Partagez
 
 
 

 Everybody Lies : The beginning (ft. Beloved)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 
PierreHope
PierreHope
MESSAGES : 294
INSCRIPTION : 27/04/2019
CRÉDITS : https://i.pinimg.com/originals/ba/cd/c1/bacdc13df383fe7476799da8a5257a66.jpg

UNIVERS FÉTICHE : ...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

http://www.letempsdunrp.com/t3024-liste-rps-pierrehope
Flash

Everybody Lies : The beginning (ft. Beloved) Empty

Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Los Angeles (USA). Un bar comme il en existe tant... Mais ce troquet est spécial pour Julian Stanford et Nick Frobisher car c'est là qu'ils se sont rencontrés et que leur histoire a commencé.  7 mois auparavant, une nuit qui allait bouleverser leur vie.

/!\ Attention RP contenant langage et sexe explicite (sous hide)
Prologue du RP Everybody Lies




Nick Frobisher
J'ai 27 ans et je vis à Los Angeles, USA. Dans la vie, je suis Doctorant en éthologie animale et je m'en sors bien. Sinon par malchance, je suis célibataire contraint et forcé et je le vis en essayant d'en profiter.
ColinWoodell :copyright: IMDb


"Tab, t'abuses, arrête de reluquer les gens comme ça...".
"Je fais ce que je veux Nicky tu m'emmerdes! On dirait ma mère...".
"Mais t'as pas peur qu'ils se fassent des idées à force?".
"Justement, j'espère bien!".

Et la voilà qui part d'un grand éclat de rire sonore en secouant ses cheveux bruns aux reflets roux. Tabata c'est tout sauf la discrétion: Elle est grande gueule. Rentre-dedans. Drague autant sinon plus qu'un bonhomme. Je fais figure d'homme Saint à côté d'elle. Mais je l'adore même si notre rencontre a été un peu... Electrique. Et pour cause: je m'étais pris les pieds dans son câble d’alimentation de PC portable dans l'amphi en 1ère année de Sciences et avait lourdement chuté une main sur ses nichons, l'autre sur son PC, doigt enfoncé sur la touche 'Tab' (d'où son surnom tout trouvé au vu de son prénom). J'avais niqué sa mise en page et elle a beuglé à l'agression sexuelle. J'ai rétorqué en montant encore plus haut qu'elle, qu'elle avait qu'à enregistrer son travail régulièrement et que j'en avais rien à battre de ses loches. On était à cran. On était en période de partiels. On a failli se mettre sur la gueule. Alors on s'est fait sortir et elle m'a proposé d'aller boire un verre. Tabata m'a un peu dragué et j'ai mis le holà en révélant mon orientation romantique et sexuelle. C'était pas la première, et souvent ensuite, les filles, je ne les intéresse plus. Mais Tab est restée et elle n'est plus partie de ma vie. C'est devenue ma meilleure amie.

Je la regarde descendre la fin de son cocktail et en réclamer un autre avec sa délicatesse légendaire. On fait vraiment un duo d'enfer. Son regard est attiré par quelqu'un derrière moi et elle se lève un peu pour bien le regarder avant de se rasseoir et de chuchoter (enfin pour elle, elle chuchote... Mais cette fille ne sait pas chuchoter. Vraiment pas.).

"Eh y'a un mec beau comme un Dieu dans le coin au fond derrière toi! Regarde!".
Je lève les yeux au ciel en buvant une gorgé de mon mojito basilic:
"Mais bien sûr... Genre je vais me retourner tranquillou pour mater ton spécimen.".
Ma copine suçote sa nouvelle boisson avec sa paille sans cesser de jeter des regards au mystérieux inconnu.
"Ben t'as tort, moi j'en ai la culotte toute moite. Tu verrais ses yeux... et ses muuuscles! Mmmh j'adorerais faire l'amazone avec lui...".
Je fais semblant de me boucher les oreilles et secoue la tête:
"Tais-toi tais-toi tais-toi! Je vais avoir l'image en tête berk... Aïe! ".

Elle m'a collé un coup de pied pour me punir et je vois ses yeux briller d'excitation. Elle trépigne carrément sur sa chaise:
"OhOooh bonne pioche! Il a un joli paquet bien fourni en prime!".
Je m'apprête à lui lancer une vanne en frottant mon mollet endolori mais me ravise et fronce les sourcils:
"Attend attend: comment tu peux savoir pour son gros paquet? ".
J'aime pas le sourire qu'elle me fait...
"Parce qu'il s'est levé. Il vient par ici.".
"Hein?".

Je me retourne carrément et vois enfin Mister Muscle qui en effet vient par ici.
"C'est ça ton Dieu de l'Olympe? Bof... Trop "parfait" tu trouves pas?". Et je reviens à mon verre en feignant n'en avoir rien à fiche. Mais mon cœur a accéléré sa cadence. J'ai les mains moites, et je remue de l'arrière train sur mon siège. Putain de bordel de merde d'un saumon en frayère... Ce qu'il est canon! Et encore le mot est faible. On joue pas dans la même catégorie. C'est un 9 voir un 10 ce mec. Je suis pas trop mal loti je vaux un 6 voir un 7 max d'après Tabata. Mais les mecs comme lui, ça défonce des filles à la chaîne à coup de bite acérée pour asseoir sa virilité. C'est de l'alpha de compet'. Il va passer à côté de nous et aller draguer la serveuse. Ou aller aux chiottes. Ou il veut se taper Tabata et je vais finir ma soirée seul avec mon mojito.... Je m'en fou j'ai bientôt fini. Je vais rentrer me faire un dvd et me coucher t...

"Excusez-moi..."

Je le regarde même pas et agite la main d'un air mi-agacé, mi-dégagé: il vient pour la chaise. On me l'a déjà fait. J'espère que Tab s'est pas emballée.
"Non non c'est bon on attend personne, vous pouvez prendre la chaise. Bonne soirée.".

Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 1168
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Licorne

Everybody Lies : The beginning (ft. Beloved) Empty


Julian Stanford
J'ai 31 ans et je vis à Los Angeles, Etats Unis. Dans la vie, je suis une star du porno et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance enfin mon boulot surtout, je suis célibataire et je le vis plutôt pas bien.

Informations supplémentaires ici.


Chris Hemsworth :copyright:️ Shiya

"Tu me fais vraiment de la peine, Ju"

Ca s'était Eliott, l'un de mes meilleurs amis, sauf qu'actuellement il me gavait plutôt qu'autre chose. Je le regardais d'un air narquois alors que je reprenais une gorgée de ma bière.

- Et je peux savoir pourquoi?

J'avais ma petite idée sur la question mais je voulais l'entendre de sa bouche. De toute façon je savais qu'il ne me lâcherait pas alors autant le laisser aller jusqu'au bout de sa tirade que j'ai la paix une bonne fois pour toute après.

"Parce que tu es là, errant l'âme en peine. Faut que tu baises mec!! Ca fait combien de temps que tu ne t'ai pas envoyé en l'air"

Je le regardais en haussant un sourcil, me retenant de rire à sa remarque.

- Sérieux?

Je partais dans un grand éclat de rire alors qu'il se mettait à raler. J'avais baisé le matin même et il était bien placé pour le savoir puisqu'il était là. On s'était tapé une nana à deux, la double pénétrant même ensemble. Rien de vraiment choquant là dedans, enfin pas pour nous, vu qu'on était tout deux acteurs pornos.

"Oui bon tu m'as compris. Je te parle de baiser pour le plaisir et pas pour le boulot. Te trouver un joli petit cul dans ce bar et le draguer avant de rentrer t'envoyer en l'air. T'as besoin de ça."

Je roulais des yeux en soupirant. Encore et toujours la même rengaine, j'en étais certain.

- Je ne veux pas d'un plan cul. J'en ai marre des plans culs. Je veux d'un mec avec qui je me sentirais bien, avec qui je pourrais construire quelque chose et pas juste un mec avec qui je baiserais une fois et qui me jettera. Et je sais très bien comment terminerait une relation de couple...

"Arrête de penser à ton ex!! Ca fait quoi cinq mois?

- Six...

Six mois et je n'arrivais pas encore à l'oublier. Cela avait duré trois mois, trois mois merveilleux avant que tout ne se casse la gueule. J'avais été franc avec lui dés le début, je lui avais parlé de mon métier. Je m'étais attendu à ce qu'il me repousse comme les autres. Mais il m'avait souri et m'avait posé pleins de questions, l'air franchement intéressé. On avait passé la nuit ensemble et je m'étais attendu à me faire plaquer. Ils étaient nombreux aussi à faire ça. Ils voulaient voir ce que ça faisait de passer la nuit avec une pornstar. Une fois leur fantasme accompli ils se barraient. L'idée d'être avec quelqu'un faisant ce métier était trop dure à encaisser. Mais lui il était resté. Il avait accepté mon boulot. J'avais cru avoir trouvé le bon, jusqu'à ce qu'il me présente à ses amis. Au début tout se passait bien. Il m'avait promis qu'on éviterait de parler de mon boulot et ça marchait assez. Jusqu'à ce qu'un de ses amis ne me reconnaisse. Il avait vu certains de mes films. De là ils avaient tous sortis leur téléphone pour en trouver. Ils avaient passé la soirée à mater certains de mes films, commentant tout ça et me posant tout un tas de questions. Quelques heures plus tard, la soirée était finie et je me retrouvais célibataire. Savoir que je le faisais avec d'autre pour de l'argent c'était une chose qu'il pouvait encaisser apparemment. Mais savoir que ses amis se branlaient et fantasmaient sur moi, ça ne passait pas.

Il avait fini par me convaincre. Les relations de couple ça ne marcherait jamais pour moi.

"Six mois! Il est temps que tu te trouves quelqu'un d'autre. Tu ne trouves personne qui te plait ici?"

Je soupirais. Oui il y en avait bien un. Je l'avais repéré depuis un petit moment. Il me faisait craquer je le reconnaissais. J'avais envie d'aller lui parler, de voir si mon petit coup de coeur se confirmerait en lui parlant. Mais c'était toujours la même chose qui me retenait.

- Si mais...

"Pas de mais. Tu y vas. Tu lui parles. Et après tu verras bien. Je suis sur que ton mec t'attends quelque part. Alors arrête de broyer du noir dans ton coin."

Je ralais un peu mais il me vira de ma place, me poussant dans la direction du mec. Et dire qu'il n'était pas seul. J'allais devoir me ridiculiser devant la fille. Pareil c'était sa copine et ils allaient me prendre pour un taré à venir leur parler ainsi. Je m'avançais vers eux et lançais un petit excusez moi avant de me faire couper sèchement.

"Non non c'est bon on attend personne, vous pouvez prendre la chaise. Bonne soirée."

Et bien ça commençait franchement mal. Je ne lachais pas pour autant. Eliott ne me lacherait pas sinon.

- Non en fait je voulais savoir si... je pouvais m'installer là. Et vous offrir un verre aussi.

Je le fixais lui, espérant qu'il soit gay, et que je lui plaise et qu'il ne me prenne pas pour un pervers ou autre. Bref c'était mal barré. Mais au moins Eliott me foutrait la paix après, j'avais essayé.

Revenir en haut Aller en bas
 
PierreHope
PierreHope
MESSAGES : 294
INSCRIPTION : 27/04/2019
CRÉDITS : https://i.pinimg.com/originals/ba/cd/c1/bacdc13df383fe7476799da8a5257a66.jpg

UNIVERS FÉTICHE : ...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

http://www.letempsdunrp.com/t3024-liste-rps-pierrehope
Flash

Everybody Lies : The beginning (ft. Beloved) Empty


Nick Frobisher
J'ai 27 ans et je vis à Los Angeles, USA. Dans la vie, je suis Doctorant en éthologie animale et je m'en sors bien. Sinon par malchance, je suis célibataire contraint et forcé et je le vis en essayant d'en profiter.
ColinWoodell :copyright: IMDb


"- Non en fait je voulais savoir si... je pouvais m'installer là. Et vous offrir un verre aussi.".
Je regarde Mister Gros Paquet d'un air incrédule et jette un œil vers Tabata qui a rangé ses roploplos avec un petit air déçu. Ce mec cherche juste des amis et est prêt à payer des verres pour tromper sa solitude. C'est triste.

Je me lève, manque de renverser mon reste de mojito que Tab rattrape avec un air blasé de meuf habituée à passer derrière les conneries de son mioche et commence à déclarer:
"Heu ben, ouais pas de problème installe-toi! Mais offrir des verres à ma voisine ça va te coûter cher, c'est un puits sans f...".
Ce n'est même pas une tape de mon amie qui m'interrompt mais le gars que je vois attablé dans le coin d'où il vient et qui observe la scène avec attention. Je l'avais même pas vu tellement l'autre attire toute l'attention avec ses gros pecs. Je fronce les sourcils: pourquoi le gars veux venir taper la discut' avec nous s'il sort avec son pote? Il est venu se foutre de notre gueule? Ben vu sa tête non pourtant... Une engueulade? Non, l'inconnu number 2 a l'air de se retenir de sourire...

J'y comprend rien et la brune à mes côtés soupire à fendre l'âme et se lève à son tour:
"Bon je prend les choses en main sinon on y est encore demain.".

Moi je bite toujours que dalle tandis qu'elle ajoute avec un air contrit à l'adresse du bel inconnu:
"Je te rassure il est pas limité au contraire, mais il est pas très dégourdi tu vois?".
Et vas-y Tab! Humilie-moi devant notre nouveau futur poto! Tout ça parce qu'il est pas intéressé par son décolleté plongeant de racoleuse du dimanche! Rah c'est vraiment une garce quand elle s'y m...
Ehhh mais pourquoi elle attrape ses affaires?? Oh merde elle en a vraiment ras le cul de moi et se casse?? Comme ça? Elle en est capable en plus, c'est une sanguine Taby.

"Je m'appelle Tabata au fait. Tabata Marshall. Un 'S' et deux 'L'.".
Je lève les yeux au ciel: elle ajoute toujours cette précision... Qu'est ce qu'il s'en fou yeux en amandes, hein? Je vous le demande! Ma comparse avise le mec resté seul à leur table et le désigne du doigt avant de demander:
"Ton ami là bas, il est célibataire?".
Blondinet hoche la tête. Tab a l'air contente et retouche ses cheveux avant de remonter sa grosse poitrine:
"Bon je vais pas avoir à draguer la serveuse alors! Bonne soirée!".
Et elle part s'installer à l'autre table son cocktail à la main et le sourire triomphant. Bon je suis content pour elle mais me planter pour un plan Q...

Je me rassied avec la montagne de muscle, toujours un peu perdu. Tabata capte mon air de cocker abandonné sur l'aire d'autoroute, roule des yeux et me fait des gestes: elle désigne mon nouveau comparse de soirée, puis moi, puis fait un geste obscène avec ses doigts (l'index qui rentre dans un cercle fait avec les doigts de l'autre main... vous saisissez?), lève les pouces en l'air puis me fait le signe du téléphone. Je ne sais plus où me mettre. Heureusement que l'esseulé l'a pas v...

...

Ah ben si il s'est tourné et a capté à partir du geste obscène. Evidemment. Super. Merci Taby. Le cavalier de soirée de mon amie est mort de rire. Et puis ils se désintéressent de nous pour parler mariage, enfants et vieillesse paisible à l'ombre d'un arbre (je déconne, Tab a déjà pris son air zyeuxdevelour et doit lui servir son éternel "Mais votre tête me dis quelque chose!".).

Il me demande ce que je bois. J'ai même pas tout à fait fini mon premier verre mais bon... Je répond ce qu'il veut, mais un truc fort. Si je dois sociabiliser avec un inconnu, il vaut mieux que je fasse lever mes verrous d’inhibition sociale.

"Je suis désolé pour Tabata... Elle se fait des idées toute seule dans sa tête ça lui arrive tout le temps.".

Et bien poli je tend ma main pour me présenter:
"Moi c'est Nick.".
Et je précise pas mon nom de famille parce qu'en fait, tout le monde s'en bats les couilles: ça sert à que dalle sauf pour de la paperasse (n'en déplaise à Miss Marshall avec deux 'L').

Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 1168
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Licorne

Everybody Lies : The beginning (ft. Beloved) Empty


Julian Stanford
J'ai 31 ans et je vis à Los Angeles, Etats Unis. Dans la vie, je suis une star du porno et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance enfin mon boulot surtout, je suis célibataire et je le vis plutôt pas bien.

Informations supplémentaires ici.


Chris Hemsworth :copyright:️ Shiya

"Heu ben, ouais pas de problème installe-toi! Mais offrir des verres à ma voisine ça va te coûter cher, c'est un puits sans f...".

Je restais un instant à le fixer comme un con. C'était sa façon de me rembarrer? Il gardait sa copine avec nous, me faisant croire qu'on allait simplement avoir une discussion amicale. Non parce que je n'avais clairement pas envie de faire la discussion à sa pote. Je maudissais Eliott, sans lui je ne me serais pas retrouvé dans cette merde, à me prendre un rateau alors que je n'avais quasiment pas commencé à le draguer.

"Bon je prend les choses en main sinon on y est encore demain. Je te rassure il est pas limité au contraire, mais il est pas très dégourdi tu vois?".

Je me retenais de rire aux remarques de son amie. Ok, en fait je ne me prenais peut être pas de rateau en fin de compte. Je préférais ça et je trouvais même plutôt mignon cette façon qu'il avait de ne pas comprendre que je venais pour la draguer. Je remerciais intérieurement la jeune femme de partir pour nous laisser seul. J’acquiesçais quand elle me demandait si Eliott était célibataire. Il allait être ravi de se retrouver avec une femme qui était clairement son style et qui avait l'air d'être du genre à chercher la même chose que lui. Au moins comme ça s'il était occupé avec elle il me foutrait un peu plus la paix.

Je la laissais partir avant de lui demander ce qu'il voulait boire. Je lui avais promis un verre alors il était temps que je le fasse. J'attrapais un serveur et nous pris à tous les deux la même chose. Je ne comptais pas beaucoup boire de toute façon, c'était plus une excuse pour rester à discuter avec lui.

"Je suis désolé pour Tabata... Elle se fait des idées toute seule dans sa tête ça lui arrive tout le temps."

Oh putain ça devenait vraiment grave là. Je ne pouvais clairement pas la jouer drague subtile sinon il ne comprendrait rien. Même avec les gros sous entendus de sa copine en partant, les gestes obscènes qu'elle avait fait dans notre direction, il ne semblait toujours pas comprendre. Je n'aimais pas y aller franco mais là je sentais que je n'allais pas vraiment avoir le choix.

"Moi c'est Nick."

- Julian

Je lui souris alors que le serveur nous apportait enfin nos boissons. Je le remerciais et le payais rapidement pour qu'il dégage et nous laisse un peu seul.

- Ne t'excuses pas pour elle. Elle ne se fait pas des idées en fait. Je ne suis pas venu pour la chaise, ou pour lui parler ou n'importe quelle idée que tu ai pu avoir. Je suis venu pour toi. Je t'ai vu quand j'étais avec mon ami et... tu m'as plu.

Je lui fis un sourire charmeur. Voilà j'y étais allé directement. J'espérais que là au moins il allait enfin comprendre que je venais pour le draguer et pas pour faire un morpion sur nos serviettes de table.

- Il m'a un peu poussé parce que je n'osais pas venir mais... oui tu me plais et j'ai envie de faire ta connaissance.

Putain que je me sentais mal à l'aise. Je n'y étais jamais allé comme ça. D'habitude je me contentais de sourire, de glisser quelques sous entendus en ayant l'air charmant et ça marchait. Mais là je doutais que cette technique marche sur lui. Alors j'y allais franco, je jouais franc jeu, espérant que ça marche, qu'il accepte de me laisser une chance.

- Alors tu veux bien... me parler un peu de toi?

J'espérais qu'il verrait la sincérité dans mon regard. Je ne mentais pas. Je ne me foutais pas de lui. Je ne répondais pas à un pari stupide. J'avais craqué et je voulais voir si je craquerais davantage, si lui aussi aurait envie, si je pouvais aller plus loin...
Revenir en haut Aller en bas
 
PierreHope
PierreHope
MESSAGES : 294
INSCRIPTION : 27/04/2019
CRÉDITS : https://i.pinimg.com/originals/ba/cd/c1/bacdc13df383fe7476799da8a5257a66.jpg

UNIVERS FÉTICHE : ...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

http://www.letempsdunrp.com/t3024-liste-rps-pierrehope
Flash

Everybody Lies : The beginning (ft. Beloved) Empty


Nick Frobisher
J'ai 27 ans et je vis à Los Angeles, USA. Dans la vie, je suis Doctorant en éthologie animale et je m'en sors bien. Sinon par malchance, je suis célibataire contraint et forcé et je le vis en essayant d'en profiter.
ColinWoodell :copyright: IMDb


"Julian? J'aime bien... C'est pas courant.". Enfin pour être honnête il m'aurait dit "J'me présente je m'appelle Henri" j'aurais pensé tout pareil. Il me fait de l'effet alors qu'il est pas là pour ça. Tabata m'a mis des idées en tête avec ses gestes à la con et mon cerveau est en roue libre. Déjà "ça" fait un petit moment et puis vu le bestiau bah... Bah voilà quoi. Je ne suis qu'un pauvre mortel moi. J'essaye de penser à des choses débandantes mais je dois être sacrément atteint parce que même des chatons qui se noient ça me calme deux secondes pas plus.

Bon voilà il est payé le verre. Du coup je lui en doit un. Enfin je crois (?). Qu'est ce que ça me gonfle ces conventions sociales je n'en retiens pas bien les codes alors que j'ai eu droit à des cours de "savoir être" ado... Une vraie purge.

S'il pouvait arrêter de me sourire comme ça ça m'arrangerait. Enfin il sourit quoi mais moi ça suffit à me mettre le cœur en pelote. Je maudis Taby mentalement de m'avoir lâchement abandonné pour un bout de chibre alors que moi je vais tristement me branler dans mon mouchoir ce soir.

"- Ne t'excuses pas pour elle. Elle ne se fait pas des idées en fait. Je ne suis pas venu pour la chaise, ou pour lui parler ou n'importe quelle idée que tu ai pu avoir. Je suis venu pour toi. Je t'ai vu quand j'étais avec mon ami et... tu m'as plu.".
L'information met au moins une bonne minute à être intégrée par mon cerveau et je le regarde avec un air franchement surpris, puis circonspect. Je suis à deux doigts de faire Mister l'inversé et de sortir "Ouais c'est ça ouaaaais" et de partir d'un rire bien crétin.
"Je suis venu pour toi" ça sonne presque chevaleresque. Il me vanne. Ça peut être que ça. Un 10 ça drague pas un 6 (voir un 5 si on me demande mon avis j'ai la moyenne grâce à mes yeux bleus). Rah putain mais ce sourire charmeur arrête mec je vais y croire moi!

"- Il m'a un peu poussé parce que je n'osais pas venir mais... oui tu me plais et j'ai envie de faire ta connaissance.".
Erreur, erreur! Veuillez redémarrer votre Nick Frobisher! Je prend mon verre par automatisme pour m'occuper les mains et bois ce qu'il nous a commandé. Pfffuuu pourquoi j'ai demandé fort? C'est trop fort. J'ai chaud. J'ai encore plus chaud.

Je sent l'alcool faire effet: je me décrispe et mes parties mentales "auto-protection"+"manque confiance en soi" se mettent en sourdine. Je me retiens de sourire en pensant que ce mec qui peut faire tomber n'importe qui a eu besoin que son pote le pousse au cul pour m'aborder. Moi. Ça peut très bien faire partie de son plan drague de se rendre vulnérable. Mais je m'en tamponne: je commence à être désinhibé alors eh, si il est venu pour moi enfin pour mon cul je vais pas dire non.
"Faire ta connaissance.". Mouarf. Demain il aura oublié jusqu'à mon prénom. Mais pas grave. Pas grave. C'est déjà une chance inespéré pour un type de mon gabarit.

- Alors tu veux bien... me parler un peu de toi?
Je bois à nouveau une gorgée en me retenant de rire: c'est quoi cette question? En fait il est chasseur de tête et c'est un entretien? J'observe son visage. Tout ça me paraît honnête au vu de la disposition de ses traits et de son attitude corporelle. J'ai l'impression qu'il y a vraiment plus qu'une volonté de s'envoyer en l'air mais je me fais sans doute des idées. J'avais déjà pas calculé qu'il me draguait malgré tous les signes (et une Tab on ne peut plus claire) alors je ne vais pas me baser sur un de mes vagues ressentis. Ne t'emballes pas Nick. Spece de cœur d’artichaut. Je tripote ma petite serviette verte qui sert de sous bock. Qu'est ce que je pourrais bien dire d'intéressant? J'ai envie de lui plaire. Mais franchement, ma vie n'est pas des plus trépidantes.

"Heu... Ben j'ai eu 27 ans y'a peu...".
(comme ça il sait que je suis majeur et vacciné dans tous les états quoiqu'on me donne pas moins de 24 ans quand même mais bref)
"Je suis à la fac je suis doctorant en éthologie.".
Ouais ces fameuses études. Longues. Passionnantes mais chronophages. Tu m'étonnes que j'ai rien à raconter... J'aurais dû pipoter et dire que j'étais heu... Un truc sexy genre heu... Strip teaser? Pff crédibilité 0. Toute façon je sais pas mythoner. Me demandez jamais de participer à une fête d'anniv surprise: je vous foire tout de A à Z en passant par Q- non ne pas penser au cul surtout pas. Pense aux poissons intoxiqués qui se suicident en s'échouant sur les plages. C'est triste ça. Très triste...

Mais ma bite s'en fou comme de l'an 40 des poissons. Je me reconcentre pour essayer de ne pas perdre le contrôle de mes pensées mais je bugue encore une fois en le regardant. Il est beaucoup beaucoup trop beau. (Les poissons Nick LES POISSOOOONS!). Je parviens à continuer:
"En gros j'écris une thèse sur les comportements de certaines catégories de bestioles.". Non parce que je doute qu'il sache ce qu'est l'éthologie. Non pas qu'il ait l'air d'un péquin mais mes propres parents n'ont pas encore bien compris ce que je faisais vraiment.
"Heu sinon je me fais martyriser par Tabata qui m'oblige à avoir une vie sociale comme ce soir, j'aime flâner et nager... Et je cherche encore le bouton off pour empêcher mon cerveau de réfléchir h24.".
Super ça sonne pas du tout mec névrosé. J'ai l'impression de remplir ma fiche pour un site de rencontre.

"Ah et je suis gay.".
Nooon ah booon? Mais quelle banane je fais. Il s'en doute vu que je me laisse draguer... D'ailleurs j'aimerais bien savoir draguer pour lui faire comprendre que moi aussi il me plaît et qu'il me fait perdre mes moyens mais ça, il a déjà dû remarquer: j'ai dépioté tout le tour de la serviette en papier. Pour ma défense, je me fais rarement draguer par des mecs. C'est plus souvent des filles. Paraît que "je fais pas gay"... J'adore ce cliché hétéro comme quoi on devrait être des grandes folles ou se balader avec du cuir cuir (moustache!) voir agiter un drapeau multicolore sous le nez de tout le monde. Je ne vais pas tenter le sourcil lover sinon il va prendre peur. Si je fais une moue aguicheuse il va hurler de rire.

En parlant d'hurler de rire, je ne m'inquiète pas pour ma copine vu que l'entend s'esclaffer de son rire haut perché. C'est pas que le mec avec qui elle est est le prochain Kevin Hart mais qu'elle est grave open. Je ne peux m'empêcher de sourire en l'imaginant secouer ses cheveux pour accompagner son rire. Elle au moins, elle a aucun problème pour communiquer. Elle s'en bat les ovaires et fonce. Je n'ose pas dire à Julian de but en blanc qu'il me plaît (ou un élégant "ON BAISE?" à la Taby bourrée). Je lui retourne donc juste la question avec un sourire un peu timide:
"Et... et toi? Tu peux me parler de toi? Enfin si tu veux c'est pas obligé hein mais comme je... hem... Tu...".
Bon bah j'ai commencé autant finir (merci l'alcool sans toi j'aurais jamais eu les couilles! Tu m'étonnes qu'on l'aie inventé avant la roue!).
"Enfin j'aurais pas eu le cran de t'aborder genre jamais quoi donc... Merci de l'avoir fait.".  

Woah je l'ai dis sans bafouiller! Je suis trop content de moi (oui je suis un gars simple). Je souris à nouveau timidement en essayant de ne pas le dévorer des yeux mais je n'y arrive pas. Il a de grandes mains. De larges épaules (j'adore les hommes avec de larges épaules). Et puis ce plissement que font ses yeux quand il me sourit... Je suis sûr que je suis incapable de faire une équation à 2 inconnues vu comment il fout le boxon dans mes neurones. J'espère qu'il ne va pas me trouver inintéressant (voir chiant). Ou qu'au final je lui paraisse pas tellement mignon de près. Ou qu'une créature de rêve passe et lui mette le grappin dessus.
Non pitié, laissez le moi encore un peu.

Juste un peu.

Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 1168
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Licorne

Everybody Lies : The beginning (ft. Beloved) Empty


Julian Stanford
J'ai 31 ans et je vis à Los Angeles, Etats Unis. Dans la vie, je suis une star du porno et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance enfin mon boulot surtout, je suis célibataire et je le vis plutôt pas bien.

Informations supplémentaires ici.


Chris Hemsworth :copyright:️ Shiya

"Heu... Ben j'ai eu 27 ans y'a peu... Je suis à la fac je suis doctorant en éthologie."

Ca y est j'étais largué. Déjà doctorant je ne savais pas vraiment à quoi ça correspondait. Ca voulait dire qu'il était toujours étudiant? A vingt sept ans il faisait encore des études? C'était pas réservé aux médecins ça de faire des études à presque trente ans? Et putain de merde c'était quoi l'éthologie? Je captais rien mais je préférais me taire plutôt que de passer pour un abruti. Là je commençais à me dire que je n'avais vraiment aucune chance avec lui. C'était un doctorant, une espèce de génie des études ou je ne sais trop quoi. Et moi je n'étais qu'un gars simple, n'ayant jamais mis un pied à la fac et gagnant sa vie en exhibant ses fesses. Pas que mes fesses mais bon le principe était le même.

"En gros j'écris une thèse sur les comportements de certaines catégories de bestioles."

Ca avait le mérite de m'éclairer sur ce qu'il faisait et de m'effrayer un peu plus. C'était clairement une espèce d'intello et je ne faisais pas le point face à lui. Il devrait fréquenter uniquement des mecs aussi intelligent que lui. De quoi on parlerait lui et moi? Sortie du cul je vois pas de quoi je pourrais lui parler.

"Heu sinon je me fais martyriser par Tabata qui m'oblige à avoir une vie sociale comme ce soir, j'aime flâner et nager... Et je cherche encore le bouton off pour empêcher mon cerveau de réfléchir h24."

Je me retenais de rire à sa remarque sur sa meilleure amie. Je me détendais un petit peu. On avait peut être quelques points en commun en fin de compte, à commencer par le fait qu'on s'était fait trainer ici par nos meilleurs amis et qu'ils nous avaient poussés dans les bras l'un de l'autre.

"Ah et je suis gay."

Je cachais mon sourire derrière mon verre, en prenant une gorgée au passage. Ca j'avais commencé à m'en douter vu la façon dont sa meilleure amie avait agi. Elle ne nous aurait pas poussé ensemble tous les deux si son ami n'avait pas été gay. Elle avait clairement compris, elle, que j'étais intéressé par Nick. S'il n'avait pas été gay elle m'aurait découragé.

"Et... et toi? Tu peux me parler de toi? Enfin si tu veux c'est pas obligé hein mais comme je... hem... Tu..."

Je fronçais les sourcils, attendant qu'il finisse de parler. Je redoutais un peu la fin de sa phrase. J'avais peur qu'il me rembarre à nouveau.

"Enfin j'aurais pas eu le cran de t'aborder genre jamais quoi donc... Merci de l'avoir fait."

Je lui souriais, rassuré de voir qu'il ne m'avait pas jeté. J'avais peut être mes chances. Qui sait, peut être qu'Eliott avait raison et qu'il fallait que je fonce.

- C'est un peu mon ami là bas qui m'a poussé à le faire. Moi je comptais passer ma soirée à boire et... c'est tout. Mais, pour le citer, je lui fais de la peine. Donc... voilà il m'a poussé ici.

Je préférais éviter de parler de mon ex pour le moment. Je vivais toujours mal notre rupture et surtout je n'avais pas envie de m'étendre sur les raisons de notre rupture. Je réfléchissais à sa question avant de me présenter aussi.

- J'ai trente et un ans. Et quand je ne me fais pas insulter par mon cher ami j'aime bien aller surfer, bronzer... Je crois que ça se voit.

Avec mes cheveux blonds, ma peau bien bronzée, mes muscles saillants sous le simple tee shirt que je portais j'avais un peu la dégaine du surfeur.

- Et de rien. Je suis content d'être venu. Tu es encore plus craquant de près.

Je lui souris à nouveau. Bon j'avais dit que je faisais du rentre dedans mais là j'en faisais peut être un peu trop non?

- Même si j'ai cru que tu allais me jeter, et à plusieurs reprises.

Je continuais de sourire, lui montrant que je le taquinais;


Revenir en haut Aller en bas
 
PierreHope
PierreHope
MESSAGES : 294
INSCRIPTION : 27/04/2019
CRÉDITS : https://i.pinimg.com/originals/ba/cd/c1/bacdc13df383fe7476799da8a5257a66.jpg

UNIVERS FÉTICHE : ...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

http://www.letempsdunrp.com/t3024-liste-rps-pierrehope
Flash

Everybody Lies : The beginning (ft. Beloved) Empty


Nick Frobisher
J'ai 27 ans et je vis à Los Angeles, USA. Dans la vie, je suis Doctorant en éthologie animale et je m'en sors bien. Sinon par malchance, je suis célibataire contraint et forcé et je le vis en essayant d'en profiter.
ColinWoodell :copyright: IMDb


Les animaux ressentent facilement les changements "d'humeur" de leurs semblables. Chez eux, c'est vital. Il en était de même pour nous, humains il y a fort fort longtemps. Mais nous avons peu à peu perdu ce que l'on nomme aujourd'hui "6e sens" ou "instinct". Il nous en reste tous un peu à plus ou forte dose. Moi je suis un empathique. C'est à dire que je ressens de manière exacerbée les émotions des gens qui m'entourent. J'y suis sensible et ça me touche. Quand Julian me sors qu'il "fait de la peine" à son ami, mon cœur se serre. J'ai vu passer une douleur sur son visage. Très fugace, mais je l'ai vu. Et je l'ai reconnue car je vis la même. C'est un homme blessé et sa peine est encore à vif. Je compatis donc mais en silence. On vient de se rencontrer et je n'aime pas faire mon fouille merde (même si ça m'arrive souvent que de total inconnus viennent me raconter leur life et leurs déboires. Je dois avoir une tête de Samu social).

Je continue de l'écouter parler. J'aime bien son timbre de voix. Il est grave et posé. J'ai l'impression que le mien est trop aigu et je sais que je parle trop vite (et là le stress n'aide pas). Je n'ai pas de réaction particulière à son âge, je suis totalement incapable de donner un âge précis aux gens. Il pouvait avoir 24 comme 37 ans pour moi et l'âge n'est, à mon sens, qu'une donnée sociale. Un individu ne fait pas l'autre à âge équivalent. Je souris en entendant qu'il se fait aussi maltraiter par son ami. Ils se sont bien trouvés Taby et lui! J'essaie de ne pas imaginer ce qu'il y a sous ce t shirt blanc même si j'en devine les contours et tente de chasser l'image de Julian sortant de l'eau, son corps ruisselant et doré, courant sur le rivage à la Alerte à Malibu. Mais c'est foutu: mon cerveau se tape en background tout un scénario digne d'un nanard à l'eau de rose où je suis la pauvre victime qui se noie et qui est sauvée par le beau surveillant aux muscles saillants dont la chevelure vole au vent. Heureusement que la télépathie n'existe pas.
Outre mes fantasmes de pré-pubère en chaleur, je ne suis en effet pas surpris par son loisir nautique qui lui va comme un gant.

- Et de rien. Je suis content d'être venu. Tu es encore plus craquant de près.
J'espère que l'éclairage légèrement tamisé du bar ne lui permet pas de voir à quel point sa petite phrase pour lui sans doute anodine crée chez moi un émoi qui fait même rosir mes joues. J'ai du mal à soutenir son regard mais je tiens blond. Heu bon. Putain tout me plaît chez lui. J'ai envie de toucher ses cheveux je suis hypnotisé par ces derniers. Je suis grave. Ça dérive grave dans mon cerveau qui a continué son petit film et qui est du coup en train de faire dévier le fameux bouche à bouche en roulage de pelle.

- Même si j'ai cru que tu allais me jeter, et à plusieurs reprises.
"Heindekidekoi?".

Mais keskidit...?
Son sourire taquin me fait craquer. Son sourire tout court aussi d'ailleurs.
Moi, le jeter? Mais il a trop bu lui! Je réfléchis et il a pas tort j'ai été un vrai boloss... Je sais que c'est pour gentiment me titiller mais je me sent obligé de m'excuser:
"Je suis désolé j'ai vraiment cru que tu venais pour mon amie ça m'arrive souvent en plus c'est elle qui t'as repéré.".
J'émet un petit rire avant de continuer:
"C'est toujours un peu vexant d'être le vilain petit canard du duo et heu... Ben vu comment tu es heuuu...".

Je le regarde gêné et je vide un peu plus mon verre. Sinon je vais pas y arriver.
"Vu comment tu es canon je me suis dis que j'avais aucune chance. J'évite les gars que je trouve trop beau en général. Ça m'évite d'être déçu, tu comprends?".
Ouais je sais quand on drague on est censé se valoriser et la jouer sûr de soi mais je le suis pas. S'il voulait que la plastique du Frobisher, fallait pas me laisser parler. Je me cache deux secondes le visage dans les mains avant de reprendre la main sur le front et de le regarder avec un sourire gêné:
"Et comme un con je me suis enfoncé dans mon idée que c'était impossible que tu t'intéresses à un gars comme moi. Je suis nul à chier en drague mais ça, tu l'auras compris.".

Je suis beaucoup plus à l'aise et je continue en soutenant son regard que j'arrive maintenant à fixer:
"Du coup heureusement que tu t'es montré plus clair sinon j'aurais continué à penser que tu cherchais juste un pote et que ton ami avait repéré Tab, un truc du genre. Je suis très fort pour me monter la tête tout seul et m'auto-persuader. Et j'aurais fini par te proposer de faire un jeu à boire.".
Je me marre et ma jambe s'agite sous la table. Ce n'est pas de l'impatience ou quoi ça m'arrive souvent sans m'en rendre compte quand je m'emballe un peu ou que je suis nerveux.

"D'ailleurs il faudra que je remercie ton ami sinon tu ne serais pas venu si j'ai bien compris... Même s'il a pas perdu sa soirée.".
Je lui fais un sourire entendu: il a très bien compris que ma copine ne cherchait pas le Prince Charmant ce soir.

"J'ai essayé le surf mais j'ai aucun équilibre, je suis une vraie brêle. Sauf quand je bois un peu trop bizarrement... Ça doit rétablir l'équilibre faut croire... Enfin je peux m'étaler sur la planche et me laisser porter mais je préfère nager ou mater sur la plage.".
Vas-y Nick balance tout! J'ose!
"Surtout les beaux surfeurs. Blonds de préférence.".  
Ouaiiiiis bravo Nicky! Un peu lourd mais c'est pas grave! Et en fait j'ai aucune préférence physique surtout pas capillaire mais bon.

"Tu en fais depuis longtemps? Tu fais de la musculation à côté non?". Bah quoi? Il est musclé ça se voit et sacrément musclé même et il le montre alors je demande, je suis poli! (et grave intéressé).
Ça y est je suis lancé j'ai envie de poser 15000 questions ("c'est quoi ta couleur préféréééée?") mais j'ai trop peur de faire groupie alors j'ajoute juste:
"Je t'ai peut être maté sans vraiment m'en souvenir vu que j'allais beaucoup à la plage il y a encore peu de temps mais je doute que j'ai pu t'oublier.".  
Ouuuh Nick Frobisher est dans la plaaaace! Accroche ta culotte c'est moi qui pilote!

Comme d'hab quand j'ai un coup dans le nez je laisse passer des trucs que j'aurais jamais osé sortir et je m'emballe. Dans deux secondes je vais lui dire qu'avec Tab on a maté son gros paquet et que je toucherais bien ses biceps ("oOoOh qu'ils sont grooos!") Contrôle-toi mon gars. Tu vas le faire flipper si tu continues. Mais ma bouche continues toute seule:
"Tu dois tout le temps te faire draguer non?".
Je me demandes ce que ça fait d'être un tel aimant à meuf et à mec...
"Ça doit être pénible à force...".
Ça je pense l'avoir pensé mais je l'ai dis à haute voix sans le vouloir.

Boulette. (Boulette-man est dans la place!).

Je m'enjoins au silence et me retiens de boire une gorgée de plus. Sinon mon filtre de "je pense/je dis" va définitivement se barrer en couille et il va tilter à quel point c'est le bordel là dedans. Et personne n'a envie d'un plan Q qui se prend autant la tête.

Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 1168
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Licorne

Everybody Lies : The beginning (ft. Beloved) Empty


Julian Stanford
J'ai 31 ans et je vis à Los Angeles, Etats Unis. Dans la vie, je suis une star du porno et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance enfin mon boulot surtout, je suis célibataire et je le vis plutôt pas bien.

Informations supplémentaires ici.


Chris Hemsworth :copyright:️ Shiya

"Je suis désolé j'ai vraiment cru que tu venais pour mon amie ça m'arrive souvent en plus c'est elle qui t'as repéré. C'est toujours un peu vexant d'être le vilain petit canard du duo et heu... Ben vu comment tu es heuuu...".

Je fronçais les sourcils en l'entendant parler. Il était sérieux? Le vilain petit canard? Non mais il s'était regardé sérieusement. Ok il n'était pas du genre beauté conventionnel comme on pouvait en voir dans les magazines mais il avait un charme fou. Il avait un sourire absolument craquant qui illuminait littéralement son visage. Sans parler de ses yeux magnifiques, de ses cheveux dans lesquels j'avais déjà envie de passer ma main dedans.... Je craquais et je n'étais absolument pas d'accord avec le fait qu'il était un vilain petit canard. Sa copine était jolie mais... c'était vraiment pas mon genre de fille. Je laissais ça à Eliott, moi je voulais Nick.

Je continuais à l'écouter me parler du fait que je serais trop canon pour lui. Encore un ramassis de conneries. J'avais peut être plus le physique recherché en majorité, le type mec des magazines, le parfait petit acteur porno avec un physique de rêve et une grosse queue. J'avais été embauché pour ça, on allait pas se mentir. On était différents mais c'était plus moi qui avait l'impression de ne pas être à la hauteur quand je voyais à quel point il était instruit. Moi j'étais bien foutu et... c'est tout. Lui il était intelligent. Il me faisait craquer. Et il était bourré de charme et magnifique.

Il semblait aussi ne plus vouloir s'arrêter de parler. Peut être un effet du stress, il avait l'air nerveux, surement autant que moi mais je le cachais plus facilement. Lui il parlait et parlait et je ne pouvais m'empêcher de l'écouter parler en souriant. On évitait de parler trop de moi et ça m'arrangeait. Je l'écoutais et je craquais un peu plus pour lui à chaque instant. Je voulais le revoir, ça c'était sur et j'espérais que la soirée se passe assez bien, que je lui plaise assez pour qu'il accepte un rendez vous.

"Tu dois tout le temps te faire draguer non? Ça doit être pénible à force..."

Je sortais finalement de ma contemplation pour me rendre compte que j'étais quand même sensé répondre un minimum.

- Oh... euh oui... Ca arrive pas mal. Mais les gens n'en veulent qu'à mon cul en général. C'est chiant parce que j'aimerais trouver quelqu'un de sérieux avec qui me poser mais...

Je lui souris avant de me mettre à rire.

- Il faut croire qu'avec le métier que je fais, je donne surtout envie aux gens de me baiser.

Je riais de ma blague avant de me rendre compte de ma connerie. Putain, qu'est ce qu'il allait s'imaginer maintenant? Que je faisais un métier de dégueulasse ou autre. C'était le cas d'ailleurs. Et il allait me fuir. C'était pas du tout le genre à aller se mettre en couple avec un acteur porno. Il lui fallait un mec plus.. équilibré, plus normal. Il allait me fuir. J'étais entrain de me mettre dans la merde là. Il fallait que je trouve une solution et vite si je ne voulais pas tout faire capoter.

- C'est une blague je...

Vite... quelque chose n'importe quoi mais vite il fallait que je finisse cette putain de phrase avant de m'enfoncer encore plus.

- Je suis comptable. Pas le métier le plus sexy du monde. Je crois que ça vient surtout du bronzage et des muscles en fait le fait qu'on ne me prenne pas au sérieux.

Je méritais une baffe... qu'est ce qu'il m'avait pris de sortir ça? De tous les métiers possibles il avait fallu que je lui sorte le moins crédible possible. Comment est ce que je pourrais lui faire croire que j'avais une tête de comptable? Impossible!! J'avais autant l'air d'un comptable que d'un employé du fisc ou d'un informaticien... Je pouvais pas trouver un métier de sexy qui aurait eu l'air crédible? Bah tiens j'aurais du dire que j'étais prof de surf, ça aurait été plus cohérent. Forcément c'était maintenant que je trouvais ça, après m'être bien foutu dans la merde.

- Si tu veux je peux te donner des cours de surf. Je suis sur qu'avec un peu d'aide et un peu d'entrainement tu tiendras bien sur la planche et sans avoir besoin de boire.

Je tenais le changement de sujet, priant pour qu'il oublie ma connerie précédente. Oublie vite que je suis comptable, pense juste au surf et puis c'est tout. Et au fait que j'étais littéralement entrain de craquer pour lui.

- Je comprends pas pourquoi tu voulais m'éviter. Tu es beau, vraiment craquant. De tout le bar c'est toi qui m'attire le plus. J'ai fait le tour de ces pseudos beaux gosses qui ne se prennent pas pour des merdes. Tu sors avec une nuit et puis... fini y'a rien de plus. Moi je veux quelqu'un que je pourrais revoir régulièrement, avec qui passer des bons moments et pas que au lit.

Je voulais une histoire d'amour, une vraie...


Revenir en haut Aller en bas
 
PierreHope
PierreHope
MESSAGES : 294
INSCRIPTION : 27/04/2019
CRÉDITS : https://i.pinimg.com/originals/ba/cd/c1/bacdc13df383fe7476799da8a5257a66.jpg

UNIVERS FÉTICHE : ...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

http://www.letempsdunrp.com/t3024-liste-rps-pierrehope
Flash

Everybody Lies : The beginning (ft. Beloved) Empty


Nick Frobisher
J'ai 27 ans et je vis à Los Angeles, USA. Dans la vie, je suis Doctorant en éthologie animale et je m'en sors bien. Sinon par malchance, je suis célibataire contraint et forcé et je le vis en essayant d'en profiter.
ColinWoodell :copyright: IMDb


- Oh... euh oui... Ca arrive pas mal.
"Tu m'étoooonnes...".

- Mais les gens n'en veulent qu'à mon cul en général.
"Pauvre biquet, je les comprend ceci-dit...".
Moi non plus je dirais pas non à...

- C'est chiant parce que j'aimerais trouver quelqu'un de sérieux avec qui me poser mais...
"... Hein?".
POUCE! JE DIS POUCE! Rembobinage! Je demande le ralenti s'il vous plaît! Mais je ne peux pas mettre le blond en pause et j'ai du mal à me concentrer sur la suite tant je suis sur le cul (bah oui je suis assis en même temps! Hahaha quel mec rigolo je suis!).

- Il faut croire qu'avec le métier que je fais, je donne surtout envie aux gens de me baiser.
Hein? (2e édition!). Un métier qui donne à des gens envie de baiser? Il est vendeur de sex-toy?

- C'est une blague je...
Mais... c'est même pas drôle! J'ai peur de la chute... Dans quelle embrouille je suis encore allé me fourrer moi... Taby elle va m'entendre.

- Je suis comptable. Pas le métier le plus sexy du monde.
"Comptable? Bworf...".
Du coup j'ai raccroché les wagons et je ris poliment de sa petite vanne sur laquelle je me promet de rebondir. Bon j'avoue, je suis presque déçu... Ça nous aurait fait des sujets de conversations "vendeur/testeur de sex-toy", je l'aurais aidé volontiers. M'enfin, comptable, bien sûr que ça peut être sexy! Avec des petites lunettes, chemise blanche cravate rayée Krkrkrkr... "Frobisher! Apportez-moi le dossier des Smith!" "Tout de suite Monsieur...!".... Monsieur... Heu... Rohhh ben non j'ai tout cassé mon fantasme! Monsieur quoi? Aaaah c'est donc a ça que ça sert de donner son nom de famille! Hahaha, coquine de Tabata va!

- Je crois que ça vient surtout du bronzage et des muscles en fait le fait qu'on ne me prenne pas au sérieux.
J'ai ma réponse là-dessus mais je le laisse continuer. J'ai largement assez jaqueté pour le laisser faire aussi et puis je l'écouterais parler sans m'en lasser (non c'est même pas l'alcool d'abord). Et puis... Une partie de moi est toujours en train de se mater le replay du "Beau blond cherche partenaire. Pas sérieux s'abstenir svp". J'ai peur d'avoir mal compris. J'ai pas envie de m'emballer pour rien.

- Si tu veux je peux te donner des cours de surf. Je suis sur qu'avec un peu d'aide et un peu d'entrainement tu tiendras bien sur la planche et sans avoir besoin de boire.
"Sérieux!? J'adorerais!".
Bon oui j'ai dis que je me taisais mais là je ne pouvais pas retenir mon enthousiasme. Revoir ce gars. Retourner à la plage. Retourner à la plage en compagnie de Julian. J'aurais eu la même réaction s'il m'avait proposé d'aller faire des châteaux de sable. Sérieusement.

- Je comprends pas pourquoi tu voulais m'éviter. Tu es beau, vraiment craquant. De tout le bar c'est toi qui m'attire le plus. J'ai fait le tour de ces pseudos beaux gosses qui ne se prennent pas pour des merdes. Tu sors avec une nuit et puis... fini y'a rien de plus. Moi je veux quelqu'un que je pourrais revoir régulièrement, avec qui passer des bons moments et pas que au lit.
Eh bien j'ai ma réponse. Sur un plateau. Et avec un supplément chantilly sous la forme de compliments. Je regarde autour de moi sans m'en cacher: je repère au moins 4 gars plus beaux que moi. Mais il s'en cogne. Il a vu plus chez moi. Il cherche plus, je n'ai pas rêvé. Moi qui pensais qu'il cherchait juste un plan cul... C'est presque pire en fait. L'enjeu est complètement différent. Bien plus important. Je ne suis pas préparé à ça. Je vais tout foirer, comme j'ai foiré ma précédente relation. J'ai les mains moites je panique et je cherche Taby du regard. Mais elle est en pleine séance de léchage de narines avec PotoDeNick (putain Tab paye toi une chambre merde!).

Je suis tout seul. Je vais devoir gérer seul.

Je pose à nouveau mon regard sur lui. Il fronce les sourcils.
Et voilà c'est foutu. J'ai tout foiré. Tout.

Mais un je ne sais quoi me retiens de jeter l'éponge. Quelque chose dans son regard qui me pousse à m'accrocher. Alors je respire à fond et je m'accroche à l'image de la mer. Des embruns. Et de Julian. Et je m'en fiche de sa plastique. Je l'imagine en combinaison (donc pas le truc le plus sexy) c'est pour dire comme ça passe soudain au second plan.

"J'avoue je suis intéressé par ton cul.".
Je ne sais pas qui a pris la parole. Pas moi j'espère.
"Parce que comme un connard, comme tous les autres blaireaux, je me suis arrêté à ton physique.".
Ah bah si, c'est moi... Bon.
"Parce que j'ai pensé qu'un gars comme toi ça cherchait pas plus.".
Je me sent mais tellement tellement con...
"Je suis désolé. Vraiment désolé. Je vaux pas mieux que tes beaux gosses sans cervelle.".

Je pose le bas de mon visage dans ma main et je ronchonne:
"Moi qui allais faire de l'humour sur ton taff en disant "Ah bah oui tu dois bien te faire baiser dans ce boulot ou bien baiser les autres"...".
J'étais content de ma vanne moi. Merde.
"Pour revenir au fait que tu penses que les gens se méprennent à cause de ton bronzage et de tes biscottos...".
Je le regarde droit dans les yeux. Les autres n'existent plus. Le bar n'existe plus. Il n'y a plus que lui.
"Si les gens s'arrêtent à ça... C'est qu'ils valent pas la peine que tu perdes ton temps avec eux.".
Ouïe je me fais mal tout seul là. Mais je veux croire que je suis différent. Je veux qu'il le croit lui aussi et qu'il me donne une chance de me rattraper.
"Je... Quelque chose me disais que tu cherchais plus mais... J'osais pas vraiment y croire.".

Je n'entend même plus la musique d'ambiance. Ni le brouhaha des autres conversations.
"Je... je sors d'une relation pas facile. Mais j'en ai marre d'enchaîner les trucs sans lendemain. Enfin... Même si il n'y en a pas eu 40 non plus.". Juste quand j'en avais vraiment "besoin" en fait. Ils prennent ce pour quoi ils sont venus et je me retrouve seul. Seul et triste.

Je suis peut-être en train de tomber dans un piège cruel et l'homme en face de moi va se mettre à rire en me demandant comment j'ai pu être assez stupide pour penser une seule seconde que ce qu'il m'a dit a une possibilité d'être vrai. Que vraiment il me trouve craquant. Qu'il cherche vraiment quelqu'un de sérieux avec qui se poser.
"Mais si vraiment tu es à la recherche de plus, que VRAIMENT tu veux te poser...".
Aller je me lance. De toute façon il a largement suffisamment de matière pour m'humilier si tel était son but premier. Même si je ne le penses pas. Même si vraiment je ne l'espère pas.
"Je... Je suis candidat pour passer de bons moments, genre à la plage par exemple et... Plus si affinité.".
Je lui fais un timide sourire bien incertain, où un peu d'espoir persiste pourtant.

Je me console en me disant que si Taby voit ou sent (elle aussi est très "sensible" aux humeurs des autres) que je vais mal, et si elle comprend ou que je lui dis qui en est à l'origine, elle va tellement le démonter (verbalement pas physiquement, même si je sais qu'elle rêve d'avoir une teub pour une nuit) qu'il va le regretter.

Oui je me fais défendre par une meuf.
Parce que là, je ne saurais pas me relever seul.

Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 1168
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Licorne

Everybody Lies : The beginning (ft. Beloved) Empty


Julian Stanford
J'ai 31 ans et je vis à Los Angeles, Etats Unis. Dans la vie, je suis une star du porno et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance enfin mon boulot surtout, je suis célibataire et je le vis plutôt pas bien.

Informations supplémentaires ici.


Chris Hemsworth :copyright:️ Shiya

"Sérieux!? J'adorerais!"

Je souris en voyant son enthousiasme pour la leçon de surf. Je me dis que j'ai peut être réussi à lui faire oublier ma fausse blague désastreuse sur mon faux boulot. Il a fait semblant de rire mais je me rends bien compte que j'ai été plutôt nul sur ce coup là.

J'attendais sa réponse après ma petite tirade. Je me sentais comme un accusé attendant le verdict du jury. Je m'étais lancé. J'avais fait le grand saut sans élastique filet ou parachute. Je m'étais risqué à fortement, mais alors très fortement, sous entendre que je voudrais bien tenter quelque chose de plus sérieux avec lui. Et j'avais peur qu'il me jette. Aussi peur que la première fois que j'avais dit à une fille qu'elle me plaisait. Elle s'appelait Julie, j'avais treize ans et je l'avais invité pour le bal. Je m'étais rétamé à l'époque, me prenant un rateau monumental. J'espérais avoir plus de chance aujourd'hui qu'avec Julie.


"J'avoue je suis intéressé par ton cul."


... ou pas. Je savais pas si je devais le prendre comme une blague ou s'il était sérieux et que vraiment il trouvait que mon seul intérêt était mon cul. Et si c'était le cas qu'est ce que je ferais? Est ce que j'allais le virer parce qu'il ne voulait que ça? Est ce que je n'en profiterais pas un peu en me disant que foutu pour foutu je pourrais au moins m'envoyer en l'air. Qui sait peut être qu'il me trouverait bon au point de changer d'avis. Je pouvais toujours y croire. Mais bon en attendant j'avais plutôt l'impression de me ramasser en beauté.

"Parce que comme un connard, comme tous les autres blaireaux, je me suis arrêté à ton physique. Parce que j'ai pensé qu'un gars comme toi ça cherchait pas plus. Je suis désolé. Vraiment désolé. Je vaux pas mieux que tes beaux gosses sans cervelle."

Ouais non c'est bien il enfonce bien le clou là. Il ne m'a clairement jamais pris au sérieux, à aucun moment. D'abord quand je l'ai dragué il n'a pas compris que je venais le draguer lui et pas l'abruti du coin aux tablettes splendides. Et maintenant je me rendais compte que ce n'était pas juste ma tentative de drague mais moi en général qu'il ne prenait pas au sérieux. Bon... j'allais peut être me lancer dans le célibat pour me concentrer uniquement sur ma carrière, dans la version porno du curé. Bah tiens comme dans mon premier film où je jouais un prêtre pervers. La fiction rejoindrait la réalité, je vivrais comme un prêtre seul et déprimé mais en baisant.

"Moi qui allais faire de l'humour sur ton taff en disant "Ah bah oui tu dois bien te faire baiser dans ce boulot ou bien baiser les autres"..."

Je fronçais les sourcils en l'entendant parler. Il partait sur une vanne là? Nulle il fallait bien le reconnaitre mais je ne comprenais pas l'intérêt de la vanne ou même la tronche qu'il tirait là.

"Pour revenir au fait que tu penses que les gens se méprennent à cause de ton bronzage et de tes biscottos..."

Mais oui bien sur, revenons au moment où Julian se faisait enfoncer, c'était tellement plus agréable. Ca m'avait manqué c'est vrai.

"Si les gens s'arrêtent à ça... C'est qu'ils valent pas la peine que tu perdes ton temps avec eux."

Et donc je devais comprendre qu'il fallait que j'arrête de perdre mon temps avec lui? C'était sensé être une façon sympa de me rembarrer? Ouais bon ça faisait pas plus de bien que la méthode normale.

"Je... Quelque chose me disais que tu cherchais plus mais... J'osais pas vraiment y croire."

Et pourtant j'y étais allé franco mais franco dans le sens tu me plais, pas franco dans le sens j'ai envie de ton cul.

"Je... je sors d'une relation pas facile. Mais j'en ai marre d'enchaîner les trucs sans lendemain. Enfin... Même si il n'y en a pas eu 40 non plus."

Je restais à l'écouter, ne comprenant pas trop où il voulait en venir. Il était pas entrain de me jeter plus tôt? Pourquoi est ce qu'il me parlait de sa rupture difficile? Est ce que par hasard...? Non je devais certainement me faire des idées.

"Mais si vraiment tu es à la recherche de plus, que VRAIMENT tu veux te poser... Je... Je suis candidat pour passer de bons moments, genre à la plage par exemple et... Plus si affinité."

Oh putain... je restais figé à le regarder. Quelque part dans mon cerveau il devait y avoir un mini Julian entrain de faire la danse de la joie. C'était pas un rateau en fin de compte, juste une façon bizarre et maladroite de me dire qu'il était d'accord pour peut être tenter quelque chose de plus sérieux. J'avais envie de me jeter sur lui pour l'embrasser tellement j'étais heureux. Mais non je restais sage. On verrait ça plus tard. Pour le moment je voulais juste savourer ce petit moment de bonheur. Il ne me repoussait pas. Il était ok pour plus. C'était... merveilleux.

Je sortis mon téléphone de ma poche et commençait à pianoter dessus pour rentrer un nouveau contact, rentrant juste son prénom. Je glissais ensuite le téléphone vers lui.

- Alors... tu veux bien me donner ton numéro? Que je puisse t'inviter pour une après midi à la plage.

Et peut être un diner à deux par la suite, histoire d'avoir un vrai premier rencard avec lui. J'avais carrément espoir là maintenant.

- Et je pourrais peut être te payer un autre verre ensuite?

Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Everybody Lies : The beginning (ft. Beloved) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Everybody Lies : The beginning (ft. Beloved)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Lies Dajan
» We said no lies, I guess. ft. Loris
» jaydan ▬ lies make us tearing apart
» SWEET LIES ALABAMA
» [AIDE] Initiation à l'étude des Runes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: