Partagez | 
 
 
 

 extreme worlds alone (silaise)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
avatar
BLACK BEAUTY
Féminin MESSAGES : 133
INSCRIPTION : 23/02/2017
RÉGION : FRANCE.
CRÉDITS : WARLOCK.

UNIVERS FÉTICHE : HP, CITY, ZOMBIE, UNIVERSITY, PENSIONNAT.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t95-it-s-a-long-way-from-home http://www.letempsdunrp.com/t293-m-o-brother-en-cours http://www.letempsdunrp.com/t102-le-bouiboui-de-black-beauty http://www.letempsdunrp.com/t107-mes-precieeeeux-bb#582
Limace


Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Pré-au-Lard, 1998. Le monde sorcier soigne ses plaies depuis la victoire de l'Ordre du Phoenix sur les mangemorts et le Ministère de la Magie. La paix a été déclaré, bien que la réputation de certains ne les envoient à Azkaban. La chasse aux mangemorts continue encore aujourd'hui. Il n'empêche que les élèves soient rentrés comme à l'habitude à Poudlard malgré le fait que le château ait été quelque peu détruit et qu'il réunisse deux promotions de septième année. Les cours reprennent et les étudiants essayent de se divertir comme ils peuvent, essayent d'oublier les horreurs de la guerre.
Aujourd'hui, une lettre étrange est arrivée jusqu'à Blaise. Une lettre du nouveau fiancé de sa mère... Un rendez-vous à Pré-au-Lard, comme ça, sans aucune explication. Mystère...

Contexte provenant de cette recherche
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
BLACK BEAUTY
Féminin MESSAGES : 133
INSCRIPTION : 23/02/2017
RÉGION : FRANCE.
CRÉDITS : WARLOCK.

UNIVERS FÉTICHE : HP, CITY, ZOMBIE, UNIVERSITY, PENSIONNAT.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t95-it-s-a-long-way-from-home http://www.letempsdunrp.com/t293-m-o-brother-en-cours http://www.letempsdunrp.com/t102-le-bouiboui-de-black-beauty http://www.letempsdunrp.com/t107-mes-precieeeeux-bb#582
Limace



Blaise Zabini
J'ai 18 ans et je vis en ce moment à Poudlard, Écosse. Dans la vie, je suis encore écolier et je m'en sors moyennement bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis très mal.


Extreme ways



reece king © BALACLAVA.


Trois jours plus tôt. Blaise regardait à travers la fenêtre. Des rafles de neige tapait contre les carreaux. C'était si violent, mais c'était tout de même beau à regarder. Il y avait dans cette pluie de neige quelque chose de tranquillisant, il ne serait dire quoi. Peut-être était-ce du à la couleur blanche des flocons. La main sous son menton, le métisse allait presque sommeiller si un petit bruit de choc ne l'avait pas fait sursauter brusquement. Blaise fronça les sourcils mais les traits de son visage s'adoucirent lorsqu'il remarqua une chouette se frayer un passage sur le rebord de la fenêtre. Dans une petite exclamation attendrie et inquiète, il ouvrit rapidement un interstice pour que la petite bête rentre au chaud. Dans sa gueule, celle-ci tenait au chaud et à l'abri un petit papier de papyrus. Blaise n'eut pas le temps de s'apitoyer sur le sort de l'animal qu'elle lui tendait déjà le mot (car aucune lettre digne de ce nom ne pouvait entrer là-dedans). Il prit donc le morceau et remercia d'un coup d'oeil la chouette qui alla attendre sa réponse dans un coin. Qui pouvait donc bien envoyer son animal de compagnie en pleine tempête de neige? Ce ne lui semblait pas humain. Le Serpentard trouvait même ça abjecte, un sentiment sûrement renforcé par la mort récente de sa chouette. Enfin, il s'entreprit à lire le mot au bout d'un moment.

Blaise,
Rends-toi à l'entrée de Pré-au-Lard ce samedi, à treize heures. Je t'attendrai là-bas.
A bientôt,
ton futur père, Silas.


Blaise frissonna en lisant, relisant une deuxième fois, puis une troisième le message. Non, mais sérieux? Sa main alla cacher son visage, un peu désespéré. Il avait le mauvais sentiment qu'il n'allait pas oublier ce Silas de ci-tôt, que cette fois ce fiancé allait rester plus longtemps que prévu. Le métisse déglutit difficilement et se mordit la lèvre inférieure. Puis, il jeta un coup d'oeil à la pauvre bête, la pitié transparaissant dans son regard. Ce foutu Silas ne lui laissait pas le choix de refuser. Il n'y avait même pas de réponse qu'il puisse lui renvoyer, mais il décida de ne libérer la chouette que lorsque cette tempête se sera calmée.

Aujourd'hui. Le chemin lui paraissait bizarrement plus court que d'habitude. Et pourtant, Blaise s'était afféré à marcher d'un pas plus lent que les autres étudiants qui courraient presque vers le village. Mais, eux n'avaient pas un beau-père à rencontrer aujourd'hui. Ils allaient probablement passer une bonne après-midi, alors que le Serpentard ne savait même pas à quoi s'attendre de la sienne. En tout cas, il savait une chose: il allait tout faire pour faire rager ce Silas de malheur. Sa présence à Noël avait été de trop à son goût et Blaise n'avait pas du tout apprécié le personnage. Il le trouvait trop froid et puis il avait des yeux qui lui avaient foutu un putain de frisson dans le dos. Brrr, quand il y repensait, il se demandait pourquoi il allait le rejoindre comme convenu. Peut-être avait-il peur... Peur de cet inconnu qui s'était immiscé dans sa vie du jour au lendemain, sans qu'il ne le sache. Cependant, Blaise refusa de se l'avouer et serra des poings pour se donner un peu plus de contenance. Lorsqu'il arriva à Pré-au-Lard sa montre indiquait 13:12. Il sourit du coin des lèvres, tout content de sa première bavure à l'encontre de l'homme qui se disait être son futur père. Pff, s'il savait. Sur le moment, Blaise se sentit invincible.
Il discerna tout de suite Silas à quelques mètres. Il était impossible de ne pas le rater. Sa silhouette élancée lui donnait une certaine carrure, le métisse ne pouvait pas le nier. Pourtant, il n'allait pas baisser son froc à la dernière minute. Il n'allait pas taire les sentiments de colère et de mépris qu'il éprouvait pour l'étranger. Il le rejoignit alors d'un pas tranquille, toujours ce sourire sournois affiché sur ses lèvres. Et puis, il s'arrêta à son niveau, en prenant bien soin de tout contempler sauf ses yeux. Malgré le froid, Blaise sortit ses mains de ses poches et haussa des bras, l'air de dire "me voilà, qu'est-ce qu'on fout maintenant?". Et comme ça n'avait pas l'air d'inspirer le Silas, il n'hésita pas à ouvrir sa petite gueule d'impertinent. « Ça va? J'espère que j'suis pas trop en retard. Faut dire que le sol est dangereux, j'aurais pas voulu me péter le coccyx rien que pour te voir tu vois. Ca m'aurait pas mal emmerdé. Bon, on fout quoi ici au juste? » Blaise releva le menton, assez fier de son petit monologue. Il n'avait pas froid aux yeux, car il savait à quel point Silas était fortuné et puissant. Et un homme puissant n'est pas un homme normal. Le métisse avait compris ça après avoir vu défiler les huit autres époux de sa mère et la gente importante aux soirées mondaines.

Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
January Blues
MESSAGES : 56
INSCRIPTION : 25/02/2017
ÂGE : 18
RÉGION : Westeros.
CRÉDITS : @killer from a gang

UNIVERS FÉTICHE : Fantastique de préférence.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Limace



Silas
Beaumort

J'ai 36 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis de sang-pur et à la tête d'un empire de trafic de drogues sorcières dans l'ombre et je m'en sors merveilleusement bien, étant très riche. Sinon, grâce à ma chance, je suis marié sans éprouver le moindre sentiment et je le vis plutôt bien.


DEMONS
IN
MY
MIND


avatar © ODISTOLE
Les pieds trainent dans la neige et l’esprit se tord d’excitation et d’impatience. Silas s’est apprêté aujourd’hui pour une occasion particulière, et il sent la luxure de son matériel d’un décalage presque gênant au milieu de Pré-au-Lard. Un sourire satisfait d’accroche à ses lèvres rosies par le froid ; l’opportuniste et l’ambitieux aime ce malaise qu’il peut faire naître chez les gens et sait le tourner à son avantage. Les regards s’attardent et lui se tarde. Blaise et en retard. Silas déteste les gens en retard. L’arrogance de ce gamin fait frémir d’une violence malsaine les pupilles du français, et alors que sa silhouette se dessine à l’entrée du village sorcier, il se redresse, autoritaire, le couve d’un regard fort et presque protecteur.

Il se souvient de sa première rencontre avec la mère de Blaise. Une très belle femme pour un drôle de personnage. Les ténèbres dans ses yeux croisant hargneusement ceux de Silas et le deal était conclu, la réputation précieuse pour un challenge des plus délicieux. Il ne l’aime pas mais la respecte pour le symbole et pour l’union. Au-delà de la nuit de noces, le mariage s’arme d’une hypocrisie très sarcastiquement masquée, d’un duel presque sadique. Comme le début d’une compétition malsaine et particulièrement sensuelle, mais les affaires avant tout. Elle ne l’aura pas. Pas comme ça. Il y eut Blaise ensuite. Les fêtes se soldent d’une découverte particulière, spéciale, mystique. Silas est un homme de passions, de désirs, d’envies. Une nouvelle lubie. Le potentiel qu’il voit à travers le garçon et toujours, les affaires et l’argent, toujours plus d’argent, derrière la tête. La mère à faire chanter si le besoin se présente et le garçon apparaît comme étant une proie facile et des plus attirantes pour un tel prédateur. Erreur. Il se tente tout d’abord à l’art de la manipulation, maîtrisé depuis le temps. Face à l’échec, il faut se rendre à l’évidence ; il ne peut pas mentir face à Blaise, il ne peut pas faire semblant. Quelque chose, au fond, l’en empêche. Quelque chose qui remue le diable en lui – et c’est comme si ça lui avait manqué, terriblement, dangereusement.

Le louveteau lance les hostilités. L’ironie trahit une sorte de mépris qui ne dérange pas Silas ; il a l’habitude qu’on se montre désagréable avec lui. Que ce soit dans sa vie personnelle ou dans ses trafics illicites, il n’a jamais connu rien d’autre que le mépris ou l’ignorance. A choisir, il s’en sort mieux dans le premier. En réalité, il s’en sort même mieux que personne dans cette profonde méfiance qu’il conçoit totalement justifiée, et c’est toute cette complexité d’intelligence qui mène à sa réussite. Comprendre les rouages de l’esprit humain au-delà du sorcier, voilà le secret. S’approprier les relations et les émotions et les sentiments en prétendant le contraire pour les pervertir et les maîtriser. Une question de contrôle à laquelle il a très rapidement trouvé une réponse des plus efficaces. Et si Blaise ne l’aide à pas rester dans cette zone de confort, il apprécie le défi. Le regard vagabond du garçon, évitant soigneusement ses iris, le fait sourire. Il transpire d’une innocence inavouée, d’une inexpérience juvénile. Mais il ne craint pas Silas. Et ça intrigue Beaumort. « On va boire un verre. » Un ordre plus qu’une affirmation et plus encore qu’une question. Silas fait les choix.

Il choisit le premier bar désert qu’il trouve ; il ne traine pas assez dans ce coin d’ombres et de fantômes pour connaître les adresses. Il ne veut pas demander à Blaise. Alors il s’engouffre par la porte de bois grinçante et comme deux chopes de Bierraubeurre. Eternel sourire satisfait accroché aux lèvres ; il sait que ça ne plaira pas à l’adolescent. « Tu ne vas peut-être pas me croire, mais ça fait très plaisir à ta mère qu’on passe un peu de temps ensemble. Elle aimerait que les choses se passent différemment… Cette fois. » Il hoche légèrement la tête, portant une main à l’épaule de Blaise pour le secouer un peu, comme un vieux copain, en fin connaisseur des techniques de supercherie. Le mensonge glisse sur sa langue et, il en est persuadé, ne laisse pas de marbre le jeune métissé. Tout son être et toute son âme ne le laissent pas de marbre. Ça aussi, il en est persuadé, et il se plait dans ce tourment et cette ambiguïté qu’il éveille chez le môme. En réalité, il n’en a que faire de sa pauvre mère. S’il est venu aujourd’hui, c’est pour lui et uniquement pour lui. « Alors, si tu as envie qu’on fasse quelque chose comme pourraient le faire un père et son fils, comme, je ne sais pas, aller voir un match de Quidditch, quelque chose comme ça, j’en serais ravi. Je veux que les choses se passent bien. » Il parle comme un homme d’affaires, les yeux plantés dans ceux de Blaise. Il aime jouer sur cette relation presque paternelle qu’il veut créer entre eux. Il s’installe un peu plus confortablement dans le fond de sa chaise, buvant une gorgée de sa bière. Ce n’est pas un alcool habituel pour lui, mais ils s‘en accommode. « Je pense que tu ne mérites pas d’un neuvième beau-père qui non seulement monopolise ta mère avant de finir aux oubliettes, mais qui en plus daigne à peine remarquer ton existence. Non, je pense que tu ne mérites vraiment pas ça. » Le regard est sincère et intrusif, la voix rauque et les mots presque semblables à de l’hypnose. Il n’a absolument pas l’intention d’être ce genre de beau-père.



“Part of me aches at the thought of her being so close yet so untouchable, but her story and mine are different now. It wasn't easy for me to accept this simple truth, because there was a time when our stories were the same, but that was six years and two lifetimes ago.” - Dear John


Recherche un jeune homme pour une histoire d'amour pleine de feels dans un contexte réel. I love you
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
BLACK BEAUTY
Féminin MESSAGES : 133
INSCRIPTION : 23/02/2017
RÉGION : FRANCE.
CRÉDITS : WARLOCK.

UNIVERS FÉTICHE : HP, CITY, ZOMBIE, UNIVERSITY, PENSIONNAT.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t95-it-s-a-long-way-from-home http://www.letempsdunrp.com/t293-m-o-brother-en-cours http://www.letempsdunrp.com/t102-le-bouiboui-de-black-beauty http://www.letempsdunrp.com/t107-mes-precieeeeux-bb#582
Limace



Blaise Zabini
J'ai 18 ans et je vis en ce moment à Poudlard, Écosse. Dans la vie, je suis encore écolier et je m'en sors moyennement bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis très mal.


Extreme ways



reece king © BALACLAVA.


Blaise avait beau avoir lancer sa bienvenue d'une façon des plus inacceptables, la réponse de son nouveau père le renfrogna dans ses vêtements d'hiver. Il fit une moue énervée et presque haineuse, mais tâcha de cacher son nez dans l'écharpe verte et argent qui lui procurait comme une protection contre la grande silhouette de Silas. Il n'avait pas le choix. Le ton autoritaire de l'homme avait le don de retourner les tripes du métisse à l'envers, dans un sentiment d'impuissance et de contre-rébellion. Ils allaient passer le reste de leur après-midi dans un pub pourri que les quatre balais n'enviait même pas. Mais Blaise ne s'avoua pas vaincu, au contraire. Il voulait voir si ce mec tiendrait plus de heure en sa présence. Il voulait lui l'ébahir, le rendre fou. Il voulait qu'il le laisse en paix, lui, et aussi sa mère techniquement. Le duo Zabini avait beau de ne pas se voir tous les jours, ils partageaient un lien mère/fils indéfinissable. Blaise savait que sa mère serait prête à tout pour le défendre, même si une distance et un manque affectif les séparaient.

Le métisse se contenta de suivre Silas, mais se mettait toujours à ses côtés, pour ne pas se laisser trainer derrière lui, comme un petit chien. Parfois, à cause des longues jambes de l'homme, il devait trottiner, et lorsqu'ils s'installèrent, Blaise reprit discrètement son haleine. Le con. Est-ce que ça faisait parti de son plan, de l'humilier comme ça, le trainer comme bon lui semblait? Il prend un siège, en face de Silas, en prenant encore soin de ne pas planter son regard dans le sien. Ses yeux bougeaient tout le temps, comme s'il était en alerte et comme s'il redoutait d'entreprendre le contact. Blaise ne le savait pas, mais il puait l'indécision et Silas pouvait sentir l'intimidation qu'il émanait malgré lui. Lorsque le brun lui parle de sa mère, Blaise n'osa pas à lever un sourcil bien haut, exprimant de tout son corps sa méfiance. C'est vrai, elle avait eu un regard déçu la dernière fois, à Noël, après qu'il eut fait sa petite comédie. Et pourtant, il croyait qu'elle n'avait rien à faire de ses maris, que Silas n'en serait qu'un autre sur sa longue liste... Blaise ignorait quoi répondre au Beaumort Il fronça des sourcils, énervé. Il venait de le piéger, sans qu'il ne puisse dire quoique ce soit. Lorsque la main de Silas vient le secouer, il recule quelque peu, l'air dégoûté et frémit. Pour qui il se prend lui? Il refusait de croire Silas à propos de ce que sa mère voulait ou pas. Il était plus à propre de savoir ce qu'elle souhaitait dans sa vie et Blaise savait pour l'instant qu'il n'était qu'une question de temps avant que l'homme ne disparaisse mystérieusement à son tour... et Dieux savaient à quel point Blaise s'en réjouissait soudainement d'avance. Un sourire malicieux vint se coller sur le coin de sa bouche, inconsciemment.
Blaise aurait pu carrément y croire. D'ailleurs, en y repensant, à tous ces pères qu'il n'avait jamais connu, son coeur se serra dans sa poitrine et il duit respirer un grand coup avant de reprendre ses émotions. Il n'avait jamais conu le côté attendrissant d'une relation père/fils, il se demandait même si ça existait. Buté comme il était, le métisse haussa des épaules, avec un petit air écoeuré. Il faisait comme si ça ne l'atteignait pas, mais Silas avait touché un point faible sur lequel personne d'autre n'avait mis le doigt dessus. « Je suis très bien comme ça. On est très bien comme ça, ma mère et moi... » qu'il lâcha sur un ton presque fier. Il se rendit compte qu'il n'avait pas touché à sa bièreaubeurre et décida de tremper ses lèvres dans la mousse. Une fois rassasié, il décolla le verre de ses lèvres et se lécha les babines, comme à son habitude. « Ca fait dix-huit ans qu'on vit rien que nous deux, je ne vois pas pourquoi ça changerait. Avoir un père, en soi, je m'en bats un peu. C'est d'ailleurs mieux quand je n'en ai pas. J'suis libre de faire ce que je veux tu vois. » Blaise se réjouissait des paroles qu'il débitait. Il aimait s'en prendre à ce Beaumort qu'il ne connaissait pas. C'était tellement simple, tellement tentant. Blaise se demanda s'il allait partir, s'il allait s'accrocher. En soit, c'était peut-être une épreuve qu'il voulait lui faire passer. Il décida d'en rajouter une petite couche, histoire de se faire plaisir. « Huit maris... Ça ne te fait pas un peu peur? » Et l'air évasif, il replongea dans sa chope de Bièreaubeurre. Il regarda autour de lui, comme s'il n'avait peur de rien et surtout pas de Silas. Ce pub était vraiment pourri. Si l'homme avait vraiment voulu lui faire plaisir, ils seraient probablement allé chez Zonko, acheter des friandises en tout genre, ou dans un autre endroit un peu plus accueillant. Le fait qu'il soit ici pour une toute autre raison, au point de se pointer à Pré-au-Lard, fit frissonner Blaise et éveilla sa curiosité, malgré tout.

Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
January Blues
MESSAGES : 56
INSCRIPTION : 25/02/2017
ÂGE : 18
RÉGION : Westeros.
CRÉDITS : @killer from a gang

UNIVERS FÉTICHE : Fantastique de préférence.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Limace



Silas
Beaumort

J'ai 36 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis de sang-pur et à la tête d'un empire de trafic de drogues sorcières dans l'ombre et je m'en sors merveilleusement bien, étant très riche. Sinon, grâce à ma chance, je suis marié sans éprouver le moindre sentiment et je le vis plutôt bien.


DEMONS
IN
MY
MIND


avatar © ODISTOLE
Blaise Zabini est tout ce qu'il y a de plus intriguant et de plus fascinant. Il est la jeunesse brisée par la guerre mêlée à l'arrogance qu'il lui en reste, de cette guerre et de cette défaite. Une preuve intarissable de l'humanité et de la complexité du gamin. Silas observe chacun de ses gestes, chacune de ses réactions, chacun de ses mouvements, il en interprète des émotions, des sentiments, des ressentis particuliers. Un art qu'il maîtrise à la perfection. Il voit la méfiance, puis le malaise puis la malice. Il aime ces contradictions et ces curiosités chez Blaise. Sa fougue et son inexpérience ont quelque chose de terriblement exploitable. Silas le sent malléable à souhaits.

La guerre n'a pas eu d'effets sur Silas Beaumort. Perdu dans son luxe français, il a assisté au conflit de l'autre côté de la Manche. Il s'est informé, s'est renseigné, comme tout bon sorcier se tenait de la faire pendant ces temps sombres et durs. On parlait de terreur et Silas parlait d'opportunités. D'affaires. D'argent et de puissance. Voldemort avait quelque chose de terriblement attirant dans sa stupidité, et sa pureté de sang lui accordait un merveilleux avantage dans cet équilibre basculé si jamais l'ombre parvenait à vaincre la lumière. Il a sourit, et même ri, de l’inattendue victoire du bien et du bon et du pur, y voyant de nouvelles opportunités, de nouvelles affaires. La paix à peine revenue, le voyage était déjà programmée, et l'avenir des plus excitants. Zabini s'est offerte à lui sans grande négociation. Blaise, lui, risque d'être un challenge nécessitant un peu plus de discussion et de séduction. Il ne s'inquiète pas beaucoup sur ce point. Il sent qu'il a le contrôle, encore, pour l'instant. Et il adore ça. Il adore sentir qu'il touche un point faible en abordant le sujet de sa mère, parce qu'il l'a su dès qu'il a posé son regard sur cette drôle de famille. Il adore voir la mine faussement fière et faussement intouchable de Blaise, parce qu'il sait, parce qu'il a su dès qu'il l'a vu, qu'il est un garçon rempli de failles, et c'est ce qu'il aime tant chez lui, et il aime tellement ces failles chez Blaise qu'il ne pense plus qu'à elles, et il pense tellement aux failles de Blaise que c'en devient malsain cette obsession pour un môme de dix-huit ans, rongé par sa mère et par ses huit beau-pères, abimé par le combat et par la magie, et par l'amour aussi. Il aime son insolence, la complimente d'un regard en buvant une nouvelle gorgée de sa Bieraubeurre. La question le fait tiquer. Elle ne l'étonne pas. Il l'attend depuis longtemps déjà. « Non. » Sourire satisfait. « Je n'ai pas peur de ta mère Blaise. » Regard insistant. « C'est une femme passionnante. » Il en fait trop, et il sait que ça va enrager Blaise, ce détachement face à la réputation de sa mère. Il sait qu'ils sont très fusionnelles. Au fond, il aimerait avoir connu une telle complicité avec sa mère. Il n'y pense pas longtemps. « Je ne suis pas un homme peureux. J'ai l'air d'un homme peureux ? » Il teinte sa voix d'ironie et étouffe un rire. Il croise les jambes sous la table et affiche une mine intéressée. « Parle-moi d'eux. Est-ce qu'ils étaient tous différents, ou tous égaux dans leur échec ? Est-ce qu'ils aimaient ta mère ? Est-ce qu'ils t'emmenaient boire des Bieraubeurres dans des bars après les cours ? » Est-ce qu'ils me ressemblaient, Blaise, dis moi ? Est-ce que je te plais plus que tu les détestais ?


“Part of me aches at the thought of her being so close yet so untouchable, but her story and mine are different now. It wasn't easy for me to accept this simple truth, because there was a time when our stories were the same, but that was six years and two lifetimes ago.” - Dear John


Recherche un jeune homme pour une histoire d'amour pleine de feels dans un contexte réel. I love you
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
BLACK BEAUTY
Féminin MESSAGES : 133
INSCRIPTION : 23/02/2017
RÉGION : FRANCE.
CRÉDITS : WARLOCK.

UNIVERS FÉTICHE : HP, CITY, ZOMBIE, UNIVERSITY, PENSIONNAT.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t95-it-s-a-long-way-from-home http://www.letempsdunrp.com/t293-m-o-brother-en-cours http://www.letempsdunrp.com/t102-le-bouiboui-de-black-beauty http://www.letempsdunrp.com/t107-mes-precieeeeux-bb#582
Limace



Blaise Zabini
J'ai 18 ans et je vis en ce moment à Poudlard, Écosse. Dans la vie, je suis encore écolier et je m'en sors moyennement bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis très mal.


Extreme ways



reece king © BALACLAVA.


Blaise leva les yeux au ciel lorsqu'il entendit la réponses de Silas. Il était mielleux, beaucoup trop mielleux pour des yeux qui l'intimidaient autant. Il y avait un truc qui clochait chez l'homme, comme tous ceux qui avaient fini par s'enfermer dans la chambre de la reine Zabini. Il y avait quelque chose de malsain, de puissant, mais quelque chose qui intriguait également le métisse. Que se cachait derrière ce regard intrusif? Qui était ce Beaumort, au prénom assez inquiétant? Blaise fronça des sourcils et fit une moue songeuse, presque dubitative. Voulait-il seulement le savoir? S'il était si méfiant, pourquoi s'attarder sur quelqu'un qui n'en valait pas la peine? Il se renfrogna, essayant de mettre un point sur ses pensées, et planta son coude sur la table pour mieux supporter sa tête.
Ce Silas avait le don de le faire rager, rien qu'avec son attitude de papa de l'année et de ses conneries à tout va. Certes, le métisse ne pouvait pas renier la bièreaubeurre qu'il serrait entre ses doigts, le rafraichissant le plus possible, mais le fait qu'un de ses beaux-pères veule se rapprocher de lui le dérangeait au plus haut point. Le garçon n'avait pas l'habitude d'être aussi gratifier par un de ses parents. Sa mère le laissait tranquille, bien qu'ils partageaient une connexion hors du commun. Quant à ses anciens pères, il ne voulait même pas y penser. Il avait vécu trop seul pour qu'un des leur ne se pointe, la sourire au lèvre, et qu'il n'essaye de tout réparer. C'était trop... facile. « Je n'en doute pas un instant... », marmonna l'adolescent dans sa barbe, les yeux vers le plafond, comme s'il aurait souhaité ne jamais avoir entendu ces mots sortir de la bouche de l'époux de sa mère. Blaise ne voulait surtout pas entendre ce genre de conneries, sur sa mère, à quel point elle était belle, ou autres allusions beaucoup plus perverses. Il grimaça et le fit bien comprendre à Silas. « Et c'est le seul compliment que je veux entendre. Surtout, je ne veux rien savoir d'AUTRE. » Il était sûr que le français allait comprendre de quoi il parlait. Il ne fallait quand même pas jeter mèmère dans l'aconit. Il y avait des limites aux sujets qu'ils allaient aborder, car Blaise ne voyait pas d'autres échappatoires à la visite rendue par Silas. Il allait poser son petit cul sur cette chaise assez dégoûtant, dans un bar miteux, à essayer de sympathiser pour la première fois avec le mari de Morgana Zabini. Blaise préféra en soupirer d'exaspération plutôt que d'énervement. Le temps passera plus vite s'il coopérait après tout. « Je. » Blaise s'arrêta, le souffle court. Il ne savait pas quoi répondre à l'adulte. Son intimité criait au viol. Le métisse doit réfléchir avant... et laisse malencontreusement son regard dans celui du français. Il tourna brusquement de la tête, incapable de lui faire face. Il avait beau avoir vécu cette putain de guerre, il était incapable de soutenir le regard de ce type. Ses yeux cristallins qui lui donnaient la chair de poule et pourtant réveillaient en lui un battement subreptice de son coeur. Il avait chaud, tout d'un coup. Peut-être était-ce ce regard posé sur lui qui le malmenait de la sorte. Ou bien c'était juste la bièreaubeurre qui n'était pas si fraiche que ça - ce qui n'étonnerait pas le Serpentard au vue des environs du pub. Blaise trifouilla ses mains quelques secondes avant de chercher à répondre à Silas. Il lui fallait trouver les bons mots. Ou bien il pouvait tout simplement l'ignorer, mais la question reviendra sûrement sur un plateau d'argent. « Aucun ne m'a emmené boire une bièreaubeurre non. » Sa voix avait malencontreusement dérapé au début. Blaise toussa un petit coup et fronça des sourcils pour se donner de la contenance. Il ne voulait toujours pas abaisser ses barrières. Ce n'était malheureusement pas une visite de la part de l'étranger qui allait le mettre autant en confiance. Pourtant, la voix du métisse s'était quelque peu détendue. « Donc si ma mère t'a recommandé cette petite sortie, t'étais pas obligé de le faire. Quelque chose me dit que t'as mieux à foutre de ta vie... On devient pas riche sur un claquement de doigt, j'me trompe? » L'ironie pointa son nez derrière cette dernière phrase que prononça Blaise. Il n'avait pas de honte à afficher son amertume face à sa situation familiale. On l'avait bien trop brimé à l'école, dans ses années plus jeunes, pour qu'il en soit honteux ou intimidé.

Revenir en haut Aller en bas
 
 
extreme worlds alone (silaise)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Extreme Rules - 25 avril 2010 (Résultats)
» Extreme Rules 2011: résultats
» DE MAITRE DEZA A ROSEAU UN EXTREME A L AUTRE DE JOEL A THUNDER !
» Extreme Cube
» Extreme Catch

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers fantasy :: Harry Potter-
Sauter vers: