Partagez
 
 
 

 People talk about the Naughty List like it's a bad thing

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14, 15  Suivant
 
Thor(pille)
Thor(pille)
Masculin MESSAGES : 719
INSCRIPTION : 05/04/2017
ÂGE : 26
CRÉDITS : Visa, Mastercard

UNIVERS FÉTICHE : .
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://www.letempsdunrp.com/t915-piggy-skelly http://www.letempsdunrp.com/t1058-why-are-iphone-chargers-not-called-apple-juice
Donut

People talk about the Naughty List like it's a bad thing - Page 13 Empty


Lucifer Morningstar
Je suis immortel et je vis désormais à San Francisco, USA. Dans la vie, je suis trafiquant majoritairement car je m'emmerde et c'est si plaisant de faire chier la police. Je suis ça et tant de choses à la fois. Mais nous n'avons pas toute la journée. On peut ajouter à la liste qu'il m'arrive aussi de mettre fin aux jours de certaines âmes.




Tom Ellis - aerie
J’aurais encore beaucoup de travail à faire, si je voulais finir par le convaincre d’apprivoiser correctement ce feu brûlant qu’il avait. Et que j’avais d’ailleurs aussi. J’avais certes appris à l’utiliser, de la meilleure des manières qui soit à travers les péchés capitaux. Mais jamais dirigé vers ceux qui ne le méritaient pas, lorsque j’avais cette colère meurtrière. J’avais l’image du vil tentateur, alors que je ne cherchais que le bonheur des gens, de leur faire comprendre qu’ils n’avaient qu’une seule chance de vivre leurs vies. On me voyait aussi comme le pire des recruteurs, celui qui tentait de faire en sorte que les gens tuent pour moi, fassent des atrocités en mon nom, alors qu’en vrai je ne faisais que punir ceux qui agissaient de la sorte. Mais une image on ne peut pas la changer du jour au lendemain. Encore moins lorsqu’on n’était rien de plus qu’un simple mythe d’une religion quelconque. On ne me croyait jamais lorsque je disais sans gêne que j’étais le diable en personne, après tout. J’avais fini par m’y habituer. Tout ceci que pour dire que j’étais prêt à lui donner de mon savoir pour contrôler le feu en lui, d’autant plus que j’étais la personne idéale pour le faire. Autant par la faute de mon expérience, que par ce fait que s’il débordait, je pouvais le contenir. Je ne pouvais pas mourir, et rien ne pourrait faire en sorte que cela change. Pas même de l’eau bénite. Elle me faisait certes réagir parce qu’on venait de me tremper, mais l’humain est un simple et pur idiot pour croire que de l’eau allait changer les personnes. Nous sommes qui nous sommes, un point c’est tout. C’est la vie et nos expériences qui nous change, et pas de la pisse de dieu à la fin. Bon.

J’avais pris note de son manque de conviction, tout comme je savais que j’étais très bien capable de le pousser en cas de besoin pour l’aider à avancer dans son processus. D’autant plus que oui, j’adorais ça. « Of course I do. It makes me so horny you have no idea. » Non il le savait très bien. Je crois que depuis que nos corps se connaissaient, ils ne faisaient que s’unir sous la haine et le feu plus qu’autre chose. Il était évident que je n’avais absolument rien contre. La preuve, je prenais un doux plaisir dans cette petite réconciliation matinale aux touches un peu brusque. Les gens bien sages étaient d’un ennuie après tout. Du moins à mes yeux ils étaient plus désespérants qu’autre chose et d’un ennuie plus que terrible. Si Pierce voulait un jour me torturer, il n’aurait qu’à me manipuler et me faire croire à une mission de couverture palpitante, alors que je devais m’incruster dans la vie d’un hacker qui n’avait pas beaucoup d’ami, devenu un vrai moulin à parole, et qui ne me parle de rien de ce que j’appréciais dans la vie car il n’avait jamais goûté à aucune de ses choses. Mais pour l’instant nous devions en terminer une, qui était mis en suspens. Autant en profiter.

Je ne compte pas vous cacher ma surprise à l’ouïr de cette proposition. Des pays qui puaient la romance et la classe. Des pays dans lesquels les riches aimaient passer leurs vacances. Un peu plus dans mon genre vous voyez. Moins la romance bien entendu. « Really…..? I thought you were the camping kind of guy. Get lost in the wood with nothing at all. You know. Barbarians vacations! » Mastiquer mes mots? Moi? Jamais. « Lucky me I know how to turn those into something more fancy. » Je crois qu’il le savait très bien. « I miss Greece… They used to make such amazing orgies. » Quoi c’était bien connu, en plus de ce temps où l’homosexualité était à la mode. Avant que les disciples de Jésus ne viennent tout faire foirer.
Revenir en haut Aller en bas
 
Pupper
Pupper
Masculin MESSAGES : 687
INSCRIPTION : 06/04/2017
ÂGE : 23
CRÉDITS : Dunno

UNIVERS FÉTICHE : Un peu de tout
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://www.letempsdunrp.com/t918-le-pti-moka
Donut

People talk about the Naughty List like it's a bad thing - Page 13 Empty


Marcus Pierce
Je suis immortel et je vis à San Francisco, USA. Dans la vie, je suis lieutenant de police et je m'en sors très bien, quoi que je ne sois pas apprécié de tous. Sinon, dû à cette malédiction d'immortalité qui pèse sur mes épaules, j'évite les sentiments et les relations et je le vis plutôt mal.

People talk about the Naughty List like it's a bad thing - Page 13 Ezm938u

#126ba5
Tom Welling
Il n'avait pas besoin de me le dire, je le savais parfaitement. Il aimait goûter à ce feu qui brûlait dans mes entrailles, s'y abreuvait avec joie et plaisir, faisait parfois bien exprès de l'activer en sachant qu'il y trouverait son compte par la suite. Je le savais, et son commentaire m'avait tiré un petit rire, alors que je secouais la tête, faussement découragé. Il était incorrigible.

Ma proposition de petites vacances l'avait fait réagir, comme surpris que je propose quelque chose d'aussi classe et fancy. Il est vraiment que le camping avait d'avantage l'air d'être mon style, je suis un bûcheron dans l'âme avec mon air blasé et mes gros bras, avec l'absence de grands luxes dans ma vie contrairement à Lucifer. Ce n'est pas pour autant que je n'appréciais pas à leur juste valeur les magnifiques pays que j'avais visités, qui avaient beaucoup à offrir. « I do love camping. Its so peaceful, being so far away from civilisation, taking in everything the nature has to offer ... Maybe another time :3 » Il me connaissait bien, quand même. Et j'avais bien pris son commentaire, parce que je savais reconnaître moi-même mes propres tendances, et savoir que j'avais couru un peu après. Barbare, parce que je ne vivais pas dans le luxe et la luxure fancy comme monsieur ici présent. Fair enough.

Ah. Les orgies, bien entendu. Fallait bien ça pour qu'un endroit marque Lucifer. Ce pauvre idiot qui ne vivait que pour sa queue. J'avais fait un petit son au commentaire, le regardant avec un vague amusement. « Of course » Puis un petit silence s'imposa entre nous, le débat à savoir si je racontais mes anecdotes de vie ou bien les gardait pour moi. Je penchai davantage pour la première option, espérant peut-être lui laisser entendre que je n'étais pas qu'un grand coincé. « Those were good times. I had fun during homosexy Greece. We'd get hella drunk on fine wine and fuck for hours until we couldnt walk straight ... or at all, for most of them. Thank god for my healing speed ... But I was still raw for hours after. Man ... It feels like forever ago » On ne croirait jamais cela de moi, c'était comme une toute autre facette de ma personnalité, une qui dormait depuis longtemps, étouffée avec le feu en moi. Anyways.

J'esquissai un petit sourire en croisant son regard, mes doigts traçant des petits dessins abstraits et doux contre l'avant-bras de Lucifer. « So Greece it is ? »

Revenir en haut Aller en bas
 
Thor(pille)
Thor(pille)
Masculin MESSAGES : 719
INSCRIPTION : 05/04/2017
ÂGE : 26
CRÉDITS : Visa, Mastercard

UNIVERS FÉTICHE : .
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://www.letempsdunrp.com/t915-piggy-skelly http://www.letempsdunrp.com/t1058-why-are-iphone-chargers-not-called-apple-juice
Donut

People talk about the Naughty List like it's a bad thing - Page 13 Empty


Lucifer Morningstar
Je suis immortel et je vis désormais à San Francisco, USA. Dans la vie, je suis trafiquant majoritairement car je m'emmerde et c'est si plaisant de faire chier la police. Je suis ça et tant de choses à la fois. Mais nous n'avons pas toute la journée. On peut ajouter à la liste qu'il m'arrive aussi de mettre fin aux jours de certaines âmes.




Tom Ellis - aerie
Ah! Il me semblait aussi, que son truc bien à lui était bien fancy que ses premières propositions. La preuve, il en parlait comme la chose la plus merveilleuse au monde. Ne vous en faites pas, je m’étais retenu de renchérir sur les raisons pour lesquelles, je trouvais cette activité barbare. Les humains étaient tellement évolués, ils avaient le confort de leurs demeures, ils avaient travaillé pendant des années et des siècles pour en arriver là… Et prenait plaisir à s’isole, pour replonger aux premières nations, qui n’avaient rien de tout ceci. À mes yeux, je ne comprenais ni la logique, ni l’attrait. C’est si excitant d’être inconfortable ! Non… Wtf ? Mais bref, ça partirait certainement une nouvelle histoire, qui sait, alors je n’avais rien dit. La prochaine fois, de toute manière, pouvait être dans très longtemps, voir jamais. Seul le temps nous le dirait. Et je ne comptais pas non plus insister pour le camping, jamais de la vie.

C’était bien plus intéressant d’aller faire un tour en Grèce n’est-ce pas ? S’il y avait bien un retour à la vieille civilisation qui ne m’aurait pas dérangé, c’était bien dans ce pays. Mais oui, je sais, si je m’attendais à cela, j’allais être relativement déçu. Je ne m’attendais pas à une telle chose, mais je pourrais toutefois la provoquer. Ça faisait partie de mes… dons et talents, j’imagine. Même si Pierce ne devait pas avoir la même vision que moi à ce sujet. Il était surtout, plus découragé qu’autre chose de ma nostalgie historique. Il était tellement coincé après tout.

Ça, s’était avant qu’il n’ouvre sa bouche.

La surprise et l’amusement à son état pur. La voilà, ma réaction à ses dires. Bien entendu que j’avais un petit doute, que j’étais en train de me dire qu’il était sarcastique. Mais à bien y penser, avec son nombre d’années dans le corps, il avait certainement fait diverses expériences pour au finir devenir cette boule froide et d’ennuie, qui n’y trouvait plus rien de palpitant. « I’m sad we didn’t meet in that time. » Ben quoi, je l’avais rencontré dans sa phase la plus ennuyeuse qui soit. « I don’t need to start a monologue about my own experiences I suppose? » Petit rire de ma part, suite à ma fausse question. Nul besoin de parler, ça ne finirait plus. Quoi qu’on avait l’immortalité devant nous. Mais je le gardais en tête pour le jour où je voudrais le torturer avec ma voix qui ne cessait de parler. Pour le moment nous avions bien mieux à faire, et cette idée de voyage promettait. Soit tout allait casser, soit nous aurions notre pause que nous cherchions tant. À voir. Ça s’annonçait bien, si nous prenions en compte que Pierce se faisait plus doux avec son petit geste contre mon bras, et ce fait que je comptais faire des efforts pour me tenir un peu plus tranquille aussi. « I’ll take care of it. I’m pretty sure we can leave today. » J’avais le don d’arranger rapidement les choses après tout. Ça lui laissait le temps de faire ses valises et ses petits trucs. Pas trop compliqué : Je n’avais besoin que d’organiser le voyage moi-même avec l’autorisation d’atterrissage et me trouver un petit équipage que je connaissais bien. J’avais mis les pieds sur terre avec une bonne business, c’était un vrai jeu d’enfant pour moi.

Les valises par contre c’était autre chose. J’imagine que Pierce ne devait pas avoir grand-chose de plus qu’un sac à dos, vu le personnage. Non je n’en avais pas cinq. Mais deux. Ce n’est pas si mal. Oui on part une semaine seulement et alors ?  Je devais bien tout amener, avec des au cas où aussi puisque justement nous n’avions absolument rien de prévu.  
Revenir en haut Aller en bas
 
Pupper
Pupper
Masculin MESSAGES : 687
INSCRIPTION : 06/04/2017
ÂGE : 23
CRÉDITS : Dunno

UNIVERS FÉTICHE : Un peu de tout
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://www.letempsdunrp.com/t918-le-pti-moka
Donut

People talk about the Naughty List like it's a bad thing - Page 13 Empty


Marcus Pierce
Je suis immortel et je vis à San Francisco, USA. Dans la vie, je suis lieutenant de police et je m'en sors très bien, quoi que je ne sois pas apprécié de tous. Sinon, dû à cette malédiction d'immortalité qui pèse sur mes épaules, j'évite les sentiments et les relations et je le vis plutôt mal.

People talk about the Naughty List like it's a bad thing - Page 13 Ezm938u

#126ba5
Tom Welling
Si je m'attendais à ce que Lucifer fasse toute une histoire de mes aventures en Grèce, ce ne fut pas le cas. Il eut l'air surpris et passablement déconcerté d'un tel aspect dévergondé de ma personne, mais sans plus. À croire qu'il ne me croyait pas du tout .... ou alors avait simplement décidé de ne pas pousser davantage le sujet, qu'un unique commentaire sur les circonstances de notre rencontre, qui auraient pu être meilleures. Le pauvre con qui se plaignait alors que je lui offrais du bon sexe depuis notre rencontre, tsss va. Je me laissais attacher, en prime. C'était déjà mieux que rien.

J'optai quand même pour une stratégie similaire à la sienne et n'en rajoutai pas davantage, osant un petit haussement d'épaules vaguement désolé qu'il ait eu à me rencontrer en des temps si décourageant de ma personne. Je n'avais bien entendu pas besoin des récits de ses débauches de toutes sortes ni de ses expériences sexuelles multiples variées, je parvenais amplement à me faire une image de la chose par moi-même. Roulant les yeux, j'eus tout de même un sourire amusé à la chose. « Indeed, please spare me the details, I can already picture it enough ... »

Je n'avais rien à faire, Lucifer prenait les devants pour tout organiser. Il me l'avait bien fait comprendre, me tirant un petit sourire, parce que ce con avait peut-être bien des défauts mais s'il avait bien quelque chose à laquelle il excellait, c'était préparer et organiser des trucs. Jamais ennuyant et toujours dans la classe et le confort, plus que je n'en avais besoin, mais comme il s'occupait de tout, je laissais aller et profitais de mon temps libre. Il avait des contacts, pas forcément tous blancs comme neige, et il y a quelques temps de cela, ça m'aurait agacé. Cependant, je ne parvenais plus à trop m'en faire avec ça, plus comme avant, plus autant que je ne l'aurais voulu.

Je m'étais occupé de faire mes valises, ou plutôt mon unique bagage, un sac à dos tout de même bien rempli mais sans plus. Ça ne m'avait pas pris bien du temps pour que tout soit prêt, mais bien sûr Lucifer ne savait pas se contenter de peu et devait avoir plusieurs bagages. Bon, d'accord, deux. Qui devaient être pleines à craquer malgré tout. Petit enfant précieux. Je n'avais fait aucun commentaire, mon roulement des yeux suffisait à communiquer le message de mon découragement. De toute façon, il y avait encore pire qui m'attendait, soit le jet privé. En lui-même, il était plutôt cool, il nous assurait un transport rapide et lorsqu'on le désirait. Reste que Lucy devait être fier de son coup et je lui donnai un petit coup de coude avec un sourire moqueur « Show off »

Nos bagages rapidement chargés, je ne rechignai tout de même pas à poser mon cul dans le siège bien comfortables du jet. Par contre, à la belle sortie des demoiselles à grosses boules qui vinrent nous servir du champagne. Le JUGEMENT dans mon regard; que je tournais vers Lucifer. « Really, honey ? ._. » C'était tellement lui et tellement agaçant, mais l'alcool était de qualité et en prendre quelques gorgées suffit à me redonner un petit sourire. Puis il y avait de la bouffe, tout aussi fancy et délicieuse. « Gotta admit you're sometimes an unsufferable brat, mais tu fais pas les trucs à moitié and I like that »

Je m'étais changé en cours de trajet, troquant mon haut pour un tank top plus léger qui laissait voir mes superbes biceps et l'occasionnel nip de temps en temps. Moins chaud ainsi, plus confortable dans mes mouvements pour le reste du trajet. Puis peut-être que j'essayais d'attirer sur moi l'attention de Lucifer, de le détourner des salopes blondes en tenue légère qui nous servaient depuis le début. Peut-être, peut-être pas.

Nous étions finalement arrivés après un trajet plus que confortable et un petit décalage horaire qui se pointait le bout du nez. J'étais malgré tout épuisé, Lucy avait rapidement eu la visite de ma tête sur mon épaule dans un petit soupir. « What now ... ? Did you book us an hotel too ... ? »

Revenir en haut Aller en bas
 
Thor(pille)
Thor(pille)
Masculin MESSAGES : 719
INSCRIPTION : 05/04/2017
ÂGE : 26
CRÉDITS : Visa, Mastercard

UNIVERS FÉTICHE : .
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://www.letempsdunrp.com/t915-piggy-skelly http://www.letempsdunrp.com/t1058-why-are-iphone-chargers-not-called-apple-juice
Donut

People talk about the Naughty List like it's a bad thing - Page 13 Empty


Lucifer Morningstar
Je suis immortel et je vis désormais à San Francisco, USA. Dans la vie, je suis trafiquant majoritairement car je m'emmerde et c'est si plaisant de faire chier la police. Je suis ça et tant de choses à la fois. Mais nous n'avons pas toute la journée. On peut ajouter à la liste qu'il m'arrive aussi de mettre fin aux jours de certaines âmes.




Tom Ellis - aerie
Je commençais à me dire que nous étions une véritable caricature d’un couple gay. La femme qui en évidence devait être moi, moi qui prenais soin de ma beauté légendaire, de mon apparence, et surtout qui pensait à son luxe, qui ne pouvait faire avec un simple sac de petit paysan. Mais on sait très bien que je n’en avais rien à foutre. Tout simplement car si on osait me faire une telle remarque, il me ferait un grand plaisir de briser cette image, et d’affirmer que moi, je n’étais pas un vulgaire barbare. Je savais vivre dans la modernité et en profiter. J’avais su évoluer moi. Enfin bref. Si Pierce était désespéré de mes bagages, il va sans dire que je l’étais tout autant. Mais je tenais ma promesse de ne rien dire pour le vexer. Il m’aurait fait un plaisir de l’inviter à tout simplement rien apporter, rendu là. D’aller s’installer dans une grotte de l’Italie pendant quelques jours et de ne pas venir se plaindre s’il lui manquait quoi que ce soit. N’avait-il pas encore compris ô combien il fallait se montrer prévoyant avec un homme aussi imprévisible que moi? Il allait en payer le prix, éventuellement et apprendre de ses erreurs, j’imagine.

Dans tous les cas nous étions partis dans le luxe, monsieur s’amusant à me donner un compliment. « You seem to always forget with who you are my friend. Of course I’m show off. I have all I need to be comfy, I do not enjoy the barbarians ways and you know it very well. » Je rigolais, bien entendu. « I’m Lucifer, after all darling. » Il ne devait pas l’oublier, quand même. Je serais son maître le jour où la malédiction se lèverait, et il ferait partit de mon royaume. Je lui réserverais une place particulière, promis. Il ne méritait bien après tout. J’avais retenu des commentaires de plus, qui aurait pu l’inviter à prendre un autre moyen si tel étaient ses désirs mais je savais très bien qu’il appréciait tout autant que moi. Il ne voulait pas se l’avouer, tout simplement. Chialer pour la forme, parce qu’il devait encore vivre avec l’aigreur des siècles passés et qu’elle ne pouvait pas s’enlever du jour au lendemain, malheureusement.

Bien entendu qu’il devait encore chialer de mes choix, comme toujours. C’était à se demander pourquoi je me forçais autant à trainer avec lui et lui faire plaisir. Il n’était jamais content, décidément. Son passe-temps préféré étant le jugement de ma personne. Un simple soupir, un désintérêt de ma part envers sa personne, plutôt dirigé vers les demoiselles que je connaissais très bien. Avais-je vraiment besoin de dire à quel point et dans quel sens?  « Can’t you enjoy the view like a normal human being? I swear you wouldn’t say a damn thing if you had the boobsjob that I had. Stop being jelly Pierce it’s such a useless emotion. » Au moins je n’étais pas profondément piqué, mais plutôt impassible à son regard et sa remarque. Heureusement un antidote lui fut donné pour lui faire changer quelque peu d’attitude. Un autre homme qui prouvait la théorie d’atteindre le cœur par l’estomac. « Obviously you do like me darling, proof is you’re with me Lucifer, and not with Luke, on a vacation. »  Notre relation était particulière, je le sais bien. Mais peut-être qu’en étant nous même, dans un autre pays, ça changerait les choses. Qui sait.

Monsieur était parti se changer, alors que dans mon cas ce ne fut pas une nécessité. J’étais un homme de chaleur, un homme qui évitait à tout prix les temps de neige. La chaleur était mon domaine après tout, et le froid mon propre petit enfer personnel. Un petit changement qui me fit sourire en coin, qui fit en sorte que mon doigt vient agacer de temps en temps ce bout de chair qui s’échappait pour me regarder. « Little whore. » Un petit murmure amusé. Mais il avait au moins mon attention, inconsciemment ou pas. Chose qui devait bel et bien lui faire plaisir. Tout comme la suite des choses lorsque le transport avait changé pour une voiture qui nous attendait et nous dirigeait sans que la nécessité d’exprimer mes envies ne soient dite. La destination, il la savait à l’avance. « Oh no hotel for us. Obviously I wanted to try living like a hobbo, you know me Pierce! » Je vomissais le sarcasme, bien entendu mais je rigolais. « You already know I took the best place I could. With a lot of privacy and slaves around. » Bon ils étaient payés pour exécuter mes caprices, je le savais bien. Avec un bonus que je comptais bien leur donner à la fin de notre voyage. Mais il était évident que j’avais prit le meilleur sur le marché dans ce coin de pays, dans lequel nous n’allions manquer d’absolument rien. Nous aurions même assez d’espace pour nos instants de crises si l’envie nous prenait de s’entretuer. Voir assez d’espace dans le lit pour avoir des invités, ou se bouder. J’avais réellement pensé à tout.

Le trajet ne fut pas si long à mes yeux, après autant d’heures dans l’avion, ma fatigue me clouant le bec et dirigeait mon regard sur cette beauté qui habitait la terre. La création de mon père que je devais admettre, était magnifique ici. J’en était une moi-même, après tout. Eh! Je n’avais pas réalisé mes gestes, ma main qui avait trouvé sa place contre la hanche de Pierce, qui par mégarde faisait preuve d’une douceur en se déplaçant tranquillement vers sa nuque qu’elle avait appris à connaître, ainsi que se cheveux. Un automatisme en quelque sorte, j’imagine. Mais j’avais laissé tranquille mon jouet lorsque nous étions arrivés, pour le laisser s’épanouir dans notre villa. Un hôtel? Bien sur que non.
Revenir en haut Aller en bas
 
Pupper
Pupper
Masculin MESSAGES : 687
INSCRIPTION : 06/04/2017
ÂGE : 23
CRÉDITS : Dunno

UNIVERS FÉTICHE : Un peu de tout
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://www.letempsdunrp.com/t918-le-pti-moka
Donut

People talk about the Naughty List like it's a bad thing - Page 13 Empty


Marcus Pierce
Je suis immortel et je vis à San Francisco, USA. Dans la vie, je suis lieutenant de police et je m'en sors très bien, quoi que je ne sois pas apprécié de tous. Sinon, dû à cette malédiction d'immortalité qui pèse sur mes épaules, j'évite les sentiments et les relations et je le vis plutôt mal.

People talk about the Naughty List like it's a bad thing - Page 13 Ezm938u

#126ba5
Tom Welling
Je ne voulais rien admettre, parce que le formuler à voix haute aurait été trop difficile. Parce que les mots resteraient pris dans ma gorge, une vérité et un mensonge à la fois, reflet de cette dualité complexe qui caractérisait bien notre relation. Je ne savais pas si ce voyage était une bonne idée. Je ne savais plus grand chose désormais, mes certitudes volaient de plus en plus en éclat au fil de ce temps passé avec Lucifer. Il parvenait à craquer ma carapace, à laisser s'échapper des choses si durement contenues et je n'avais aucun contrôle là-dessus. Il ravivait et apaisait mon feu à la fois, il me ruinait à sa façon et j'en redemandais.
Je ne lui fis pas le plaisir d'approuver ses paroles, mais mon silence était plutôt éloquent. On partageait quelque chose de spécial, qu'on le veuille ou non ... et on partait en voyage ensemble, en tant que nous-mêmes et sans couverture.

Mon changement de vêtements avait eu l'effet escompté, soit m'attirer l'attention de Lucifer. Même si c'était une attention un brin agaçante de son doigt venant agacer mon nip de temps à autres. Si la toute première fois je fronçai les sourcils et écartai sa main avec un petit grognement agacé, j'abandonnai au fil des touchers et me résignai à ce qu'il revienne le taquiner. Foutue partie sensible de mon corps qui réagissait bien entendu malgré ma bonne volonté de rester impassible, s'émouvant au contact du doigt et démontrant son attrait en étant bien visible, désormais, même au travers du tank top que j'essayais tant bien que mal de tirer par-dessus. Le petit con. Au final, c'était mission accomplie même si ça ne m'emballait pas plus. Au moins il ne regardait plus leurs ballons dans leur petit top ridiculement petit et serré ...

Une voiture nous attendait bien entendu, je ne devais plus être surpris de rien avec Lucifer. Sans un mot, je montai à bord, m'abandonnant à tout ce luxe qu'il déversait sur nous, parce qu'à quoi bon ? Je ne pouvais rien y faire, ne pouvait pas miraculeusement changer ses plans pour quelque chose de plus modeste, et je savais que le simple fait d'essayer l'agacerait profondément et l'amènerait à me traiter de nouveau de néandertal ou quelque chose du genre. Son sarcasme me fit quand même sourire un peu, il se faisait tranquillement un chemin à travers le mur de mon impassibilité et je crois qu'en quelque part ... ça m'allait. « As long as those slaves don't look like the ladies in the plane ... » parce que ça n'irait définitivement pas. Étais-ce un peu de jalousie, de possessivité dans mon ton, dans la façon dont je croisai les bras avec mécontentement ? Maybe. Maybe not.

Je regardais le paysage défiler devant mes yeux à travers la vitre de la voiture, ces terres qui ne m'étaient pas totalement inconnues mais qui avaient aussi bien changé avec le temps. C'était pareil et différent à la fois, unique en son genre et bien différent de ce que l'on avait à la maison, en Californie. Perdu dans mes pensées, je ne m'attendais pas à ce petit élan de douceur soudain. À sentir cette main passer contre ma hanche, me causant presque un petit sursaut initial, puis remonter vers ma nuque qu'elle pressa avec grande douceur. Je ne m'étais pas retourné, captant rapidement qu'il s'agissait de Lucifer et qu'il n'y avait aucun danger ... et bien vite je m'abandonnai à ce petit traitement, la tension dans mes épaules se relaxant complètement alors qu'un petit soupir de contentement m'échappait. Après quelques minutes de ce traitement, de ses doigts dans mes cheveux, il m'avait mis dans un état de tranquilité que j'atteignais rarement. J'avais peu souvent l'air aussi détendu, mais à l'instant, j'aurais facilement pu m'endormir comme ça dans la voiture.

Fort heureusement que je parvins à garder les yeux ouverts, car j'aurais manqué une magnifique vue à notre arrivée. Une superbe villa commença à se profiler devant nous, moderne et à la fois tout à fait compatible avec l'architecture caractéristique de la petite ville. À flanc de montagne, avec sans doute la plus belle vue qui soit sur la mer et le paysage environnant, j'étais convaincu que nous aurions haut la main le meilleur point d'observation pour les couchers de soleil qui viendraient baigner les alentours de rayons aux couleurs chaudes. J'en avais un peu le souffle coupé, et on pouvait voir à cet instant que mon attrait pour le camping ne signifiait absolument pas que je n'appréciais pas le luxe et la grandeur à sa juste valeur. Je n'en avais pas besoin et ne le recherchais pas activement, mais quand je me le voyais offert, je savais le reconnaître et en prendre bien soin. Lucifer nous avait trouvé un endroit magnifique pour notre séjour et c'est les yeux brillants que je tournai la tête vers lui pour le regarder, un peu comme un enfant ébahit, conquis par le charme presque magique des lieux. « Its gorgeous ... »

J'osais à peine m'y aventurer, une fois arrivés. Je faisais quelques pas tentativement, mon sac à dos sur l'épaule et traînant l'une des valises de Lucifer de l'autre main, faisant mon chemin jusqu'à la porte d'entrée. Il avait les clés et se chargea de nous ouvrir, poussant la porte pour que je puisse entrer et m'épater davantage de l'endroit. C'était étonnement cosy, moi qui me serait attendu à plus froid. On avait l'air d'y être confortable et à l'aise, je ne me sentais pas comme si je marchais dans un musée, c'était tout dire. Je crois bien que je m'étais mis à rire, en entrant dans la chambre et en me laissant tomber sur le lit ultra confo aux draps si doux que c'en était presque péché. Un vrai enfant, soudainement, qui semblait vivre un rêve. « This is fucking crazy ... You're, crazy ... How many people did you promise a good fuck to get us this place ? Did you sell your kidneys on the dark web and angelically regrow them ? 'Cause as a police Lieutenant, I don't approve of that. Just so you know » et c'était dit avec tellement de légèreté dans le ton, avec une pointe d'amusement et de plaisanterie. « Now I wanna eat gyros until I die and pass out on this cloud » en m'étirant de tout mon long sur le lit.

Revenir en haut Aller en bas
 
Thor(pille)
Thor(pille)
Masculin MESSAGES : 719
INSCRIPTION : 05/04/2017
ÂGE : 26
CRÉDITS : Visa, Mastercard

UNIVERS FÉTICHE : .
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://www.letempsdunrp.com/t915-piggy-skelly http://www.letempsdunrp.com/t1058-why-are-iphone-chargers-not-called-apple-juice
Donut

People talk about the Naughty List like it's a bad thing - Page 13 Empty


Lucifer Morningstar
Je suis immortel et je vis désormais à San Francisco, USA. Dans la vie, je suis trafiquant majoritairement car je m'emmerde et c'est si plaisant de faire chier la police. Je suis ça et tant de choses à la fois. Mais nous n'avons pas toute la journée. On peut ajouter à la liste qu'il m'arrive aussi de mettre fin aux jours de certaines âmes.




Tom Ellis - aerie
Avais-je une idée de l’effet recherché avec ce changement? Bien entendu que j’avais mes doutes. Tout comme je savais que je devais certainement le faire chier avec cette réaction qui n’était certainement pas celle qu’il recherchait réellement. Un petit détail, un petit droit que j’avais sans le moindre doute de l’emmerder un tout petit peu avant la grande surprise. Il m’avait bien fait rire avec son petit commentaire, comme quoi il savait très bien que les bonnes, devaient me plaire avant tout. Mais plus sérieusement, je ne les verrais pas dans la majorité du cas, donc je n’avais pas été très regardant sur ce détail. Mais ça, je ne comptais pas le lui dire, nous allons avoir la surprise, tous les deux, le moment venu. Je pouvais bien le laisser tranquillement me bouder pour le reste du trajet, après tout. Ça ne durerait pas bien longtemps de toute, mon petit geste qui vint aider à le déconcentrer de ses éternelles émotions négatives. Un peu de tranquillité dans son âme, ne serait-ce que pour le temps d’un instant.

Et la joie d’un enfant aussi, en quelque part lorsqu’il arriva dans la fameuse villa. L’homme du camping était aussi capable d’apprécier mon luxe, ou mes caprices, tout dépendant des points de vus. Mais dans tous les cas j’avais réussi à lui créer une émotion si peu habituelle chez sa personne, il y avait de quoi être fier n’est-ce pas ? Oui j’avais un être fier, duh. On ne pouvait s’attendre à autre chose de ma part. « You know I do not need to do such a thing to have a place like this. And… THEY offer me their body and you know it. You were one of the few to resist my charm mister Pierce. » Je parlais dans le passé, car il avait eu des failles à quelques reprises déjà, après tout. « Would you approve if I became a prostitute for your comfort ? :3 » Je venais fraîchement de m’étendre contre son torse, avec mon air si faussement angélique qui sans le moindre doute, cherchais à provoquer son mécontentement, sa jalousie. « I’m pretty sure you are talking. Simply hiding behind your job. » Le sourire résistait. Bien placé et qui ne bougeait pas. Je l’observais de mes bras croisé sur son torse, rigolant de sa nouvelle exclamation. « I have a pretty tasty gyros. But you can’t bite it. » Oui je parlais de mon mini moi. Il me tendait la perche. « Wanna stay here or move to get them? Either way I’m fine with it. » J’avais des gens ici, je l’avais bel et bien dit après tout. Ils pourraient s’arranger pour en faire sans le moindre doute.
Revenir en haut Aller en bas
 
Pupper
Pupper
Masculin MESSAGES : 687
INSCRIPTION : 06/04/2017
ÂGE : 23
CRÉDITS : Dunno

UNIVERS FÉTICHE : Un peu de tout
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://www.letempsdunrp.com/t918-le-pti-moka
Donut

People talk about the Naughty List like it's a bad thing - Page 13 Empty


Marcus Pierce
Je suis immortel et je vis à San Francisco, USA. Dans la vie, je suis lieutenant de police et je m'en sors très bien, quoi que je ne sois pas apprécié de tous. Sinon, dû à cette malédiction d'immortalité qui pèse sur mes épaules, j'évite les sentiments et les relations et je le vis plutôt mal.

People talk about the Naughty List like it's a bad thing - Page 13 Ezm938u

#126ba5
Tom Welling
Lucifer me tira de mon petit moment de repos content contre le lit par un commentaire qui me tira un rire, les yeux au ciel parce que j'aurais dû le voir venir, bien entendu. Cet homme n'avait pas besoin d'aller à la pêche pour attraper des poissons, ceux-ci se jetaient à lui corps et âme sans qu'il ne lève le petit doigt. Je serais idiot de prétendre qu'il n'avait pas de charme, bien au contraire, je m'étais moi aussi retrouvé pris dans sa toile par moments, avec tout de même plus de résistance que la plupart, je tiens à le souligner. Restait qu'en cet instant, alors qu'il se couchait contre mon torse et me regardait droit dans les yeux, je ne pouvais m'empêcher de sourire.

« I wouldn't approve. I'd rather you find another way, like drugs or weapons, to be honest. I aint sharing just for my comfort, nuh-uh » et je n'avais aucune honte à l'admettre. Je n'aimais pas partager, je ne jouais pas bien avec les autres et ce depuis la nuit des temps -il fallait se rappeler ce qui était arrivé à mon frère- et même si Lucifer et moi, rien n'était moins clair, je ne voulais pas non plus qu'il aille courir à gauche et à droite. J'avais même glissé mes doigts dans ses cheveux et serré, tiré un brin, pour appuyer mon commentaire. Mine, bitch.

Ah bien sur. Le fameux commentaire, il n'en manquait pas une. Je n'avais pu m'empêcher de rire, parce que la comparaison était ridicule, mais je l'avais un peu cherché c'est vrai. La petite poussée suivante, taquine contre son épaule, n'avait rien de bien méchant. Je crois bien que je me faisais à sa connerie, que j'apprenais à mettre mes balais de côté avec lui. « Don't tempt me ... » avec un sourire en coin, glissant ma main de ses cheveux à son cou et puis longeant son dos en douceur. « We should stay ... Im quite comfy where I am right now ... » En partie à cause du lit, en partie à cause du poids de Lucifer contre moi, de son visage près du mien. La paresse qui se mettait de la partie, l'envie aussi de lui pouetter gentiment une fesse comme un gamin. On était bien, tranquilles là tous les deux. « You know ... Its weird, being back here after all those years ... Its crazy how much time has passed and yet ... it still somehow feels like yesterday in a weird way ... »


Revenir en haut Aller en bas
 
Thor(pille)
Thor(pille)
Masculin MESSAGES : 719
INSCRIPTION : 05/04/2017
ÂGE : 26
CRÉDITS : Visa, Mastercard

UNIVERS FÉTICHE : .
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://www.letempsdunrp.com/t915-piggy-skelly http://www.letempsdunrp.com/t1058-why-are-iphone-chargers-not-called-apple-juice
Donut

People talk about the Naughty List like it's a bad thing - Page 13 Empty


Hades
Je suis immortel et je vis désormais à Athène, Grèce. Dans la vie, je suis un voyageur poussé par la curiosité de certaines rumeurs. Je suis ça et tant de choses à la fois. Mais nous n'avons pas toute la journée. On peut ajouter à la liste qu'il m'arrive aussi de mettre fin aux jours de certaines âmes.



Mr. Instagram
Pas de prostitution pour moi, mais quelle surprise. Sous une forme de blague, bien entendu, mais d’un autre côté, je savais bien qu’il ne pouvait pas complètement me résister, désireux de ne pas me partager. Après tout, j’avais dû travailler très fort (bon ok j’ai fait une crise), pour obtenir un semblant de partage avec Frank. Un semblant, parce qu’il n’avait pas été très concluant pour ma part. « Oh you know I already do don’t you? » Mais il refusait de me mettre derrière les barreaux, son désir pourtant si prenant, ayant changé au fil du temps. Je pouvais m’y risquer en sachant qu’il ne changerait pas d’idée tout de suite, ou encore qu’il ne pourrait tout simplement pas y parvenir. Les menottes étaient d’une inutilité incomparable. La poigne dans mes cheveux bien possessive par contre, était plutôt utile pour me faire passer le message.

Tout comme venais-je de faire passer le mien qui était toujours le même et qui ne changerait certainement jamais. Une allusion qui n’avait pas la moindre touche d’innocence mais qui, avait réussi à le faire rire. Comme quoi il avait réellement besoin de vacances pour décompresser. Ou étais-ce de moi pour l’aider dans son long processus de déménagement des balais. Peut-être les deux en fait. Mais hey, je sais bien que je ne pouvais pas à moi seul faire des miracles, je n’étais pas mon père après tout. Toujours était-il que le Pierce de ma première rencontre n’aurait pas été le genre à m’empoigner si gracieusement une rondeur. J’avais eu droit à peine à un bisous haineux la première fois, après tout. Et je dois avouer que je n’aurais jamais imaginé la suite des choses telles qu’elles furent. Je parlais ici de monsieur découvrant les plaisirs de la chaire avec nul autre que moi. Mais j’imagine que cette dégustation de mon gyro personnel allait devoir attendre à un peu plus tard… Il restait un humain, et pire un homme, qui se laissait guider par sa faim. N’est-ce pas? Son désir que je cherchais à combler avec mes chers esclaves, qui pouvaient très bien s’occuper de cette petite tâche sans soucis.

Et pendant ce temps la nostalgie le frappait, tendant la main vers la mienne que j’avais prit avec joie, plongé dans mes propres souvenirs pourtant si lointains. Encore si loin de me douter ce que nous pouvions partager. « Indeed my friend... I came back here when sheets were clothes. Pretty airy in fact. » Je crois qu’on venait bel et bien de se lancer dans un partage commun comme deux vieux, du bon vieux temps…

*** Flashback ***

Il y avait bien des avantages à être cet ange si différent des autres. Celui à qui on avait confié le sort des âmes qui n’avaient rien comprises aux valeurs de mon cher père et de son fils. Le désavantage d’une apparence qui en temps normal pourrait en effrayer quelques-uns, mais qui ne m’empêchait pas pour autant de changer celle-ci. Une peau de mon choix, plus humaine, plus jeune que mes siècles passé dans un monde inconnu des hommes. L’ennuie me poussait toujours à payer quelques petites visites aux créations de mon père, de voir leur évolution de mes propres yeux et pas de leurs bouches une fois à la porte de mon vaste royaume des enfers. Il y avait fort longtemps que je n’y avait pas mis les pieds, optant pour un coin de pays différent, pour cette fois. Et si mes pas m’avaient en premier lieu mené vers l’Italie, ils avaient fini par changer de cap pour la Grèce. Pourquoi? La curiosité en grande partie. Un nom murmuré, qui avait fait sa place, tranquillement mais surement. Pour ses exploits à la guerre, comme sous les draps. Un homme qui avait la réputation d’être inépuisable, m’avait dit un voyageur venu de ce coin de pays. Un parmi ceux qui, avaient tenté de le détrôner, j’imagine. J’en apprenait plus, aussi, sur ce point dans la map, qui devait décourager des êtres plus hauts (d'autant plus que mon père n'étais plus seul mais accompagné de diverses autres personnes dans le monde des Dieux, selon eux). La luxure n’était pas encore inscrite dans ce petit livre. Elle faisait même partie de leur quotidien. La gêne n’existait pas dans ce monde de corps. De quoi attirer le démon en personne, bien entendu. Je voulais voir les légendes, de mes propres yeux. Je n’avais que faire des histoires pour tout dire. Et si au départ je voulais éventuellement visiter ce pays pour le simple plaisir, je venais non seulement d’y trouver une raison supplémentaire, mais bien deux. La seconde beaucoup plus intéressante, qui me poussait moi aussi à relever ce fameux défi. En sachant bien que j’étais moi-même inépuisable. Oh je savais bien que j’allais gagner la manche, c’était une évidence. Mais tout de même, à quel point pouvait-il me suivre? C’était là toute la curiosité de la chose.

J’avais donc voyagé, par les moyens qui m’étaient donnés, pour arriver dans la ville de ce cher : Marcus le Grand. Après le trouver, n’était pas chose si aisé. Je devais apprendre à me repérer et bien vite j’avais compris que cet univers était aussi géré par la philosophie. On ne pouvait pas rentrer dans les petites fêtes de paroles et orgiaques en cognant simplement à la porte. On se devait d’avoir un nom, en quelque sorte, ou bien la logique d’y connaître une personne pour s’y faire inviter. Encore là, il fallait le mériter. Il fallait faire partit d’une élite. Du moins, c’est ce que j’avais compris. Mais il semblerait que je n’avais pas besoin de me battre corps et âme pour trouver ma place. J’étais le diable en personne, le maître dans quelques domaines utiles. Comme le charme et la manipulation, pour donner un exemple flagrant. Il faut dire que ma peau choisie n’était pas très repoussante non plus. Observateur aussi, il faut dire. Dans tous les cas, on ne pouvait pas compter mes efforts en termes d’années ou de semaines. Mais bien de jours. Un voyageur d’Italie qui avait mérité un intérêt, voir même le centre de celui-ci, d’une personne en particulier. Devenir un jouet ? Jamais. J’avais mes intérêts, moi aussi. Et si cet homme se plaisait à me compter parmi l’un ses… Humains à montrer aux autres, alors pourquoi pas. Il était beaucoup plus mon outil pour parvenir à mes fins, que je ne l’étais.

Dans tous les cas, ces fameuses fêtes, j’avais réussi à y trouver ma place, parmi ceux qui je devais l’avouer, étaient soient en quêtes de corps, ou de masturbation intellectuelle. Avec leurs propres arguments, bien entendu. Pour ma part, j’avais eu la chance de tomber sur un touche à tout. Il aimait particulièrement me tâter je dois dire, mais il avait bien vite perdu de mon intérêt une fois les pieds mis dans cet endroit. Sa précieuse nouveauté qui, venait de s’éclipser après un moment d’ennuie. À la recherche de Marcus le Grand, particulièrement. Était-il ici? Je l’espérais. Venait-il de quitter mon esprit? Peut-être bien. Pourquoi? Car mon regard venait de croiser un être qui, avait mérité de mon attention depuis mon arrivée. Des regards, de temps à autres, un oubli entre deux conversations qui ne méritaient pas vraiment de mon attention, le retour de mon but à mon esprit, pour le perdre de nouveau en recroisant son regard. Et je dois dire que j’espérais fortement qu’il ne fasse pas partie de ceux qui se masturbait intellectuellement. Du moins j’allais faire en sorte de changer cet aspect dans tous les cas. Moi qui ne connaissais pas la gêne, bien entendu, je me taillais une place avec aisance à ses côté, du vin à la main. « Please tell me you’re not here for the love of politics and opinions. » Si je pouvais en prime trouver en lui une personne lasse de tout ces mots, j’en serais d’autant plus heureux je ne le cacherais pas. « Before you ask no I’m not Icarus new little toy. I needed someone to get in here. Plus I’m a lucky man : He knows how to use his tool to procreate quite lovely. » Je n’avais pas besoin de me gêner ici, il semblerait. « I suppose your know Marcus le Grand don’t you? Rumors told me his spear is quite strong… That he can fight for a very long time with vigor. I wanna see if it’s true, I wanna test him. But I do not know how he looks like and who he is to be honest. » Bon je pouvais moi aussi jouer avec les mots. La preuve, avec le titre qu’avait cet homme, on pouvait aisément deviner le réel sens de mes paroles. Ou peut-être pas, car il était après tout, réellement, un guerrier. Mais à me voir l’air je transpirait plus l’intelligence que la force musculaire.
Revenir en haut Aller en bas
 
Pupper
Pupper
Masculin MESSAGES : 687
INSCRIPTION : 06/04/2017
ÂGE : 23
CRÉDITS : Dunno

UNIVERS FÉTICHE : Un peu de tout
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://www.letempsdunrp.com/t918-le-pti-moka
Donut

People talk about the Naughty List like it's a bad thing - Page 13 Empty


Marcus
Je suis immortel et je vis à Athène, Grèce. Dans la vie, je goûte à un peu tous les plaisirs que la vie peut m'offrir et je m'en sors très bien.

#126ba5
Tom Welling

*** Flashback ***

Je touchais à tout et goûtait à tout. Les expériences s'offraient à moi par dizaines et mon immortalité me conférait l'occasion rêvée de tout essayer, les pires folies et les comportements les plus destructeurs, sans jamais en subir les moindres conséquences à long terme. Ce n'était pas une petite mort ou deux qui pouvait m'arrêter, seulement me ralentir un peu. J'avais fait la guerre, parce que pourquoi pas. Je ne savais même pas toujours pourquoi nous la faisions, ce n'est pas que j'approuvais ces méthodes ou que j'appuyais entièrement les causes. J'avais déjà accumulé suffisamment d'années de vie pour avoir la sagesse de trouver cette violence futile, mais était suffisamment jeune et fringant encore pour vouloir tenter l'expérience. Pick the winning side and fight to the dead- or not, dans mon cas.

Je m'étais forgé une réputation, à travers la guerre mais aussi à travers les plaisirs de la chair. Cette même endurance de guerrier se répercutait dans toutes les autres sphères, et  m'attirait une réputation grandissante. On m'avait donné un surnom, qui m'amusait grandement et que je ne cherchais pas à démentir. Dans cette époque où les péchés étaient presque encouragés, dans le secret de ces petites soirées d'élite, je faisais fureur et ça m'allait parfaitement. Encore un gamin qui aime l'attention, faut croire. Ptite pute que je suis.

Cette soirée ne faisait pas exception à la règle, une nouvelle tête venant éventuellement à ma rencontre. Jolie tête, d'ailleurs, ses beaux petits traits un peu Italiens me faisant sourire, et davantage à sa façon de m'aborder. Pas du genre très philosophie, à prime abord, mais davantage ici pour les plaisirs corporels, il m'en laissait grandement l'impression. À la mention du nom, mon sourire s'élargit, mais je ne dis rien. Alors il me connaissait de nom, de réputation, mais pas de visage ... un petit avantage pour moi, qui pouvait m'en amuser. « Im here for everything life can provide for me, my friend » avec un petit sourire en coin, lui tendant mine de rien la main comme pour me présenter, mais en ne lui fournissant délibérément pas mon nom. « Everybody knows Marcus le Grand. He's quite the legend around here. Bit overrated, if you ask me, he's not that great » et j'eus un petit rire, amusé par ce fait que je me rabaissais au final moi-même en quelque sorte. En même temps c'était vrai, je ne comprenais pas toute la hype autour de ma personne, fallait en revenir quoi. « Where are you from ? If you were from around here, clearly you'd know »


Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


People talk about the Naughty List like it's a bad thing - Page 13 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
People talk about the Naughty List like it's a bad thing
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 13 sur 15Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14, 15  Suivant
 Sujets similaires
-
» Adrian Fishley ~ Am I on the naughty list ?
» People who say they sleep like a baby usually don’t have any.
» The Bucket List.
» Calm - You can't talk, but you know some people !
» [Recherche & Echange]La Black list de maitre Gimsh

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers fantasy :: Surnaturel-
Sauter vers: