Partagez
 
 
 

 Mon empire pour un cheval à vapeur ~Calville ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 
En ligne
Seolanne
Seolanne
Féminin MESSAGES : 714
INSCRIPTION : 29/09/2018
ÂGE : 36
CRÉDITS : icone : Luis Royo. Sign by La Fougère extraterrestre

UNIVERS FÉTICHE : Contemporain //Medfan//Historique// Vampire// Steampunk//PostAppo
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

http://www.letempsdunrp.com/t3433-mes-folies-mes-obsessions
Donut

Mon empire pour un cheval à vapeur  ~Calville ~ Empty

Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Londres et ses alentours, 1889
Cela fait plusieurs années que Joshua Wrayburn prépare sa vengeance sur le  Vicompte d'Aquin, Gilbert de Warwick. Lorsque les deux hommes étaient plus jeunes, par pur snobisme de classe, De Warwick s'est placé sur le chemin de Wrayburn, lui faisant perdre un contrat et un pret crucial à la suite de ses projets. A l'époque, il était trop pauvre. Manquait d'appuit pour réagir sur le champ, il a ravalé sa fierté, sans oublier l'offense...

Quinze ans plus tard, la situation est différente. Joshua est un homme établi et ses affaires sont florissantes. Sa réputation d'inflexibilité n'est plus à faire. Néanmoins, pour s'élever encore d'avantage, il a besoin d'une épouse rompue à la voltige de la haute société, d'une lignée sans reproche et doté d'un brin de beauté. Histoire que les nuits ne soient pas trop désagréables et qu'un héritier se profile rapidement.

Le choix pourrait être périlleux, il ne l'est pas. Malgré les propositions qui abondent des matrones empressées, son choix est fait depuis longtemps. Qui d'autre qu'Amalia de Warwick, fille et prunelle de ce cher Gilbert dont il tient la réputation et la fortune entre ses mains. Préparez les bans, la noce ne tardera pas. L'avis de la donzelle? Secondaire, voyons.


Contexte provenant de cette [url=LIEN]recherche[/url]
Revenir en haut Aller en bas
 
Calville
Calville
MESSAGES : 353
INSCRIPTION : 30/06/2018
ÂGE : 37
CRÉDITS : Funnyanimals2017

UNIVERS FÉTICHE : Historique, Science Fiction, Reel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

http://www.letempsdunrp.com/t2719-du-rp-a-gogo#58230 http://www.letempsdunrp.com/t2582-lui-elle-moi-eux-nous-entre-autre#55932
Pigeon

Mon empire pour un cheval à vapeur  ~Calville ~ Empty


Gilbert de Warwick
J'ai 52 ans et je vis à Londres, Angleterre, Je suis issue d'une vieille famille noble d'Angleterre et porte le titre de Vicomte d'Aquin.  Depuis des années je suis propriétaire d'une des plus grandes compagnie de chemin de fers d'Angleterre. Je suis Père de deux enfants, dont Amalia qui me succédera dans quelques années. Ma fortune s'effrite chaque jour un peu plus , le jeu et les femmes étant mes plus gros defaut. Je suis fourbe, hautain et je n'hesite pas à écraser les petits vermisseaux qui n'ont pas mon rang.





André Dussolier©️ Calville


- Voyons jeune homme, vous savez qui je suis n'est-ce pas ?
- Oui Monsieur, mais la maison ne peut vous faire plus crédit.
- Crédit?! Crédit?! Je demande une avance sur mes futurs gains !
- Je suis désolé Monsieur, mais nous ne pouvons plus vous..
- Un souci ? s'inquieta un homme que l'on savait de service
- Monsieur le Vicomte désire avoir une avance sur ..
- Vous nous devez déjà 4000 livres Monsieur, nous ne pouvons vous avancer plus tant que vos dettes ne...
- Allez au diable crétin !

Sous les regards de certains des plus grosses fortunes de la region, il repartit en furie du club de jeux qui venait de lui fermer ses portes et ses crédits, l'homme élégamment habillé traversa la rue pour aller dans le plus chic des clubs pour hommes d'Angleterre. Cigare aux lèvres, il pénétra dans ce club pour gentleman.

- Monsieur. Le portier lui ouvrit la porte alors qu'un autre homme vient prendre son manteau.Il s'assit dans un fauteuil en cuir foncé reprenant une bouffé de cet ecoeurant cigare. Il gardait la tête haute malgré l'affront qu'il venait de subir. La rumeur courrait déjà depuis quelques temps, il ne payait pas. Par fierté ou simplement par volonté, les clubs lui fermaient les portes un a un.  La vérité était la plus simple possible, il n'avait pas de quoi payer. Ni ses dettes, ni sa compagnie qui bientôt tomberaient en disgrâce, ni les filles qui lui procuraient du plaisir. Il trouverait le moyen de s'en sortir, il lui fallait juste du temps.

Edward, le maître d’hôtel stoppa devant le Vicomte qui commençait à parler de l'influence de British South Africa Chartered Company qui venait de voir le jour dans le sud de l'Afrique. L'homme était nerveux, en sueur


- "Monsieur. "
- Edward, faites nous portez des brandys nos gorges sont sèches.
- "Monsieur, puis je vous parler en privé ? C'est .. important Monsieur"

Le rire gars d'un vieil entêté s’échappa de ses lèvres. Il se leva s'excusant auprès de ses collègues masculin.

- Une question de vie ou de mort surement.  

Derrière eux les rires encore plus gras sous les souffles de fumée abondantes . La voix d'Edward se fit plus basse loin, il l’espérait, des oreilles indiscrètes.

- Monsieur je suis désolé vous ne pouvez rester dans ce club, vous n'avez pas payé vos cotisations depuis 4 mois, notre directeur ne peut plus attendre votre bon vouloir.Je vous demanderais de bien vouloir sortir, discrètement, nous ne voulons pas d'esclandre.


RP en discussion : Thème star wars: Mioon / Thème autre : Vie antérieur-phobie : Hiyorin

Mon empire pour un cheval à vapeur  ~Calville ~ 620785chatbott
Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
Seolanne
Seolanne
Féminin MESSAGES : 714
INSCRIPTION : 29/09/2018
ÂGE : 36
CRÉDITS : icone : Luis Royo. Sign by La Fougère extraterrestre

UNIVERS FÉTICHE : Contemporain //Medfan//Historique// Vampire// Steampunk//PostAppo
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

http://www.letempsdunrp.com/t3433-mes-folies-mes-obsessions
Donut

Mon empire pour un cheval à vapeur  ~Calville ~ Empty


Joshua Wrayburn
J'ai 34ans ans et je vis à Londres et alentours, Angleterre. Dans la vie, je suis un baron de l'acier et la vapeur et je m'en sors vraiment très bien. Je suis orphelin et je me suis elevé dans les couches de la société londonienne grace à ma volonté, un tempérament qui ne lâche rien et beaucoup de travail.
Après des débuts difficile, je suis à la tête de plusieurs entreprises, certaines légales, d'autres beaucoup moins. La noblesse anglaise, jalouse de ses privilèges, me ferme beaucoup trop de portes à mon gout mais cela changera bientôt avec mes futures noces
Vincent Cassel ©️ Calville


La scène dans le club n'avait pas échappé à l'oeil aiguisé d'un homme lisant les pages financières de The Economist. Un fin sourire se dessine, bien qu'il soit difficile de l’attribuer aux nouvelles qu'il découvre ou à la breve entrevue entre le majordome et le Vicomte. Nonchalamment, il replie le quotidien et emboîte le pas aux deux hommes. A distance respectable, il lui est facile de saisir la teneur des propos sinon les mots exacts qui sont échangés. Après tout, il n'est pas pour rien dans la disgrace financière de l'auguste personnage.  Le regard de Warwick promet une esclandre et Edward qui ne peut imaginer un tel scandale au sein du respectable établissement  s'apprête à s’adjoindre l'aide d'un autre employé pour l'éviter à tout prix. C'est ce moment que décide d'interrompre Joshua.

-Messieurs, si  je puis vous être d'une quelconque utilité? J'ai entendu le problème qui se pose à vous. Laissez moi régler les cotisations de ce gentleman pour... -Il jette un regard à l'homme, qui garde son attitude on ne peut plus arrogante. Cela ne le dérange aucunement. - Pour les six prochains mois à venir.  
Edward, lui le regarde comme si il était le messie réincarné, sans pour autant perdre le fil des ardoises qui sont dues. -Je m'en voudrais d'être indélicat, mais il y a déjà quatre mois qui s'ajoutent et...
-Ne vous inquiétez pas mon bon. Je ne peux laisser  ce club perdre un membre aussi influent.

Le majordome n'en demande pas d'avantage et s'éclipse rapidement, laissant les deux hommes en tête à tête. Joshua dévisage le vicomte, avant de l’entraîner dans  le salon où rapidement un scotch leur sera servi. Le temps n'a vraiment pas été tendre avec lui. Non. Vraiment pas. Trop d’excès en tout genre.  Il prend le temps de boire une gorgée avant de se tourner vers l'homme.

-Je n'ai pas pu me retenir d'intervenir devant une telle infamie. Ho, il ne s'agit pas de charité, je ne vous ferais pas cet affront.  Je suis certain que dès demain, vous me ferez parvenir une lettre de créance de votre banque. Je peux me permettre d'attendre que vous soyez à nouveau en fond.

Il laisse planer un instant de silence. Il admet savourer ce moment. Après tout, il y travaille en dilettante depuis plusieurs années. Et voir que sa sueur porte ses fruits est terriblement satisfaisante.  Et, comme si  il venait de s’apercevoir de son faux-pas, tend la main  à son obligé.
- Me ferez vous le plaisir de votre compagnie? Et dire que je ne me suis pas présenté. Joshua Wrayburn, des Aeronefs Wyndham.
Il n'en rajoutera pas d'avantage. Il sait que si son nom personnel ne lui dira probablement rien, celui de sa compagnie, c'est autre chose. Surtout sachant que la prunelle de ses yeux, la figure de proue de ses dirigeables, l'Amaryllis  Hawck, vient de battre le record de vitesse entre Londres et Paris il y a  quelques semaines et que toute la presse en a parlé.

Revenir en haut Aller en bas
 
Calville
Calville
MESSAGES : 353
INSCRIPTION : 30/06/2018
ÂGE : 37
CRÉDITS : Funnyanimals2017

UNIVERS FÉTICHE : Historique, Science Fiction, Reel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

http://www.letempsdunrp.com/t2719-du-rp-a-gogo#58230 http://www.letempsdunrp.com/t2582-lui-elle-moi-eux-nous-entre-autre#55932
Pigeon

Mon empire pour un cheval à vapeur  ~Calville ~ Empty


Gilbert de Warwick
J'ai 52 ans et je vis à Londres, Angleterre, Je suis issue d'une vieille famille noble d'Angleterre et porte le titre de Vicomte d'Aquin.  Depuis des années je suis propriétaire d'une des plus grandes compagnie de chemin de fers d'Angleterre. Je suis Père de deux enfants, dont Amalia qui me succédera dans quelques années. Ma fortune s'effrite chaque jour un peu plus , le jeu et les femmes étant mes plus gros defaut. Je suis fourbe, hautain et je n'hesite pas à écraser les petits vermisseaux qui n'ont pas mon rang.





André Dussolier©️ Calville


Partir du club pour une histoire de .. cotisations? Edward etait devenu fou ? On ne chasse pas un Warwick ! Il allait sauter au cou de ce petit impertinent, voir lui faire gouter de sa canne qu'il serrait dans ses mains, lui ce serviteur, ce .. malandrin qui osait le mettre dehors de ce club, dernier bastion qui lui restait encore d'une fortune qui s’effilochait . La voix d'un homme se fit derrière lui. Il regarda le jeune homme, plutot l'homme mur et l'écouta. Il paierait ? Bien, très bien, il savait à qui il avait à faire au moins. Le regard de Gilbert de Warwick redevient ce qu'il a toujours été, méprisant. Méprisant pour Edward qu'il ferait en sorte de virer. Celui ci après s’être assuré que la somme serait payé fila directement dans les bureaux.

Le regard Hautain se porte sur celui qui venait de sauver sa réputation, même si jamais il ne l'avouerait. Il ne le connait pas, mais son style lui plait et l'appel de l'argent qu'il semble détenir encore plus. Il le suivit dans un salon et avec plaisir gouta ce verre d'alcool salvateur.

- Vous.. Aurait-il des remerciements à faire ? Non l’homme est outrageusement fier et hautain. Merci ne faisait pas parti de son vocabulaire, et après tout, qui aide le plus fort a des chances d'aller loin. De Warwick se prenait encore pour le plus fort.  Vous avez bien fait. Ce misérable cloporte sans le sous va vite se retrouver sans travail. Comment a t-il osé?  Jeune homme, votre geste vous sera salutaire quand mon contrat avec sa Majesté aura été approuvé, et ils s'ecraseront à nouveau sous mon poing. Bandes de crétins désargentés.

Personne ne s'oppose à un Warwick, ceux qui avaient essayés s'en étaient mordu les doigts. Aujourd'hui c'etait peut-etre un peu moins vrai, mais personne encore dans le beau monde ne connaissait sa situation. Il faisait passer ses creances pour volonté d'ennuyer les gens. L'histoire des créances tique un instant son orgueil,  

Mes fonds vont très bien. Je n'ai juste par d'argent sur moi, ils s'en sortent bien. Et vous aussi. J'aviserais qui de droit dès demain pour que l'on vous remercie

Je te jète un os, petit roquet. Après tout, qui était cet homme qui avait mis son nez dans ses affaires. Cela devenait une sale habitude chez les gens, d'abords ces quelques contrats qui lui étaient passés sous le nez, faisant perdre une fortune à sa compagnie qui avait misé sur des expensions qui ne verraient pas le jour, puis ses credits qui devenaient de plus en plus durs à rembourser. Si son interlocuteur avait autant d'argent, il pourrait s'en servir pour se remettre à flots courant.

Wrayburn inconnu, encore un petit arriviste , les Aeronefs Wyndham, mais bien sur ! Les sourcils se haussent d'une surprise. . Oui il connaissait, bien sur qu'il connaissait, la réussite de Hawk avait suscité beaucoup d'admiration.


- Oui. Oui, je connais. En etes vous le dirigeant ou un petit sous fifre ? Je pourrais vous proposer quelques petits accords rien qu'entre nous. Avec vos fonds et ma reputation, nous ferions une paire parfaite ! Le rire grinçant d'un vieux noble qui venait de flairer LA bonne affaire.  Tu paies, je recupères les bénéfices, c'etait l'idée formidable qui venait de lui passer dans la tete.


RP en discussion : Thème star wars: Mioon / Thème autre : Vie antérieur-phobie : Hiyorin

Mon empire pour un cheval à vapeur  ~Calville ~ 620785chatbott
Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
Seolanne
Seolanne
Féminin MESSAGES : 714
INSCRIPTION : 29/09/2018
ÂGE : 36
CRÉDITS : icone : Luis Royo. Sign by La Fougère extraterrestre

UNIVERS FÉTICHE : Contemporain //Medfan//Historique// Vampire// Steampunk//PostAppo
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

http://www.letempsdunrp.com/t3433-mes-folies-mes-obsessions
Donut

Mon empire pour un cheval à vapeur  ~Calville ~ Empty


Joshua Wrayburn
J'ai 34ans ans et je vis à Londres et alentours, Angleterre. Dans la vie, je suis un baron de l'acier et la vapeur et je m'en sors vraiment très bien. Je suis orphelin et je me suis elevé dans les couches de la société londonienne grace à ma volonté, un tempérament qui ne lâche rien et beaucoup de travail.
Après des débuts difficile, je suis à la tête de plusieurs entreprises, certaines légales, d'autres beaucoup moins. La noblesse anglaise, jalouse de ses privilèges, me ferme beaucoup trop de portes à mon gout mais cela changera bientôt avec mes futures noces
Vincent Cassel ©️ Calville

Il n'attend pas de remerciements de l'odieux personnage qui se trouve en face de lui et lui offre un visage des plus affables. Le sourire est engageant, pas tant qu'il puisse être pris pour un pigeon de première catégorie. Si il n'a pas l'intention de montrer ses  vraies couleurs de trickster avant l'heure, il est loin d'être un arlequin. Il acquiesce. Opine aux déclarations sans queue ni tete de Warwick. Il a envie de rire. Croit il vraiment que son nom lui permette encore d'avoir ce genre d'influence au sein du Diogene's Club? Est il si aveugle et si arrogant qu'il ne  remarque pas que sa fortune et réputation ne tiennent plus qu'à quelques fils?

-Edward n'a évidement plus sa place ici. Ce manque de respect à votre égard. Je ne sais comment vous faites pour supporter ce camouflet. Il était de mon devoir de Gentleman d'intervenir face à votre déconvenue.

L'art d'enfoncer le stylet dans le plaie, d'insulter en toute courtoisie sans que l'autre ne puisse en prendre ombrage. God Save the Queen. Et si il est certain d'une chose, c'est que le Valet ne perdra pas sa place pour si peu. L'avenir pécuniaire et la réputation du Majordome lui importent peu au fond. Non. Il s'agit simplement de contrecarrer  l'hubris de sa cible. De lui interdire la moindre satisfaction. Petit personnage. L'hubris, il l'aime tellement. Il esquisse un geste fluide du poignet, indiquant que le sujet est clos, préférant boire une gorgée de scotch, excellent au demeurant.

-Mais c'est une évidence, mon bon Warwick. Les hommes du peuples comprennent si peu les motivations qui nous animent. Ils sont si vulgaires. Parler d'argent de poche dans nos moments de détente. Vous me signerez une lettre de créance avant de partir.


Il ne lui fait aucune confiance. Si Warwick peut s'eclipser sans autre, il n'hésitera pas à le faire. Ils n'ont eu d'autre temoin que'Edward et celui ci gardera le silence. Comment parvient il a garder un ton sérieux et concentré, Joshua l'ignore. Mais il finit de tisser sa toile autour de ce charmant Gilbert, avec une patience angélique.Comme prévu le nom de sa compagnie attise la convoitise de l'homme et il se jette plus en avant entre les pattes de l'Araignée.

-J'en suis le fondateur et principal actionnaire, à plus de 70%.
-Et cette fois, la fierté qu'il éprouve n'est en rien simulée. Il a construit un empire volant à partir de rien et il ne ménage pas ses peines. Il se tient très proches de chaque départements et il choisit lui même les têtes pensantes qui découvrent les innovations de demain. Un coup d'oeil par la fenêtre lui offre le spectacle du mat amarrage qui surplombe le paysage londonien. Que serait Hyde Park sans cette vision! -Je pense que c'est une excellent idée, nous devrions en discuter plus en avant. J'ai l'intention de poser bientot un brevet pour un nouveau fuselage....

Over my dead body! Ne voit il pas combien il est transparent? C'est l'arrivée d'un automate qui l’empêche d'en dire d'avantage. Il lâche un petit jet de vapeur et sur le plateau d'argent fixé à ses bras métalliques, un tube orné du nom de Joshua repose. Il prend le temps de le lire et le plie dans la poche avant de son veston. Il repose son verre encore à moitié plein.

-Je crains hélas que cela ne doive attendre demain. Je suis attendu à mon cercle de jeu favori pour poursuivre la soirée en toute détente. Je vous souhaite donc la bonne nuit. Enchanté d'avoir fait votre connaissance.


Il se tourne vers l'automaton et parle d'une voix distincte, articulant exagérément. - Fait préparer ma voiture. - Puis il se dirige vers la porte. Il allait en franchir le seuil quand une idée semble lui parvenir. Il pivote et ajoute. -Mais j'y pense. Pourquoi ne m'accompagneriez vous pas? Si bien sur vous êtes amateur de jeu. Je m'en voudrais de vous pousser au vice. Je comprendrais parfaitement si Madame votre Epouse y trouverait à redire ou votre absence de  moyens présents était un frein....

Le poisson est ferré, il suffit de le remonter. Warwick sera incapable de se montrer raisonnable. Incapable de faire preuve de bon sens. Joshua est absolument ravi de la manière dont se déroule sa soirée. Il n'avait pas forcement prévu d'agir dès ce soir, mais l'occasion était bien trop belle.


Revenir en haut Aller en bas
 
Calville
Calville
MESSAGES : 353
INSCRIPTION : 30/06/2018
ÂGE : 37
CRÉDITS : Funnyanimals2017

UNIVERS FÉTICHE : Historique, Science Fiction, Reel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

http://www.letempsdunrp.com/t2719-du-rp-a-gogo#58230 http://www.letempsdunrp.com/t2582-lui-elle-moi-eux-nous-entre-autre#55932
Pigeon

Mon empire pour un cheval à vapeur  ~Calville ~ Empty


Gilbert de Warwick
J'ai 52 ans et je vis à Londres, Angleterre, Je suis issue d'une vieille famille noble d'Angleterre et porte le titre de Vicomte d'Aquin.  Depuis des années je suis propriétaire d'une des plus grandes compagnie de chemin de fers d'Angleterre. Je suis Père de deux enfants, dont Amalia qui me succédera dans quelques années. Ma fortune s'effrite chaque jour un peu plus , le jeu et les femmes étant mes plus gros defaut. Je suis fourbe, hautain et je n'hesite pas à écraser les petits vermisseaux qui n'ont pas mon rang.





André Dussolier©️ Calville


- Le Fondateur ? L'amusement autant que l'interet se lisaient dans le regard envieux et pétillant qu'il lançait à son interlocuteur, sa chance tournait dans le bon sens. Si ce petit avorton n'était pas trop bete, sans etre trop intelligent, la mitraille tomberait bientôt dans son escarcelle, il se referait en quelques jours , et sa famille ne verrait pas son nom entaché par quelques pertes pécuniaires et lui pourrait continuer à vivre sa vie dissolue. L'homme semblait ouvert à son discours d'association, quelle plus belle victoire. Il n'avait jamais rencontré ce Wrayburn, mais sa réputation d'homme inflexible le précédait, mais pour l'instant il n'était qu’un oisillon sous les serres d'un aigles. De Warwick saurait aisément le manipuler pour tirer avantage du jeune homme.

- Je serais ravi de parler avec vous d'affaires honorables, un fuselage dites vous ? Je saurais vous trouver de bons materiaux pour vos recherches si vous en avez le besoin mon bon Monsieur


Etre associé à cette nouveauté serait un plus considérable dans l'univers de Warwick. Il y avait quelques semaines que certaines de ses savants avaient quitté le navire laissant les projets à l'état de projet, il n'avait jamais su qui avait pu les débaucher . Mais il ne s'en etait pas inquiété, vu que ce qui était déjà en marche fonctionnait très bien. Ca avait été une erreur, dans ce monde de vapeur et d'automate il fallait innover, chaque jour, chaque mois pour que les affaires puissent tourner convenablement.

Savez vous que le Blake va mettre les voiles bientôt?  Son envol est prévu pour le 15 du mois qui arrive, nous avons participé à son élaboration jeune homme, et si vous désirez je peux vous faire parvenir une petite invitation


Petite invitation, comme un autre os à ronger, Le Blake, ce navire volant était l'une des fiertés de De Warwick , la dernière et la rare dont il parlait encore ouvertement. Parler travail, rien que travail, cela évitait à son interlocuteur de se rappeler sa lettre de créance , d'ailleurs quand le serviteur à boulon vient lui porter un message, il prit congé de lui sans la réclamer et si De Wrayburn venait à dire partout qu'il avait prêté de l'argent pour les cotisations du club, qui pourrait prétendre que ce n’était pas un don et non un pret ? Mais de savoir où il partait, lui fit parcourir le corps d'un frisson, le jeu comme les puterelles étaient ses péchés mignon . Joshua semblait avoir entendu ses pensées les plus profondes en l'invitant courtoisement à son cercle de jeu. C'etait une folie, s'il perdait ce qu'il lui restait il ne restait plus qu'a vendre sa société .. mais c’était si tentant.. Non .. Si ... Personne n'oserait se  mesurer à lui, l'incident de ce soir ne serait qu'un vague souvenir qu'il raconterait en enjôlant bien évidement.

- Ma femme ?
Rire plus fort comme si on lui avait raconté la blague de l'année. Elle n'a pas son mot à dire, elle me mange dans la main , ma fille a plus de caractère encore heureux qu'elle soit à Paris. Les femmes sont d'une faiblesse sans nom et vous le savez Monsieur, votre réputation vous précède, je suis persuadé que vous me comprenez . Et si votre voiture peut nous conduire à ma banque, je saurais trouver quelques bas de laines et vous suivre toute cette soirée, cela promet de grands moments.

Le ton se voulait volontairement à la plaisanterie, mais si le pari était risqué de sortir ses dernières économies, il ne perdrait pas aux jeux, pas ce soir alors que la chance lui sourit. Il se frottait les mains au sens propre du terme, cette journée allait etre riche en émotion, et peut-etre aurait-il du temps pour prendre quelques bons plaisir en compagnie de son nouvel ami qu'il ne lacherait pas de sitot, bien loin de s’imaginer ce qui l'attendait.


RP en discussion : Thème star wars: Mioon / Thème autre : Vie antérieur-phobie : Hiyorin

Mon empire pour un cheval à vapeur  ~Calville ~ 620785chatbott
Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
Seolanne
Seolanne
Féminin MESSAGES : 714
INSCRIPTION : 29/09/2018
ÂGE : 36
CRÉDITS : icone : Luis Royo. Sign by La Fougère extraterrestre

UNIVERS FÉTICHE : Contemporain //Medfan//Historique// Vampire// Steampunk//PostAppo
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

http://www.letempsdunrp.com/t3433-mes-folies-mes-obsessions
Donut

Mon empire pour un cheval à vapeur  ~Calville ~ Empty


Joshua Wrayburn
J'ai 34ans ans et je vis à Londres et alentours, Angleterre. Dans la vie, je suis un baron de l'acier et la vapeur et je m'en sors vraiment très bien. Je suis orphelin et je me suis elevé dans les couches de la société londonienne grace à ma volonté, un tempérament qui ne lâche rien et beaucoup de travail.
Après des débuts difficile, je suis à la tête de plusieurs entreprises, certaines légales, d'autres beaucoup moins. La noblesse anglaise, jalouse de ses privilèges, me ferme beaucoup trop de portes à mon gout mais cela changera bientôt avec mes futures noces
Vincent Cassel ©️ Calville


Que cet être vil et sautillant lui répugne. Le regard que Joshua pose sur lui est pourtant attentif, et le sourire affable. Cet homme n'est déjà plus d'une masse de boue déplacée dans les roues de Londres par un fiacre lancé au galop. Il colle, il s'agite, il parle mais n'a aucune grandeur. L'offense faite dans sa jeunesse pourtant ne saurait s'effacer que dans la ruine la plus complète. Qu'une fois le seul éclat de beauté que possède cet avorton à son bras et dans son lit. L'avarice et l'envie, De Warwick les dissimule si mal, ces mamelles qu'il tête depuis trop longtemps. Joshua s'avance et se dévoile. Homme d'industrie et de fortune, refermant les fils d'un piège tendu depuis des années.

Son sourire trahit un instant sa profonde satisfaction, que l'autre homme pourra interpréter comme de la fierté d'être son propre capitaine. Ils évoquent les pièces maitresses de leurs ateliers, les affaires qu'ils pourraient conclure. Chateau de sable en Espagne. Joshua écoute et acquièsce, jamais De Warwick n'associera son nom au sien. Sinon pour lui délivrer le joyau de sa couronne déchue.

-Le Bkake, dites vous? Mais j'en serais ravi. C'est là un vaisseau d'un majestueux qui rend hommages à vos talents dans les affaires.

Flatteries si faciles et si peu consistantes. Peut être l'offrira t'il à sa  future épouse en cadeau de noce si elle a le gout pour les aventures aériennes. De grace. Faites qu'elle ait plus d'esprit que son père. Il y a quelques mois, il a appercu Amalia dans un salon londonien et il a trouvé en sa personne la dernière pièce manquante de son puzzle. Sans l'approcher, il s'est contenté de l'observer évoluer dans les eaux mouvantes de la bonne société. Plutot joliment tournée de sa personne, elle paraissait tenir son rang. Au moins concevoir un héritier avec elle ne sera pas trop une corvée. Cela fait longtemps qu'il n'a pas distillé les plaisirs charnels à une pucelle. La perspective de les faire découvrir à la jolie brune ne lui déplait pas. Au pire les donzelles continueront à réchauffer sa couche si elle est trop récalcitrante  à son devoir conjugal.

Il dévie la conversation sur la pauvre moitié de ce grotesque personnage. Joshua la plaindrait presque d'avoir unie son destin  à cet échec qui s'ignore. Mais baste. A paris, nul doute pour pouvoir respirer loin de son époux. -Ho, si nous faisons affaires plus intimement, je serais heureux de lui présenter mes compliments. Ainsi qu'à votre fille une fois de retour sur le sol anglais. Si bien elle n'est pas déjà promise. Je ne voudrais pas entacher sa reputation stellaire. Les rumeurs de sa beauté bruissent dans le Tout-Londonien. Il me plairait de me reposer  à l'ombre de son charme après ces femmes fades qui nous polluent. Je suis las de ces matrones qui poussent leurs laiderons dans l'espoir d’épousailles.

Il sait pertinament que nul n'a approché sérieusement de Warwick pour la main de sa fille, celle ci ayant pourtant fait son entrée dans le monde il y a quelques années. Non que les propositions n'aient pas affluées. Mais il semblerait qu'aucun prétendant ne soit assez bien pour son père. En présentant une pointe d'attention pour sa progéniture, il sait que De Warwick ne pourra resister à l'envie d'avoir un point de pression sur l'homme d'affaire. Idiot. La majorité de sa fortune est déjà dans les mains de son compagnon. Aucun hasard dans cette rencontre.  L'attrait du cercle de jeu est bien trop fort pour cet amateur de vice en tout genre et il sait qu'il a ferré son poisson. - Bien entendu. Nous irons ensemble ensuite. Vous pourrez déposer ainsi cette lettre de créance.

Hors de question d'apparaitre trop faible. De Warwick méprise qui il peut manipuler trop facilement et Joshua refuse d'être un mouton trop apparent. Mieux vaux qu'il sente les crocs du Loup.  C'est ensemble que les deux hommes rejoignent le véhicule à vapeur dont le reservoir à charbon est déjà sifflant et soufflant grace à la diligence articiciel des automates. La Landau s'élance dans les rues de Londres. Il en aime les tressaillements et la vie, si semblables à ses oiseaux de fer, quand bien même le véhicule est cloué au sol. En une petite dizaine de minutes, ils ont rejoint la City. Il n'accompagnera pas l'homme chez son banquier. Préférant lui concerver l'illusion de la dignité, si celui ci doit mendier que ses quelques fonds restant lui soient versés. Pour son créancier et pour les tables. Fausse commisération à son retour. Il a perdu un peu de sa superbe, bien qu'il tente de le cacher. Les prunelles bleutés trahissent son amusement discret.

-Vous semblez bien pâle, mon bon ami. La vitesse vous aurait elle retournée le ventre? Mon club n'est plus très loin. Vous pourrez vous raffermir avant de gagner les tables. Peut être la présence de quelques demoiselles peu farouches vous aidera t'il? En toute discrétion, bien sur. Vous êtes un homme marié et de haute noblesse, le scandale ne saurait être permis.




Because of you
Go deo i mo chroi, Go deo i mo intinn. Toujours dans mon coeur, toujours dans mon esprit .•°¤ Mags.
Revenir en haut Aller en bas
 
Calville
Calville
MESSAGES : 353
INSCRIPTION : 30/06/2018
ÂGE : 37
CRÉDITS : Funnyanimals2017

UNIVERS FÉTICHE : Historique, Science Fiction, Reel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

http://www.letempsdunrp.com/t2719-du-rp-a-gogo#58230 http://www.letempsdunrp.com/t2582-lui-elle-moi-eux-nous-entre-autre#55932
Pigeon

Mon empire pour un cheval à vapeur  ~Calville ~ Empty


Gilbert de Warwick
J'ai 52 ans et je vis à Londres, Angleterre, Je suis issue d'une vieille famille noble d'Angleterre et porte le titre de Vicomte d'Aquin.  Depuis des années je suis propriétaire d'une des plus grandes compagnie de chemin de fers d'Angleterre. Je suis Père de deux enfants, dont Amalia qui me succédera dans quelques années. Ma fortune s'effrite chaque jour un peu plus , le jeu et les femmes étant mes plus gros defaut. Je suis fourbe, hautain et je n'hesite pas à écraser les petits vermisseaux qui n'ont pas mon rang.





André Dussolier:copyright:️ Calville


Enfin ! Enfin un homme à sa mesure, à l’esprit vif et intéressant. Ce de Wrayburn va lui être d’une grande utilité pour la reprise de ses affaires, il en est totalement persuadé. Il a de l’argent à revendre et nul doute que le vieux roublard qu’était de Warwick saurait guider son interlocuteur vers un marché qui l’avantagerait sans l’ombre d’un doute possible. Il semble réceptif aux paroles de l’ainé. Bien mon garçon, très bien continuez comme ca. Il était plaisant de savoir parler aux jeunes, à celui-ci en particulier. Le Blake, douce fierté purement égoïste qui lui avait couté un bras et dont le cout de revient ne serait rendu qu’au bout de plusieurs années mais de cela pas de souci.

-Mes talents n’ont d’égaux que les vôtres mon jeune ami.  Je suis vraiment im-pre-ssionné par vos dons pour les affaires, vos barques vous mènent vers de grands projets, quel est le prochain sur votre liste ?  Oh bien sur juste entre nous

Flatterie n’a jamais tué personne. Si ce petit a d’assez bon esprit il trouvera une proposition d’alliance des plus convenables. Une alliance qui ne saurait été que bénéfique pour ses propres affaires. Ahhhh il a bien fait de se rendre au club ce soir, ca ne pouvait pas mieux tomber. Il l’écoute attentif aux détails les plus anodins pour ce jeune qui se met à parler femme, un defaut dans sa cuirasse. Sa fille ? Il vient de parler de sa fille. L’idée est excellente si sa fille ne jouait pas encore de son caractère intense! Un large sourire imaginant le mariage des deux et la dot … la dot ! il se retient de se frotter les mains, il est l’or de se reveiller *La folie des grandeurs*, Louis de funès. )

- Elle ne serait visible .. enfin je veux dire, de retour que dans une semaine ou deux, disons, deux ça sera mieux, mais j’y pense pourquoi ne venez-vous pas diner au domaine le dimanche suivant. Notre cuisinière vous fait de ces magnifiques viandes saignantes à cœur. Non ne discutez pas mon ami, vous serez le bienvenu chez nous, et vous pourrez ainsi voir la beauté de ma fille. La pauvre n’est pas mariée, aucun n’a réussi à prendre son cœur * et le mien surtout ! *-  Ne me parlez pas de ces laidrons des basses cours de la noblesse, de vraies horreurs, pauvres et laides. Croyez bien qu’il n’en est rien de ma fille, vous tomberez sous son charme irrémédiablement. Après je ne suis pas objectif, la chair de ma chair.

Leger coup de coude amical au jeune homme. Complicité naissante toute aussi fausse que ses mots. Il aurait tellement voulu avoir un garçon ! Les femmes n’etaient bonnes qu’a coucher, pas à faire des affaires et meme si l’esprit d’Amalia était affuté comme la plus terrible des épées, elle n’était qu’une femme qu’il matait à coup de ceinture. Personne ne la prendrait au sérieux dans les affaires. Fatalité. Mais si elle avait un mari comme ce de wrayburn … peut-etre … oui… Oui…OUIIII !  Heureusement pas le temps de s’affaisser sur ces idées féminines que Joshua enchaine sur la partie la plus plaisante de la soirée, leur départ pour la salle de jeu et quelques rencontres charnelles ; Mais il n’a pas oublié la lettre de creance. Fichtre dieu ! ce garçon est bien, très bien, il saura bien le lui faire oublier à un moment ou un autre le laissant dans les bras puterins . Pour l’heure, dans son véhicule cracheur de fumée et indique l’adresse de sa banque. Il se préparait à trouver un délicieux argument pour le laisser rester dans le véhicule, mais pas besoin celui-ci décidant de son propre chef de ne pas l’accompagner, brave petit.


- Monsieur, vous ne pouvez prendre cette somme, nous versons les salaires après-demain
- Cet argent vous sera rendu avec interet, voyons norbert ne faites pas cette tête, vous me connaissez
- Monsieur c’est l’argent prévu pour les salariés. Vous ne.
- Donnez-moi encore une opposition et je vous fais renvoyer. Vous me donnez l’argent et deux petites lettres de creances, une au nom de joshua de wrayburn et l’autre pour vous, cela vous rassure t-il ? * ne pas perdre contenance devenait de plus en plus difficile ces petits avortons devenaient de plus en plus hardi à mesure que sa fortune diminuait mais ils leur montrerait à tous ! Après jérémiades incessantes, il put enfin toucher la somme des salaires qui s’élevait à quelques milliers de livres pour l'ensemble des ouvriers. Il revient en voiture les mots de ce petit banquier encore en tete, quel misérable avorton !

- Oh je pense que le pudding de ce nouveau salon de thé n’était pas frais, mais ne vous inquietez pas jeune homme, je saurais vous en mettre plein la vue face à ces demoiselles. * déjà il se sentait mieux, l’appel de la chair, l’appel de l’argent, il n’y avait rien de mieux pour retrouver la santé. Il agita une liasse bien pleine et lui tendit sa lettre.

- Cet argent je ne peux pas vous le rendre avec ce que j'ai dans la main c'est l'argent de mes employés voyez vous mettant son index sur ses levres en ricanant, personne ne devrait savoir mais ce Joshua lui plaisait et si il devenait son beau fils, il aurait à partager bien des choses. - dès que j'ai récupéré ma mise, je vous le rends sans délai, les bons comptes ont toujours fait les bons amis.


RP en discussion : Thème star wars: Mioon / Thème autre : Vie antérieur-phobie : Hiyorin

Mon empire pour un cheval à vapeur  ~Calville ~ 620785chatbott
Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
Seolanne
Seolanne
Féminin MESSAGES : 714
INSCRIPTION : 29/09/2018
ÂGE : 36
CRÉDITS : icone : Luis Royo. Sign by La Fougère extraterrestre

UNIVERS FÉTICHE : Contemporain //Medfan//Historique// Vampire// Steampunk//PostAppo
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

http://www.letempsdunrp.com/t3433-mes-folies-mes-obsessions
Donut

Mon empire pour un cheval à vapeur  ~Calville ~ Empty


Joshua Wrayburn
J'ai 34ans ans et je vis à Londres et alentours, Angleterre. Dans la vie, je suis un baron de l'acier et la vapeur et je m'en sors vraiment très bien. Je suis orphelin et je me suis elevé dans les couches de la société londonienne grace à ma volonté, un tempérament qui ne lâche rien et beaucoup de travail.
Après des débuts difficile, je suis à la tête de plusieurs entreprises, certaines légales, d'autres beaucoup moins. La noblesse anglaise, jalouse de ses privilèges, me ferme beaucoup trop de portes à mon gout mais cela changera bientôt avec mes futures noces
Vincent Cassel :copyright:️ Calville

C'est totalement volontairement que Joshua ne se propose pas pour accompagner son nouvel ami dans les méandres de sa banque. Sa présence n'accomplirait rien et il a des détails à régler. Il est resté lèvres closes sur ses prochains projets et les nouvelles téchnologies qui sont developpées en grand secret dans ses ateliers. Il aura pour seule réponse un sourire matois et entendu. De Warwick ne pouvait pas insister sans dévoiler une avidité au-delà de l'image bénévolente qu'il souhaite donner. Et il est un poisson déjà ferré. Il s'agit de le remonter en douceur vers un trépas qui le sera moins. Si l'homme s'achève lui même, c'est encore mieux. Néanmoins, le jeune homme prête une attention réelle aux paroles de son detestable vis à vis. Il y a eu un fourche-langue lorsqu'il a évoqué sa fille. Visible. Ou de retour. Le premier insinue une vision peu plaisante. Si la jeune femme était malade, il l'aurait évoqué sans autre. Il n'a pas intéret à découvrir que celle -ci a disposé d'une "indiscrétion" lors d'un repos prolongé à la campagne. Qu'elle soit encore pucelle serait amusant, mais pas indispensable. L'existence d'un ou d'une batarde promet un scandale qu'il refuse d'associer à son nom. Pas quand il est à la recherche de la respectabilité que le titre de noblesse lui accordera. Du moins à son héritier. Il est grand temps qu'il s'assure d'avoir des yeux et des oreilles dans l'entourage de celle qui est déjà sa promise aux yeux des deux hommes.

L'invitation à les visiter est bien sur acceptée, avec juste ce qu'il faut d'empressement pour un prétendant ayant hâte commencer à faire sa cour dans les règles de l'Art. Cela lui permettra le temps nécessaire pour regler les détails de la chute du Vicompte. Avec deux trois imprévus pour ce cher Gilbert. Le véhicule à vapeur est garé devant l'établissement de prêt et dès que la silhouette rotonde a disparu en haut des marches, un sifflement discret et un jeune gamin jugé en haut d'un large cycle se porte à hauteur de Joshua. Il crache sur les pavés du tabac à chiquer alors qu'il prend ses instructions de la part de son patron. Il visse sur ses yeux des lunettes qui le protège des projections de graviers et en trois grandes poussées de ses longues jambes de mioche de la rue disparait dans une ruelle parallèle. Le conciliabule n'a pas du prendre plus de trois minutes. Satisfait, Joshua saute hors de son siège. Et prenant soin à ne pas se bruler, ouvre la grande trappe sur le coté du capot. Sifflant et soufflant, un jet de vapeur s'échappe. Quatre grosses pelotes de charbon plus tard, l'engin gronde pour reprendre sa route.

Consultant sa montre à gousset, il n'aura aucune impatience. Au contraire. Il sait que ses petites mains s'agitent pour donner les dernieres touches à la soirée qui s'annonce. Avec des gestes sereins, il roule une cigarette qu'il fiche dans un coin de sa bouche. Même l'air poisseux de Londres est plus agréable que l'écoeurant parfum de l'individu qu'il attend. Retour derrière le volant quand l'autre en question redescend les marches. Bien trop satisfait de lui même. Il plie soigneusement la lettre de créance, sachant qu'elle ne sera qu'une pierre dans la faillite de sa proie. Juste une de plus. Néanmoins, il la range dans la poche intérieur de son veston. L'évocation des gourgandines l'amuse. Et il plaint sincérement les femmes qui seraient obligé de se glisser dans les draps avec ce porc vorace.
-Je suis certain que vous saurez les combler au-delà de leurs pales habitudes. Tout comme les mauvais font des ennemis durables. -Les prunelles glaciales ont dardés celles du vicompte, dans un avertissement impitoyable. Il pourrait effrayer l'autre, mais il ne respecte que la force brute. Il ne voudrait pas d'un pigeon comme gendre, n'est ce pas. -Ne parlons pas de choses qui fachent. Les garces et les cartes nous attendent.

Sur le volant, les mains gantés se sont crispées. Heureusements les phalanges blanchies de fureurs sont parfaitement dissimulées. Une veine bat quelques secondes à la mâchoire de Joshua avant qu'il ne reprenne un parfait contrôle de lui même. L'argent de ses employés qu'il veux dilapider aussi légerement. Des familles entières dépendent de leurs maigres gages pour ne pas retrouver à la rue. Et il lance aux quatres vents pour puterelles et jeux de chances. L'envie de lui fourrer son poing dans la gueule sans procès est si tentante. C'est bien trop vite qu'il vire au coin de la rue, le moteur crachant un épais panache. Manquant de faire envoler le chapeau du dévoyé vicompte.

Quelques vingt minutes plus tard, avec des détours volontaires, ils rejoignent la lisière des bas-fonds. Ces quartiers où les bourgeois peuvent s'encanailler sans risquer de se faire dérober ensuite leurs biens. Les lampes à gaz crachotent et clignotent par manque d'entretien. Les quelques automates qui balaient les chaussées sont rouillés et les mouvements grincent audiblement. Joshua coupe l'arrivée de vapeur de la landeau et précède De Warwick devant une porte cochère peu avenante. Il frappera au battant selon un code convenu à l'avance. Un petit panneau glisse dans un claquement sec, un regard. La porte s'ouvre pour leur laisser passage.

L'intérieur à le faste opulent des cercles de jeux les plus privés. Des boiseries apparentes, parfois noircies de la fumée des cigares, des draperies masquent les différentes portes et couloirs qui donnent accès aux profondeurs de l'hotel particulier. Un grand miroir cerclé d'or acceuille les visiteurs, suspendu au dessus d'un bar tenue par une donzelle blonde dont le corset et l'ample jupe maintenue sur une hanche acroche autant le regard que le désir . Elle est la première des femmes qui circulent entre les tables aux rutilants tapis. Impossible de déceler que le miroir est sans tain. Car ils viennent de pénétrer dans la cour des miracles personnelle de Joshua. Un cabaret burlesque et d'illusion. Tout est parfaitement reglé. Orchestré par le propriétaire des lieux. Que rien d'officiel ne relie à l'homme d'affaire. Il faudrait remonter la trace de plusieurs hommes de pailles avant d'arriver à Wraybrun. Et risquer de se retrouver la gorge tranchée avant.

Ils rejoignent une partie de trois autres hommes qui finissaient une manche. Ce que ne peut savoir le Vicompte, c'est qu'ils sont tous à la solde de Joshua. Tout comme la donneuse de carte. SI il y a quelques malencontreux moutons, ce n'est pas à cette table. L'alcool semble se matérialiser gracieusement aux joueurs, apporté par des créatures faites pour distraire et charmer. Joshua parait boire autant que les autres, vidant ses verres aux mêmes rythmes. Porutant, pas d'alcool dans ses verres. Un breuvage qui en a l'apparence et le goût sans les enzymes, mis au point par l'un des chimistes travaillant pour lui. Les parties s'enchainent, semblant parfaitement équilibrées. De warwick gagne régulièrement, mais malgré tout, ses pertes sont sensiblement plus importante que ses gains. Poudre aux yeux. Il parait toujours se refaire, sans rejoindre vraiment les sommes investies, qui vont dans les mains des trois autres hommes sans distinctions. Joshua, lui joue de malchance. S'enerve. Fait de grands gestes. Trahit ses bluffs et ses petits signes trop précis. Il perd beaucoup. Bientot, ce sera lui qui devrait de l'argent à de Warwick. Presque. Jamais completement. Juste hors de portée. Il soupire, la main sur les hanches de la gueuse rousse qui s'est installée sur l'un de ses genoux en debut de cette partie. Caressant négligemment de l'autre une jambe galbée de résille. Les cartes ne sont pas encore distribuées. Mais les mises ont atteints des sommets dangereux. Les guinées gagnées et perdues sont reparties entre les joueurs et devant Joshua, il n'y en a plus guère. Il pousse un profond soupire alors que la rouquine froisse sa chemise du bout de ses ongles laqués de rouge.
-Je crois que la Lady me fuie ce soir. Je pense que je vais me retirer. A moins de vouloir jouer les plans de mon fuselage, je n'ai plus de liquidité pour ce soir. Qu'en pensez vous, De Warwick? On reprend une autre nuit? A moins que vous ayez en tête un gage qui pourrait avoir la valeur de ce que je propose? Mais... je crains que cela ne soit pas le cas.. vous avez déjà sorti la paie de vos hommes.
-Je m'ennuie, Joshua. Vient jouer avec moi plutot. Je te couterais moins cher que lui
, pépie avec dédain la fleur de nuit, mordillant son oreille. Dardant ses prunelles de chatte sur le vicompte, pas moins occupé par une plante brune. - Laisse donc ce triste personnageajoute l'insolente. Et vu le caractère du Sire en question, il n'appréciera pas de voir la trajectoire de sa soirée décidé par une femme, surtout une catin.


Because of you
Go deo i mo chroi, Go deo i mo intinn. Toujours dans mon coeur, toujours dans mon esprit .•°¤ Mags.
Revenir en haut Aller en bas
 
Calville
Calville
MESSAGES : 353
INSCRIPTION : 30/06/2018
ÂGE : 37
CRÉDITS : Funnyanimals2017

UNIVERS FÉTICHE : Historique, Science Fiction, Reel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

http://www.letempsdunrp.com/t2719-du-rp-a-gogo#58230 http://www.letempsdunrp.com/t2582-lui-elle-moi-eux-nous-entre-autre#55932
Pigeon

Mon empire pour un cheval à vapeur  ~Calville ~ Empty


Amalia de Warwick
J'ai 22 ans et je vis à Londres, . Dans la vie, je suis La reine des soirées mondaines et je m'en sors plutot bien si ce n'est le souci d'avoir un père violent, dépensier et qui me considère comme une marchandise de peu de valeurs. Il nous ruine sans état d’âme, notre famille et notre entreprise. Notre domaine tombe en ruine, nos ouvriers et personnels ne sont pas payés, la honte s'abat sur nous. Sinon, grâce à ma chance (et mon caractère ), je suis Célibataire et je le vis plutôt très bien. Malheureusement pour moi les choses vont vite changer ! .

Informations supplémentaires ici.


avatar :copyright:️ NOM CRÉATEUR

Pendant ce temps à Londres. Domaine des de Warwick

Le mensonge avait été distillé dans tout Londres par son Père après qu’il eut perdu son calme une semaine plus tôt. Une fois de plus, une fois de trop. Amalia s’était interposée pour son malheur. Les coups avaient plu,  protégeant sa mère autant qu’elle-même d’une colère alcoolisée qui n’avait aucun équivalent dans la fureur.  Un de Warwick n’accepte jamais qu’on lui dise quoi faire, pas meme pour quelque chose d’aussi futile que payer le personnel du domaine, d’autant plus quand ce sont des femmes ses interlocutrices. Sa mère avait accepté son sort, les coups qui allaient avec, et la tristesse d’une vie sans panache. Mais la jeune femme était loin de vouloir n’être qu’une poupée que l’on manipule. De son père elle avait au moins le caractère, même si elle ne montrait que douceur et frivolité mondaine. Derrière son regard d'un marron presque trop sombre, derrière ses manières de femme mondaine, c'était elle qui avait évité que tout Londres ne se moque de ce que devenait le Comte. Le respect qu'elle inspirait allait à contrario avec le dégout que son Père faisait naitre de plus en plus souvent auprès des personnes qui autrefois se nommaient "amis".

Loin de Paris, loin de la vie mondaine, elle pansait plaies et coups dans l’ombre de leur domaine qui ne recevait plus personne. Loin des fastueuses soirées où tout à chacun venait leur rendre hommage. Aujourd’hui le comportement du Comte était pire que tout, quémandant de l’argent et ne rendant rien bien sûr. D’homme infect et riche auquel on pouvait pardonner son côté acerbe, le traitant d'excentrique, il n’était plus aujourd’hui qu’un monstre égoïste, poivrot et découcheur. Monstre. Ce terme lui allait comme un gant. Des envies de meurtres naissaient parfois dans l'esprit féminin ... et s’évanouissaient aussi vite. La mort ?  Le Châtiment serait bien trop doux. Non il fallait plus. L’anéantir. Le détruire comme il détruisait leurs vies, la vie des ouvriers, l’œuvre de leur famille depuis des générations. Un jour un Loup ferait ses crocs sur le trop plein de dettes qu'ils avaient ou bien la société passerait entre d'autres mains, l'horreur. Ses muscles se tendaient, elle avait envie de cogner quelque chose, de laisser fuir hors d'elle fureur et frustration.


-Mademoiselle. Je dois changer votre bandage.
Fine et légère voix qui lui fit tourner la tete vers celle qui venait de lui parler en entrant dans sa chambre. La petite Lina n’avait pas plus de 14 ans, mais travaillait pour eux depuis sa plus jeune enfance, fille de la nourrice d’Amalia, la jeune femme se demandait toujours si la jeune fille n’était pas sa demi-sœur.. Que lui importait, son père couchait partout et devait avoir nombres de batards.
Elle s’avança dans la chambre sombre et alluma la lampe à huile posée sur la table. Sans un mot, plus en désespoir de cause qu’autre chose, dépitée, l’héritière sans royaume se leva et partit s’asseoir face à elle, les traits de l’arrondi de sa joue encore marqués de bleus, lèvre inférieure fendue.


Délicatement la jeune servante défit le bandage de sa main gauche, celle-ci avait bien dégonflé, mais la gêne persistait à bouger ses doigts. Main écrasée sous le talon, peut-etre des doigts brisés, du moins deux avaient largement souffert de ce traitement. Aucun médecin ne l’avait examiné. Le père n’assumant pas ses actes comme toujours. La petite mordit la lèvre en observant la main fine et marquée encore de violet.- Mademoiselle, il faudrait voir un médecin. Je ne sais comment remettre vos doigts plus droit, je vous ferais plus de mal qu’autre chose Soupire. Trop long soupire pour qu'il ne soit pas entendu. Amalia aurait tellement aimé que cette histoire appartienne au passé. – Ce n’est rien j’irai dans quelques jours, bandez juste la main bien serrée.

Paris. Ce qu’elle aurait voulu y être à cet instant, sans cette douleur, sans sa main presque incapable de saisir correctement le moindre objet. Paris, la Seine, ses rues immense, ses magasins, son ciel à portée. Fermant les yeux elle rêvait à cet éloignement plus que voulu, volant entre ballon et dirigeable à toute vitesse, le vent faisant tournoyer ses longs cheveux chatins dans tous les sens. Grimace la ramenant à la réalité quand le bandage ressert ses doigts. Son regard croisant celui de Lina qui en dit long sur ce qu’elle pense de ce comportement masculin, mais Amalia se tait .Si quelqu’un venait à apprendre ce qui se déroulait dans les murs du domaine, cela en serait finit de leur famille. Elle ne se taisait pas pour son père, bien au contraire, mais pour sa mère qui était entièrement sous sa coupe. Elle le haïssait pour ca, pour le mal qu’un père ne devrait jamais provoquer chez son enfant, pour son dédain, pour avoir plongé leur famille dans la honte, pour cocufier sa mère aussi effrontément.  Oui. Elle haïssait cet homme.

La nuit s’était déjà bien avancée. Le Comte n'était pas encore revenu. Quelle folie allait-il commettre à nouveau?




RP en discussion : Thème star wars: Mioon / Thème autre : Vie antérieur-phobie : Hiyorin

Mon empire pour un cheval à vapeur  ~Calville ~ 620785chatbott
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Mon empire pour un cheval à vapeur  ~Calville ~ Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Mon empire pour un cheval à vapeur ~Calville ~
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Cheval de Guerre [DVDRiP]
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» Un peu de hentaï pour un ado de 15
» « Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers, la tête dans l'cul, l'cul dans l'brouillard » [Bunsit] /!\ Hentaï
» Une nuit avec une déesse [PV Yuko][Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers fantasy-
Sauter vers: