Partagez | 
 
 
 

 the wolf and the hunter (gaiden)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 
avatar
crêpeausucre
Féminin MESSAGES : 240
INSCRIPTION : 23/02/2017
ÂGE : 24
RÉGION : Rhône Alpes
CRÉDITS : alfred-borden et shanice_12 , marieclaire et jacobbellagif

UNIVERS FÉTICHE : City & Fantastique
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Flash



Garrett Spelt
J'ai 49 ans et je vis à Blackpurn, Etats-Unis. Dans la vie, je suis conducteur de camions mais officieusement chasseur et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis marié et je le vis plutôt moyen.


Garrett est un natif de Blackpurn. Il y a toujours vécu, connaissant le territoire et les alentours comme sa poche. Il grandit avec ses parents avant que ces derniers ne meurent subitement d'un accident de voiture, alors qu'il venait d'avoir dix huit ans. Il décida de devenir conducteur de camions, étant insomniaque depuis toujours. C'est un homme bon vivant, toujours à avaler une tonne d'hamburgers et autres friandises. Il s'est marié pour ses 30 ans avec une belle jeune femme et a eu deux enfants. Sa fille, Jaimie est morte lors de ses seize ans par un vampire (masqué comme une attaque animale). Garrett découvrit à ce moment là la connaissance du milieu surnaturel mais aussi que son oncle , aussi originaire des alentours exerçait ce travail depuis toujours, parfois avec son père. Il a donc tout appris de son oncle, bien décidé à venger sa fille et combattre les forces du mal. Une fois vengé, il décide de continuer ce travail. Son fils est âgé maintenant de cinq ans, il a une relation plutôt conflictuelle avec lui. Peut être parce qu'il voit bien que son père ne fait plus vraiment d'efforts à la maison...  

brad pitt © EVIE




ELLIPSE - Sortie du bar - 2h00, Aiden & Garrett font partie du peloton final de cinq gaillards, assez éméchés. Les trois autres sont déjà partis, Jake ferme le local.


« Situation critique j’imagine, je passe la plupart de mes soirées libres en ta compagnie, je ne suis pas sûr d’arriver à quoi que ce soit. Sauf avec toi peut-être ! »
Cette phrase continuait de résonner dans la tête de Garrett. Bon sang, il y pensait et revoyait Aiden le lui dire clairement. Bien qu'il l'ait énoncé sur le ton de l'humour, le vieux blond le voyait comme une certaine confidence, une représentation presque fidèle à la réalité. Il ne s'y était pas attardé au moment même où le jeune brun l'avait dite mais plus les minutes s'écoulaient, plus Garrett se rendit compte que cela était vrai. Il n'avait jamais été très doué pour dissimuler ses émotions mais encore pire, lorsqu'il s'agissait d'une sorte de gêne, d'angoisse. Après tout, était t-il si normal de passer du temps en sa compagnie ? Ne trouvait t-il pas cela déplacé de regarder Aiden de cette façon? Leur différence d'âge n'était qu'un vaste obstacle lorsque Garrett passait des heures à ses côtés, délaissant femme et enfant du foyer. Il était égoïste, pensant à son mal être qui disparaissait aux simples éclats de rire et phrases ironiques de son jeune ami Aiden. Etait t-il si immoral de passer du bon temps avec lui sans rien demander en retour ? Du moins, c'est ce que Garrett pensait. Ils avaient commencé leur soirée si tranquillement -du moins si on faisait l'impasse sur leur bagarre avec d'autres gaillards-, tous les deux. Ils avaient prit leur alcool et fumé la cigarette comme ils le faisaient toutes les semaines. Ils ne s'avouaient pas beaucoup de choses, préférant rêver d'aventures et autres activités pour booster leur adrénaline. C'était deux mecs qui en cherchaient, ils voulaient s'amuser et changer du quotidien. Ils avaient leurs bulles à eux deux, continuant à discuter et à échanger comme s'ils se connaissaient depuis toujours. Jamais Garrett n'aurait cru pouvoir autant partager avec lui le premier jour de leur rencontre. Ils étaient là, encore une fois à fermer le bar. Garrett finissait sa cigarette sur le perron du bar, tandis que Jake prenait les clés pour fermer la porte du local. Il les regarda, lui et Aiden en souriant : « Dis donc messieurs, faut pensez à aller retrouver vos femmes à une certaine heure! L'Happy Hour c'est fini! ». Les deux le regardèrent tout en riant. Jake était un chic type, habitué à faire la fermeture avec eux deux encore debout. Il baissa le store du bar avant de s'éloigner, un signe de la main en guise d'aurevoir. Assez vite,sa silhouette disparaissait dans la nuit noire.

Garrett ne savait pas vraiment si c'était le nombre de verres qu'il avait bu ou ses idées noires qui le rendait si nerveux. Lui qui avait été tant bavard et enthousiaste jusqu'à maintenant, il demeurait mutique, presque renfermé devant son ami. Il voulait prendre la parole mais des interrogations se bousculaient encore dans sa tête. Pourquoi ne voulait t-il pas partir ? Pourquoi la simple question qui restait à ses lèvres était de lui demander de faire un autre bar ? Pourquoi avait t-il envie d'être avec lui? Il écrasa sa cigarette avec son pied droit tout en faisant mine de shooter dans les airs. Bordel, il était vraiment dans la merde avec toutes ces questions qui n'avaient pas lieu d'être. Il se surprenait d'avoir de telles idées, il avait envie de se tenir à distance, de lui dire aurevoir comme tous les autres soirs de la semaine. Cela devait être comme ça, il le savait. Il fallait dire aurevoir, se faire un check et repartir à pied pour décuver. C'était ça le plan de base. Il resta un moment à écouter le silence, regardant Aiden sans qu'aucun son ne sorte. Il le fixait d'un air un peu interrogateur, ne sachant si il allait réagir ou non. Les deux verres plein de bourbon que Jake lui avait servi avaient fini de le rendre étrange, d'oublier son quotidien et la dure réalité. Il regardait Aiden sans se rendre compte que finalement, il ne faisait pas que simplement le regarder. A peine avait t-il posé ses yeux sur lui, à la sortie du bar, il maintenait son regard comme si il crevait de lui dire quelque chose. Comme s'il ne voulait plus détourner ses yeux de son visage si mystérieux et son physique attirant. Il était jeune, beau, fort et aventurier. Il lui rappelait lui à son âge tout en étant plus énigmatique, plus mystérieux en étant brun aux yeux bleus. Ses tatouages étaient parfaits, décrivant sa personnalité indépendante, fière et désinvolte. Quand il s'était touché les côtes, Garrett s'était retenu de le complimenter sur ses abdos, tout simplement parce qu'il sentait que ce n'était pas normal. Ce n'était peut être pas un compliment à dire à son ami, du moins il sentait que cela serait bien trop étrange. Quoiqu'il en soit, leur échange de regards devait accompagner une parole, cela était certain. Ils ne pouvaient plus se regarder en chien de faïence, sans qu'aucune parole n'arrive. Garrett se décida, il parla d'une voix un peu rauque. « Tu m'as encore bien fait rire ce soir! Tu as de ces idées! Ca me fait du bien de te voir tu sais... ». Garrett se sentit tout drôle d'un seul coup. Il avait fini sa phrase de façon tendancieuse comme si il attendait son feu vert pour continuer. Ses paroles avaient dépassé sa pensée, alors même qu'il avait tenté de se contenir tout ce temps. De rester formel du mieux possible, de garder la distance. C'était peine perdue, il avait fini par avouer qu'il le rendait heureux, qu'il était bien à ses côtés. Quelle genre de phrase allait accompagner celle-ci, déjà pleine de sens et de sous entendus? Alors qu'il lui avait tourné le dos un instant, Garrett se rapprocha, dit avec amusement, sous l'effet de l'alcool. « Et je suis certain que tu rendrais les filles dingue si tu le voulais! Tu es trop un beau gosse! ». Etait-ce vraiment l'alcool qui parlait ? Garrett sentait qu'il était bien à lui dire ça, il sentait que quelque chose résonnait en lui et il se sentait soulagé. Libéré du poids de tout ce qu'il pensait d'Aiden. Il savait qu'Aiden était un gars bien, il sentait qu'il était prêt à en entendre davantage. Garrett se rapprochait toujours de lui, arrivant à une distance quelque peu dangereuse, si on estimait que la distance de proximité avait été largement franchie. Leurs nez se heurtaient légèrement, leurs fronts vinrent se cogner doucement.
Garrett respirait doucement, habité par cette soudaine insouciance qui lui faisait oublier tout. Oublier qu'il avait sa femme qui l'avait sûrement appelé de nombreuses fois sur son téléphone, ignorer que son fils l'attendait, désapprouvant quelconque personne attendant Aiden... Il faisait encore une fois l'égoïste. Le rapprochement qu'il opérait avec Aiden avait qu'une seule finalité : rester avec lui, auprès de lui.

Il le regarda avec un air toujours plus curieux, gardant son sourire aux lèvres. L'alcool le rendait cette fois chantant, intriguant, amusant. Il avait délaissé le côté silencieux de la raison pour laisser explorer ses envies les plus profondes, notamment celle de continuer sa conversation, celle de venir le chercher, de sentir sa respiration... Leurs deux visages restèrent aguerris, Garrett sentant son coeur battre la chamade. Il n'avait jamais eu ce ressenti auparavant. L'estomac noué, il recevait la respiration haletante d'Aiden comme une attente, une envie. Il ne détacha pas une seconde son regard de celui d'Aiden qui, interloqué, devait hésiter à se libérer de son emprise. Ils étaient là, tous deux sous la lune qui leur souriait et les éclairaient de milles feux. Garrett posa ses mains sur les bras d'Aiden comme pour le secouer gentiment. Il le fit tout en entendant Aiden gémir, dû à la récente bagarre qui l'avait sérieusement amoché. Garrett s'arrêta aussitôt, empruntant un regard apeuré, presque peiné. Il le prit dans ses bras, confessant dans un murmure. « Aiden, tu sais que t'es un bolosse, tu les as tué dans le bar! ». Il allait pour se détacher de son étreinte, sentant l'alcool parcourir ses veines et engourdir ses jambes. Il allait sûrement tomber dans quelques minutes, achevé par le trop d'alcool qu'il avait ingurgité aujourd'hui. Alors qu'il enlevait doucement ses bras des siens, Garrett fit une fixette sur ses joues. Elles étaient encore chaudes de la bagarre et Garrett, ne pût se retenir devant l'ardente température que dégageait Aiden. C'était incroyable de déceler une telle énergie à cette heure ci. L'alcool aussi sans doute. Il resta un moment fasciné par une telle découverte et la proximité aidant, il lui sourit de nouveau. Les questions reprirent de plus belle, se bousculant dans la tête alors que la brise légère de la nuit vint les chasser pour le laisser décider. Il se sépara de lui, reculant de quelques centimètres pour penser à autre chose. Il allait pour prendre son téléphone lorsque son instinct vint le rattraper. La nuit le laissait choisir, comme si tous ses soucis étaient balayés par le vent. Il respira à toute vitesse, avalant sa salive. Il baissa les yeux à terre, comme pour réfléchir mais il sentait toujours plus son coeur battre à tout rompre.
Soudain, il leva la tête, se précipitant sur Aiden en attrapant ses joues dans un geste violent et rapide. Il vint cogner son front avec une force inouïe, avant de poser avec force sa bouche sur la sienne. L'instinct était tant furtif que rapide, Garrett ne répondait plus de lui. Il vint chercher sa langue avec rapidité, comme s'il voulait abréger ce désir le plus vite possible. Il se sentait fort, capable de déplacer des montagnes tant il laissait exprimer ses instincts premiers. Il emprisonnait le visage d'Aiden en portant le poids de son visage et de ses mains sur lui. Il venait de l'embrasser sans crier gare et leurs visages, bousculés mais maintenant aimantés, présageaient le pire.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
j!han
MESSAGES : 323
INSCRIPTION : 25/02/2017
ÂGE : 27
RÉGION : occitanie
CRÉDITS : eudoxis (icon)

UNIVERS FÉTICHE : réel, fantastique, hp ♥
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t421-m-f-new-generation-albus-scorpius-en-cours
Pigeon



Aiden Turner
J'ai 30 ans et je vis à ville, Etats-Unis. Dans la vie, je suis garagiste et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt moyen.




vinnie woolston © NOM CRÉATEUR
« Dis donc messieurs, faut pensez à aller retrouver vos femmes à une certaine heure! L'Happy Hour c'est fini! ». Tout en riant face au gérant du bar qui fermait tranquillement son commerce en leur souriant, Aiden jeta un coup d’œil à sa montre, à peine conscient de la soirée qu’il venait de passer. Elle n’avait peut-être pas commencé sous les meilleurs auspices à cause de trois crétins trop fiers mais elle s’était malgré tout déroulée à merveille en compagnie de Garrett. Et ils en avaient eu des choses à se dire, tantôt des banalités, tantôt certaines choses un peu plus intimes. Ils avaient cette faculté à parler de tout et de rien sans qu’un blanc ne vienne tâcher la conversation et malgré quelques silences, rien n’était gênant entre eux, tout était naturel, du moins c’était l’impression que le jeune loup-garou en avant. Et même s’il riait encore de la petite blague du gérant, il ne pouvait s’empêcher de cogiter légèrement en silence sur ce qu’il avait voulu dire. Il n’avait pas tort, du moins en ce qui concernait Garrett. Il avait une femme qui devait l’attendre et le jeune homme ne pouvait s’empêcher de culpabiliser de le retenir à chaque fois, de prendre à sa femme le temps qu’elle aurait dû passer avec. De priver un enfant de son père parce qu’il passait la plupart de ses soirées avec lui et que l’homme devait forcément rater un ou deux couchés dans la semaine. Il culpabilisait mais il aurait été incapable, dans l’état actuel des choses, de lui faire remarquer qu’il ferait mieux de rentrer chez lui, de retrouver le lit de son épouse, la sagesse de son foyer tandis qu’il rentrerait dans le cœur de sa meute, là où résidaient tous les loups de son entourage même s’il retrouverait un lit vide et froid. Mais il ne ressentait pas vraiment la solitude pour l’instant, il était bien dans sa situation actuelle et le fait de prévoir d’accompagner Garrett sur les routes ou de faire du camping avec lui, voilà de quoi il avait envie. Ne pas se prendre la tête, il avait une impulsivité toute naturelle, il fonçait parfois tête baissée sans trop réfléchir et si cela lui portait préjudice parfois, il avait un goût de l’aventure inépuisable et il était ravi d’avoir trouvé quelqu’un avec qui le partager. Tout en sortant de ses pensées, il jeta un œil à Garrett resté avec lui jusqu’à la fermeture et le trouva tout à coup bien silencieux, il lui semblait même nerveux mais il n’aurait pas su dire pourquoi et encore moins se douter que c’était de sa faute. Il croisa son regard et l’interrogation au fond de ses yeux mais il ne comprenait pas ce que le chauffeur pouvait bien attendre de lui. Il resta interdit un instant. Il s’était attendu à ce qu’ils se séparent, il leur suffisait d’échanger une accolade et repartir chacun de son côté, même si Aiden avait l’intention de laisser filer Garrett avant de prendre sa forme lupine pour parcourir une distance plus longue sans se fatiguer et surtout pour que ses blessures guérissent plus vite. Il n’avait pas l’intention de rester avec une pommette tuméfiée pendant des jours et jours. Il regagnerait l’autre côté de la forêt beaucoup plus vite à quatre pattes et en serait moins essoufflé. Il n’avait pas envie de rentrer chez lui après des heures de marche. Mais pour cela, il fallait qu’il soit sûr que son ami soit loin. Il n’était pas encore prêt à révéler sa nature à quelqu’un en dehors de sa meute, il ne savait pas à qui il pouvait faire confiance. Il se souvenait vaguement avoir eu une conversation à ce sujet avec Garrett mais la discussion avait tourné court et leurs envies divergeaient sur la question. Aucune raison qu’ils s’attardent donc sur un point de discorde, c’était bien inutile. Aiden pouvait continuer à lui faire croire qu’il était parfaitement humain puisque, grâce à son pendentif, c’était à présent ce qu’il était la plupart du temps. Le fait qu’il soit capable de guérir de manière surnaturelle, qu’il ait plus de force que n’importe quel humain et que sa morsure pouvait tuer un vampire ne le rendait pas moins humain quand il jouait au garagiste. Il se perdit dans ses pensées quelques instants avant de se rendre compte qu’ils avaient passé plusieurs minutes sans échanger un mot. Quelque chose de plutôt inhabituel les concernant mais qui n’alertait pas vraiment Aiden. Malgré la fraîcheur de la nuit, il était toujours aussi peu vêtu que d’habitude, le froid n’ayant pas d’impact sur lui, sa température légèrement plus élevée qu’un humain lambda. Mais lorsque quelqu’un lui faisait remarquer, il pouvait toujours prétendre avoir une légère fièvre ou le sang chaud tout simplement, ce n’était pas totalement irréaliste. Pourtant, il préférait la plupart du temps qu’on ne le touche pas. Qu’il laisse Garrett faire aussi facilement relevait du mystère pour lui. Bien loin de se douter de ce que son ami avait en tête à cet instant précis, il finit par bailler. Non parce qu’il s’ennuyait mais parce que la journée avait été longue et il n’était pas près de se coucher. Il étouffa son bâillement dans sa main quand Garrett prit la parole. « Tu m'as encore bien fait rire ce soir! Tu as de ces idées! Ca me fait du bien de te voir tu sais... » Aiden ne perçut pas l’hésitation de Garrett et lui retourna son sourire pour finir par lever le bras, une petite tape dans le dos et il répondait, toujours aussi souriant. « Si t’es heureux, alors je suis heureux ! » Lui-même ne prenait pas conscience qu’alors il agissait de la même manière que son ami, il lui avouait que son bonheur faisait le sien et cela ne lui paraissait même pas tendancieux. En réalité, Aiden avait cette faculté à dire ce qu’il pensait sans vraiment se gêner. Il était franc et quand il avait quelque chose à dire, il se fichait de savoir comment son interlocuteur pouvait l’interpréter. Il le disait simplement, sans artifice parce que c’était justement une réflexion qu’il s’était faite quelques heures plus tôt dans la soirée. Le fait d’apporter un peu de gaieté au quotidien parfois lourd de Garrett consistait vraiment à rendre sa propre journée meilleure parfois. Il avait juste besoin de le voir sourire ou de l’entendre rire et il savait alors qu’il avait fait quelque chose de bien. Il tenait à ce qu’il soit heureux, bien dans sa vie et ne supporterait pas de le voir triste ou effacé. Alors il le disait, aussi simplement qu’il le ressentait. Mais Garrett n’en n’avait pas fini avec lui et il le vit s’approcher. « Et je suis certain que tu rendrais les filles dingue si tu le voulais! Tu es trop un beau gosse! » Aiden s’entendit rire joyeusement en penchant légèrement la tête en arrière. « Et qui a pris un bourbon de trop ? » Il se moquait mais il était en réalité flatté de ce qu’il venait de lui dire. Malgré tout, ramenant son visage pour observer son ami, il le vit s’approcher davantage et son rire s’étouffa légèrement dans sa gorge. Il ne savait pas si la proximité de Garrett le dérangeait parce qu’il n’aimait pas que l’on s’approche de trop près ou si justement elle le dérangeait parce que cela ne le dérangeait pas plus qu’il l’aurait souhaité. Son ami avait probablement un coup dans le nez et la boisson lui était monté à la tête et pourtant, il semblait toujours lucide. Il observa son regard, si près qu’il pouvait sentir son haleine fraîchement alcoolisée se mêlait à la sienne. Malgré les vodkas qu’il avait pu boire, Aiden était dans un état de conscience parfaite qu’il commençait à regretter. Son métabolisme éliminait l’alcool de son organisme beaucoup plus rapidement et il lui fallait plus que quelques verres pour être vraiment rond, ce qui ne lui était pas arrivé depuis longtemps. Non, il ne sentait pas l’ivresse de l’alcool et regrettait légèrement d’être trop lucide. Il restait tant concentré sur ses yeux qu’il n’eut pas le temps d’esquiver ses mains autour de lui et en le sentant le secouer légèrement, un gémissement de douleur intentionnel s’échappa de ses lèvres. Garrett sembla peiné de l’effet qu’il venait de provoquer mais il allait secouer la tête pour le rassurer quand il reprit la parole. « Aiden, tu sais que t'es un bolosse, tu les as tué dans le bar! » Il eut envie de rire mais il sentait un changement d’atmosphère qui le laissait perplexe. Il était toujours franc et honnête mais il avait du mal à lui répondre parce que son corps était tendu et sa gorge nouée par la proximité. Il sentait les changements dans le comportement de Garrett et il avait du mal à interpréter ce qui était en train de se passer. Lorsqu’il sentit les mains froides du chasseur sur ses joues, il ferma les yeux un quart de seconde tant la sensation de contraste était agréable et apaisante. Il s’était habitué à la chaleur de son corps et être confronté à la fraîcheur de quelqu’un lui procurait un apaisement certain qui ne durait que quelques secondes. Parce que les mains de Garrett se réchauffaient plus vite que sa peau ne pouvait refroidir. Son ami finit par le lâcher et par reculer et Aiden prit une bouffée d’air frais, sans avoir le temps de terminer, il sentit les mains de Garrett reprendre possession de ses joues violemment et ses lèvres virent heurter les siennes avec précipitation. Le souffle coupé, Aiden savait qu’il avait une seconde pour réagir et pour éloigner son ami de lui tout en lui demandant ce qu’il était en train de faire. Mais il laissa passer la seconde, puis une autre et finalement, il sentit l’effervescence de Garrett le gagner et son cœur se souleva dans sa poitrine en prenant conscience que ses lèvres étaient posées sur celle de son ami. Il avait du mal à savoir où il se trouvait et pourtant, il ne se détachait pas, il ne repoussait pas l’homme qui l’embrassait avec passion, précipitation, comme si le temps était compté. Son esprit se déconnecta presque instantanément et se mit en pilotage automatique, comme dicté par quelque chose de plus fort que lui, un instinct animal. Garrett était un homme et pas une jeune femme aux courbes gracieuses, il n’avait pas la douceur ni la pudeur d’une demoiselle. Il n’en avait que trop conscience et pourtant, l’effet de son baiser semblait lui avoir grillé les neurones, paralysant son cerveau et mettant en marche son esprit animal. Il finit donc par réagir, se fichant pas mal de l’état dramatique de ses côtes, il pressa sa main sur la hanche de Garrett pour le rapprocher de lui un peu plus, dans un geste purement instinctif. Il finit même par le pousser contre le mur le plus proche, le mur du bar qui avait accueilli tant de fois leurs beuveries. Ce n’était pas doux, c’était passionné. Les instincts d’Aiden étaient en alerte, poussés à l’extrême dans une lutte pour la domination mais aussi pour chercher plus de contact. Et il n’était pas assez connecté avec la réalité pour comprendre à quel point il se sentait entier à cet instant, galvanisé par l’haleine alcoolisée de son ami, par la chaleur de sa langue dansant contre la sienne. Il avait porté son autre main à sa nuque, lui agrippant légèrement les cheveux d’un geste possessif. Merde, Garrett lui faisait un effet fou et il sentait la bête bouillir à l’intérieur de lui comme un feu ardent. Si proche de la pleine lune, il était bien plus assujetti à ses pulsions et il s’en rendit vite compte. Après plusieurs secondes, son esprit parvint à briser le voile que son cerveau avait mis en place pour l’empêcher de penser et il s’écarta presque aussi violemment que leurs corps s’étaient trouvés. Il était essoufflé, son cœur battait la chamade et il détourna les yeux, presque persuadé qu’ils avaient viré au jaune pendant l’échange et il ne souhaitait pas que Garrett le voit ainsi. Il recula en s’apercevant que ce moment lui avait fait oublier la douleur de ses côtes et ses mains retrouvèrent d’elles-mêmes le chemin de sa souffrance. Il grimaça légèrement avant de secouer la tête. Certain d’avoir retrouvé un regard normal, il tourna les yeux vers Garrett, encore interloqué. Il ne s’était pas vraiment éloigné de lui, il avait cherché avant tout à calmer ses ardeurs. « Qu’est-ce que… ? » Il était incapable de formuler une question correcte. Que s’était-il passé ? Qu’est-ce qui avait traversé la tête de Garrett à cet instant ? Comment en étaient-ils arrivés là ? Il ne savait pas par où commencer, il était encore sous le choc, ce qui ne lui arrivait pas souvent. « Je crois que tu as définitivement bu un bourbon de trop… » Aiden se passa une main nerveusement dans les cheveux. Ce n’était pas un reproche mais son regard, sans le vouloir, était peiné en réalité. Il avait l’impression que son ami avait trop bu et s’était laissé électriser par l’alcool et comme ce n’était pas son cas, il n’avait pas la même excuse. Il se sentait un peu bête d’avoir répondu à un baiser alcoolisé et d’en avoir profité, même s’il ne pouvait pas vraiment dire qu’on pouvait profiter d’un homme comme Garrett. Non, il n’arrivait pas à mettre de réels mots sur ce qu’il ressentait. Il avait l’impression d’avoir répondu avec lucidité à un geste qui en manquait visiblement. Il se sentait con et pour la première fois depuis longtemps, carrément gêné. Il recula davantage, frottant sa main contre l’arrière de son crâne dans un geste clairement nerveux. Parce qu’il ne savait pas comment réagirait Garrett suite à tout ça et surtout le lendemain, quand il se réveillerait avec des souvenirs confus. Il déglutit, il n’aurait pas la chance d’oublier les sensations que ce baiser lui avait procuré ni l’envie qu’il avait à présent de recommencer. Une pensée qui le traversa au moment où ses yeux se posèrent sur les lèvres de son ami un quart de seconde avant qu’il ne tente de se reprendre. « Je devrais peut-être rentrer… » Il n’en n’avait pas envie mais il amorça quand même un pas en arrière, même s’il cherchait à se convaincre que c’était la chose à faire, même si tout l’attirait à nouveau vers Garrett.   
[/color]




Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
crêpeausucre
Féminin MESSAGES : 240
INSCRIPTION : 23/02/2017
ÂGE : 24
RÉGION : Rhône Alpes
CRÉDITS : alfred-borden et shanice_12 , marieclaire et jacobbellagif

UNIVERS FÉTICHE : City & Fantastique
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Flash



Garrett Spelt
J'ai 49 ans et je vis à Blackpurn, Etats-Unis. Dans la vie, je suis conducteur de camions mais officieusement chasseur et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis marié et je le vis plutôt moyen.


Garrett est un natif de Blackpurn. Il y a toujours vécu, connaissant le territoire et les alentours comme sa poche. Il grandit avec ses parents avant que ces derniers ne meurent subitement d'un accident de voiture, alors qu'il venait d'avoir dix huit ans. Il décida de devenir conducteur de camions, étant insomniaque depuis toujours. C'est un homme bon vivant, toujours à avaler une tonne d'hamburgers et autres friandises. Il s'est marié pour ses 30 ans avec une belle jeune femme et a eu deux enfants. Sa fille, Jaimie est morte lors de ses seize ans par un vampire (masqué comme une attaque animale). Garrett découvrit à ce moment là la connaissance du milieu surnaturel mais aussi que son oncle , aussi originaire des alentours exerçait ce travail depuis toujours, parfois avec son père. Il a donc tout appris de son oncle, bien décidé à venger sa fille et combattre les forces du mal. Une fois vengé, il décide de continuer ce travail. Son fils est âgé maintenant de cinq ans, il a une relation plutôt conflictuelle avec lui. Peut être parce qu'il voit bien que son père ne fait plus vraiment d'efforts à la maison...  

brad pitt © EVIE

Bordel. C'était le cas de le dire. Non pas que Garrett se trouvait chez les putes -du moins cela aurait été sûrement moins pire- mais il était dans une sacrée merde. Non, le mot "bordel" n'avait en aucun cas cette signification pour ce contexte là. Il désignait plutôt la situation quelque peu compliquée, voire problématique dans laquelle s'était plongée la tête la première le vieux blond. Il aurait pu se contenter d'une accolade, l'air de rien et rentrer chez lui. Il aurait même pu commencer le chemin à pied, avant de retrouver sa voiture un peu plus loin. Conduire en étant ivre n'était jamais prudent mais Garrett l'avait déjà fait auparavant. Il aurait simplement fait une balade, histoire de s'aérer un peu l'esprit et chasser les idées bizarres, étranges qui l'occupaient. Non, il a fallu que Garrett s'en fasse qu'à sa tête. Sa conduite était déplorable, ne faisant pas la différence entre ses responsabilités et ses envies. Il aurait pu taire ses instincts premiers, se concentrer sur ce qu'il avait à faire plutôt que d'être si insouciant, désinvolte. Il se sentait soudainement comme un jeune de quinze ans qui découvrait les premiers émois amoureux. Il se lançait à corps perdu, ignorant sa raison qui lui avait pourtant ordonné de ne pas s'approcher trop près d'Aiden. Merde, il était beau et se retrouver si près de lui n'allait avoir que des conséquences hâtives, désastreuses. Il allait forcément arriver le moment où Garrett ne se contrôlerait plus et se mettrait à lui faire des choses, dépassant le strict cadre de l'amitié. Il se sentait idiot, comme si il craignait la réaction de Aiden alors qu'il avait bien pris soin de l'embrasser sans jamais lui demander son avis.
Toutes ses remarques venaient à Garrett alors même qu'Aiden venait de se détacher violemment de lui. Il se prit la tête dans ses mains, dégageant ses cheveux un instant en reprenant son souffle.
Bon sang qu'il était beau, encore plus quand il avait une respiration haletante. Le fait qu'il réponde à son baiser avait mis Garrett dans une satisfaction totale, qui ne faisait que s'accroître à mesure que Aiden accélérait les choses. Quand il posa sa main sur sa hanche avant de le conduire au mur pour continuer leurs baisers, Garrett crût qu'il allait le faire. Aiden attrapa ses cheveux comme pour montrer qu'il était le dominant, pour préciser encore plus leurs désirs respectifs. Il était clair que le jeune homme savait y faire et que Garrett prenait son pied. Il aurait voulu lui enlever son pantalon, que leurs corps se découvrent et s'unissent là, au milieu de la nuit sans personne à l'horizon. Il avait tellement envie de lui qu'il avait pensé un moment retirer ses propres vêtements pour aller ensuite retirer les siens. L'alcool anesthésiait ses problèmes, couvrant sa propre perception des choses. Il avait fermé les yeux, ne regardant plus Garrett pour se concentrer sur ses sensations. Il sentait le corps d'Aiden restait attaché au sien, alors que Garrett voulait toujours aller plus loin. Il était aussi obstiné que passionné, considérant leur étreinte comme le début de quelque chose. Il continuait de piéger sa langue tout en la caressant, comme si leurs baisers passionnés avaient une forme de respect et tendresse d'un tout jeune couple. Garrett restait encore à l'embrasser quand, dans un élan violent, Aiden se retira de son étreinte. Il s'était reculé, pas très loin de lui mais suffisamment pour que Garrett ne trouve plus ses lèvres. Aiden se baissa un moment, reprenant son souffle. Il avait l'air exténué , combinant l'heure tardive avec les récents déboires qu'il avait eu avec les hommes qui lui avaient cherché des noises. Garrett avait couronné le tout en lui donnant des baisers langoureux. Alors qu'il s'arrêtait un moment, Garrett réalisait sa faute. Un instant de lucidité le traversa, oubliant un moment l'alcool et ses ravages. Il pensait de nouveau comme avant, comme dans le bar où ils parlaient avec légèreté de leur prochaine virée de squad. Il se revoyait se servir du bourbon et constatait que ses souvenirs d'après étaient intacts. Il se concentrait sur ce qu'il avait fait et les baisers avec Aiden se redessinaient parfaitement. Il avait osé l'embrasser sans même se demander si il voulait ça, quand bien même il aurait pu être hétérosexuel. D'ailleurs, Garrett l'était aussi, du moins normalement. L'idée de l'embrasser avait tout d'une tentative délibérée de rester avec lui, de ne pas affronter sa femme à son retour à la maison. Il aurait certainement pu trouver mieux mais l'instinct séducteur de Garrett avait resurgit. Il aurait pu se contenter de lui faire des blagues mais il avait préféré flirter et l'embrasser tout en ayant pour pensé de lui faire l'amour contre le mur. Il se sentait aussi gêné qu'interloqué, tant la situation lui paraissait incontrôlable. Il l'avait piégé, n'attendant aucune réponse de sa part et il se mettait à mal vis à vis de sa femme. La mort de sa fille avait été une excuse pour son dénigrement envers elle; une partie de jambes en l'air avec un homme de vingt ans de moins, franchement moins. Il gardait la tête dans ses mains mais se rendit compte qu'il fallait à un moment ou un autre reprendre le cours de l'instant présent et regarder Aiden. Celui-ci semblait aussi confus que lui, cherchant des explications. « Qu’est-ce que… ? ». Garrett eût envie de lui répondre immédiatement, il ne pût s'empêcher de se retenir plus, il rétorqua, la voix toujours un peu rauque. « Il se passe que je viens de faire un truc pas très joli... ». Il continuait dans ses remarques ironiques mais cette fois ci, il n'avait pas envie de rire. Il était dépassé par les événements, prenant conscience chaque seconde de plus de ce qu'il l'avait fait. Le pire dans tout ça, c'est qu'il avait aimé. Il avait aimé l'embrasser et aussi qu'il ait continué leur échange passionné contre la paroi du bar. Il aurait aimé continuer, ne plus jamais s'arrêter pour découvrir tout le plaisir que cela pouvait procurer à Garrett. Il ignorait tout de l'amour avec un homme et qui plus est, un jeune homme mais il en avait envie. Il ne savait pas encore d'où ça venait mais il souhaitait y croire. Il avait une volonté déconcertante. « Je crois que tu as définitivement bu un bourbon de trop… ». Il s'arrêta un moment sur ce que venait de dire son ami. Oui, certainement l'alcool avait sa place dans sa prise d'initiative et notamment, sur son envie de prolonger leur étreinte. Certes, le bourbon lui avait sorti les mots de la bouche, précipitant un rapprochement auquel Garrett n'était pas insensible. Il prit compte de ces remarques, comme argent comptant. Il fallait qu'il accepte que c'était ça, alors même que déjà d'autres voix lui disaient que non.Sa raison lui faisait comprendre que l'alcool n'avait qu'accélérer les choses mais les idées étaient déjà bien ancrées. Il se mit à penser au bar, quand il lui avait touché le bras, la cigarette qu'il lui avait donné... Ces infimes détails pouvaient aussi expliquer sa démarche. Il se sentait gêné, extrêmement désorienté mais il savait que quelque part, il l'avait voulu. Ce n'était pas dû simplement au hasard, il l'avait cherché. Autant se l'avouer, il n'avait plus le choix.Il regarda sur le côté, comme pour éviter de croiser son regard. Ce qu'il allait dire n'était pas facile mais l'alcool redescendait déjà. Il devait affronter ses conséquences mais il sentait que le peu de bourbon encore présent dans son cerveau aurait l'effet d'un véritasserum. Il allait se livrer comme jamais, profitant de l'heure tardive et de l'unique occasion de l'avoir encore face à lui. Il prit un ton grave, se passant la main droite dans une de ses mèches de cheveux blondes. « J'ai trop bu oui mais... c'était aussi un truc de fou. Mais c'est impossible, non ? » . Il cherchait dans son regard quelque chose, n'importe quoi qui pourrait l'approuver. Lui dire qu'il avait été fou et que rien ne serait réel. Il suppliait de cette façon Aiden de l'encourager dans le déni, lui dire qu'il n'aimait pas les hommes et qu'il s'en voulait de tromper sa femme. Il voulait le savoir mais Aiden ne serait sûrement pas prêt à lui dire. Il était clairement gêné, n'osant rien dire mais le fixant étrangement. Il le vit rester un moment à contempler ses lèvres avant de lâcher, l'air peiné : « Je devrais peut-être rentrer… » . Il le disait avec sérieux et engager déjà un pas en arrière. Il avait l'air fatigué, au bord de l'épuisement et Garrett commençait aussi à ressentir la fatigue le chercher. Il le vit un moment sans rien dire s'éloigner. Il passa une main sur ses yeux et les frotta comme pour se donner une énergie pour partir de son côté. Il regarda son téléphone : six appels manqués de sa chère. Il ressentit alors un pincement au coeur, regardant Aiden s'éloigner. Avant qu'il ne puisse réellement le distancer, Garrett lui attrapa le bras, alors que celui-ci était déterminé à s'en aller. Il put voir sur son visage de la détresse, de la culpabilité. Garrett le regarda droit dans les yeux, cherchant à l'apaiser. « Tu devrais rentrer pour te reposer... » . Il posa les mains sur sa joue et il sentait qu'il bandait déjà. Ce jeune homme avait un sacré pouvoir sur lui, Garrett ne pouvant contenir tant de désir pour lui seul. Il se mordit la lèvre inférieure, lui disant d'une voix hachée, arrêtant ses pulsions : « Je te veux tellement que si tu restes... Je voudrais le faire jusqu'au matin. » . Il était direct, presque cru mais il continuait ses confidences. Il l'avait rattrapé pour mieux le regretter par la suite. Il ne pouvait plus faire semblant, lui dire qu'il était son ami alors qu'il ne voulait qu'une chose : l'embrasser et continuer leurs caresses jusqu'à ce qu'ils atteignent tous deux le Nirvana. Cette expérience inédite avait été trop courte et Garrett luttait de toutes ses forces pour lui dire aurevoir. Un seul geste de Aiden allait décider de son sort. Il aurait eu envie de ressauter à son cou pour l'embrasser mais il fallait aussi qu'Aiden montre son ressenti. Si il n'en avait pas, Garrett pourrait se faire une raison et reprendre sa route. Si en revanche, il y en avait, Garrett ne le laisserait pas partir. Plus jamais.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
j!han
MESSAGES : 323
INSCRIPTION : 25/02/2017
ÂGE : 27
RÉGION : occitanie
CRÉDITS : eudoxis (icon)

UNIVERS FÉTICHE : réel, fantastique, hp ♥
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t421-m-f-new-generation-albus-scorpius-en-cours
Pigeon



Aiden Turner
J'ai 30 ans et je vis à ville, Etats-Unis. Dans la vie, je suis garagiste et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt moyen.




vinnie woolston © NOM CRÉATEUR
« Il se passe que je viens de faire un truc pas très joli... » S’il pouvait se sentir encore plus con à cet instant, Aiden était sûr qu’il ne pourrait bientôt pas tomber plus bas et la remarque résonnait à ses oreilles de bien mauvaise manière. Il détourna les yeux du regard peiné et perdu de Garrett, sentant ses sens broyés par sa culpabilité d’avoir répondu à son étreinte comme un parfait idiot. Bien sûr qu’il le regretterait, est-ce qu’Aiden était vraiment stupide ? Il ne savait même pas pourquoi lui-même avait répondu à ce baiser avec ardeur. Il leva un instant les yeux vers la lune, il en avait une vague idée en réalité. Il savait que si l’excuse de l’alcool ne fonctionnait pas pour lui, celle de la pleine lune approchant à grands pas avait joué en sa défaveur ce soir. Il était électrique, il ne fallait pas s’approcher trop près de lui, il le savait et il avait ouvert la porte à Garrett, lui permettant ce qu’il n’aurait pas dû permettre. Il n’avait que trop conscience de l’erreur que cela pouvait être sur bien des plans. La première qui le préoccupait pourtant moins que les autres, c’était qu’Aiden pensait depuis des années être parfaitement hétérosexuel, appréciant le corps des femmes en toutes circonstances, il ne s’était jamais posé une seule question sur sa sexualité plutôt épanouie. Et pourtant, ce n’était pas ce qui le choquait le plus, il pouvait se faire à l’idée d’avoir une attirance sexuelle pour un homme. Non, ce qu’il ne comprenait pas, c’était que Garrett ait du désir pour lui. Lui, l’homme plus mûr, censé être hétérosexuel, marié et père de famille. D’ailleurs à cette pensée, Aiden eut la nausée, sa tête lui tournait et il comprit à quel point la soirée l’avait fatigué et achevé. Et là maintenant ce baiser qui lui retournait les sens, il avait l’impression qu’il pourrait sombrer à chaque instant, un peu comme Garrett, assommé par l’alcool. Mais lui avait cette excuse, une chance que le jeune homme n’avait pas puisqu’il ne pouvait clairement pas désigner la lune et lui expliquer combien elle avait un effet terrible sur lui, ses humeurs et ses désirs. Il ne souhaitait pas mettre Garrett dans la confidence de son état alors que pouvait-il dire ? Qu’il était fatigué ? A la façon dont il avait répondu à son étreinte, pour sûr que cette excuse serait alors étouffée dans l’œuf. Aiden se maudissait de réfléchir autant, après tout, ce n’était pas lui qui avait commencé. Il culpabilisait d’avoir continué, d’avoir embrassé Garrett avec passion mais il ne l’aurait jamais fait si dans un premier temps, ce dernier n’avait pas initié toute la situation. Il avait été celui qui s’était rapproché et si Aiden l’avait laissé faire, il était certain que ce n’était pas pour ça. Il commençait à sentir la colère gonfler en lui, pas franchement ravi de voir Garrett se dégonfler alors de la sorte, de lui faire remarquer que tout ça, ce n’était pas bien. Il en avait parfaitement conscience, pas besoin qu’il en rajoute de la sorte. Piqué au vif et parce qu’il était incapable de comprendre la situation, Aiden se raidit légèrement en observant Garrett qui lui-même n’était pas dans un super état. Il semblait au moins aussi mal que lui vis-à-vis de la situation mais pouvait-il réellement s’en vouloir ? Au lieu de lui expliquer, il ne comprenait pas pourquoi le chauffeur se cachait derrière sa culpabilité. Il avait besoin d’une réponse, et la question la plus logique finit par franchir ses lèvres. « Pourquoi l’avoir fait alors ? » Il était peut-être légèrement plus froid qu’il ne l’aurait voulu mais sans savoir pourquoi, il était vexé, comme un gamin à qui on avait enlevé un jouet. Il était vexé et peut-être ne l’avouerait-il pas mais il était à présent blessé et complètement paumé. Un état de fait que Garrett ne semblait pas prendre en compte. « J'ai trop bu oui mais... c'était aussi un truc de fou. Mais c'est impossible, non ? » Il fronça légèrement les sourcils, cherchant à savoir ce que Garrett entendait par là et il finit par hausser les épaules. Le fait qu’il avoue avoir trop bu semblait lui confirmer qu’il se cacherait bien derrière cette excuse pour s’esquiver. Mais il ne savait clairement pas comment interpréter ses mots et la situation menaçait de le rendre fou. S’il pouvait s’échauffer rapidement, il était plus que certain que son sang bouillait différemment cette fois. Cette foutue lune était en train de lui retourner le cerveau ou était-ce tout l’effet que  lui faisait son ami ? Il détestait cette incertitude, ce malaise. Il voulait simplement retrouver son ami une bonne fois pour toute et oublier tout ce qui venait de se passer « Si tu le dis. » Il savait que ce n’était pas une réponse qui plairait à Garrett ou peut-être que c’était justement ce qu’il attendait de lui, il n’en savait rien du tout. Le fait est qu’il lui fallait partir à présent, il ressentait un certain besoin de s’éloigner parce qu’il avait l’impression d’être de trop dans une scène dont il était pourtant l’acteur principal. Mais il refusait de l’admettre, parce que voir la confusion de Garrett ne lui apportait pas les réponses qu’il attendait, qu’il avait espéré. Bien au contraire, cela le plongeait dans un état de doute extrême. Alors sans rien de plus qu’un léger signe de tête et parce qu’il ne savait plus comment réagir, Aiden tourna les talons puisque son ami ne réagissait, ne le retenait pas et ne prenait pas la peine de lui confirmer qu’il lui faudrait rentrer aussi. Il enfouit une main dans la poche de son jean, l’autre toujours occupée à calmer la douleur de son flanc gauche et il entreprit de rentrer chez lui, s’éloignant suffisamment pour pouvoir se transformer et oublier alors tout ce qui venait de se passer. Il fut surpris de sentir une main sur son bras et il se retourna brusquement. Pas qu’il doute de la personne qui venait de l’attraper mais il était sur ses gardes, méfiant. Il observa le regard de son ami, pas certain de savoir pourquoi il venait de le retenir après tout ce qu’il venait de dire. « Tu devrais rentrer pour te reposer... » Il prit une légère inspiration, pas sûr que ce soient les mots qu’il attendait mais soit, si c’était là ce que voulait Garrett, il en avait de toute manière bien l’intention. « Je te veux tellement que si tu restes... Je voudrais le faire jusqu'au matin. » Aiden dégagea sa joue de la main de Garrett et recula brusquement, fronçant les sourcils. La colère gonflait en lui, menaçant d’exploser et le chauffeur routier n’imaginait pas à qui il venait de se frotter. Profitant d’un instant de surprise, Aiden envoya son poing dans la figure de son ami, sous une impulsion dictée simplement par son instinct le plus profond : la préservation. « A quoi tu joues là ? » Il était énervé et le mouvement lui avait rappelé que ses côtes étaient toujours dans un sale état. Bouillonnant il fit quelques pas autour de Garrett tout en se massant le flanc, grimaçant de douleur mais prêt à une riposte malgré tout. « Je ne suis pas un jouet Garrett, tu me dis que c’est une connerie, tu me dis que c’est impossible et tu me dis que tu me veux ? C’est quoi ton problème ? » Il était sur l’attaque parce que pour lui, c’était bien la meilleure des défenses. Il inspirait bruyamment, la fatigue, la colère et la douleur créaient en lui un mélange explosif et son caractère impulsif en rajoutait deux ou trois couches pour le plaisir. Il agissait comme un animal blessé, préférant montrer les crocs que montrer ses faiblesses et ses yeux noirs témoignaient de tout ce qui le mettait en rogne à cet instant. Lui-même avait été indécis mais qui ne l’aurait pas été ? Tout se bousculait dans sa tête, il ne savait plus quoi penser. « Ça veut dire quoi tout ça ? Tu as pensé à ta femme ? Non mieux, tu as pensé un instant à moi ? Je ne suis pas une distraction pour couple à la dérive ! » Il fronça les sourcils, la respiration légèrement haletante, sa colère lui faisait perdre la tête mais surtout, elle était en train de l’affaiblir davantage.  Il se passa une main dans les cheveux, trois fois de suite tant il ne savait plus quoi faire. « Tu fais chier ! » Il tentait de se calmer, de maîtriser ses nerfs comme il le pouvait mais il ne s’apercevait même pas qu’il tremblait en réalité. De colère certainement mais aussi parce qu’il aurait voulu une explication un peu plus développée. Le vouloir, le faire jusqu’au matin ? Garrett avait définitivement trop bu, Aiden n’était pas prêt à ça. Il l’avait embrassé en retour mais il ne savait même pas ce que ça pouvait signifier, il ignorait ce qui pourrait arriver s’ils se laissaient pleinement aller, est-ce que son ami y avait seulement réfléchi ? Il l’ignorait, il ne savait pas si tout ça avait été définitivement impulsif ou si c’était réfléchi. Il ne savait pas ce qui pouvait bien passer dans la tête du chasseur à cet instant précis, il n’arrivait même pas à mettre de l’ordre dans la sienne. Savoir que Garrett était marié lui donnait la nausée sur ce qu’ils venaient de faire, il avait l’impression désagréable d’être une pute et c’est ce qui le rendait agressif, peut-être même méchant. Il ne voulait pas être utilisé de la sorte si Garrett avait des problèmes dans son couple. Il devenait dingue à force de se poser mille et une questions et il aurait pu partir, il aurait pu fuir en courant mais non seulement il n’en avait pas la force mais en plus, il brûlait trop d’avoir une réponse. Il voulait savoir ce qui se passait entre eux, ce qu’il représentait pour lui, en dehors d’une bonne distraction, ce qu’il ne voulait surtout pas être.   




Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
crêpeausucre
Féminin MESSAGES : 240
INSCRIPTION : 23/02/2017
ÂGE : 24
RÉGION : Rhône Alpes
CRÉDITS : alfred-borden et shanice_12 , marieclaire et jacobbellagif

UNIVERS FÉTICHE : City & Fantastique
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Flash



Garrett Spelt
J'ai 49 ans et je vis à Blackpurn, Etats-Unis. Dans la vie, je suis conducteur de camions mais officieusement chasseur et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis marié et je le vis plutôt moyen.


Garrett est un natif de Blackpurn. Il y a toujours vécu, connaissant le territoire et les alentours comme sa poche. Il grandit avec ses parents avant que ces derniers ne meurent subitement d'un accident de voiture, alors qu'il venait d'avoir dix huit ans. Il décida de devenir conducteur de camions, étant insomniaque depuis toujours. C'est un homme bon vivant, toujours à avaler une tonne d'hamburgers et autres friandises. Il s'est marié pour ses 30 ans avec une belle jeune femme et a eu deux enfants. Sa fille, Jaimie est morte lors de ses seize ans par un vampire (masqué comme une attaque animale). Garrett découvrit à ce moment là la connaissance du milieu surnaturel mais aussi que son oncle , aussi originaire des alentours exerçait ce travail depuis toujours, parfois avec son père. Il a donc tout appris de son oncle, bien décidé à venger sa fille et combattre les forces du mal. Une fois vengé, il décide de continuer ce travail. Son fils est âgé maintenant de cinq ans, il a une relation plutôt conflictuelle avec lui. Peut être parce qu'il voit bien que son père ne fait plus vraiment d'efforts à la maison...  

brad pitt © EVIE

Alors qu'il savait parfaitement qu'il se lançait dans un grand challenge, Garrett avait rattrapé son ami. Ne sachant pourquoi il faisait battre le chaud et le froid en quelques minutes, il avait attrapé sa joue sans y donner un baiser. Il resta sans rien dire, attendant une réponse d'Aiden mais celle-ci lui arriva en pleine face. A peine eût t-il réalisé, le poing franc et fort d'Aiden vint le violenter. Il ressentit cette force percuter de plein fouet son nez, qui se mit à la seconde à saigner . Il recula un moment, portant assistance à son nez avec ses deux mains. Heureusement, son nez ne saignait pas abondamment mais il allait garder une certaine douleur pour la nuit. Il se demandait même si quelque part, il n'allait pas avoir son nez cassé. Jamais il n'aurait cru que la soirée prendrait cette tournure. « A quoi tu joues là ? ». Le ton était sérieux, presque agressif. La réponse d'Aiden n'était clairement pas celle qu'avait espéré Garrett. La main posée sur la joue de son ami, il sentait toujours plus la température de son ami élevée, carrément bouillante. Si il avait pu être courageux, prenant des initiatives comme jamais, sur ce coup là il était sacrément maladroit. Au regard de son ami, rempli de colère et d'incompréhension, Garrett sentait le coeur dans sa poitrine se compresser, se brisant presque. Non, il ne jouait pas au minot au coeur brisé mais il sentait sur le coup une déception, une de ces contrariétés qu'il ne voulait pas ressentir, du moins pas à cet instant précis. Il ne s'en voulait à aucun moment d'avoir fait ce qu'il avait initié mais il savait que c'était immoral. Il n'était pas seul, sa femme et son garçon étaient son trésor, la richesse de sa vie mais il les bafouait en embrassant son ami. Il était indépendant, ignorant presque jusqu'à leurs existences pour répondre à ses pulsions. C'était dingue : un jeune qui paraissait plus mâture que le vieux blond. Pour la première fois, Aiden ne racontait pas que des blagues et il n'allait certainement pas continuer Garrett dans cette voie. « Je ne suis pas un jouet Garrett, tu me dis que c’est une connerie, tu me dis que c’est impossible et tu me dis que tu me veux ? C’est quoi ton problème ? ». Garrett restait muet. La douleur à son nez l'avait quelque peu assommé, ne répondant que peu aux reproches d'Aiden. Ils étaient nombreux et Garrett refusait de voir la colère d'Aiden. C'était trop dur pour lui, de devoir accepter qu'il avait fait une connerie. Bordel, pourquoi cette connerie était t-elle si bonne finalement ? Pourquoi avait t-il ressenti une certaine liberté alors même qu'il était déjà pris ? Il voulait lui rendre la pareille, l'engueuler d'avoir répondu à ce baiser et de lui hurler sa cruauté envers lui. Il ne pouvait croire qu'Aiden ne ressentait rien, cela n'était pas possible. Aiden était plus lucide que lui mais Garrett n'avait pas dit son dernier mot. Ce n'était pas parce que son ami avait peur qu'il fallait qu'il le laisse dans cet état. Il voulait lui apporter son expérience, lui dire que tout n'était pas tout noir ou tout blanc. Il lui en voulait d'être si tranché, de remettre tout sur ses épaules alors qu'il l'avait touché. Embrassé. Il lui avait prit les cheveux et posé sa main sur sa hanche. A ce qu'il sache, leurs langues s'étaient enroulées pour prolonger leur étreinte, sans que cela résonne comme une punition, une contrainte. Garrett le regarda avec un air surpris, peiné. « Je suis paumé Aiden... Je suis perdu putain! Tu crois que tu es un jouet pour moi... Tu crois que je t'aurais rattrapé sinon? Aiden, tu es trop... ». Il ne finissait pas sa phrase , tout simplement parce qu'il savait que c'était trop dur. Il lui était difficile de le critiquer, sachant qu'il venait de lui donner une preuve de son amour. Putain, il était sur le point de craquer pour lui, il sentait que sa simple affection amicale se transformait en un sentiment plus profond, une sorte d'alchimie physique et ardente. Il sentait tout son corps répondre aux gestes et réaction d'Aiden, de sorte qu'il était électrisé par lui. Il se sentait dépendant de son attitude, de la décision qu'il prendrait pour eux deux. « Ça veut dire quoi tout ça ? Tu as pensé à ta femme ? Non mieux, tu as pensé un instant à moi ? Je ne suis pas une distraction pour couple à la dérive ! ». Garrett sentit son sang ne faire qu'un tour. Aiden était agressif, furieux mais Garrett l'était tout autant quand il osait lui rappeler les soucis de sa vie. Il laissa partir un poing dans le vide, incapable de le projeter sur le visage d'Aiden qu'il avait admiré et caressé quelques minutes auparavant. Sentant son rythme cardiaque s'accélérer et son cerveau lui ordonner de hurler, il lui rétorqua avec fureur : « PUTAIN ! Tu sais rien! J'y peux rien je t'ai vu, j'en ai eu envie et voilà! Maintenant je peux plus revenir en arrière! Tu sais que c'est la merde et toi... ». Il baissa la voix un instant, se rendant compte qu'il parlait trop fort. « Et toi, pourquoi tu as fais ça ? Tu préfères prendre ton pied sur le coup avec un vieux hein? Et après quoi, tu vas retrouver tes midinettes! ». Il crevait de jalousie, rageait contre toutes ces femmes qui avaient pu l'avoir alors qu'il se refusait à lui. Son ego en prenait forcément un coup, leur amitié aussi. Il ne mesurait que très peu les conséquences de son agissement, encore échauffé par son échange et la véracité de ses propos. Demain, il aurait peut être oublié mais il était sincère à l'heure d'aujourd'hui. C'était cela qui comptait, rien d'autre. Il vit le jeune homme se passait une main dans ses cheveux à plusieurs reprises, visiblement toujours en colère après lui, ne pouvant arrêter ses « Tu fais chier ! ». Il leva les mains au ciel, tapant du pied. Il voulait lui répondre que lui aussi, il voulait lui dire qu'il ne le comprenait plus.
Il marcha un instant en faisant les cent pas, laissant quelques secondes de répit à Aiden tout en essayant de retrouver son calme. C'était difficile, mais il était conscient de l'importance d'être à nouveau serein. Il ne fallait pas qu'ils se quittent comme cela, entre les cris et les coups. Ils valaient tous deux mieux que ça, même s'ils s'étaient mis dans une situation dont ils ne sortiraient sûrement pas indemnes. Il s'accroupit un moment, pensant à sa femme et son garçon. Il soupira, laissant passer encore quelques secondes qui lui parurent être des minutes tant le contexte était grave. Il lui dit alors, d'une voix grave et forte. « Tu sais quoi, rentre...Au mieux j'aurais oublié ça demain matin... ». Il se leva, prêt à prendre la direction opposée. Il avait un mal de crâne, l'alcool avait quasi disparu. Il resta un moment face à lui, le regardant à nouveau. « J'espère juste que je ne le referai plus parce que... la vérité c'est que j'en ai envie. Et toi, tu en as rien à foutre... ». Il ne se savait pas si pessimiste, il avait enfoncé le clou alors que ce n'était pas l'attitude à adopter. Il tenta de se reprendre, sentant qu'il ne fallait pas lui en vouloir autant. Il lui dit , en essayant de calmer ses esprits et être plus normal, même si sa raison lui disait qu'il était un abruti fini. « On se revoit demain... ou dans deux jours si tu veux... ». Il restait face à lui, sentant qu'il voulait se rapprocher une nouvelle fois de lui mais qu'il ne le pouvait pas. Il avait perdu la confiance d'Aiden, c'était fini. Ils voulaient simplement qu'il redevienne amis, comme avant. Se prendre un râteau avait un goût amer mais il ne voulait pas qu'ils arrêtent de se parler. Il restait muet après cette proposition, sentant son coeur se nouer et son sang couler rapidement dans ses veines. Il avait qu'une envie : l'embrasser à nouveau mais il sentait bien que leur relation était tuée dans l'oeuf. Il ne voulait plus de lui, il le trouvait cruel. Il attendait sa réponse, espérant avoir été convaincant.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
j!han
MESSAGES : 323
INSCRIPTION : 25/02/2017
ÂGE : 27
RÉGION : occitanie
CRÉDITS : eudoxis (icon)

UNIVERS FÉTICHE : réel, fantastique, hp ♥
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t421-m-f-new-generation-albus-scorpius-en-cours
Pigeon



Aiden Turner
J'ai 30 ans et je vis à ville, Etats-Unis. Dans la vie, je suis garagiste et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt moyen.




vinnie woolston © NOM CRÉATEUR
La colère d’Aiden ne redescendait pas, quand bien même il se sentait aussi fautif que Garrett, il ne pouvait s’empêcher de déverser un peu de sa frustration mais surtout, il avait l’impression d’être un idiot, d’être pris pour le roi des cons et ça, il détestait. Il avait sa fierté, il était un homme et on l’avait suffisamment pris pour un idiot, il n’était plus question qu’il s’y laisse prendre. Son poing était parti, impulsif comme il l’avait toujours été. Il attaquait rarement le premier, il attendait toujours le premier coup pour riposter mais là, sa colère avait débordé à l’extérieur de lui sans qu’il ne s’y attende réellement, comme si un autre avait pris possession de lui et c’était peut-être vrai. Mais il n’avait pas le droit de se cacher derrière sa nature de loup-garou pour accuser Garrett. Voir le sang s’échapper du nez de son ami, le voir avec cette tête horriblement déçue, le voir attristé par ses accusations, c’était comme si rien n’atteignait Aiden, trop pris dans sa propre colère pour voir celle de celui qu’il venait de frapper violemment. La vue du sang, son odeur lui titillait les narines, tout cela lui donnait encore plus la nausée qu’il ne l’avait déjà. Il était épuisé, il ressentait le poids de sa journée et de sa précédente bagarre comme s’ils étaient devenus soudain trop lourds à porter. « Je suis paumé Aiden... Je suis perdu putain! Tu crois que tu es un jouet pour moi... Tu crois que je t'aurais rattrapé sinon? Aiden, tu es trop... ». Il était perdu mais maintenant, c’était Aiden qui l’était. Il fronça les sourcils, massant légèrement les phalanges qui avaient rencontré le nez solide de son ami. « Je suis trop quoi ? T’es assez paumé pour reconnaître avoir fait une erreur mais pas assez pour me dire que t’as envie de me sauter ? » Il était cru, vulgaire même mais ça, il le mettait sur le compte de son âge et sa légendaire impulsivité. Garrett s’était rétracté après qu’il se soit éloigné, il lui avait dit que ce qu’il venait de faire, ce n’était définitivement pas joli joli, il lui avait conseillé de rentrer chez lui puis, sans prévenir, lui avait lancé cette bombe en pleine figure sans qu’il ne s’y attende. Aiden n’était pas naïf, il n’avait rien d’un jeune garçon aux débuts de ses déboires amoureux et sexuels mais de là à passer d’embrasser fougueusement Garrett à le laisser le toucher de cette façon, il y avait quelques pas qu’il n’était certainement pas prêt à franchir. Il savait que la situation était en train de s’envenimer, qu’il était doucement en train de faire basculer Garrett de son côté de la barrière, celle où on crie plus fort que l’autre et on tape sur ce qu’on trouve à portée, peu importe qu’il s’agisse d’un mur ou du nez de son ami. Il n’avait aucun remord et pourtant, il sentit presque le corps de Garrett vibrer quand il fit une référence douteuse sur sa femme. Il n’aurait pas dû attaquer cette partie sensible il le savait et il aurait pu s’en excuser si seulement son ami n’était pas entré alors dans son jeu. Sauf que le poing de Garrett ne lui atterrit pas en pleine face mais seulement dans le vide et il se rendit compte que malgré tout, il s’était raidi en voyant son regard furieux et il s’était instinctivement préparé à une attaque. Ou à ce qu’il se défende, se défoule sur lui. Il n’en fit rien et Aiden comprit que leur différence d’âge ne s’était jamais autant remarqué qu’à ce moment-là. Lui si fougueux, furieux et violent et Garrett qui, malgré sa fureur restait maître de lui, incapable de le toucher violemment. C’était du moins ce qu’il en concluait. Mais il ne pourrait s’empêcher de se tenir prêt à une toute autre éventualité. « PUTAIN ! Tu sais rien! J'y peux rien je t'ai vu, j'en ai eu envie et voilà! Maintenant je peux plus revenir en arrière! Tu sais que c'est la merde et toi... » Et voilà ? Aiden en resta interloqué un instant. « Et toi, pourquoi tu as fais ça ? Tu préfères prendre ton pied sur le coup avec un vieux hein? Et après quoi, tu vas retrouver tes midinettes! » Il ne put s’empêcher de croiser les bras, dans un geste de défense parfaitement absurde. Il avait l’impression qu’il allait mettre de la distance avec son ami de cette façon mais pouvait-il encore le considérer comme un ami ? Il serra la mâchoire sous ses accusations, sous ses questions, sous ses raccourcis. Sa colère bouillait en lui mais il retrouvait une part raisonnable, il ne pouvait pas continuer à hurler, ils n’arriveraient pas à se parler de cette façon, ce n’était pas possible et pourtant, il n’arrivait pas à savoir comment lui parler, ce qu’il pourrait dire pour apaiser cette situation inquiétante, dangereuse pour leur amitié. Il ne voulait pas perdre Garrett mais là, il ne voyait plus comment faire, ce qu’il fallait dire ou faire pour apaiser ce conflit ridicule. « Tu me balance que t’en as eu envie alors voilà et tu espères que je t’offre une réponse plus élaborée ? S’il croyait une seconde que sa réponse, son explication valait quelque chose, il se trompait carrément, il n’avait rien expliqué, il venait de lui dire que c’était arrivé et qu’ils ne pourraient pas revenir en arrière de toute façon, à quoi cela servirait d’en parler ? Il le vit faire les cent pas et ne bougea pas. Garrett cherchait à se calmer, il le voyait. Il le laissa faire en regardant les alentours. La colère qu’il portait en lui commençait alors à s’émousser de la même manière. Il avait l’impression que tout ça n’avait finalement servi à rien. Leur conversation n’avait mené nulle part et ils allaient repartir, se séparer et certainement pas se revoir avant un bout de temps. « Tu sais quoi, rentre...Au mieux j'aurais oublié ça demain matin... » Il fut instantanément piqué au vif et il ferma les yeux brusquement en soupirant pour éviter à cette colère de le submerger de nouveau. Il lui fallait reprendre son calme, s’appuyer sur l’attitude de Garrett pour ne pas craquer à nouveau. « J'espère juste que je ne le referai plus parce que... la vérité c'est que j'en ai envie. Et toi, tu en as rien à foutre... » Il rouvrit brusquement les yeux et l’air fataliste de son ami lui fit se poser des questions à nouveau. Il soupira légèrement. « On se revoit demain... ou dans deux jours si tu veux... » Pas si pessimiste que ça. Il espérait qu’Aiden aurait envie de le revoir le lendemain, ou dans deux jours, c’était donc tout ce qu’il lui laissait pour réfléchir à tout ce qui venait de se passer ? Il jeta un œil aux alentours et tourna les talons, comme s’il avait l’intention de prendre la fuite tout de suite sans même lui répondre. Il inspira un grand tout pour finalement faire demi-tour à nouveau et faire face à Garrett. Captant immédiatement son regard clair, il vida son sac, tout en essayant de rester le plus clair possible. « Tu n’as rien compris. Tu crois que j’ai réagi comme ça parce que j’en avais rien à foutre ? Tu crois que j’ai répondu à ton baiser parce que je me foutais de ta gueule ? Tu crois que je me suis énervé parce que tu m’as embrassé ? » C’était bien loin de ce qui l’avait réellement agacé. Il finit par soupirer à nouveau, il n’attendait pas réellement de réponses à ces questions-là, il les connaissait déjà puisque Garrett venait de les lui fournir. Mais il entendait bien y répondre à sa façon. Dans un geste un peu furieux parce qu’il restait un jeune homme aux nerfs éprouvés, Aiden retira sa veste rapidement pour la caler entre ses cuisses. D’un geste qu’il aurait voulu moins haché, il entreprit de retirer son t-shirt malgré la douleur de ses côtés à cet instant. Il remit alors simplement sa veste en cuir sur ses épaules sans remonter la fermeture éclair et tira d’un coup sec sur son t-shirt pour déchirer le bas. Il lança les restes de son vêtement plus loin vers une benne à ordures et s’approcha de Garrett. Tout ça lui avait permis de se calmer légèrement, le fait de se défouler sur le tissu lui avait fait du bien. Il arriva à la hauteur du chauffeur dans des gestes lents, montrant à quel point il n’était plus aussi remonté et surtout, son intention de paix. Il ne lui porterait plus le moindre coup, bien au contraire. Il se servit du bas de son t-shirt pour l’appliquer avec une douceur qui le surprenait lui-même sous le nez de son ami pour éponger un peu le sang qui avait coulé suite au coup qu’il lui avait porté. Il entreprit d’enlever le sang avant qu’il ne sèche complètement. La proximité et le fait d’avoir autre chose à penser à cet instant lui permit de continuer sur sa lancée sans s’interrompre. « Tu l’as dit toi-même, tu auras sûrement tout oublié demain matin. J’ai cru que tu avais trop bu. Tu sais qu’on peut faire des choses qu’on regrette sacrément longtemps sous l’influence de l’alcool et j’ai alors imaginé que tu le regretterais dès que tu ouvrirais les yeux demain. Et tu as avoué toi-même avoir fait une erreur. » Et l’impression d’avoir abusé de cet état de fait l’avait sacrément amoché mais ça, il le garda sous silence parce qu’il le sous-entendait largement. Mais il ne s’arrêta pas là. «  Garrett, je pense à ta femme, même si je ne voulais pas te blesser, j’ai bien compris que c’était compliqué entre vous mais mets-toi deux secondes à ma place. Tu te permets de te montrer jaloux des midinettes que je pourrais retrouver mais toi, tu as quelqu’un qui t’aime et que tu aimes en retour et qui t’attend.  » Il prenait soin de regarder ce qu’il faisait plutôt que de regarder les yeux de son ami. Il s’affairait à sa tâche pour trouver ses mots. Il avait senti la jalousie dans la voix de son ami, comment pouvait-il se montrer jaloux ? Il essayait de lui expliquer son point de vue sans s’énerver, simplement en émettant les faits les plus évidents. « Je n’aurais jamais imaginé que notre relation puisse évoluer de cette manière et même maintenant, je ne comprends pas comment ça pourrait être possible. » Il finit d’essuyer le sang et sans plus rien à faire pour s’occuper, il n’eut aucun autre choix que d’affronter les yeux de son aîné. Il croisa son regard et resta planté. « J’ai agi ainsi parce que, même si je ne l’ai pas compris tout de suite, j’en ai eu envie aussi. Mais ce n’est pas parce que j’ai répondu que je suis en colère, ce n’est pas parce que je regrette ce qui s’est passé, c’est simplement parce que je ne comprends pas ce qui t’a poussé à le faire et si cela signifiait réellement quelque chose pour toi. » Après tout, il était censé être hétéro et marié à une femme. Aiden lui n’avait jamais avancé la moindre préférence sur son orientation sexuelle, il c’était affiché avec quelques filles mais n’en faisait certainement pas collection. Il n’était pas un bourreau des cœurs et le fait de tenter l’expérience avec des hommes ne le dérangeait pas. Ce n’était clairement pas le fond du problème pour toi. Il avait l’impression d’être dans un mauvais drame pour adolescentes en mal d’amour et il finit par reculer légèrement. Il ne sentait pas le froid s’immiscer entre les pans de sa veste qui couvrait désormais son torse nu, sa chaleur prenant toujours le dessus. Pourtant, il ne quitta pas Garrett des yeux. En quelques instants, il était passé de l’animal sauvagement blessé agressif à l’animal blessé docile qui accepte qu’on lui porte secours. Mais il n’avait pas besoin d’être secouru, simplement de mieux comprendre la situation et que Garrett le comprenne aussi. « Mais ne dis plus jamais que j’en ai rien à foutre de toi ou de ce que tu ressens. » Il était hors de question qu’il lui laisse croire une telle chose. Il tenait trop à Garrett pour le laisser penser qu’il se fichait complètement de lui. C’était tout l’inverse.
[/quote]




Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
crêpeausucre
Féminin MESSAGES : 240
INSCRIPTION : 23/02/2017
ÂGE : 24
RÉGION : Rhône Alpes
CRÉDITS : alfred-borden et shanice_12 , marieclaire et jacobbellagif

UNIVERS FÉTICHE : City & Fantastique
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Flash



Garrett Spelt
J'ai 49 ans et je vis à Blackpurn, Etats-Unis. Dans la vie, je suis conducteur de camions mais officieusement chasseur et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis marié et je le vis plutôt moyen.


Garrett est un natif de Blackpurn. Il y a toujours vécu, connaissant le territoire et les alentours comme sa poche. Il grandit avec ses parents avant que ces derniers ne meurent subitement d'un accident de voiture, alors qu'il venait d'avoir dix huit ans. Il décida de devenir conducteur de camions, étant insomniaque depuis toujours. C'est un homme bon vivant, toujours à avaler une tonne d'hamburgers et autres friandises. Il s'est marié pour ses 30 ans avec une belle jeune femme et a eu deux enfants. Sa fille, Jaimie est morte lors de ses seize ans par un vampire (masqué comme une attaque animale). Garrett découvrit à ce moment là la connaissance du milieu surnaturel mais aussi que son oncle , aussi originaire des alentours exerçait ce travail depuis toujours, parfois avec son père. Il a donc tout appris de son oncle, bien décidé à venger sa fille et combattre les forces du mal. Une fois vengé, il décide de continuer ce travail. Son fils est âgé maintenant de cinq ans, il a une relation plutôt conflictuelle avec lui. Peut être parce qu'il voit bien que son père ne fait plus vraiment d'efforts à la maison...  

brad pitt © Arya

Garrett avait beau prétendre avoir tout vu, avoir tout compris, il se retrouvait en ce moment même dans un noir total. Il sentait l'incompréhension gagner son esprit, accueillant un ensemble d'interrogations avec une inquiétude omniprésente. Il se sentait méfiant, voulant se refermer et tout faire pour cacher à son ami son état instable, indécis. Il détestait de devoir admettre qu'il avait joué au gamin, à un idiot charmeur qui ne savait pas ce qu'il voulait. Il avait été bouleversé par la situation, plongeant la tête la première en répondant à son désir ardent d'avoir son ami dans son lit. Bien sûr qu'il était fou, il était impossible de déceler dans quelle mesure il en avait envie. C'était sûrement cela qui faisait le plus peur au final. Ignorer si cette tension sexuelle allait demeurer et faire de leurs échanges si insouciants et légers en des instants remplis de sous entendus et ambiguës. Garrett sentait la fatigue le gagner, ses yeux devinrent rapidement brillants alors même que son ami n'avait pas encore répondu à ses questions. La nuit continuait d'éclairer les deux hommes qui, pourtant, ne sentaient en aucun cas la douce lueur de la pleine lune. Ce qui les habitaient ressemblait davantage en une atmosphère pesante, au bord de l'implosion. Portant toujours sa main droite sur son nez saignant rouge vif, Garrett était encore surpris de l'attitude de son ami. Il était clair que le vieux avait provoqué le jeune mais Garrett ne pouvait concevoir qu'Aiden soit aussi violent envers lui. Garrett, lui, était tout bonnement incapable de lui faire du mal. Il ne sentait plus rien : si Aiden lui en voulait vraiment d'avoir fait cela ou s'il mettait le tout sur le compte de l'alcool. Qu'importe, Garrett savait qu'il avait franchi un cap et qu'il serait impossible de revenir en arrière.
« Je suis trop quoi ? T’es assez paumé pour reconnaître avoir fait une erreur mais pas assez pour me dire que t’as envie de me sauter ? » . Garrett détourna le regard tant il se sentait concerné et touché par sa remarque. Au fond, il avait clairement raison. Garrett était un lâche, préférant se fourvoyer dans l'excuse de l'alcool que dans la force de son ressenti, de ses sentiments peut être. Aiden avait cette faculté de le toucher en plein coeur, comme s'il arrivait à lire dans son esprit. Il doutait de savoir véritablement ce que Garrett pensait et pourtant, il comprenait tout... Garrett enleva sa main de son nez, essayant de trouver un mouchoir dans sa poche. Le saignement de nez s'interrompait quelques instants et il soupira. Il n'avait pas envie de répondre à cela, bien que sa réponse aurait été positive. Si il avait suivi son instinct, il ne lui aurait pas donné le choix et il l'aurait fait là, devant le bar ou dans les bois. Il aurait tout découvert en une seule fois, alors même qu'il ne s'était jamais posé la question auparavant.
Garrett n'avait en aucun cas eu cette pulsion dans un autre cas avant ce soir. Dans sa tête, il était hétérosexuel mais depuis cet instant, depuis que leurs lèvres s'étaient rencontrées et trouvées; il ne savait plus. Il avait toujours eu une attention aux courbes féminines, aux attributs des femmes comme un présent de la nature. Il avait souvent eu des amis masculins mais plus de beuverie. Il leur avait souvent tapé dans le dos, serré la main mais aucun autre signe de proximité. Se retrouver ainsi à embrasser son ami, rapprochant leurs corps tout en accompagnant ce rapprochement de caresses tourmentait Garrett. Il aurait aimé que son ami soit aussi paumé que lui, qu'il lui dise au moins qu'il ne voulait pas le perdre. Il voulait qu'ils trouvent une solution tous les deux, si seulement il en existait une avec le moins de casse possible.
«Tu me balances que t’en as eu envie alors voilà et tu espères que je t’offre une réponse plus élaborée ? » . Il est vrai que le vieux ne trouvait pas vraiment ses mots. Il se sentait perdu et était maladroit dans ses paroles. Il n'alignait pas bien ses idées, laissant Aiden interpréter ses quelques confessions. Il était encore loin de la vérité. Garrett devait clarifier la situation mais il ne savait pas encore comment s'y prendre.
« Tu n’as rien compris. Tu crois que j’ai réagi comme ça parce que j’en avais rien à foutre ? Tu crois que j’ai répondu à ton baiser parce que je me foutais de ta gueule ? Tu crois que je me suis énervé parce que tu m’as embrassé ? ». Garrett releva la tête, incrédule et dans le même temps surpris par son ami. Voilà qu'il commençait à son tour à se livrer, donnant quelques détails sur son ressenti et à sa plus grande satisfaction, à ses questions. Savoir qu'Aiden n'en avait pas rien à foutre changeait forcément la donne car il sentait qu'il était possible d'en discuter avec lui. Garrett voulait lui parler, le toucher et lui dire tout ce qu'il pensait. Il ne savait pas encore tout, ni comment l'exprimer mais il sentait qu'il voulait tout lui montrer. Lui prouver qu'il ne se jouait pas de lui, qu'il le voulait. En tant qu'ami ou amant, l'important c'était de l'avoir toujours dans sa vie. Aiden était devenu un pilier dont il ne voulait pas se séparer, encore moins abandonner. « Tu l’as dit toi-même, tu auras sûrement tout oublié demain matin. J’ai cru que tu avais trop bu. Tu sais qu’on peut faire des choses qu’on regrette sacrément longtemps sous l’influence de l’alcool et j’ai alors imaginé que tu le regretterais dès que tu ouvrirais les yeux demain. Et tu as avoué toi-même avoir fait une erreur. ». Garrett acquiesça de la tête sans vraiment le croire. Il sentait qu'il s'était mis en porta faux alors même que la situation lui semblait claire , à la lumière des paroles de son ami. Il risqua de lui répondre, d'une voix calme et posée :« Je ne sais pas si j'aurais oublié demain matin. Peut être que je regretterai d'avoir été si con mais je sais que quelque part, c'était pas une erreur ce que je t'ai... ce qu'on a fait. J'en suis certain. » . Il le regardait avec intensité, comme ce regard qu'il avait eu avant de l'embrasser. Il se sentait prêt à continuer son récit mais il vit alors Aiden enlever sa veste pour la mettre entre ses cuisses. Il semblait réfléchir mais Garrett vit alors une action qu'il n'aurait jamais soupçonné : Aiden vint lui apporter la veste comme garrot , pour sécher l'ensemble du sang qui contournait son nez. De bagarreur, il devenait sauveteur. Ca avait sacrément de la gueule. « Garrett, je pense à ta femme, même si je ne voulais pas te blesser, j’ai bien compris que c’était compliqué entre vous mais mets-toi deux secondes à ma place. Tu te permets de te montrer jaloux des midinettes que je pourrais retrouver mais toi, tu as quelqu’un qui t’aime et que tu aimes en retour et qui t’attend. ». Garrett sentait qu'Aiden était sincère, quand bien même il ne le regardait pas dans les yeux. Il resta un moment silencieux, pensant à sa femme. C'était difficile entre eux et cela, bien avant qu'il passe le cap avec Aiden. Ils s'aimaient mais plus rien n'était pareil. Ils étaient tous les deux à des années lumière l'un de l'autre et Garrett sentait que son mariage prenait l'eau. Il avait son petit garçon, sa merveille qui était encore là pour lui donner un peu d'espoir. Avec sa femme, tout n'était qu'illusion. Le quotidien avec elle ressemblait à un ordre pré établi, Garrett se sentant libre qu'au bar, avec Aiden. Il ouvrit la bouche mais le laissa continuer. « Je n’aurais jamais imaginé que notre relation puisse évoluer de cette manière et même maintenant, je ne comprends pas comment ça pourrait être possible. ». Garrett rêvait d'avoir la réponse à cette question mais tout était encore trouble dans sa tête. Il ne savait pas comment le rassurer, assurer qu'il pouvait lui apporter du bonheur alors même que leur relation prendrait une autre tournure. Etaient t-ils tous deux vraiment prêts pour cela ?. Aiden restait debout, ne sentant pas l'air le parcourir alors même qu'il était torse nu. Comme il était beau, avec ses abdos et son corps jeune. Garrett se concentrait pour ne pas perdre les pédales. Pas encore.« Mais ne dis plus jamais que j’en ai rien à foutre de toi ou de ce que tu ressens. » . Garrett savait qu'il fallait rentrer pour lui comme pour Aiden. Il était bien trop tard maintenant. Il le laissa terminer avant de retirer la veste d'Aiden de son nez. Il la lui donna, accompagné d'un sourire. La fatigue le reprenait. « Moi non plus j'en ai rien à foutre. A un de ces quatre Aiden, repose toi bien. » . Il lui donna une tape dans le dos avant de le regarder intensément. Il y avait tant de la tendresse que de l'attirance dans son regard. Il l'appréciait trop pour l'abandonner, il tenait trop à lui pour renoncer. Amitié plutôt qu'amour, Garrett semblait avoir choisi en lui faisant un dernier signe du revers de la main et disparaître dans la nuit. Il en avait encore des frissons, de l'avoir désiré à ce point. Seul l'avenir leur dirait davantage.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
j!han
MESSAGES : 323
INSCRIPTION : 25/02/2017
ÂGE : 27
RÉGION : occitanie
CRÉDITS : eudoxis (icon)

UNIVERS FÉTICHE : réel, fantastique, hp ♥
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t421-m-f-new-generation-albus-scorpius-en-cours
Pigeon


Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Quelques jours seulement après leur soirée riche en rebondissements, Garrett et Aiden se retrouvent comme prévu pour une sortie en quad malgré la tension qui règne entre eux depuis le baiser qu'ils ont échangé. L'envie de crever définitivement l'abcès et peut-être retrouver une amitié intacte les pousse à nouveau à se fréquenter et à profiter de ce moment à deux.

Contexte provenant de nos cerveaux, encore et toujours




Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
j!han
MESSAGES : 323
INSCRIPTION : 25/02/2017
ÂGE : 27
RÉGION : occitanie
CRÉDITS : eudoxis (icon)

UNIVERS FÉTICHE : réel, fantastique, hp ♥
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t421-m-f-new-generation-albus-scorpius-en-cours
Pigeon



Aiden Turner
J'ai 30 ans et je vis à ville, Etats-Unis. Dans la vie, je suis garagiste et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt moyen.




vinnie woolston © NOM CRÉATEUR
Aiden avait conscience, plus jamais en cet instant, de la présence de Garrett dans son dos. Il ne s’accrochait pas à lui et il supposait alors que son ami devait utiliser les barrières derrière lui éviter d’être éjecter de l’engin comme lui l’avait fait auparavant. Ils n’avaient pas beaucoup parlé depuis le début de l’après-midi, après s’être retrouvés pour une balade en quad, comme Aiden le lui avait suggéré quelques jours auparavant, dans ce bar où ils s’étaient retrouvés tous les deux, avant ce qui avait signé un bon nombre de nuits blanches de son côté. Si le premier échange avait été tendu, ils avaient renoué très vite avec leurs anciennes habitudes et sans pour autant briser la glace, ils avaient passé un agréable moment à conduire l’engin dans les sentiers escarpés aux alentours de la ville. Il fallait bien avouer que des sentiers, ce n’était pas vraiment ce qui manquait autour de leur petite ville paumée au milieu de nulle part et s’il y avait quelque chose que les habitants faisaient beaucoup, c’était des balades en forêt, du vélo et toute autre activité de plein air. C’était bien pour cette raison qu’en voyant le quad qu’il devait réparer, Aiden avait immédiatement pensé à l’utiliser. Il n’en n’avait pas le droit, bien évidement mais son patron était en vacances pour la semaine et il ne travaillait pas, il avait donc bien le droit de s’amuser un petit peu. Et qui de mieux pour s’amuser avec lui qu’un ami ? Garrett lui avait envoyé un message pour lui demander si cette sortir tenait toujours et malgré la légère rancune qu’il gardait en lui par rapport à ce qui s’était produit quelques nuits plus tôt, il avait répondu de manière positive à son ami, dans l’espoir de sauver leur amitié, de mettre les choses à plat une bonne fois pour toute. Et même s’ils n’avaient pas commencé par ça, ils finiraient peut-être par le faire au cours de la journée. Aiden, malgré l’attention qu’il portait au sentier qu’il parcourait à vivre allure, ne cessait de se demander si Garrett se souvenait avec autant de clarté que lui de l’autre nuit. Il avait bu et ils n’étaient tous les deux pas sûrs qu’il aurait des souvenirs particulièrement vifs de cette soirée et de la façon dont elle s’était terminée. Même s’il avait probablement eu de quoi dessaoulé rapidement après le poing magistral qu’il s’était laissé aller à lui mettre en pleine figure, Aiden se posait portant la question en boucle dans sa tête depuis des heures. Il ignorait s’il avait envie de connaître la réponse, il ne savait même pas ce qu’il préférait ; que Garrett ait tout oublié ou qu’il se souvienne de chaque instant, de chaque seconde durant lesquelles leurs lèvres s’étaient rencontrées. Le problème c’était que lui était clairement incapable d’oublier ces instants et il les gardait graver en lui. La pleine lune datait de deux jours auparavant et il était clairement moins influencé par ses humeurs changeantes et pourtant, il avait l’impression d’être sans cesse énervé, comme si la lune pouvait continuer de l’influencer sans pour autant être là. Une sensation des plus désagréable. Malgré ses interrogations qui le suivaient depuis des jours, Aiden profitait également de l’instant présent. Ils étaient partis en début d’après-midi et pour se familiariser doucement avec l’engin, Aiden avait d’abord commencé à conduire avant de passer les rennes à Garrett pendant quelques kilomètres pour les reprendre sur le chemin du retour. Et ils en avaient parcouru des kilomètres sans réellement sans rendre compte. Mais l’aspect des route les avaient clairement enivré tous les deux et le danger avait totalement excité Aiden qui ne vivait que de cela. Ils étaient en pleine descente et l’allure du jeune loup n’était guère raisonnable sur une pente aussi raide, un point qu’il regretta bien vite. Heureusement, grâce à ses réflexes de loup et à sa connaissance des moteurs, il parvint à éviter la catastrophe. L’engin fit un soubresaut anormal qu’il ressentit immédiatement et il ne réfléchit pas une seule seconde avant d’appuyer sur le frein avec violence. L’arrêt allait être un peu brutal mais sûrement beaucoup moins que s’il avait laissé l’engin tomber en rade tout seul. « Accroche-toi ! » Il savait que Garrett l’était déjà mais il préférait qu’il prenne plus de précautions au cas où. Malgré toute sa prudence, il ne put empêcher le quad de déraper sur quelques mètres avant de s’immobiliser complètement et de s’éteindre sans qu’il n’y soit pour rien, soulevant avec ça un nuage de poussière qui le fit tousser, l’air lui brûlant la gorge au passage. Il vit alors de la fumée s’échapper de la machine et ne put retenir une grimace, cela n’augurait absolument rien de bon. Il sauta bien vite du quad pour en faire le tour, cherchant d’où s’échappait la fumée et quel pouvait être le problème et s’attarda particulièrement au niveau du moteur. « Cette machine est en train de me faire passer pour le pire mécano de la terre entière ! » Il ne savait pas vraiment s’il s’adresser à Garrett, à lui-même ou encore au quad en question. Il se contentait de frotter sa main contre sa barbe de deux jours tout en examinant l’engin. Ce n’était pas de devoir le réparer à nouveau qui lui posait un problème, c’était l’heure tardive et le fait que le soleil se couchait tôt et que c’était pour cette raison qu’ils avaient décidé de rentrer. La boule jaune déclinait déjà au loin et s’ils avaient une heure avant la tombée de la nuit, ils seraient chanceux. Mais une heure, c’était clairement pas assez pour rejoindre la ville à pieds. Il sentait son cerveau et ses méninges se démener pour trouver une solution avant de se redresser et de faire à nouveau le tour. Heureusement, il avait tout de même eu la présence d’esprit de prendre des outils pour le cas où dans une sacoche. Il était peut-être parano sur le moment mais il se sentait tout de suite moins bête. « Je suis pas sûr d’arriver à réparer à la lumière de nos portables. » Il regarda autour d’eux. Ils étaient encore sur le sentier et la forêt les entourait, haute et presque menaçante. Aiden n’en n’avait pas peur, il y gambadait gaiement sous sa forme de loup pour se dégourdir les jambes et il la traversait souvent pour rentrer chez lui mais il ne pouvait pas se transformer devant Garrett. Il entreprit d’examiner l’engin d’un peu plus près tout en sortant ses outils. « J’vais essayer de le redémarrer avant que la nuit tombe, sinon, on est bons pour une nuit à la belle étoile ! » Une perspective qui ne l’enchantait guère. Il n’aurait pas froid pour sa part malgré les fraîches nuits de ces derniers jours. Il avait toujours le sang aussi chaud et ne craignait pas le froid. Non, ce qu’il craignait, c’était un moment trop intime avec Garrett. Il avait beau sauver la face par fierté, il n’en menait pas large en réalité. Il se posait toujours autant de questions et il n’était pas sûr de vouloir connaître certaines réponses. Pourtant, le sort avait visiblement l’intention de les laisser s’expliquer en toute tranquillité. Aiden s’afférait autour du quad pour s’occuper l’esprit et le corps.




Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
crêpeausucre
Féminin MESSAGES : 240
INSCRIPTION : 23/02/2017
ÂGE : 24
RÉGION : Rhône Alpes
CRÉDITS : alfred-borden et shanice_12 , marieclaire et jacobbellagif

UNIVERS FÉTICHE : City & Fantastique
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Flash



Aiden Turner
J'ai 49 ans et je vis à Blackpurn, Etats-Unis. Dans la vie, je suis conducteur de camions et je m'en sors plutôt moyen. Sinon, grâce à ma chance, je suis marié et je le vis plutôt moyen.




brad pitt © Foliuca
Garrett avait les deux bras posés sur le dos d'Aidan, les cheveux au vent. Il faisait peser tout son poids sur lui, prenant le temps d'observer de part et d'autre de la forêt les merveilles de la nature. Il faisait encore bon en cette journée où ils avaient tous deux, voguer à des occupations d'aventure et de vitesse. Garrett se sentait partir, oubliant tous ses tracas mais aussi les récents événements qui l'avait quelque peu discrédité auprès de son ami. Le lendemain de sa cuite monumentale, il avait le coeur gros. C'était un mélange entre son foie qui criait au scandale et sa tête qui bouillonnait. Garrett avait merdé, bien plus qu'il n'aurait pu l'imaginer dans les pires scénarios. Se mettre ainsi à nu face à lui n'avait rien de glorieux, c'était même très gênant considérant qu'ils étaient des hommes et qu'à aucun moment, ils n'avaient parlé d'homosexualité. Ce simple mot semblait à Garrett être quelque chose d'incroyable et impensable de lui être affublé. Non pas qu'il aurait pu en avoir honte, mais plutôt qu'il était effrayé de voir les proportions que cela prendrait. Toujours est t-il qu'après cette nuit, il ne cessait de penser aux autres bons moments qu'ils avaient partagés. C'était quelque chose d'unique qui les liait, une sorte d'amitié sincère qui pouvait déjà se compter dans le temps. Garrett lui faisait confiance aveuglément et il était incapable de l'abandonner. Il avait donc pris son téléphone, rédigeant un texto rapide pour savoir si leur sortie en squad tenait toujours. Quelque part, il espérait que la réponse soit positive car ils s'appréciaient suffisamment tous les deux pour continuer leurs sorties festives. Quand Aiden lui répondit que oui, il fût rempli d'enthousiasme, une sorte de réaction initiatrice de ce qu'il craignait. Bon sang qu'il jouait à l'autruche. Ce n'était plus cette envie d'être un protecteur pour lui qui l'animait. C'était plutôt cette sensation d'être là, de ne pas le lâcher et d'attirer son attention. Il se sentait soudainement comme un adolescent face à son premier béguin. Son âge traduisait la honte qu'il ressentait devant de tels enfantillages. Il se décida à se ressaisir, voulant préserver son amitié coûte que coûte. La journée avait bien démarré et ils avaient rapidement échangé comme si de rien n'était. Garrett avait un nombre incalculable de questions qui le turlupinait mais il les avait soigneusement mises de côté. Il ne souhaitait pas s'engager dans ce chemin ardu, sachant qu'Aiden avait été pris par surprise. Garrett avait l'entière responsabilité du geste, de ce baiser qu'ils avaient échangé. Ce qui faisait mal à Garrett résidait plutôt dans le fait qu'il avait aimé ça. L'admettre le détruisait, parce qu'il avait tout. Une maison, un chien, un fils, une femme aimante. Sa femme était belle, intelligente et elle s'occupait très bien d'eux. Pourquoi devait t-il chercher l'exotisme, être un cougar qui s'éclate avec un jeune ? Lui-même l'ignorait. Il se contenta donc de prendre les manettes du quad, jouer sur la vitesse comme si il était dans Fast and Furious en faisant ronfler la machine. Cette virée lui avait fait le plus grand bien. Etre dans la nature lui permettait de recharger les batteries et faire le plein de ressources. Aiden avait fini par prendre les commandes au retour, le soleil tombant déjà. Garrett et lui avaient continué à se dire des blagues sur le trajet mais depuis quelques minutes, tout était silencieux. Seul le bruit des moteur les animait, enchantés d'être si rapides. Aiden prit soudainement une pente raide avec une vitesse incroyable. Quelques secondes plus tard, il appuya avec force sur le frein, conscient de son erreur. « Accroche-toi ! » Garrett s'accrocha de toutes ses forces en fermant les yeux mais le quad partit légèrement dans le décor avant de s'arrêter brusquement. Les remous avaient été faibles mais suffisants pour que le machine laisse échapper de la fumée et qu'Aiden s'empresse de s'atteler à la tête. « Cette machine est en train de me faire passer pour le pire mécano de la terre entière ! » Garrett laissa échapper un petit rire,
bien qu'il comprenait la gravité actuelle de la situation. Il le regarda commencer à regarder l'engin en le scrutant et le conducteur de camions préféra rester en retrait.
Aiden était un parfait garagiste, bien tôt il aurait trouvé la solution.
Garrett détourna son regard un instant pour observer le soleil se coucher. C'était vraiment très beau et il aurait pu rester là, si seulement cela avait été possible.
Il ne se rendait peut être pas compte encore de l'ampleur de la tâche,
alors qu'Aiden sortait maintenant ses outils.« Je suis pas sûr d’arriver à réparer à la lumière de nos portables. » Garrett laissa échapper une phrase, comme pour le motiver à se dépêcher de réparer « Allez mon gars, tu es Mac Gyver, on le sait! Personne dans le coin ne va te piquer la place! ». Il faisait de l'humour, comme à son habitude mais il le pensait vraiment. Aiden était de loin le plus débrouillard des deux alors il lui donnait les pleins pouvoirs pour cette panne imprévue. Aiden avait l'air concentré, cherchant plusieurs solutions à la fois, sûrement.« J’vais essayer de le redémarrer avant que la nuit tombe, sinon, on est bons pour une nuit à la belle étoile ! » . Garrett lui fit un clin d'oeil. Il pensait déjà à cette possibilité et fût pris d'un noeud dans l'estomac. Ce noeud était un mix entre l'angoisse qu'il avait de reconnaître ses tords de leur baiser et l'excitation en le voyant s'affairer pour réparer le quad. Il dégageait quelque chose dont Garrett était sensible. Son audace, sa détermination et sa force physique ne faisaient qu'accroître chez le vieux blond une envie de lui sauter dessus. Il lui répondit alors, presque pour se dédouaner d'un quelconque signe d'avance. « Pourquoi pas, dormir à la belle étoile doit raffermir les cuisses! ». A force de trop blaguer, il risquerait de ne plus arriver à rire mais plutôt à fantasmer. Il le laissa continuer, alors qu'il enclenchait la pédale et le moteur pour voir si l'engin daignerait redémarrer.
Revenir en haut Aller en bas
 
 
the wolf and the hunter (gaiden)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Combat 4: Annie Villeneuve vs Rachel Hunter
» Team Aura (pv : Red Wolf )
» A hunter ... a bear
» Rp avec Thunder Wolf ?
» Bienvenue aux Galeries Red Wolf

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers fantasy :: Surnaturel-
Sauter vers: