Partagez
 
 
 

 wanna be ur sister, wanna be ur friend, till the end

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
 
Laine Rouge
Laine Rouge
MESSAGES : 9
INSCRIPTION : 06/07/2019
CRÉDITS : Pas encore

UNIVERS FÉTICHE : Univers magiques, historiques
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Limace

wanna be ur sister, wanna be ur friend, till the end - Page 2 Empty


Prénom
Nom

J'ai xx ans et je vis à ville, Pays. Dans la vie, je suis études/métier et je m'en sors statut de vie (bien, moyen, pas bien). Sinon, grâce à ma chance/malchance, je suis statut matrimonial et je le vis plutôt bien/pas bien.

Informations supplémentaires ici.


avatar :copyright:️ Moi
Leur étrange ballet coupait le souffle de Fovéa, comme si elle était suspendue, que le temps s'était arrêté, qu'un équilibre parfait s'était trouvé et que chaque infime oscillation, qu'elles devaient pourtant accomplir, risquait d'en troubler l'ordre et de les envoyer s'écraser contre leurs propres limites. Elle a conscience d'être brisée, inadaptée et socialement peu équipée. La créature en face d'elle laisse échapper une énergie sauvage dont elle comprend qu'elle n'a vu jusqu'ici que ses ombres dans les yeux et les hurlements rauques et furieux des autres spécimens.

L'inconnue répète sa phrase, et Fovéa sent l'espoir qui montait l'abandonner. Elles n'arriveront pas à communiquer, et elle ne sortira pas de cette « forêt ». Mais l'autre se reprendre, articule d'autres syllabes qui ont l'air étrangères sur ses lèvres. Fovéa réalise qu'il est possible d'avoir encore moins l'occasion de parler qu'elle. Les mots n'ont pas l'air d'être très agréables pour la créature. Tant pis, décide Fovéa, elles s'en passeront.

« Ciel... »

Pourtant sur ses lèvres à elle, le prénom coule comme de l'eau fraîche. Elle hoche la tête.

Mais quand les ailes bruissent et se rapprochent, elle ne peut retenir un nouveau mouvement de recul. Elle est déjà dos à un arbre, mais elle se serre contre l'écorce, et les aspérités l'éraflent à travers le coton noir de sa chemise. Chaque contact avec un objet de la forêt semblait faire pénétrer un peu plus d'humidité dans ses vêtements. Elle frissonna et se décolla du végétal. Elle commençait à avoir vraiment froid. Elle jeta un coup d'oeil à ses pieds, nus et principaux coupables. Comme si ça ne suffisait pas, son ventre gargouilla avec allégresse, et elle senti le sang lui monter aux joues. Elle rougit de plus belle quand Ciel lui demanda ce qu'elle était.
Le problème, c'est qu'elle n'avait pas la réponse. Mais elle ne voulait pas donner l'impression de refuser la conversation, surtout quand il était aussi apparent que l'autre personne déployait de tels efforts pour la continuer.

« Je suis... Je... Je suis....... Quelqu'un. »

Elle jeta un regard en arrière, du moins le supposait-elle. Elle avait couru tout droit, mais Simon l'avait prévenue qu'en forêt, on déviait vite. Elle n'avait aucune idée de la direction du Centre. L'idée qu'elle pourrait retomber dessus par accident la fit frémir de plus belle.
Le Centre était secret. Il était peu probable que Ciel le connaisse. Et si elle refusait d'aider Fovéa à cause du Centre ? Mais ç'aurait été égoïste de l'embarquer dans ses problèmes en lui cachant le danger. Elle finit par se résoudre à une demi-vérité. De toute façon, elle n'avait pas vraiment le temps de tout expliquer maintenant.

« … Il y a des gens qui me cherchent. Tu peux... Tu veux bien m'aider ? … Je n'étais jamais sortie avant, en tous cas, je ne me souviens pas. »

Elle lança un regard éperdu à la forêt. C'était trop grand, trop encombré, plein de choses humides et potentiellement comestibles autant que dangereuses, et surtout totalement non identifiées. Ca lui donnait le tournis.
Revenir en haut Aller en bas
 
potichat
potichat
MESSAGES : 757
INSCRIPTION : 24/02/2017
CRÉDITS : (code) ANESIDORA (icons) kawaiinekoj

UNIVERS FÉTICHE : Un peu de tout
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

http://www.letempsdunrp.com/t151-female-robbery http://www.letempsdunrp.com/t257-f-rupphire-steven-universe-en-cours http://www.letempsdunrp.com/t188-life-is-now http://www.letempsdunrp.com/t193-alt-er-love
Donut

wanna be ur sister, wanna be ur friend, till the end - Page 2 Empty


ciel
J'ai environ 20 ans et je vis dans la forêt, Pays de Galle. Dans la vie, je suis sauvage et je m'en sors difficilement. Sinon, grâce à ma malchance, je suis seule et je le vis plutôt bien.

abandonnée à la naissance à cause de ses larmes de sang, celyn o'rudolf a vécu les 10 premières années de sa vie dans un orphelinat d'état. le jour de ses onze ans, ses ailes ont commencé à pousser, lui occasionnant une douleur sans égale ; une semaine plus tard, elle était affublée de deux ailes aux plumes blanches d'une envergure de deux mètres, qu'elle apprit rapidement à utiliser pour s'élever dans les airs. elle vit depuis dans les forêts qui croisent sa route. une des infirmières de l'orphelinat l'a aidé à survivre les premières années, désormais elle se débrouille seule et rôde parfois aux alentours des bourgs quand la chasse est infructueuse.


dasha sidorchuk :copyright:️ chrysalis


l'écho de son prénom dans une autre bouche, ce mot qu'elle a inventé, pont entre son passé et son présent, prononcé par une autre voix, ça crée un sentiment étrange. un peu aggressif, comme si elle craignait que le "fovéa" lui vole cette bribe d'identité à elle. pas mal euphorique, au milieu du ventre, comme quand elle plonge en piqué des hauteurs les plus hautes qu'elle atteint. terrifié, terrifiant, étrange, déconcertant, inattendu, angoissant, excitant, apaisant. pleins de mots qui glissent dans son esprit, elle n'arrive à en attraper aucun au vol, pas assez pour les analyser ni les comprendre, elle est contrainte à les subir, à les sentir, à les vivre.

elle fait probablement une grimace, mais elle ne s'en rend pas compte. ciel ne vit plus avec la conscience d'un autre et son existence connue pour les autres. elle ne sait pas ce que ça fait que d'être vécue par d'autres. elle laisse passer la cascade d'émotions et fronde les sourcils à la recherche de la prochaine question. mais la réponse la rend encore plus perplexe. c'est quoi, un "quelqu'un" ? elle ne se souvient pas de ce mot-là dans ses souvenirs de l'orphelinat. est-ce que c'est un mot de grand que le fovéa utilise pour dire qu'il a faim ? elle a entendu son ventre gronder et sa peau faire le dessin en relief du froid. ciel fait de nouveau un petit pas vers le fovéa pour l'emmener manger et lui poser plein de questions. la première, c'est de déterminer ce que c'est qu'un quelqu'un. ciel aussi est un quelqu'un ?

avant que les mots ne réussisent à franchir ses lèvres, le fovéa recommence à parler. cette fois, il y a beaucoup de mots et pleins d'émotions dans la voix des mots. ciel reconnait "sortir" et "jamais". "sortir", c'est ce qu'elle voulait faire quand elle était à l'orphelinat, jusqu'à ce qu'on la force à sortir pour toujours. et "jamais", c'est le contraire de toujours. "jamais", c'est "ne reviens jamais", "ne te montre jamais", "je ne reviendrai jamais". ciel n'aime pas "jamais". pourtant, elle demande : "fovéa jamais forêt ?" c'est fort triste, si on lui demande son avis. elle secoue la tête et ses cheveux s'emmêlent devant ses yeux. elle n'a plus peur du fovéa. elle a décidé que le fovéa n'était ni une proie ni un prédateur. le fovéa est un... jeu ? elle sait qu'il y avait un autre mot dans l'orphelinat. le fovéa est mieux que les animaux de la forêt avec qui elle joue habituellement. peut-être est-ce un très-bon-jeu. mais elle croit vraiment qu'il y a un autre mot.

son ventre à son tour laisse échapper un gargouillement pressant. ciel rit. animale, elle a baissé ses barrières et désormais elle est au naturel. en quelques secondes elle a franchi la distance entre le fovéa et elle. le fovéa ferait une meilleure proie qu'un prédateur parce qu'elle n'aurait jamais pu lui échapper si ciel avait voulu le chasser. elle le prend dans ses bras et sert un peu trop fort, parce qu'elle a jamais fait ça avec des humains qui peuvent exprimer la douleur autrement qu'elle hurlant sur le coup, comme font les animaux blessés qu'elle déplace parfois. elle s'envole aussi vite, sans que le fovéa n'ait le temps de réaliser. elle rit en s'élevant dans les airs et les déplace de quelques dizaines de mètres : les voilà dans une clairière où un buisson les attend. ciel arrache quelques fruits, en met deux dans sa bouche et tend les autres au fovéa.



wanna be ur sister, wanna be ur friend, till the end - Page 2 1pBSnZUU_o
Revenir en haut Aller en bas
 
Laine Rouge
Laine Rouge
MESSAGES : 9
INSCRIPTION : 06/07/2019
CRÉDITS : Pas encore

UNIVERS FÉTICHE : Univers magiques, historiques
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Limace

wanna be ur sister, wanna be ur friend, till the end - Page 2 Empty


Prénom
Nom

J'ai xx ans et je vis à ville, Pays. Dans la vie, je suis études/métier et je m'en sors statut de vie (bien, moyen, pas bien). Sinon, grâce à ma chance/malchance, je suis statut matrimonial et je le vis plutôt bien/pas bien.

Informations supplémentaires ici.

avatar :copyright:️ NOM CRÉATEUR
La créature en face d'elle respire fort et son visage se tort bizarrement, dans un mouvement un peu mignon qui évoque irrésistiblement à Fovéa l'image d'une petite boule de poils posée sur le rebord d'une fenêtre et qui proteste d'être réveillée. Elle prend bien garde de laisser passer le souvenir, qui tient plus de l'allusion que de la réelle parcelle de mémoire, sans s'y raccrocher. Les fragments qui ressurgissent sont douloureux si l'on y prête trop d'attention.
La fille fait de nouveau un pas dans sa direction et Fovéa se tend un peu mais cette fois, ce n'est pas une panique inextinguible qui lui prend les muscles. Elle se contente d'être mal à l'aise et de montrer sa réticence. Elle laisse l'autre s'approcher sans chercher à se fondre dans l'arbre ou à le contourner pour continuer sa fuite éperdue vers l'inconnu, vers ce qui sera forcément mieux qu'ici et maintenant.

Ciel pose une deuxième question, et étrangement, la tentative brouillonne de communication rassure Fovéa. C'est un peu comme si une paix s'installait entre elles, le début d'une possibilité d'accord, de compréhension. Les questions de Simon ou de Ciel ou des spécimens sont différentes de celles des Scientifiques. Elles sont tournées vers les autres, elles ne réclament pas une information directe, quantifiable, stérile. Alors Fovéa a l'impression que l'être qu'elle a en face d'elle, joue dans le même camp.

Elle secoue ses cheveux emmêlés, avec les mèches de toutes les couleurs, mais pas trop fort, elle veut encore éviter les mouvements brusques pour ne pas faire peur à l'oiseau qui accepte pour l'instant sa présence. Face à elle, Ciel imite son geste, avec quelque chose d'un peu dépité, comme si cet état de fait l'accablait. Fovéa n'est pas sûre de savoir pourquoi il est si décevant qu'elle ne soit jamais venue dans la forêt, mais il peut y avoir une tripotée de raisons, dont la moindre n'est pas qu'elle n'a aucune idée de comment se débrouiller dans cet environnement. Elle espère ne pas être un fardeau pour la femme-oiseau si elle accepte de l'aider.

Mais celle-ci part d'un grand éclat de rire qui fait sursauter la jeune fille. Quand elle s'approche, près, beaucoup trop près, Fovéa lève vite les avants-bras dans un geste de protestation, et elle laisse échapper un léger son de perplexité, mais déjà elle est embarquée dans un tourbillon. C'est chaud, il y a du contact qui presse partout contre le tissu de ses vêtements, mais surtout son poids semble se modifier et tout à coup, son ventre n'a plus du tout faim, mais il émet des sensations inédites, violentes et pas franchement agréables, comme s'il se désolidarisait du reste. Elle regarde ses pieds qui ne touchent pas le sol.
Et
elle
vole.

Elle pousse un hurlement de terreur, aigu, d'une voix encore éraillée et contenue, un miaulement terrifié, autant du sujet de frayeur actuel que de la possible réaction de l'auditoire. Il y a des cris de peur qui se défendent, mais celui-là a déjà baissé les bras.

Elle atterrit lourdement, elles sont dans une autre clairière, tout près de la précédente, que Fovéa aurait pourtant été incapable de deviner à travers l'épais feuillage. Ciel, hilare, est déjà occupée à fouiller un buisson. Incapable de tenir debout sur ses jambes flageolant de peur, de fatigue et de dénutrition, Fovéa s'affale au sol doucement en essayant de contrôler les tremblements de ses membres. Elle lève les yeux vers sa nouvelle compagne, qui a du jus qui lui coule sur le menton et lui tend des baies. Secouant la tête pour se remettre les idées en place, Fovéa accepte l'offrande et la goûte, avec beaucoup plus de circonspection.

« … Merci... », dit-elle tout de même, et elle voudrait enrober son ton de miel, suffisamment pour montrer à Ciel à quel point elle sait qu'elle a de la chance, beaucoup de chance, de l'avoir rencontrée et qu'elle veuille bien l'aider, lui montrer qu'elle ne prend pas à la légère le fait qu'elle lui a cherché et donné de quoi se nourrir. Pour lui montrer qu'elle ne compte pas se reposer sur elle plus que de raison, elle se relève, peu sûre sur ses pieds, et parcourt les quelques pas qui la séparent du buisson. Elle observe les fruits, tente de repérer ceux qui ont une apparence semblable à ceux qu'elle a mangés, tire délicatement sur une des tiges pour voir si elle se détache facilement. Elle fait un petit récipient avec le bas de sa chemise de coton noir, et elle se met à y déposer des fruits. Elle se sent déjà beaucoup moins fatiguée, ce doit être l'arrivée soudaine de sucre dans son sang qui criait famine.
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


wanna be ur sister, wanna be ur friend, till the end - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
wanna be ur sister, wanna be ur friend, till the end
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» I wanna take you to a Gay Bar [HOT - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers science-fiction-
Sauter vers: