai mystère ! Toujours est-il qu’elle roule et tombe à terre dans un bruit sourd. « Aïïïïïïïe ! » Elle reste là, un long moment, allongée à même le sol sans savoir quoi faire. Et puis au bout de dix minutes, elle sait enfin ce qu’elle veut faire. Le problème c’est que pour ça, elle a besoin de son acolyte le plus fidèle. Mais appeler cet acolyte à presque deux heures du matin pour regarder les étoiles depuis le toit de l’immeuble, ce n’est pas un peu bizarre ? Après un bref débat intérieur, elle choisit de ne pas accorder d’importance à l’heure et se saisis de son vieux téléphone. Pas une seule seconde elle ne regrette son geste. Ethan ne peut pas s’énerver contre elle, elle a une bonne raison de le déranger. Du moins, elle tente de s’en persuader. Le problème, c’est que son téléphone sonne dans le vide et Bobbie est contraint de laisser un message vocal. « Coucou Ethaaaaan ! C’est faux, il n’est pas du tout deux heures du matin et tu ne vas pas me tuer parce que tu m’aimes. » Très belle introduction. « J’arrive pas à dormir et je me demandais si, à tout hasard, tu n’aurais pas envie de regarder les étoiles avec moi. Comme quand on était jeunes et insouciants. Hm, si jamais tu écoutes ce message avant que le soleil ne soit levé… Rappelle-moiiiii ! » Elle accroche et attend patiemment que quelque chose de miraculeux se produise.


 
spread the love
mephobia (noun) : fear of becoming so awesome that the human race can't handle it and everybody dies.
Revenir en haut Aller en bas
 
 
Enjoy the little things in life, cause one day you will look back and realize they were the big things. (Billie Jean & ROBERT)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Isaac A. Sullivan ♣ the worst things in life come free to us
» may + the worst things in life come free to us.
» (F) LEXIE K. BLACKWELL ♦ Life is a storm don't look back.
» ♣ Enjoy life and smile ♣
» — bring me to life

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: