Partagez
 
 
 

 (PierreHope) Une attirance impossible.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
 
En ligne
PierreHope
PierreHope
MESSAGES : 318
INSCRIPTION : 27/04/2019
CRÉDITS : https://i.pinimg.com/originals/ba/cd/c1/bacdc13df383fe7476799da8a5257a66.jpg

UNIVERS FÉTICHE : ...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

http://www.letempsdunrp.com/t3024-liste-rps-pierrehope
Pigeon

(PierreHope) Une attirance impossible. - Page 2 Empty


Matthieu Vincent
J'ai 31 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis Professeur de littérature à l'Université et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire depuis peu et je le vis de mon mieux.
Brant Daugherty  :copyright: twitter


Je n'ai pas envie d'effrayer mon oiseau de nuit. Mais... Je n'ai pas non plus envie de bouder mon envie. De penser aux autres avant moi. Je l'ai trop fait, et vu comment cela s'est terminé... Mais le passé est le passé. Je vis le présent et le présent se fait en la charmante compagnie de Sutton.

Je me lève et enfile mon blazer noir en laine d'écosse en la regardant avec amusement: "Un endroit digne d'un conte de fée.". Je n'en dis pas plus et sort, un sourire mystérieux aux lèvres. La jeune femme m’emboîte le pas.

Nous continuons à parler lecture. J'apprécie sa curiosité d'esprit: elle s'intéresse à tout. Et elle n'a pas la prétention de tout savoir. Cette fille est une bouffée d'air frais salvatrice après tant d'heures en compagnie d'universitaires obséquieux et sûrs d'eux, se gargarisant de leur savoir démodé et inintéressant à souhait.

Le parc n'est pas loin. Ma demeure non plus : c'est pourquoi je suis tombé dessus par hasard lors d'une de mes déambulation nocturnes. Miss Gallagher s'inquiète du panneau signalant que c'est une propriété privé:
"N'ayez crainte nous n'enfreignons aucune loi, je vous l'assure.", dis-je en souriant.

La barrière s'ouvre en grinçant légèrement sur ses gonds, faisant s'envoler en piaillant un moineau effrayé surpris dans son sommeil. Je tiens la porte à mon accompagnante et lui fait signe de passer:
"Après vous mademoiselle.".

Un bruit d'eau s'écoulant paresseusement parvint à nos oreilles et je tend mon bras à la jeune femme:
"Me ferez-vous l'honneur?".

Je la guide dans les allées délicatement éclairées par quelques lampadaires ouvragés sous lesquels des insectes s’évertuent à buter contre la lumière artificielle en la confondant avec le soleil qui s'éteint peu à peu sur cette journée.

Je n'ai pas menti: ce parc est magnifique. Ça et là, des arbustes couverts de roses et entretenus avec soins, des buis taillés, et des arbres centenaires saluent de leurs lourdes branches notre passage sous leur cimes. Nous sommes seuls au monde. Enfin presque: on entend le jardinier entretenir de ses cisailles manuelles la végétation luxuriantes. Quelques couples se promènent. Alors que nous nous approchons de l'eau ruisselante, j'avise un banc et lui propose son assise. Une fois installés et écoutant le reposant clapotis de la douce cascade en escaliers où surnages mollement quelques nénuphars, je lui en dit un peu plus sur ce lieu enchanteur:

"Le propriétaire de ce parc est une personne assez... Fantasque dirons nous. Un philanthrope de ce que l'on m'a dit. Il n'ouvre son parc privé que la nuit.".

Je désigne du menton l'arboriste au loin qui s'affaire:
"Ce doit être l'un des seuls jardiniers nocturnes de toute la Grande-Bretagne... Il est lui aussi un peu folâtre dans son genre. Mais très gentil.".

J'admire le scintillement de l'onde dans les yeux de Sutton: elle a des yeux effilés, pas tout à fait en amande. Des yeux de chat.

"Je suis tombé par hasard sur ce parc lors d'une déambulation nocturne... Je suis insomniaque. Marcher me fait du bien. Et ce parc a le don de m'apaiser et de chasser mes tourments. Une véritable bulle dans ce brouhaha urbain permanent, une parenthèse enchantée de quiétude, en somme.".

Je me gratte la tête, troublé par sa beauté sauvage: "Je... J'avais envie de partager cela avec vous.".

Je n'arrive pas à décrocher mon regard de son visage aux traits si bien dessinés. Elle a ce petit je ne sais quoi d’envoûtant et de fascinant. Me rendant compte que mon attention soutenue sur sa personne peut paraître inconvenante voir gênante, je me force à reporter mon regard sur les jeux d'eaux nous faisant face.

Revenir en haut Aller en bas
 
PRINCESS
PRINCESS
Féminin MESSAGES : 696
INSCRIPTION : 18/01/2019
ÂGE : 24
RÉGION : île de france.
CRÉDITS : fanpop.

UNIVERS FÉTICHE : réel, city.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Donut

(PierreHope) Une attirance impossible. - Page 2 Empty


Sutton
Gallagher

J'ai 25 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis étudiante en littérature et je m'en sors moyennement bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.


Shay Mitchell :copyright:️ WILD HEART


La soirée avait bien commencé et il semblerait qu’elle soit sur le point aussi de bien continuer. Le jeune homme t’avait proposé de sortir d’ici et continuer la soirée ailleurs. Tu ne savais pas trop où il désirait aller. Il te parlait d’un endroit digne de contes de fées. Hum.. tu n’étais plus une petite fille pour croire en ce genre de choses. Bien sûr, au fond de toi, tu espérais pouvoir trouver ton prince charmant. Un homme qui t’aimerait réellement mais ce n’était pas ta préoccupation actuelle. « Très bien.. j’attends de voir alors. » Tu lui disais avec un léger sourire.

Tu continuais d’avancer aux côtés du jeune homme alors que vous arriviez devant une barrière et d’une demeure. Tu te demandais où vous vous rendiez puisque la propriété était censée être privée et bon, tu n’avais pas envie de te retrouver au poste de police non plus. « Merci. » Tu lui disais avant d’entrer à l’intérieur. Tu entendis du bruit et vit quelques lumières. « Avec plaisir. » Tu prenais son bras et puis bon, il fallait que tu lui fasses confiance. Tu ne savais pas où tu allais.

Tu remarquais finalement un très joli parc, avec une superbe vue. Il était magnifique et tu sentais tout de suite que c’était agréable de rester ici. Tu t’installais sur un des bancs, écoutant le bruit de l’eau. « Oh d’accord, tu le connais ? Tu viens souvent ici ? » En tout cas, tu supposes que s’il t’avait emmené ici c’était que ce n’était pas la première fois qu’il y venait. Tu l’écoutais te raconter l’histoire du parc et comment il avait découvert celui-ci. « Je comprends mieux en effet.. et je suis d’accord avec vous, je veux dire, je ne suis là que depuis quelques minutes mais je trouve qu’on s’y sent déjà très bien. Il faudrait plus d’endroits comme celui-ci. » Cela permettait ainsi d’avoir un endroit où se poser pour réfléchir quand on en avait besoin. Ou bien de partager quelque chose avec une autre personne comme il venait de le faire. Tu lui adressais un sourire, remarquant qu’il te regardait. « Vous connaissez d’autres endroits comme celui-ci ? » Peut être était-il du genre à apprécier la nature.






a night under the stars
I'm scared and I'm brave, or somewhere between the two. I'm beautifully strong, and tragically confused. Yeah I'm that girl, that's just like you.
Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
PierreHope
PierreHope
MESSAGES : 318
INSCRIPTION : 27/04/2019
CRÉDITS : https://i.pinimg.com/originals/ba/cd/c1/bacdc13df383fe7476799da8a5257a66.jpg

UNIVERS FÉTICHE : ...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

http://www.letempsdunrp.com/t3024-liste-rps-pierrehope
Pigeon

(PierreHope) Une attirance impossible. - Page 2 Empty


Matthieu Vincent
J'ai 31 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis Professeur de littérature à l'Université et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire depuis peu et je le vis de mon mieux.
Brant Daugherty  :copyright: twitter


Je n'arrive pas à savoir ce qu'elle pense. Alors savoir si je lui plais... Cela fait trop longtemps que je n'ai pas eu à jouer au délicat jeu de la séduction. Et je n'y ai jamais vraiment excellé de toute manière. Je ne sais plus vraiment capter les signaux de mes contemporain.es quand ils sont trop subtils.

"En effet nous manquons d'enchantement dans cette grisaille urbaine... Mais elle se cache derrière chaque petite chose: une belle rime, l'envol d'un oiseau, un sourire... Surtout celui d'une jolie demoiselle rencontrée fortuitement lors d'une soirée à laquelle je n'attendais rien.".

Evidemment je parle d'elle. Si elle ne le comprend pas... C'est qu'elle ne le voudra pas. Et tant pis pour moi. J'aurais fait de mon mieux.

"Il y a aussi une part de la berge de la Tamise, entre Westminster et Waterloo Bridge. La vie nocturne y est toujours présente et ce dans une bonne humeur communicative: divers horizons et milieux sociaux s'y croisent, échangent, et créent. Un véritable régal des yeux, des papilles, et de l'âme. L'enchantement y est total: cracheurs de feux et autres performances artistiques, vendeur de nourritures ambulants... Je pourrais vous y emmener... Un jour prochain. Si le cœur vous en dit.".

Le délicat ruissellement mêle ses accords à quelques chants d'oiseaux nocturnes, ou diurnes qui protestent contre toute cette agitation qui perturbe leur repos.

"Il y a un autre lieu mais....".
Mais celui-là est plus intime. Connu de moi seul et pour cause.
"Mais celui-ci, je ne l'ai jamais partagé avec personne encore.".
ça va sembler peut-être ridicule mais je m'en fiche, car c'est la vérité: "C'est mon balcon.".

Bon elle ne s'est pas gaussée de moi, alors je continue:
"Il ne doit pas faire plus de trois ou quatre mètres carrés mais j'y ai fait pousser du jasmin et j'y ai monté mon vieux citronnier.".

Celui là, il m'a suivit depuis la France. C'était folklo de lui faire monter les 4 étages sans ascenseur mais... ça en valait la peine.
"Quelques aromates, un plant de pothos, une petite table et ses chaises... Et voilà mon petit coin de Paradis. Y lire y est divin: j'oublie tout ce qui m'entoure.".

Mais elle... Elle je n'arriverait pas à l'oublier. Son image est déjà gravée dans ma mémoire. Les jeux de lumières et d'ombres dans sa chevelure, sa peau dorée qui semble si douce...

"Et vous, Sutton? Avez-vous vos lieux enchanteurs qui vous permettent de rendre votre quotidien plus... féerique?".

Revenir en haut Aller en bas
 
PRINCESS
PRINCESS
Féminin MESSAGES : 696
INSCRIPTION : 18/01/2019
ÂGE : 24
RÉGION : île de france.
CRÉDITS : fanpop.

UNIVERS FÉTICHE : réel, city.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Donut

(PierreHope) Une attirance impossible. - Page 2 Empty


Sutton
Gallagher

J'ai 25 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis étudiante en littérature et je m'en sors moyennement bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.


Shay Mitchell :copyright:️ WILD HEART


Le jeune homme semblait te séduire ou bien, quelque chose du genre. Tu avais l’impression qu’il te faisait du charme et cela ne te dérangeait pas. Non, tu n’avais pas l’habitude qu’on te drague ou qu’on te fasse du charme. Il était charmant aussi et tu appréciais sa compagnie mais tu ne le connaissais pas assez. « Et bien.. vous êtes plutôt charmeur, j’espère que ce n’est qu’avec moi. » Tu lui disais avec un sourire. Non parce que, s’il faisait cela avec toutes les femmes alors il risquerait d’y avoir un problème. Tu n’étais pas le genre de femmes qu’on charme, tout comme une autre. Non, tu méritais mieux que cela.

Tu l’écoutais te parler avec passion de ces endroits qu’il connaissait. De beaux endroits visiblement, et des coins que tu ne connaissais pas. Tu ne demandais qu’à les connaître pourtant. Tu étais quelqu’un de simple, quelqu’un de très nature. « Oui bien sûr, je crois qu’il y a rien de mieux que de visiter la ville la nuit. Elle est si vivante encore et le paysage est magnifique. » Non pas que ce n’était pas le cas durant la journée, si. Seulement, tu préférais la nuit de ton côté. Tu étais plutôt du soir que du matin.

Tu lui demandais s’il connaissait d’autres endroits comme celui-ci et c’était le cas. Bon, cela n’avait rien à voir mais tu pouvais comprendre qu’il apprécie cet endroit où il y avait fait son petit jardin. « Non, je comprends. Et puis vous devez être fier ensuite de voir vos plantes poussées puis.. vous pouvez utiliser et déguster vos récoltes. » En effet oui, il pouvait utiliser les aromates par exemple. Toi tu n’avais pas de jardin, tu ne savais pas vraiment faire cela enfin tu avais pas la main verte. Puis ton balcon était trop petit pour ça également. Tu passais une main dans tes cheveux, réfléchissant à sa question. « A vrai dire oui.. mon grand père a construit une maison pour ma grand-mère. Il l’as construite entièrement de ses propres mains et elle est magnifique. Elle est dans un coin de nature à l’abris des autres et je sais pas.. je trouve cet endroit très paisible. » En tout cas, toi tu t’y sentais bien. « Il y a même une piscine pour l’été et elle est assez grande pour une grande famille. » Tu lui avouais alors.






a night under the stars
I'm scared and I'm brave, or somewhere between the two. I'm beautifully strong, and tragically confused. Yeah I'm that girl, that's just like you.
Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
PierreHope
PierreHope
MESSAGES : 318
INSCRIPTION : 27/04/2019
CRÉDITS : https://i.pinimg.com/originals/ba/cd/c1/bacdc13df383fe7476799da8a5257a66.jpg

UNIVERS FÉTICHE : ...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

http://www.letempsdunrp.com/t3024-liste-rps-pierrehope
Pigeon

(PierreHope) Une attirance impossible. - Page 2 Empty


Matthieu Vincent
J'ai 31 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis Professeur de littérature à l'Université et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire depuis peu et je le vis de mon mieux.
Brant Daugherty  :copyright: twitter


Bien sûr que je ne me comporte comme cela qu'avec elle! Pour qui me prend t'elle? Un coureur de jupon? Je n'ai rien contre mes confrères qui courent deux lièvres à la fois, mais ce n'est point mon cas.

Nous avons visiblement beaucoup en commun. Que ce soit sur notre vision d'une relation ou sur nos loisirs.

Mon oiseau de nuit me parle de ses grands-parents et de cette preuve d'amour que son grand-père a concrétisé dans la pierre et la construction d'un foyer:

"C'est une très belle histoire. Cela me fait penser à celle du Taj-Mahal... Mais plus romantique ceci dit, car même si la demeure est plus modeste que ce tombeau, votre aïeul l'a construite de ses propres mains.".

Je croise les bras derrière ma tête et mon regard se fait vague:
"Une maison, en pleine nature, entourée d'une grand famille aimante... C'est sans doute le rêve de bon nombre d'entre nous..

Je n'ai ni frère, ni sœur. Plus de grands-parents. Plus de petite-amie. Plus de meilleur ami... J'ai parfois l'impression d'être seul au monde sur cette île qui compte pourtant plus de 65 millions d'habitants. Rien que dans cette cité de lumière, nous sommes 8 millions d'âmes. Mais cela n'empêche en rien ce sentiment de solitude qui grandit avec la montée de la nuit et qui me fait parfois souffrir au creux de celle-ci. Mais ce soir, je ne suis pas seul. Je n'ai pas mal.

"Cela me fait penser à un autre lieu que je chéris mais que je n'ai pas vu depuis des lustres... J'ai grandis en France, dans un mas de Provence. Les cigales, le vent dans le grand chêne de la cour... C'étaient des jours paisibles.".
Mes traits sont maintenant emprunt de nostalgie:
"Les rires, les repas familiaux qui durent tard dans la nuit... Oui. Cela me manque parfois.".

Je reporte mon attention sur mon oiseau de nuit qui est toujours aussi charmant, perché sur son banc à mes côtés:
"Vous avez donc toujours vos grands-parents? Je vous envie... Avez-vous des frères et sœurs?".
Je suis fils unique. J'aurais aimé en avoir, mais ce n'était pas là le choix de mes parents que je respecte. Je rêve d'une grande famille à moi. Un jour. Je pensais avoir trouvé celle qui partageait ce désir mais... Je m'étais visiblement fourvoyé.

Quand mes yeux se posent sur Sutton, je me sent chanceux. Je voudrais que cet instant continue. Longtemps. Très longtemps. Mais la vie n'est pas un conte de fée et un autre ruissellement que celui des jets d'eau sous nos yeux se fait entendre, gagnant en puissance et tombant maintenant sur nos têtes nues. Le ciel nocturne a décidé de ne plus être clément. Je n'ai pas de parapluie. Elle non plus. Je retire ma veste pour l'abriter et nous courons sous la pluie en riant, dans un moment de joie enfantine suspendu, esquivant les flaques qui se forment au sol, nous glissant entre les voitures stationnées et éteintes. Nous arrivons le souffle court sous une porte cochère où nous nous abritons. J'ai pris ce chemin sans y réfléchir: c'est la porte de mon immeuble.

Je la regarde reprendre sa respiration en souriant. Des gouttelettes s’échappent de ses cheveux et ruissellent sur son visage, poursuivant leur voyage vers un endroit où je ne peux les suivre des yeux sans sembler impoli. Je repousse doucement une mèche qui me cache l'un de ces yeux: je veux les admirer et m'y plonger encore une fois. Une autre perle d'eau tente l'aventure depuis sa tempe mais je l’arrête de mon doigt sur sa joue. Sa peau est douce sous mon extrémité maladroite. Je n'arrive à détacher ni mon regard du sien, ni ma peau de la sienne. Mon doigt s'égare sur sa joue que je caresse doucement. J'ai envie de l'embrasser. Mais je ne me le permettrais pas malgré cette folle envie.

Alors je reste là, n'osant esquisser quelconque geste de plus pouvant briser cet instant hors du temps.

Revenir en haut Aller en bas
 
PRINCESS
PRINCESS
Féminin MESSAGES : 696
INSCRIPTION : 18/01/2019
ÂGE : 24
RÉGION : île de france.
CRÉDITS : fanpop.

UNIVERS FÉTICHE : réel, city.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Donut

(PierreHope) Une attirance impossible. - Page 2 Empty


Sutton
Gallagher

J'ai 25 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis étudiante en littérature et je m'en sors moyennement bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.


Shay Mitchell :copyright:️ WILD HEART


Matthieu ne t’avait pas répondu à ta question concernant s’il se comportait ainsi qu’avec toi ou une autre femme. Tu ne savais donc pas vraiment comment interpréter ce silence mais tu tentais de ne pas te faire d’idées. Tu n’avais pas envie de te prendre la tête non plus. Tu étais ici pour profiter de la soirée. Rien de plus. Tu lui avais alors raconté l’histoire de ton grand-mère et de la maison qu’il avait construit. Tu étais fier de lui d’ailleurs et de voir ce qu’il avait accompli. « Oui elle est vraiment belle, enfin si on me ferait une maison pour moi je serai super touchée. » En même temps, qui ne le serait pas ? A moins de ne pas avoir de cœur ou d’être insensible.

Tu hochais la tête aux mots du jeune homme. Oui, tu en rêvais aussi que d’avoir une maison avec une famille aimante. Ce n’était pas encore le cas mais tu étais jeune et tu avais le temps. Tu étais encore étudiante pour le moment, tu devais finir tes études, avoir ton boulot et te poser enfin. C’était ta priorité. « Je comprends oui, ce sont des moments rares mais de beaux moments qu’on aimerait que cela continue. » Tu étais plutôt famille de ton côté, et tu étais proche d’eux. Ce n’était pas le cas de tout le monde effectivement. Matthieu te demandait si tu avais des frères et sœurs. « J’ai deux grandes sœurs oui mais elles sont un peu plus âgées que moi et ont déjà un mari et une d’elle a un enfant. On se voit pas souvent car elles ont leur vies mais on est plutôt proches. Et vous ? » Ce n’était pas parce que vous n’étiez pas toujours ensemble que vous n’étiez pas proches pour autant. Seulement, chacune avait sa vie, son copain et voilà. Vous essayiez tout de même de passer du temps ensemble.

Finalement, il commençait à pleuvoir et vous vous dépêchiez histoire de vous mettre à l’abri. Tu arrivais avec lui, à l’abri alors que tu reprenais ta respiration. Tu fronçais légèrement les sourcils, un peu troublée lorsqu’il se mit à caresser ta joue. Tu sentais ton cœur battre un peu plus fort et tu oubliais la pluie autour de toi. Tu t’approchais doucement de lui avant de venir déposer tes lèvres contre les siennes. Ce fut d’abords timide, doucement et puis tu approfondissais un peu ce baiser. Après quelques minutes, tu revenais à toi et t’éloignais. « Je.. je suis désolée.. je n’aurais pas dû. » Tu soufflais finalement, rougissante.






a night under the stars
I'm scared and I'm brave, or somewhere between the two. I'm beautifully strong, and tragically confused. Yeah I'm that girl, that's just like you.
Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
PierreHope
PierreHope
MESSAGES : 318
INSCRIPTION : 27/04/2019
CRÉDITS : https://i.pinimg.com/originals/ba/cd/c1/bacdc13df383fe7476799da8a5257a66.jpg

UNIVERS FÉTICHE : ...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

http://www.letempsdunrp.com/t3024-liste-rps-pierrehope
Pigeon

(PierreHope) Une attirance impossible. - Page 2 Empty


Matthieu Vincent
J'ai 31 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis Professeur de littérature à l'Université et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire depuis peu et je le vis de mon mieux.
Brant Daugherty  :copyright: twitter


Mes sourcils se haussent de stupeur quand elle pose ses lèvres sur les miennes. Mais la surprise laisse place au délice et je rend son étreinte à Sutton, rendant notre baiser plus prononcé. Mes doigts se frayent un chemin dans sa longue et soyeuse chevelure. Ses senteurs m'enivrent, plus rien n'existe hormis notre étreinte. Mon autre main qui s'était posée sur sa joue a glissé dans son cou puis s'est frayée un chemin jusqu'à sa hanche sur laquelle elle se presse.

Puis le temps qui avait suspendu son vol a repris son cours, indifférent au ravissement qui s'est emparé de tout mon être.
«Je.. je suis désolée.. je n’aurais pas dû.»
Sa mine soudain intimidée fait apparaître un doux sourire sur mon visage et j'ai encore envie de l'embrasser tant cela la rend adorable.

"Non vous... Tu as bien fais, je n'aurais pas osé. Je suis un bien piètre séducteur.".
Je ris, nullement gêné. Ce n'est que la pure vérité.
"Je ne voulais pas que tu me prennes pour un goujat trop empressé mais j'en avais très envie moi aussi.".
Je me jette à l'eau:
"Est-ce que... Est ce qu'un café ou un thé ça te dirait? En fait...".
Je désigne en riant l'immeuble qui nous surplombe et dont la porte cochère nous protège partiellement du déluge au dehors.
"J'habite ici. Tu pourras aussi te sécher un peu, je n'aimerais pas que tu sois malade par ma faute.".
C'est vrai c'est moi qui ai proposé de quitter l'ambiance chaleureuse du bar. Mais je ne le regrette absolument pas.

***

Je la fais pénétrer dans mon intimité quelque peu encombrée par les nombreux ouvrages qui s'amoncellent un peu partout dans ma demeure: je n'ai point menti à ce sujet et elle peut d'elle-même le constater.
"Je suis désolé, je n'attendais pas de la visite et à part toi... Ça fait longtemps que personne n'est venu ici.".
J'ajoute en passant la main dans mes cheveux, un peu gêné de mon aveu.
"Surtout pas une femme et jamais une aussi belle que toi.".
C'est ma manière de répondre à sa question du parc au sujet de mes habitudes avec ces dames. Non, elle est la seule et le restera si tel est son désir. La dernière qui a foulé ces lieux est maintenant loin, très loin et ne reviendra jamais.

Je débarrasse Sutton de ses affaires et pose son manteau sur un dossier de chaise près du chauffage pour le faire sécher à côté du mien puis passe en cuisine pour lancer la préparation de la boisson sur laquelle s'est portée son choix, avant de la rejoindre et de désigner le canapé:
"Mets-toi à l'aise fais comme chez toi je vais me changer vite fait.".
J'ai protégé Sutton avec ma veste au-dessus de sa tête pendant notre course effrénée et je suis complètement trempé. Je revêt rapidement des fringues sèches dans ma chambre avant de la retrouver avec nos breuvages. J'ai un peu honte de ma déco très... minimaliste et je m'en excuse auprès d'elle en désignant le seul cadre accroché à l'unique mur qui n'est pas recouvert d'étagères emplies d'ouvrages de toutes tailles et de toutes sortes: c'est une huile sur toile représentant un paysage champêtre de ma région d'origine.
"C'est une peinture de ma mère. Elle m'a appris son art mais... Je ne suis pas aussi doué qu'elle. Surtout en paysages. Je préfère le crayon et les portraits. Croquer le vivant me plaît davantage.".

Je regarde par la fenêtre l'eau qui goutte dans un bruyant clapotis sur ma petite table en aluminium et ses chaises assorties. J'aime quand le temps se déchaîne ainsi. Mon petit cocon ne m'en paraît que plus chaleureux. La présence de Sutton à mes côtés est à la fois apaisante et diablement enivrante. Son parfum chatouille mes narines et se mêle à celui de mon thé qui infuse doucement dans des volutes orangées au creux d'une de mes tasses préférées, frappée aux armoiries d'une certaine école de fiction.

"Quand je ne lis pas, j'aime m’asseoir en terrasse, dans un parc, ou dans tout autre endroit où je suis l'anonyme et invisible rêveur au sein d'une foule; et esquisser les silhouettes et les visages qui défilent devant mes yeux et qui captent mon attention.".
Je lui souris:
"Le tiens ne serait pas passé inaperçu et je n'aurais plus vu que ce dernier je crois.".

Je tend ma main et la pose sur sa joue, caressant doucement sa pommette du pouce.
"Tes yeux surtout. Ils sont si...".
Je ne trouve pas le bon terme. Hypnotiques? Mystérieux?
Je n'ai pas conscience d'avoir approché mon visage du sien. J'ai envie de l'embrasser. Encore. J'hésite un instant et baise finalement ses lèvres ourlées d'un délicat baiser, aussi léger et rapide que le battement d'aile d'un papillon.
"Ou tes lèvres. Je ne saurais choisir à dire vrai tant tout chez toi me plaît.".

Son apparence bien sûr mais aussi ce que j'ai aperçu de son esprit. Simple et enjoué. Curieux et ne demandant qu'à être stimulé.

Je suis complètement sous son charme.

Revenir en haut Aller en bas
 
PRINCESS
PRINCESS
Féminin MESSAGES : 696
INSCRIPTION : 18/01/2019
ÂGE : 24
RÉGION : île de france.
CRÉDITS : fanpop.

UNIVERS FÉTICHE : réel, city.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Donut

(PierreHope) Une attirance impossible. - Page 2 Empty


Sutton
Gallagher

J'ai 25 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis étudiante en littérature et je m'en sors moyennement bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.


Shay Mitchell :copyright:️ WILD HEART


Tu l’embrassais. Tu ne sais pas trop ce que tu étais en train de faire mais tu en avais envie. Tu le faisais durant quelques secondes mais tu revenais sur tes pas, t’éloignant un instant. Tu ne savais pas vraiment si c’était bien. « Non.. non tu ne l’es pas et je suis rassurée alors ce n’est pas.. enfin ça n’arrive pas tous les jours. » Non, tu ne t’amusais pas vraiment à embrasser n’importe qui pour le coup. Après tout, tu ne le connaissais pas plus que ça, même si cela faisait un moment que vous passiez la soirée ensemble. Tu regardais l’immeuble qu’il t’indiquait avant d’hocher la tête. « Je veux bien oui un thé ce serait super merci. » Il est vrai que tu avais un peu froid désormais et une boisson chaude ne pourrait pas te faire de mal.

Tu montais alors en sa compagnie jusqu’à son chez lui. Tu n’étais pas du genre à aller chez quelqu’un dès le premier soir. Tu avais pourtant la sensation que tu pouvais lui faire confiance, tu ne savais pas vraiment pourquoi. « Non pas de soucis, je ne suis pas ici pour juger l’appartement après tout. » Non, tu n’étais pas une de ces agences immobilières ou quoique ce soit du genre. Tu t’installais sur le canapé, attendant que Matthieu revienne. Tu le remerciais pour la boisson, posant tes mains autour de la tasse, cela faisait du bien et te réchauffait. Tu attendais cependant que la boisson refroidisse. « Non j’aime beaucoup et je suis sûre que tu te débrouilles aussi. » Il aurait peut être pas le talent de sa mère mais au moins, il se débrouillait tu étais sûre. Il fallait qu’il en soit convaincu lui aussi mais ça c’était autre chose.

Tu souriais quand il se rapprochait de toi, sa main sur ta joue. Tu frissonnais et rougissais en même temps, un peu.. gênée peut être ? Non, tu étais un peu timide et c’était encore nouveau. Tu le laissais s’approcher alors que tu laissais ses lèvres se poser sur les tiennes. Tu décidais finalement de l’embrasser aussi, continuant son baiser. Tu venais à poser une main sur sa joue alors que l’autre agrippait sa nuque. Tu te rapprochais également de lui, prolongeant ce moment. « Chut.. arrêtes de parler. » Non pas que tu n’appréciais pas, ou quoique ce soit. Non, seulement là tu n’avais pas envie de l’entendre. « Continues de m’embrasser. » C’était ça que tu voulais, maintenant. Tu voulais qu’il continue de t’embrasser. Le canapé n’était pas très pratique mais, tu venais à te placer sur ses genoux alors que ta main se glissait sous son haut qu’il venait d’enfiler. Finalement, tu n’étais plus sûr qu’il en ait besoin, à lui de voir..





a night under the stars
I'm scared and I'm brave, or somewhere between the two. I'm beautifully strong, and tragically confused. Yeah I'm that girl, that's just like you.
Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
PierreHope
PierreHope
MESSAGES : 318
INSCRIPTION : 27/04/2019
CRÉDITS : https://i.pinimg.com/originals/ba/cd/c1/bacdc13df383fe7476799da8a5257a66.jpg

UNIVERS FÉTICHE : ...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

http://www.letempsdunrp.com/t3024-liste-rps-pierrehope
Pigeon

(PierreHope) Une attirance impossible. - Page 2 Empty


Matthieu Vincent
J'ai 31 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis Professeur de littérature à l'Université et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire depuis peu et je le vis de mon mieux.
Brant Daugherty  :copyright: twitter


«Chut.. arrêtes de parler. Continues de m’embrasser.»

Je n'allais pas me faire prier. Je n'étais pas un gars très contraignant et je savais que je parlais trop de toute façon. Ça ne me dérangeait pas non plus de tomber sur une demoiselle qui prenait en main les (ou la) chose(s), même si j'en étais agréablement surpris. Je n'aurais pas osé imaginer une telle fougue chez Sutton mais j'y cédais bien volontiers, enlevant prestement mon t-shirt qui visiblement la dérangeait trop dans son exploration. On ne m'avait pas touché ainsi depuis un long moment et je savourais les frissons que ses doigts courant le long de mon torse me procuraient, passant ma main dans ses cheveux de jais.

Son parfum m’envoûte et me fait penser à l'ouvrage dont j'ai promis le prêt.
Le vent a redoublé et j'entend les branches du citronnier se mouvoir brutalement contre la vitre. Le temps ne semble pas vouloir s'apaiser. De même que mon cœur.

Ma main se fraye timidement un chemin sous son haut, parcourant sa peau souple et douce. Je soupire sur ses lèvres et je sens mon désir s'éveiller tout contre son corps. Pris d'une bouffée de passion, je soulève avec empressement son haut qu'elle me fait grâce de terminer d'enlever elle-même, ce qui me permet d'admirer son buste si bien proportionné. Mon regard couvre chacune de ses courbes encore dissimulées qu'elle offre à mes yeux sans faire mine de se cacher. J'aime son assurance. J'aime voir sa poitrine se soulever, suivant son souffle qui s'accélère. Ses pupilles félines me fixent et j’attrape sa nuque tandis que ma main parcours ses hanches pour pencher son visage vers moi et l'embrasser passionnément, mêlant ma langue à la sienne. Elle a en moi éveillé une bête insatiable qui me fait perdre la tête et la prendre dans mes bras pour la basculer sur le canapé.

RP+18:
 

Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


(PierreHope) Une attirance impossible. - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
(PierreHope) Une attirance impossible.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Mon impossible amour...
» Bouchon de vernis à ongles collés...
» Comment avec une bouteille de champagne, l'impossible devient possible... Ou pas.
» CIBLE INACCESSIBLE ! MISSION IMPOSSIBLE ? [Yumi ESUKI, Kame no Kiri]
» Pffffffffff... Impossible....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Europe-
Sauter vers: