Partagez
 
 
 

 I want you to want me [Milo & Nikolaas]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 
twelve
twelve
Féminin MESSAGES : 1636
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 27
CRÉDITS : twelve.

UNIVERS FÉTICHE : vie réelle, fantastique, sci-fi. Basiquement, j'suis ouverte à tout contexte qui me plaît.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://www.letempsdunrp.com/t1859-these-patterns-represen http://www.letempsdunrp.com/t3217-mind-break#69561
sansy twelve

I want you to want me [Milo & Nikolaas] - Page 6 Empty


Milo Rossi
J'ai 26 ans et je vis à Rome, Italie. Dans la vie, je suis riche et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire, coincé dans l'hétérosexualité et je le vis plutôt mal.

I want you to want me [Milo & Nikolaas] - Page 6 21636514


Xavier Serrano :copyright:️ .sparkle
Je m'en voulais un peu d'avoir interrompu un moment aussi sensuel entre lui et moi. Et je sentais bien qu'il n'avait pas apprécié que je le stoppe. Mais je reviens vite et à le regarder, il a l'air assez satisfait de ma réponse, ce qui me fait sourire. Il se colle de nouveau contre moi et mon sourire s'agrandit un peu plus à l'entendre. Oh oui, je ne suis plus qu'à lui ce soir... Je comptais bien m'abandonner à ses bras.

Je réponds à son baiser alors que je sens une chaleur envahir mon bas-ventre. Lui, il est bien chaud et je le sens aussi. Et ça m'excite, bon sang ce que ça m'excite, de le savoir ainsi. Lorsqu'il rompt le baiser, je le regarde en me demandant ce qu'il y a, mais il ne tarde pas à répondre à ma question silencieuse. J'en souris davantage et je le suis au dehors. Une fois le taxi commandé, il reprend mes lèvres et j'ai l'impression de planer. Littéralement. J'avais faim de son corps et à son tour il devait le sentir.


Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 1938
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Luigi

I want you to want me [Milo & Nikolaas] - Page 6 Empty


Nikolaas Gransderg
J'ai 26 ans et je vis à Amsterdam, Pays-Bas. Dans la vie, je suis prostitué et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma décision, mon envie vis à vis de mon boulot, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Il se prostitue depuis l'âge de 16ns. Il se fait appeler Azur pour protéger sa vie privée de ses clients. Il a eu un proxénète pendant quelques années mais ce dernier lui piquait trop d'argent. Il loue désormais une vitrine et une chambre à son compte dans le quartier rouge et il s'en sort plutôt bien ainsi.  


Lucky Blue Smith :copyright:️ Exordium





Revenir en haut Aller en bas
 
twelve
twelve
Féminin MESSAGES : 1636
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 27
CRÉDITS : twelve.

UNIVERS FÉTICHE : vie réelle, fantastique, sci-fi. Basiquement, j'suis ouverte à tout contexte qui me plaît.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://www.letempsdunrp.com/t1859-these-patterns-represen http://www.letempsdunrp.com/t3217-mind-break#69561
sansy twelve

I want you to want me [Milo & Nikolaas] - Page 6 Empty


Milo Rossi
J'ai 26 ans et je vis à Rome, Italie. Dans la vie, je suis riche et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire, coincé dans l'hétérosexualité et je le vis plutôt mal.

I want you to want me [Milo & Nikolaas] - Page 6 21636514


Xavier Serrano :copyright:️ .sparkle

Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 1938
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Luigi

I want you to want me [Milo & Nikolaas] - Page 6 Empty


Nikolaas Gransderg
J'ai 26 ans et je vis à Amsterdam, Pays-Bas. Dans la vie, je suis prostitué et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma décision, mon envie vis à vis de mon boulot, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Il se prostitue depuis l'âge de 16ns. Il se fait appeler Azur pour protéger sa vie privée de ses clients. Il a eu un proxénète pendant quelques années mais ce dernier lui piquait trop d'argent. Il loue désormais une vitrine et une chambre à son compte dans le quartier rouge et il s'en sort plutôt bien ainsi.  


Lucky Blue Smith :copyright:️ Exordium



Je me réveillais le lendemain matin, un mal de tête me vrillant les tempes. Je me redressais m'inquiétant un moment de ne pas reconnaitre la chambre où je me trouvais. Ce n'était pas la mienne ça j'en étais sur. Les souvenirs me revinrent peu à peu, Milo... le contrat qu'on avait passé ensemble. J'étais dans l'appartement qu'il nous avait loué, pour le dernier jour, demain tout serait terminé. J'étais dans cet appartement mais je n'étais pas dans mon lit, j'étais dans le sien... et seul. Je me laissais tomber dans le lit en jurant alors que les souvenirs de la nuit me revenaient. J'avais merdé et en beauté. Je n'étais pas sensé faire ça. Je n'avais pas à me laisser aller comme ça avec un client. Merde j'avais même dormi avec lui. Qu'est ce qu'il allait s'imaginer maintenant? J'étais justement en train d'avoir le genre de rapprochement que je m'étais toujours refusé d'avoir.

Je me levais pour aller récupérer mes affaires en jurant. J'allais être obligé de sortir de la chambre pour aller me doucher. Hors de question que je sorte en étant complètement nu. Ma seule option était de remettre mes vêtements de la veille. Je grimaçais de dégout en sentant leur odeur. Ils étaient imprégnés de l'odeur de la drogue, pas étonnant que j'ai fini aussi défoncé hier soir.

J'enfilais juste mon boxer et mon tee shirt avant de filer dans ma chambre. Je passais rapidement, courant presque et espérant qu'il ne me voit pas. Je m'enfermais et allais attraper quelques vêtements propres avant de repartir en courant pour m'enfermer dans la salle de bain. Je verrouillais derrière moi avant d'aller me doucher. Bon ça c'était déjà fait. J'avais quelques minutes de répit avant de devoir l'affronter mais je n'allais pas y couper. Comment j'allais faire pour me justifier? Est ce qu'il allait m'en vouloir de lui avoir littéralement défoncé le cul? Ou au contraire est ce qu'il serait ravi de ce que j'avais fait, de mon laisser aller et de la nuit que j'avais passé avec lui? Je crois que cette dernière idée m'effrayait encore plus que celle de savoir qu'il m'en voulait. Je pouvais supporter sa colère, beaucoup moins l'idée de devoir le repousser et lui briser le coeur.

Je sortais finalement de la salle de bain. J'avais enfilé un jean clair, troué par endroit. Par dessus j'avais mis un tee shirt... oh putain de merde. J'avais cru mettre un tee shirt noir et il l'était mais... c'était un tee shirt que ma meilleure amie m'avait offert en délirant. "I'm not gay but my boyfriend is" Et je portais ça... avec un client... avec lequel j'avais passé une nuit... alors que je n'aurais pas du... putain j'avais envie de me frapper.

Peut être que ça marcherait une troisième fois qui sait? Peut être que j'arriverais à passer rapidement sans qu'il me voit.

Je sortis prudemment de la salle de bain, m'apprêtant pour taper un sprint pour rejoindre ma chambre, quand il me vit... Je m'arrêtais, piégé comme un rat. Bon ben je n'avais plus le choix maintenant.

- Euh... salut...

Je lui souris, l'air clairement mal à l'aise avant de le suivre dans la pièce de vie. Bon maintenant j'aurais l'air d'un con si j'allais changé de tee shirt. Il comprendrait que je n'étais pas à l'aise avec mon choix, que je le regrettais, que je n'assumais pas ou je ne sais quoi. Je le suivais docilement alors que le deuxième choc me frappa. Il avait préparé le petit déjeuner... C'était... totalement adorable. Il n'y avait qu'Agathe pour m'avoir préparé des petits déjeuners comme ça. Alors oui je l'avais fait mais pour me faire pardonner. Là ce petit déjeuner, après la nuit qu'on avait passé... ce n'était pas pour s'excuser.

- Merci pour le petit déjeuner c'est... c'est gentil. Tu n'aurais pas du...

Vraiment... j'aurais préféré qu'il ne fasse rien ou juste un petit café sans se donner tant d'efforts.

Je me retournais vers lui et le fixais, l'air clairement mal.

- Et je suis désolé pour cette nuit... je n'aurais pas du non plus.

Vraiment pas....
Revenir en haut Aller en bas
 
twelve
twelve
Féminin MESSAGES : 1636
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 27
CRÉDITS : twelve.

UNIVERS FÉTICHE : vie réelle, fantastique, sci-fi. Basiquement, j'suis ouverte à tout contexte qui me plaît.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://www.letempsdunrp.com/t1859-these-patterns-represen http://www.letempsdunrp.com/t3217-mind-break#69561
sansy twelve

I want you to want me [Milo & Nikolaas] - Page 6 Empty


Milo Rossi
J'ai 26 ans et je vis à Rome, Italie. Dans la vie, je suis riche et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire, coincé dans l'hétérosexualité et je le vis plutôt mal.

I want you to want me [Milo & Nikolaas] - Page 6 21636514


Xavier Serrano :copyright:️ .sparkle
Je ne me souviens plus exactement du moment où je me suis endormi. Je sais juste que ça a été rapide et que mon sommeil était profond. Et aussi, que je suis resté sagement de mon côté du lit. Bon, je n'ai pas l'habitude de dormir avec qui que ce soit et bien que j'aime les câlins, j'aime aussi être tranquille la nuit. Le manque de lumière ne m'a pas dérangé... En tout cas, pas avant que je me réveille. Il devait être aux alentours de huit heures quand je me suis levé. Sans faire de bruit, j'ai quitté le lit et je suis parti faire ma toilette.

Puis, mon ventre s'est mis à grogner avec puissance. J'avais la dalle... Et je m'ennuyais. Alors, j'ai décidé de faire à manger. Au début, je ne faisais que quelques trucs avec un café pour me réveiller. Mais après avoir mangé un peu, j'ai juste continué à faire plus de bouffe qu'il n'en faut pour une seule personne. Bon, peut-être qu'Azur appréciera, ou pas. J'en sais rien. Mais au moins, ça m'occupe.

Je finis par entendre du bruit derrière moi. Lorsque je tourne la tête, je ne vois que la porte de la salle de bain se refermer. J'en déduis qu'Azur est levé... Je souris en continuant ce que je faisais. Je préfère lui laisser le temps qu'il souhaite. De mon côté, après ma fournée, je décide d'éteindre le four. Il n'y a plus de pâte mais il reste des garnitures, alors, je les range au frigo.

Je suis en train de préparer la table avec son café quand je l'entends me saluer. Je lui souris alors qu'il a l'air très mal à l'aise. Il n'a pas apprécié cette nuit ? A mon souvenir, ça avait été très bon. Peut-être pas pour lui, finalement... Je suis un peu troublé. Mais peut-être est-ce le fait d'avoir dormi dans le même lit, aussi.

« Salut. Oh, ça ? Bah, je l'ai pas fait spécialement pour toi, je t'ai juste préparé un café. Je m'ennuyais juste et comme j'avais envie de cornetto, j'en ai profité pour en faire. »

J'espère qu'il ne le prendra pas mal. Enfin, je le vois un peu regarder les croissants, je commence donc à expliquer ce que c'est.

« Mais tu peux en prendre si tu veux. Ce sont des viennoiseries d'Italie, on mange très souvent ça au matin ou pendant les brunch. Ils sont fourrés, généralement. Là, j'en ai fait à la crème pâtissière, à la confiture d'abricots et au chocolat. »

Bon, j'en ai peut-être fait un peu trop. Mais ça se garde, et puis j'adore ça, ce sera vite fini à mon avis. Surtout si Azur apprécie. Je m'installe alors à table avec un deuxième café et, gourmand, j'attrape un cornetto à la confiture d'abricots, mes préférés. Quand il s'excuse à nouveau, je fronce les sourcils. De quoi parle-t-il ? Je n'en avais aucune idée. Enfin, j'en ai bien deux, mais je ne saurais dire laquelle est la bonne. Alors, je réponds aux deux.

« Tu n'es pas obligé de t'excuser tu sais... Si tu parles du fait qu'on ait dormi dans le même lit, ben... On n'a pas vraiment dormi ensemble. On est juste tombé de fatigue chacun de notre côté du lit sans le vouloir. Et si tu parles de ce qu'on a fait hier... Bah, je recommencerais bien, moi. »

Je lui adresse un sourire en coin qui veut tout dire. C'est vrai, il s'y est vraiment bien pris. Et je commence à me rappeler de tout ce que j'en ai pensé, pendant cet acte, en buvant mon café. Mon coeur tambourine dans ma poitrine et je ne peux m'empêcher de sourire très légèrement. Je le retiens très fort, ce sourire. Mais malgré tout, je n'y arrive pas complètement.

« Tu m'as prévu quelque chose aujourd'hui ? »
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 1938
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Luigi

I want you to want me [Milo & Nikolaas] - Page 6 Empty


Nikolaas Gransderg
J'ai 26 ans et je vis à Amsterdam, Pays-Bas. Dans la vie, je suis prostitué et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma décision, mon envie vis à vis de mon boulot, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Il se prostitue depuis l'âge de 16ns. Il se fait appeler Azur pour protéger sa vie privée de ses clients. Il a eu un proxénète pendant quelques années mais ce dernier lui piquait trop d'argent. Il loue désormais une vitrine et une chambre à son compte dans le quartier rouge et il s'en sort plutôt bien ainsi.  


Lucky Blue Smith :copyright:️ Exordium

« Salut. Oh, ça ? Bah, je l'ai pas fait spécialement pour toi, je t'ai juste préparé un café. Je m'ennuyais juste et comme j'avais envie de cornetto, j'en ai profité pour en faire. »

Ah... Bon ben tant mieux. J'étais rassuré en fait. Il n'était pas entrain de jouer au petit ami parfait qui me préparait le petit déjeuner de bon matin. C'était mieux. Je préférais ça réellement. Je m'avançais doucement dans la pièce et allais m'installer sur une chaise en face de lui. J'attirais la tasse de café à moi et en pris une petite gorgée. Ma drogue du matin, sans elle j'étais vraiment bon à rien.

« Mais tu peux en prendre si tu veux. Ce sont des viennoiseries d'Italie, on mange très souvent ça au matin ou pendant les brunch. Ils sont fourrés, généralement. Là, j'en ai fait à la crème pâtissière, à la confiture d'abricots et au chocolat. »

J'en pris timidement un, le remerciant du bout des lèvres. J'en avais pris un qui me semblait être au chocolat et je croquais dedans avec envie.

- C'est vraiment bon...

Je n'aurais pas cru qu'il était capable de cuisiner. En fait j'avais plutôt cru qu'il était du genre à se faire servir tout le temps, que ce week end c'était pour vivre normalement à l'inverse de ce qu'il faisait d'habitude, être obligé de se faire à manger et tout.

C'était vraiment bon putain. J'en piquais un autre, goutant ceux à la crème pâtissière. Je laissais de côté ceux à la confiture d'abricot, c'était pas vraiment mon délire. Puis quitte à manger un truc gras et bien calorique autant le faire à fond plutôt qu'avec de la confiture. C'était bon pour les tartines ça, quand t'avais rien de mieux à mettre dessus.


« Tu n'es pas obligé de t'excuser tu sais... Si tu parles du fait qu'on ait dormi dans le même lit, ben... On n'a pas vraiment dormi ensemble. On est juste tombé de fatigue chacun de notre côté du lit sans le vouloir. Et si tu parles de ce qu'on a fait hier... Bah, je recommencerais bien, moi. »


Je relevais les yeux, machouillant doucement mon croissant tout en l'écoutant parler. Je savais pas comment le prendre là pour le coup. Peut être qu'il fallait juste que j'arrête de me prendre la tête. On s'était endormi comme des masses parce qu'on était défoncé et claqué, c'était tout. Et oui il aimait baiser avec moi ça je le savais déjà. Il n'y avait rien de choquant là dedans. Il ne venait pas régulièrement me voir, il ne m'avait pas payé pour ces quelques jours si il n'aimait pas baiser.

Non tout allait bien... il n'y avait rien.... tout était sous contrôle.

« Tu m'as prévu quelque chose aujourd'hui ? »

J'avalais ma bouchée avant de le regarder.

- Ouais j'ai pensé à quelques trucs qu'on pourrait faire ensemble.

Je reprenais un dernier croissant. Non mais sérieusement après celui là il allait vraiment falloir que je m'arrête.

- On va commencer par un musée je pense.

Je lui fis un petit sourire mystérieux avant de terminer mon croissant. Quelques temps plus tard on était dans la rue, marchant vers notre destination. Je restais silencieux durant tout le trajet. Je ne savais pas vraiment quoi lui dire. Je restais encore perturbé par tout ce qui s'était passé cette nuit. Ouais bon je me prenais trop la tête il fallait que j'arrête.

Je tournais dans une rue pour m'arrêter face à un immense bâtiment en brique rouge avec une immense pancarte qui ne laissait aucune place au doute sur ce que c'était.

- Tu penses quoi de visiter le musée Heineken?

Je souriais, fier de ma connerie. Bon quitte à visiter un musée je préférais autant qu'on fasse un musée sympa où on pourrait se marrer un peu.

Revenir en haut Aller en bas
 
twelve
twelve
Féminin MESSAGES : 1636
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 27
CRÉDITS : twelve.

UNIVERS FÉTICHE : vie réelle, fantastique, sci-fi. Basiquement, j'suis ouverte à tout contexte qui me plaît.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://www.letempsdunrp.com/t1859-these-patterns-represen http://www.letempsdunrp.com/t3217-mind-break#69561
sansy twelve

I want you to want me [Milo & Nikolaas] - Page 6 Empty


Milo Rossi
J'ai 26 ans et je vis à Rome, Italie. Dans la vie, je suis malheureusement riche et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire, venant de faire mon coming-out et le coeur en pinçant pour quelqu'un qui ne voudra jamais de moi et je le vis plutôt mal.

I want you to want me [Milo & Nikolaas] - Page 6 21636514


Xavier Serrano :copyright:️ .sparkle
Le petit déjeuner s'est finalement bien passé. L'ambiance est détendue, même s'il me semble qu'Azur est un peu mal à l'aise. En même temps, nous avons dormi dans le même lit après avoir couché ensemble d'une autre manière. D'habitude, c'est moi au-dessus. Mais là, nous avons inversé les rôles, trop enivrés par les effluves des substances addictives du bar dans lequel nous étions allés. Ce n'était pas prévu, mais après tout, ce qui n'est pas prévu est bien meilleur que ce qui n'est pas spontané. Et je ne pouvais pas le nier.

Enfin, aujourd'hui, il a prévenu de m'emmener dans un musée. Chose que nous avions déjà fait et ça ne s'était pas très bien passé... J'avais pensé que m'intéresser à l'art du pays serait cool, mais en fait, nous avions juste passé une ou deux heures à nous faire chier, littéralement. Alors, l'optique d'aller dans un musée me déplaît directement, si bien que je tire une grimace. Je reste un peu sur mes gardes le temps du trajet, silencieux comme Azur l'est, finalement. Et nous arrivons devant un musée... Le musée Heineken. Mon expression fermée s'ouvre en un large sourire et je secoue la tête.

« Alors là, tu m'as bien eu. »

Un rire plus tard, nous rentrons dans l'antre du musée et le visitons tranquillement, avec une certaine joie. C'est carrément mieux que ce que je m'imaginais...

ELLIPSE

Après cette visite du musée, nous avions passé le restant du séjour à faire ses petites activités. Et comme nous avions discuté - enfin, nous nous étions disputés - et sortis tout ce qu'on avait sur le coeur, tout se passa pour le mieux. J'appréciais de plus en plus la compagnie d'Azur, même s'il restait réticent. Nous n'agissions pas comme un couple mais comme des amis qui couchaient ensemble et c'était vraiment top. Lorsque la fin du séjour a sonné, Azur est simplement parti dans de brefs au revoir. Et si je montrais une certaine indifférence, mon coeur a eu du mal à le laisser partir, en fin de compte. Je m'étais attaché à lui, peut-être un peu trop... En tout cas, il était temps de rentrer en Italie.

Une fois rentré dans mon pays, dans ma villa, je soupirais déjà face à mon quotidien morose. Pour rester encore un peu dans mon souvenir d'Amsterdam, je décidais de demander l'adresse d'Azur à mon détective. Je lui envoyais ainsi un petit bouquet de fleurs modeste, une carte avec quelques mots de remerciement.

Citation :
Cher Azur,
Tu vas certainement m'en vouloir d'avoir cherché ton adresse mais je me voyais mal envoyer ça sur ton lieu de travail.
Et je sais que ça a été ton travail également mais je tenais à te remercier d'avoir apporté un peu de normalité dans ma vie.
Tu pourras donc goûter ces chocolats suisses, sentir ces fleurs et si tu en as envie, tu pourras même porter ce petit bracelet (ou le revendre si tu veux, il t'appartient et tu en fais ce que tu veux).
Ah oui, je t'ai aussi joint la recette des croissants, comme j'ai vu que tu adorais ça.
Porte-toi bien.
xo,
- Milo

Dans ce colis, je n'avais pas mentionné d'adresse de retour. Je savais à quel point il tenait à son anonymat, et qu'il allait forcément m'en vouloir pour avoir cherché son adresse. Mais tant pis. Il fallait que je le remercie d'une manière ou d'une autre parce que je ne savais pas si j'allais le revoir un jour, et si j'allais le revoir un jour, je ne savais pas quand. J'en avais clairement envie, de le revoir. Mais... J'étais certain que lui ne serait pas de cet avis. Si j'y retournais, déjà, il me passerait un savon. Il ferait quand même son job si je le payais pour ça. Peut-être que ça me donnerait une occasion de le détendre et de lui parler ensuite...

Mais lui parler de quoi ? Lui dire que je tiens à lui serait beaucoup trop invasif, il prendrait peur à la seconde même où je me mettrais à lui en parler. Mais peut-être que ça me permettrait de m'excuser, de le convaincre de me pardonner. Parce que l'enveloppe que mon détective m'a donné à mon retour, je ne l'ai pas touchée. Je l'ai planquée dans le coffre-fort en arrivant pour me promettre de ne jamais l'ouvrir. Et c'est ce que je vais faire. Ne jamais l'ouvrir.

Deux mois passent et les jours semblent éternellement monotones. La vie de riche ne m'intéresse plus du tout maintenant que j'ai goûté à la normalité. Deux mois pendant lesquels on m'emmerde avec la fille qui aurait dû devenir ma fiancée. Je commence à en avoir marre de tout ça. Alors, je prévois un voyage... Pas n'importe où. Amsterdam. la destination parfaite. Mais avant de décoller, j'ai une interview. Et je profite qu'on me pose la question sur mon célibat pour leur faire mon coming-out. De toute façon, il n'y aura que quelques solutions possibles. Soit mes parents paieront pour que cette information ne soit pas divulguée, soit ils l'apprendront lorsque l'interview sera publiée et me renieront, ce qui ne serait pas plus mal, finalement.

Enfin, c'est assez fier de mon coup que j'embarque à bord du jet privé. J'ai hâte d'atterrir. Il n'est que six heures du soir lorsque le jet décolle finalement et je profite du vol pour dormir. Comme ça, ce soir, je serais en forme pour aller le voir... En forme pour répondre à ses cris de colère.

Je pose le pied à terre. Direction mon hôtel. Je décide de me doucher, de me changer pour une tenue un peu plus banale. J'aime l'idée de mener une double vie à Amsterdam, ici, je me sens comme quelqu'un de nouveau. J'oublie ma richesse, même si je paye Azur, je l'oublie parce que c'est le seul luxe que je me permets. Cette fois, j'ai pris une chambre d'un hôtel abordable. Et je suis là pour une durée indéterminée. La seule chose que j'espère, c'est qu'il accepte de me revoir.

Le prix qu'il avait fixé lors de notre première rencontre, je le connais encore. 500 pour la nuit, c'était ce qu'il avait dit. Peut-être qu'il a augmenté depuis, mais ce n'est pas le souci. Je pourrais payer cinq fois le prix pour seulement une heure avec lui. Enfin, je pars, traversant les rues d'Amsterdam pour arriver à celle prévue. Le "magasin" vient d'ouvrir, les travailleurs se mettent à peine en place et mon regard se pose sur sa vitrine vide. Je fronce les sourcils, prêt à entrer pour le demander mais je m'arrête lorsque je vois enfin son corps apparaître. Il ne m'a pas encore vu, alors j'en profite pour me glisser dans le bordel et demander Azur à l'accueil.

Je n'ose pas le regarder. Je n'ose pas, je sais qu'il va me foudroyer du regard. Je le sais parfaitement. Alors je me tourne au dernier moment et dès lors que je croise son regard, je lui adresse un sourire pincé, gêné, désolé. Mais je lui tends quand même l'argent en espérant qu'il le prenne quand même. J'espère que son côté professionnel prendra le dessus, mais rien qu'à son regard je sens que je vais passer un sale quart d'heure.


Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 1938
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Luigi

I want you to want me [Milo & Nikolaas] - Page 6 Empty


Nikolaas Gransderg
J'ai 26 ans et je vis à Amsterdam, Pays-Bas. Dans la vie, je suis prostitué et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma décision, mon envie vis à vis de mon boulot, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Il se prostitue depuis l'âge de 16ns. Il se fait appeler Azur pour protéger sa vie privée de ses clients. Il a eu un proxénète pendant quelques années mais ce dernier lui piquait trop d'argent. Il loue désormais une vitrine et une chambre à son compte dans le quartier rouge et il s'en sort plutôt bien ainsi.  


Lucky Blue Smith :copyright:️ all souls

- L'hôtel c'est donc celui là. On est assez bien placé par rapport à tout ce qu'on veut visiter. Et surtout on est à côté du métro. On fera tout en métro de toute façon je pense. Je peux pas encore imprimé les billets mais tiens déjà les dates et les horaires. Par contre j'ai réservé la navette aller et retour entre l'aéroport et l'hotel. Enfin plutôt entre l'aéroport et une gare et ensuite on prend le métro jusqu'à l'hotel.

Je sortais les papiers, montrant à Agathe toutes les réservations que j'avais fait pour les quelques jours qu'on allait passer ensemble à Paris. Elle les regardait tout excité, cachant difficilement l'immense sourire qu'elle avait.

"J'ai tellement hâte d'y être!! J'ai acheté un livre guide. Et j'ai déjà fait une liste de tout ce que j'ai envie de visiter."

Je lui souris, ravi de la voir aussi heureuse.

- Deux semaines ma belle. Dans deux semaines on s'envole pour quatre jours à Paris.

Cela faisait un moment que j'avais l'argent pour partir, depuis que l'italien pété de thunes m'avait filé des sommes folles pour que je passe un peu de temps avec lui. J'avais mis une partie de côté, au cas où pour les moments difficiles. J'étais rassuré de savoir que j'avais un peu d'argent de côté en cas de besoin. Puis je m'étais fait plaisir et ce voyage on se l'était payé avec Agathe. On avait attendu la saison creuse pour réserver, la période de l'année où il y avait moins de touristes. On était début novembre, il commençait à faire froid, clairement pas la période que les touristes aimaient le plus. On serait de nouveau envahi au printemps, quand les tulipes seraient en fleurs. Pour le moment on pouvait se permettre de prendre quelques jours pour nous, pas trop non plus histoire de ne pas perdre les habitués et surtout de ne pas perdre trop d'argent. On partait donc pour quatre jours, quatre merveilleuses journées dont on allait pouvoir profiter.

On termina notre dîner, continuant de parler joyeusement de nos projets de vacances. On se rendit ensuite sur notre lieu de travail. On se sépara le temps d'aller se changer avant d'aller s'installer chacun dans notre vitrine. J'avais enfilé un slip, normal sur le devant mais uniquement composé de liens sur le derrière. Heureusement que l'intérieur était chauffé sinon je me serais vraiment gêlé le cul.

Je commençais ma soirée de travail comme toujours. Je commençais par une cliente, chose assez peu fréquente mais cela m'arrivait quand même de temps en temps. Mais elle s'était une habituée. Elle aimait les cuni. Elle ne me demandait pas plus. Elle m'avait parlé une fois des problèmes de santé qu'elle avait eu dans sa vie, accidents et autres problèmes en tout genre. Elle ne supportait plus aucune pénétration, trop douloureux pour elle. C'était la seule façon pour elle de jouir. Aucun des hommes qu'elle rencontrait ne le comprenait. Alors elle venait me voir de temps en temps, pour savourer ce moment de jouissance sans douleur ni jugement.

Je la laissais repartir ensuite, passant par la case bain de bouche dans les règles avant de retourner à ma place. Je ne restais pas longtemps en place. On m'appela et je retournais à l'intérieur pour tomber nez à nez avec lui, l'italien, monsieur connard pété de thunes.

On avait passé quelques jours ensemble. J'avais un peu trop aimé ces quelques jours. Cela m'avait fait du bien, une sorte de parenthèse dans ma vie, des petites vacances. On avait passé des bons moments comme des moins bons. J'étais ressorti un peu trop mal à l'aise de tout ça. Je ne voulais pas m'attacher à un client, c'était hors de question. Et surtout je ne voulais pas que lui s'attache à moi. Alors je l'avais salué froidement avant de partir de mon côté, bien décidé à l'oublier et à reprendre le cours de ma vie.

Et j'avais plutôt bien réussi. Je l'avais sorti de ma tête. De toute façon il avait du retourner en Italie, reprendre sa vie de petit riche, loin de moi. Et c'était là que je l'avais reçu, le colis, à mon adresse. Il n'était pas arrivé au bordel sous le nom d'Azur. Il était arrivé directement chez moi. Cet enfoiré avait enquêté sur moi et il avait plutôt bien réussi son enquête vu qu'il avait trouvé mon adresse. Et son mot... une vaste blague que le petit mot qu'il m'avait laissé. "Tu vas certainement m'en vouloir d'avoir cherché ton adresse..." Non sérieusement? Bien sur que je lui en voulais à cet enfoiré!! C'était une de mes règles et il le savait. Je ne voulais pas qu'on envahisse ma vie privée. Lui, c'était un travail rien de plus. J'avais voulu que ça reste ainsi. Maintenant je vivais dans la crainte. Il savait où j'habitais. Qu'est ce qui l'empêcherait un jour de venir directement chez moi pour me voir? Je lui en voulais, oh que oui je lui en voulais tellement.

Tous ses cadeaux avaient fini à la poubelle sans que j'y touche. Il n'y avait que le bracelet que j'avais gardé. Il était dans un des tiroirs de ma commode à l'étage, que je puisse lui rendre.

Alors je le fixais froidement alors qu'il se tenait devant moi, tendant son argent. Je pris les billets et les comptais avant de monter à l'étage, passant devant lui. Il y avait assez pour toute une nuit. Ca ne m'étonnait même pas. Je glissais l'argent dans ma cachette habituelle avant de me retourner vers lui.

- On fait quoi alors ce soir?

Je restais professionnel. Il avait payé pour ça après tout. J'attendrais un peu pour lui balancer son bracelet à la con en pleine gueule.
Revenir en haut Aller en bas
 
twelve
twelve
Féminin MESSAGES : 1636
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 27
CRÉDITS : twelve.

UNIVERS FÉTICHE : vie réelle, fantastique, sci-fi. Basiquement, j'suis ouverte à tout contexte qui me plaît.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://www.letempsdunrp.com/t1859-these-patterns-represen http://www.letempsdunrp.com/t3217-mind-break#69561
sansy twelve

I want you to want me [Milo & Nikolaas] - Page 6 Empty


Milo Rossi
J'ai 26 ans et je vis à Rome, Italie. Dans la vie, je suis malheureusement riche et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire, venant de faire mon coming-out et le coeur en pinçant pour quelqu'un qui ne voudra jamais de moi et je le vis plutôt mal.

I want you to want me [Milo & Nikolaas] - Page 6 21636514


Xavier Serrano :copyright:️ .sparkle
J'avais très peur de la rafale de froideur dont il allait faire preuve à mon égard. Je m'attendais à tout, à ce moment-là, en rentrant dans le bâtiment et en le demandant. Il pouvait me refuser, après tout, j'avais fouillé dans sa vie pour trouver son adresse. Azur avait pourtant été clair sur ce point-là : je n'étais que du travail pour lui, rien d'autre. Alors, je n'avais pas le droit de fouiller, même si c'était pour lui faire quelques petits cadeaux. Mais je n'avais pas eu l'envie de les envoyer au bordel. C'était trop... Impersonnel, de les envoyer là-bas.

Son regard lorsqu'il me vit face à lui me fit frissonner d'horreur. Maintenant, je m'attendais à ce qu'il me crie dessus une fois qu'on serait enfermés dans la chambre, lui et moi. Je m'attendais même à ce qu'il me saute à la gorge. Qu'il me gifle, peut-être. Non, ce n'était pas digne de lui. En réalité, j'avais si peur de ce qui pourrait se passer que je n'arrivais pas à imaginer sa réaction. Mais ce regard... Je m'attendais au pire. Et je savais que le pire n'était pas une gifle ou des cris. Non. Le pire allait venir.

Je monte derrière lui à l'étage, chaque pas me menant vers une mort émotionnelle certaine. Chaque marche que je monte m'angoisse davantage et j'arrive enfin dans la chambre, le coeur à l'arrêt. Je l'observe cacher son argent et sa réaction suivante est pire que tout ce que j'aurais pu imaginer. Bon sang. Il reste professionnel. C'est pire que tout. Il aurait pu me hurler dessus, me gifler, me demander des explications. Mais non, il reste dans son rôle. Et ça me fend le coeur.

Je soupire en baissant les yeux, ôtant ma veste pour la poser sur une chaise. Quelle merde. Comment allais-je faire pour qu'on règle ça ? Y avait-il ne serait-ce qu'une chance de régler ça, d'ailleurs ? Il a l'air encore plus furieux que ce que j'aurais pensé.

« Il faut qu'on discute. Je ne serais capable de rien tant qu'on n'aura pas crevé l'abcès. »

Un nouveau soupir, je passe ma main dans mes cheveux. J'ignorais par où commencer, ou même si c'était à moi de commencer. Mais je n'avais pas envie qu'il se sente coincé ou quoi que ce soit. Il fallait donc que je commence. Je n'ose pas me rapprocher pour le moment, ni m'asseoir. Je reste simplement debout, mon regard voguant entre le sol et lui. Trop honteux pour le regarder vraiment.

« Je suis désolé. Tu as été clair sur ton anonymat et je l'ai brisé, je le sais... Je ne voulais pas envoyer tout ça ici. Mais j'ai commis une énorme erreur. Je suis sincèrement désolé. »

Je rame visiblement. Des excuses ne suffiront pas, je le sais bien. Mais je ne vois pas ce que je pourrais faire de plus. Enfin... J'ai une illumination et mon regard devient lumineux, plein d'espoir.

« Je pourrais peut-être t'aider pour financer un potentiel déménagement ! Tu dois aimer ton quartier et ton appartement, et ça ne change rien à ce que j'ai fait mais c'est la moindre des choses que je puisse faire pour que tu sois tranquille. Et je ne chercherai plus jamais où tu habites, tu en auras ma parole. On pourra même rédiger un contrat juridique si tu le veux. »

Ou peut-être... Peut-être qu'il veut seulement que je parte. Que je parte de sa vie, même si je n'en fais pas partie. Et peut-être que je tiens à lui plus que ce que je ne veux bien l'avouer.


Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 1938
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Luigi

I want you to want me [Milo & Nikolaas] - Page 6 Empty


Nikolaas Gransderg
J'ai 26 ans et je vis à Amsterdam, Pays-Bas. Dans la vie, je suis prostitué et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma décision, mon envie vis à vis de mon boulot, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Il se prostitue depuis l'âge de 16ans. Il se fait appeler Azur pour protéger sa vie privée de ses clients. Il a eu un proxénète pendant quelques années mais ce dernier lui piquait trop d'argent. Il loue désormais une vitrine et une chambre à son compte dans le quartier rouge et il s'en sort plutôt bien ainsi.  


Lucky Blue Smith :copyright:️ all souls

« Il faut qu'on discute. Je ne serais capable de rien tant qu'on n'aura pas crevé l'abcès. »

Bien sur... il fallait qu'on discute. Il devait sentir ma colère. J'avais l'impression qu'elle iradiait par tous les pores de ma peau tellement il se déchainait violemment en moi. C'était un miracle que j'arrive à rester à le fixer sans rien dire, les bras croisés sur mon torse. Oui je lui en voulais et il le savait. Il me l'avait même dit dans son joli petit colis. Mais ça ne l'avait pas empêché de l'envoyer. Et ça ne l'empêchait pas de revenir ici pour crevé l'abcès comme il le disait si bien.

« Je suis désolé. Tu as été clair sur ton anonymat et je l'ai brisé, je le sais... Je ne voulais pas envoyer tout ça ici. Mais j'ai commis une énorme erreur. Je suis sincèrement désolé. »

Ca il l'avait déjà dit. Je le savais déjà. Et je ne doutais pas qu'il était parfaitement sincère. Mais ça ne changeait rien à la colère que je ressentais. C'était facile de dire pardon après avoir blessé quelqu'un. J'aurais simplement préféré qu'il ne trahisse pas ma confiance avant. J'aurais même pu garder son colis s'il l'avait envoyé ici. Il n'aurait pas été le premier à le faire. J'en avais gardé certain avant. J'aurais certainement gardé le sien. Les chocolats devait certainement être bon en plus... Mais il avait fallu qu'il fasse ce que je lui avais interdit de faire. Et ça ne passait pas.

Je pensais qu'il allait s'arrêter là. Je l'avais laissé dire ce qu'il voulait. Il avait crevé son abcès ridicule. Peut être que maintenant on pourrait faire ce pour quoi il m'avait payé. Il n'aurait rien de plus de moi de toute façon ce soir. Ni ce soir, ni jamais.

« Je pourrais peut-être t'aider pour financer un potentiel déménagement ! Tu dois aimer ton quartier et ton appartement, et ça ne change rien à ce que j'ai fait mais c'est la moindre des choses que je puisse faire pour que tu sois tranquille. Et je ne chercherai plus jamais où tu habites, tu en auras ma parole. On pourra même rédiger un contrat juridique si tu le veux. »

On aurait pu s'arrêter là... mais il avait fallu qu'il continue. Ses paroles... ça avait été la goutte d'eau, le mot de trop, celui qui avait fait exploser la colère que je contenais jusqu'à maintenant.

- Parce que tu crois que ton putain de fric va tout changer? Tu crois que je pourrais te faire confiance à nouveau parce que tu m'as payé pour que je le fasse?

Comme si c'était si simple...

- Je n'ai pas mis beaucoup de conditions. J'ai très peu de régles. Mais celles que j'ai mis sont importantes pour moi, pour éviter que je ne souffre.

J'avais trop souvent vécu dans la peur de voir un client trop collant venir chez moi. Ca m'était arrivé et ça avait été un véritable enfer pour moi. Alors je me protégeais maintenant. Et ça il n'avait pas été foutu de le comprendre, ou il s'en foutait. Il avait les moyens de tout savoir de moi alors pourquoi s'en priver?

- Qu'est ce qui me dit que tu ne recommenceras pas? Que tu ne chercheras pas à nouveau mon adresse pour m'envoyer un autre colis de merde? Moi je t'avais cru Milo! Je pensais que tu respecterais ma décision, que tu ne te servirais pas de ton fric de merde pour connaitre ce que je refusais de te dire. Comment tu veux que je te pardonne d'avoir fait ça? Avec un désolé à la con? Avec ton putain d'argent?

Comme si son argent pouvait tout se payer, mon cul, mon pardon, mon affection....

Je secouais la tête en baissant les yeux. Je me cachais le visage d'une main pour ne pas qu'il la voit, la peine qui se devinait sur mes traits.

- Pourquoi t'as fait ça? Pourquoi tu m'as trahi comme ça? Je... je commençais à t'apprécier... à aimer quand tu venais...

Et c'était dangereux, beaucoup trop dangereux pour moi comme pour lui. J'avais fait une connerie en le laissant aller aussi loin avec moi. Et je souffrais maintenant de voir qu'il m'avait trahi de la sorte. Ca faisait mal... plus mal que si ça avait été un autre.

Je relevais le visage, laissant juste la lassitude se dessiner sur mes traits. Je me retournais pour ouvrir mon tiroir et en ressortir son argent et son bracelet. Je m'approchais pour venir les lui mettre dans la main.

- Tiens... garde ton pognon. Je crois que je ne serais pas en état de bosser pour toi ce soir. Et garde le bracelet. J'ai foutu le reste à la poubelle mais ça c'était trop précieux pour que je le fasse.

Je l'avais gardé dans un coin... mais c'était mieux que je ne le garde pas.


Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


I want you to want me [Milo & Nikolaas] - Page 6 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
I want you to want me [Milo & Nikolaas]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Europe-
Sauter vers: