Partagez
 
 
 

 La fille du café - Chouchoute

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
snowflake
snowflake
MESSAGES : 67
INSCRIPTION : 23/02/2019
CRÉDITS : Morphine

UNIVERS FÉTICHE : Fantastique, Réel, Post Apo
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Tortue

La fille du café - Chouchoute Empty

Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Elles sont deux femmes. C'est justement ça, le problème.

L'une n'assume pas son attirance pour les autres femmes. L'autre n'a jamais imaginé l'idée d'être lesbienne. L'une se prive de toute relation, craignant le regard de ses proches. L'autre ne cesse d'enchaîner des relations sans avenirs.

C'est l'histoire d'une rencontre. Une simple rencontre qui pourrait bien tout changer, tout chambouler.

Contexte provenant de cette recherche
Revenir en haut Aller en bas
 
snowflake
snowflake
MESSAGES : 67
INSCRIPTION : 23/02/2019
CRÉDITS : Morphine

UNIVERS FÉTICHE : Fantastique, Réel, Post Apo
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Tortue

La fille du café - Chouchoute Empty


Shanna Adams
J'ai 24 ans et je vis à Chicago, Etats-Unis. Dans la vie, je suis étudiante en droit et je m'en sors bien grâce à l’aide de mes parents. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et en réflexion sur mon orientation sexuelle et je le vis plutôt pas très bien.

Shanna n’a jamais eu une vie compliquée. Née dans une famille très conservatrice, d’un père pasteur et d’une mère directrice d’une association d’aide aux plus démunis, elle a grandi avec des valeurs de tolérance, de justice et de solidarité. Aujourd’hui, Shanna poursuit des études de droit, dans l’espoir de devenir un jour avocate, espérant faire régner la justice. Avec son caractère de feu, elle se sait capable de plaider avec fermeté et efficacité. Shanna sait ce qu’elle veut et, lorsqu’elle a une idée dans la tête, rien ni personne n’est capable de la lui retirer. Si elle est toujours croyante et continue de se rendre à l’Eglise avec sa famille, elle s’est quelque peu détachée de certain principes et de certaines pratiques en grandissant. Shanna s’est découvert il y a longtemps une attirance pour les femmes, mais refuse tout simplement de l’admettre, l’homosexualité étant tout simplement incompatible avec sa religion. Et puis … ses parents ont beau être extrêmement tolérants et ouverts d’esprits, elle est à peu près certaine qu’ils n’accepteront jamais cette différence chez leur fille unique.  


Zendaya Coleman © MORRIGAN
La soirée battait son plein. La musique, l’alcool, les rires. Le salon de la grande maison des O’Donnel avait été vidé de ses meubles et faisait office de piste de danse. Dans le couloir qui menait à l’entrée ainsi qu’aux escaliers qui montaient aux chambres, des couples à peine formés s’embrassaient à pleine bouche. Ce qu’il se passait à l’étage ne regardait que ceux qui s’y trouvaient … J’étais sortie prendre l’air, après avoir démontré mes talents de danseuse pendant de longues minutes. De la terrasse, la musique était un peu étouffée. Plusieurs groupes qui voulaient discuter sans hurler s’y étaient réfugiés. J’avais, à la base, rejoint un groupe d’amis. Je ne connaissais pas tout le monde, à cette soirée. Gabriel avait tout un tas de connaissances plus ou moins proches et, pour fêter son quart de siècle, il avait décidé de toutes les rassembler.

Sans que je ne m’en rende vraiment compte, la plupart de mes amis avaient fini par s’éclipser, rejoignant l’intérieur de la maison, vacant à d’autres occupations. Il ne restait plus que Liam, qui me regardait avec cet air que je ne connaissais que trop bien. J’avais un peu trop bu, je le concédais, mais tout de même pas suffisamment pour ne pas remarquer qu’il était clairement en train de me draguer. Grand bien lui fasse. Depuis cinq ans que nous nous connaissions, je ne l’avais jamais considéré comme autre chose qu’un ami. Je le lui avais fait comprendre à plusieurs reprises mais, régulièrement, sous l’effet de l’alcool en général, il revenait à la charge. Je commençais à envisager ma fuite. Si je le laissais espérer trop longtemps, j’allais encore devoir batailler pour qu’il me lâche la grappe et ça risquait de m’exaspérer. Et je n’avais aucune envie d’en arriver à des méthodes radicales, comme la distribution de gifles dont le pauvre avait déjà fait l’expérience quelques fois. Je lâchai un petit rire à une blague peu spirituelle qu’il venait de faire et repoussai gentiment la main qui vint s’accrocher à mon bras. Oui. Il était temps de déguerpir.

Je prétextai un besoin de me rendre aux toilettes, histoire qu’il ne lui vienne pas à l’idée de me suivre, et me réfugiai à l’intérieur de la maison. Je traversai le salon. Un danseur surement très éméché semblait presque possédé par la musique. Tout à sa transe, il ne me remarqua et son verre vint se répandre sur ma robe lorsqu’il me bouscula. Je me mis aussitôt à gueuler.

« Putain ! Tu peux pas faire attention ? »

Mais, comme si je n’existais pas, comme si je n’étais qu’une vague perturbation dans son monde onirique, il repartit de l’autre côté, sans prendre le temps de s’excuser. Sans même remarquer que son verre était désormais vide.

Pestant, je pris donc la direction de la cuisine, estimant qu’il s’agissait du point d’eau le plus proche et, surement, le moins convoité. L’endroit était désert, ce qui était plutôt étonnant vu que la plupart des aliments avaient été rapatriés sur la table qui trônait au centre de la pièce. Sans doute était-il d’avantage l’heure de boire plutôt que de grignoter. Je rejoignis l’évier et entreprit de limiter les dégâts en tamponnant le tissu imbibé d’alcool avec un chiffon humide. Je savais que ça ne suffirait pas. J’allais empester la vodka jusqu’à la fin de la soirée.

Concentrée sur mon nettoyage, je remarquai à peine que quelqu’un venait d’entrer. Je me retournai en entendant du bruit derrière moi.

Cette fille.

Je l’avais remarquée, à peine arrivée. La fille du café. Je l’avais rencontrée quelques jours auparavant. Une rencontre d’une simplicité effarante. Elle m’avait simplement servi un capuccino et, profitant que les clients ne se bousculaient pas dans l’établissement, nous avions discuté. De tout. De rien. De pas grand-chose. Mais cette simple rencontre m’avait laissé une forte impression. Ce n’était pas la première fois que ça m’arrivait et, comme chaque fois, j’avais enfoui ces drôles d’émotions très loin et m’étais promis de ne pas remettre les pieds là-bas. Je n’aurais alors jamais imaginé la croiser à nouveau quelques jours plus tard.

« Salut, lançai-je, un sourire aux lèvres. Je ne sais pas si tu te souviens de moi. Je suis Shanna, on s’est croisée au café l’autre jour. »

Peut-être n’en avait-elle aucun souvenir. Après tout, elle devait voir défiler tant et tant de clients.

Revenir en haut Aller en bas
 
CHOUCHOUTE
CHOUCHOUTE
MESSAGES : 143
INSCRIPTION : 06/02/2019
RÉGION : Région parisienne
CRÉDITS : tumblr (avatar)

UNIVERS FÉTICHE : city
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2797-bohemian-rhaspody#60261 http://www.letempsdunrp.com/t2798-chouchoute-et-son-repertoire-a-rpouilloux#60285
Tortue

La fille du café - Chouchoute Empty


Charlie
Kellerman

J'ai 32 ans et je vis à Chicago, Etats-Unis. Dans la vie, je suis serveuse dans un café, et babysitter et je m'en sors avec difficulté voyez-vous. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal, c'est le drame de ma vie, moi et les connards qui otn traversé ma vie.

La fille du café - Chouchoute Tumblr_mv8hutirwF1s95j2so1_250
célibataire, elle accumule les mauvais garçons, les connards, les idiots. + elle est une amoureuse de l'idée d'être amoureuse + elle a fait des grandes études dans l'architecture mais ne trouve pas de job, pas d'expérience + elle est obligée d'accumuler deux boulots pour payer la fin de mois + elle est pétillante, drôle, insouciante parfois, hyper rancunière, passionnée mais timide parfois, elle est directe quand il le faut + elle ne sait plus vraiment comment s'amuser, elle est parfois perdue.


emilia clarke ©️ lux reterna
J’entendais encore les mots, tourner en boucle dans ma tête. Emma croyait dur comme fer que danser et me souler la gueule allait me faire du bien. Elle voulait que je rencontre de nouveau homme afin d’oublier mon ex, comme si c’était facile de l’oublier. M’enfin je lui laissais croire que c’était une bonne chose, que je confirmais sa vision des choses, de cette manière, elle allait me laisser tranquille un bon moment. Oui, je ne voulais pas insister, je savais qu’avec elle c’était peine perdue. Mais quelle peine. Je ne voulais pas y penser, c’était bien assez difficile pour moi d’admettre qu’à 32 ans j’étais une jeune femme célibataire, encore, que je n’avais toujours pas trouvé le bon, encore et que j’étais obligée d’accumuler deux jobs pour payer mon petit loyer. J’avais fait de grandes études, j’avais de quoi faire, si on arrivait à me donner le poste que je convoitais. A chaque fois le même discours : pas assez d’expérience. Mais comment voulez-vous que j’ai la moindre expérience, si on ne m’en donnait pas la chance. Je ne comprendrais jamais les gens, m’enfin ce soir j’étais sensée m’amuser, oublier et faire en sorte que ma vie soit agréable. Je connaissais à peine la personne qui fêtait son anniversaire, j’avais suivi tel un petit mouton, j’avais bu un ou deux verres et je sentais déjà la légèreté prendre le dessus sur le reste. Emma n’avait finalement pas tord, j’avais besoin de lâcher prise pour oublier. Par contre, je voulais surtout éviter les mecs de l’assemblée, aussi mignon ils pouvaient être, je ne me sentais pas à l’aise avec leurs regards lubriques et leurs pensées perverses. Je devrais peut-être en avoir, en faite j’en savais rien…

Je finissais par me poser dans un endroit éloigné du reste du monde, Emma draguait tranquillement un jeune homme et je ne pouvais qu’être amusée en la voyant ainsi. Elle était tellement consciente de l’effet qu’elle procurait aux autres. C’était une très belle femme, féminine, sexy qui savaient avoir de la conversation lorsqu’il le fallait. Elle trouvait toujours un moyen de briller et parfois à ses côté j’avais l’impression d’être la petite campagnard fraichement débarquée qui vivait désormais à Chicago comme elle pouvait. c’était pourtant pas tellement faux, d’une certaine manière en tous les cas. Mon attention fut rapidement détournée lorsque j’entendis malgré le bruit de la musique, un juron plus fort que les autres. Un mec passablement en transe ne remarqua pas l’air renfrogné de la jeune femme. Quelle femme d’ailleurs, elle portait une robe qui lui allait très bien dévoilant ses formes de manières tout à fait adorable. non adorable n’était pas le mot qui me venait à l’esprit, je pensais plus à sexy, incroyablement sexy. Elle l’était. Je ne me sentais pas mal à l’aise de le penser, je pensais que les femmes pouvaient être sexy. Je la vis s’en aller me persuadant que cette fille là je l’avais déjà vu quelque part. Comme prise d’une envie folle de confirmer mes doutes, je me levais à mon tour, et j’allais la suivre. Un peu skalteuse pour le coup mais j’assumais complètement. Une fois arrivée dans la cuisine, je la vis s’acharner sur sa robe qui elle le savait sans doute, ne pourrait être sauvée ce soir. Elle me fixa, ses yeux me transperçant une nouvelle fois…

Comme la première fois, d’ailleurs.

Je me souvenais très bien d’elle. Shanna, j’avais écrit son prénom sur son cappuccino, je venais de me faire larguer la veille par sms par mon ex. Connard je vous jure. Elle avait su me redonner le sourire le temps d’une conversation. J’avais tout oublié, les emmerdes, la fuite chez moi, mon mec qui me laissait pour en trouver une autre, ni la sensation de n’arriver à rien. Nous avions parlé, je l’avais dévoré des yeux. et j’étais en train de recommencer. Je détournais rapidement mon regard, je devrais surement éviter de faire une chose pareille, après tout je risquais de passer pour une perverse. Cette idée me plu. Malgré tout. Je m’en souviens très bien… Je souriais avant d’ajouter. Charlie, la fille au café. Je m’approchais d’elle tournant l’endroit pour regarder les dégâts sur sa robe. Il parait que le sel aide à enlever les tâches d’alcool, tu peux peut-être essayé ? J’ouvrais les placards dans l’espoir de trouver un semblant de sel. Je doutais que ce soit un remède miracle mais il serait dommage que cette petite robe ne puisse survivre à un tel acte de malveillance. Je riais légèrement cependant, ce n’était pas juste de se retrouver dans un tel état. C’est dommage, cette robe te va divinement bien. Le style lui allait bien mais tu doutais qu’un autre style puisse faire défaut chez elle. Elle faisait partie de ses femmes à l’aise dans son corps et qui portait toujours des fringues qui les mettaient en valeur. Tu jugeais peut-être facilement mais tu doutais du contraire, elle lui allait divinement bien…


and now we are alive
je t'ai cherchée partout, même ailleurs. je t'ai trouvée, où que tu sois, je m'endors dans tes regards. même sans toi, je ne serai plus jamais seul, puisque tu existes quelque part. @marclévy ≈ vous revoir › alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


La fille du café - Chouchoute Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
La fille du café - Chouchoute
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» |Selena Kristen Stiwart ♥ Une fille parmis tant d'autres...|
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» Le pot de mayonnaise et les deux tasses de café...
» Relooker sa fille en 10 leçons [PV Corann]
» Café renversé,aquarium, asticots, moisissures...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: