Partagez
 
 
 

 Les ailes des anges sont rouges sang - [Seolanne]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
 
Calville
Calville
MESSAGES : 249
INSCRIPTION : 30/06/2018
ÂGE : 37
CRÉDITS : Funnyanimals2017

UNIVERS FÉTICHE : Historique, Science Fiction, Reel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2719-du-rp-a-gogo#58230 http://www.letempsdunrp.com/t2582-lui-elle-moi-eux-nous-entre-autre#55932
Flash

Les ailes des anges sont rouges sang -  [Seolanne] - Page 2 Empty


David Kemp

J'ai 39 ans et je vis à Londres, Angleterre.  Célibataire, sans enfant. 1.92m .
2 sœurs, 1 frère, parents encore en vie. Il ne les a pas vus depuis plus de dix ans.

Fumeur. Ancien architecte. Quelques tatouages et marques diverses. Il craint le contact physique, pour les médecins simple symptôme psychologique entrainant une catatonie allant jusqu'a l’arrêt cardiaque, personne ne croyant vraiment qu'il voit des choses horribles au simple effleurement d'une autre personne.

A 10 ans, il commence à voir des choses qu'un garçon de son age n'aurait eu à subir. Des morts, à entendre des voix, cris, cauchemar, refuse tout contact physique, et commence alors un long parcours psychiatrique ses parents refusant de croire en ses paroles et forçant les contacts entraînant de nombreux sejours dans les divers hopitaux de Londres. A 16 ans les visions deviennent de plus en plus intense et violente. Les traitements suivent en fonctions. Jusqu’à ses 20 ans où du jour au lendemain il retrouve une vie normale. Il reprend des études devient architecture, des projets pleins la tète. Meme si il évite le plus souvent possible la proximité des gens.

A 28 ans, les crises reviennent, plus intenses. Après trois tentatives de suicides et avoir failli tuer une femme dans un hotel, il se fait interner de lui meme à Londres non loin de la Tamise depuis presque 10 ans il est diagnostiqué schizophrène à tendance suicidaire. Presque continuellement sous neuroleptique, il subit des crises de plus en plus fréquentes, des visions horribles de mort qui malgré son état vaguement végétatif arrivent jusqu'à lui.  

Mais si ce qu'il voyait n’étaient pas que des reves...

Les ailes des anges sont rouges sang -  [Seolanne] - Page 2 Aa9f3fe22d91337dc6aa1584c7bfa4e0

Informations supplémentaires ici.


Joel Kinnaman @calville
Gif @epicpanda
Avait-il déjà vu un ciel si radieux dans le ciel Londonien sans barreaux, sans grille de protection, sans filtre médicamenteux. Non il ne se souvenait que le ciel puisse etre si bleu sans un nuage ou ne serais ce que quelques voiles en haute altitude . Le soleil était doux en ce début de printemps, ils avaient dit à la météo que cela ne faisait que commencer. Fermant les yeux visage inondé de soleil il inspira profondément l'air pur de cette matinée où la rosée finissait de tomber des feuilles. Ça sentait si bon, quelques oiseaux piaillaient joyeusement au soleil, les vagues venaient s'ecraser sur ses pieds nus dans un délicieux clapotis. Le calme olympien regnait si ce n'était quelques bruits et sensations autour de lui, il n'arrivait à en saisir le sens véritable. Des portes qui s'ouvrent et se ferment ? une odeur de café ?On le regardait. Oui. Cela il en avait conscience pourtant il était seul sur la longue plage sur laquelle il se promenait. C'était étrange de ne trouver personne par ce beau temps, mais il n'en ferait pas une maladie, il aimait etre seul.

- C'est joli ici.

David sourit à cette voix qui arrivait à sa hauteur, elle lui avait presque manqué. Il ne pensait pas la revoir si vite après son dernier reve. C'était quand la dernière fois ? Oui dans la salle grise de la clinique. Il n'arrivait plus à savoir quand s’étaient déroulés ces événements. Cela lui semblait si lointain, des semaines ? des mois ? Il avait peut-etre rêvé tout ca, ces crimes, ce sang, c'était impossible que ce bel endroit ait pu être la scène de crimes aussi atroces. ici tout n'était que chaleur et presque douceur. Et pourtant si elle était avec lui c’était que quelque chose clochait.  Il n'était pas ici, ce n'etait pas fini

- Elle est avec toi.
- Je sais.

Il sentait sa présence, son parfum, son aura qu'il avait pu entrevoir par la plaque en plexiglas, et il n'aimait pas parler encore plus quand il se rendait compte que rien de la beauté actuelle ne sera conservée quand il ouvrirait les yeux, il allait encore souffrir, des gens allaient encore souffrir il resterait impuissant face à ces evenements, il ne pouvait pas continuer comme ca peut-etre etait-il fou en verité  et ce matin de printemps va encore se transformer en hiver morbide. Non. Il ne reviendrait pas, pas aujourd'hui. Il faudrait qu'on le maintienne ici encore quelques heures, quelques jours, non toute la vie. Il ne se réveillerait pas. Un bras s'enroula autour du sien continuant à marcher dans l'eau fraîche mais agréable de ses rêves.

- Tu ne peux pas rester ici, il faut ouvrir les yeux.
- C'est toi qui me dit ça ?

Il peut sentir un rire autour de lui, une tête qui se pose contre son bras. Devant eux, le paysage se fait plus sombre, pluvieux, orageux. Et un gouffre qui s'ouvre aussi noir que la mort d'ici on peut sentir la charogne en décomposition, il sait ou mène ce chemin couloir opératoire sans dire son nom se cachant derrière le trou beant. Il veut s'en éloigner et pourtant il marche vers lui accompagné de la jeune femme à son bras et s'en retrouve au bord, voyant le monde s’éteindre dans le précipice sans fond et poisseux. Il ne voulait pas y aller, pourquoi ne le laissait-on jamais tranquille. Son corps se contracte, refermant sa main sur celle de la femme autour de son bras. En silence elle l'encourageait à faire ce dernier pas, des bras sanguinolents sortaient de la surface qui ressemblait à une mare de petrole . Il avait froid, le soleil éteint sous l'orage qui le menaçait de ses éclairs, sa respiration se faisait plus saccadé à mesure qu'il les entendait grogner et se rapprocher, êtres démoniaques pistant celui qui ne devrait pas etre dans ce monde. Il voulait hurler, se débattre prouvant à qui lui montrait toute ces choses que non il ne partirait pas d'ici sauf qu'il n'en eut l'occasion, la main de celle qui l'accompagnait le poussant dans ce monde sombre. Il fut attrapé par les bras de la surface alors que son corps s’enfonçait dans le liquide visqueux, les bras innombrables parcourant son corps , s'accrochant à ses épaules le tirant toujours plus vers eux, toujours plus bas . Une main se pose sur son visage tirant sa tete en arrière . .


Un souffle rauque prit en ouvrant les yeux, tel un noyé remontant à la surface après y etre resté trop longtemps, grimaçant au mal de crane qui le tenait depuis la veille, tout comme à son nez qui était encore centre de son mal physique. Un reveil comme il les aimait. Cauchemar et Solitude. Un gémissement douloureux en bougeant un peu, avant de se rendre compte qu'il n’était pas seul Sa tete tourna lentement vers cette femme, la regardant encore à moitié ensommeillé il tira mollement sur ses bras espérant peut-etre se dépêtrer de ses liens par magie, mais non. Ici cela ne fonctionnait pas de cette façon. Ca n'allait pas, il était trop lucide, il réfléchissait trop. Il était bien obligé de se rendre compte qu'il aurait droit à ce traitement pendant encore un long moment, si ce n'etait à vie. . Poussant un long soupire allié à un bâillement, il n'etait pas encore vraiment là mais plus tout à fait ailleurs. Etat second d'un réveil compliqué . Il se redressa s’asseyant sur le lit le corps encore mal assuré; la jambe gauche repliée contre lui, il tourna légèrement pour faire face à celle qui était là tout en s'adossant contre le mur capitonné. Pourtant ses yeux la fixèrent à peine alors que son regard fut attiré par l'un des coins de la salle, un sourire fut rendu par celle qui l'avait poussé avant qu'elle ne disparaisse. il n'avait plus de point d'ancrage, la pièce etait trop .. normale, pas de sang, pas de morts, pas de visions, juste elle.  Elle fumait. Ca n'avait pas d'importance, il savait pourquoi elle était là, mais il n'avait pas envie d'autres choses que cette clope  qu'elle tenait entre ses doigts. Lui demander ? plutot mourir. Il remonta son autre jambe contre lui, recroquevillé sur lui meme, un regard flou et perdu osant à peine s'attarder sur elle, sur ses gestes avant de regarder ailleurs hagard , la tête dandinant sous les effets combinés de piqures et autres medocs qu'on voulait bien lui donner. Etait-il vraiment arrivé ?


RP en discussion : Thème star wars: Mioon / Thème autre : Vie antérieur-phobie : Hiyorin

Les ailes des anges sont rouges sang -  [Seolanne] - Page 2 620785chatbott
Revenir en haut Aller en bas
 
Seolanne
Seolanne
Féminin MESSAGES : 401
INSCRIPTION : 29/09/2018
ÂGE : 36
CRÉDITS : Sign by La Fougère extraterrestre

UNIVERS FÉTICHE : Contemporain //Medfan//Historique// Vampire// Steampunk//PostAppo
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur
Pigeon

Les ailes des anges sont rouges sang -  [Seolanne] - Page 2 Empty


Victoria Desanges
J'ai 37ans ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis inspecteur de police et je m'en sors plutôt bie. Sinon, grâce à mon indifférence, je suis divorcée et je le vis plutôt sans m'en préoccuper.
Elle  est née d'un père français et d'une mère anglaise, Victoria a une soeur jumelle, Vivian. Les deux soeurs ont sur le bras depuis leur quinze ans un tatouage qui se répond et forme une paire d'aile stylisée.
Elle est inspecteur depuis presque huit ans au sein d'une des Major Investigation Team de la Police de Londres, unités chargées principalement d'enquêter sur les divers meurtres au sein de la Capitale et dans ses alentours. Son partenaire habituel est en repos forcé depuis plusieurs mois et elle poursuit seule l'enquête sur la série des assassinats ésotériques qui ne cesse de terroriser Londres depuis plus d'un an.

katee Sackhoff:copyright:️ NOM CRÉATEUR

Victoria est parfaitement calme. Il n'y a ni impatience ni agacement dans sa posture. Elle apprécierait presque cette pause dans les journées épuisantes et les soirées non moins longues. Pour la première fois depuis près d'une semaine, elle n'a pas à s'agiter dans tous les sens. Elle n'a nulle part où être sinon exactement à l'endroit oû elle est. Il y a une forme de paix, de sérénité à l'accepter. A reconnaitre qu'elle a besoin des réponses d'un homme inconscient et qu'elle n'a pas les moyens d'accellerer le tempo de son retour à un état de veille. Autour d'elle, l'hopital est une ruche dont le mouvement ne se stabilise jamais. Sauf dans cette chambre un peu  à l'écart des autres. Sauf cet homme qui repose sur son lit, dont seul la poitrine qui se soulève à un rythme régulier trahit une trace de vie.

Plus d'une fois la pensée qu'il pourrait être en train de simuler son état proche de celui d'un comateux la traverse. Mais Non. La blonde connait trop bien ces âmes qui ont sombrées loin de toutes atteintes pour s'y tromper. Pour l'heure, il repose bien loin d'elle. Pourtant... ses paupières sont agitées de tremblements, ses mains tresaillent parfois. Se crispent et se relachent. Activité cérébrale intense. Ce n'est pas la première cigarette qu'elle fume. Ni même la seconde. Changement de souffle, un je ne sais quoi qui trahit les premiers d'un retour à une réalité compliqué. Victoria ne prononce pas une parole. Pas tout de suite. Lui permettant de se rendre compte par lui même que sa solitude est brisée par une étrangère.

Il se débat contre la chemise qui entrave sa liberté de mouvement et le visage de la blonde reste impassible. Intérieurement, elle hésite. Il semble si faible, à moitié noyé.  Et certainement pas un individu capable de briser le nez d'un infirmer et d'en étrangler une autre. Cependant les apprences, elle s'en méfie comme des bayous aux crocodiles silencieux. Elle ne s'approche pas plus pour l'aider à se redresser. Ignore si son refus d'être touché vaux aussi pour ses vetements ou seulement pour un contact peau à peau.  La blonde penche pour la seconde option, son médecin ayant mentionné des gants, mais dans le doute. Plusieurs fois son regard l'effleure sans s'arreter sur la femme à ses cotés. Il ne démontre aucune curiosité. Il n'y a aucune émotion qui surnage dans son attitude, sinon une lassitude un peu perdue. Est ce qu'il la prend pour une de ses hallucinations? Doute t'il de sa présence ou absolument pas? Rien dans sa posture ne permet d'affirmer l'un ou l'autre. SA cigarette est fumée et consummée depuis longtemps dans le silence de la chambre. Finalement, au bout d'une bonne quinzaine de minutes, Victoria finit par décroiser les jambes, s'approchant du lit sans entrer dans son espace vital pour autant ni s'imposer physiquement à lui. Elle se rassoit par terre, en total décontraction ayant pour effet de se donner une position légèrement plus basse que la sienne. Eliminant toute domination ou intimidation dans sa posture. Adoptant une attitude bien plus douce que celle qu'elle a pu avoir avec le médecin. Caméleon.

-Monsieur Kemp, je m'appelle Victoria Desanges et je suis inspecteur de police. -La féminisation des titres à tout va, elle s'en passe. Elle n'a pas besoin du Femen pour savoir ce qu'elle veux. -Votre appel téléphonique hier est remonté à mon attention. -Son timbre est controlé, il ne contient aucun jugement, juste une curiosité médiane. Elle pourrait être présente en tant que bénévole qui vient passer du temps pour discuter et distraire les malades. -Vous souhaitiez aider une femme. Vous souvenez vous des raisons de votre inquiétude? De ce qui vous a conduit à penser qu'une personne était en danger?

Non. De ce qu'elle a compris de lui, il n'y a que peu de chances qu'il engage aussi facilement la conversation avec elle. Les monologues ne sont pas ce qui l'attirent le plus. Mais il est important qu'il s'habitue autant à son phrasé qu'à ses mots. A la cadence de ses phrases, berceuse qui devra devenir familière si il se déclare réellement comme un témoin crucial. -Si vous avez soif, j'ai une bouteille d'eau pour vous. Je suis désolée, je vous aurais proposé un café, mais j'ignore si c'est en accord avec vos médicaments.

Dans sa position, son vetement a légèrement bougé, dévoilant quelques caractères énochéen de plus. Mentalement, elle note la position des uns par rapports aux autres. Commettant à sa mémoire lesquels il a choisi d'encrer dans sa peau. Elle refuse, pour l'instant en tout cas, de rendre aussi limpide l'intéret qu'elle éprouve pour ces  tatouages si uniques. Et dont les symboles se retrouvent sur ses scènes de crimes. Depuis quand les a t'il? Plus longtemps que les meurtres? En même temps? L'encre elle meme lui en apprend peu, il est difficile de juger sur quelques appercus seulement. Plusieurs fois, elle tente d'accrocher son regard, mais c'est comme vouloir retenir de l'eau dans ses paumes. Filant, inconstant. Finalement, après encore un long moment de silence, elle ressort son paquet de cigarette.  Là encore, elle évite soigneusement les jeux de pouvoirs. La blonde n'attend pas qu'il la supplie pour l'allumer. Simplement d'avoir la certitude qu'elle a son attention, au moins en partie. Elle l'allume d'un craquement de son zippo, faisant jaillir une flamme claire et embrasant le tabac blond. Il est entravé,  trop dangereux de la laisser en suspend aussi c'est elle qui porte le filtre à sa bouche. Le laissant prendre une bouffée aussi longue ou courte qu'il le souhaite. Avant de la reprendre pour une taffe à son tour. Le silence étant à nouveau ses ailes sur eux alors qu'elle encourage leur vice commun. A plus de la moitié de la cigarette, pourtant, alors qu'elle l'éloigne de la bouche du jeune homme, ses doigts effleurent dans un contact quasi imperceptible la pulpe de sa lèvre inférieure. -J'ai besoin de savoir si je peux vous hoter cette camisole, si vous m'en donnez l'autorisation. -L'avis du psychiatre, au final, importe peu. Préférant suivre ses instincts. Et elle se sait capable de se défendre contre lui si cela devait déraper. -Comment saviez vous que les ailes étaient écarlates, David?


Les ailes des anges sont rouges sang -  [Seolanne] - Page 2 Dgwb
Revenir en haut Aller en bas
 
Calville
Calville
MESSAGES : 249
INSCRIPTION : 30/06/2018
ÂGE : 37
CRÉDITS : Funnyanimals2017

UNIVERS FÉTICHE : Historique, Science Fiction, Reel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2719-du-rp-a-gogo#58230 http://www.letempsdunrp.com/t2582-lui-elle-moi-eux-nous-entre-autre#55932
Flash

Les ailes des anges sont rouges sang -  [Seolanne] - Page 2 Empty


David Kemp

J'ai 39 ans et je vis à Londres, Angleterre.  Célibataire, sans enfant. 1.92m .
2 sœurs, 1 frère, parents encore en vie. Il ne les a pas vus depuis plus de dix ans.

Fumeur. Ancien architecte. Quelques tatouages et marques diverses. Il craint le contact physique, pour les médecins simple symptôme psychologique entrainant une catatonie allant jusqu'a l’arrêt cardiaque, personne ne croyant vraiment qu'il voit des choses horribles au simple effleurement d'une autre personne.

A 10 ans, il commence à voir des choses qu'un garçon de son age n'aurait eu à subir. Des morts, à entendre des voix, cris, cauchemar, refuse tout contact physique, et commence alors un long parcours psychiatrique ses parents refusant de croire en ses paroles et forçant les contacts entraînant de nombreux sejours dans les divers hopitaux de Londres. A 16 ans les visions deviennent de plus en plus intense et violente. Les traitements suivent en fonctions. Jusqu’à ses 20 ans où du jour au lendemain il retrouve une vie normale. Il reprend des études devient architecture, des projets pleins la tète. Meme si il évite le plus souvent possible la proximité des gens.

A 28 ans, les crises reviennent, plus intenses. Après trois tentatives de suicides et avoir failli tuer une femme dans un hotel, il se fait interner de lui meme à Londres non loin de la Tamise depuis presque 10 ans il est diagnostiqué schizophrène à tendance suicidaire. Presque continuellement sous neuroleptique, il subit des crises de plus en plus fréquentes, des visions horribles de mort qui malgré son état vaguement végétatif arrivent jusqu'à lui.  

Mais si ce qu'il voyait n’étaient pas que des reves...

Les ailes des anges sont rouges sang -  [Seolanne] - Page 2 Aa9f3fe22d91337dc6aa1584c7bfa4e0

Informations supplémentaires ici.


Joel Kinnaman @calville
Gif @epicpanda

Le silence qui régnait encore dans la salle capitonnée était un bonheur simple que peu de monde pouvait comprendre. Pas de voix encore , pas d'image dont l'horreur lui faisait perdre la raison jour après jour, juste, le silence. L'apaisement pourtant n'était pas total, troublé par une présence. Il avait douté à un moment qu'elle soit vraiment là, mais elle était differente de ces visions, elle ne grésillait pas comme une télé qui ne recevait plus le signal c'était meme l'inverse, sa présence avait une aura apaisante, calme. Pour un homme comme lui, rien que cela donnait une chance à cette femme de savoir ce qu'elle voulait, à condition d’écouter.  

Pour l'instant, rien ni personne ne bougeait. Jaugeant, jugeant en de rapides coups d'oeil, qui ne s'arretaient pas vraiment sur elle, il hésitait encore, regard troublé par ce qu'il voyait, ce qu'il avait ressenti, ce que ses voix lui avaient dit. Un tremblement plus fort le bloque ici. Le manque de piqures, le manque de produits pourtant toujours dans ses veines, il est trop réveillé, trop eveillé, ils vont le trouver, revenir le torturer déjà il entend le crissement d'ongles contre un tableau, cris strident qui l'interpellent tournant la tete contre le mur yeux fermés attendant qu'ils passent sans le voir et s'effacent et il hurle, hurle aussi fort que ce que sa voix peut porter.

Il n'a pas bougé, pas crié. Elle par contre a changé de place, elle est près de lui, assise au sol. Il ne l'a pas vu approcher il avait pourtant le regard fixé sur elle. Il ne ressent aucune menace, juste une curiosité de sa part, monstre de foire que l'on montre à ses gosses après le repas. Non. c’était différent. Et elle parle, lui parle vraiment, pas comme un attardé mais comme un être humain. Pourquoi les autres ne font-ils pas ça ? Kemp.. Oui c'etait son nom autrefois. Étrange comme il sonne lointain, loin de lui, de ce qu'il est aujourd'hui. La femme .. Oui il voulait l'aider, pourquoi ne l'avait-on pas laissé faire, elle était morte par leur faute, leur faute à tous leur ... Le sol bouge doucement, mer de coton qui ondule autour de lui, grésillements dans les oreilles.

La voix de cette femme le fixe ici. De l'eau. Oui il a soif, terriblement, depuis quand il n'a pas bu ni mangé? Il hoche à peine la tete , il faut qu'elle comprenne, qu'elle le comprenne. Oui. Juste un mot, Oui. Dis le lui, dis..  Plaqué sur le lit, il ne peut pas bouger, pas de lever et encore moins se débattre. Ils sont sur lui, son regard brille de terreur, longtemps tellement longtemps qu'il ne les a pas vu d'aussi près, elles l'ont retrouvé , ombres désarticulées au dessus de lui qui le maintiennent contre le lit,  une main aux ongles acérés étrangle sa gorge l’empêchant de dire le moindre mot.

Non. Illusions grotesques. Contre le mur il est happé par le geste de cet inspecteur, une cigarette sortit de son paquet. Le feu brille , l’hypnotise en faisant fuir ses ombres alors que la flamme allume la cigarette . La femme se relève causant un mouvement de recul chez lui, la peur fait partie de sa vie, peur des autres, peur du contact, peur qu'elle ne lui fasse mal si elle le touchait, si elle ne savait pas; La tete se tourne refusant d'abord la cigarette offerte, elle ne bouge pas, le laisse s’habituer à cette proximité, à cette cigarette qui n'attends que lui. Peu à peu, son regard se pose sur la cigarette, sur elle, à nouveau sur la cigarette manège durant quelques minutes. Il ne peut pas, ne veut pas, ne sait pas, mais il est attiré vers elle comme un aimant, depuis quand n'a t-il pas pu fumer, une taff, juste une, après elle partira. Non elle doit l'écouter ! Lentement il se redresse venant chercher une longue taff, très longue, inspirant la fumée comme si c’était son oxygène. Son corps se décontracte par ce simple geste et retombe plus doucement contre le mur, fixant son regard sur elle, pour la première fois sans doute sans hésitation avant que la fumée ne s’échappe de ses lèvres. A nouveau la cigarette lui revient , à nouveau il peut profiter de cette intoxication volontaire rapprochant les deux etres silencieux dans cette proximité qu'il n'aurait cru vivre avec cette étrangère. Elle prend bien garde à ne pas le toucher jusqu'au moment où son doigt l'effleure à peine - volontairement ou pas - le faisant reculer vivement haletant le corps terriblement contracté voyant la blonde plus jeune pleurant devant son miroir, soeur aux yeux hagards toute cette peine, tellement de peine  , des cris avant qu'il ne retrouve le chemin de la salle. Il a horreur de ça ! elle l'a fait exprès, il ne veut plus la voir !

Elle lui parle mais ses paroles n'ont pas de sens véritable, lui retirer ses entraves? lui rendre sa liberté ? Il ne sait pas si il saurait se contrôler, non c'est trop tot mais l'envie de liberté de pouvoir se bouger est intense, il se relève vivement se plantant devant elle sans plus faire de gestes , un long moment à la regarder il doit lui donner quelque chose, juste quelque chose sinon elle ne le libérera jamais, son buste se penchant doucement vers elle proche, si proche qu'il n'a jamais été de personne ces dix dernières années murmurant 


- Il a .... mangé son coeur Les larmes montaient en lui au souvenir de ce qu'il avait vu replongeant dans ce instant fugace mais qui serait gravé en lui éternellement, il se souvenait de la peur ressentie, du visage de cette belle femme au doux sourire elle savait qu'elle allait mourir, le sentiment d'impuissance d'etre spectateur de cette horreur - Je n'ai pas pu l'aider, je .... je ne veux plus ... plus voir ca. les mots étaient dis lentement tel un disque rayé qui tentait une musique maintes fois usée . Le front se pose sur l’épaule de la jeune femme inspirant l'air trop rapidement - Tuez moi... tuez moi ... Dernière supplique qu'il ne pouvait que psalmodier


RP en discussion : Thème star wars: Mioon / Thème autre : Vie antérieur-phobie : Hiyorin

Les ailes des anges sont rouges sang -  [Seolanne] - Page 2 620785chatbott
Revenir en haut Aller en bas
 
Seolanne
Seolanne
Féminin MESSAGES : 401
INSCRIPTION : 29/09/2018
ÂGE : 36
CRÉDITS : Sign by La Fougère extraterrestre

UNIVERS FÉTICHE : Contemporain //Medfan//Historique// Vampire// Steampunk//PostAppo
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur
Pigeon

Les ailes des anges sont rouges sang -  [Seolanne] - Page 2 Empty


Victoria Desanges
J'ai 37ans ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis inspecteur de police et je m'en sors plutôt bie. Sinon, grâce à mon indifférence, je suis divorcée et je le vis plutôt sans m'en préoccuper.
Elle  est née d'un père français et d'une mère anglaise, Victoria a une soeur jumelle, Vivian. Les deux soeurs ont sur le bras depuis leur quinze ans un tatouage qui se répond et forme une paire d'aile stylisée.
Elle est inspecteur depuis presque huit ans au sein d'une des Major Investigation Team de la Police de Londres, unités chargées principalement d'enquêter sur les divers meurtres au sein de la Capitale et dans ses alentours. Son partenaire habituel est en repos forcé depuis plusieurs mois et elle poursuit seule l'enquête sur la série des assassinats ésotériques qui ne cesse de terroriser Londres depuis plus d'un an.

katee Sackhoff:copyright:️ NOM CRÉATEUR


https://www.youtube.com/watch?v=kXYiU_JCYtU


Victoria essaie, tente de nouer un lien, même ténu, entre elle et son potentiel témoin.  Elle a conscience qu'il y a peu de chance qu'elle obtienne quoique ce soit de lui. Ses symptomes sont trop important pour qu'ils puissent être balayés d'un revers de la main. Le peu que lui a expliqué le psychiatre était limpide sur ce point. Elle n'en connait que trop certaines barrières, isolant l'esprit du corps. Il n'empeche. Il faut qu'elle essaie, c'est le minimum qu'elle puisse faire si elle souhaite conduire le meurtrier à la justice et ses victimes au repos. Les familles endeuillées doivent savoir que leurs pertes ne sont pas oubliées. La flic blonde ne se bat pas pour des faits abstraits, pour des valeurs sans ancrages. Sa principale volonté est de permettre à la société de respirer plus facilement une fois l'un de ses prédateurs mis en cage. Elle n'a fait aucune promesses formelles aux parents, conjoints, enfants de ces âmes détruites. Refusant de faire naitre un espoir qu'elle ne peut garanir. Non. Ces serments n'appartiennent qu'aux murmures de ses nuits d'insommies. En ce qui la concerne, elle aurait aussi bien pu se le tatouer. Elle est aussi determinée que peu conventionnelle dans ses méthodes. Suivie par son sergeant tant qu'elle apporte des resultats. Qui se font désirer dans cette enquète.  Il a prévu une conférence de presse le lendemain pour calmer un peu les vautours de la Presse. Connerie. Ils n'ont rien de nouveau. Sauf...

Sauf Lui. Sauf cet homme qui la regarde sans la regarder. Aux prunelles fuyantes. Qui a connaissance de détails auxquels il ne devrait pas pouvoir accès. Qui n'a aucun rapports visibles avec un membre de son équipe qui aurait parlé un peu trop. Qui est possiblement le complice de l'esprit déviant, architecte de ces massacres. Qui écoute. Peut être? Même cela, elle n'a pas de certitude! Sinon... oui. Un infime mouvement du menton. Un acquiescement qui est si faible qu'elle l'a peut etre imaginé. D'un mouvement souple, elle se relève et attrape la bouteille d'eau à portée de main. Pas de paille. Mais de ces bouchons en plastique qui permette de boire aisément. Si elle tient le corps de plastique, elle laisse l'homme boire à sa guise, essayant de l'infantiliser le moins possible. Une fois que sa soif semble étanchée, elle repousse l'eau. Froncement de sourcil à la terreur abjecte qui luit dans son regard clair. Est ce qu'elle a eu un geste menaçant. -Est ce qu'il y a quelque chose qui vous inquiète?

Silence et indifférence malgré la peur qui l'étreint. Jusqu'à ce qu'elle allume une cigarette, pour eux.  Victoria n'a pas oublié la remarque du medecin au propos de cette addiction de son patient et elle en joue totalement consciemment et sans le moindre état d'ame. Il parait qu'on attrape pas les mouches avec du vinaigre. Il lutte contre son désir, contre la proximité du tabac. Avant que ses lèvres ne se referment sur le filtre. Fine victoire. La jeune femme controle au minimum la cigarette, le laissant décider  au mieux de ce qu'il peut. Puis... ses doigts. A peine. Contre la pulpe de ses lèvres. Il devient une boule de nerf à la respiration contractée. Victoria ne peut jurer que c'était involontaire. Pas d'avantage que l'inverse. Excuse médiane. -Excusez moi, j'aurais du être plus prudente. -Non, elle n'a pas l'intention que cela se reproduise. Pas quand quand le plus petit contact a de tels effets.

Victoria finit par écraser le mégot de cigarette sur le montant en métal du lit. Elle se remet sur ses pieds. Essayant d'entamer, encore le dialogue. Rien de rien de rien. Une pointe de frustration qu'elle jugule. Il lui faut de la patience. Beaucoup plus de patience qu'elle n'a a de temps! Un de ses derniers véritables atout. Lui offrir une liberté de mouvement restreinte à sa chambre. Elle se sait capable de le contrôler si besoin. Il se relève du lit avec une souplesse dont elle a eu un indice avant qu'il ne s'écroule contre la porte. Pas de mouvement de recul. Elle a fait un pas vers lui, c'est à lui de franchir le second dans cette danse informelle. Il s'incline vers elle, à la froler. Son souffle tiede sur l'épiderme de sa joue. Il est plus grand qu'elle, un peu plus massif aussi. Cela ne l'effraie pas pour autant. Beaucoup moins que ses paroles d'un timbre rocailleux, de ceux qui ne parle plus assez et qui s'étonnent de savoir encore former des mots d'une gorge fatiguée. Comment sait il pour le Coeur?!  Il n'y a qu'une équipe très restreinte à etre au courant de la disparition de l'organe majeur. Non. Il n'y a aucune trace de cannibalisme sur les corps. Voir. Il était présent?! Ca ne cadre pas! L'appel a été passé autour de l'heure du décès, les registres sont formels. Néanmoins, elle se fait une note mentale de demander les enregistrements qui ont été faits par les diverses caméras de surveillances au moment du meurtre. Est ce qu'ils peuvent etre connectés par une tablette? Avec un logiciel type skype ou autre qui permetrait une diffusion du meurtre en temps réel?

Ses reflexions sont interrompues net lorsque David s'abat contre elle. Sa detresse poignante. Ca... elle ne l'avait pas du tout anticipé! Victoria vacille un peu sous le poid soudain du jeune homme avant de reprendre sa solidité. -David, laissez moi vous aider. J'ai besoin d'en savoir plus. De comprendre ce qui vous arrive. -Sa vulnérabilité est tellement intense, tellement sincère, rayonnement physique qui l'atteind de plein fouet. Délicatement, ses bras se referment sur épaules et son dos. Prenant particulièrement soin à ce que ses doigts ne touchent ni ses cheveux ni son cou. A sa demande de le tuer, son étreinte se ressert encore d'avantage sur lui. Le berçant légèrement, comme elle le ferait d'un enfant perdu et bouleversé. Pendant quelques secondes, elle se contente de le garder contre elle. Avant de murmurer -Je ne peux pas, je n'ai pas le droit de faire cela... Mais je vais tout mettre en oeuvre pour vous protéger de ce monstre. -Pas de promesses. Même maintenant, Victoria ne promet rien. Refuse les faux espoirs.

-Je vais vous enlever cette chemise de contention.  Déclare t'elle abruptement après plusieurs minutes, essayant de l'apaiser dans le berceau de son accolade. La décision est prise sans qu'elle ait besoin d'y reflechir plus en avant. Néanmoins, la policière ajoute, d'une voix aussi ferme que serieuse. -Je n'ai aucune envie de vous blesser, mais si vous perdez le controle et que vous devenez violent, je n'aurais d'autre choix que de vous maitriser. Est ce que vous me comprenez sur ce point? -Elle rompt l'étrange étreinte qui les liaient et passe dans son dos. Examinant quelques secondes la manière dont la camisole est fixée. Permettant au jeune homme de s'impregner de ses paroles. Elle ne plaisante pas. Si ils doivent en arriver à une confrontation physique, elle ne prendra aucune risque avec lui. Il a pété le nez d'un infirmier et pratiquement étranglé une autre. Non, elle ne le prend pas à la légère. Finalement, ses doigts défont les différents passants et débloque la sangle principale. Les autres lanières sont rapidements retirées et permettent bientot à Victoria de faire glisser l'insupportable vetement au sol. Elle dépose son paquet de cigarette et son briquet sur la table, bien en vue, pres de la bouteille d'eau et des quelques barres sucrées qu'elle n'a pas mangé. -Servez vous si vous en voulez une seconde. Ou de ce dont vous avez envie

Elle s'éloigne de David, remettant de la distance physique entre eux. Lui laissant le temps et la discretion qu'elle peut dans l'espace clos pour retrouver la mobilité de ses membres qui doivent etre engourdis. Victoria ne prendra aucun risque. Elle s'adosse à la porte de la chambre. Si il tente une sortie de force, il devra passer par elle. Et si Victoria adopte une posture détendue, elle lui déconseille de la tenir pour acquis. Elle est en alerte bien plus qu'il ne peut l'imaginer. Puis, elle reprend la parole, abordant un sujet crucial qu'elle avait gardé dans l'ombre tant qu'il était mentalement si loin d'elle. Elle semble avoir capté son attention, c'est déjà ca. A quel point, reste à le déterminer. - Je n'ai pas pu m'empecher de remarquer vos tatouages.... Vous les avez depuis longtemps? Ils sont vraiment fascinants. Où avez vous eu l'idée de ces symboles? On dirait presque une écriture runique ou cunéiforme. -Non. Elle n'a absolument aucun problème à se présenter plus bête ou plus ignorante qu'elle ne l'est. Précher le faux pour savoir le vrai a démontré son efficacité depuis des générations - Vous etiez historien?


Les ailes des anges sont rouges sang -  [Seolanne] - Page 2 Dgwb
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Les ailes des anges sont rouges sang -  [Seolanne] - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Les ailes des anges sont rouges sang - [Seolanne]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Loan et Arthur ◭ « Les amis sont les anges qui nous soulèvent quand nos ailes n'arrivent plus à se rappeler comment voler. ».
» Maman est-ce que tu crois que les anges existent ? Non. Ah bon ? Oui, je ne crois pas, j'en suis sûre. Comment tu sais ? Je le sais car j'en ai un devant moi. Je t'aime maman, je t'aime tellement...
» Les amis sont les anges qui vous soulèvent quand vos ailes ne savent plus comment voler (giulianna)
» ILS SONT DEVENUS FOUS! Est-ce que je mène une campagne contre Aristide au Forumh
» Don de sang

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers fantasy :: Surnaturel-
Sauter vers: