Partagez | 
 
 
 

 Kill the lights, shut 'em off, you're electric, devil eyes telling me "come and get it" (ROBERT & Flo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
avatar
ROBERT LOVE
Féminin MESSAGES : 182
INSCRIPTION : 23/02/2017
ÂGE : 22
RÉGION : L'ouest
CRÉDITS : which witch (signa)

UNIVERS FÉTICHE : TOUS ! (Sauf les mangas et les zombies)
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Flash


Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Leslie est la meilleure amie d’Ophelia, qui est l’ex-fiancée de Julian, qui est lui-même le meilleure amie de Leslie. Vous sentez le triangle amoureux se profiler à l’horizon ? Eh bah non, y'en a même pas. Arrow
Depuis plusieurs mois, ça n’allait plus entre Ophelia & Julian. Les deux amoureux devaient se marier mais la date n’a jamais été choisie et plus Julian tentait d’aborder le sujet, plus Ophelia s’énervait. Il y a peu, Julian a découvert que si sa fiancée traînait à s’investir dans les préparatifs du mariage, c’est avant tout parce qu’il n’était pas le seul homme dans sa vie. Maintenant célibataire, il accomplit les rêves de sa meilleure amie. Après des années de taquineries, les deux amis passent à l’action. Et maintenant ils sont là, dans le lit de Julian, et ils contemplent le plafond de la chambre en se demandant bien de quoi ils peuvent discuter.


 
spread the love
mephobia (noun) : fear of becoming so awesome that the human race can't handle it and everybody dies.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
FloSauvage.Love
Féminin MESSAGES : 24
INSCRIPTION : 24/02/2017
ÂGE : 28
RÉGION : Flo Princesse du Nord
CRÉDITS : cocoe

UNIVERS FÉTICHE : Presque tous **
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Limace



Leslie Sock
J'ai xx ans et je vis à Charlotte, Etats-Unis. Dans la vie, je suis prof de yoga et je m'en sors plutôt bien merci.. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.




avatar © NOM CRÉATEUR
Cela faisait 3h que je fixais le plafond. Enfin ce n'était pas tout à fait vrai, mon regard passait de l'étude du plafond à l'étude de Julien qui était allongé à mes côtés. Il dormait à point fermé et rien ne semblait le déranger. Il fallait dire aussi que cette nuit on avait beaucoup donné de nos personnes. L'une des nuits les plus sauvages que j'avais connu. Il était beau et il avait l'air paisible, beaucoup plus que moi en tout cas. Pourtant depuis 3h que j'étais réveillé je n'arrêtais pas de me poser des questions. Après tout on était en train de parler de Julian. Pour moi c'était une très bonne chose, je n'étais pas amoureuse de lui, mais j'avais quand même un très gros faible pour lui. Pour Julian c'était déjà plus délicat, il était en pleine période de rupture. Ophelia l'avait trompé, il le vivait très mal, mais je savais qu'il pensait toujours à elle. Du coup je ne avais absolument pas où il en était.
Enfin il le vivait mal, tout était relatif, du côté affectif et émotionnel oui c'était la pagaille pour lui – même s'il ne voulait pas l'avouer parce que c'était un même – mais d'un point de vue physique tout allait pour le mieux. Ce n'était pas la première fois qu'on couchait ensemble avec Julian. La première remontait à l'université, maintenant on avait dépassé ce stade. En soi ce n'était pas vraiment étonnant. Depuis qu'on se connaissait avec Julian on arrêté par de parler de sexe. Si on en parlait pas c'était limite trop bizarre, et forcément de la parole à l'acte il n'y avait qu'un pas qu'on avait plus ou moins facilement dépassé. Tout n'avait pas été rose parce que juste après sa rupture après s'être chauffé toute la journée en mangeant des gâteaux, il m'avait repoussé alors qu'on était sur le point de conclure. Je l'avais très mal vécu et pendant un moment où ne s'était pas parlé, mais ne plus parler à Julian ce n'était pas possible et au bout d'un moment j'avais fini par lâcher l'affaire. Il avait voulu s'excuser, mais je ne l'avais pas laissé finir, ce n'était pas la peine. Je le connaissais les excuses ce n'était pas son fort et il me connaissait aussi. Malgré mon caractère de merde, je ne savais pas resté en colère contre lui.

Toute cette situation me perturbait grandement. Faire du sexe avec Julian c'était une chose merveilleuse, mais en même temps pour lui ce n'était que de l'amusement. Enfin du moins je l'imaginais, on en avait jamais parlé, mais bon je ne voyais pas comment ça pouvait en être autrement alors qu'il venait de quitter Ophelia après 5 ans de relation. A sa place, je ferais exactement la même chose, m'amuser, coucher avec le plus de monde possible sans me poser de question. Je coucherais avec homme et femme, parfois en même temps. Le truc c'était que je n'étais pas dans sa situation et ça me ferait chier qu'il me raconte ses histoires de coucheries. Putain mais merde, j'en avais marre de me poser autant de question, je pouvais pas juste profiter de faire du sexe avec lui. Puis demain j'irai coucher avec une meuf ça me remettrais les idées en place aussi. Ouais voilà, c'était un bon plan.
Mais pour l'instant le meilleur plan serait quand même de dormir. Je me tournais dans le lit pour aussitôt me retrouver face au visage de Julian. Ouais non en fait c'était une mauvaise idée. Finalement regarder le plafond c'était un bonne chose. J'avais très envie de pousser Julian du lit pour qu'il se réveille et qu'on puisse avoir une conversation intense et profonde sur le sens de la vie. Ou alors faire du sexe. Tout ce qu'il voulait, mais au moins que je ne sois pas la seule à rester éveiller. « rrrfgfdsfdgh » Très bien, très bien. Vu le ronflement qu'il venait de pondre, il devait très bien dormir. Ce qui ne m'empêchais pas de lui donner un coup dans les côtes. Qu'il dorme c'était une chose, mais je n'avais pas envie de supporter ses ronflements. Le seul effet que cela avait eu sur lui, c'était de le faire bouger de position et maintenant je me retrouvais avec une moitié de Julian qui était en train de m'écraser. Okay, là c'était bon, j'avais atteint ma limite. « Putain Julian, même dans ton sommeil tu peux pas t'empêcher de me faire chier » Leslie maintenant elle disait stop. J'aurai pu faire les choses avec délicatesse, j'aurai pu tout simplement me décaler ou me coller un peu plus contre lui, mais de une je n'étais pas délicate et de deux j'avais chaud alors il pouvait se niquer avec sa chaleur corporelle. Il envahissait un peu trop mon espace personnelle le garçon. Alors je prenais son bras que je reposais sur son torse et je le poussais. La seule chose que je n'avais pas prévu par contre, c'était qu'il roulerait un peu trop et tomberais du lit. En temps normal, j'aurai éclater de rire et je me serais foutu de sa gueule. Là, non je pouvais pas, il fallait que je sois innocente. Je m'étais dépêché de lui tourner le dos pour faire croire à mon endormissement profond et telle l'actrice que j'étais, je me retournais doucement, feignant d'avoir était réveillé par tout le boucan qu'il faisait. « Huum tu fais trop de bruit Julian » J'étais une personne trop fourbe, il fallait juste qu'il puisse croire à ma comédie et tout irait bien pour ma personne. Sinon je risquais de m'en prendre plein la gueule.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
ROBERT LOVE
Féminin MESSAGES : 182
INSCRIPTION : 23/02/2017
ÂGE : 22
RÉGION : L'ouest
CRÉDITS : which witch (signa)

UNIVERS FÉTICHE : TOUS ! (Sauf les mangas et les zombies)
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Flash



Julian Grayson
J'ai 28 ans ans et je vis à Charlotte, USA. Dans la vie, je suis coach sportif et je m'en sors bof. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.




Scott Eastwood © Blossom.
Comme pas mal d’humains normalement constitués, je n’aime pas beaucoup quand on me réveille violemment alors que je suis profondément endormi. Malheureusement pour moi, c’est présentement ce que je suis en train de vivre. Et après, les gens se plaignent de mon aigreur quotidienne ! Comment osent-ils !? Pour une raison qui m’est encore inconnue, je me retrouve éjecté de mon propre lit. Mon corps s’écrase contre le sol et, dans le même temps, mon cœur menace de cesser son fonctionnement. Clairement, je n’étais pas prêt. Je me retrouve par terre, nu comme un ver, la face éclatée contre le parquet et très sincèrement, j’ai vu ma vie défilée devant mes yeux. Il me faut plusieurs longues secondes avant que je ne sois en mesure de me rassurer. Tout va bien, je ne suis pas mort. Je crois qu’à part ma lèvre fendue, mon corps est à peu près intact. Pendant ce temps-là, j’entends Leslie se plaindre. Je fais trop de bruit, dit-elle. Mais je la connais, et je sais qu’elle a le sommeil lourd. Certes, je suis loin d’être un poids plume et je pense qu’en effet, ma chute a dû provoquer un bruit monstre. Pourtant, j’ai du mal à la croire innocente. Je veux dire… On parle de Leslie, quand même ! Si l’on s’entend aussi bien, c’est avant tout parce que nous avons exactement le même caractère. Je sais parfaitement que si je l’avais fait tomber du lit, j’aurais joué la même comédie. Donc non, elle n’arrivera pas à me berner aussi facilement. Elle a cependant l’air déterminé. Déterminé à jouer son rôle jusqu’au bout, déterminé à me rendre la vie dure. Très bien. Pour une fois, j’accepte de ne pas riposter avec la même violence. Du moins, je fais semblant d’être parfaitement calme. Je me redresse, non sans ressentir une petite pointe de douleur dans le dos, et récupère mon boxer à même le sol. Je quitte la chambre en faisant le moins de bruit possible pour rejoindre la salle de bain. Là, je m’inspecte sous tous les angles pour vérifier que tout le monde va bien. A part ma pauvre lèvre, personne ne semble avoir trop souffert dans l’accident. Ensuite, je prépare me vengeance en remplissant le verre en plastique contenant les brosses à dent d’eau bien fraîche. Et c’est avec ce même verre rempli que je regagne la chambre, m’installant de mon côté du lit. Leslie est toujours « endormie », elle a les yeux clos et pendant deux secondes, je me surprends à la croire. Juste deux secondes. Parce qu’après, je n’ai aucun scrupule à lui renverser le verre sur la tronche. Son hurlement est immédiat, de même que son bond en-dehors du lit.

Moi, pendant ce temps-là, je repose le verre vide dans le plus grand des calmes et pousse un soupir d’aise. « Leslie, quand même ! Tu pourrais faire un peu moins de bruit ! » Elle l’a cherchée. Elle ne peut même pas se plaindre, parce que je sais qu’elle ne dormait pas vraiment. En revanche, en ce qui me concerne, j’étais parti très loin. Elle aurait pu me tuer ! Littéralement ! Tel le pacha que je suis, je rabats la couette sur mon corps d’Apollon et place mes mains derrière ma tête. Évidemment, je la dévisage avec un grand sourire. Elle ne dit rien, mais son regard parle pour elle. Elle me hait, me méprise et je pense que si elle pouvait me jeter par la fenêtre, elle le ferait sans hésiter. Je remercie l’architecte ayant conçu cet immeuble de ne pas avoir prévu de fenêtre dans ma chambre, au passage. Il m’évite une mort certaine. Tout pendant que je l’observe d’un air malicieux, mon regard glisse malencontreusement sur le reste de son corps entièrement nu. La réalité des choses me frappe de plein fouet : Leslie et moi, on a passé un cap dans notre relation. Et oui, il m’aura fallu tout ce temps pour m’en rendre compte. Comme quoi, ça ne me perturbe pas tant que ça. Pour moi, c’était inévitable. On n’a jamais arrêté de se chercher, de jouer avec le feu. Même lorsque j’étais encore un type bien, fiancé à une femme que je croyais merveilleuse, les allusions sexuelles avec Leslie étaient impossibles à éviter. Comment je me sens maintenant ? Bien. Je crois. J’imagine que je viens officiellement de jeter à la poubelle mes cinq années de relation sérieuses avec Ophelia, et peut-être que je viens officiellement d’accepter sa tromperie. Ou peut-être pas. Je n’en sais rien, en fin de compte. Je suis incapable de définir l’état dans lequel je me sens. Si le fait d’avoir couché avec Leslie veut dire quelque chose sur l’acceptation de ma douloureuse rupture, ou si je suis juste un homme faible pour qui il est difficile de résister lorsqu’une paire de boobs se trouve devant son nez. En attendant, je dois bien admettre qu’en la voyant si peu vêtue, ma seule envie est de recommencer. « Très joli pyjama, par ailleurs. » Que je fais innocemment. Maintenant, c’est quitte ou double. Soit Leslie m’insulte et me castre sur place. Soit elle me dévoile toutes ses faiblesses et accepte les réconciliations un peu plus coquines. Ou alors, elle fait semblant d’accepter les réconciliations un peu plus coquines pour mieux me castrer ensuite. C’est tout-à-fait son genre, on ne va pas se mentir. Donc par précaution, j’attrape son coussin et le place à l’endroit même où se trouve ce qui fait de moi un homme.


 
spread the love
mephobia (noun) : fear of becoming so awesome that the human race can't handle it and everybody dies.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
FloSauvage.Love
Féminin MESSAGES : 24
INSCRIPTION : 24/02/2017
ÂGE : 28
RÉGION : Flo Princesse du Nord
CRÉDITS : cocoe

UNIVERS FÉTICHE : Presque tous **
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Limace



Leslie Sock
J'ai xx ans et je vis à Charlotte, Etats-Unis. Dans la vie, je suis prof de yoga et je m'en sors plutôt bien merci.. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.




avatar © NOM CRÉATEUR
En temps normal j'avais un sommeil facile et surtout un sommeil de plombs. Rien ne pouvais m'empêcher de dormir ou me réveiller. Ce soir tout était déréglé chez moi. Pourtant après la nuit qu'on venait de passer, je devrais être épuiser et dormir, tout comme Julian. Mais non je n'y arrivais pas et l'entendre ronfler ne m'aider pas vraiment. Je savais que je n'aurai jamais du faire ça, ou alors avec un peu plus de délicatesse, mais j'avais dépassé depuis un moment le stade où je pouvais me montrer délicate et mignonne. Là j'avais juste envie de dormir et tant pis pour Julian. Dans l'idée, je voulais juste le pousser pour qu'il arrête de ronfler. Je n'avais absolument pas prévu qu'il tomberai du lit en même temps. Soit j'avais vraiment beaucoup trop de force, soit il avait juste pas eu de chance. En tout cas sa chute était tout sauf délicate. Je me mordais la lèvre pour ne pas rire et après me retourner pour lui demander de faire un peu moins de bruit parce que j'aimerais bien dormir quand même. Je ne savais pas s'il croyait à ma petite comédie, mais en tout cas il ne disait rien et tel un prince il partait cul nul, le boxer à la main dans la salle de bain. Il voulait sûrement vérifier que tout allait bien chez lui et que son pénis n'avait pas eu de séquelles.
C'était pour moi maintenant le moment parfait pour m'endormir. Sans prendre toute la place dans le lit – j'étais sympa quand même – je prenais mes aises, me pelotonner dans la couette. Oui, sans aucune hésitation, je pouvais dire que j'allais m'endormir sans trop de problème. Enfin ça c'était avant que Julian ne revienne de son expédition avec un verre d'eau pour me le foutre dans la gueule. « AAAAAAAAAAA PUTAIN MAIS TES TROP CON. ESPECE DE CONNARD » Oui c'était l'amour vache, mais il m'avait pris en traître en me balançant l'eau et ma réaction avait été la plus naturelle du monde. Poussage de cri et sortage de lit à la vitesse de la lumière. Même Flash n'aurait pas pu être plus rapide que moi sur ce coup. J'avais envie de le tuer. Genre vraiment.

Si le pousser du lit n'avait pas été sympa, ce qu'il avait fait était encore pire « Leslie, quand même ! Tu pourrais faire un peu moins de bruit ! » Je n'avais même pas envie de lui répondre. Mon regard devait parler pour moi, en tout cas je l'espérais parce que je faisais passer toute la rage, la haine dont j'étais capable. Tout en imaginant plusieurs scénarios pour le tuer. Je sentais qu'il était super fier de lui et il s'installait comme un prince dans son lit et évitant soigneusement de prendre le côté trempé par sa faute. Peut-être que je pourrais le tuer avec son coussin ? Mourir d'étouffement ça devait pas être super sympa. Il fallait qu'il souffre un minimum quand même.
Je réfléchissais à tout cela, débout au milieu de sa chambre et toujours à poil. Est ce que je devrais me sentir gênée ? Pas le moins du monde. Ce n'était pas la première fois que Julian me voyais toute nue, par contre c'était la première fois que c'était le cas après avoir couché ensemble. C'était bizarre et en même temps non. Je ne savais pas ce qu'il en était pour Julian, mais en tout cas je vivais très bien la situation et je me sentais pas non plus coupable d'avoir couché avec l'ex de ma meilleure amie. Meilleure amie qui n'était plus d'ailleurs, parce que je ne cautionnais pas la tromperie et parce que dans une bataille où Julian était présent, je choisirais toujours son côté.
Bref, il serait peut-être temps que je me bouge. « Très joli pyjama, par ailleurs. » Je baissé les yeux sur moi. Qu'il dise le contraire m'aurait étonné, je m'approchais du lit pour finalement m'asseoir à côté de lui. « Il est mouillé aussi. Les gouttes coulent entre mes seins » Et il pouvait toujours courir pour les toucher. J'étais toujours en train de chercher le moyen de me venger. Il devait avoir peur des représailles parce que par précaution il posait un coussin sur ses parties intimes. Il était mignon. « Tu peux enlever le coussin, je vais pas te castrer. » Pas aujourd'hui en tout cas. « Aujourd'hui ton pénis à l'immunité diplomatique pour service rendu à Leslie Sock » Je ne dirais pas qu'il avait un pénis magique, mais en tout cas il avait su me combler alors non je ne pouvais pas lui faire du mal, surtout si je voulais qu'on recommence dans un futur proche. « Par contre tu vas pas bouger tes grosses fesses pour me laisser ta place, parce que l'autre côté du lit est trempé par ta faute. » Je n'étais pas assez naïve pour croire qu'il accepterai gentiment de faire ça. On parlait quand même de Julian. A sa place je n'aurai pas non plus céder. Seulement j'étais bien décidé à récupérer sa place. Pour la deuxième fois cette nuit, j'essayais de le bouger. Si tout à l'heure il était un poids mort, ce n'était plus le cas et il mettait toute sa force pour ne pas bouger d'un centimètre malgré tous mes efforts. Je le détestais et m'écroulais sur lui. Peut-être que mes seins contre lui aurait plus d'effet que ma non force. « S'il te plaiiiiiiit. » Je me redressais pour lui adresser mon regard de chat potté le plus convaincant et remarqué qu'il avait un truc à la lèvre. Je posais ma main sous son menton et lui tourner la tête pour mieux voir. « T'as tellement pris ton pied cette nuit que tu t'es mordu la lèvre pour ne pas réveiller tes voisins ? » C'était tout à fait possible après tout.
Revenir en haut Aller en bas
 
 
Kill the lights, shut 'em off, you're electric, devil eyes telling me "come and get it" (ROBERT & Flo)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Born to kill all lives...
» Tell me would you kill to save a life. || Esprit d'Enfant.
» Who is Josh Groban? Kill yourself!
» Kill points
» Shut up and drive — LIBRE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: