Partagez
 
 
 

 Enlèvement [Mikrokosmos]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
 
mikrokosmos
mikrokosmos
Féminin MESSAGES : 2209
INSCRIPTION : 11/02/2017
ÂGE : 26
RÉGION : Poitou-Charentes
CRÉDITS : masayume (avatar); mon ami tumblr (gifs) + moi-même (sign)

UNIVERS FÉTICHE : Réel, fantastique, science-fiction !
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

http://www.letempsdunrp.com/t55-badum-tss#111 http://www.letempsdunrp.com/t3230-j-ai-pas-d-idee-de-titre-lalala http://www.letempsdunrp.com/t250-journal-d-une-princesse http://www.letempsdunrp.com/t61-schyzophrenie-aigue-de-dreamy
Luigi

Enlèvement [Mikrokosmos] - Page 2 Empty


Robyn
Fawkes

J'ai 28 ans et je vis à New York, USA. Dans la vie, je suis interne en médecine chirurgicale et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, mon seul amour c'est mon métier.

Informations supplémentaires ici.


margot robbie - ultraviolences
Elle gardait le dos tourné, fermée à la présence masculine, la blonde préférant de loin regarder le mur face à elle plutôt que de faire à nouveau front à son geôlier. Alors comme ça ce n'était pas lui qui négociait avec son père ? Alors c'était quoi, la brute en charge de la droguer pour l'emmener jusque ici ? Robyn se contenta de hausser un sourcil par réflexe, et senti un poids tomber au niveau de ses jambes, contre le matelas pas bien confortable sur lequel elle était allongée.

Elle répondit à son monologue par le plus parfait des silences, se contentant de songer intérieurement qu'elle avait le droit à du service de kidnapping trois étoiles, entre la douche, le Burger King et le service commande. Une remarque qui aurait presque pu la faire rire si toutefois elle ne se sentait pas drainée de toute énergie. Au lieu de quoi elle ne fit que rouler sur le dos pour se mettre sur son flanc opposé, regardant du coin de l'oeil son sac ouvert, les livres posés à côté, et le brun situé à proximité.

« Si vous n'êtes pas le négociant vous êtes quoi alors, ma baby sitter ? » Un brin de sarcasme dans la voix, elle était certes épuisée, mais n'en perdait pas pour autant sa répartie. « Du coup je dois vous appeler Nanny ? » Elle soupire et se redresse, attrapant son sac pour en inspecter le contenu quasiment intact à l'exception bien entendu de son téléphone portable. « Merci pour les infos. Je suppose. » son pic d'énergie était retombé aussi vite qu'elle s'était redressé, mains crispées autour de son sac à main comme un enfant serrerait un doudou dans ses bras en quête de réconfort. Le sarcasme s'était envolé de sa voix brisée par les larmes qu'elle a laissé échapper plus tôt, et elle ferma les yeux dans un soupir.

« Vous avez dit que je pouvais demander si j'avais des affaires à demander. » Elle parcourut le contenu de son sac pour en sortir un dossier médical assez épais. Il s'agissait du dossier d'un de ses patients, retraçant tout son parcours et toutes les analyses qu'il a du faire en vue de son opération relativement proche. Et Robyn, elle espérait sincèrement être de retour pour son opération... sauf qu'elle n'en avait pas la moindre certitude, et qu'elle ne pouvait pas prendre de risque. Elle tendit alors le dossier à l'homme, levant ses grands yeux bleus vers les siens. « Faites envoyer ça à l'hôpital où je travaille. Libre à vous de le consulter, il n'y a rien de compromettant pour vous. La vie d'un enfant de 9 ans en dépend. » et cette fois, Robyn ne faisait preuve ni de sarcasme, ni d'agressivité. Au contraire, ses iris exprimaient une certaine inquiétude vis à vis de ce garçon qu'elle suivait depuis des mois désormais.



les recherches sans idées fixes de bibi


as long as we got each other, nothing can stop us.
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Mioon
Mioon
Féminin MESSAGES : 443
INSCRIPTION : 27/12/2018
ÂGE : 32
CRÉDITS : Elairin Art

UNIVERS FÉTICHE : SF - Star Wars - Dark Angel - Lovecraft - Dick - Matheson - Ténébreuse - Fantastique - Manga - SnK - TerraFormars - Etc ...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

http://www.letempsdunrp.com/t2646-mioon#56791 http://www.letempsdunrp.com/t2647-un-bon-paquet-d-idees#56801 http://www.letempsdunrp.com/t2698-repertoire-de-mioon
Pigeon

Enlèvement [Mikrokosmos] - Page 2 Empty


Konrad
Mayer

J'ai 35 ans et je vis à New York, USA. Dans la vie, je suis mercenaire et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.


Rudolf Martin :copyright: Mioon
Konrad était-il sa baby-sitter ?

À cette remarque, son visage perdit enfin son air neutre pour afficher un léger sourire amusé, et ce même s'il ne tarda pas à redevenir aussi lisse et froid qu'auparavant. Mais à son corps défendant, le mot lui avait aussitôt fait penser à ce film où un homme se déguisait en vieille femme pour servir de nounou à des enfants … Mary Poppins peut-être ? Ou alors il confondait avec autre chose ? De toutes façons, il n'avait jamais été un adepte du cinéma, mais l'idée l'amusait quand même. D'autant plus qu'il valait mieux que Robyn prît la chose sous cet aspect, ce serait toujours plus positif pour elle que de le considérer comme un geôlier ou un tortionnaire.

Mais si l'idée de se travestir en petite vieille l'avait un instant déridé, il ne fit toutefois absolument pas part du contenu de ses pensées à la jeune femme. Trop réservé qu'il était. Trop timide presque, même si ça pouvait paraître paradoxal vu qu'il l'avait enlevée.

Mais quoi qu'il en fût, il accueillit le remerciement de sa captive d'un signe de tête, et lorsqu'elle sembla hésiter un instant à lui demander quelque chose, ce fut un « Je t'écoute » qui sortit de sa bouche pour l'inciter à parler. Sa main récupérant bientôt un épais dossier où un nom, un prénom et une date de naissance avaient été écrits en feutre bleu foncé sur le kraft brun.

« Je le déposerai moi-même tout à l'heure, est-ce qu'il faut l'adresser à un service en particulier ? »

Puisqu'ils étaient trois, ils iraient donc chercher à manger à tour de rôle, et Konrad avait d'ors et déjà prévu de se rendre en ville dans quelques heures. Effectuer un crochet par l’hôpital ne lui posait donc aucun soucis, d'autant plus que laisser le dossier à un des accueils de l'établissement ou dans une des boites aux lettres ne représentait pas non plus un danger immense. En tout cas pour l'instant, tant que Diego était encore en pleine négociation et que la police ne devait donc pas être au courant. À moins que le père Fawkes n'ait averti les autorités ? Difficile d'en être sûr pour l'instant, mais même si c'était le cas, Mayer se savait assez discret pour déposer le dossier sans se faire remarquer.

« Tu devrais dormir maintenant, ça te fera du bien. Sissi sera à côté si tu as besoin de quelque chose en mon absence. »

Pour des raisons de sécurité, Robyn ne serait bien évidemment jamais seule, et après lui avoir laissé quelques secondes pour voir si elle avait encore quelque chose à lui dire, Konrad quitta finalement la chambre dont il verrouilla la porte. Se retrouvant dans le salon vide pour l'heure, puisque le ''couple'' semblait être partit pendant qu'il parlait avec leur otage. Il allait donc pouvoir se reposer lui aussi, et ce fut sans ménagement qu'il retira ses pompes avant de s'allonger dans le canapé pour dormir cinq heures. Se réveillant sitôt qu'il entendit Sissi arriver, et allant directement se doucher sans même écouter les ragots qu'elle débitait déjà. Un café plus tard, et il était prêt à partir en ville, récupérant le dossier sous la suspicion de la blonde.

« C'est quoi ça ?

- Un dossier qu'elle avait dans son sac et qu'elle veut que je dépose à l'hôpital.

- Tu lui sers de coursier ? C'est chou ça ! »  

Le ton de la demoiselle était mi-sarcastique mi-amusé, et Mayer ne préféra pas relever tandis qu'il glissa le dossier dans son sac à dos.

« Je reviens dans une bonne heure. Tu sais si Diego s'est entendu avec son père?

- Pour le moment, le mec fait grave chié ! Il va nous retrouver, nous torturer, nous tuer … et blablabla … et blablabla … jt'épargne les détails mais j'ai pas l'impression qu'il nous prenne bien au sérieux ce débile, alors va pt'être falloir secouer sa gamine pour qu'il bouge.

- Hmm … on en reparlera tout à l'heure si les choses ne sont toujours pas débloquées d'ici là.

- Bonne balade ! »

Et sans plus s'inquiéter de quoi que ce fût, Sissi alluma de nouveau la télé avant de s'échouer dans son fauteuil, et Konrad quitta les lieux pour retrouver son 4x4 qui était garé derrière le bâtiment. Direction l'hôpital en premier lieu, où il profita d'une foule dense aux seins des urgences pour laisser le dossier de Robyn à l'accueil dans la plus grande discrétion, puis il remonta en voiture afin d'effectuer ce qu'il avait à faire …

Et une bonne demi-heure après le départ de Mayer, ce fût Diego qui se pointa en pétard, et il se planta aussitôt entre sa compagne et le téléviseur pour s'assurer de toute son attention.

« Konrad ?

- En ville.

- La gosse ?

- Ben à côté … sérieux, tu veux qu'elle soit où ?!

- Parfait ! J'vais le décider moi son père, et ça va pas prendre trois plombes ! »

Une déclaration qui ne provoqua d'ailleurs absolument aucune réaction chez la blonde, mais son couple préféré était en train de s'engueuler dans la télé-réalité qu'elle matait depuis tout à l'heure, aussi avait-elle ses priorités !

Et de son côté, Diego ouvrit la porte de la chambre à la volée, et il s'approcha aussitôt de Robyn afin de l'attraper par le col et de lui flanquer une gifle à lui en arracher la tête.

« Ton père a l'air de s'en foutre totalement de toi, mais j'vais l'aider à se sentir concerné ! »

Et aussitôt, ce fût une seconde gifle qu'il asséna à la demoiselle, puis une troisième, puis une quatrième … bientôt accompagnées de coups de poing précis, et dix minutes plus tard, il s’arrêta enfin pour venir récupérer son téléphone dans la poche arrière de son jean, et il pianota quelques instants avant de prendre plusieurs clichés d'une Robyn en pleurs et manifestement battue.

Puis sans un mot, il sortit de la pièce dont il claqua la porte à nouveau, et ce fût sans parler davantage à Sissi qu'il s'en alla …

Un quart d'heure plus tard, ce fût cette fois-ci Konrad qui arriva – toujours sous le même désintérêt de la blonde dont le cul semblait avoir fusionné avec le fauteuil tant elle ne l'avait pas quitté – et il déposa deux boites de pizza sur la table basse, avant de se rendre dans la chambre … pour se figer sur le seuil. Ses poings se serrant de rage en constatant l'état de sa captive.

« Putain Sissi, il s'est passé quoi ?! »

Première fois que l'homme haussait le ton, première fois qu'il semblait sur le point de perdre son calme, et la blonde qui haussa les épaules pour seule réponse, ça n'allait pas le calmer non plus. La pauvre porte fut donc claquée encore une fois, et il laissa tomber un sac près du lit avant de farfouiller dedans pour en extraire une serviette qu'il alla tremper d'eau froide au lavabo, avant de s'approcher doucement de Robyn pour nettoyer son visage blessé.


"Une nouvelle terreur a émergé de la mort, une nouvelle superstition a conquis la forteresse inexpugnable de l'éternité.
Je suis une légende."

R. Matheson
Revenir en haut Aller en bas
 
mikrokosmos
mikrokosmos
Féminin MESSAGES : 2209
INSCRIPTION : 11/02/2017
ÂGE : 26
RÉGION : Poitou-Charentes
CRÉDITS : masayume (avatar); mon ami tumblr (gifs) + moi-même (sign)

UNIVERS FÉTICHE : Réel, fantastique, science-fiction !
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

http://www.letempsdunrp.com/t55-badum-tss#111 http://www.letempsdunrp.com/t3230-j-ai-pas-d-idee-de-titre-lalala http://www.letempsdunrp.com/t250-journal-d-une-princesse http://www.letempsdunrp.com/t61-schyzophrenie-aigue-de-dreamy
Luigi

Enlèvement [Mikrokosmos] - Page 2 Empty


Robyn
Fawkes

J'ai 28 ans et je vis à New York, USA. Dans la vie, je suis interne en médecine chirurgicale et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, mon seul amour c'est mon métier.

Informations supplémentaires ici.


margot robbie - ultraviolences
Elle ne savait pas trop à quoi s'attendre, Robyn, sans trop savoir jauger l'honnêteté de son geôlier lorsque celui-ci disait être disposé à répondre à ses requêtes. Elle ne cachait même pas son hostilité lorsque, du bout des doigts, elle tendit le dossier médical au brun qui le prit, en parcourant brièvement la couverture du regard. Et il acceptait, si bien que la blonde se retint presque de placer un "pour de vrai?" qui aurait pu le faire changer d'avis. Robyn, elle a toujours eu du mal à analyser le comportement des gens, à prévoir ce dont ils sont capables. Alors elle se contente de hausser les épaules.

« Le service oncologie. Ils sauront quoi en faire. »

Tout ce qui comptait pour la jeune interne, c'était que son "absence" ne provoque pas le moindre problème avec les patients dont elle traitait les dossiers. Surtout celui-là. Elle lui avait parlé souvent, à ce gamin. Parfois jusqu'à ce qu'il réussisse à s'endormir, lors de ses longues nuits de garde. Parfois quand il rechignait à partir en soins. Elle soupira, se tournant à nouveau lorsqu'il lui conseilla de dormir un peu. Une vraie baby sitter. Et sans un mot, elle se contenta d'attendre le bruit significatif de ses pas qui s'éloignent et de la porte qui se ferme à nouveau, pour remonter la couverture sur ses épaules gelées, et tenter de fermer les yeux, ne parvenant pas à s'endormir avant deux bonnes heures.

******

Elle dormait depuis quatre heures environs lorsque un bruit sourd la tira de son sommeil, si bien qu'elle s'en redressait brusquement dans le lit. Le latino était là, peut-être avait-il pris le relai sur l'autre homme, mais de toute évidence, il semblait bien moins calme que ce dernier puisqu'il se dirigeait droit vers la jeune femme, l'attrapant par son col jusqu'à le faire craquer pour la soulever. Poids plume, tenter de résister était inutile, et par réflexe, Robyn tenta de le repousser en poussant sur ses bras. En vain. D'une simple gifle, il la fit retomber sur le lit dans un gémissement de douleur, sonnée par la violence de l'impact.

« Ton père a l'air de s'en foutre totalement de toi, mais j'vais l'aider à se sentir concerné ! »

Entendre que son père ne réagit pas plus que ça à son enlèvement, c'est déjà assez douloureux comme ça. Mais la jeune chirurgienne en devenir n'eut pas le temps de digérer l'information, puisque une seconde gifle vint la clouer sur le matelas à nouveau, aussitôt qu'elle fut redressée. Et cette fois, Robyn, elle ne se redresse pas. Au contraire, ce sont ses mains qu'elle dresse devant elle désespérément, sans parvenir à arrêter les coups qui deviennent de plus en plus violents au point d'en chuter jusqu'au sol. Prostrée. Une éternité de coups, et lorsque enfin, ça s'arrêtait, Robyn, elle n'avait même plus la force de bouger, se contentant de sangloter en silence et de laisser l'homme prendre ses photos avant de sortir.

Elle n'avait plus la notion du temps, Robyn, à mi-chemin entre un état éveillé et inconscient, mais le bruit de la porte fut suffisant à la faire tressaillir et se recroqueviller, sans toutefois être capable d'ouvrir les yeux. Son visage était gonflé, tuméfié, ses membres engourdis, et elle avait probablement des hématomes jusqu'aux bras. Elle reconnut vaguement la voix de l'autre homme, mais ne prit pleinement conscience de sa présence qu'au contact froid de la serviette contre sa lèvre enflée.

« ...teur.. »

Elle peine à ouvrir un de ses yeux bleus pour le regarder, trembler à la nouvelle pression du tissu sur son visage.

« ..Menteur.. »

Il lui avait dit que si elle ne faisait pas de vague, si elle ne tentait rien, ils ne lui feraient pas de mal. Menteur. Une larme, une seule roula sur sa joue pour s'écraser sur le sol, et sans un mot de plus, elle s'évanouit cette fois-ci pour de bon. Elle avait besoin d'oublier la douleur. Juste un peu.



les recherches sans idées fixes de bibi


as long as we got each other, nothing can stop us.
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Mioon
Mioon
Féminin MESSAGES : 443
INSCRIPTION : 27/12/2018
ÂGE : 32
CRÉDITS : Elairin Art

UNIVERS FÉTICHE : SF - Star Wars - Dark Angel - Lovecraft - Dick - Matheson - Ténébreuse - Fantastique - Manga - SnK - TerraFormars - Etc ...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

http://www.letempsdunrp.com/t2646-mioon#56791 http://www.letempsdunrp.com/t2647-un-bon-paquet-d-idees#56801 http://www.letempsdunrp.com/t2698-repertoire-de-mioon
Pigeon

Enlèvement [Mikrokosmos] - Page 2 Empty


Konrad
Mayer

J'ai 35 ans et je vis à New York, USA. Dans la vie, je suis mercenaire et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.


Rudolf Martin :copyright: Mioon
Si Konrad affichait toujours son éternel air calme, à l'intérieur, il se sentait bouillonner ! Mercenaire se vendant au plus offrant depuis bien des années déjà, il n'avait pas forcément beaucoup de règles ni beaucoup de moralité, mais il avait toutefois des limites qu'il fixait toujours très strictement, et ça le mettait véritablement en rage de voir que Diego avait profité de son absence pour les faire voler en éclat. Aucune agression sur un otage, jamais ! C'était pourtant là une règle extrêmement simple, règle que le latino connaissait aussi bien que Sissi, et pourtant il avait cogné sur Robyn sans que ça ne le choquât. Sans que la blonde ne réagît non plus d'ailleurs. Autant dire que le couple allait l'entendre gueuler sur ce coup-là, et ce fut avec douceur qu'il récupéra le corps de la demoiselle pour la soulever délicatement puis la reposer sur le lit. Vérifiant rapidement qu'elle n'avait aucune blessure sérieuse, avant de continuer à nettoyer son visage blessé. Ses bras et ses mains également. Elle avait manifestement tenté de se protéger des coups, et il lui semblait que certains de ses doigts étaient gonflés …


****


Lorsque Robyn se réveilla, quelques trois heures plus tard, Konrad était assis sur une chaise qui se trouvait contre le mur – assez loin du lit pour ne pas l'inquiéter – et il lisait tranquillement un bouquin sans un mot. Sur la table, le sachet du Burger King avait été décalé, et une pile de vêtements neufs trônaient là, tandis que la demoiselle pourrait se rendre compte qu'une couverture supplémentaire avait été rajoutée sur son lit. Manifestement, son geôlier avait fait quelques courses pour elle, et lorsqu'il capta ses mouvements du coin de l’œil, il referma aussitôt son livre. Inutile de marquer la page, il saurait très bien la retrouver plus tard. Puis, avec lenteur, pour ne pas l'affoler, il se leva et se rapprocha.

« Tu devrais avaler ça, ça calmera les douleurs. »

Dans sa main droite, deux cachets d'anti-douleurs toujours scellés dans leur emballage aluminium. Dans sa main gauche, une bouteille d'eau fermée. Il lui tendit d'ailleurs les deux, attendant patiemment qu'elle les prît.

« Je t'ai examiné et je n'ai rien décelé de grave, mais tu es sans doute plus calée que moi sur le sujet, alors n'hésite pas si tu sens que quelque chose ne va pas. Certains de tes doigts me semblent gonflés, mais je n'ai pas osé toucher des fois qu'ils soient cassés. »

Lorsqu'il était question de se soigner tout seul, Konrad faisait preuve d'un lamentable manque de délicatesse, aussi préférait-il laisser à Robyn le soin de s’ausculter elle-même. Et d'ailleurs si elle levait effectivement les yeux sur lui, elle pourrait constater que sa main droite était bandée.

« Par ailleurs, Diego ne te touchera plus, je peux te le garantir. Et vu le monde qu'il y a actuellement aux urgences, tu peux être sûre qu'il en a pour plusieurs heures. »

Sitôt le latino de retour, Mayer lui avait purement et simplement collé son poing dans la tronche ! Un coup unique mais qui lui avait très certainement pété le nez vu le craquement des os qui avait retentit, mais jouer aux cons impliquait souvent d'en payer le prix. Surtout avec Konrad. Konrad qui avait d'ailleurs reçu un sms de Sissi un bon quart d'heure auparavant, pour le prévenir que les urgences étaient blindées et qu'ils ne seraient sûrement pas de retour avant plusieurs heures.


"Une nouvelle terreur a émergé de la mort, une nouvelle superstition a conquis la forteresse inexpugnable de l'éternité.
Je suis une légende."

R. Matheson
Revenir en haut Aller en bas
 
mikrokosmos
mikrokosmos
Féminin MESSAGES : 2209
INSCRIPTION : 11/02/2017
ÂGE : 26
RÉGION : Poitou-Charentes
CRÉDITS : masayume (avatar); mon ami tumblr (gifs) + moi-même (sign)

UNIVERS FÉTICHE : Réel, fantastique, science-fiction !
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

http://www.letempsdunrp.com/t55-badum-tss#111 http://www.letempsdunrp.com/t3230-j-ai-pas-d-idee-de-titre-lalala http://www.letempsdunrp.com/t250-journal-d-une-princesse http://www.letempsdunrp.com/t61-schyzophrenie-aigue-de-dreamy
Luigi

Enlèvement [Mikrokosmos] - Page 2 Empty


Robyn
Fawkes

J'ai 28 ans et je vis à New York, USA. Dans la vie, je suis interne en médecine chirurgicale et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, mon seul amour c'est mon métier.

Informations supplémentaires ici.


margot robbie - ultraviolences
Chacun de ses membres lui semblait être endolori. Robyn, elle n'avait pas encore ouvert les yeux que déjà, son corps se recroquevillait par réflexe, comme pour craindre de nouveaux coups. Elle n'a jamais été le genre de femme à craindre une présence masculine, quelle qu'elle soit, jamais du genre à trembler devant les gros durs qui se pointaient parfois par exemple à l'hôpital. Peut-être était-ce de l'insouciance, de la naïveté. Il parait qu'on ne craint pas réellement quelque chose tant qu'on ne l'a pas expérimenté.

Pourtant, rien ne vint, et lorsque la blonde se risque à ouvrir un œil, la silhouette à l'autre bout de la pièce ne semble pas être celle de son bourreau. Combien de temps a-t-elle dormi ? Ses articulations lui faisaient un mal de chien, même alors qu'elle tendait simplement la main pour dégager son corps des couvertures. Elle nota d'ailleurs au passage qu'une couverture avait été ajoutée. Par lui ? Du coin de l’œil, elle remarqua qu'il se redressait pour revenir dans sa direction. Et bien qu'hostile, la jeune femme n'effectua pas de mouvement de recul. S'il avait voulu agir comme l'autre idiot, il n'aurait pas nettoyé ses plaies. A moins qu'elle ne l'aie rêvé ?

Finalement, il lui tendit deux cachets qu'elle reconnut assez rapidement, qu'elle saisit soigneusement avec la bouteille d'eau. Tout en ouvrant la bouteille, elle vérifia l'état de ses doigts.

« Ils ne le sont pas. »

Autrement, elle le saurait. Ils lui faisaient mal, bien entendu, mais s'ils étaient cassés, elle n'aurait pas été capable de retirer ne serait-ce qu'un bouchon sur une bouteille. Elle y parvint pourtant, quoique laborieusement. Elle allait avoir besoin de repos. Assez ironiquement, elle songea au fait qu'elle aurait tout le temps de se reposer ici, à défaut de pouvoir faire quoique ce soit d'autre. Après avoir avalé les deux comprimés, les iris de Robyn se posèrent sur le poing bandé du brun. Ses paroles ne firent que confirmer ce qu'elle avait déjà deviné. Ce genre de blessure, elle en avait déjà vu, maintes fois à l'hôpital. Délinquants des rues, maris violents, ou des hommes qui se sont simplement laissé emporter...

« Faites moi voir. »

Elle se redresse finalement pour basculer ses jambes sur le rebord du lit et s'y asseoir, et indiquer à l'homme de s'asseoir sur la chaise la plus proche du lit, face à elle. Sans un mot, elle tendit ses mains en direction du bras droit de celui qu'elle s'était plu à appeler sa baby sitter encore quelques heures plus tôt. Conscience professionnelle ou étrange gratitude pour l'avoir "vengée" des coups du latino -qui apparemment s'appelle Diego- elle saisit doucement la main bandée du mercenaire, pour l'inspecter. A l'oeil nu elle ne pouvait pas bien faire de diagnostic.

« Vous devriez faire une radio, vous aussi. Ça peut-être difficile de distinguer une entorse d'une fracture, mais le deuxième cas vous demandera plus de soins. »

Elle prononçait ces mots sans quitter sa main des yeux, avant de finalement faire glisser ses doigts hors de son épiderme, ses deux mains couvertes d'hématomes venant retomber doucement sur ses genoux.

« Merci. »

Elle ne relevait pas les yeux, Robyn. N'explicitait pas d'avantage ce pourquoi elle le remerciait. L'avoir plus ou moins défendue, avoir pansé ses blessures, être moins con que l'autre, elle n'en savait rien. Et sans un mot, elle se redressait, vacillant sur ses deux jambes jusqu'à ce qu'elle se stabilise d'une main appuyée contre l'épaule de l'homme, dont elle se détache assez rapidement, sur la réserve. Doucement, elle se dirige alors vers la table où une pile de vêtements semble avoir fait son apparition. Elle les inspectait soigneusement, assez surprise de constater qu'il s'agissait de vêtements neufs.

« Vous savez... , qu'elle commençait à voix basse tout en relâchant un pull pour le replier correctement, vous avez dit leurs prénoms, ou pseudonymes, que sais-je, aux deux autres. »

Enfin, elle relâche les vêtements et tourne les yeux dans sa direction, une expression neutre et indéchiffrable dans ses grands yeux bleus. Peut-être un brin de curiosité.

« ... mais pas le votre. »


les recherches sans idées fixes de bibi


as long as we got each other, nothing can stop us.
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Mioon
Mioon
Féminin MESSAGES : 443
INSCRIPTION : 27/12/2018
ÂGE : 32
CRÉDITS : Elairin Art

UNIVERS FÉTICHE : SF - Star Wars - Dark Angel - Lovecraft - Dick - Matheson - Ténébreuse - Fantastique - Manga - SnK - TerraFormars - Etc ...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

http://www.letempsdunrp.com/t2646-mioon#56791 http://www.letempsdunrp.com/t2647-un-bon-paquet-d-idees#56801 http://www.letempsdunrp.com/t2698-repertoire-de-mioon
Pigeon

Enlèvement [Mikrokosmos] - Page 2 Empty


Konrad
Mayer

J'ai 35 ans et je vis à New York, USA. Dans la vie, je suis mercenaire et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.


Rudolf Martin :copyright: Mioon
Après l'agression dont elle avait été victime quelques heures plus tôt, Konrad avait craint que le réveil de Robyn ne fût plutôt brutal, oscillant entre de la peur ou de la défiance agressive. Mais manifestement, la jeune femme semblait demeurer calme, et Mayer se sentit soulagé de ne pas avoir à lui imposer de prendre ces anti-douleurs. En dépit de son métier plus que particulier, il n'avait jamais apprécié de devoir violenter les gens – d'autant plus les femmes – et ce même si certains otages avaient quelque fois des comportements qu'il devait casser lui-même pour s'assurer de leur sécurité. Enfermés, certains prisonniers pouvaient devenir de véritables bombes à retardement – pour eux-mêmes comme pour les autres – et Konrad avait toujours considéré qu'il s'agissait là de son devoir que de les protéger. Même d'eux-mêmes s'il le fallait. Une extrémité vers laquelle Robyn ne semblait pas vouloir se diriger, aussi était-ce rassurant. De même qu'il était rassurant de s'entendre confirmer qu'elle n'avait rien de cassé.

Mais lorsque la demoiselle posa ses yeux sur sa main blessée et demanda à pouvoir l’ausculter, l'homme se tendit aussitôt. Sur la réserve. Presque méfiant. Pas vis-à-vis d'elle d'ailleurs, mais plutôt vis-à-vis de … rhaa, Konrad n'avait jamais apprécié le contact physique outre mesure. D'autant plus avec des gens qu'il avait lui-même enlevé. Pas qu'il redoutât quelque chose d'ailleurs, mais simplement n'aimait-il pas vraiment. S'il ne s'était pas transformé en mercenaire en quittant l'armée, il serait sûrement devenu journaliste, du genre de ceux qui font leurs enquêtes en solo et ne côtoient l'extérieur que le strict nécessaire …

Mais néanmoins, la demande de Robyn était tout ce qu'il y avait de plus innocent – en apparence tout du moins – et ce fut donc de mauvaise grâce que Mayer se rapprocha pour s'asseoir sur la chaise. Tendant sa main et tressaillant lorsqu'il sentit ces doigts palper chaque centimètres de sa peau à la recherche d'une quelconque blessure. Le tout dans des gestes aussi assurés que délicats, preuve que la demoiselle ferait sans doute un très bon médecin.

« J'irais quand tout ça sera fini, je ne peux pas te laisser toute seule. »

Il ne pouvait pas la laisser avec Diego, il avait des doutes concernant Sissi puisqu'il ignorait si elle était capable de s'opposer au latino, et il ne pouvait clairement pas la laisser toute seule non plus. Avant … avant, il lui arrivait de laisser ses prisonniers seuls quelques heures. Mais depuis Melissa, il ne l'avait plus jamais fait. Pas après ce qui s'était passé …

Et lorsque Robyn lâcha sa main, ce fut avec une certaine gaucherie qu'il se recula, ses ourlées se relevant en un mince sourire lorsque le remercia. Sans doute pour l'avoir vengée avant de soigner ses plaies. Mais après tout, il était responsable d'elle, et il n'avait pas mentit en lui affirmant qu'elle rentrerait chez elle saine et sauve lorsque son père aurait obéi.

Mais au moment où la blonde se relevait, son équilibre se révéla plutôt chancelant, et il ne fallut qu'une fraction de seconde à Mayer pour venir l'attraper par la taille afin de la retenir. Retirant ses mains sitôt qu'il sentit la sienne sur son épaule. Inutile de la tenir, inutile de prolonger un contact aussi particulier. Pour lui comme pour elle. La dernière chose qu'il souhaitait, c'était qu'elle pût le prendre pour un pervers …

« Tu n'avais aucune affaire, alors j'ai été te chercher quelques vêtements, quelques serviettes éponges et une couverture supplémentaire. Il fait souvent frais et humide ici. »

Un autre que lui aurait sûrement laissé la blonde vivre dans sa crasse sans s'en soucier, mais pas Konrad. À ses yeux, ses otages n'étaient finalement que des victimes innocentes, et il entendait donc les traiter décemment pour que ce séjour forcé fût le moins pénible possible.

Quant à leurs noms … ils avaient tous les trois un casier judiciaire, et ils étaient tous les trois recherchés pour diverses infractions, alors se voir coller un enlèvement de plus sur le dos, ce n'était guère qu'un détail.

« Konrad … »

Konrad, ce nom étrange et assez rare aux USA, preuve de sa double-nationalité allemande de part son père. Un père qu'il n'avait d'ailleurs jamais connu, de même qu'il n'avait jamais mis un pied en Allemagne, mais changer son prénom ne lui avait même jamais effleuré l'esprit.

« Je sais que cette situation doit être très pénible pour toi, mais rassure-toi : tu ressortiras réellement vivante d'ici. Très bientôt aussi, vu que les dernières photos que Diego a envoyé à ton père l'ont apparemment bien choqué. Dans quelques jours, tu pourras retrouver ta famille, ton travail et toutes tes petites habitudes … ce n'est vraiment qu'une question de jours. »

Konrad n'avait jamais tué un de ses prisonniers, jamais. Et Melissa était de toutes façons un cas à part …

« En entendant, tu n'as pratiquement rien mangé depuis que tu es ici, alors tu devrais faire un effort. Je peux te réchauffer ton Burger King si tu veux, ou alors de la pizza ? Après tout si je suis ton baby-sitter, je dois m'assurer que tu manges … ça marcherait peut-être mieux si je te promettais de regarder la télé en même temps ? »

Une plaisanterie, oui, Konrad était effectivement capable de lâcher une plaisanterie de temps à autre. Et il était même capable de sourire légèrement en la débitant.


"Une nouvelle terreur a émergé de la mort, une nouvelle superstition a conquis la forteresse inexpugnable de l'éternité.
Je suis une légende."

R. Matheson
Revenir en haut Aller en bas
 
mikrokosmos
mikrokosmos
Féminin MESSAGES : 2209
INSCRIPTION : 11/02/2017
ÂGE : 26
RÉGION : Poitou-Charentes
CRÉDITS : masayume (avatar); mon ami tumblr (gifs) + moi-même (sign)

UNIVERS FÉTICHE : Réel, fantastique, science-fiction !
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

http://www.letempsdunrp.com/t55-badum-tss#111 http://www.letempsdunrp.com/t3230-j-ai-pas-d-idee-de-titre-lalala http://www.letempsdunrp.com/t250-journal-d-une-princesse http://www.letempsdunrp.com/t61-schyzophrenie-aigue-de-dreamy
Luigi

Enlèvement [Mikrokosmos] - Page 2 Empty


Robyn
Fawkes

J'ai 28 ans et je vis à New York, USA. Dans la vie, je suis interne en médecine chirurgicale et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, mon seul amour c'est mon métier.

Informations supplémentaires ici.


margot robbie - ultraviolences
Son instinct de médecin prendrait toujours le dessus. Robyn, elle a toujours eu cette vocation d'aider les autres, et déjà petite fille, elle avait cette habitude de venir panser les blessures de ses copains à l'école. Des hommes mauvais, à l'hôpital, elle en avait soigné également. Considérait chaque vie comme valant le coup d'être sauvée. Et quand bien même les circonstances auraient pu la rendre foncièrement mauvaise, qu'elle aurait pu laisser cet homme qui l'a enlevée et enfermée ici avec une main en proie à d'éventuelles séquelles médicales, elle n'en était pas capable. D'autant plus qu'il avait pris sa défense, n'hésitant pas à frapper son complice en représailles des coups qu'elle a pu recevoir...

Elle se contenta alors de hocher la tête de haut en bas, lorsqu'il répondit qu'il ne pouvait pas la laisser seule. Et au fond, elle était rassurée à l'idée de l'avoir dans les environs pour éviter un retour de flamme de la part de Diego. Robyn était capable de voir que si cet homme n'était pas un saint, il ne tolérait toutefois pas la violence gratuite. Et donc, qu'il ne la laisserait pas à nouveau se faire violenter de la sorte.

Décidant de rompre cette proximité plus ou moins malaisante pour l'un comme pour l'autre, la blonde se redressa, vacillant toutefois pendant un bref instant. Les coups qu'elle a pu recevoir l'ont pas mal amochée, et même les longues heures de repos qu'elle a pu s'accorder sous la surveillance du brun ne pouvaient pas la remettre entièrement d'aplomb. Il eut le réflexe de la rattraper, mais également la courtoisie de relâcher sa taille dès lors qu'elle fut stable. Couvant du regard les diverses affaires qu'il a récupéré pour elle, elle hocha doucement la tête tout en écoutant ses paroles.

« Je vois. Merci. »

Elle savait reconnaître l'effort compte tenu de la situation. Et si elle sortait d'ici et qu'ils se faisaient prendre, elle ne manquerait pas de tenir compte du professionnalisme de l'homme. Et de la violence du latino, accessoirement. Elle s'enquit par ailleurs du prénom du brun, sans toutefois réellement s'attendre à une réponse. Après tout, elle connaissait bien les prénoms des deux autres, alors pourquoi pas lui ? Et finalement, après quelques secondes de silence, il répondit.

« Konrad. »

Le prénom qu'elle répète, regard tourné dans sa direction, tête penchée sur le côté comme un animal curieux.

« Des origines germaniques ? »

Elle était sincèrement curieuse, Robyn. Intriguée par cet homme qui semblait bien différent de ses complices. Plus calme. Plus professionnel. Et plus attentionné envers ses victimes. Chose qu'il confirma lorsqu'il reprit la parole, tandis que de son côté, la jeune femme retourna s'asseoir sur son lit. Il lui assurait qu'elle sortirait saine et sauve de cet endroit, et Robyn... elle avait envie d'y croire. De croire que tant que lui serait là et pas seulement les deux autres, elle avait une chance.

« Mon père est un homme compliqué. »

Simple constat de l'étudiante, qui se doutait que son père ne leur ferait pas la moindre fleur dans leurs négociations, peu importe ce dont ils avaient besoin de lui. Elle ne s'étendit cependant pas sur le sujet, laissant la conversation dévier sur le fait qu'elle ne s'était toujours pas alimenté depuis son arrivée ici. Il parvint même à lui arracher un sourire lorsqu'il usa du surnom qu'elle lui avait donné plus tôt, bientôt suivi d'une grimace provoquée par la douleur au niveau de sa lèvre écorchée et enflée par les coups de Diego.

« Le Burger King, ça ira. »

Elle n'avait toujours pas spécialement faim, mais qui sait, peut-être que ça viendrait une fois le sandwich sous ses yeux. Et Robyn, quand elle lève les yeux vers Konrad, elle est surprise de le voir sourire. Surprise, aussi, de lui sourire en retour, quoique faiblement pour éviter de nouveaux tiraillements au niveau de sa lèvre inférieure.

*****

Et ce fut le cas. Installée à table, Robyn, elle venait de manger la moitié de son sachet d'onion rings et tenait la paille de sa boisson entre ses lèvres, lorsqu'elle jeta un nouveau regard en direction de Konrad.

« Tout à l'heure vous avez dit qu'il faisait souvent frais et humide ici.. ça fait longtemps ? »

Et elle laisse couler un silence, avant de préciser, tout en relâchant délicatement la paille entre ses lèvres:

« ... que vous faites ça. »

Et qu'est-ce qu'il faisait exactement, d'ailleurs ? Est-ce qu'il ne servait que de gros bras, ou est-ce qu'il faisait partie du groupe des négociants qui attendaient quelque chose de son paternel ?



les recherches sans idées fixes de bibi


as long as we got each other, nothing can stop us.
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Mioon
Mioon
Féminin MESSAGES : 443
INSCRIPTION : 27/12/2018
ÂGE : 32
CRÉDITS : Elairin Art

UNIVERS FÉTICHE : SF - Star Wars - Dark Angel - Lovecraft - Dick - Matheson - Ténébreuse - Fantastique - Manga - SnK - TerraFormars - Etc ...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

http://www.letempsdunrp.com/t2646-mioon#56791 http://www.letempsdunrp.com/t2647-un-bon-paquet-d-idees#56801 http://www.letempsdunrp.com/t2698-repertoire-de-mioon
Pigeon

Enlèvement [Mikrokosmos] - Page 2 Empty


Konrad
Mayer

J'ai 35 ans et je vis à New York, USA. Dans la vie, je suis mercenaire et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.


Rudolf Martin :copyright: Mioon
À l'entente du prénom de son ravisseur, la jeune femme sembla bientôt curieuse des origines que Konrad pouvait bien posséder, et ce dernier hocha positivement la tête face à la question.

« Mon père était allemand. »

Un père absent, qu'il n'avait même jamais rencontré de sa vie, mais dont il connaissait pourtant quelques informations via sa mère qui ne lui avait jamais rien caché à ce sujet. Elle l'avait ainsi rencontré en Allemagne à l'occasion d'un séminaire qui avait duré près de deux semaine, il lui avait payé un verre, ils avaient discuté longuement en se draguant avec assez peu de subtilité, puis ils avaient couché ensemble. Avant de partager la même chambre jusqu'à la fin du séminaire. De retour sur le sol américain, sa mère ne savait d'ailleurs même pas qu'elle était enceinte, mais lorsqu'elle l'avait compris, son Don Juan était devenu absolument injoignable. Ce qui s'était passé en Allemagne était resté en Allemagne, à une petite exception près …

Mais si Konrad avait un père invisible, Robyn semblait pour sa part avoir un père extrêmement particulier aussi, et Mayer se contenta d'un hochement de tête lorsqu'elle affirma qu'il était ''compliqué''. Une information dont il s'était rapidement douté au vu de la nervosité de Diego qui n'avait jamais vraiment apprécié qu'on pût lui résister. Mais à son corps défendant, les parents craquaient généralement en quelques minutes voire quelques secondes lorsque leur rejeton était en danger, aussi le latino n'était-il pas habitué à ce qu'on pût lui résister. De ce soucis qui n'était de toutes façons pas celui de Konrad, et il préféra donc éviter le sujet pour plutôt reparler du repas. Robyn était un peu pâle, manger lui ferait donc le plus grand des biens.

Mais quoi qu'il en fût, la taquinerie lui arracha un sourire tandis qu'elle accepta, sourire partagé face à ce semblant de comportement normal entre eux deux.

« Parfait. Assieds-toi, je vais te détacher. »

Si la chaîne était assez longue pour qu'elle pût explorer toute la chambre, elle ne l'était en revanche pas pour qu'elle pût en sortir, et Mayer attendit donc qu'elle s'exécutât avant de libérer sa cheville rendue froide par le contact indirect du métal. De cette semi-liberté recouvrée que ses deux complices auraient largement réprouvés, mais ils n'étaient pas là justement, et puis Konrad se savait largement assez fort physiquement pour tenir tête à une jeune femme à qui il rendait autant de centimètres que de kilos. Sans compter qu'avec plusieurs années passées dans l'armée, il maniait correctement les bases du combat à mains nues, des fois que ça lui fût utile …

Et dès que la demoiselle fût détachée, il se redressa avant de venir récupérer le sachet de Burger King, et sandwich comme onion rings s'offrirent quelques minutes dans le micro-onde tandis qu'il alla ramasser la télécommande abandonnée dans le fauteuil pour la lui tendre.

« Choisis si tu veux regarder quelque chose, sinon il y a aussi le journal. »

Celui-ci été impeccablement plié au milieu de la table, et l'homme se contenta de le pousser afin de faire un peu de place, lorsque la sonnerie caractéristique du micro-onde retentit dans la pièce. Le Burger King fumant se retrouvant alors sur la table tandis que Konrad se fit réchauffer une part de pizza et une tasse de café, avant de venir s'asseoir également. Pas trop près de Robyn, histoire de ne pas empiéter sur son espace.

Et assez rapidement, cette dernière sembla vouloir engager la conversation, et Mayer abandonna son journal pour la regarder. Se laissant toutefois quelques secondes de battement – le temps d'achever sa tasser – avant de lui répondre.

« Une dizaine d'années maintenant … pas toujours pour des enlèvements ceci dit. Lorsque tu mets le pied dans ce genre de milieu, ça termine généralement sur toutes sortes de boulots auxquels tu peux rarement dire non. »

Son premier boulot, ça avait été chauffeur durant un cambriolage, et puis les choses s'étaient emballées … Le besoin d'argent l'avait poussé à accepter d'autres jobs, jusqu'au jour où il avait fini par comprendre qu'au final, il n'avait plus réellement le choix. Plus le luxe de refuser non plus.

« Et toi, tu as choisi quelle spécialité ? Tu as bientôt terminé ton internat ? »

Il connaissait son âge et savait qu'elle devrait bientôt en avoir terminé, mais Robyn pouvait également avoir commencé ses études sur le tard, ou alors ne pas les avoir effectuées d'un seul tenant.


"Une nouvelle terreur a émergé de la mort, une nouvelle superstition a conquis la forteresse inexpugnable de l'éternité.
Je suis une légende."

R. Matheson
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Enlèvement [Mikrokosmos] - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Enlèvement [Mikrokosmos]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» [Soulèvement] Insurrection polonaise de 1861-1864.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: