Partagez
 
 
 

 I never needed drugs. Everything i loved destroyed me enough [+18]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 
Thor(pille)
Thor(pille)
Masculin MESSAGES : 694
INSCRIPTION : 05/04/2017
ÂGE : 26
CRÉDITS : Visa, Mastercard

UNIVERS FÉTICHE : .
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t915-piggy-skelly http://www.letempsdunrp.com/t1058-why-are-iphone-chargers-not-called-apple-juice
Donut

I never needed drugs. Everything i loved destroyed me enough [+18] - Page 3 Empty


Dimitry
J'ai 23 ans et je vis à New York, USA. Dans la vie, je suis dealer et je m'en sors bien, je crois.




Nathan Quelchose
J'avais réussi à le faire taire, à ce que les mots qui laissaient comprendre une forme de panique, de refus, ne soient plus qu'une histoire du passé. Le silence des mots, parce que moi, je voulais malgré tout l'entendre. Et ça avait commencé avec des petits grognements, qui me laissaient comprendre qu'il détestait pas le traitement que j'avais commencé. Tout était tellement meilleur sous l'influence de cette drogue, et pourtant on avait rien de concrètement fait encore. Autre que se toucher, s'embrasser, bien entendu. Je l'épuisait un peu le vieux, oupsy. Sa réaction à mes mots, m'avais fait rire. Je luis avait laissé le temps de respirer, et je pense bien que sans le vouloir, j'avais eu le temps de prendre goût à ce toute petit moment de tendresse.

C'était idiot, vous me direz, mais voilà, ce n'était que passager vu la suite qui m'attendait. Il voulait me faire taire, lui aussi, à sa façon. Interdiction d'invitations trop déplacées, pour ne pas l'achever tout de suite, j'ose imaginer. C'est pas grave, remarque, on avait toute la nuit. Fallait pas faire les cons, et en profiter qu'un tout petit peu, right? Mais déjà les frontières se faisaient moindre, on avançait doucement vers les douanes, une étape de plus de franchis. J'avais réellement droit à ma table, au final. Et plus encore. J'étais pas très silencieux pour le coup, me laissant emporter sous les traitements qui me faisait perdre un peu plus la tête encore. Pour une fois j'étais gelé, mais pas pour oublier. Je voulais me souvenir d'absolument tout, cette fois, et je savais d'avance que j'allais pas regretter mon choix de vie. Les choses allaient vites, l'empressement se faisant ressentir d'un côté comme de l'autre, les préliminaires baladés au loin, tout comme mon sous-vêtement. J'avais à peine prit le temps, de m'humidifier les doigts et de lui donner le spectacle de l'indécence en le regardant droit dans les yeux, alors que je me préparait ne serais-ce, qu'un tout petit peu. Y'avait même pas eu besoin de faire quoi que cela soit pour la suite.

Je m'étais moi-même occupé du dernier obstacle, de baisser la dernière couche pour m'emparer de la source de mon désir présent, et de forcer sa visite. Je dis forcer, mais on savait tous qu'il finirait là d'une manière ou d'une autre. Je le collais bien à moi, en un coup, comme un grand, dans une union parfaite qui m'avait fait un tout petit peu grimacé, tout en me faisant sortir un beau son. Y'avais de quoi devenir addicted to this damn drug. Et c'était qu'une début niveau sensations. Je le savais bien parce que de base, c'était certainement pas ma première fois, Will pourrait bien le sentir. C'était tant mieux pour le coup, remarque. Ça nous avait permis de se rendre là plus vite.

Revenir en haut Aller en bas
 
Pupper
Pupper
Masculin MESSAGES : 661
INSCRIPTION : 06/04/2017
ÂGE : 23
CRÉDITS : Dunno

UNIVERS FÉTICHE : Un peu de tout
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t918-le-pti-moka
Donut

I never needed drugs. Everything i loved destroyed me enough [+18] - Page 3 Empty


William
J'ai 34 ans et je vis à New York, USA. Dans la vie, je suis policier et je m'en sors bien.




Henry Cavill
Dimitry prenait les choses en main et je lui en étais reconnaissant. J'étais capable de suivre le rythme, d'initier certaines choses, mais il y avait cette sorte de brume euphorique dans mon cerveau et une bien mince partie de mon esprit réalisait que je n'étais pas entièrement en état, que je ne réfléchissais pas à mon meilleur et que l'expérience du gamin était utile dans ce genre de situation. L'expérience avec la drogue, avec le sexe aussi. Il avait dû en voir d'autres, et pas toujours dans les meilleures conditions qu'il soit. Il ne négligeait pas la petite préparation, celle que j'étais en train d'oublier, pas grand chose mais tout de même aidant au passage. Il prenait littéralement, les choses en main, pour me guider en lui alors que d'un petit coup de bassin, j'aidais au mouvement, contribuant à cette union complète qui me tira un nouveau petit son. J'étais rarement aussi bruyant durant ce genre d'activités, j'étais le genre de gars qui était davantage dans les respirations plus fortes et les grognements, mais cette fois les sons étaient franchement plus audibles alors que j'amorçais un rythme constant et déjà bien soutenu en lui.

Ses sons m'encourageaient davantage, on était au final tous les deux un peu bruyants, dans l'intensité du moment. J'avais chaud, ma peau un peu humide, mon souffle rapide et erratique, alors que penché sur lui, je m'offrais le plaisir de ses lèvres alors que toujours je me mouvais en lui. Il y avait quelque chose d'étrangement intime dans le moment, au-delà du simple acte en soi. Ma main qui s'était emparée de la sienne, pour la presser contre la table au-dessus de sa tête, mes doigts entre les siens dans une étreinte plutôt douce et spontanée, mon regard dans le sien avec une intensité sans pareil. Je voulais voir son visage lors de la fin... peut-être bien un tout nouveau départ pour nous .... Quelque chose de différent, notre relation qui s'était inévitablement modifiée dans les derniers sons, les derniers mouvements, avant que mon corps ne se relaxe contre le sien et que pendant un instant, ce soit le vide total dans mon cerveau. Le front appuyé contre son torse, sans autrement bouger, je reprenais à la fois mon souffle et mes esprits, confortable dans ce moment partagé.

Revenir en haut Aller en bas
 
Thor(pille)
Thor(pille)
Masculin MESSAGES : 694
INSCRIPTION : 05/04/2017
ÂGE : 26
CRÉDITS : Visa, Mastercard

UNIVERS FÉTICHE : .
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t915-piggy-skelly http://www.letempsdunrp.com/t1058-why-are-iphone-chargers-not-called-apple-juice
Donut

I never needed drugs. Everything i loved destroyed me enough [+18] - Page 3 Empty


Dimitry
J'ai 23 ans et je vis à New York, USA. Dans la vie, je suis dealer et je m'en sors bien, je crois.




Nathan Quelchose
Là je dois dire, qu'heureusement que nous étions pas dans un appartement, cas les coups de balais aux murs et au plafond auraient fusé de partout. Je comptais pas me la garder bien tranquille, pour la simple et bonne raison que j'y arrivait pas. Et que, aussi, ça ne me tentait tout simplement pas. Je le sentais bien, et j'avais envie de lui faire comprendre tout l'effet qu'il pouvait me faire en ce moment. On se faisait mutuellement suer, sous un autre jour, beaucoup plus agréable et littéralement aussi, pour une fois. Il avait tenté de me faire taire un petit moment, ce qui rendait les choses un brin plus difficile car j'avais aussi le frottement complet de son corps contre le mien. J'étais noyé sous les sensations, je peinais presque à respirer. Je me sentais partir loin, comme jamais auparavant. Parce que je me laissais pas faire pour changer le mal de place, j'étais pas en train de vivre du sexe pour du sexe, ou de payer une dette. J'me sentais vivant, comme jamais auparavant. J'me sentais pas mal, j'me sentais désiré, moi, que même si j'avais pas grand-chose à pouvoir lui offrir, il me voulait bien malgré tout. Je m'étais attaché comme un idiot à cet homme, et malgré mon absence de la réalité, j'en prenait malgré tout conscience. Je me laissais aussi emporter dans le moment, je me laissais croire que peut-être bien, j'aurais le droit de vivre un quelque chose de différent, avec, lorsque notre petit trip serait passé et digéré.

J'avais droit à ses lèvres, ce qui avait rendu les choses bien intimes, mais j'avais même et droit à plus. On avait notre propre petite bulle, à nous, j'avais le droit à ses doigts qui glissaient entre les miens, à ce lien tout autre qui nous avaient bien unis autrement, jusqu'à la toute fin. J'étais devenu rouge pour une autre raison que la chaleur, sous son regard. C'était complètement idiot de ma part, mais j'avais l'impression qu'il me voyait, moi, à la avatar Je te vois. Avec cette intensité qui me rendait complètement nu et vulnérable devant lui, mais ça allait. Justement, parce que c'était lui. C'était plutôt rare en soit, moi qui était gêné, mais c'était bien le cas, malgré nos ébats, malgré tout le reste. Il avait quand même eu droit à mes expressions, à mes derniers petits cris, à ce serrement un peu plus fort alors que la fin venait de nous prendre de pleins fouet.

J'étais complètement vidé, et j'étais bien. Pas à cause de la drogue, pour une fois. Mais bien à cause de lui. J'aurais mis le temps sur stop, et je serais resté comme ça longtemps, dans cette douce temporalité où plus rien ne comptait. Où j'avais le droit de passer une main dans ses cheveux bien décoiffés et humides. Jusqu'à se qu'on revienne doucement à la vie. Et si on départ ce fut tranquillement, avec une idée de douche autant pour se rafraîchir que se laver, on n'avait pas prit la peine de se résister pour une deuxième fois. Je vais éviter les blagues de nettoyage en profondeur hein. Même si je l'avais quand même fait pour faire mon petit rigolo. Après tout, comme j'avais dit, fallait bien en profiter au maximum pendant que les effets étaient toujours bien présent.

On était propre, lui en meilleure forme que moi avec mes jambes qui m'avaient sauvagement lâchée en sortant de la douche. Mais j'avais eu droit à une petite douceur de transport gratuit. On savait tous vers où n'est-ce pas. Tout comme on savait bien que j'étais resté bien tranquille et sage, pas plus longtemps que quelques minutes. Je vous jure que c'était une exception, que c'était que les effets, du moins ce qui en restait, qui m'activait toujours autant. Mais bon j'ai été gentil cette fois. J'avais prit soin de lui, en le dégustant pour repartir la machine, avant de lui permettre de rester sagement sur son dos pour me laisser faire le boulot. Du moins, au départ, parce qu'on était trop loin, parce qu'on avait rendu la suite plus intime, moins empressée. On avait prit un peu plus notre temps cette fois, on s'était recréé notre bulle, à rester tout près jusqu'à la toute fin. Et la je dois dire, qu'il me restait à peine assez d'énergie pour rester complètement éveillé. Je préférais en garder une partie pour avoir ce petit sourire, pour en profiter pour le regarder, lui, doucement. En priant pour qu'il ne me foute pas dehors.
Revenir en haut Aller en bas
 
Pupper
Pupper
Masculin MESSAGES : 661
INSCRIPTION : 06/04/2017
ÂGE : 23
CRÉDITS : Dunno

UNIVERS FÉTICHE : Un peu de tout
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t918-le-pti-moka
Donut

I never needed drugs. Everything i loved destroyed me enough [+18] - Page 3 Empty


William
J'ai 34 ans et je vis à New York, USA. Dans la vie, je suis policier et je m'en sors bien.




Henry Cavill
Je n'avais aucune idée de ce que Dimitry pouvait bien ressentir, ou ce à quoi il pouvait bien penser, alors que l'on prenait un moment pour simplement se regarder. Dans la brume post-ébats, dans le contentement et la chaleur et toutes ces sensations douces et agréables qui me faisaient sourire, je nous trouvais beaux. Je n'avais pas accès à son petit monde interne, mais je savais que le mien était content. Sa main passait dans mes cheveux et je me laissais faire, offrant un petit son d'approbation au geste, parce que c'était doux et agréable et je me sentais plus proche de lui que jamais. Parce qu'au-delà des rapprochements physiques, de cette sensation délicieuse de fusionner l'un à l'autre pour quelques temps, il y avait cette douceur un peu différente, cette intimité toute autre qui rapprochait nos âmes, qui créait quelque chose de beau...

Tentative d'être sage une fois sous la douche, mais ça n'avait pas duré. Ce n'était pas que la drogue. Il y avait une chimie toute particulière, son corps qui appelait le mien, qui voulait qu'on soit collés collés et que l'on reste ainsi pour toujours. Peut-être bien que tout ce qu'il nous avait fallu -m'avait fallu à moi, il faut se le dire- était une désinhibition que l'extasy avait procurée, pour qu'enfin je m'admette que tous mes soucis pour le gamin prenaient sans doute racine dans quelque chose de plus fort, de plus profondément enfoui en moi ... Quelque chose de plus pur. Peut-être bien que merde, mes collègues avaient raison et je m'étais beaucoup trop attaché à lui. Jsavais pas trop comment ça s'était produit ...

Je n'avais pu retenir mon petit rire amusé quand ses jambes avaient flanché, mais bien aussitôt, prince charmant à la rescousse pour le soulever en princesse et lui offrir un transport gratuit jusqu'à ma chambre. Évidemment qu'on ne pouvait pas en avoir fini là, une dernière fois s'imposait, dans le lieu le plus propice à cela. Je ne croyais pas être capable de produire ce dernier effort, je n'ai tout de même plus vingt ans .. Mais Dimitry avait réussi à accomplir l'improbable en me ramenant une troisième fois à ma pleine vigueur dans la même soirée, je mettais ça sur le dos de la drogue, mais ça m'allait parfaitement. Il avait fait la majeure partie du boulot, je m'étais accroché à ses hanches pour aider son mouvement en cherchant à l'accompagner, à y mettre du mien. Le rythme avait fini par ralentir, son corps s'était rapproché du mien et mes bras l'avaient entouré avec beaucoup de douceur pour finir par des mouvements assez lents, tous en longueur et en sensations alors que l'on prenait notre temps, pour s'embrasser, pour se regarder et se découvrir de cette autre façon à travers le meilleur sexe de ma vie.

J'ignore combien de temps je restai en silence à le regarder avec ce petit sourire aux lèvres. Quelques bonnes minutes, sans doute, le temps requis à mon cerveau pour redémarrer correctement et se remettre de ses dernières dépenses d'énergie et explosions de stimulations. Je caressai doucement les cheveux du plus jeune, depuis longtemps décoiffés, bien ébouriffés par les passages répétés de mes mains dedans. D'ainsi tout près, j'avais une superbe vue sur ses adorables tâches de rousseur, mais aussi sur les détails de ses yeux et sur toutes ces petites choses sur lesquelles on ne s'attarde pas au premier regard, pas d'aussi loin ... Je ne retenais plus rien, j'avais juste envie de sourire, de rire même. La drogue je vous jure. « You're beautiful ... » Ma main venait de doucement épouser la forme de son visage, douce caresse de mon pouce contre sa joue. « I guess you were probably right .... about a lot of things ... » Je faisais bien sûr référence à toutes ces fois où il avait pu insinuer qu'au final je l'aimais bien, que je voulais simplement le voir et que c'est pour ça que je l'attrapais régulièrement. Ma voix était basse, un peu rauque et sincère. Je commençais à croire que c'était vrai. Je commençais à réaliser bien des choses.

Je l'avais doucement déplacé un peu pour l'installer plus confortablement contre moi, dans une position plus agréable pour y passer la nuit. Je ne comptais pas le repousser et encore moins le mettre dehors, plutôt remonter la couverture sur nous et le garder dans mes bras. Continuer de le regarder avec ce même sourire doux, attendant que le sommeil nous gagne.

Revenir en haut Aller en bas
 
Thor(pille)
Thor(pille)
Masculin MESSAGES : 694
INSCRIPTION : 05/04/2017
ÂGE : 26
CRÉDITS : Visa, Mastercard

UNIVERS FÉTICHE : .
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t915-piggy-skelly http://www.letempsdunrp.com/t1058-why-are-iphone-chargers-not-called-apple-juice
Donut

I never needed drugs. Everything i loved destroyed me enough [+18] - Page 3 Empty


Dimitry
J'ai 23 ans et je vis à New York, USA. Dans la vie, je suis dealer et je m'en sors bien, je crois.




Nathan Quelchose
C'était adorable, il faut dire. Parce qu'on était là, à s'observer l'un et l'autre, à vivre un moment différent. On prenait le temps de se regarder, de découvrir les petits détails, de les enregistrer. En silence, à juste être bien. Mais lui, par contre, il avait ouvert sa bouche, il avait posé sur moi des mots, et pire encore, il poussait ses dires à une interprétation à laquelle je ne m'attendais pas. Oui, sur le coup, j'étais devenu bien rosé, surpris, mais je lui avait sourit, malgré tout. Je savais pas encore quoi répondre, je préférais rester dans ma tête, à réfléchir, à me laisser faire.

Il me demandait pas de partir, bien au contraire. Il m'installait sagement, pour que je puisse rester comme ça, et trouver un peu de repos dans le creux de ses bras. Ça devait attendre, pour moi. Parce que ses mots résonnaient en mon esprit, parce que j'y comprenait ce que je voulais bien. Et je crois bien que j'étais heureux, que je goûtais à un bonheur tout nouveau pour moi. J'avais un sourire idiot, alors que lui dormais déjà. Je me noyais dans mes idées, comme un ado qui croyait goûter aux premières bouchées d'un amour naissant. Il avait aucune idée, à quel point il était important pour moi, encore moins, que ce que ses mots m'avaient fait. Elles m'avait permises de rêver, de me dire que peut-être, en quelque part, la vie n'était pas aussi merdique que ça, que y'avais peut-être un peu de lumière, une petit lueur d'espoir pour moi. Et cette fois, je ne comptais pas la rejeter. Je comptais bien boire ses paroles, ma saouler avec. C'était avec cette petite hâte du lendemain matin, que j'avais enfin trouvé le sommeil.

J'avais bien dormis, oui. En partie parce que j'étais pas seul, que j'avais un peu de cette chaleur bien humaine qui était restée avec moi, tout au long de la nuit. J'étais encore dans les vapes d'un sommeil paisible, lorsque que m'étais réveillé. Et comme un con j'avais doucement souris, comme un con je le regardais se réveiller avec peut-être des restes du bonheur d'hier.

Je n'avais. Aucune idée. De ce qui m'attendais encore.
Revenir en haut Aller en bas
 
Pupper
Pupper
Masculin MESSAGES : 661
INSCRIPTION : 06/04/2017
ÂGE : 23
CRÉDITS : Dunno

UNIVERS FÉTICHE : Un peu de tout
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t918-le-pti-moka
Donut

I never needed drugs. Everything i loved destroyed me enough [+18] - Page 3 Empty


William
J'ai 34 ans et je vis à New York, USA. Dans la vie, je suis policier et je m'en sors bien.




Henry Cavill
J'aurais voulu rester éveillé plus longtemps avec lui, continuer de le regarder, de lui sourire en profitant du moment, mais j'étais épuisé. Les effets de la drogue commençaient à tomber et je cognais des clous. Je ne me suis pas rendu compte de m'être endormi, mais ce fut bien le cas, et profondément, ce sommeil me menant directement au matin sans aucun réveil ni perturbation. Lorsque je repris lentement conscience de mon environnement, dans un demi-réveil, je sentis tout de suite le poids du jeune homme dans mes bras et sourit un peu, tout doucement. J'étais peut-être entièrement revenu à moi, mais cela n'effaçait pas la petite douceur dans mon coeur aux souvenirs qui me revenaient de la soirée et la nuit que nous avions passées.

Ouvrant tranquillement les yeux, je croisai presque immédiatement les siens et mon sourire se fit un peu plus grand, au même moment où mon coeur faisait un petit bond surexcité. C'était bad, so so bad ... Parce qu'avec le retour de la lucidité dans mon cerveau, je réalisais où ces petits évènements pouvaient bien nous mener, et je réalisais surtout que c'était une mauvaise idée ... Une très mauvaise idée, en vue de nos situations respectives, le fait que j'étais policier et que ce gamin était un dealer que nous essayions d'attraper depuis un bon moment, rendant les choses extrêmement compliquées. Pas que j'avais envie de me casser la tête là-dessus pour l'instant, pas tout de suite alors que j'étais si bien. « 'Morning sunshine ... » Une petite caresse du revers de mes doigts le long de son dos, alors que je prenais quelques instants de paresse à le regarder. « Slept well ? .... My whole body aches, Im getting too old for this » avec un petit rire, faisant l'effort de me redresser un peu dans l'idée de commencer par aller faire du café. En prenant le soin de mettre un boxer, mais rien de plus, m'étirant bien à fond quelques instants pour retrouver un peu de sensations. « You feel more like eggs and bacon, or pancakes ? »
Revenir en haut Aller en bas
 
Thor(pille)
Thor(pille)
Masculin MESSAGES : 694
INSCRIPTION : 05/04/2017
ÂGE : 26
CRÉDITS : Visa, Mastercard

UNIVERS FÉTICHE : .
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t915-piggy-skelly http://www.letempsdunrp.com/t1058-why-are-iphone-chargers-not-called-apple-juice
Donut

I never needed drugs. Everything i loved destroyed me enough [+18] - Page 3 Empty


Dimitry
J'ai 23 ans et je vis à New York, USA. Dans la vie, je suis dealer et je m'en sors bien, je crois.




Nathan Quelchose
Un surnom, que pour moi. Quelque chose de positif aussi pour une fois. Un peu de soleil, de quoi me nourrir un peu plus encore de mes douces pensées de la veilles, avant de sombrer dans le sommeil. J'étais un peu plus persuadé que les choses avaient changés entre nous, pour le mieux. Parce que moi, j'en avait rien à faire qu'il soit flic ou non, au bout du compte. Je commencerais certainement pas à me montrer pointilleux sur ce genre de chose. Il était doux avec moi, après tout, il me faisait sourire et rire aussi. « Of course I did. And yeah, you're old. But I don't mind it. It's fine with me. » Bien entendu que j'en avais rien à faire. « Plus, for the ecstasy it was just this one time, like I promised. » Je comptais bien respecter mes paroles, et je voulais pas non plus qu'il tombe dans la même merde que moi. Il méritait bien mieux.

Il m'offrait même le petit déjeuner, j'étais gâté. « Eggs and bacon, why not. » C'était moins forçant et compliqué à faire, mais aussi car rien de tel qu'un peu de gras pour se remettre des petits abus. J'avais profité de la vue sans gêne, avant de le voir disparaître vers sa cuisine. J'avais prit un peu plus de temps pour me remettre debout, parce que j'avais le cul en feu hein. C'était pas plus mal, je m'en remettrais. J'avais aussi prit le drap avec moi, parce que moi, mes vêtements étaient dans la cuisine. J'avais prit le temps de les remettre, en partie, gardant au moins le haut de mon corps encore bien libre. Et petit malin que j'étais, la première tasse, je l'avais prise pour moi, volé entre ses doigts. J'avais aussi osé lui voler un petit bisous, avant de lui dire un petit merci. Je sais pas si je prenais trop mes aises, mais je savais déjà que tout ça, je pourrais bien finir par m'y habituer et m'y plaire.

Bon ça va, j'avais été gentil en l'aidant à faire le petit déjeuner. Alias m'asseoir sur le comptoir et lui donner sa tasse de café quand il avait envie de prendre une gorgée. C'était mieux que rien right? J'aurais très bien pu lui piquer une tranche de bacon, mais je me serais brûlé. Oui c'était la seule raison pour laquelle je ne l'avais pas fait.
Revenir en haut Aller en bas
 
Pupper
Pupper
Masculin MESSAGES : 661
INSCRIPTION : 06/04/2017
ÂGE : 23
CRÉDITS : Dunno

UNIVERS FÉTICHE : Un peu de tout
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t918-le-pti-moka
Donut

I never needed drugs. Everything i loved destroyed me enough [+18] - Page 3 Empty


William
J'ai 34 ans et je vis à New York, USA. Dans la vie, je suis policier et je m'en sors bien.




Henry Cavill
Il me taquinait et je crois bien que j'aimais ça. J'avais commencé il y a bien longtemps à prendre goût à cette forme de petit jeu, ces commentaires qu'il me lançait pour me faire un peu chier mais en même temps pour faire rire, parce qu'il était un petit coquin au final, ce Dimitry. Un petit rigolo. J'avais eu un petit rire, lui avait donné une toute petite poussée faussement agacée contre l'épaule simplement pour le taquiner en retour. Je savais bien que ce n'était pas méchant, puis avec la nuit que l'on venait de passer, il était plus qu'évident que l'âge ne le dérangeait pas, alors ça allait. « As weirdly nice as it was, it is indeed the last time. Though I understand how people can get addicted to this .... especially if their life isnt exactly the best ... » Une petite réflexion, à croire qu'avoir mis un pied -plutôt, disons, un orteil- dans leu milieu, dans la drogue en elle-même, aidant un peu à comprendre les mécanismes derrière. On les connaissait bien, objectivement, mais c'était maintenant un point de vue plus subjectif que j'avais de la chose, ayant vécu des sensations, des émotions qui pouvaient facilement devenir addictives pour des pauvres gamins qui vivaient la misère quotidienne de leur réalité. Je voyais les choses avec une toute nouvelle perspective, désormais.

Des oeufs et du bacon, un excellent choix. Peu difficile et peu long à préparer, mais il fallait tout de même s'en donner la peine, ce pourquoi il me fallait un bon café pour m'y mettre. Café qui disparu de mes mains avant même la première gorgée, causant un petit froncement de sourcils qui s'effaça avec le baiser reçu. Bonjour le petit sourire charmé, alors que j'aurais dû faire plus attention, ne pas alimenter la chose en sachant que je devrais briser ses petites illusions bientôt ... Mais je n'avais pu m'en empêcher. Parce que moi aussi, j'étais bien et j'aurais pas du tout détesté que ça dure. J'aurais pu me faire à ce genre de matins, ce genre de vie ...

Même s'il avait volé mon café, il avait été d'une grande aide en me fournissant ma tasse au besoin pendant la confection du déjeuner. On faisait au final une belle équipe, même si j'avais tout cuisiné et qu'il était resté assit à côté à élaborer des plans potentiels de vol de bacon. Pas besoin de voler, je lui en avait mine de rien donné une tranche avec un petit rire et un « There you go, I can see you lusting over it from over there » avant de préparer deux belles assiettes bien remplies.

C'est une fois assis tous les deux au comptoir de ma cuisine, à manger notre déjeuner, que les choses se ternirent quelque peu. Tout d'abord parce que mon sourire s'effaça tranquillement alors que je réfléchissais à la meilleure façon de lui annoncer les choses. Puis parce que je lui offris éventuellement un regard un peu plus lourd, un regard désolé ... avec une main posée contre son genou pour un petit contact. « Listen, Dimitry ... » et c'était la première fois, je crois bien, que j'utilisais son prénom. Je l'avais toujours auparavant appelé kiddo, ou autre petit surnom du genre. « I had an amazing night. I dont agree with drugs, but Im really glad I got to live that with you. I care a lot about you, and ... damn, I really do like you. But as you can understand, I am a cop and you are a dealer and our worlds don't go very well together ... My point is, we can't really ... do this. It can't really be. Its nothing about you, I still stand by what I said. I think you're a great kid and you have so much potential, but as long as you're a suspect for us and we have this legal thing going on, we can't do this, alright ... ? Im sorry ... »

Revenir en haut Aller en bas
 
Thor(pille)
Thor(pille)
Masculin MESSAGES : 694
INSCRIPTION : 05/04/2017
ÂGE : 26
CRÉDITS : Visa, Mastercard

UNIVERS FÉTICHE : .
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t915-piggy-skelly http://www.letempsdunrp.com/t1058-why-are-iphone-chargers-not-called-apple-juice
Donut

I never needed drugs. Everything i loved destroyed me enough [+18] - Page 3 Empty


Dimitry
J'ai 23 ans et je vis à New York, USA. Dans la vie, je suis dealer et je m'en sors bien, je crois.




Nathan Quelchose
Trop de gentillesse, j'avais eu droit à ma tranche de bacon, la première, directement dans mon estomac. Mais j'avais été gentil, pour une fois, lui glissant l'autre moitié entre ses lèvres. 50/50. Fallait bien que j'apprenne à partager n'est-ce pas? Au final, d'une manière ou d'une autre, j'aurais droit à plus, dans pas si longtemps que cela puisque le déjeuner n'avait pas été long à servir. L'avantage de l'option. Et comme un idiot, je réalisais pas ce qui m'attendait, jusqu'à temps que je lève les yeux de mon assiette, à entre le Dimitry. Il m'avait jamais appeler ainsi, et si au départ j'avais ce point d'interrogation, j'avais vite sentit la lourdeur contre mes épaules.

Quelque chose n'allait pas.
Et ce quelque chose... C'était moi.

J'avais pas de besoin de plus avec l'introduction. J'avais pas besoin de rien d'autre pour comprendre. Comprendre que j'étais plus sur mon nuage, comprendre que j'avais vécu un rêve, comprendre que j'avais été assez idiot pour ressentir des choses qui n'existaient pas. Que des mots, et pourtant, j'avais l'impression d'être de retour dans mon petit enfer quotidien. Dans lequel je m'échappais par tout les moyens, pour éviter de vivre la réalité. Cette foutue réalité qui m'avait coupé sauvagement l'appétit, à m'en donner mal au coeur. J'aurais jamais cru vivre ça, un jour, avec lui. Disparaître, doucement, alors que pour une fois j'avais eu la chance d'exister. J'avais arrêté de l'écouter quand j'avais compris le nécessaire.

Il me rejetais. Il m'avait laissé croire que j'avais un peu d'importance à ses yeux, peut-être bien. Ça n'allait vraiment pas, et même un aveugle aurait pu le sentir. Je sentais le vide sous pied, la solitude revenir se moquer de moi et m'engouffrer de nouveau. Elle me murmurait de sa voix moqueuse à l'oreille what did you expect? Cette voix, qui me faisait mal, qui me réveillait, me riait au nez, me faisait réaliser que je m'étais accroché à la mauvaise personne. La seule avec qui j'avais osé, pour être honnête, et j'en payais désormais le prix. Je me sentais con, comme le pire des idiots, je réalisais à la dure que j'avais été une poupée, pour une nuit seulement, et que c'était fini. Lui. Ce type, qui avait toujours eu des beaux petits mots pour moi. Il avait rejeté du revers de la main le peu que j'avais pu lui offrir, parce que j'avais pas grand chose, mais évidemment, c'était pas assez. J'étais pas assez pour lui. J'étais qu'un dealer, qu'un gamin qui avait mal tourné. J'étais redevenu le numéro de dossier du départ, un criminel parmi les autres.

J'étais en colère. Mon air laissant voir que le volcan allait éclater à tout moment. « That's it ? So you fuck me and then throw me away?? I'm a fucking human being you know. I'm not just trash. » Mais ça, même lui ne le comprenait pas. « You just can't do that. How could you? You should've said no right away. You gave me fake hopes, and waited to tell me ?? » J'avais mal, je voulais que ça arrête, je voulais pas que ça me monte aux yeux, mais j'avais plus le contrôle sur ce que je pouvais bien vivre. « I know I don't have much to offer, but that's all I have...   » Pour le coup, je crois bien que si j'avais eu un ton de colère au départ, je m'étais brisé, dans ma voix à ses mots là. Il voulait pas de moi. « I thought... I was important to you. I guess I was wrong. I'm sorry I was. » Parce que je me sentais ridicule comme jamais. Comme cette pauvre idiote qui était tombé sous le charme du mec inatteignable. Il m'avait laissé voir une facette de lui que j'aurais jamais cru voir un jour. Je me sentais plus si bien, de trop, même. Je me sentais de trop, depuis des années pour dire vrai, mais cette fois, c'était le pied, comme on dirait.

Je m'étais pas fait prier pour fuir, pour prendre mon haut et laisser le reste derrière.  Le reste, qui était lui. Lui et ses mots, ses espoirs, l'estime que j'avais pu tranquillement rebâtir avec lui. J'étais de retour à la case départ, et j'avais pas réalisé à quel pour il avait mine de rien, réussis à me rendre plus loin que je l'aurais espéré. J'avais attendu d'être à l'extérieur, pour me permettre cette fois de vivre une émotion, que je croyais avoir abandonné y'avais de ça des années. J'avais perdu mes années d'efforts, à me construire une carapace. Il me l'avait arraché en un instant, et je me retrouvait comme un idiot à pleurer, parce que j'avais plus rien, parce que j'avais plus grand chose pour me protéger. J'avais définitivement plus nul part où aller, parce que le semblant de sentiment de sécurité, a place like home, aussi idiot que cela puisse paraître, au poste de police, avait perdu cette importance. Et le pire dans tout ça, était bien que j'avais rien pour me calmer. J'avais que ce coin de rue, tout aussi vide que moi, en ce moment, caché entre deux vieux conteneurs de déchets qui avaient vu de meilleures jours. J'étais comme eux, au final, c'était comme ça que je me sentais. Mais j'aurais aimé comme eux ne pas avoir un coeur qui faisait aussi mal, ne pas avoir d'émotions tout court. Arrêter de ressentir quoi que ce soit, pour de bon, c'était peut-être de ça que j'avais eu tant de besoin, et tant cherché depuis longtemps
Revenir en haut Aller en bas
 
Pupper
Pupper
Masculin MESSAGES : 661
INSCRIPTION : 06/04/2017
ÂGE : 23
CRÉDITS : Dunno

UNIVERS FÉTICHE : Un peu de tout
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t918-le-pti-moka
Donut

I never needed drugs. Everything i loved destroyed me enough [+18] - Page 3 Empty


William
J'ai 34 ans et je vis à New York, USA. Dans la vie, je suis policier et je m'en sors bien.




Henry Cavill
Je m'attendais à une réaction plutôt similaire à celle-ci, bien que j'aurais espérer pouvoir l'éviter. J'aurais aimé que Dimitry comprenne que ce n'était pas lui le problème, que je ne le rejetais pas comme s'il n'était qu'un déchet après un peu de sexe, après avoir tiré ce que je pouvais de lui. C'était bien tout le contraire, mais des raisons autres, hors de notre contrôle à tous les deux, faisaient que l'on ne pouvait pas se permettre une telle relation ... Du moins, pas maintenant, pas tout de suite. Pas dans de telles circonstances. J'aurais aimé qu'il le comprenne, mais c'était espérer un petit miracle. Dans sa vie à lui et ses difficultés à lui, il était plutôt normal qu'il saute ainsi aux conclusions que je le rejetais, qu'il n'était qu'un moyen que rien à mes yeux, que je m'étais joué de lui. C'était ce à quoi il avait l'habitude, c'était cette estime-là qu'il avait de lui-même. Je réalisais pleinement que je venais de le briser, d'anéantir en quelques instants tout le progrès que nous avions pu faire ensemble. « I'm sorry, I'm so sorry, thats not how I wanted things to happen .... I never meant to use to, I really do feel a connection between us, but there are reasons out of our control that can't let this happen ... Its not you, Mitry ... »

Mais rien à faire, mes paroles passaient par-dessus sa tête et il ne les écoutait pas, ou ne voulait rien entendre. Il ne s'était pas fait prier pour fuir, finissant de s'habiller en quatrième vitesse pour disparaître dans la rue sans se retourner, malgré mes tentatives d'appeler son nom, de le garder avec moi, de le raisonner. Je ne pu que le regarder partir et me maudire d'avoir tout ruiné, comme un pauvre con ... avec aussi ce petit pincement au coeur, de voir partir un jeune homme auquel je tenais beaucoup, je le savais bien désormais. Ça faisait mal en plusieurs sens, et ça m'inquiétait profondément. Mais je ne pouvais rien faire, alors qu'il disparaissait de mon champ de vision et que je tapais une fois, deux fois dans le mur du plat de la main avec une expression rageuse. Je venais de le renvoyer à la rue dans un état pas possible. Je venais de le condamner.

Je m'étais endormi ce soir-là en souhaitant de tout coeur avoir tort, que ce pauvre gamin ne soit pas retourné s'enfoncer encore davantage dans ses mauvaises habitudes. Il m'avait été difficile de dormir, et j'avais une tête de merde le lendemain matin au boulot. On me l'avait fait remarqué et je m'étais contenté de grogner en réponse, d'hausser les épaules et de mettre ça sur une mauvaise nuit de sommeil sans plus amples explications. Aucune nouvelle de toute la journée, mais cela n'était pas rare. Rien le lendemain non plus, et bien que ce soit peut-être un peu extrême et désespéré comme comportement, j'étais allé me promener en voiture dans les endroits qu'il fréquentait habituellement. Même quelques coins de rue de plus aux alentours, élargissant le périmètre. Aucune trace du gamin. Aucune. Et merde que ça me faisait peur tout ça.

Au final je n'étais pas tenable au boulot, je tournais en rond dans le bureau et stressait et était de mauvaise humeur. Bien entendu que je ne fournissais aucune explication à mes collègues, qui auraient tôt fait de me tomber sur la gueule en me sermonnant que j'avais aucune affaire à m'attacher autant à un petit gamin de la rue et que j'avais été infiniment con. Ils ne comprendraient pas, ne pouvaient pas comprendre. Ils n'avaient aucune idée à quel point ce jeune était important pour moi, à quel point j'avais pu merder et le briser en mille miettes, à quel point je m'inquiétais pour lui .... ni même à quel point le risque était élevé qu'il fasse une connerie. Moi je savais, et c'était un cauchemar.

Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


I never needed drugs. Everything i loved destroyed me enough [+18] - Page 3 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
I never needed drugs. Everything i loved destroyed me enough [+18]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» I don't love you like I loved you yesterday ۴ ISIS
» i loved you so much that it hurts so bad # DALIA - terminé
» i needed you. (oron)
» Tinker Bell ~ You gave away the things you loved, and one of them was me [TERMINE]
» [Unicorn IvE] Shugenja bow tech (avec variantes) HELP NEEDED

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: