-50%
Le deal à ne pas rater :
Offre Sosh Fibre ou ADSL sans engagement à 14,99€ au lieu ...
14.99 € 29.99 €
Voir le deal

Partagez
 
 
 

 tw +18 ; blood for blood (game over)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 
mikrokosmos
mikrokosmos
Féminin MESSAGES : 2209
INSCRIPTION : 11/02/2017
ÂGE : 26
RÉGION : Poitou-Charentes
CRÉDITS : masayume (avatar); mon ami tumblr (gifs) + moi-même (sign)

UNIVERS FÉTICHE : Réel, fantastique, science-fiction !
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

http://www.letempsdunrp.com/t55-badum-tss#111 http://www.letempsdunrp.com/t3230-j-ai-pas-d-idee-de-titre-lalala http://www.letempsdunrp.com/t250-journal-d-une-princesse http://www.letempsdunrp.com/t61-schyzophrenie-aigue-de-dreamy
Luigi

tw +18 ; blood for blood (game over) Empty

Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
dans un monde où les vampires sont connus du monde entier, il y a deux camps : les humains qui vivent loin des buveurs de sang, et ceux qui tombent sous leur joug. Livia l'apprend notamment lorsque son frère risque la mort pour ne pas avoir réglé la dette qu'il doit à un des vampires puissants de la ville. Elle décide alors d'aller voir ce dernier pour tenter de négocier la vie de son frère, ce qu'il accepte... non sans une contrepartie.

/!\ Attention : ce rp risque de comporter des passages pour public averti : violences, sexe, insultes, on est loin d'une romance adolescente.

Contexte provenant de cette recherche


@Game Over


les recherches sans idées fixes de bibi


as long as we got each other, nothing can stop us.
 
Revenir en haut Aller en bas
 
mikrokosmos
mikrokosmos
Féminin MESSAGES : 2209
INSCRIPTION : 11/02/2017
ÂGE : 26
RÉGION : Poitou-Charentes
CRÉDITS : masayume (avatar); mon ami tumblr (gifs) + moi-même (sign)

UNIVERS FÉTICHE : Réel, fantastique, science-fiction !
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

http://www.letempsdunrp.com/t55-badum-tss#111 http://www.letempsdunrp.com/t3230-j-ai-pas-d-idee-de-titre-lalala http://www.letempsdunrp.com/t250-journal-d-une-princesse http://www.letempsdunrp.com/t61-schyzophrenie-aigue-de-dreamy
Luigi

tw +18 ; blood for blood (game over) Empty


Livia
Hansen

J'ai 23 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis étudiante et serveuse pour payer mes études et je m'en sors pas trop mal, je suis économe. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire par choix et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.


mimi elashiry :copyright:️ midnight blues
Je n'entends rien. Rien d'autre que le claquement de mes talons contre l'asphalte des rues. Ne sens rien d'autre que le froid qui mord mes épaules nues, mon manteau glissant progressivement de mes épaules sans que je ne prenne le temps de le remettre en place dans ma course. Je n'ai même pas fait de passage par les vestiaires au boulot pour retrouver mes vêtements de ville, gardant cette tenue ridicule de serveuse aux couleurs criardes, mais je m'en moquais dans l'immédiat. L'information a circulé dans le restaurant en plein service. C'était monnaie courante, que des humains se frottent d'un peu trop près à des vampires, surtout les plus vieux et puissants de la ville. Depuis leur "émergence" face au reste du monde, les business humain/vampire étaient devenus quotidiens, et les disparitions mystérieuses, avec.

Qui s'y frotte, s'y pique, et c'est bien fait, avais-je l'habitude de me dire, ayant toujours pris la position de ne pas me mêler à leurs affaires, me contentant de servir ceux qui venaient au restaurants, parfois, rarement.

J'en avais l'habitude, jusqu'à ce qu'on me dise que la nouvelle victime était mon frère.

Et je savais exactement où aller, me dirigeant tout droit vers la demeure de l'un des vampires les plus vieux de Londres, et l'un des plus puissants également. Bon nombre de fois, je m'étais disputée avec Matthew au sujet de ses affaires avec les buveurs de sang. Mais rien à faire, mon aîné était têtu comme une mule, et j'en suis venue à me dire qu'il était irrattrapable. Mais de là à l'abandonner ? J'en étais incapable.

Et je devine que les rumeurs étaient fondées dès que je m'arrête devant les portes de l'immense maison du vampire, deux homme en costume me toisant avec un rictus moqueur. Ils savaient déjà, peut-être parce que j'ai le même teint halé et les même yeux clairs que Matthew. Est-ce que j'arrive trop tard ? « Je veux voir mon frère. » Et sans attendre de réponse, je m'avançait déjà en direction des portes en fer forgé, rapidement arrêtée par l'un des gardes du corps - humains ? vampires ? je ne savais pas trop - tandis que le second, en retrait, semblait être au téléphone, peut-être avec lui. Instinctivement, j'arrêtais de respirer, le coeur battant, sans cesser de fixer l'homme en travers de ma route avec une lueur à la fois féroce et paniquée dans les yeux, jusqu'à ce que l'autre revienne, attirant mon attention. Et qu'il tire sur mon bras après avoir ouvert le portail, m'engouffrant dans la nuit et vers les escaliers qui menaient à la porte d'entrée, escortée par l'homme pendant que le second restait près de la porte, retournant à ses occupations.

A peine la porte ouverte, je me dégage de la prise du gorille pour traverser le hall d'entrée en courant, et me figer dans une vision d'horreur. Main plaquée contre mes lippes, je constate assez rapidement que Matthew est là. Entouré d'une dizaine de vampires, qui semblaient tous visiblement très amusés - et d'autres, affamés - par la vision de mon frère attaché, le corps lacéré de blessures, inconscient. Et je ne tardais pas à deviner auquel de ces immortels je devais m'adresser.

« Monsieur. »

Automatiquement, je tombe sur mes deux genoux, paumes à plat sur le parquet ciré, tête baissée. Clairement, je sais que je ne suis pas en position pour lui tenir tête et faire la fière. Et la vie de mon frère en dépendait.

« Mon frère est ignorant et malade, je vous supplie d'épargner sa vie. »

Ma voix tremble, je le sentais jusque dans ma respiration. Matthew, dans sa léthargie, gémit. Mes ongles s'en plantaient presque dans le bois sous mes doigts.

« Je suis prête à vous donner tout ce que j'ai, toutes mes économies s'il le faut, pour rembourser la dette qu'il a envers vous. » soufflais-je finalement, résignée.


les recherches sans idées fixes de bibi


as long as we got each other, nothing can stop us.
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 1845
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Licorne

tw +18 ; blood for blood (game over) Empty


Lancelot de Berkeley
J'ai 768 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis patron de plusieurs boîtes de nuit et bar et je m'en sors extrêmement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et nullement intéressé par le fait de me lier à une autre créature et je le vis plutôt bien.

tw +18 ; blood for blood (game over) Giphy


Aleksander Skarsgard :copyright:️ Bonnie

Je les regardais faire, riant aux éclats autour de l'épave sanguinolente. Des gamins jouant, ne se souciant de rien d'autre que de leur plaisir immédiat. Des gamins, à peine une centaine d'années pour le plus âgé d'entre eux. Ils s'enthousiasmait pour si peu. Quelques gouttes de sang perlant sur la peau, quelques cris de souffrance lâchés et cette douce odeur, celle de la peur suintant par tous ses pores, il ne leur en fallait pas plus. Je les fixais d'un oeil morne, las de ces petites gamineries. Où était le raffinement? A quel moment prenaient ils le temps d'apprendre à connaitre les points faibles de leur victime? Savoir où frapper pour occasionner la plus grande douleur sans pour autant tuer le tuer. Laisser la peur et l'appréhension faire le plus gros du travail alors qu'il s'imagine toutes les tortures qu'il pourrait subir pour finalement lui faire endurer encore pire. Ils n'avaient aucun raffinement, se contentant de frapper pour frapper, se délectant de peu de choses. Gamins pitoyables...

Alors pourquoi les avais je laisser faire? J'avais plusieurs raisons, toutes excellentes, même si pour l'instant je regrettais leur existence. C'était une des leurs qui s'était faite attaquée. Je ne pouvais pas les priver de leur petite vengeance et surtout pas à elle non plus. Elle avait donné le premier coup, se laissant rejoindre par ses camarades. Ils avaient besoin de ça pour me rester fidèle. Si je commençais à les frustrer, à leur retirer leur jouet de la bouche ils allaient éprouver de la rancoeur et c'était bien la dernière chose que je voulais. J'avais ma petite cour d'admirateur, tous prêt à se saigner pour moi et j'entendais bien la garder ainsi. Alors qu'ils jouent, qu'ils fassent les imbéciles, le sort de ce misérable humain m'était égal de toute façon.

- Monsieur...

Je retournais légèrement la tête alors qu'un de mes hommes venait me parler. J'adorais, ce mélange de vénération et de crainte que je voyais dans leur regard.

- Sa soeur est là... elle demande à vous voir.

- Fais la venir.

- Monsieur vous êtes sur que...

Un seul regard suffit à faire taire et déguerpir l'abruti. Je me laissais aller à sourire, un de mes rares sourires qui ne laissait en général rien présager de bon pour ceux qui en étaient témoins. Mais les gosses ne remarquèrent rien. Ils étaient trop occupé à jouer pour s'en rendre compte.

Je me retournais complètement en entendant une petite voix fluette m'appeler. Je la fixais et souris encore plus largement en la voyant se mettre à genoux devant moi pour me supplier.

« Mon frère est ignorant et malade, je vous supplie d'épargner sa vie. »

Les autres continuaient de rire et de s'amuser derrière moi, inconscient de ce que la jeune femme était entrain de faire. Son frère non plus n'était plus conscient de grand chose. Ils continuaient de faire les abrutis alors qu'il n'avait plus assez de forces en lui pour crier. Où était donc l'intérêt? Pitoyable...

« Je suis prête à vous donner tout ce que j'ai, toutes mes économies s'il le faut, pour rembourser la dette qu'il a envers vous. »

Je me retenais de rire à sa remarque. Elle était tellement risible et elle ne s'en rendait certainement pas compte. Je me redressais sur mon siège avant de me pencher vers elle, un air sérieux planté sur mon visage.

- Dis moi.... sweetie... as tu vu ma maison? Tu penses vraiment que j'ai besoin de tes petites pièces de monnaie?

Je me relevais et m'installais confortablement dans mon fauteuil tout en continuant de la regarder.

- En outre, ton cher frère s'en est pris à une de mes amies. Tu peux comprendre qu'on ait tous envie de venger notre amie. Mais je pourrais les convaincre de les laisser partir. A condition que tu m'offres autre chose, quelque chose de plus intéressant que tes quelques piécettes.

Je la regardais, souriant à nouveau, mon regard détaillant son corps sans aucune retenue. Là tout de suite je voyais bien ce qu'elle pourrait me donner en échange, quelque chose qui pourrait à coup sur pimenter mes nuits un peu trop fades en ce moment.
Revenir en haut Aller en bas
 
mikrokosmos
mikrokosmos
Féminin MESSAGES : 2209
INSCRIPTION : 11/02/2017
ÂGE : 26
RÉGION : Poitou-Charentes
CRÉDITS : masayume (avatar); mon ami tumblr (gifs) + moi-même (sign)

UNIVERS FÉTICHE : Réel, fantastique, science-fiction !
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

http://www.letempsdunrp.com/t55-badum-tss#111 http://www.letempsdunrp.com/t3230-j-ai-pas-d-idee-de-titre-lalala http://www.letempsdunrp.com/t250-journal-d-une-princesse http://www.letempsdunrp.com/t61-schyzophrenie-aigue-de-dreamy
Luigi

tw +18 ; blood for blood (game over) Empty


Livia
Hansen

J'ai 23 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis étudiante et serveuse pour payer mes études et je m'en sors pas trop mal, je suis économe. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire par choix et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.


mimi elashiry :copyright:️ midnight blues
Je ne m'étais jamais sentie aussi vulnérable de ma vie. A genoux, prostrée face à un parfait inconnu, mais inconnu immortel. J'ai toujours été de celles qui tenaient tête face à l'oppression masculine, la misogynie, mais ce soir, j'étais impuissante. Pour aider mon frère, je suis prête à tout, même à mettre en sourdine mes principes, mais pour autant, ça ne veut pas dire que ça ne heurte pas mon égo. Lourdement. Je n'entends rien d'autre que les rires des autres vampires, tous trop accaparés par le corps inerte et sanguinolent de mon frère pour me porter la moindre attention, mais lui... lui, s'est redressé. Penché sur moi comme si j'étais une nouvelle proie, alors que je garde les yeux rivés sur mes doigts aux phalanges blanchies tant ils étaient crispés sur le sol dur et froid.

Aux premières notes de sa voix, à ses premiers mots, je déglutis, sentant un frisson - de frayeur ? - remonter le long de mon échine. Jamais en dehors de mon travail n'ai-je été en contact d'aussi près avec un immortel. Les yeux fermés, je pinçais douloureusement les lèvres à sa réponse, ne présageant rien de bon. Son regard pesait sur moi, si lourd que j'en sentais tout le poids sur mes épaules.

Matthew s'est attaqué à une vampire. Prévisible. Son addiction à leur sang allait finir par lui porter préjudice, j'en étais certaine, et pourtant, je n'ai pas su empêcher l'inévitable. Sa mise en danger. Et avec, la mienne. A ses derniers mots, je fronçais les sourcils, me risquant enfin à lever les yeux pour l'observer. Grand, probablement une trentaine de centimètres de plus que moi, même assis il me semblait immense. Et dangereux.

« Autre chose...? » Mes mots quittent avec peine ma gorge, ne saisissant pas de prime abord, jusqu'à ce que je remarque la façon dont ses yeux se perdaient sur ma silhouette. Sur moi. Tout simplement, moi. A cette prise de conscience, mon cœur eut un raté, s'affolant brutalement. J'en avais le tournis. Ma tête se tourne finalement pour regarder mon frère. Si je le laissais là, il allait mourir.

Je savais que je ne pouvais pas vivre avec ça sur la conscience.

« Promettez moi qu'aucun des vôtres ne le tuera. Promettez moi qu'il sortira d'ici et que vous l'oublierez, sans la moindre blessure supplémentaire. »

Lancelot de Berkeley. Pour la première fois depuis mon arrivée, je soutiens son regard, mon corps se redressant juste assez pour le regarder sans trembler. Et la voix claire, toute trace de peur effacée, je finis par dire :

« Faites m'en le serment... et je vous donnerait ce que vous voulez. »

Ma vie, s'il le fallait. J'espérais qu'il fasse ça vite. J'espérais simplement avoir fait mouche avec ma requête. S'il était aussi vieux que les rumeurs le disaient, si son histoire était vraie, avait-il conservé son sens de l'honneur, respectait-il ses promesses ? C'est tout ce qui m’obsédait, dans l'immédiat. Que mon frère soit sauf, quel que soit mon destin.


les recherches sans idées fixes de bibi


as long as we got each other, nothing can stop us.
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 1845
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Licorne

tw +18 ; blood for blood (game over) Empty


Lancelot de Berkeley
J'ai 768 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis patron de plusieurs boîtes de nuit et bar et je m'en sors extrêmement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et nullement intéressé par le fait de me lier à une autre créature et je le vis plutôt bien.

tw +18 ; blood for blood (game over) Giphy


Aleksander Skarsgard :copyright:️ Bonnie

« Autre chose...? »

Autre chose oui mais je la laissais prendre doucement conscience de ce que j'attendais d'elle. Je suivais son regard, devinant le cours des pensées qui se formaient petit à petit dans son esprit. Je remarquais quand elle comprit ce que j'attendais d'elle. Mon regard avait été assez équivoque pour laisser peu de place à d'autres interprétations. Je la regardais ensuite alors qu'elle fixait son frère. Il avait compris que si il restait ici il allait mourir. Il était loin de l'être pour le moment. Certes il était inconscient mais c'était plus le choc du à la douleur qui l'avait fait sombrer qu'une réelle perte de sang. Il était encore loin d'avoir été complètement saigné. Ils pourraient encore jouer pendant des jours avec lui si ils s'y prenaient bien.

« Promettez moi qu'aucun des vôtres ne le tuera. Promettez moi qu'il sortira d'ici et que vous l'oublierez, sans la moindre blessure supplémentaire. »

Elle me regardait enfin, pour la première fois depuis son arrivée ici. Elle semblait décider, prête à affronter le monde à mains nues si il le fallait. Ce n'était qu'une façade, j'en étais certain. Une façon de se donner du courage pour faire ce qu'elle pensait être juste, la plus grande connerie de sa vie d'après moi mais qui étais je pour juger? Je doutais que la vie d'un drogué vaille qu'elle se sacrifie, mais si c'était son choix après tout. Je n'allais pas l'en empêcher.

« Faites m'en le serment... et je vous donnerait ce que vous voulez. »

La suite ne me surpris pas. Elle échangeait sa place pour son frère, rien d'étonnant à cela. Elle ne voulait pas avoir sa mort sur sa conscience et tout le tralala. Les humains étaient vraiment pathétiques... plus je les fréquentais et plus ils me dégoutaient. Heureusement qu'ils avaient un minimum d'attrait physique pour compenser la faiblesse de leur caractère.

- Que les choses soient claires? Tu te proposes de prendre sa place.

Et ce n'était pas une question mais une affirmation. Parce que c'était exactement ce que je voulais et elle le savait parfaitement.

- Je te promets qu'il pourra partir d'ici sans qu'on ne lui fasse rien de plus et que personne ne le touchera. Je peux aussi te promettre qu'ils ne te toucheront pas et que tu resteras en vie.

Je me laissais aller à lui sourire avant de continuer.

- Pour le reste je ne peux rien te promettre.

Elle serait vivante et son frère également. Je trouvais personnellement que c'était plutôt un marché honnête sachant que je les privais de leur vengeance c'était même plus que généreux.

- On est d'accord?

Revenir en haut Aller en bas
 
mikrokosmos
mikrokosmos
Féminin MESSAGES : 2209
INSCRIPTION : 11/02/2017
ÂGE : 26
RÉGION : Poitou-Charentes
CRÉDITS : masayume (avatar); mon ami tumblr (gifs) + moi-même (sign)

UNIVERS FÉTICHE : Réel, fantastique, science-fiction !
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

http://www.letempsdunrp.com/t55-badum-tss#111 http://www.letempsdunrp.com/t3230-j-ai-pas-d-idee-de-titre-lalala http://www.letempsdunrp.com/t250-journal-d-une-princesse http://www.letempsdunrp.com/t61-schyzophrenie-aigue-de-dreamy
Luigi

tw +18 ; blood for blood (game over) Empty


Livia
Hansen

J'ai 23 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis étudiante et serveuse pour payer mes études et je m'en sors pas trop mal, je suis économe. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire par choix et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.


mimi elashiry - midnight blues
A mesure que les secondes, minutes s'écoulent, je devine que mes chances de sortir de cette maison s'amenuisent progressivement. Si je sors d'ici, Matthew sera mort avant le lever du jour, je le sais. L'esprit vengeur d'un vampire est déjà terrible, alors de plusieurs vampires ? Il souffrirait, pour finir par mourir lentement. Et je ne pouvais pas vivre avec ça. J'en étais incapable. J'ai toujours tout fait pour protéger mon frère, et ce même malgré le fait que je sois plus jeune que lui de quelques années. De nous deux, je suis la réfléchie, celle qui sait quelles limites ne pas dépasser.

Et même ce risque que j'allais prendre était réfléchi. Inconscient, mais je n'allais pas faire marche arrière.

L'immortel reprend finalement la parole pour dire de vive voix ce que j'avais déjà compris auparavant : ce qu'il veut en contrepartie, c'est moi. Et je hoche la tête, simplement, même si mes mains serrées l'une contre l'autre trahissent ma nervosité.

« Je sais. » dis-je dans un soupir résigné, fermant les yeux. « Et je le ferai si vous me donnez votre parole. »

Les vampires pouvaient être fourbes, mais je compte sur sa parole, sur son.. honnêteté ? Est-ce qu'il y a lieu de parler de ce genre de chose, est-ce que ça s'applique aux vampires ? Je sais si peu de choses d'eux. Et quelque chose me soufflait que je n'allais pas tarder à en savoir plus, à mes dépends.

Mais il promis. Je soupirais de soulagement, mon regard clair déviant automatiquement en direction de mon frère touours inconscient. Mais il revient aussi vite sur Lancelot dès lors qu'il reprend la parole, me faisant hausser les sourcils de surprise. Et si une part de moi est soulagée d'entendre ces mots... la fin de sa phrase fait remonter des frissons le long de mon échine. Pour le reste je ne peux rien te promettre.

Si j'étais d'accord ?
Avais-je réellement le choix ?

« C'est d'accord. »

Je scellais mon avenir, mais avec, celui de Matthew, qui resterait en vie.


les recherches sans idées fixes de bibi


as long as we got each other, nothing can stop us.
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 1845
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Licorne

tw +18 ; blood for blood (game over) Empty


Lancelot de Berkeley
J'ai 768 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis patron de plusieurs boîtes de nuit et bar et je m'en sors extrêmement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et nullement intéressé par le fait de me lier à une autre créature et je le vis plutôt bien.

tw +18 ; blood for blood (game over) Giphy


Aleksander Skarsgard :copyright:️ Bonnie

« Je sais. Et je le ferai si vous me donnez votre parole. »

Elle avait ma parole, il ne me restait plus qu'à attendre de voir si elle était prêt à accepter mes conditions pour sauver son frère. J'avais déjà une idée de la réponse mais l'entendre serait autrement plus délectable.

« C'est d'accord. »

Je souris et me levais. Se rendait-elle compte qu'elle venait de renoncer à tout jamais à sa vie? Peut être... mais elle était certainement trop éprise de son frère pour oser le laisser se faire tuer. C'était ridicule, mais c'était son choix.

Je la laissais là, sans un regard pour elle avant d'aller rejoindre le corps de son frère. Je le détachais avant de le secouer un peu pour qu'il se réveille. Il finit par ouvrir un oeil avant de me fixer l'air effrayé.

- Tu te casses. Je ne veux plus jamais te voir ici. Je ne veux plus te voir t'approcher de l'un de nous ou recommencer à consommer du sang de vampire. Sinon je te jure que cette fois je te tuerais.

Je le jetais dehors sans ménagement. Les autres commencèrent à les calmer mais je les arrêtais rapidement. Sa soeur avait payé sa dette, il pouvait partir libre. Ils râlèrent mais ils finirent par lacher l'affaire. Je les renvoyais, les laissant aller s'amuser ailleurs. Je voulais être seul pour le reste de la soirée, j'avais des choses à faire.

"Et elle on peut la prendre"

L'un d'entre eux s'était approché de la jeune femme, commençant à la regarder avec envie. Je les avais privé du frère alors forcément ils voulaient prendre le lot de consolation.

- Non vous ne touchez pas à elle. Laissez la et partez.

Nouveau concert de protestation mais un seul regard suffit à les calmer avant qu'ils s'en aillent. Je n'avais toujours pas jeté un regard à la jeune femme. Je partis dans mon mini bar, sortis une bouteille d'alcool fort et en servit un verre avant de revenir le lui tendre.

- Tu vois je tiens mes promesses. Ton frère est libre et personne n'y touchera.

Il fallait juste passer le léger détail de son départ, quand je l'avais foutu dehors sans qu'il puisse dire au revoir à sa soeur. Il était en vie il pouvait bien s'estimer heureux. Je n'allais pas supporter leurs adieux larmoyants.

- Je crois qu'il va falloir qu'on voit quelques règles ensemble. Naturellement tu ne sortiras pas d'ici. La maison est verrouillé pour que personne n'entre et forcément ne sorte sans que je l'ai autorisé. Je te déconseille d'essayer de partir pendant la journée, tu le regretterais.

Et encore si elle réussissait à partir. Les murs qui entouraient la propriété étaient haut. Il fallait un code pour déverrouiller le portail. Et même si elle y arriverait, je la retrouverais facilement. Je ne mentais pas, j'étais parfaitement capable de lui faire regretter son escapade dehors.

- Il y a plusieurs chambres à l'étage. Je te laisse choisir celle que tu veux. Bien entendu tu ne descends pas à la cave. Le reste de la maison t'es libre d'accès. Je te laisse te débrouiller pour tes repas. Et pour faire le ménage autant que tu serves à quelque chose.

Je lui souris à nouveau. J'engageais une femme de ménage quand j'avais besoin mais elle n'était pas sensée le savoir.

- Des questions?

Revenir en haut Aller en bas
 
mikrokosmos
mikrokosmos
Féminin MESSAGES : 2209
INSCRIPTION : 11/02/2017
ÂGE : 26
RÉGION : Poitou-Charentes
CRÉDITS : masayume (avatar); mon ami tumblr (gifs) + moi-même (sign)

UNIVERS FÉTICHE : Réel, fantastique, science-fiction !
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

http://www.letempsdunrp.com/t55-badum-tss#111 http://www.letempsdunrp.com/t3230-j-ai-pas-d-idee-de-titre-lalala http://www.letempsdunrp.com/t250-journal-d-une-princesse http://www.letempsdunrp.com/t61-schyzophrenie-aigue-de-dreamy
Luigi

tw +18 ; blood for blood (game over) Empty


Livia
Hansen

J'ai 23 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis étudiante et serveuse pour payer mes études et je m'en sors pas trop mal, je suis économe. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire par choix et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.


mimi elashiry - midnight blues
C'est fini. Dès lors que mon accord quitte mes lippes, expiré dans un souffle presque douloureux, Lancelot de Berkeley se redresse, s'éloignant de moi sans un mot de plus pour venir dégager pour frère de ses entraves, mais également des autres vampires. A peine eveillé, il observe l'immortel, la terreur dans ses yeux clairs. Et de mon côté, je ne m'étais même pas rendu compte du fait que je m'étais mise à pleurer. Les perles salées roulaient, une à une, sur mes joues, et je m'en mordais les lèvres pour les contenir, pour garder cet air fort et fier que j'ai tenté  d'afficher face à tous ces vampires. D'un revers de la main, je balayais mes larmes en écoutant les menaces de l'immortel envers mon aîné, qui fut expédié vers la sortie sans ménagement. C'est seulement alors qu'il était poussé vers l'extérieur qu'il posa les yeux sur le sol pour me regarder. Une seconde de plus pour comprendre ce qui venait de se passer. Mais rien ne vint. Pas une protestation, pas même mon prénom, comme s'il était resté coincé dans sa gorge. Ou plus probablement avait-il peur des représailles, trop peur de mourir pour tenter de me sortir de là. Cette pensée me serra le cœur. Mais je connaissais mon frère, alors dire que j'étais étonnée aurait été un beau mensonge. Je restais là, immobile, jusqu'à ce que j'entende la porte claquer. Et avec, le silence, un bref instant.

La cacophonie revint bien vite, les vampires visiblement mécontents d'avoir perdu leur jouet. Mais leur... maître ? créateur ? - je ne saurais dire quel lien les vampires avaient entre eux, mais clairement, il leur était supérieur - les dégagea hors de sa vue sans ménagement. Non sans quelques lourdes protestations marmonnées pour ne pas s'attirer les foudres du blond, ils commencèrent à quitter les lieux, un par un, certains à une vitesse humaine, d'autres, disparaissant sous mes yeux écarquillés. Mon attention fut attirée par l'un d'entre eux, resté sur place, qui s'approchait dangereusement, demandant à disposer de ma personne. Instinctivement je me redressais sur mes deux jambes, toujours bien petite face à lui également, et je reculais de deux pas. Un autre vampire s'était approché, une femme cette fois, et son regard perçait presque ma carotide, ainsi fixé sur mon cou. Je portais une main à celui-ci par réflexe protecteur, mais ce fut monsieur de Berkeley, encore une fois, qui prit la parole, leur interdisant de me toucher. Je levais vers lui un regard surpris. Il ne comptait vraiment pas les laisser me tuer ? Apparemment pas, puisque d'un air résigné, ils s'éloignèrent respectueusement du vampire blond, jusqu'à disparaître à leur tour.

Et c'était comme si je n'étais qu'un meuble dans la pièce, demeurant immobile alors qu'il s'éloignait vers son bar pour servir un verre d'alcool qu'il... revint me tendre ? Je l'écoutais parler, considérant avec méfiance le verre de cristal et son contenu avant de lever mes doigts pour les enrouler autour, tête baissée, incapable de le regarder dans les yeux. Je venais d'être séparée de mon frère, arrachée à ma vie paisible, et j'avais besoin de digérer cette information. J'observais autour de moi, mon regard s'arrêtant sur les escaliers qui menaient probablement à l'étage et aux chambres. La cave, interdite. Je haussais les épaules, ne voyant pas réellement pourquoi je voudrais descendre au sous sol de cette maison. A vraie dire, j'allais probablement passer mes journées à la fenêtre de la chambre en plein soleil pour éviter de me faire bouffer à la première occasion.

Mes repas... s'attendait-il réellement à ce que je sois en mesure de manger quoique ce soit ? J'avais l'estomac bien trop noué pour ça. Mais je hochais la tête, non sans me demander comment il voulait que je cuisine quoique ce soit dans une maison de vampires. Est-ce qu'il avait ne serait-ce qu'un frigo ? Une cuisine ? Je gardais cependant toutes mes questions pour moi, secouant la tête en demandant simplement :

« Est-ce que je peux.. monter ? »

Je voulais juste disparaître dans une chambre, peu m'importe laquelle, et m'y enfermer pendant des heures. Jusqu'à ce que le jour se lève.


les recherches sans idées fixes de bibi


as long as we got each other, nothing can stop us.
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 1845
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Licorne

tw +18 ; blood for blood (game over) Empty


Lancelot de Berkeley
J'ai 768 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis patron de plusieurs boîtes de nuit et bar et je m'en sors extrêmement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et nullement intéressé par le fait de me lier à une autre créature et je le vis plutôt bien.

tw +18 ; blood for blood (game over) Giphy


Aleksander Skarsgard :copyright:️ Bonnie

« Est-ce que je peux.. monter ? »

- Bien sur... il va faire jour dans deux heures de toute façon...

Sous entendu que j'allais bientôt aller me coucher. Je m'étais attendu à des questions de sa part, si elle allait chercher à savoir ce qui l'attendait concrètement. Elle ne s'interrogeait pas sur le comment elle allait faire pour aller travailler ou autre. Je trouvais ça étrange mais je ne relevais pas. Elle pouvait bien faire comme bon il lui semblait, tant qu'elle respectait mes quelques légères règles.

Je la laissais partir, ne me gênant pas pour la détailler alors qu'elle montait les escaliers, vraiment très appétissante... Je ne regrettais pas mon choix pour le moment. J'avais tout mon temps. Je pouvais parfaitement attendre la prochaine nuit pour aller.... la goûter.

Je m'installais à mon bureau, réglant quelques détails administratifs, donnant des consignes à mon assistant de jour pour qu'il veille à lui acheter de quoi se nourrir. J'avais un frigo rempli de bouteilles de sang synthétique dégueulasse pour les cas d'urgence, un micro onde pour les réchauffer et... je devais bien avoir un four et des plaques chauffantes mais je ne les avais jamais essayé.

Je terminais mes papiers avant de descendre à la cave. Je passais plusieurs portes, les verrouillant toutes soigneusement derrière nous. On ne vivait pas aussi longtemps que moi en étant imprudent. Les abrutis qui s'amusaient tout à l'heure l'apprendraient pour certains. Et encore ils avaient de la chance de vivre dans cette époque, les choses étaient beaucoup plus simples. On pouvait survivre sans tuer. On pouvait vivre parmi les humains sans craindre d'être démasqué à tout moment. Nous n'étions plus obligé de bouger sans cesse, se cachant et vivant dans l'ombre alors que nous étions nous les plus puissants.

Je me couchais enfin dans ma petite pièce. J'avais choisi ma maison en partie pour ça, parce qu'il y avait une cave spacieuse, sans aucune fenêtre, aucune source de lumière. Je l'avais fait renforcé par plusieurs portes et système de sécurité. Je m'étais faite une chambre confortable. Ce n'était pas parce que je dormais profondément que je ne pouvais pas avoir un minimum de confort. J'avais bien mon "autre" chambre à l'étage, celle où je recevais mes invités, mais celle là aucune chance également qu'elle la choisisse, elle était verrouillée en permanence.

Je m'allongeais avant de sentir les ténèbres m'emporter. Je me laissais aller alors que je sentais le soleil se lever à l'extérieur.

Je ne savais pas si on pouvait appeler ça dormir. Un humain dormant continuait de bouger, il faisait des rêves, se réveiller plusieurs fois dans sa nuit. Moi je sombrais, immobile, ressemblant à un mort, sans rêve ni conscience du monde extérieur. Il parait qu'il était quasiment impossible de nous réveiller quand nous étions ainsi. Je n'en avais aucune idée, je n'avais jamais essayé d'émerger en pleine journée.

Je me levais et allais me préparer. Je passais dans la maison silencieuse, me demandant vaguement ce qu'elle pouvait être entrain de faire. Je déverrouillais ma chambre et allais m'enfermer à l'intérieur pour me doucher et me préparer. Je ressortais rapidement, vêtu d'un pantalon noir et d'une chemise de la même couleur.

Je la sentais, je savais où elle était. Elle avait pris une de celle qui avait la plus belle vue sur la campagne environnante. Je rentrais directement dans sa chambre, m'adossant au chambranle de la porte.

- Bonjour sweetie, j'ai besoin de toi. J'ai soif...

Et il était hors de question que je prenne une bouteille dégueulasse alors qu'elle était là.



Revenir en haut Aller en bas
 
mikrokosmos
mikrokosmos
Féminin MESSAGES : 2209
INSCRIPTION : 11/02/2017
ÂGE : 26
RÉGION : Poitou-Charentes
CRÉDITS : masayume (avatar); mon ami tumblr (gifs) + moi-même (sign)

UNIVERS FÉTICHE : Réel, fantastique, science-fiction !
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

http://www.letempsdunrp.com/t55-badum-tss#111 http://www.letempsdunrp.com/t3230-j-ai-pas-d-idee-de-titre-lalala http://www.letempsdunrp.com/t250-journal-d-une-princesse http://www.letempsdunrp.com/t61-schyzophrenie-aigue-de-dreamy
Luigi

tw +18 ; blood for blood (game over) Empty


Livia
Hansen

J'ai 23 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis étudiante et serveuse pour payer mes études et je m'en sors pas trop mal, je suis économe. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire par choix et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.


mimi elashiry - midnight blues
Je n'ai pas attendu plus longtemps pour m'évader vers l'étage, gravissant les marches en m'efforçant de ne pas baisser les yeux sur lui. Le jour allait se lever, et je ne sentais pas une once de fatigue, mes nerfs bien trop à vif pour pouvoir fermer les yeux. Arrivée dans le couloir, je guettais le moindre son d'un air anxieux, mais il semblerait que je sois seule, et que mon.. geôlier tienne réellement sa parole. Dans les films, les vampires sont fourbes et menteurs, et j'avais gardé cette image en tête, ne me penchant jamais trop sur les informations sorties après qu'ils se soient révélés au reste du monde. Pour moi, les choses étaient claires : les immortels faisaient leur "vie" - ironie du sort - de leur côté, et du mien, je vivrai la mienne. Et voilà que je me retrouvais captive d'un vampire, sans savoir si je pourrai un jour retrouver ma vie quotidienne. Qu'allaient-ils dire au boulot ? Peut-être me penseront-ils morte, tombée sous les crocs d'un jeune vampire sans contrôle. Aujourd'hui, ce genre de situation n'étonne personne.

Après une première hésitation, je poussais une première porte pour voir une chambre petite, où règne une odeur de poussière désagréable. Je m'avançais avec précaution pour inspecter les lieux, me demandant ce que cet homme pouvait bien avoir à faire avec autant de chambres dans une maison où les vampires dorment dans des caves. J'ouvrais les rideaux pour regarder la ville qui se dessinait, au loin, et soupirais. D'autres grandes propriétés se trouvaient non loin, s'agissait-il d'autres vampires comme lui ? Mon manque de connaissance en la matière faisait que je n'avais entendu parler que de Lancelot de Berkeley. Le plus vieux vampire installé à Londres, du moins, à la connaissance générale. Je ne savais strictement rien de lui, si ce n'est que mon frère avait tendance à fréquenter les bars à vampires qu'il tenait. Regardez où ça l'a mené.

Je finis par sortir de la chambre, refermant avec précaution la porte derrière moi pour en ouvrir une autre.. ou pas. Celle-ci était verrouillée, et a poignée ornée de dorures. Malgré moi, je roulais des yeux vers le ciel, marmonnant « Je croyais que j'avais accès à tout sauf la cave ? » Mais soit, qu'importe, je me reportais sur la porte suivante, et celle-ci s'ouvrit, fort heureusement. La chambre était plus grande, et du fait des rideaux tirés, la lumière extérieure baignait la pièce d'une lueur blanchâtre, tamisée, agréable. Comme si mon choix était déjà fait, je refermait la porte derrière moi, approchant du grand lit qui se trouvait en pleine lumière de la fenêtre. C'était parfait.

Deux heures durant, je fis les cent pas dans la chambre. Je n'avais rien avec moi, hormis mon sac, comportant de l'argent, du maquillage, les clés de mon appartement, l'attirail d'une fille normale. Mais je n'avais pas de vêtements, pas même de quoi me changer pour dormir. Appuyée contre la fenêtre, où se dessinait la campagne londonienne et les arbres à perte de vue, les premiers rayons du soleil vinrent me baigner d'une lumière chaleureuse. Réconfortante. Sans trop savoir pourquoi, sans saisir s'il s'agissait de peur, de tristesse, ou simplement de mélancolie, je me suis remise à pleurer. Me demandant combien de matin j'allais pouvoir observer de cette fenêtre, s'il s'agissait même de mon dernier. Ce matin là, je n'ai pas réussi à m'endormir avant neuf heures du matin. Le soleil était haut, sa lumière envahissant la chambre, et j'avais retiré les rideaux pour les cacher sous le lit. Simple garantie. Alors seulement mon esprit s'est un tant soit peu apaisé, et j'ai pu fermer les yeux.

J'étais exténuée, si bien que je n'émergeais pas avant vingt heures, les rayons du soleil commençant lentement à décliner pour disparaître derrière les arbres. Frottant mes yeux encore lourds de fatigue, c'est en détaillant la chambre du regard que tout me revint à l'esprit. Ce n'était pas un cauchemar. J'étais encore là. Et donc lui aussi. Pour autant, je me refusais à sortir de la chambre, quand bien même je n'avais ni mangé ni bu depuis plus de vingt-quatre heures. Je restais allongée sur le lit, observant d'un air morne les lumières qui disparaissaient, peu à peu, jusqu'à ce qu'à la fenêtre, Londres soit plongée dans la nuit.

Et il était là.

Appuyé dans l'embrasure de la porte, ses yeux bleus rivés sur moi, je tressaillis à ses mots. J'ai soif. Mes yeux qui s'étaient levés vers lui se baissèrent aussitôt, cherchant une excuse, n'importe quoi pour me dérober. « Je.. je dois d'abord aller prendre une douche. » Ce qui en soit, n'était pas faux. Je ne me suis pas lavée depuis hier matin, avant de prendre mon service au restaurant. Dans ma précipitation, je me redressais, manquant de chuter au passage. Poings serrés pour masquer mes tremblements. Si beaucoup d'humains avaient pour "hobbie" de se faire mordre par des vampires, moi, je n'avais jamais vu ne serait-ce que leurs crocs. Et l'idée que cet homme vienne se nourrir sur moi me terrifiait. Qu'est-ce que j'étais censée faire ? M'asseoir sagement et lui tendre mon poignet ?



les recherches sans idées fixes de bibi


as long as we got each other, nothing can stop us.
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


tw +18 ; blood for blood (game over) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
tw +18 ; blood for blood (game over)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 7Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» [[??]] True Legend [DVDRiP]uptobox

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers fantasy :: Surnaturel-
Sauter vers: