Partagez | 
 
 
 

 (Prince de Lulu) I was waiting for you.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
avatar
HÉMOGLOBINE
Féminin MESSAGES : 125
INSCRIPTION : 25/02/2017
ÂGE : 19
RÉGION : Poitou-Charente
CRÉDITS : Nymeria (avatar), claude gueuse (code signature), tumblr (gif)

UNIVERS FÉTICHE : City
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t295-eeny-meeny-miny-moe#3119
Limace


Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Bienvenue à Bristol, grande ville de l'Angleterre. Ici et comme partout ailleurs, la vie des adolescents n'est pas toujours toute rose et les adultes, qui ont passés ce stade depuis longtemps déjà, ne comprennent pas toujours l'ampleur que peut prendre la méchanceté de certains jeunes. Entre tromperie, moquerie et jugement, il n'est pas rare qu'un garçon ou qu'une fille ne se sente pas bien dans son corps, dans sa tête.    

Contexte provenant de cette recherche



   
Elle, c'est Lucille."
Vous pouvez souffler, fermer les yeux, et même chialer. Putain, vous allez tous chialer.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
HÉMOGLOBINE
Féminin MESSAGES : 125
INSCRIPTION : 25/02/2017
ÂGE : 19
RÉGION : Poitou-Charente
CRÉDITS : Nymeria (avatar), claude gueuse (code signature), tumblr (gif)

UNIVERS FÉTICHE : City
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t295-eeny-meeny-miny-moe#3119
Limace



Atom
Shepherd

J'ai 18 ans et je vis à Bristol, Angleterre. Dans la vie, je suis étudiant et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.


* Atom est issu d'un milieu aisé. Son père est un politicien et sa mère est kinésithérapeute.
* Au lycée, il est dans la section scientifique et voudrait continuer dans le domaine.
* Il est fils unique.
* Il est passionné par les trains et les grosses voitures.  


Francisco Lachowski © .Cranberry


5 battements de cœur, deux paupières qui s’ouvrent.
1 plafond blanc, ta mémoire te joue des tours.
3 corps sur le sol, tu décides de te lever pour de bon.

La nuit dernière, tu étais complètement déchiré, à tel point que tu ne te souviens plus de rien. Mais ce qui est sûr, c’est que tu t’es bien amusé et que les autres aussi. Tu passes à côté de plusieurs bouteilles de vodka totalement vides. La pièce est décorée par plusieurs flaques de vomis et tu te dis qu’heureusement, c’est du carrelage, que la personne qui va devoir nettoyer ça a de la chance. Puis tu te souviens qu’ici, c’est chez toi, que c’est toi qui va devoir ramasser la merde des autres. Tu grognes légèrement, t’as envie de réveiller tout le petit monde couché par terre et de leur dire de se barrer. Si ton père voyait ça, il t’encastrerait surement dans un des murs du salon. Mais heureusement, lui et ta mère sont partis tout le weekend en France. « Dieu merci… » Une tâche rougeâtre gisant sur le sol attire ton attention. Tu suis les traces et tu t’imagines le pire. Tu étais bien conscient que l’alcool pouvait faire des ravages, mais de là à commettre un meurtre… Tu sens ton corps se détendre en voyant ton pote bouffer de la confiture de fraise à la petite cuillère. « Hé mec ! Je me suis servi, j’avais la dalle. » Tu replaces une mèche de cheveux vers l’arrière, la tension est redescendue. « Putain Joe, t’es con, j’ai cru que quelqu’un s’était fait égorgé. Tu pourrais manger proprement, merde ! » Tu rigoles et lui aussi.

Tu t’es à peine remis de ton weekend que tu dois déjà retourner en cours. Tu aimerais tellement rester dans ton lit, faire une bonne grasse matinée, mais ce n’est pas possible. En entendant ton réveil, ton chat a déjà sauté sur le lit, prêt à te réveiller si par malheur, tu tentais à nouveau de rejoindre les bras de Morphée. Sa petite tête toute douce vient se coller à la tienne par petit à-coup. « Oui oui, j’ai compris Belle, je me lève. » Belle, c’est le nom de cette mignonne petit boule de poile noir et blanche. C’est un mot français que tu affectionnes énormément pour une raison qui t’es inconnue, mais entre tes lèvres, tu trouve qui est sublime, qu’il sonne super bien.
Comme d’habitude, ton petit déjeuné se résume à un morceau de pain tartiné de beurre et d’un carré de chocolat. Tu ne mange pas beaucoup le matin parce que tu aimes te réveiller le plus tard possible. Ton passage dans la salle de bain est des plus brefs. Un coup de peigne, un petit coup de rasoir si nécessaire et le tour est joué. Très vite, c’est l’heure de partir, tu fais une dernière papouille à Belle et tu prends le bus pour rejoindre l’école. Tu pourrais prendre ta voiture puisque tu as ton permis depuis un mois, mais tu aimes ce petit moment de calme dans le bus, les écouteurs dans les oreilles.
L'autocar t’ayant déposé en retard devant les grilles du lycée, tu n’as même pas le temps de fumer ta clope habituelle. Tu montes dans ta salle sans te poser de questions, tout le monde est déjà là et le professeur te foudroie du regard. Tu t’excuses à voix basse et te dirige vers ton meilleur ami, Joe, qui affiche un grand sourire. « On mange ensemble au self ce midi ? » Tu fais oui de la tête et commence à prendre des notes sur ce que le professeur raconte.

A midi, comme prévu, tu rejoins Joe et quelques autres de tes potes à une table vers le fond. Tu t’assois à côté de Melissa, la petite amie de Carl. Et comme toujours, il reste toujours une place libre à ta droite. Tu aimes avoir de l’espace… Ton plateau est bien garni, tu as vraiment une faim de loup ! Deux morceaux de poulet, de la sauce, des frites, une bonne salade et une glace. Depuis que les beaux jours sont revenus, tu adores manger au self car les menus sont meilleurs ! Tu commences à décortiquer ta cuisse tout en écoutant tes amis. Joe qui est placé en face de toi ne manque pas une occasion de reluquer toutes les filles qui passent à côté de la table.        




   
Elle, c'est Lucille."
Vous pouvez souffler, fermer les yeux, et même chialer. Putain, vous allez tous chialer.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Prince de Lulu
MESSAGES : 28
INSCRIPTION : 24/02/2017
ÂGE : 20
RÉGION : room of requirement.
CRÉDITS : av@exception.

UNIVERS FÉTICHE : fantastique ou city, peut importe.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t150-neutron-s-laboratory http://www.letempsdunrp.com/t162-someone-new#1088 http://www.letempsdunrp.com/t163-keep-the-reality-away-from-me#1090
Limace



Ophélia Sloan
J'ai 17 ans et je vis à Bristol, Angleterre. Dans la vie, je suis étudiant et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis presque bien.

Ophélia est un cœur sensible sous une carapace de sarcasme qui s'étend sur tout son corps jusqu'à en être visible.
Sa mère vient de se remarier à un homme assez riche et depuis elle a changé de ville et de lycée. Sa maison est plus grande certes, mais tous ses amis sont de l'autre côté de la Manche.
Elle a un faible pour les comédies romantiques et les histoires d'amours en carton, même si elle prétend que ce n'est pas le cas.
Elle a le sourire et le rire facile, mais son cerveau ne s'arrête jamais d'analyser ce qui l'entoure ce qui fait d'elle une vrai parano.
Elle suit une filière scientifique, comme son père, mais elle n'a aucune idée de ce qu'elle veut faire plus tard.
Elle adore dessiner et elle est même très douée. Elle passe de la bombe à peinture au fusain comme elle avalerait sa glace préférée.


barbie ferreira © whorecrux


Tu as les yeux ouverts, ils sont fixés au plafond comme s’il contenait les réponses à toutes tes questions. Et si c’était d’ailleurs le cas, tu n’y verrais rien, car le soleil n’est toujours pas levé et que ta chambre est dans le noir le plus total. Pas de lune pour éclairer la pièce et aucune étoile n’est visible par la grande baie vitrée de ce qui est a présent ton nouvel espace privé. Tu te sens seule, oppressée et au bord de la crise de panique. Ton cerveau ne veut pas s’arrêter de penser et les quelques heures de sommeils que tu as réussi à grappiller face au stress de la journée qui se profile devant toi n’a rien eu de réparateur. Tu es figée, catatonique dans ton lit. Les images de ton ancien lycée tournent dans ta tête. Toutes les moqueries que tu as subies, toutes les blessures que tu as cachées derrière un sourire insouciant et un sarcasme cinglant. Tout te revient en tête alors que tu essayes de te persuader que tout sera différent. De la ville où tu habites et que tu n’as pas encore découverte à la personne que tu incarneras au lycée à présent.

Ton pouls s’accélère, tu déglutis difficilement puis inspires profondément pour te donner du courage. Il est bientôt l’heure de sortir de cette immense maison qui est ton foyer depuis quelques jours, et pourtant, tu es encore cloîtrée dans ta chambre en sous-vêtements. Tu te fixes dans le miroir, repérant le moindre défaut avant de t’avancer vers ce que tu redoutes le plus. L’épreuve de la balance. Tu ne sais pas pourquoi tu t’infliges ça tous les jours, tu sais juste que ça fait partie de ta routine, comme appliquer ton rouge à lèvres fétiche et allonger tes cils avec du mascara. Ça te rappelle qui tu es pour ne pas te faire avoir, pour ne pas avoir l’espoir surtout que ton poids ne comptera pas dans ton nouveau lycée. Il faut que tu t’assumes même si ça fait mal, parce que ton image fait malheureusement partie de qui tu es. Autant que ton sens de l’humour bidon ou de ta personnalité à fleur de peau. C’est un tout qui fait de toi Ophélia. Et pour ce nouveau départ, tu comptes bien croquer la vie à plaines dents et ne pas te laisser impressionner. Parce que tu sais que peu importe le nombre d’heures que tu passes, coucher sur ton lit, à regarder le plafond en faisant des plans sur la comète, rien de tout cela n’est ce qui t’attend à l’arriver. Alors, comme dit ton cher nouveau beau-père, tu vas prendre sur toi et tout ira pour le mieux. 

Les yeux te suivent et ne te lâchent pas, tu entends les chuchotements sur ton passage, parfois même des rires ou des reniflements mesquins. Rien qui ne t’inspire confiance et aucune personne à tes côtés pour garder ton esprit occupé. Quatre heures que tu es ici et que tu te forces à marcher la tête haute comme si de rien n’était. Comme si on ne te jugeait pas dans les couloirs. Tu sais bien que ce n’est pas le cas de tout le monde, mais tu es comme ça. Un brin paranoïaque et tellement sensible que tu peux te montes la tête toute seule. Tu as bien réussi à te faire quelques connaissances en cours depuis ce matin, mais tu ne sais pas si ça tiendra. En fait, tu es presque certaine que ça s’essoufflera dans quelques semaines quand ils seront lassés de jouer aux gentils avec la nouvelle ou que quelqu’un se moquera de toi. C’est comme ça que ça se passe. Tes connaissances sont brèves et nombreuses et le peu de vraies amitiés que tu as, tu as dû les abandonner derrière toi pour faire le bonheur de ta mère.

La porte semble immense devant toi, derrière elle, la cafétéria. Sans doute la partie la plus difficile de la journée. Tout les élèves du lycée regroupés dans un espace confiné. Tu comptes calmement dans ta tête et à dix, tu entres dans la pièce. Étape un, attraper un plateau et des couverts. Pas de pains. Étape 2, prendre place dans la queue et subir patiemment le regard des personnes qui sont derrière toi. Étape 3, choisir un plat, pas trop light ni trop gras. Étape 4, payer et chercher une table des yeux. Tu repères une fille qui te fait signe, elle était avec toi en maths et elle était la première à t’adresser la parole. Pourquoi ne pas t’asseoir avec elle après tout, c'est mieux que de te retrouver dans un coin, toute seule. Tu t’avances, décidée, vers la table, d’un pas léger et confiant. Et alors que tu penses que l’affaire est dans le sac et que cette journée se passe encore mieux que prévue, tu entends un éclat de rire moqueur qui te fait tourner brusquement la tête. Il semble que tu viens de passer devant le clan des populaires. Et que la réalité te rattrape enfin. 


Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
HÉMOGLOBINE
Féminin MESSAGES : 125
INSCRIPTION : 25/02/2017
ÂGE : 19
RÉGION : Poitou-Charente
CRÉDITS : Nymeria (avatar), claude gueuse (code signature), tumblr (gif)

UNIVERS FÉTICHE : City
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t295-eeny-meeny-miny-moe#3119
Limace



Atom
Shepherd

J'ai 18 ans et je vis à Bristol, Angleterre. Dans la vie, je suis étudiant et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.


* Atom est issu d'un milieu aisé. Son père est un politicien et sa mère est kinésithérapeute.
* Au lycée, il est dans la section scientifique et voudrait continuer dans le domaine.
* Il est fils unique.
* Il est passionné par les trains et les grosses voitures.  


Francisco Lachowski © .Cranberry


Tu ne fais plus attention à ce qu’il se passe autour de toi. Tu as laissé tomber ta cuisse de poulet pour aller naviguer sur ton téléphone portable. Pourtant, c’est interdit de le sortir à la cafétéria mais tu ne peux pas t’en empêcher. Même en cours, dès que tu le sens vibrer dans ta poche, tu n’arrives pas à résister à l’envie de savoir qui t’envoie un message et pourquoi. Bien souvent, tu t’es fais chopper, surtout en science et à chaque fois, tu arrives à amadouer les professeurs pour le récupérer. Les surveillants eux, sont beaucoup moins commodes en ce qui concerne le règlement intérieur du lycée. Il n’y a rien d’intéressant sur facebook et encore moins sur twitter et pourtant, tu continues à faire défiler les actualités. Tu tombe sur des blagues nulles qui ne te font même pas rire tellement le niveau est bas. Tu tombes aussi le statut rupture d’une fille du lycée. Tu commençais à vouloir lire le pavé qu’elle a écrit mais tu es interrompu par le rire de tes amis juste à côté de toi. Tu relèves la tête pour voir ce qu’il se passe. Joe est plié de rire, entrain de recracher sa frite, Melissa a prit son air hautain et détestable. Carl lui, a un petit sourire en coin. Derrière toi, une autre table se met à rire. « C’était quoi la blague les gars ? J’ai pas suivi. » Tu hausses un sourcil en regardant ton meilleur ami qui essaie de te répondre en vain. Il est tellement bidonné qu’il n’arrive pas à aligner un seul mot sans s’étouffer. C’est finalement Melissa qui prend la parole pour te répondre. « La blague elle est en face de toi, dans l’allée, tu ne peux pas la louper. »

Sur le coup, tu ne comprends pas vraiment ce qu’elle insinue alors tu lève le nez vers l’allée, là où elle t’a dit de regarder. A par une jeune fille qui regarde vers toi, tu ne vois rien qui serait censé te faire rire. Et puis tu te souviens que tes potes sont des crétins, que les filles comme Melissa sont numéro un dans l’art de la moquerie et que Joe ne peux s’empêcher de critiquer toute personne qui ne rentre pas dans ses cordes à lui. Avec instance, tu regardes la fille avec son plateau dans les mains. Ton expression reste neutre et tu te dis que si c’est vraiment d’elle que les autres se moquent, ce n’est vraiment pas cool. Puis tu soupire et au moment où tu t’apprête à te lever pour t’en aller, Melissa passe devant toi et se dirige vers la brune. Tu la regarde agir, en sachant pertinemment qu’elle va faire sa vipère et lancer son horrible venin sur sa proie. Tu soupires. « Putain Carl, tu pourrais retenir ta crétine de copine. » Et tu mords dans ta glace. Putain c’est froid, tu avais oublié. « Elle fait ce qu’elle veut, j’suis pas sa nounou ! » Il a raison, mais tu roules des yeux quand même. La méchanceté gratuite n’est pas quelque chose de loyal, tu n’aimes pas ça. Mais ce n’est pas pour autant que tu prends ton courage à deux mains pour aller sauver une pauvre victime du jugement des autres. En fait, t’es un peu un lâche, t’as pas vraiment envie que ça se retourne contre toi.

De là où tu es, tu n’entends pas ce que se disent les deux filles. Melissa est de dos alors tu ne vois pas non plus ce qu’elle fait ni si son sourire carnassier est de retour. Tu n’as jamais aimé Melissa, même si parfois, elle peut être super cool et super sympa. Tu l’acceptes à côté de toi parce que c’est la petite amie de ton pote et que l’amitié est bien plus importante pour toi qu’une bouffonne. Jamais tu n’as comprit l’attirance de Carl envers cette fille, mais tu respectes ses choix comme lui respecterait les tiens. Tu ne le connais pas depuis aussi longtemps que Joe et pourtant, tu lui fais plus confiance à lui qu’à ton meilleure amie pour une raison simple : Carl est un gars posé, calme et je-m’en-foutiste. Joe est tout le contraire, hyperactif, arrogant et il a des putains de principe que tu n’arrives même pas à comprendre. Mais tu l’aimes bien.

Finalement, tu te lèves enfin et tu te dirige lentement vers les deux filles, ton plateau dans les mains. Quand tu arrives à leur niveau, tu libères une de tes mains et tapote l’épaule de ton amie. « Melissa, tu devrais retourner à table et surveiller ton mec. Il n’arrête pas de regarder le cul de Jenny depuis que t’es parti. » Ton regard croise celui de l’inconnue. « Bon app’. » Et tu te diriges vers les poubelles pour aller y jeter les os de ton poulet ainsi que ce que tu n’as pas finis dans ton assiette, comme cette salade dégueulasse qui t’as piquée la gorge un peu plus tôt.  
       




   
Elle, c'est Lucille."
Vous pouvez souffler, fermer les yeux, et même chialer. Putain, vous allez tous chialer.
Revenir en haut Aller en bas
 
 
(Prince de Lulu) I was waiting for you.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 05. What the hell are you waiting for.
» LULU WEASLEY ♀ elle castagne les castagnettes :D
» Waiting for the miracle to come - Prio Morpheus.
» Waiting for the Grand BAYAKOU
» Lulu' Vs Prospynet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Europe-
Sauter vers: