Partagez
 
 
 

 I want you to want me [Milo & Nikolaas]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 
En ligne
twelve
twelve
Féminin MESSAGES : 1620
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 27
CRÉDITS : twelve.

UNIVERS FÉTICHE : vie réelle, fantastique, sci-fi. Basiquement, j'suis ouverte à tout contexte qui me plaît.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1859-these-patterns-represen http://www.letempsdunrp.com/t3217-mind-break#69561
sansy twelve

I want you to want me [Milo & Nikolaas] - Page 5 Empty


Milo Rossi
J'ai 26 ans et je vis à Rome, Italie. Dans la vie, je suis riche et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire, coincé dans l'hétérosexualité et je le vis plutôt mal.

I want you to want me [Milo & Nikolaas] - Page 5 21636514


Xavier Serrano :copyright:️ .sparkle
J'étais plutôt soulagé que ça se soit passé comme ça au final. C'était un mal pour un bien, parce qu'au moins, on a pu se comprendre. J'avais remarqué qu'il était tendu quand je lui ai fait un câlin et ça aussi je le comprenais. Mais j'en avais besoin. Je le lâche bien vite, cependant. Mon but n'est pas de le mettre mal à l'aise. Et je ne comptais pas le coller non plus. J'avais bien compris qu'il avait de la peine à savoir comment il devait agir avec moi alors je n'allais pas forcer. Je veux juste qu'on passe de bons moments ensemble et s'il se force, ça ne mènera à rien.

Je lui propose donc de rester ici ce matin et pendant qu'il prépare le tout pour les tartines, je m'occupe du café. Je prépare deux tasses de café noir, prenant soin de ne rien rajouter dedans. Je mets tout de même sur la soucoupe un morceau de sucre, si jamais il le boit comme ça, à vrai dire je n'en ai aucune idée, mais je préfère être prévenant. Qu'il n'ait pas à aller le chercher s'il en veut. Il me propose alors des activités et la promenade le long du fleuve me tente assez bien, tout comme les endroits où la vue est belle. Mais quand il me parle d'un repas sur un bateau, je lève un sourcil.

« Que j'ai les moyens ? Mh, j'en doute. Je ne suis pas riche, tu te souviens ? »

Je souris d'un air complice. De toute façon, je ne suis pas là pour faire des activités de riche. Ça, j'avais le temps d'en faire à Rome. Et puis, manger sur un bateau, ça se fait aussi beaucoup en Italie. J'attrape tout de même son téléphone pour regarder la carte une fois installé à table et je fronce les sourcils en voyant les prix. Oui, c'est vraiment cher... Enfin, ça ne l'est pas pour moi. Mais ça doit l'être pour n'importe qui d'autre. Je sais que les prix raisonnables dans les restaurants se fixent aux alentours d'une vingtaine d'euros pour une personne. Là, pour une personne, ça monte minimum à cent euros. Non, c'est exagéré. Je secoue la tête et lui rend le téléphone.

« Un fast food, c'est bien mieux. Par contre... Je suis pas trop ciné, désolé. »

Non seulement parce que je ne suis pas très films, mais en plus parce que... J'ai peur du noir. Mais ça, je ne préfère pas le lui dire. Je ne veux pas qu'il se moque de moi. Oui, nous avons tous nos peurs et je sais qu'il pourrait le comprendre mais il n'y a aucune raison que je le lui dise... Puis il s'en fiche, non ?

Je savoure mon café et mes tartines tranquillement. Ça fait beaucoup de bien de manger comme ça, sans avoir une tonne de bouffe sur la table, juste ce qu'il faut sans manquer de rien non plus. C'est vraiment agréable, j'apprécie réellement cette sensation. J'observe un léger instant Azur, pas trop longtemps non plus, juste le temps d'admirer son profil du matin. C'est vrai que je l'ai réveillé un peu brutalement, je me sens désolé parce qu'il avait l'air de bien dormir.

« Désolé de t'avoir réveillé comme ça ce matin. Je ne veux pas repartir sur le sujet, juste m'excuser. »

Même si je l'avais déjà fait, je trouvais ça nécessaire de m'excuser une nouvelle fois. Nous finissons de déjeuner puis je range le tout et je vais m'installer dans le canapé une fois tout bien rangé et propre. J'allume la télé pour zapper un peu en jetant un coup d'œil vers Azur.

« Tu veux regarder un peu ou tu vas retourner dormir direct ? »
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 1131
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur
Licorne

I want you to want me [Milo & Nikolaas] - Page 5 Empty


Nikolaas Gransderg
J'ai 26 ans et je vis à Amsterdam, Pays-Bas. Dans la vie, je suis prostitué et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma décision, mon envie vis à vis de mon boulot, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Il se prostitue depuis l'âge de 16ns. Il se fait appeler Azur pour protéger sa vie privée de ses clients. Il a eu un proxénète pendant quelques années mais ce dernier lui piquait trop d'argent. Il loue désormais une vitrine et une chambre à son compte dans le quartier rouge et il s'en sort plutôt bien ainsi.  


Lucky Blue Smith :copyright:️ Exordium

« Que j'ai les moyens ? Mh, j'en doute. Je ne suis pas riche, tu te souviens ? »

Je lui souris en retour. C'était vrai. Il voulait vivre comme quelqu'un de banal et là je ne lui proposais pas vraiment une activité à la portée de tous. Mais je voulais lui faire plaisir, prendre un peu soin de lui au lieu que ça soit tout le temps l'inverse. Il voulait se reposer mais je voyais bien ses petits gestes. Le morceau de sucre posait à côté de mon café au cas où j'en voudrais. C'était des petites attention dont je n'avais pas l'habitude et qui me faisaient bizarres.

« Un fast food, c'est bien mieux. Par contre... Je suis pas trop ciné, désolé. »

Je haussais vaguement les épaules. Ce n'était pas grave. Je réfléchissais aux autres options que j'avais, aux endroits où je pourrais l'amener pour diner ou pour s'amuser. Il y avait des quartiers sympas à visiter autre que le quartier rouge. Là bas il était hors de question d'aller mais je pensais à quelques endroits sympas et assez vivants en soirée à cette période de l'année. Il voulait vivre une vie normale mais je voulais quand même lui faire découvrir la ville comme il n'avait peut être pas eu la chance de la découvrir avec sa famille de riches.

« Désolé de t'avoir réveillé comme ça ce matin. Je ne veux pas repartir sur le sujet, juste m'excuser. »

Je sortais de mes pensées pour le fixer. Nouvellement haussement d'épaules, je n'avais plus envie d'en parler. Je n'avais pas été cool la veille, je m'en rendais compte maintenant. Je m'étais enfermé dans mon comportement de petit connard pour cacher ma gêne. C'était un mécanisme de défense, une façon de tenir les autres à l'écart quand je ne me sentais pas bien. C'était nul et j'avais mérité sa colère, même si elle aurait été tout aussi bien après quelques heures de plus de sommeil.

Je finis par me lever pour tout ranger avec lui. Heureusement que l'appartement est assez luxueux et qu'il y a un lave vaisselle. J'ai pas à faire ça au moins et ça ressemble du coup un peu plus à des vacances pour moi.

« Tu veux regarder un peu ou tu vas retourner dormir direct ? »

Je secouais la tête. Je tombais littéralement de fatigue. Je venais de sortir d'une grosse semaine de boulot. S'il ne m'avait pas demandé de venir pour ces trois jours je me serais pris quelques jours de repos. Je m'étais forcé à me lever la veille pour venir le rejoindre, j'avais à peine dormi cette nuit et je ressentais le contre coup de tout ça.

- Non je vais dormir. On se retrouve à midi? Qu'on mange vite fait ici avant de partir voir ton musée.

Je lui souris timidement avant de retourner dans ma chambre. Je me déshabillais pour me mettre en boxer avant de tomber dans mon lit. Quelques secondes après que ma tête ait touché l'oreiller je sombrais dans le sommeil. Il était onze heures et demi quand j'émergeais enfin. Je me levais discrètement pour ne pas faire de bruit. Il devait encore être en train de dormir.

J'enfilais mon jean et mon tee shirt avant de m'installer en cuisine. J'avais décidé de cuisiner un peu pour lui, histoire de lui faire découvrir un peu de la cuisine de mon pays. Je ne savais pas trop ce qu'il avait fait jusqu'à présent. Il avait sûrement du aller dans des restos chics, loin de la nourriture pas très diététique que je mangeais régulièrement.

Je m'installais alors pour cuisiner une spécialité de chez moi. Je préparais sur la table de quoi faire un petit apéritif amélioré. Je sortais des chips et ce que j'avais préparé. Je mis du soda sur la table et sa bouteille d'alcool au cas où. Je continuais de préparer le dîner, faisant une simple poêlée de légumes avec des lardons et un peu de riz à côté. J'espérais que ça irait mais après tout il était là pour vivre une vie banale.

Je lui souris alors qu'il émergeait enfin.

- Salut... euh... j'ai préparé le déjeuner. J'ai fait un petit apéro avec des chips et...

Je lui montrais un plat un peu mal à l'aise. Dedans se trouvaient des petites boulettes entourant un petit pot de sauce.

- Je sais pas si tu connais c'est des bitterballen. C'est des boulettes de boeuf panés. On mange souvent ça en apéro et... j'ai fait un peu de riz avec une poêlée de légumes aux lardons et... j'espère que ça te va.

Et je me sentais tout d'un coup très con d'avoir préparé tout ça. Je restais là planté à côté de ma table à attendre qu'il me dise quelque chose.



Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
twelve
twelve
Féminin MESSAGES : 1620
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 27
CRÉDITS : twelve.

UNIVERS FÉTICHE : vie réelle, fantastique, sci-fi. Basiquement, j'suis ouverte à tout contexte qui me plaît.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1859-these-patterns-represen http://www.letempsdunrp.com/t3217-mind-break#69561
sansy twelve

I want you to want me [Milo & Nikolaas] - Page 5 Empty


Milo Rossi
J'ai 26 ans et je vis à Rome, Italie. Dans la vie, je suis riche et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire, coincé dans l'hétérosexualité et je le vis plutôt mal.

I want you to want me [Milo & Nikolaas] - Page 5 21636514


Xavier Serrano :copyright:️ .sparkle
C'était vraiment cool de prendre un petit déjeuner en sa compagnie. Honnêtement, même si le réveil a été plutôt rude avec cette embrouille, le repas avait été plutôt doux en comparaison. L'ambiance était meilleure et je l'appréciais à sa juste valeur. Après avoir tout rangé à deux, je me pose dans le canapé pour regarder un peu la télévision. Je lui propose de regarder avec moi mais il est vraiment crevé, ce que je comprends. Je lui souris alors en lui souhaitant de bien dormir et le laisse aller dans sa chambre.

Je sais que je lui ai dit que je le laisserais dormir dans sa propre chambre s'il en a envie. Mais... J'espère aussi pouvoir passer une nuit à dormir avec lui. Ce serait certainement trop demandé, je ne veux pas le forcer à faire ce qu'il n'a pas envie de faire. Mais en même temps, il m'avait autorisé à faire certaines choses, en me disant qu'il fallait oublier ses règles. Cependant, elles me resteront toujours en tête. Je ne veux pas aller contre sa volonté. Alors je respecterais ses choix, même s'il refuse de dormir avec moi. Je le respecte assez pour accepter ça.

Finalement, au bout de dix minutes, je sens mon ventre s'alourdir et ma fatigue grandir encore. Alors je décide d'aller me coucher moi aussi. Je ferme la porte et allume la lampe de chevet. Les volets sont fermés et je pourrais en profiter pour avoir un peu d'obscurité mais... La vérité, c'est que j'ai peur du noir. Je déteste l'obscurité. Elle me fait bien trop flipper, bien trop réfléchir. Alors je préfère avoir une source de lumière.

Je mets du temps à m'endormir et je ne dors que quelques heures, mais je dors tellement bien. C'est tellement agréable ! Je me réveille quelques heures après m'être endormi, sans sentir une once de fatigue. C'est l'odeur de la nourriture qui m'éveille. Ça sent la viande et les légumes, je me demande si c'est Azur qui prépare à manger. Je me lève, pense à enfiler un pantalon pour éviter d'être un boxer puis éteint la lampe de chevet. La lumière filtrée à travers les volets est largement suffisante pour que je puisse voir quelque chose et sortir de la chambre.

Dans le salon, la lumière est plus vive et je dois plisser les yeux pour laisser mes yeux s'habituer. En effet : Azur cuisine. Il confirme mes pensées sur l'odeur délicieuse. Je me rapproche alors qu'il m'explique ce qu'il faisait. Il a même pensé à me sortir ma bouteille d'alcool... Il m'arrache un sourire et je secoue la tête.

« Non, je ne connaissais pas. Ça a l'air super bon ! Je peux goûter ? »

Je lève les sourcils en pointant les "bitterballen" du doigt. Pas d'alcool au réveil, je ne suis pas fou, ni alcoolique. Je décide de la ranger avant de m'asseoir. Je voulais vivre comme un gars banal, cuisiner moi-même mais j'avoue que le fait que ce soit Azur qui ait cuisiné pour moi me fait tellement plaisir. Mon coeur se réchauffe, ce n'est définitivement plus la même ambiance.

« Merci beaucoup ! C'est vraiment gentil d'avoir préparé à manger. »

Avant de m'asseoir, j'avais hésité à aller embrasser sa joue pour le remercier... Mais je m'étais souvenu de justesse qu'il n'avait pas l'envie qu'on fasse comme un couple. Alors je m'étais simplement assis en lui souriant. Je nous sers deux verres de soda et je bois une gorgée du mien. Lorsqu'il m'y autorise, je prends une des boules de viande et j'en mords un morceau pour goûter. Je suis surpris, c'est vraiment délicieux. Ni trop gras, ni trop sec, c'est juste parfait.

« C'est excellent ! Est-ce que tu pourrais me donner ta recette avant que je parte ? J'aimerais faire découvrir ça à... »

Ma famille ? Ouais, non. Elle préfère se faire servir, elle n'acceptera jamais de goûter quoi que ce soit venant de moi. Je perds mon sourire et je soupire doucement.

« Enfin, j'aimerais en refaire. »
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 1131
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur
Licorne

I want you to want me [Milo & Nikolaas] - Page 5 Empty


Nikolaas Gransderg
J'ai 26 ans et je vis à Amsterdam, Pays-Bas. Dans la vie, je suis prostitué et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma décision, mon envie vis à vis de mon boulot, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Il se prostitue depuis l'âge de 16ns. Il se fait appeler Azur pour protéger sa vie privée de ses clients. Il a eu un proxénète pendant quelques années mais ce dernier lui piquait trop d'argent. Il loue désormais une vitrine et une chambre à son compte dans le quartier rouge et il s'en sort plutôt bien ainsi.  


Lucky Blue Smith :copyright:️ Exordium

J'attendais sa réaction un peu inquiet. Tout d'un coup je me sentais très con d'avoir fait tout ça. Et si il n'appréciait pas? S'il avait d'autres projets en tête et que j'avais foutu ma merde en prenant cette initiative? Pourtant il finit par sourire et mon coeur s'allège un peu.

« Non, je ne connaissais pas. Ça a l'air super bon ! Je peux goûter ? »

- Euh oui bien sur. Je les ai fait pour toi.

Je laissais le riz et la poelée sur le feu au chaud avant d'aller le rejoindre à table.

« Merci beaucoup ! C'est vraiment gentil d'avoir préparé à manger. »

Je haussais distraitement les épaules à sa remarque. Je voulais juste tenter de partir sur de meilleures bases que ce qu'on avait fait la veille. Je m'étais dit qu'un petit déjeuner apéro pourrait y aider. Je m'en doutais mais j'avais la confirmation maintenant, il avait certainement passé son temps dans des trucs de riches ne goutant même pas aux petits plats simples de la vie de tous les jours que j'adorais. Ca renforçait mon idée de diner pour le soir même. J'étais certain qu'il aimerait. C'était bon et surtout terriblement banal.

Je sirotais mon verre de soda, le laissant goûter et voir sa réaction.

« C'est excellent ! Est-ce que tu pourrais me donner ta recette avant que je parte ? J'aimerais faire découvrir ça à... »

Je lui souris doucement en l'entendant. J'en profitais pour en prendre un à mon tour et constatait plutôt ravi que je les avais plutôt réussi. Je ne relevais pas le fait qu'il veuille faire découvrir ça à quelqu'un. Je doutais que ce soit à sa famille vu la façon dont il m'en avait parlé. Puis je ne pensais pas que c'était le genre de personne à apprécier de manger de la nourriture simple. Les même bitterballen servies dans un grand restaurant je suis sur qu'ils les dévoreraient. Alors je m'interrogeais sur cette mystérieuse personne? Avait il un petit ami là bas? Un mec qu'il gardait caché pour éviter que ses parents ne sachent qu'il avait ce genre de pratique. Je trouvais ça un peu étrange. Il avait l'air d'être un gars correct, plutôt respectueux des autres, je le voyais mal tromper son mec avec une pute.

« Enfin, j'aimerais en refaire. »

J'arrêtais de me torturer l'esprit avec cette question. Ca ne me regardait pas de toute façon avec qui il voulait bien cuisiner. Je me levais et allais chercher de quoi écrire. Je m'installais à table, tout en continuant de piquer des chips d'une main alors que j'écrivais la recette tout en lui expliquant ce qu'il devait faire. Je terminais rapidement avant de lui tendre la feuille.

- Tiens. Mais je te conseille de t'entrainer avant de les servir à quelqu'un. La première fois est rarement réussie.

Je me levais ensuite pour aller préparer le plat, disposant rapidement le riz et la poelée aux lardons. Bon ça n'avait rien d'une grande et belle présentation comme il devait avoir l'habitude mais merde tant pis.

Je posais ensuite l'assiette devant lui et m'installais pour attaquer la mienne.

- Bon alors on va au musée Van Gogh c'est ça? C'est pas très loin d'ici ça va. T'as trouvé un appartement assez bien placé. La plupart des lieux touristiques et des quartiers sympas sont à proximité. On peut y aller à pied si tu veux ou alors on peut même le faire à vélo. Y'a des points de location de vélo un peu partout dans la ville. Tu prends ton vélo dans un coin et tu le reposes dans un autre avant de repartir pareil. C'est assez pratique pour se déplacer.

Je parlais un peu à tord et à travers. En fait je n'avais aucune idée de ce qu'il voulait faire. Je me levais finalement une fois terminé pour ranger les restes de notre repas. Je me retournais ensuite vers lui.

- On y va? Ou... tu as envie d'autre chose avant?

Oui, c'était une proposition. Je voulais lui faire comprendre que je n'étais pas contre l'idée s'il en avait envie. Je m'étais d'ailleurs adossé contre le comptoir de la cuisine pour lui faire comprendre l'idée. J'étais quand même aussi un peu là pour ça. On allait pas passer trois jours à juste faire les touristes sans rien faire. Même s'il me laissait décider je savais bien qu'il en avait envie. Je le voyais se retenir de m'approcher ou même de m'embrasser. Je ne voulais pas qu'il le fasse. Je n'allais pas le repousser s'il en avait là maintenant.


Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
twelve
twelve
Féminin MESSAGES : 1620
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 27
CRÉDITS : twelve.

UNIVERS FÉTICHE : vie réelle, fantastique, sci-fi. Basiquement, j'suis ouverte à tout contexte qui me plaît.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1859-these-patterns-represen http://www.letempsdunrp.com/t3217-mind-break#69561
sansy twelve

I want you to want me [Milo & Nikolaas] - Page 5 Empty


Milo Rossi
J'ai 26 ans et je vis à Rome, Italie. Dans la vie, je suis riche et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire, coincé dans l'hétérosexualité et je le vis plutôt mal.

I want you to want me [Milo & Nikolaas] - Page 5 21636514


Xavier Serrano :copyright:️ .sparkle
Je souris à ses mots. Il les avait fait pour moi. C'était mignon. Et époustouflant, la façon dont les choses avaient changées depuis la veille. Alors que j'avais trouvé un Azur complètement fermé à l'idée de se détendre en ma compagnie, une nuit plus tard, le voilà qu'il me prépare à manger, exprès pour moi. Et j'adorais le voir ainsi. J'avais envie de le remercier, de le prendre dans mes bras et de l'embrasser mais je me retenais férocement. Comme il l'avait dit : nous n'étions pas un couple et il n'avait pas l'intention de jouer au couple avec moi. Je préférais garder cette distance entre lui et moi car il semblait l'apprécier. De toute façon, je ne lui demande rien d'autre que d'être ce qu'il est, de le voir sourire et de bonne humeur. C'est vraiment le plus important pour moi, parce que c'est ce qui me fait me sentir bien.

Je lui demande la recette mais je me coupe dans mon élan. Je voulais cuisiner pour ma famille mais sur le point de le prononcer, je me souviens brutalement qu'elle n'est clairement pas du genre à aimer que je fasse quoi que ce soit d'autre que ce que je fais déjà. Le quotidien banal, ce n'est pas pour eux. Ils détestent ça. Alors, d'un soupir, je termine ma phrase sans dévoiler le moindre indice sur les personnes à qui j'aurais aimé faire découvrir ce mets. J'observe mon partenaire noter la recette sur une feuille en essayant de lire tout en reprenant une de ces petites boules tellement délicieuses. Puis, à ses mots, je souris et hausse les épaules en observant la feuille.

« C'est pas grave, j'adore les défis. »

Et puis, je pourrais toujours m'entraîner en secret en Italie. J'aurais pu lui proposer de m'apprendre mais... Je ne sais pas si c'est une idée qui le tente. Je préfère faire tout ce qu'on a prévu de faire sans rien changer, même si l'on n'a pas vraiment prévu grand chose. Juste une visite cet après-midi, un fast-food ce soir, et le reste, on verra plus tard. On a le temps d'y penser, même si je préfère qu'on ne fasse que profiter. Et j'avais également l'espoir qu'il apprenne à me connaître un peu.. Peut-être qu'il m'apprécierait. Pour le moment je n'en sais rien mais j'espère en silence, sans rien lui dire pour ne pas l'effrayer.

Je lève les yeux vers lui, le suis du regard quand il part préparer le plat. Ce n'était pas grand chose mais c'est exactement ce dont j'avais besoin. J'en avais réellement marre des grands banquets à chaque repas, du caviar et des homards, et du champagne à foison. Je sais qu'il ne peut pas comprendre le bien que ça me fait de voir une assiette si désorganisée et dépourvue de toute décoration gastronomique mais bon sang, ça me fait tellement plaisir de voir ça et de goûter ça. Je le remercie alors pour son plat d'une petite voix en essayant de garder mon enthousiasme à l'intérieur. J'ai bien vu comment il me regardait au magasin, je ne veux pas revoir ça alors je me modère.

Alors que je déguste ce plat si simple mais parfait pour moi, je l'écoute parler. Lorsqu'il parle de vélo, je déglutis de travers. Du vélo, vraiment... ? Je repose ma fourchette et m'essuie la bouche rapidement. La dernière fois que j'ai essayé d'en faire, j'avais dix ans et... Disons que ça n'a pas bien terminé. Je me racle alors la gorge et bois une gorgée de soda.

« A pieds. A pieds, c'est très bien. »

Peut-être que je coupe court à ses envies mais je ne peux décemment pas lui dire que je ne sais pas faire de vélo et que j'en ai peur. C'est ma pire honte, ma pire hantise. Je n'ai aucune envie qu'il le sache. Alors je termine mon assiette et je me lève ensuite pour l'aider à ranger. Je regarde l'heure et avant que je ne puisse dire quoi que ce soit, il me fait une proposition des plus alléchantes. Mon esprit se met à l'imaginer nu, exactement dans la même position dans laquelle il se tient actuellement et mon sang ne fait qu'un tour.

« Ne bouge surtout pas. Surtout pas ! » dis-je en tendant le doigt pour le convaincre.

Je pars ensuite dans la chambre fouiller dans ma valise pour prendre ce qu'il fallait. C'était clairement un appel au sexe et je ne pouvais pas lui résister. Mes doigts attrapent donc un sachet argenté et le tube de lubrifiant et lorsque je les ai en main, je retourne presque en courant dans la cuisine. Je m'approche de lui sans attendre, passant mes bras autour de lui pour le coller contre moi et je l'embrasse d'un baiser animé et enflammé. Et je lui fais l'amour, là, sur le plan de travail, en faisant attention à chacun de ses gestes, de ses gémissements et chacune de ses grimaces et de ses plaintes.

Mes caresses sont attentives, douces et chaleureuses, tout comme le sont mes baisers. Une fois notre acte terminé, je reste un moment contre lui, laissant la pointe de mon nez effleurer la chair de son épaule, jusqu'à la naissance de son cou où je délaisse un petit baiser. Puis, ne souhaitant pas le rendre mal à l'aise ou briser ce moment d'euphorie, je m'éloigne en lui adressant un sourire. On se rhabille, je tremble encore d'extase mais on arrive tout de même à se rhabiller correctement et à passer la porte à l'heure.

Dans la rue, je ne sais pas trop comment me comporter mais je reste seulement à côté de lui en le suivant de près. C'est lui, mon guide, et j'écoute tout ce qu'il me dit. Il est assez silencieux mais à chaque fois qu'il ouvre la bouche, j'avale chacune de ses paroles comme si elle était la plus instructive du monde. Nous arrivons rapidement au musée et je suis heureux d'avoir évité tous ces engins à deux roues et à pédales. Ils me foutaient vraiment la trouille... Enfin, je paie les entrées et nous visitons le musée en silence.

J'apprécie les oeuvres mais je ne mets pas longtemps avant de me lasser et de m'ennuyer. Alors mon regard se tourne sur le profil d'Azur. Je me mets à penser à quelque chose que je ne lui ai pas encore révélé et mon regard devient plus brillant d'une lueur amusée accompagné d'un sourire.

« Tous ces tableaux me donnent une idée... »

Je laisse la phrase en suspens le temps d'observer sa réaction. Il doit certainement penser que je songe à une partie de jambes en l'air alors que la réalité est tout autre. Je ne tarde pas à la lui révéler une fois que ses pas s'arrêtent et que je lui fais face en gardant mon petit air taquin.

« Tu savais que je maniais très bien le crayon ? »

Bien sûr qu'il ne le savait pas, comment pourrait-il ? Ma main se relève pour laisser mes doigts faire le parcours des traits de sa mâchoire, puis tracer les courbes de ses lèvres pulpeuses.

« Et... Tu savais que tu as de très beaux traits ? »

Je commence à sourire plus largement parce que je sais qu'il voit où je veux en venir. Je reste alors silencieux en attendant sa réponse, espérant qu'il ait compris que j'avais envie de le dessiner.
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 1131
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur
Licorne

I want you to want me [Milo & Nikolaas] - Page 5 Empty


Nikolaas Gransderg
J'ai 26 ans et je vis à Amsterdam, Pays-Bas. Dans la vie, je suis prostitué et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma décision, mon envie vis à vis de mon boulot, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Il se prostitue depuis l'âge de 16ns. Il se fait appeler Azur pour protéger sa vie privée de ses clients. Il a eu un proxénète pendant quelques années mais ce dernier lui piquait trop d'argent. Il loue désormais une vitrine et une chambre à son compte dans le quartier rouge et il s'en sort plutôt bien ainsi.  


Lucky Blue Smith :copyright:️ Exordium

« Ne bouge surtout pas. Surtout pas ! »

Je souris en le voyant se précipiter dans sa chambre pour prendre ce qu'il nous fallait. Il était prévenant, c'était vraiment mignon de le voir courir comme ça. Je me déshabillais quand même pendant son absence, l'attendant nu dans la même position, adossé contre le comptoir de la cuisine. Je lui fis un petit sourire malicieux à son arrivée.

- Je n'ai pas bougé.

Il ne tarda pas à venir me prendre dans ses bras pour m'entrainer dans un baiser vertigineux. Je me laissais emporter par la suite, le laissant faire de moi tout ce qu'il voulait. Je commençais à m'habituer à tout ça, à me laisser un peu trop aller entre ses bras et à beaucoup trop aimer tout ça. Est ce que j'arriverais encore à faire mon boulot correctement après avoir connu un tel plaisir entre ses bras? Oui, bien sur que oui. Je faisais ça depuis longtemps. Je connaissais mon boulot. Je n'allais pas me laisser retourner la tête par un mec aussi doué soit il. Et il l'était. Oh putain que oui il l'était.

Il me fallut un petit moment pour reprendre mes esprits. Quelques instants où il en profita pour rester un peu contre moi. J'étais un peu trop sonné encore par la jouissance pour protester. Il se recula juste à temps, juste au moment où cela commençait à devenir gênant pour moi et où je l'aurais repoussé, lui faisant du mal par la même occasion. Il semblait avoir compris ce besoin d'indépendance que j'avais. Je ne voulais pas de ce genre de petits calins d'amoureux, c'était trop dangereux et perturbant pour moi.

Je finis par me rhabiller rapidement et part sortir avec lui. J'avais fait un peu plus d'efforts que la veille pour m'habiller. Je ressemblais un peu moins à n'importe quoi. J'étais quand même loin de mes habits de travail et j'étais beaucoup moins classe que lui mais c'était le maximum que je pouvais faire.

Je le guidais dans le quartier des musées, là où se trouvait le musée Van Gogh. Il maintenait une distance avec moi et j'appréciais. On était pas un couple pour aller se frôler au moindre geste. Je préférais nous voir comme deux amis marchant simplement ensemble. Je parlais de temps en temps, lui expliquant par où on passait, ce qu'on voyait. Je jouais les pseudos guides touristiques en gros et j'espérais ne pas le saouler ou lui répéter des choses qu'il avait déjà entendu.

Puis une fois arrivé mon calvaire commença. Je faisais de mon mieux pour le suivre, regardant les oeuvres d'art avec un air concentré. En vérité je me faisais royalement chier. J'aurais préféré qu'il m'emmène voir n'importe quel autre musée de la ville plutôt qu'un musée d'art. J'étais un peu, beaucoup trop hermétique à ce genre de choses. Il aurait voulu aller le musée de la bière je n'aurais pas dit non, ça aurait même pu être drôle. Bon je ne buvais jamais mais ça ne pouvait pas m'empêcher de m'intéresser un peu à la chose. Mais là... non là franchement je trouvais le temps beaucoup trop long.

« Tous ces tableaux me donnent une idée... »

Non... non... pitié pas un autre musée du genre à voir. Je voulais bien en faire un mais pas plus. Il y avait d'autre chose à voir en ville, beaucoup d'autres choses et beaucoup d'autres musées sans qu'on passe notre temps à regarder des tableaux chiants comme la pluie.

« Tu savais que je maniais très bien le crayon ? »

Je savais qu'il maniait très bien sa queue surtout.... Ok non ça il ne fallait pas le dire. Je devais essayer d'avoir l'air un minimum civilisé et ne pas passer pour le mec qui ne pensait qu'au cul. Ca je pouvais bien le dire avec Agathe mais avec lui là tout de suite il valait quand même mieux éviter. Je restais silencieux attendant de voir où il voulait en venir au juste.

Je le fixais alors que sa main venait caresser doucement mon visage, s'attardant sur mes lèvres.

« Et... Tu savais que tu as de très beaux traits ? »

Je me reculais un peu, gêné par ses caresses et par les remarques qu'il me faisait. J'essayais de retenir le rougissement qui menaçait d'envahir mes joues. A la place je faisais ce que je savais faire le mieux, dire une connerie, provoquer et taquiner mes clients pour me protéger.

- Tu veux nous faire un remake de Titanic avec toi dans le rôle de Jack et moi celui de Rose? Ca peut se faire. Et je te laisserais même garder le dessin si tu veux.

Je m'éloignais de lui, souriant malicieusement alors que je partais regarder les autres portraits, feignant toujours de m'intéresser à tout ça. C'était chiant mais je parvins à tenir bon jusqu'à la fin de la visite.

Au dehors la nuit commençait déjà à descendre doucement sur la ville. C'était parfait. Les musées allaient fermer et on allait pouvoir faire des choses plus intéressantes que de regarder des tableaux poussiéreux.

- Allez viens. Je vais continuer à faire ta culture.

Je l'entrainais dans un quartier proche de celui des musées. A nouveau je me mettais à lui parler. On était dans le quartier de Pijp, autrefois quartier ouvrier c'était un des plus branchés de la ville désormais. Les bars, coffee shop et restaurants s'alignaient dans un décor plutôt bohéme. J'adorais l'ambiance de ce quartier à la nuit tombé. On avait l'impression d'être libre, ici c'était un peu love and drugs, personne n'était là pour vous juger, juste pour faire la fête. Je gardais ces remarques pour moi, lui parlant rapidement de l'endroit.

Je m'arrêtais ensuite dans un snack pour commander à manger.

- Alors ça, si tu n'as pas goûté avant de partir c'est un vrai sacrilège.

J'attrapais les deux cornets de frites que je payais avant de lui tendre le sien.

- Ce sont des patatjes oorlog. Ce sont des frites avec une sauce à base de mayo, sauce saté et oignon. C'est délicieux. Je crois que j'en mangerais tout le temps!!

Je commençais à marcher doucement dans la rue, savourant mon cornet de frites tout en marchant.

- Y'a un club pas loin, le Badcuyp. C'est un endroit assez sympa pour boire et écouter des concerts live. Ils font un peu de tout en général, du jazz, du latino, du rock... bon c'est souvent du jazz mais l'ambiance est assez sympa là bas. Si ça te tente.

Histoire de finir la soirée en beauté après ce magnifique cornet de frites. Demain j'avais encore d'autres choses de prévu pour lui, des loisirs beaucoup moins bourgeois que ce dont il devait avoir l'habitude et moins prise de tête que les musées.

Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
twelve
twelve
Féminin MESSAGES : 1620
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 27
CRÉDITS : twelve.

UNIVERS FÉTICHE : vie réelle, fantastique, sci-fi. Basiquement, j'suis ouverte à tout contexte qui me plaît.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1859-these-patterns-represen http://www.letempsdunrp.com/t3217-mind-break#69561
sansy twelve

I want you to want me [Milo & Nikolaas] - Page 5 Empty


Milo Rossi
J'ai 26 ans et je vis à Rome, Italie. Dans la vie, je suis riche et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire, coincé dans l'hétérosexualité et je le vis plutôt mal.

I want you to want me [Milo & Nikolaas] - Page 5 21636514


Xavier Serrano :copyright:️ .sparkle
L'idée du musée était mauvaise. Concrètement, je voyais bien qu'Azur se faisait autant chier que moi. D'habitude, j'aime les arpenter mais là, je n'en avais pas envie. Les tableaux étaient beaux, mais ils avaient une signification bien précise et je préfère largement de l'art abstrait pour faire des théories sur les sentiments du peintre à ce moment-là. Et puis, ce n'était pas réellement captivant, pas davantage que le profil d'Azur. Il avait de très beaux traits, bien marqués. Très fin, des lèvres bien pulpeuses qui marquent la peau de ses clients comme s'il laissait sa bouche enflammer la chair de ses amants pour y laisser sa trace. Et il m'avait brûlé profondément...

Je lui signifie mon envie de le dessiner et il semble la comprendre. Plus que ça, il ironise dessus et je ne peux m'empêcher de secouer la tête en arborant un sourire. L'imaginer prendre la pose dénudé à ma guise, et moi qui prend le temps de le mater de partout juste pour dessiner ces traits... A vrai dire, le nu n'est pas la première chose qui m'est venu à l'esprit lorsque j'ai proposé de le dessiner. Je voulais simplement encrer ses traits sur du papier comme je savais le faire. Mais je ne réponds pas à ses mots, préférant garder ça pour moi.

On finit la visite du musée, pour être honnête, j'avais bien vu qu'il restait encore un étage à faire mais j'avais plus envie de me barrer de là. Je m'ennuyais clairement et je ne voulais pas faire subir le même ennui à Azur. Alors, nous sortons et je prends une bonne bouffée d'air frais avant qu'il ne m'entraîne déjà vers un quartier proche de la zone où nous nous trouvions. L'ambiance était déjà animée et ça me plaisait bien, j'avais hâte de voir ce qu'il avait envie de me montrer.

Il m'explique quelques trucs sur le quartier et je l'écoute attentivement. J'aimais l'entendre parler de sa ville et des choses qu'il aimait, il était tellement passionné, il avait l'air d'avoir vécu de très belles choses ici et ça me faisait plaisir qu'il me partage ses endroits à lui. On s'arrête à un snack et je lève un sourcil en voyant les cornets de frites. Je fronce les sourcils et prends le mien. Finalement, j'en goûte une et les saveurs explosent dans ma bouche.

« Mhh ! C'est délicieux. Il faut que tu arrêtes de me montrer toute cette nourriture, je vais finir par croire qu'Amsterdam est meilleure en terme de plats que l'Italie ! »

Je plaisante un peu, je ne vois aucune compétition évidemment, ce n'était qu'une plaisanterie. Chaque pays a sa culture et elle diffère forcément d'une région à l'autre. Je marche donc à ses côtés, arpentant les rues en me délectant du cornet de frites. C'était vraiment excellent et je comprends qu'il dise qu'il voudrait en manger tout le temps. Malheureusement, ça doit être aussi assez calorique... Bon, je ne suis pas du genre à compter chaque calorie mais je fais quand même attention. Cela dit, ce week-end, je n'en avais pas très envie.

« Bien sûr que ça me tente. Je suis partant pour tout ce que tu proposeras, tu connais mieux les endroits sympa que moi, ici. »

Et j'aimais le fait de me fondre dans la masse, de ne pas être reconnu et de ne pas devoir aller dans des restaurants étoilés ou des endroits de la haute. Je le laisse m'emmener vers le club dont il me parlait, on finit nos frites juste avant l'entrée. Je jette mon cornet vide à la poubelle avant de m'essuyer les doigts sur la serviette en papier qui avait été donnée avec, puis je le suis en entrant dans le club.

Nous allons nous installer au bar tandis que j'observe le lieu. Il commençait à peine à être animé, un groupe jouait sur la scène du fond une mélodie assez jazzy et j'appréciais ça. Mon sourire reste coincé sur mes lèvres et on commande à boire. Je décide de me prendre un cocktail pour me laisser un peu aller. Je ne compte pas boire des masses mais j'avais quand même envie de me lâcher un peu.

« Alors, tu viens souvent ici ? »

La question était un peu banale mais j'ai envie qu'il me raconte un peu sa vie, même s'il ne voudrait certainement pas rentrer dans les détails, et tant pis. Je les aurais plus tard... Même si je regrette déjà un peu. A l'issue de ces trois jours avec lui, je me dis que je n'aurais pas envie de lire ce dossier. Je le garderais, mais je ne le lirais pas.

Mon regard se balade sur les gens qui commencent à danser alors que je sirote ma boisson, et je me tourne ensuite vers Azur avec un sourire malicieux. Je me lève alors, posant le verre presque vide sur le bar et lui tends ma main.

« Allez viens, on va danser ! »
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 1131
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur
Licorne

I want you to want me [Milo & Nikolaas] - Page 5 Empty


Nikolaas Gransderg
J'ai 26 ans et je vis à Amsterdam, Pays-Bas. Dans la vie, je suis prostitué et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma décision, mon envie vis à vis de mon boulot, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Il se prostitue depuis l'âge de 16ns. Il se fait appeler Azur pour protéger sa vie privée de ses clients. Il a eu un proxénète pendant quelques années mais ce dernier lui piquait trop d'argent. Il loue désormais une vitrine et une chambre à son compte dans le quartier rouge et il s'en sort plutôt bien ainsi.  


Lucky Blue Smith :copyright:️ Exordium

« Mhh ! C'est délicieux. Il faut que tu arrêtes de me montrer toute cette nourriture, je vais finir par croire qu'Amsterdam est meilleure en terme de plats que l'Italie ! »

Je ris à sa remarque alors que ma main replongeait avidement à la recherche de quelques frites de plus. Je me sentais bien en cet instant, détendu, le coeur léger. J'avais l'impression d'être dans une sortie entre amis, à discuter de tout et de rien, à plaisanter, comme quand j'étais avec Agathe. C'était surement ça qu'il voulait dans le fond, passer un moment simple loin du luxe et des mondanités auxquels il était habitué en tant que riche héritier, une petite vie simple à profiter d'un cornet de frites beaucoup trop grasses mais tellement bonnes. Je commençais à me prendre au jeu, à apprécier moi aussi ce petit moment de détente. Quel mal cela pourrait faire? On passait un moment agréable avec en bonus du sexe plus qu'agréable. Où était le mal?

- Oh mince moi qui comptait te faire goûter à tous les fromages de la ville demain. Je vais devoir revoir mes plans, quel drame...

Je ris de plus belle alors que je terminais mon cornet. Ce n'était pas mon plan, enfin si mais pas vraiment. Cela faisait parti du programme mais je ne comptais pas faire que ça de notre journée de demain. J'avais encore quelques projets pour lui faire un petit séjour mêlant tourisme et vie affreusement banal d'un gars fauché.

« Bien sûr que ça me tente. Je suis partant pour tout ce que tu proposeras, tu connais mieux les endroits sympa que moi, ici. »

Je connaissais surtout le quartier rouge vu que c'était là que je bossais et que mes collègues voulaient m'entrainer la plupart du temps. Je les suivais parfois mais j'évitais en général. Je n'aimais pas les suivre dans le coffee shop et c'était là qu'ils allaient majoritairement. Je n'aimais pas fumer. Je n'aimais pas cette ambiance saturé de fumée qui me faisait tourner rapidement la tête et planer alors que je n'avais même pas fumé. Je n'avais vraiment pas l'habitude, je n'aimais pas ça alors j'évitais le plus possible. On sortait en général dans des quartiers plutôt ordinaires avec Agathe. Le genre de quartier qu'on devait trouver dans toutes les villes, qui se ressemblaient tous et qui ne lui plairaient surement pas. Je préférais lui montrer des choses plus sympas et surtout éviter de lui en montrer trop sur ma vie privée. Je ne voulais pas prendre le risque de croiser des connaissances en ville. Je n'avais aucune envie de les voir se faire des idées parce que je sortais avec un gars, encore moins envie qu'ils aillent lui parler en le prenant pour mon flirt. Ce serait trop compliqué de leur expliquer que Milo était un client et que oui j'avais cette relation bizarre avec un client. Non, il y aurait beaucoup trop de problèmes si on fréquentait mes lieux habituels.

Alors j'avais opté pour le Badcuyp. Je n'y allais pas souvent. Je crois que je pouvais compter sur les doigts de mes mains le nombre de fois où Agathe m'avait trainé là bas. C'était elle qui me forçait toujours, parce qu'elle avait trouvé un groupe qui lui plaisait, ou parce qu'elle avait un gars qui lui plaisait dans un groupe et qu'elle voulait se le faire. Alors elle me trainait là bas avant de me planter pour aller le draguer et me laisser à la merci de celles et ceux qui voulaient me draguer. Je passais en général le reste de la soirée à les repousser. Je n'arrivais pas à faire comme Agathe et à oublier mon boulot pour me lancer complètement dans une relation. Ca ne durait jamais pour elle mais elle arrivait en général à sortir avec un gars quelques jours d'affilé avant qu'il ne craque et ne lui fasse trop de crises de jalousies pour qu'elle reste avec lui.

On arriva rapidement devant le bâtiment en brique rouge. Il y avait quelques personnes regroupées dehors, voulant certainement trouver un peu de calme et échapper un instant au bruit et à la fumée intérieure. On pouvait déjà entendre depuis l'extérieur le bruit qui venait du bar. Je l'entrainais dedans, l'amenant au bar pour qu'il commande ce qu'il voulait. Je me contentais d'un soda comma à mon habitude avant de monter rejoindre les tables de l'étage. C'était là bas que j'aurais le plus de chance d'éviter la fumée quasi permanente du rez de chaussée, là aussi où on aurait le plus de chance de s'entendre malgré la musique. Puis j'aimais bien être là haut, on avait une belle vue sur la salle, on y était sans vraiment y être, échappant un peu à la cohue du rez de chaussée.

« Alors, tu viens souvent ici ? »

Je le fixais un instant par dessus mon verre alors que je terminais ma gorgée.

- Non pas trop.

Je voyais bien ce qu'il était entrain de faire. Il tentait avec cette question innocente d'en apprendre plus sur moi. Une question qui en entrainerait une autre, puis une autre, puis petit à petit il m'amènerait à m'ouvrir un peu plus. Sauf que j'avais dit non. J'avais pourtant était clair là dessus. Je ne voulais pas parler de moi. Je ne voulais pas qu'il en apprenne trop sur moi. Je me méfiais encore. Je préférais rester prudent quant à l'évolution de notre relation. On allait déjà partager une certaine intimité pendant quelques jours. Je ne voulais pas que cette intimité devienne encore plus, qu'on se mette à partager des confidences sur nos vies. Ca serait beaucoup trop dangereux. Je marchais déjà au bord du précipice, j'en avais conscience. Je ne voulais pas sombrer dedans.

« Allez viens, on va danser ! »

Je roulais des yeux à sa question. Non mais ce n'était pas possible il voulait vraiment ma mort. J'étais bien là dans mon coin et... Je n'arrivais pas à résister à son petit sourire et à la main qu'il avait tendu vers moi. Je finis par la prendre pour me lever.

- Tu fais vraiment chier tu sais.

Pourtant je le suivais, en faisant la gueule certes, mais je le suivais quand même. Je le laissais m'entrainer au rez de chaussée et aller sur la piste de danse. Je commençais à bouger légèrement, l'air clairement pas à l'aise. Ca allait trop loin. Ce n'était pas ce que je voulais. Je m'étais promis de ne pas faire de trucs de ce genre. Pourtant j'étais là, comme un con, me déhanchant de plus en plus contre lui, me détendant davantage à chaque instant qui passait.

Il était trop tard pour faire quoi que ce soit quand je réalisais ce qui se passait. La fumée... je ne supportais vraiment pas la drogue et là l'air en était clairement saturé. A l'étage on était plus ou moins protégé, mais pas là au milieu de la foule. La tête me tournait doucement et je me mettais à faire n'importe quoi, comme à chaque fois que j'étais ne serait ce que légèrement stone.

Je m'étais dangereusement rapproché de lui, mon corps effleurant le sien sans aucune pudeur. Je planais, sur mon petit nuage, flirtant sans aucune retenue avec cet homme beaucoup trop excitant. Mes bras finirent par passer autour de son cou, me rapprochant encore davantage de lui. J'avais l'impression d'être en pilote automatique, de ne plus pouvoir me contrôler. Et sans que je ne puisse faire quoi que ce soit pour m'en empêcher, je me penchais pour venir l'embrasser fougueusement.

Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
twelve
twelve
Féminin MESSAGES : 1620
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 27
CRÉDITS : twelve.

UNIVERS FÉTICHE : vie réelle, fantastique, sci-fi. Basiquement, j'suis ouverte à tout contexte qui me plaît.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1859-these-patterns-represen http://www.letempsdunrp.com/t3217-mind-break#69561
sansy twelve

I want you to want me [Milo & Nikolaas] - Page 5 Empty


Milo Rossi
J'ai 26 ans et je vis à Rome, Italie. Dans la vie, je suis riche et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire, coincé dans l'hétérosexualité et je le vis plutôt mal.

I want you to want me [Milo & Nikolaas] - Page 5 21636514


Xavier Serrano :copyright:️ .sparkle
J'aimais le voir ainsi. Souriant, à l'aise. Tranquille. Comme s'il marchait avec un ami de longue date. C'était ce que je demandais, tout ce que je demandais. Je voulais seulement qu'il se détende et c'est exactement ce qui est en train de se passer. On finissait nos excellentes frites en marchant et en blaguant. Et ça me faisait un bien fou. A ce moment-là, j'étais très loin de ma vie quotidienne. Je n'étais plus Monsieur Rossi, j'étais Milo. Juste Milo, accompagné d'Azur. Évidemment, j'ai toujours de l'argent mais je ne fais pas d'énormes folies. Je vis normalement, je me balade, et ça fait énormément de bien.

Je sens parfois mon téléphone vibrer dans ma poche mais je n'y réponds pas. C'est sûrement ma famille mais je n'ai aucune envie d'y répondre. Aujourd'hui et le temps de ces petites vacances, je ne voulais plus faire partie de cette famille. J'étais seul. Je sais qu'il y a beaucoup de gens qui envieraient ma place, qui sont toujours seuls trop souvent. Ils ne comprendront jamais pourquoi je suis si heureux d'être seul. Mais tant pis, j'aime beaucoup cette sensation d'être juste moi-même.

Il m'emmène dans une espèce de bar jazz. L'ambiance était présente, déjà dehors. On rentre, on commande au bar puis on monte à l'étage. Je comprends vite pourquoi, l'air est un peu... illégal. Il est vrai qu'à Amsterdam, une certaine drogue est légale et je n'ai pas l'habitude de la consommer. Alors je la sens bien fortement lorsqu'on commande. Mais une fois à l'étage, l'odeur s'atténue, ça devient plus respirable et puis, la vue était pas mal. Je balade donc mon regard sur la salle avant de le reporter sur Azur et de lui poser une question dont je n'aurais qu'une réponse évasive.

Mais je m'en doutais. Après tout, il n'est pas là pour qu'on fasse connaissance. Il m'avait bien prévenu. Mais je ne m'en fais pas. Je me relève avec un petit sourire et je lui tends ma main pour qu'on aille danser. Et après une réplique cinglante, il me suit tout de même. Il fait un peu la gueule mais je ne m'en fais pas. Son sourire va vite revenir.

On redescend alors dans une atmosphère un peu irrespirable. Mais je n'en tiens pas compte, je préfère me laisser aller sur la musique Jazz. Azur n'a pas l'air à l'aise mais plus le temps passe et plus il se détend et se laisse aller. Mes mains sur ses hanches, je respire profondément tout en bougeant contre lui. Jusqu'à ce qu'il soit trop tard pour que je réalise. La fumée m'atteint autant qu'à lui. Il se met d'ailleurs à flirter avec moi, ce que j'apprécie grandement sur le moment. J'oublie tout ce qui se passe autour de nous, il n'y a plus que lui et moi.

Et sa bouche contre la mienne. Son baiser me fait tourner la tête, j'y réponds en le serrant contre moi. Mes mains passent dans son dos pour le retenir, pour prolonger cet échange. J'ai envie qu'il dure toujours, que le temps s'arrête. De toute façon, à part la musique que je n'entends plus que comme un bruit de fond, rien n'indique le temps qu'on passe ainsi. Je laisse mes mains se balader tout le long de son dos et je délaisse ses lèvres pour aller déposer les miennes dans son cou, le mordillant, le titillant à ma guise. Son corps collé contre le mien me donne extrêmement chaud et je ne réfléchis plus rationnellement.

« Tu danses vraiment très bien... » lui dis-je en mordillant son lobe.

Mes mains reviennent rapidement sur ses hanches que je fais bouger contre les miennes et je replonge mon regard dans le sien. Je me rends compte petit à petit que je suis clairement défoncé... Mais ça ne me dérange pas plus que ça. Je profite simplement du moment avec lui. Jusqu'à ce que je sente mon téléphone vibrer sur ma cuisse avec intensité. Bon sang, ils ne peuvent pas me laisser tranquille ? Je me détache d'Azur un instant pour le sortir de ma poche. J'hésite à répondre. Je suis dans un endroit bruyant et en plus stone. Et j'en ai rien à foutre. Cette pensée me fait rire, et je réponds. Mes parents... Qui veulent savoir où je suis. Je leur dis d'aller se faire voir puis j'éteins mon téléphone, un peu grognon.

« Désolé... On sera plus embêtés maintenant. »

Je sens que je vais le regretter demain matin, d'avoir aussi mal parlé à mes parents. Mais merde, quoi ! J'en ai marre ! Ils sont toujours sur moi. J'ai le droit de vivre un peu... Je reprends donc mon sourire et repose mes mains sur les hanches d'Azur en lui adressant mon sourire le plus craquant.
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 1131
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur
Licorne

I want you to want me [Milo & Nikolaas] - Page 5 Empty


Nikolaas Gransderg
J'ai 26 ans et je vis à Amsterdam, Pays-Bas. Dans la vie, je suis prostitué et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma décision, mon envie vis à vis de mon boulot, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Il se prostitue depuis l'âge de 16ns. Il se fait appeler Azur pour protéger sa vie privée de ses clients. Il a eu un proxénète pendant quelques années mais ce dernier lui piquait trop d'argent. Il loue désormais une vitrine et une chambre à son compte dans le quartier rouge et il s'en sort plutôt bien ainsi.  


Lucky Blue Smith :copyright:️ Exordium

Je me collais contre lui, l'embrassant avec fougue. Je fermais les yeux en gémissant alors que ses lèvres quittaient les miennes pour embrasser mon cou. J'oubliais toute décence, j'étais beaucoup trop défoncé pour ça. Je me laissais faire alors que ses mains voyageaient sur mon corps, que ses lèvres m'arrachaient des gémissements. J'avais oublié tout ce qu'il y avait autour de nous. J'aurais pu tout planter là et le laisser me prendre.

« Tu danses vraiment très bien... »

Je ris légèrement. En fait vu mon état c'était plus un petit pouffement défoncé et plutôt pitoyable. Je suivais le rythme de ses hanches, ondulant contre lui. J'étais clairement entrain de le chauffer. J'avais envie de plus, terriblement plus. J'avais les plus grandes difficultés du monde à me retenir, de rester à danser sagement contre lui.

J'étais sur le point de reprendre ses lèvres quand il me repoussa pour sortir son téléphone. Non mais il me faisait quoi là? J'avais envie de plus merde! Je comptais l'embrasser, dévorer ses lèvres, me coller encore plus contre lui, caresser ses jolies petites fesses. Putain j'avais trop envie de lui et ce con répondait au téléphone!!

Je le regardais faire et me calmais un peu, en souriant alors qu'il envoyait chier la personne au téléphone. Je ne savais pas qui c'était, et je m'en foutais de toute façon, mais je n'aurais pas aimé être à la place de la personne. De toute façon il était à moi pour ce soir. Et encore demain. Et demain soir. Il me payait pour ça mais j'avais le droit d'en profiter quand même non? Pour une fois que je pouvais me laisser aller, profiter, baiser pour le plaisir...

« Désolé... On sera plus embêtés maintenant. »

Je lui rendis son sourire alors que je laissais mes mains passer autour de sa nuque pour venir me rapprocher un peu plus de lui.

- Tu es tout à moi....

Je me collais carrément contre lui avant de l'embrasser à nouveau avec fougue. J'étais plus que tendu et vu comme j'étais collé à lui il devait clairement le sentir. Je finis par lâcher ses lèvres restant collé à lui, mon front contre le sien et un sourire toujours accroché sur le visage.

- On ferait mieux de retourner à l'appartement non? Histoire qu'on ne soit vraiment plus embêté...

Je gardais une légère, infime serait plus exacte, part de lucidité. J'étais juste assez lucide pour avoir conscience que je ne pouvais pas lui sauter dessus comme ça en plein milieu du bar. Je le pris par la main alors que de l'autre je commandais un uber pour venir nous chercher. Quelques minutes plus tard il était là et je me décrochais à contre coeur de ses lèvres pour monter dans la voiture. Je donnais rapidement l'adresse au chauffeur avant de venir me mettre à califourchon sur lui pour l'embrasser avec envie. J'étais comme un affamé. Je ne voulais pas le lâcher.

Le trajet me sembla interminable, tout comme la montée des escaliers pour arriver dans le petit appartement qu'il nous avait loué. J'allais directement dans la chambre et je le poussais sur le lit avec un sourire gourmand.



Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


I want you to want me [Milo & Nikolaas] - Page 5 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
I want you to want me [Milo & Nikolaas]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» wild party ► milo & kayla
» un ritmo latino - milo.
» Retrouvaille d'un autre temps [PV Miloë]
» Welcome to the New Age ~ Milo R. Scarliff
» CAP OU PAS CAP DUDE? †MILO&CÈZANNE.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Europe-
Sauter vers: