Partagez
 
 
 

 People talk about the Naughty List like it's a bad thing

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 6 ... 8, 9, 10 ... 15  Suivant
 
Thor(pille)
Thor(pille)
Masculin MESSAGES : 704
INSCRIPTION : 05/04/2017
ÂGE : 26
CRÉDITS : Visa, Mastercard

UNIVERS FÉTICHE : .
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://www.letempsdunrp.com/t915-piggy-skelly http://www.letempsdunrp.com/t1058-why-are-iphone-chargers-not-called-apple-juice
Donut

People talk about the Naughty List like it's a bad thing - Page 9 Empty


Lucifer Morningstar
Je suis immortel et je vis désormais à San Francisco, USA. Dans la vie, je suis trafiquant majoritairement car je m'emmerde et c'est si plaisant de faire chier la police. Je suis ça et tant de choses à la fois. Mais nous n'avons pas toute la journée. On peut ajouter à la liste qu'il m'arrive aussi de mettre fin aux jours de certaines âmes.




Tom Ellis - aerie
Adorable petite chose qui jouait très bien son rôle. Du moins c’est bien ce que je croyais. Allons, après autant d’année sur cette Terre, Pierce devait aussi avoir gagné pas mal en expérience, et peut-être bien que la comédie en faisait partie. Il n’était pas un policier comme les autres, après tout. Il avait beaucoup plus d’expérience dans la vie en général que tous ses agents réunis. Donc oui, si au départ je le croyais aussi talentueux qu’un mauvais chanteur dans X factor, j’avais changé d’avis à apprenant son petit plus. Du moins, pour l’aspect théâtrale de se mettre dans la peau d’un personnage. Et j’y goûtais vachement bien, à ce talent. J’y aurais presque cru, là, maintenant, alors que j’étais dans mes restes de vapes. Sauf que moi, ça ne m’empêchait pas de vivre, contrairement à certains qui tombaient presque dans un coma pour dormir. Petites natures.

J’avais au moins eu la gentillesse de le laisser tranquille, replaçant mon maillot correctement pour profiter de la chaleur du spa. Fort heureusement que nous avions eu cette activité, car mon perchoir resta tranquille à la vue de cette demoiselle qui était venue nous approcher. Bon je dis pas, mais mes yeux étaient peut-être en train de l’admirer avec cette touche d’indécence. What did you expect. I’m Lucifer goddamnit. Mais j’avais rien dit bien entendu, en mettant un fake halo lorsque le regard de Pierce retomba sur moi. Même s’il venait de s’obstiner avec son jus de fruit à la con. Le fort et rien d’autre pour moi. Vous pensez que mes cafés avaient du sucre? Du caramel et des trucs fancy et chiant à commander au starbuck? Bien sur que non. Bien noir, comme mon âme. Et dans mon cas, ce n’était pas une blague. Bon par contre au retour de la demoiselle, j’étais un brin choqué de voir Pierce et son bisou. Bon pas vraiment hein. Mais il s’était mérité un petit coup de coude et un pervers de murmuré. Petit profiteur. Mais hey j’avais eu un petit rire amusé. Pas comme lui et sa possessivité. Un drôle de couple quand même, dans le genre bien improbable mais qui n’enlevait rien au charme. Un bien gay, extra, ouvert, qui s’acceptait sans mal, avec un bloc de glace qui donnait presque l’impression que j’avais fini par le convaincre aisément de devenir gay pour moi. Mais je me lassais faire parfois, je me laissais devenir un petit pantin qui se faisait placer comme bon lui semblait pour une dégustation. Mon air voulait tout dire. « Why are you doing this to me? I don’t want that baby juice. » Chose que les cocktails étaient à mes yeux. Mais pour lui faire plaisir j’avais accepté. « It tastes like a dessert » Bon ce n’était pas si mauvais en soit, juste que ce n’avait rien d’un drink à mes yeux. J’allais faire avec, pour le moment. J’irais vider le sang d’une bouteille de rhum plus tard.

Mais ce petit moment ne dura pas très longtemps, alors que Frank vint me délivrer de ce drink que j’allais laisser gentiment sécher ici. Parce que je me doutais qu’il venait vers nous soit pour nous féliciter du spectacle qu’il avait apprécier, ou encore pour nous parler affaire comme il m’avait dit un peu plus tôt. On avait passé le test et largement. Des flics ça ne baisait pas devant tout le monde dans un spa comme ça. Ils étaient tellement coincés les pauvres. Pierce n’en faisait pas exception, mais parfois il semblerait que quelque chose le pousse à lui enlever ses balais. Au bout du compte, nous avions droit à une petite invitation avec un Frank serviette sur ses épaules, qui nous en tendait deux. Je sortais de là accompagné, rigolant en ne me gênant pas pour pointer son torse. « You missed a spot » Y’avais une petite trace blanche bien typique que je pourrais reconnaître partout. Comme s’il avait été sage en nous regardant. On était parmi des délinquants et des petites crapules après tout. J’étais définitivement très à l’aise avec tout ça. Je pense même qu’engager un trafiquant était la meilleure des idées que je leur avait donné en guise de stratégie.

Dans tous les cas, j’avais suivi monsieur en compagnie de mon mari après un séchage rapide. Main dans la main, démontrant ainsi qu’il faisait partie de mon univers tout aussi bien et qu’on pouvait tout lui dire en sa présence. On avait droit à son lieu bien à lui, avec ses hommes de mains devant la porte pour ne pas être dérangé. Le sérieux commençait enfin, mais il ne fallait pas être trop gourmand. Je savais bien que Pierce n’allait pas trop s’en mêler, et qu’au bout du compte, était surtout là pour me surveiller et faire en sorte que je ne fasse pas tout foirer. Promis, je ne le ferais pas. J’étais dans mon élément, après tout. Je connaissais bien le jeu, ce qu’il fallait faire et ce qu’il ne fallait pas. Bien entendu je devais être celui qui se mouillait le premier, en lui avouant que mon strip club était le drap qui couvrait autre chose. Quoi? Oh le classique de la vente de drogue, avec des petits plus offerts par des corps qui avaient signé pour bien plus que de la danse en toute nudité. En échange on apprenait qu’il faisait dans le domaine des armes, et proposait une petite alliance. Des échanges entre nos deux villes. Je le fournissais, il me fournissait que ce soit en drogues ou en clients qui pourraient être intéressés par les services de l’un et l’autre. Lui dire oui tout de suite aurait été une erreur, bien entendu. Mais j’avais un brin d’intérêt. Et comme tout trafiquant qui se respecte, je demandais, comme toujours, ce que j’aurais à y gagner, en plus de ce que j’avais déjà. Oui l’évidence du profit, mais je devais jouer la gourmandise, mais aussi celui qui avait le doute, celui qui devait jouer la carte de la méfiance. Sans gêne je tentais de le coincer. « How can I trust you? What tells me you’re not gonna stab me ? Steal my shits and bring my business down? » Je crois bien que j’avais empiré son crush pour moi. J’étais un vrai et il y goûtait pleinement. Il avait eu ce petit rire de celui qui s’amusait oui, mais qui savait très bien être un peu coincé. « You damn know I wanna stab you, and with that. » Un main qui tapotait son mini lui. Je tenais ce monsieur, et plus que je ne le croyais. Comme quoi on ne pouvait pas me résister bien longtemps. Mais je ne m’enflais pas la tête avec ça, embarquant dans son jeu en rigolant et offrant une petite douceur à Pierce comme un mari l’aurait fait pour lui signifier de ne pas s’inquiéter. Un petit bisou sur la joue. En sachant que ça emmerderait Frank aussi. « Fine I’ll show you my business. We can start with that? » Un petit sourire de ma part, de celui qui commençait à être convaincu. « Sure… » C’était un début, mais loin d’être une promesse d’un deal prochain. Le petit meeting avait pris fin sur cette note, car bien entendu il allait me contacter en temps et lieu.

J’avais repris possession de la main de Pierce pour quitter les lieux, m’éloignant un peu, en jouant moi aussi avec le feu toutefois. « Still a no for the threesome? Imagine the hate and tension. » J’aimais bien l’emmerder royalement, mon mari, oui. Ce n’était un secret pour personne.

Revenir en haut Aller en bas
 
Pupper
Pupper
Masculin MESSAGES : 672
INSCRIPTION : 06/04/2017
ÂGE : 23
CRÉDITS : Dunno

UNIVERS FÉTICHE : Un peu de tout
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://www.letempsdunrp.com/t918-le-pti-moka
Donut

People talk about the Naughty List like it's a bad thing - Page 9 Empty


Marcus Pierce
Je suis immortel et je vis à San Francisco, USA. Dans la vie, je suis lieutenant de police et je m'en sors très bien, quoi que je ne sois pas apprécié de tous. Sinon, dû à cette malédiction d'immortalité qui pèse sur mes épaules, j'évite les sentiments et les relations et je le vis plutôt mal.

People talk about the Naughty List like it's a bad thing - Page 9 RJgxU0r


Tom Welling
On commençait peut-être à se comprendre un peu mieux et à trouver le moyen de faire des compromis, Lucifer et moi. Parce que d'une façon ou d'une autre, nous étions extrêmement différents, mais le clash se faisait de moins en moins brutal entre nos personnalités et nos visions des choses. Peut-être qu'il s'agissait réellement du fait que nous étions tous les deux immortels, élément qui nous rapprochait en quelque sorte et faisait que l'on se comprenait mieux qu'avant ... Mais je crois aussi que l'on s'habituait enfin un peu plus à l'un et à l'autre. Il avait accepté de goûter au drink que je lui offrais même s'il allait à l'encontre de toutes ses habitudes, et j'avais souri au simple geste même s'il avait glissé un petit commentaire avant de boire. Parce qu'au final, ce n'était pas méchant et qu'il avait quand même essayé. Pour le reste, je pouvais boire les deux à moi seul s'il n'en voulait pas, son problème et mon gain, quoi. Puis si on se donnait des petits coups de coude et qu'on se passait des petits commentaires par-ci par-là, c'était désormais souvent dans une forme de bonne entente, plutôt qu'agressif et déplaisant. Peu importe ce qui avait changé, ça me plaisait bien. Beaucoup plus vivable.

Merci à Frank, on pouvait toujours compter sur lui pour venir gâcher le moment. Il voulait parler business, c'était bien la seule chose qui me retenait de rouler exagérément les yeux. Parce que c'était quelque chose qui m'intéressait réellement, des informations sur sa business et des aveux de sa part, des éléments qui nous permettraient de le coincer bien comme il faut et de le mettre derrière les barreaux. Je laissais Lucifer mener les choses pour cette partie du plan, car ils parlaient le même langage, même si cela me coûtait de l'avouer, et je ne ferais que nuire. Parce que je reconnaissais que je voudrais surement trop en savoir trop vite, que je serais gourmand et instaurerait de la méfiance. Alors je me taisais, me contentait de l'occasionnelle participation, mais je n'écoutais pas moins et je gardais tout en mémoire. Y compris que monsieur voulait transpercer gentiment mon mari, ce qui était hors de question, merci et bonsoir.

On avait fini par s'en sortir remarquablement bien, Lucifer faisant sa pute difficile à avoir et titillant parfaitement Frank qui proposait de nous montrer sa business, sans doute désespéré d'avoir l'homme en partenaire. Dans tous les sens du terme, je le présumais. Rêve toujours. Lucifer savait au moins ce qu'il faisait, ce petit salopard, ça faisait mal de l'avouer mais j'avais besoin de lui et il faisait le travail avec brio. Trop bon pour sa petite tête qui devait bien s'enfler. Je ne lui dirais pas, aucun compliment, sinon j'étais foutu. Je m'étais contenté de reprendre sa main pour quitter, grognant à son commentaire. Comme si cette réaction n'était pas une réponse en soi, je pris la peine d'ajouter un « Not the good kind of hate, not the good kind of tension, and Im pretty sure he can actually die, which is ... well ... lets say, bad for him, in case anything happens ... » Like my hands around his throat ...

Au final, plus trop envie de m'attarder, la petite fête ça suffisait pour moi. Parce qu'il y avait encore trop de boules de crème glacée en tout petit bikini et que Lucifer était peut-être contenté pour l'instant, mais que son regard qui zieutait m'énervait. Parce que Frank risquait de vouloir continuer de tourner autour, de poser des questions, de flirter. Parce que cette mission ne pouvait pas finir assez vite à mon goût et j'étais émotionnellement vidé. « Lets go back to our room, Im dead » AH. Hilarant. Mais pas de discussion, tu viens avec moi, gentil petit mari. « I also need a shower. That spa water was probably the most nasty thing I ever bathed in, if we consider that we clearly arent the first to .... well, you know. Whatever » Oh, gêné d'aborder le sujet de nos ébats ? Pfff.



Revenir en haut Aller en bas
 
Thor(pille)
Thor(pille)
Masculin MESSAGES : 704
INSCRIPTION : 05/04/2017
ÂGE : 26
CRÉDITS : Visa, Mastercard

UNIVERS FÉTICHE : .
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://www.letempsdunrp.com/t915-piggy-skelly http://www.letempsdunrp.com/t1058-why-are-iphone-chargers-not-called-apple-juice
Donut

People talk about the Naughty List like it's a bad thing - Page 9 Empty


Lucifer Morningstar
Je suis immortel et je vis désormais à San Francisco, USA. Dans la vie, je suis trafiquant majoritairement car je m'emmerde et c'est si plaisant de faire chier la police. Je suis ça et tant de choses à la fois. Mais nous n'avons pas toute la journée. On peut ajouter à la liste qu'il m'arrive aussi de mettre fin aux jours de certaines âmes.




Tom Ellis - aerie
Notre mission avançait à grand pas en si peu de temps mine de rien. Car je savais très bien que des missions aussi grosses pouvaient prendre des mois avant de parvenir à l’arrestation en grand. En un mois nous avions une promesse de découvrir son royaume. Et le connaissant avec son avidité, il ne prendrait pas un an avant de me le faire voir. J’avais un sourire aux lèvres tout fier, n’ayant nul besoin de ses compliments pour m’enfler la tête moi-même. Et de toute, on devait rester dans nos rôles. Je comptais bien lui dire qu’il ne servait à rien une fois que nous serions de retour de notre petit séjour ici, cela dit. Ben quoi, c’est vrai. Il ne faisait que me surveiller au bout du compte. Il faisait le typique mari qui n’y connaissait rien et laissait les plus grands parler. J’avais envie de l’entendre me dire des merci à en plus finir, ainsi que de fermer ses yeux sur mon propre trafique, pourquoi pas. Je rêvais beaucoup trop grand, je sais. Mais dans tous les cas, je ne poussai pas les choses plus loin.

J’avais amené Mr. Grumpy avoir moi, qui bien entendu ne voulait rien savoir de cette idée, alors que je savais que ça allait emballer Frank. « You’re so boring… But okay » Comme quoi on ne pourrait certainement me metre la bague au doigt dans ma réalité. Impossible que j’accepte de me contenter d’un seul corps pour le reste de mon immortalité. Ce qui voulait dire pour toujours. Impossible de toute manière avec la vie qui finissait par tous les quitter. « And if he dies I know it would be your fault. You and your love for him. » Il tenterait de le tuer dès que l’occasion serait là, certainement. Il l’avait bien fait avec moi, après tout.

Doublement plus boring en fait, car je venais d’apprendre que comme deux petits vieux, monsieur voulait se retirer dans notre chambre certainement pour dormir. Mon air n’était pas particulièrement heureux. « Well you could go and I’ll join you…? » Je n’avais pas vraiment le choix, alors qu’il me dirigeait vers notre chambre, en manquant toute mon irritation de ne pas pouvoir faire partit de la fête. J’allais manquer le ice cream party et tout le reste aussi. Fait chier oui. « Fucked? No we’re not. They’re not really the type to be stuck in their asses in here. » J’avais bien retenu le reste de mes pensées, qui voudrait bien lui souligner le : contrairement à certains. Il faut croire que je n’avais pas tenu bien longtemps avant le petit retour du froid. Mais je ne l’avais pas nourri d’avantage me contentant de soupirer en voyant la porte se refermer derrière moi. Avec ce regard de celui qui avait clairement d’autres plans que de rester ici et qui n’attendait plus que monsieur disparaisse sous la douche pour faire de même. Disparaître mais pas sous la douche par contre.
Revenir en haut Aller en bas
 
Pupper
Pupper
Masculin MESSAGES : 672
INSCRIPTION : 06/04/2017
ÂGE : 23
CRÉDITS : Dunno

UNIVERS FÉTICHE : Un peu de tout
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://www.letempsdunrp.com/t918-le-pti-moka
Donut

People talk about the Naughty List like it's a bad thing - Page 9 Empty


Marcus Pierce
Je suis immortel et je vis à San Francisco, USA. Dans la vie, je suis lieutenant de police et je m'en sors très bien, quoi que je ne sois pas apprécié de tous. Sinon, dû à cette malédiction d'immortalité qui pèse sur mes épaules, j'évite les sentiments et les relations et je le vis plutôt mal.

People talk about the Naughty List like it's a bad thing - Page 9 RJgxU0r


Tom Welling
Lucifer essayait de se sortir de ma décision de retourner à la chambre et il n'en était pas question. Le laisser complètement seul parmi tous ces corps et surtout en compagnie de Frank, ça n'arriverait pas, même pas dans ses rêves les plus fous. J'avais déjà eu la preuve que je ne pouvais pas lui faire confiance dans de telles situations, ne pouvait pas croire qu'il ne ferait rien car je savais pertinemment que c'était faux et désespéré. Je ne pouvais pas faire confiance à Frank non plus. Le laisser seul, c'était assuré qu'il passerait la nuit avec lui, probablement avec d'autres aussi. Et ça, ça me levait le coeur. Ça me faisait profondément chier, parce que ce petit emmerdeur n'en faisait qu'à sa tête sans égard pour les sentiments des autres et bordel de con.

Pas que j'aie de quelconques sentiments pour lui, je parlais surtout qu'enfin, il ne pouvait pas rester sérieux et considérer que ceci était une mission, qu'il jouait le rôle de mon mari et ne pouvait pas coucher à gauche et à droite comme une petite pute, quoi. Ce qui m'emmerdait en fait, c'est son insouciance. C'est tout.

C'était de nouveau froid entre nous. Moi qui pensait un peu plus tôt que les choses allaient enfin mieux, il devait venir tout gâcher avec ses caprices. J'avais bien compris le sous-entendu dans son commentaire, je n'étais pas con non plus, et j'avais un peu serré sa main dans la mienne en serrant la mâchoire par le fait même, retenant de peine et de misère un commentaire en retour, qui ne ferait qu'envenimer les choses. La porte de notre chambre refermée derrière nous, je ne lâchai pas la main de Lucifer pour autant, l'entraînant plutôt avec moi vers la petite salle de bain adjointe à notre chambre. Je ne pouvais pas le laisser hors de ma vue, je ne lui faisais pas confiance pour rester sagement. Il allait prendre une douche avec moi. Il devait bien l'avoir compris lorsque je partis l'eau et la mis bien chaude, faisant glisser mon maillot au sol et m'en débarrassant d'un petit mouvement du pied avant de porter mes mains à la taille de Lucifer et faire de même avec lui. Je ne lui laissais pas le temps de refuser, l'attirant avec moi sous l'eau chaude et osant enlacer sa taille, rapprocher nos corps, déposer ma tête sur mon épaule. Meilleure réponse à toute cette froideur, que notre violence habituelle. Plus pacifique, plus douce ... Une réponse de mari qui veut éviter la chicane.

Revenir en haut Aller en bas
 
Thor(pille)
Thor(pille)
Masculin MESSAGES : 704
INSCRIPTION : 05/04/2017
ÂGE : 26
CRÉDITS : Visa, Mastercard

UNIVERS FÉTICHE : .
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://www.letempsdunrp.com/t915-piggy-skelly http://www.letempsdunrp.com/t1058-why-are-iphone-chargers-not-called-apple-juice
Donut

People talk about the Naughty List like it's a bad thing - Page 9 Empty


Lucifer Morningstar
Je suis immortel et je vis désormais à San Francisco, USA. Dans la vie, je suis trafiquant majoritairement car je m'emmerde et c'est si plaisant de faire chier la police. Je suis ça et tant de choses à la fois. Mais nous n'avons pas toute la journée. On peut ajouter à la liste qu'il m'arrive aussi de mettre fin aux jours de certaines âmes.




Tom Ellis - aerie
Il ne m’alimentait pas. Il ne faisait absolument rien du tout. Comme quoi avec lui j’avais le droit à un seul truc, et le reste je pouvais toujours rêver. À sa manière, encore une fois, alors qu’il semblait toujours oublier à qui il avait affaire. S’il espérait me changer en un clin d’œil il se tirait une balle dans le pied. J’avais envie de faire la fête mais je ne pouvais pas. J’avais envie de me perdre dans du liquide bien fort mais je ne pouvais pas. J’avais envie de voir des corps différents et de les admirer mais je ne pouvais pas. Et lui alors? Il faisait quoi? Comme bon lui semblait. Et je dois dire que plus je me perdais dans ma tête, plus j’étais dans un était qui n’aiderait en rien à conserver la paix. La seule fois où j’en avais fait à ma tête, le condo avait terminé en désordre en en sang. Il me nouait en bas, en prime, pour aider. Et me sautait dessus quand ça lui disait. Oh bien entendu, il savait que je ne dirais jamais non, il avait le beau jeu.

J’étais définitivement sa poupée ce soir, alors qu’il m’emmenait avec lui dans la salle de bain et faisait en sorte que je le suive. Je me laissais faire par manque de choix, pour lui faire plaisir, encore une fois. Je ne savais même plus pourquoi je faisais tout ça. Mais moi et mon impulsivité, commençaient à se dire que rien ne m’empêchait de faire fuck it et de me barrer, de m’arranger autrement pour obtenir ma vengeance. À me dire que c’était peut-être bien une mauvaise idée tout ça, et que l’amusement perdait de plus en plus son bon goût que j’aimais tant. Je commençais aussi à me dire qu’il me faisait tellement chier parfois, qu’il jouait peut-être à un petit jeu lui aussi pour se venger. Qui sait. Même si lui était présent, moi je ne l’étais plus. Je réalisais à peine que j’étais sous la douche avec lui, qu’il tentait d’y aller avec un peu de douceur alors que moi j’avais toujours ce petit pli entre mes sourcils, égaré dans un monde dans lequel il ne pouvait entrer.

Et dans lequel il ne pourrait définitivement jamais y mettre le pied. Ni lui, ni personne d’autre. J’étais atrocement silencieux, qu’un soupir qui m’échappait, sans plus ni moins. Au moins je ne cherchais pas à envenimer les choses, malgré que mes prochains gestes lui avaient laissé comprendre que je préférais l’éloignement plutôt que la proximité. De part mon silence complet, mais aussi de part ma rapidité à sortir de là. Et avant qu’il ne me reprenne et ne m’oblige à rester cette fois des mots étaient sorti. « Don’t worry sir I’ll do as you want. » Ça me faisait chier et je crois que c’était sortit d’un coup, sous l’irritation plutôt que la raison. L’accumulation qui se faisait ressentir contre mes épaules mais pas assez pour lui dire réellement ma façon de penser. Soit taire le fait qu’il n’y avait certainement rien de pire que de m’empêcher de faire ce que je voulais. D’autant plus lorsque j’avais en échange aucun compromis. Que de la platitude d’une chambre alors qu’on entendait clairement au travers des portes que la fête était bien loin d’être terminé. Mais il devait bien s’en foutre en fait. Peut-être même que j’aurais la chance de déceler une joie de voir qu’il avait réussi à bien me faire chier. Mais bon au moins, j’aurais pu chercher la merde et ça, il le savait très bien. Je m’étais contenté de m’essuyer sans m’éterniser pour au final m’occuper dans la platitude de ces murs. Un bouquin que j’avais prit au hasard dans cette bibliothèque qui servait surtout de décoration. La preuve, un livre de cuisine. Mais hey, si je pouvais m’instruire un peu avec mon talent culinaire, pourquoi pas.
Revenir en haut Aller en bas
 
Pupper
Pupper
Masculin MESSAGES : 672
INSCRIPTION : 06/04/2017
ÂGE : 23
CRÉDITS : Dunno

UNIVERS FÉTICHE : Un peu de tout
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://www.letempsdunrp.com/t918-le-pti-moka
Donut

People talk about the Naughty List like it's a bad thing - Page 9 Empty


Marcus Pierce
Je suis immortel et je vis à San Francisco, USA. Dans la vie, je suis lieutenant de police et je m'en sors très bien, quoi que je ne sois pas apprécié de tous. Sinon, dû à cette malédiction d'immortalité qui pèse sur mes épaules, j'évite les sentiments et les relations et je le vis plutôt mal.

People talk about the Naughty List like it's a bad thing - Page 9 RJgxU0r

#126ba5
Tom Welling
Rien n’allait plus. Le froid persistait malgré mes tentatives de désamorcer la bombe, de ne pas alimenter cette haine entre nous, cet agacement chez Lucifer. À croire que mes simples agissements avaient suffi à créer bien des ennuis, que le priver du party était un bad move. Pourtant le laisser s’y plonger en était aussi un, et j’avais fait un choix entre les deux. Je me ramassais sa mauvaise humeur, que même le petit collé collé sous la douche n’avait su atténuer. Il s’était rapidement défait de mon emprise pour une douche bien trop rapide à mon goût, sortant bien vite et me laissant un peu sécher comme un idiot. J’étais sorti à mon tour, sourcils froncés et avec l’envie de l’apostropher, lui demander quel était son problème et pourquoi il avait une attitude de cul.

Mais je m’étais retenu, suite à son commentaire. Parce que ça me donnait beaucoup trop envie de lui envoyer mon poing au visage, ce qui en retour me confirmait que c’était la mauvaise solution. On avait déjà essayé la violence. On s’était entretués autant qu’on le pouvait, et peut-être que la tension avait momentanément été atténuée, mais on retournait à la case départ à nouveau … et il faut dire que l’idée de saigner partout dans l’une des chambres du chalet de Frank et crever une fois ou deux dans la soirée ne m’emballait pas trop. Je lui avais donc laissé son air et son espace alors qu’il prenait un livre quelconque pour un peu de lecture. Le temps de me sécher, mettre un sous-vêtement et étendre nos maillots sur le bord du bain pour qu’ils puissent sécher. Bien vite je me lassai de ma petite solitude et de cette froideur entre nous, soupirant et frottant ma nuque d’une main, cherchant désespérément une idée qui pourrait régler les choses.

Cette idée me vint assez rapidement, bien qu’elle ne m’enchantait guère. Parce qu’il y avait bien une chose qui remonterait le moral de Lucifer, du moins je le croyais, et bien que ça me fasse chier, il fallait faire des compromis. La porte de notre chambre laissée un peu entreouverte, un petit texto discret envoyé à notre cher petit Frank, un simple « upstairs in 15 » et la seconde partie du plan s’amorçait. Notamment par mes mains contre les épaules de Lucifer, dans un geste que je voulais à la fois solide et sensuel, descendant un peu contre son torse, bien doucement. Il lisait son livre, mais j’avais mieux en tête, et je savais que j’en tirerais malgré tout mon plaisir au final, d’une façon ou d’une autre. Déjà, mon visage près du sien, je tâchais de lui rappeler sa petite promesse qu’il m’avait fait un peu plus tôt, dans le spa. You’re mine … « You promised me more … don’t leave me hanging … » avec un petit sourire en coin, me redressant et lui laissant tout simplement entre les mains une cravate. Il savait quoi faire avec. Et il aurait un corps bien docile à manipuler.


Revenir en haut Aller en bas
 
Thor(pille)
Thor(pille)
Masculin MESSAGES : 704
INSCRIPTION : 05/04/2017
ÂGE : 26
CRÉDITS : Visa, Mastercard

UNIVERS FÉTICHE : .
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://www.letempsdunrp.com/t915-piggy-skelly http://www.letempsdunrp.com/t1058-why-are-iphone-chargers-not-called-apple-juice
Donut

People talk about the Naughty List like it's a bad thing - Page 9 Empty


Lucifer Morningstar
Je suis immortel et je vis désormais à San Francisco, USA. Dans la vie, je suis trafiquant majoritairement car je m'emmerde et c'est si plaisant de faire chier la police. Je suis ça et tant de choses à la fois. Mais nous n'avons pas toute la journée. On peut ajouter à la liste qu'il m'arrive aussi de mettre fin aux jours de certaines âmes.




Tom Ellis - aerie
Un petit moment de paix malgré la bagarre que j’avais un tout petit peu cherché avec mes mots. Son envie de me répondre devait être bien grande, je n’en doutais pas une seconde. On était sanguin tous les deux, mine de rien. On savait comment mutuellement se faire chier et se chercher beaucoup trop loin pour finalement en venir aux poings. Voir bien pire maintenant que nous savions nos conditions respectives. Pierce c’était bien pire que moi, bien entendu, tant mieux pour moi, mais voilà quoi.

Je crois que je ne lisais pas vraiment en fait. J’étais plutôt prit dans ma tête, en train de mastiquer mon moment de mauvaises émotions, disons-le ainsi. Mon pli refusait de me quitter, entre mes sourcils. Et mon attention se posait sur les images sans plus ni moins. Mais au moins, j’avais la paix, et j’avais eu suffisamment de temps pour me concentrer un peu plus réellement. Le moment où j’avais réalisé que j’étais en train de me mettre le nez dans un livre marocain. Ils avaient toute mon attention. Mais pas pour bien longtemps encore. Parce que j’avais des mains contre mes épaules qui avait durcis mes omoplates. Tout simplement car sur le coup, je m’attendais à ce qu’elles continuent leur chemin vers ma gorge et pas mon torse. Une petite peur peut-être qui s’était bien vite transformée en surprise.

Je crois que j’avais du mal à comprendre ce qui se passait. Pierce, qui je crois avait certainement envie de m’arracher la tête, me proposait plutôt une activité qu’il savait très bien que je refusais que dans des cas extrêmes. Et encore, je n’avais aucune idée de la phase une qu’il venait d’organiser. J’avais une cravate entre les doigts, et un mari qui avait prit la décision d’enlever tous ses balais ce soir, décidément. J’aurais pu être chiant et lui dire non mais… S’il avait bien un terrain où on s’entendait bien c’était bien avec le sexe. Il ne me donnait pas envie de dormir, bien au contraire. Et si j’avais l’occasion de passer ma petite frustration autrement que par la pensée, alors pourquoi pas. Surtout que cette fois, je comptais passer par-dessus, rôle de wifey ou pas. Et je crois bien que c’est ce que mon regard voulait dire, alors que je l’observais s’éloigner et continuer son invitation. Je crois que j’avais retrouvé mon sourire en coin, alors que mon regard l’observait avec attention prendre place contre le matelas. Il n’y restait pas bien longtemps. Alors que j’avançais sans grande presse. Je ne m’étais pas gêné pour prendre place contre lui, et m’emparer de ses poignets. Avant qu’il ne change d’idée, j’avais fait en sorte qu’il perde sa liberté manuelle. Et je crois qu’il savait très bien ce qu’il l’attendait. Une bonne dose de frustration. Mais j’avais commencé doucement, avec des baisers alors que mes doigts touchaient son torse, jouaient à passer si près sans jamais atteindre ce qui allait éventuellement avoir besoin d’attention. Pas tout de suite, alors que nos baisers étaient bien profonds, alors que ma langue voulait passer contre sa peau, tout en mordillant de temps en temps. Et si sa gorge avait eu sa fête, ce fut le tour de son torse, sans presse de descendre de plus en plus bas. Je savais quoi faire pour l’allumer, sans perdre de temps à ce niveau, mais je me refusais de lui donner ce qu’il voulait. Allez, un peu de frustration bien méritée. Avec ce faux espoir lorsque j’avais enfin baissé le seul vêtement qui le couvrait. Faux espoir car je ne m’en occupais pas plus que nécessaire. Il n’avait droit à rien de plus que son corps avait eu droit. Soit des coups de langues, en lenteur, de tout son long, avec un regard tout aussi indécent et certainement un brin provocateur. Juste un brin.
Revenir en haut Aller en bas
 
Pupper
Pupper
Masculin MESSAGES : 672
INSCRIPTION : 06/04/2017
ÂGE : 23
CRÉDITS : Dunno

UNIVERS FÉTICHE : Un peu de tout
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://www.letempsdunrp.com/t918-le-pti-moka
Donut

People talk about the Naughty List like it's a bad thing - Page 9 Empty


Marcus Pierce
Je suis immortel et je vis à San Francisco, USA. Dans la vie, je suis lieutenant de police et je m'en sors très bien, quoi que je ne sois pas apprécié de tous. Sinon, dû à cette malédiction d'immortalité qui pèse sur mes épaules, j'évite les sentiments et les relations et je le vis plutôt mal.

People talk about the Naughty List like it's a bad thing - Page 9 RJgxU0r

#126ba5
Tom Welling
Je savais pertinemment qu'il ne dirait pas non à la copulation. Je le connaissais trop bien sur ce point. Il n'avait pas trop tardé à franchir les pas qui nous séparaient pour s'emparer de mes poignets et me ligoter bien assez solidement à la tête de lit, de quoi me tirer un petit sourire en coin satisfait. Je tirai un peu, testant mes liens, prenant mon pied de la contrainte qui me forçait à endurer ses traitements sans moyens d'accélérer les choses. Il s'amusait de ses doigts et m'offrait au moins des lèvres, me permettant de lui faire amplement honneur avec intensité et beaucoup de sensualité. J'y mêlais même la langue, dans une danse chaude et une forme de fight pour la dominance, à défaut d'avoir le dessus physiquement, je pouvais gagner cette manche. Il ne me donnait pas ce que je voulais vraiment, évitait de concrètement toucher cette partie de mon corps qui manquait cruellement d'attention et était aussi celle qui en réclamait le plus, gourmande, peu patiente, déjà en train de se réveiller à l'attention.

Il dégustait ma gorge, je lui laissais volontiers tout l'espace nécessaire, rejetant la tête vers l'arrière dans un petit grognement satisfait. Je savais être patient. J'avais été abstinent pendant des années. Il me rendait dingue, mais je me régalais de l'attente, de la frustration, sachant en tirer mon plaisir d'une certaine façon. Un peu maso sur les bords, c'est vrai. Si le dernier vêtement quittait mon corps, ce n'était pas pour franchement entamer la phase suivante, mais plutôt pour poursuivre sur la lancée de me faire languir, et honnêtement, j'adorais ça. J'échappais un petit rire étouffé en sentant sa langue se faire un petit chemin bien lent et délicat, peut-être bien un mélange de son satisfait et surpris à la fois dans ce rire aussi. Réponse à son regard rivé dans le mien, celui qui me provoquait, qui s'amusait à mes dépens, se délectant sans doute de mon souffle de plus en plus court, de la sueur qui commençait à faire son chemin contre mes tempes. Parce qu'il faisait soudainement très chaud et que la tension montait de plus en plus vite, de façon exponentielle, sans jamais être réellement assouvie pourtant. Je rigolais parce qu'il me faisait chier, et parce que j'adorais ça.

Je pouvais me montrer taquin moi aussi. Il ne me donnait pas ce que je voulais, mais je pouvais désirer autre chose et l'amener à me l'offrir. « Lucy ... C'mere » avec cet air indécent sur mes traits, ce sourire en coin aux lèvres. Je lui aurais fait un petit signe avec mon doigt, si mes mains n'avaient pas été ligotées, à défaut j'y allai d'un petit mouvement de tête qui l'incitait à remonter contre mon corps, à s'approcher de mon visage, à venir me rejoindre plus haut. Je l'avais patiemment attendu, mais avait bouffé son visage dès qu'il avait été à proximité. Ma seule façon de participer au jeu. Ça et mes mots ...

Inclinant légèrement la tête vers l'arrière, lui exposant ma gorge, ma mâchoire, j'esquissai un petit sourire même si mes traits exprimaient tout le besoin que je pouvais ressentir, le désir bien brûlant. Mon ton qui se voulait sensuel, invitant. « Bite me ... » Ah bah oui. J'ai clairement un truc avec ça. On se rappelle bien mes épisodes à le mordiller et tout ça ... Mais je voulais plus que ça. Je voulais qu'il ose, qu'il n'aie pas peur de blesser. Je voulais qu'il morde à en laisser une marque, qu'il prenne et qu'il possède et qu'il me fasse sentir des choses que je ne sentais plus depuis si longtemps ... vivant. Mon bassin se souleva, allant à la rencontre du sien, cherchant à le stimuler lui aussi, à ma façon, limité dans mes possibilités. « Fuck me ... Make me yours, your dirty little human ... »

Et si Frank n'avait pas choisi cet exact moment pour arriver dans le cadre de porte, assistant secrètement à la scène, découvrant des aspects méconnus et inespérés de moi, un côté auquel il n'aurait jamais cru. Il n'osait même pas entrer. Il observait en silence, le pauvre con ne devait pas y croire- on lui offrait un spectacle encore mieux que celui du spa et c'est pas peu dire.


Revenir en haut Aller en bas
 
Thor(pille)
Thor(pille)
Masculin MESSAGES : 704
INSCRIPTION : 05/04/2017
ÂGE : 26
CRÉDITS : Visa, Mastercard

UNIVERS FÉTICHE : .
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://www.letempsdunrp.com/t915-piggy-skelly http://www.letempsdunrp.com/t1058-why-are-iphone-chargers-not-called-apple-juice
Donut

People talk about the Naughty List like it's a bad thing - Page 9 Empty


Lucifer Morningstar
Je suis immortel et je vis désormais à San Francisco, USA. Dans la vie, je suis trafiquant majoritairement car je m'emmerde et c'est si plaisant de faire chier la police. Je suis ça et tant de choses à la fois. Mais nous n'avons pas toute la journée. On peut ajouter à la liste qu'il m'arrive aussi de mettre fin aux jours de certaines âmes.




Tom Ellis - aerie
Je le torturais de la plus agréable des manières qui soit et il rigolait. Je crois bien qu’il était soit un peu fou, soit complètement accros à la luxure. Ou peut-être était-il accro à ma luxure, bien à moi. Dans tous les cas cet homme avait une apparence qui ne laissait rien paraître de son fort intérieur. De celui qui avait ce petit côté bien masochiste. Vous savez, un peu comme les psychopathes classiques. Ceux qui en apparence étaient des hommes droits et sages, et qui derrières leurs portes faisaient les pires atrocités. Pierce lui, c’était définitivement le sexe. Si seulement ça ne lui prenait pas juste, une fois de temps en temps de défouler ses hormones sur moi. Mais j’y trouvais toujours mon compte, parce que je me vengeais en le torturant comme en ce moment quoi. D’autant plus que je lui en voulais pour autre chose. Enfin plus maintenant. J’étais juste un peu plus docile, acceptant d’abandonner ma tâche (alias ma douce torture), lorsqu’il me demanda de m’approcher. Bien entendu, j’étais curieux de savoir ce qu’il me réservait, bien entendu, que je m’étais exécuté en grande docilité. Fallait lui voir l’air aussi, avant tant de promesse. J’étais remonté, oui, mais sans presse, en poursuivant mes petits traitements contre son ventre et puis son torse, pour finir ma course bien près de son visage. Il s’était occupé de me déguster par lui-même, me réservant une petite surprise, sans le moindre doute.

Et j’avais eu bien raison, à la vue de cette gorge offerte, qui me donnait presque envie de me transformer en un vampire. Comme quoi ma pensée n’était pas bien loin de la sienne, à l’ouïr de cette demande. À quel point? Là était la question. Mon point à moi ferait en sorte que la chaire le quitte, mais ma raison qui restait toujours un peu derrière me disait que ce n’était pas une bonne idée compte tenu de l’endroit, et des questionnements à voir cette partie guérir tranquillement mais beaucoup trop vite en même temps pour un humain normal. Pas vraiment de faire quoi que ce soit, il s’activait sous moi, chaque parcelle de son âme puait la luxure et j’adorais ça. Mais il m’avait appelé humain. Et cette chose, pour moi, était bien entendu une insulte. Je lui aurais bien montré une jolie forme non humaine. « Human huh? Have a little taste of hell instead. » J’allais lui faire sa fête, à commencer par un petit deux en un. Une préparation négligée, un vêtement qui ne se faisait plus attendre avant de se faire envoyer valser ailleurs. Et me voilà qui se décidait à la mordre, bien fort, jusqu’à ce que la chair me laisse goûter un peu de son sang. Il n’eut pas le temps de bien réagir, avant qu’une nouvelle intrusion ne se fasse, plus bas cette fois en un magnifique coup de rein. Un beau deux en un, comme si je comptais faire dans la délicatesse. Il était masochiste de toute, en prime d’être un peu comme moi au bout du compte. À guérir de tout, pour mon plus grand bonheur. On s’entait très bien, et je découvrais bien vite que ça m’avait manqué tout ça. Pierce aussi allait le comprendre, car je ne lui laissais pas le temps avant de m’activer. Sans la moindre délicatesse. « You love it don’t you? » Il l’avait bien cherché après tout, et je le savais bien qu’il devait prendre son pied. Parce qu’il avait droit aux coups de bassins de ma personne, et pas de n’importe qui. De celui qui connaissait l’anaomie mieux que personne, et qui est un adepte des coups endiablé, bien entendu. Y’avais pas de pauvre prostate ici. Elle se faisait massacrer pour le meilleur, par le meilleur. J’avais une bonne poigne pour en rajouter d’avantage, avec ce sourire en coin sans m’abstenir de le regarder armé de mon indécence. Je voulais voir ce bloc de glace se briser. Je voulais voir son air qui n’en pouvait plus, je voulais entendre sa voix qui ne se contentaient pas de grogner cette fois, mais de hurler des oui qui avaient mon nom, bien à moi. J’attendais que ce moment, pour le traiter de my dirty little bitch. J'étais loin de savoir qu'on était trois, encore une fois. Inconscient aussi que j'avais ce petit côté possessif chez moi. J'étais dans le moment, et y'avais rien de plus qui comptait à mes yeux.
Revenir en haut Aller en bas
 
Pupper
Pupper
Masculin MESSAGES : 672
INSCRIPTION : 06/04/2017
ÂGE : 23
CRÉDITS : Dunno

UNIVERS FÉTICHE : Un peu de tout
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://www.letempsdunrp.com/t918-le-pti-moka
Donut

People talk about the Naughty List like it's a bad thing - Page 9 Empty


Marcus Pierce
Je suis immortel et je vis à San Francisco, USA. Dans la vie, je suis lieutenant de police et je m'en sors très bien, quoi que je ne sois pas apprécié de tous. Sinon, dû à cette malédiction d'immortalité qui pèse sur mes épaules, j'évite les sentiments et les relations et je le vis plutôt mal.

People talk about the Naughty List like it's a bad thing - Page 9 RJgxU0r

#126ba5
Tom Welling
A little taste of Hell, j'en voulais absolument un. Je savais qu'il pouvait me réserver un tas de choses à la fois imprévisibles, brutales et délicieuses, et il ne décevrait certainement pas. Parce qu'en ce qui a trait au sexe, il ne décevait jamais. Déjà, il me débarassait de mes derniers vêtements, et je savais pertinemment ce qui m'attendait. J'étais déjà prêt, cherchant à rester aussi détendu que possible, à accepter l'intrusion qui ne se fit pas attendre, soudaine et sans préparation au préalable, me faisant serrer les dents en étouffant un petit son où se mélangeaient plaisir et douleur. Renchérissant davantage, ses dents avaient trouvé mon cou, obéissant à ma demande et m'offrant une morsure bien forte qui tira un peu de sang et un petit mouvement de mon bassin, comme un réflexe de plaisir, une sensation tout droit dans le bas ventre. Je laissai d'ailleurs entendre mon appréciation, d'un long grognement, les yeux fermés sur le coup et un petit sourire presque malsain aux lèvres. C'était dingue comment il abusait de moi et que je me laissais faire sans rechigner, en y tirant tout mon plaisir comme une vraie petite salope. Ç'aurait dû me faire chier, d'être si needy, mais le dégoût de moi-même ne venait tout simplement pas. Parce que Lucifer et moi partagions quelque chose de spécial et d'unique en son genre, il me comprenait mieux que quiconque et savait exactement de quoi j'avais besoin, à quel point il pouvait me pousser, ce que je pouvais prendre en flirtant avec la limite du too much et du juste assez ...

Il se donnait en moi comme jamais auparavant, me martelant de coups précis et efficaces qui me faisaient presque tourner la tête, brouillaient presque ma vision. C'était intense et sans aucun répit, je cherchais mon souffle et pourtant trouvait le moyen d'offrir des grognements appuyés, des sons plus francs de temps à autre. J'en voulais toujours plus, comme un junkie en manque, participant aux mouvements, tirant par moments sur mes liens avec énergie, comme dans l'espoir de les briser, mais en souhaitant à la fois qu'ils tiennent le coup, qu'ils m'offrent une résistance. Il me cherchait de ses mots, me traitait sans doute à sa façon de dirty little slut sans forcément le dire ainsi, et comme le pauvre con que je devenais quand il était en moi, je me trouvais à hocher la tête, à marmonner des « Yes, yes yesyes fuck »

Il en rajoutait une couche, me stimulait de toutes les façons possibles et je n'en pouvais plus. La tension qui grimpait depuis quelques temps maintenant, à une vitesse fulgurante, approchait son point maximal et ne désirait plus qu'un soulagement. Je tirais davantage sur mes liens, rejetant la tête vers l'arrière et arquant le dos sous les vagues de plaisir, poussant à la rencontre de sa main et redescendant vers lui qui poussait en moi en rythme, et c'était presque trop, et pas assez à la fois. « Fuuuck .... Fuck fuck fuckfuckLucy » à moitié cohérent à ce stade, n'ayant plus trop conscience de ce qui s'échappait de ma bouche, les sons à peine contrôlés, rauques et chargés de plaisir, les FUCK bien sentis et ce petit surnom échappé entre deux, dans une plainte qui suppliait pour la délivrance.

Et la délivrance répondit à l'appel.
Presque violemment, dans un dernier son qui termina en grognement un peu étouffé, le souffle me manquant sous le coup alors que mes abdos se contractaient, travaillaient bien fort à surfer la vague déferlante de plaisir qui envahissait mon corps entier, me rendant momentanément hors service. Une longue minute me fut nécessaire pour reprendre davantage conscience du monde autour de moi, glissant ma main dans les cheveux humides de Lucifer et serrant un peu pour l'attirer à moi et l'embrasser. Je le voulais près, voulais sentir son poids contre moi, sa peau humide contre la mienne qui l'était tout autant, dans un moment un peu plus doux, un peu plus intime encore. Et alors que je lui jouais dans les cheveux en mordillant tout doucement son épaule, mon regard erra vers ce petit espace bien mince entre le cadre de porte et la porte elle-même, croisant un regard bien avide qui buvait la scène devant lui. Ce petit emmerdeur. Une grande partie de moi ne voulait pas le laisser gâcher ce moment entre Lucifer et moi, ce moment où nous étions l'un à l'autre dans cette petite brume post-sex ... mais je devais me racheter aux yeux de Lucy et participer à ma façon à cette foutue mission, alors je rivai mon regard droit dans celui de Frank, qui avait figé sans oser fuir en voyant que je l'avais surpris. « Well dont just stand there ... Just come in ... »


Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


People talk about the Naughty List like it's a bad thing - Page 9 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
People talk about the Naughty List like it's a bad thing
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 9 sur 15Aller à la page : Précédent  1 ... 6 ... 8, 9, 10 ... 15  Suivant
 Sujets similaires
-
» Adrian Fishley ~ Am I on the naughty list ?
» ★ GLAMOUR PEOPLE
» People who say they sleep like a baby usually don’t have any.
» 'India has the highest number of hungry people on earth'
» The Bucket List.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers fantasy :: Surnaturel-
Sauter vers: