Partagez
 
 
 

 [black mirror] Quand la fidélité est hacké (ft Alles)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
 
ALLES
ALLES
Féminin MESSAGES : 2263
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 22
RÉGION : Bourgogne
CRÉDITS : giphy

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je ne suis pas fermée à tester d'autres choses.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://www.letempsdunrp.com/t2044-mm-celui-qui-voulait-etre-pere-sans-reponse
vanellope

[black mirror] Quand la fidélité est hacké (ft Alles) - Page 2 Empty


Kaleb O'Brady
J'ai 31 ans ans et je vis à San Francisco, USA. Dans la vie, je suis gérant d'un restaurant et je m'en sors bien, enfin ce n'est pas aussi important que le métier d'Elijah, n'est-ce pas ? Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple et je le vis plutôt mal en ce moment.

Ouvrir un restaurant c'était son rêve, et il a pu le réaliser avec l'aide d'Elijah. Les affaires tournent bien mais parfois il a l'impression que son métier est moins important que celui d'Eli, ce qui a tendance à l'énerver. A vrai dire beaucoup de choses ont tendance à l'énerver, c'est une petite boule de nerfs qui a fait beaucoup de progrès au contact de l'homme de sa vie. Enfin, des progrès, ça peut toujours se perdre...


Boyd Holbrook ©️ lux aeterna


Alors qu’il avait fouillé toute la maison au cas où Elijah se soit effondré dans un coin, il avait fini par se faire à l’idée : son homme n’était pas là. Et impossible de savoir où il pouvait être puisque son portable était resté à la maison. Alors, même s’il était inquiet, Kaleb alla se poser sur le canapé, résigné à attendre. Ce serait débile de parcourir toute la ville à sa recherche car Elijah pouvait rentrer à tout moment et ils ne feraient que de se manquer. Et puis sa journée l’avait totalement crevé donc s’asseoir ne serait-ce que quelques minutes ça n’était franchement pas de refus. Alors qu’il était en train de zapper pour trouver un programme télé qui l’intéressait, la télécommande commença à déconner. Kal soupira, tenta de changer les piles mais rien à faire, il ne pouvait plus s’en servir. Rien de dramatique en soi… Jusqu’à ce que la chaîne ne se change toute seule pour diffuser un contenu totalement gênant.

Surpris, Kaleb fronça les sourcils. Du porno ? Ca ressemblait plus à un souvenir qu’autre chose. Il tenta d’éteindre plusieurs fois mais c’est comme si on voulait le forcer à regarder ça. Il se leva alors dans le but d’aller éteindre la télévision directement mais fut stoppé en chemin par ce qu’il entendait. Voilà près de six ans qu’il vivait avec Elijah, qu’il faisait l’amour avec Elijah… Et ses gémissements, il les connaissait par cœur. Alors Kal se figea. Non. Ca n’était pas possible. Ce n’était pas lui. Il devait confondre… Après tout, un gémissement ça n’était pas fiable hein ? Quand il entendit finalement la voix de son amoureux, le sien, ses jambes ne furent plus en mesure de le tenir debout. Il se retrouva obligé de s’asseoir sur la table basse pour supporter le choc.

Kaleb avait été trompé plusieurs fois dans sa vie. Quand il avait rencontré Elijah, il s’était d’abord montré très méfiant, parfois peut-être méchant ou excessif. Avec les années il avait appris à lui faire confiance… Et voilà que tous ses efforts le récompensaient d’une bonne claque dans la gueule. Il aurait voulu arrêter de regarder… Mais il n’y arrivait pas. Ses yeux étaient comme bloqués sur ce qui se passait à l’écran sans qu’il n’ait le pouvoir de se stopper. Ca faisait tellement mal. A cet instant il eut l’impression qu’on fourrait un couteau dans ses entrailles pour lui arracher le cœur. Punition pour s’être laissé à l’amour… Punition pour avoir été un débile amoureux et naïf.

Au bout de dix minutes de vidéo Kal était devenu un zombie. Il se sentait vide. Ni triste, ni en colère, juste détruit. Alors quand la porte de chez eux s’ouvrit, il ne réagit même pas. Non, il n’allait pas sauter sur Elijah. Il ne méritait pas ça. En fait, il ne méritait plus rien de lui. Peu importait la culpabilité, le reste… C’était bien trop facile de s’excuser.
Aussi, quand Eli commença à lui parler, à s’excuser, Kaleb ne tourna même pas la tête, toujours absorbé par l’écran.

Il ne tourna finalement la tête que lorsqu’Elijah commença à s’arracher son implant. Mais c’était trop facile. Il cherchait à le manipuler, à le faire s’inquiéter pour lui. Sauf qu’il ne ressentait juste plus rien. Alors il ne l’empêcha même pas… A la place il se releva et alla dans la chambre. Là, il sortit du placard un grand sac de voyage qu’il commença à remplir avec ses vêtements. Il devait partir d’ici. Si certains couples se relevaient d’une tromperie, lui ne pouvait pas. Il ne pouvait plus. Quand Kal se retrouva seul dans la chambre, face à ce sac rempli… Des larmes de rage se mirent à couler sur ses joues. Le vide fit place à de la colère alors il attrapa la première chose qui lui passa sous la main et l’éclata par terre – à savoir la lampe qui trônait sur le meuble de chevet.

Revenir en haut Aller en bas
 
Lunatique
Lunatique
Féminin MESSAGES : 117
INSCRIPTION : 11/04/2018
ÂGE : 25
RÉGION : Montréal
CRÉDITS : grlwndr

UNIVERS FÉTICHE : Réel, historique, science-fiction, à peu près tout ce qui m'inspire en fonction du moment
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://www.letempsdunrp.com/t1712-inspiration-expiration
Tortue

[black mirror] Quand la fidélité est hacké (ft Alles) - Page 2 Empty


Elijah
Tompson

J'ai 31 ans et je vis à San Francisco, USA. Dans la vie, je suis ingénieur en réalité virtuel et je m'en sors avec beaucoup de stress. Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple et je le vis plutôt difficilement, actuellement.

° est actuellement totalement surmené par le travail et très probablement au bord du burn-out.
° Vient de se faire hacker son implant mémoriel et vient de le découvrir.


Bryan Dechart ©️ Ironshy

J'ai désespéré. Mon monde s'écroulait et j'essayais de maintenir les fragments comme je pouvais. Mes doigts s'acharnait à extirper l'implant. Il me fallait retrouver mes mots, mes paroles, les phrases qui le feront rester près de moi. Le sang maculait mes doigts tremblants sous l'indifférence de Kaleb et ça me fit mal. J'aurai préféré ses cris, sa colère, sa rage qui démontre que j'avais encore quelque chose qui le lier à moi, mais rien. Son regard n'était que vide et douleur et nulle mot n'allait vers moi. Oublier les douces attentions de ce matin, il était glace pour préserver les morceaux de son coeur que je venais de broyer.

Moi, pathétique, je pleurais d'un mélange de douleur physique et de détresse mentale. Ça ne pouvait terminer comme ça... Je ne pourrais pas le supporter. Le regret me dévorerait, j'en étais certain. La vision de son visage trop fracturé pour réagir n'avait pas besoin d'être enregistré par l'implant oculaire. C'était gravé comme une plaie infectieuse dans mon esprit. Toujours près de l'évier, je m'acharnais à retirer la puce, serrant les dents pour contenir ma souffrance. Mes digitales étaient rendus glissantes sous l'hémoglobine qui s'échappait le long de ma nuque et il m'était difficile de trouver un bon angle de retrait. Dans mon désarroi, je ne savais plus quoi faire. Je me précipitais dans la salle de bain, fouillant dans les tiroirs pour prendre une pince. Brutalement, je tirais à nouveau sur l'implant qui finit par se détacher emportant un peu trop de peau avec lui. Je laissais tomber le tout dans le lavabo, alors que je commençais à me sentir faible sous la vue de tout ce sang, mais je n'avais pas le temps de penser à moi-même. Je devais voir Kaleb. La main plaqué sur ma nuque pour retenir vaguement la déperdition, je me rendis en titubant vers notre chambre.

La porte était verrouillé et je me retrouvai, bloqué. Posant mon front contre, épuisé, je communiquais au travers, grattant de ma main libre la surface tel un pauvre chien abandonné.

"Kale, je te supplie, parle-moi. Me laisse pas, j'ai besoin de toi."

Ma voix était rauque et brisé par mes regrets. J'avais du mal à trouver mes mots, mais cette fois-ci ce n'était pas l'implant, c'était juste mon moi, ridicule et coupable qui savait pertinemment que rien de ce que je dirais ne changera la fin. J'essayais quand même, me raccrochant un espoir fou avec lequel mon coeur amoureux se désillusionner.

"Je sais pas pourquoi j'ai fait pas... J'ai aucun souvenir de cet homme ni de comment c'est arrivé. Je suis tellement désolé. Je voulais te le dire ce matin, mais l'implant m'en empêchait. Je voulais pas que tu l'apprennes comme ça ... Si tu savais à quel point je regrette. Je t'en pris, reste. Tout ce que je veux, c'est toi"

Pathétique, mon visage était bouffie et rougie par le chagrin qui continuait de dégringoler sur ma peau. Je sentais ma plaie ouverte continuer à répandre le contenu de mes veines, mais je n'en avais que faire. J'étais collé à la porte, tel un morceau de bois sur une mer agitée.

"Kaleb, s'il te plait. Je sais que tu as toutes les raisons de ne pas vouloir me pardonner... je ne te le demanderai pas... Ce que j'ai fait est horrible et les remords me dévorent... Je veux au moins te dire que c'est la seule que fois que c'est arrivé...et je sais pas pourquoi j'ai fait ça... je comprends pas comme j'ai pu te faire ça... Je comprends pas...je suis tellement désolé, Kaleb..."


Ma voix se réduisait au fur et à mesure que je parlais. Mon coeur me faisait mal à en crever. Je sanglotais, toujours plus malheureux. Depuis que j'avais visionné la vidéo ce matin, ma vie s'était transformé en cauchemar éveillé qui ne semblait vouloir que s'empirer.

Revenir en haut Aller en bas
 
ALLES
ALLES
Féminin MESSAGES : 2263
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 22
RÉGION : Bourgogne
CRÉDITS : giphy

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je ne suis pas fermée à tester d'autres choses.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://www.letempsdunrp.com/t2044-mm-celui-qui-voulait-etre-pere-sans-reponse
vanellope

[black mirror] Quand la fidélité est hacké (ft Alles) - Page 2 Empty


Kaleb O'Brady
J'ai 31 ans ans et je vis à San Francisco, USA. Dans la vie, je suis gérant d'un restaurant et je m'en sors bien, enfin ce n'est pas aussi important que le métier d'Elijah, n'est-ce pas ? Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple et je le vis plutôt mal en ce moment.

Ouvrir un restaurant c'était son rêve, et il a pu le réaliser avec l'aide d'Elijah. Les affaires tournent bien mais parfois il a l'impression que son métier est moins important que celui d'Eli, ce qui a tendance à l'énerver. A vrai dire beaucoup de choses ont tendance à l'énerver, c'est une petite boule de nerfs qui a fait beaucoup de progrès au contact de l'homme de sa vie. Enfin, des progrès, ça peut toujours se perdre...


Boyd Holbrook ©️ lux aeterna


Il pensait faire toute sa vie avec Elijah. Avoir des projets, peut-être fonder une famille. Voyager autour du monde. Mais depuis qu’il avait ces nouvelles responsabilités dans son travail, depuis que leur couple n’était plus la priorité de ce dernier, rien n’était plus pareil. Et aujourd’hui, Elijah n’en avait tellement plus rien à foutre qu’il le trompait. C’était pour lui la pire trahison. Ah, c’était facile de ne pas se souvenir. Une bonne excuse, ça. Facile aussi de dire qu’on était désolé. Mais Kaleb ne voulait pas pardonner. Il avait tout donné à cet homme. Et on venait juste de tout lui reprendre. Quand Elijah vint s’excuser encore tout contre la porte close de la chambre, il s’assit sur le lit et ferma les yeux. Il n’arrivait même pas à s’énerver, si ce n’était sur cette pauvre lampe qui venait de tomber par terre. Alors qu’il n’écoutait même plus les mots de son amou… de son ex, il eut un flash.

Cette plaie qui ne cessait de couler. Les forces quittant le corps d’Eli petit à petit. La respiration coupée, lente. Puis… Plus rien. Un corps mort. Avec qu’il n’aurait jamais aucune chance de renouer, avec qu’il n’aurait jamais d’explication. Alors, oui. Il était détruit. Dévasté. Enervé. Mais imaginer Elijah mort dans son esprit lui fit comme un électro-choc. Quoiqu’il se passe, il n’avait pas le droit de le laisser se vider de son sang comme ça. Ou il le regretterait toute sa vie.

Alors il se releva et ouvrit la porte de la chambre. Là, il aida Elijah à se relever et le fit s’asseoir sur le lit. Pas un mot. Presque pas un regard. Le toucher le dégoûtait. Mais il ne pouvait pas le laisser comme ça. Alors il alla chercher des compresses dans la salle de bain, juste pour calmer l’hémorragie le temps de se rendre à l’hôpital. Alors qu’il les appliquait sur la blessure, il dit très sèchement : « On va à l’hôpital. Sur le chemin, je ne veux aucun mot. Aucune excuse. On gère un truc à la fois. » Il n’avait pas envie de les planter en voiture si par malheur les propos d’Elijah venaient à le déconcentrer. Puisqu’il ne lui laissait pas le choix, il le poussa jusqu’à l’intérieur de la voiture et monta côté conducteur. Honnêtement, avoir un objectif semblait rassurant. Il ne savait pas ce qu’il se passerait, quand cette blessure serait soignée, quand Elijah serait sain et sauf… et qu’il faudrait prendre une décision.

Il démarra donc la voiture et tenta de gagner l’hôpital aussi vite que possible, concentré sur la route pour ne pas se concentrer sur autre chose.

Revenir en haut Aller en bas
 
Lunatique
Lunatique
Féminin MESSAGES : 117
INSCRIPTION : 11/04/2018
ÂGE : 25
RÉGION : Montréal
CRÉDITS : grlwndr

UNIVERS FÉTICHE : Réel, historique, science-fiction, à peu près tout ce qui m'inspire en fonction du moment
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://www.letempsdunrp.com/t1712-inspiration-expiration
Tortue

[black mirror] Quand la fidélité est hacké (ft Alles) - Page 2 Empty


Elijah
Tompson

J'ai 31 ans et je vis à San Francisco, USA. Dans la vie, je suis ingénieur en réalité virtuel et je m'en sors avec beaucoup de stress. Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple et je le vis plutôt difficilement, actuellement.

° est actuellement totalement surmené par le travail et très probablement au bord du burn-out.
° Vient de se faire hacker son implant mémoriel et vient de le découvrir.


Bryan Dechart ©️ Ironshy


Aucun de mes mots n'allait changer quoique ce soit. Je le savais, pourtant, je n'avais pu m'empêcher d'implorer son pardon. J'avais utilisé des mots vides de sens, saccageant mon peu de dignité pour essayer de le retenir. Des phrases sans force qui n'avait pas réussi à le toucher. La porte entre nous était la représentation physique de notre séparation. Mes doigts se serraient un peu plus sur ma plaie, le sang continuant de glisser sur ma peau, poisseux, collant, écoeurant. Mon autre main posé contre la porte commençait à perdre de sa force jusqu'à trouver le sol. Les larmes continuaient de rouler sur mes joues, sporadique, dans le silence de notre maison. Je n'avais plus de mots à dire.

Un temps passa, alors que je restais prostré à terre. J'attendais qu'il sorte de la chambre. Je me raccrochais à l'espoir qu'il veuille bien me parler, juste me regarder. La situation me rendais si désespéré, quand j'en oublié mon orgueil. S'il ne retournait pas vers moi par amour, peut-être qu'il resterait par pitié ?

C'est ce que j'ai eu. La porte s'ouvrit soudainement et il se tenait devant moi, avec ce regard qui me faisait sentir comme la pire monstruosité au monde. Il évitait mon regard, tout en me relevant. Je sentais sa peine et sa colère dans chacune de ses respirations, alors qu'il me trainait jusqu'à notre lit. Le silence était étouffant, me noyant toujours plus profond dans ma culpabilité. Kaleb revient avec des compresses, prenant soin de moi, malgré ce que j'avais fait. J'essayais d'ouvrir la bouche, peut-être juste un merci, mais je n'étais pas sûr qu'il veuille l'entendre. Dans mon hésitation, c'est lui qui parla en premier, alors qu'il apposait une compresse sur ma plaie ouverte, absorbant le fluide carmin qui ne devrait pas s'échapper. Il se fit sec et factuel. Je n'avais rien à dire en retour, laissant glisser en moi la dure réalité de notre désormais changement de relation. Je détaillais son visage, ses traits que j'aimais tant et j'obéis; hochant doucement la tête.

Je ne méritais absolument pas son attention. Après tout, j'étais celui qui venait de briser notre couple. Pourtant, il était encore là pour moi, rendant d'autant plus insupportable mes regrets. La trajet en voiture me paru excessivement long. Je me sentais de moins en moins bien. L'étourdissement commençait à me rendre malade, retournant mon estomac. J'échappais un soupir de mal être, la tête légère et trop lourde à la fois. Des points noirs commençait à envahir ma vision, alors que Kaleb venait de garer la voiture devant l'hôpital. Mes mains tremblaient quand j'ouvris la portière, ma peau couverte de sueur froide. Un étourdissement plus violent vient m'envahir, alors que j'essayais de mettre un pas devant l'autre. Je me rattrapais au rétroviseur, qui me renvoyait une image de moi beaucoup trop pâle. J'essayais de me calmer, de reprendre le contrôle mais une fatigue extrême m'avait envahi. J'avais du mal à respirer, comme si mes poumons n'arrivaient plus à filtrer l'air correctement. La terre sembla soudainement tourner trop vite. Puis plus rien.

Quand je me réveilla, j'étais dans un lit, le bip des machines en fond sonore et une blouse d'hôpital comme vêtement. Je fus confus pendant un instant, avant que tout me revienne et je n'essayais plus de bouger. J'avais une aiguille dans le bras, subissant une perfusion. La fatigue était toujours présente, mais le plus important, Kaleb était toujours présent, assis sur le fauteuil à mes côtés. Mon coeur se serrait à la vue de son visage endormi, comprenant qu'il avait dû attendre. Mes doigts se serrèrent sur le draps, me retenant de venir le toucher. Je refermais les paupières, les larmes me brulant déjà les yeux. J'entendis le bruit de la porte s'ouvrir. Quand je rouvris les yeux, une infirmière se tenait à mes côtés, vérifiant ma perfusion. Un sourire plein de compassion était peint par défaut sur ses lèvres:

"Enfin réveillé, monsieur Tompson? Pas de vertige ?"

J'hochais simplement la tête, jetant un bref coup d'oeil vers Kaleb qui s'était réveillé. Nos regards se croisèrent, mais nous évitions de garder le contact visuel. Nous n'étions plus confortable face à la présence de l'autre. L'infirmière continua son inspection, ignorant le climat de gêne qui nous entourait. Elle vérifiait ma plaie et les points de sutures apposées. Je ne bougeais pas. Doucement, elle commençait à me poser des questions:

"J'ai quelques petites questions à vous poser. Votre implant, vous l'avez retirez pour quelle raison ?"

Je clignais légèrement des yeux, ne m'étant pas vraiment attendu à ça.

"Heu...Mon implant m'empêcher de parler d'un certain événement et ça commençait à me rendre malade:vertige, maux de tête, nausées"

"Votre peau a aussi été brulé ? est-ce que vous l'avez fait vous-même ?"

"Non non, c'est l'implant qui a surchauffé"

"le problème avec l'implant à commencer quand ?"

"Ce matin."

"Et l'événement que l'implant essayer de supprimer ?"

J'évitais de regarder Kaleb, en répondant: " Hier soir"

L'infirmière hochait la tête, marquant tout ça sur son carnet. Je la dévisageais légèrement, avant de me redresser plus confortable dans le lit d'hopital.

"Mais pourquoi vous me posez ces questions?"

L"infirmière afficha encore son sourire professionnel, un peu froid et distant:

" Sans vouloir vous inquiétez, mais vous êtes la onzième personne qui a été admis à l'hôpital pour dysfonctionnement de son implant, donc nous faisons des vérifications pour définir si la cause est commune"

"Oh et c'est le cas ? C'est du hacking à cible groupé ?"

L'infirmière hausse une épaule:

"J'imagine, je fais juste remplir les questionnaires. Vous restez en observation ici, jusqu'à ce soir de toute façon donc on vous tiendra au courant"

Elle range son style dans sa blouse et quitta la chambre d'hopital. La porte fermée, c'était de nouveau juste lui et moi. J'essayais de digérer les nouvelles informations, mes neurones tournant un peu trop vite dans mon cerveau. Qui pouvez en avoir après moi ? Cette question vient enfin à mon esprit. Maintenant que je n'avais plus l'implant, je pouvais penser clairement. La vidéo de ma tromperie. Pourquoi existait-elle ? À qui cela pouvait profiter que je brise mon couple ? Avais-je vraiment ce type d'ennemi contre moi ? Je ne savais pas comment répondre à ses questions pour l'instant. Peut-être que la vidéo était fausse ? Non, c'était nourrir de faux espoir pour essayer de mettre la culpabilité sur quelqu'un d'autre. J'essuyais mes joues. Mon regard était perdu dans le vide, rendu apathique par le trop plein d'émotions négatives. Je fis tout de même l'effort de tourner mon attention vers Kaleb.

"Est-ce que tu veux attendre les résultats avec moi ? Si tu veux partir, je comprendrais"

Revenir en haut Aller en bas
 
ALLES
ALLES
Féminin MESSAGES : 2263
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 22
RÉGION : Bourgogne
CRÉDITS : giphy

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je ne suis pas fermée à tester d'autres choses.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://www.letempsdunrp.com/t2044-mm-celui-qui-voulait-etre-pere-sans-reponse
vanellope

[black mirror] Quand la fidélité est hacké (ft Alles) - Page 2 Empty


Kaleb O'Brady
J'ai 31 ans ans et je vis à San Francisco, USA. Dans la vie, je suis gérant d'un restaurant et je m'en sors bien, enfin ce n'est pas aussi important que le métier d'Elijah, n'est-ce pas ? Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple et je le vis plutôt mal en ce moment.

Ouvrir un restaurant c'était son rêve, et il a pu le réaliser avec l'aide d'Elijah. Les affaires tournent bien mais parfois il a l'impression que son métier est moins important que celui d'Eli, ce qui a tendance à l'énerver. A vrai dire beaucoup de choses ont tendance à l'énerver, c'est une petite boule de nerfs qui a fait beaucoup de progrès au contact de l'homme de sa vie. Enfin, des progrès, ça peut toujours se perdre...


Boyd Holbrook ©️ lux aeterna


Ils étaient arrivés à temps pour prendre Elijah en charge. Le pauvre s’était effondré à peine plus loin de la voiture et, malgré lui, malgré les ressentiments qu’il pouvait avoir en lui, Kaleb s’était inquiété. On ne pouvait pas effacer des années d’amour en un claquement de doigt. On ne pouvait pas effacer des souvenirs, des années de vie commune, des sourires, des baisers, des mots doux. Il aurait voulu être indifférent. Le laisser à l’hôpital et se barrer pour ne plus jamais donner de nouvelles. Mais quelque chose, quelque part au fond de lui, l’en empêchait. Il l’aimait toujours. Il l’aimait à la folie. Sinon, ça ne ferait pas aussi mal. Sinon, les images ne défileraient pas en boucle dans sa tête. Sinon, il n’aurait pas passé son temps à faire les cents pas dans la salle d’attente, mort d’inquiétude.

Et sinon, il n’aurait pas passé des heures dans la chambre à guetter son réveil. Kal l’avait longuement regardé, avait peut-être un peu pleuré aussi. Il s’était repassé les images de la dispute, observé la mine sincère et détruite de son amoureux à laquelle il n’avait pourtant pas prêté attention sur le moment. Il s’était posé mille et une question. Que devait-il faire ? Lui pardonner ? Kaleb ne savait même pas s’il en était capable. Parce que le vouloir, c’était facile. Mais le faire, c’était souvent autre chose. A plusieurs moments il avait failli lui prendre la main, pour lui faire comprendre jusque dans son inconscient qu’il n’était pas tout seul. Mais il s’était retenu, s’imposant lui-même une certaine distance. Il avait aussi regardé la blessure de son amoureux, cet emplacement désormais vide de toute puce. L’infirmière lui avait vaguement posé quelques questions pendant le sommeil d’Elijah, lui indiquant les soupçons qu’il avait sur un lot de puces défectueuses, quelque chose dans le genre. En réalité Kaleb n’avait pas beaucoup écouté, submergé par tout et rien à la fois.

Il avait fini par s’endormir. Ce n’était pas un sommeil reposant, c’était plutôt le genre de sommeil qu’on trouvait à cause d’épuisement. Il ne sut pas combien de temps il avait dormi, mais quand il ouvrit les yeux, une infirmière était là et Elijah était réveillé. Kaleb fut tout de suite soulagé de voir qu’il avait l’air d’aller. Il était un peu pâle mais il avait tout de même meilleure mine que tout à l’heure. Il écouta vaguement la conversation entre les deux, sans rien dire puisqu’il avait de toute façon déjà entendu les mêmes choses tout à l’heure.

Quand l’infirmière partit enfin, il sentit son cœur se serrer. Le moment qu’il redoutait depuis tout à l’heure venait d’arriver : ils étaient seuls désormais. Ils allaient devoir parler. Peut-être faire semblant ? Kaleb ne savait absolument pas quoi faire. Bien heureusement, ce fut Elijah qui lança la conversation en premier, l’autorisant à s’en aller s’il en avait envie. « Si j’avais voulu partir, ce serait déjà fait. » répondit-il, plus sèchement qu’il ne l’aurait voulu. Il avait eu le temps de partir. Il aurait pu remonter dans la voiture au moment où l’infirmière lui avait assuré qu’il allait bien – car oui il lui avait posé la question au moins dix fois histoire d’être bien sûr. Kaleb soupira lourdement avant de se frotter la nuque. Il décida finalement de réduire la distance entre eux, approchant sa chaise plus près du lit. « J’ai pas arrêté de cogiter. Même en dormant, j’crois que… que j’en ai rêvé. Je me suis repassé les images dans ma tête, j’ai réfléchi, j’ai… Cherché à comprendre. Je ne sais pas si je suis débile, si je me fais de faux espoirs... mais des implants hackés, ça s’est déjà vu. Il y a… peut-être 1% de chance pour que tout ça soit faux. » Elijah ne buvait jamais au point de ne plus se souvenir. Cette difficulté physique qu’il avait à parler de la tromperie. Le chantage dont il avait été la victime. Peut-être qu’il rêvait simplement… « Quelle est la dernière chose dont tu te souviens, à cette soirée ? Oublie les images. Oublie la puce. Toi. Tu te souviens de quoi ? » C’était peut-être un peu rude de le questionner comme ça au réveil. Mais Kaleb s’accrochait au dernier espoir qu’il lui restait.

Revenir en haut Aller en bas
 
Lunatique
Lunatique
Féminin MESSAGES : 117
INSCRIPTION : 11/04/2018
ÂGE : 25
RÉGION : Montréal
CRÉDITS : grlwndr

UNIVERS FÉTICHE : Réel, historique, science-fiction, à peu près tout ce qui m'inspire en fonction du moment
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://www.letempsdunrp.com/t1712-inspiration-expiration
Tortue

[black mirror] Quand la fidélité est hacké (ft Alles) - Page 2 Empty


Elijah
Tompson

J'ai 31 ans et je vis à San Francisco, USA. Dans la vie, je suis ingénieur en réalité virtuel et je m'en sors avec beaucoup de stress. Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple et je le vis plutôt difficilement, actuellement.

° est actuellement totalement surmené par le travail et très probablement au bord du burn-out.
° Vient de se faire hacker son implant mémoriel et vient de le découvrir.


Bryan Dechart ©️ Ironshy



Je remontais les draps contre moi, toujours inconfortable dans ma blouse d'hôpital. J'avais laissé une porte de sortie à Kaleb, ne voulant pas l'accabler plus qu'il ne l'était déjà. J'étais brulé par la fatigue autant physique qu'émotionnel. Pourtant, il me dit qu'il restait. Mes yeux s'agrandir légèrement, secoué par son ton de voix. Tranchant et distant. Je me mordis légèrement la lèvre, baissant les yeux sachant qu'un merci ne sera pas accepter avec le sourire. Je ne savais pas comment briser le silence oppressant, qui s'était construit entre nous, mais égoïstement, j'étais soulagé de l'avoir encore à mes côtés. Je disais merci silencieusement, serrant les draps de mes doigts maladroits.

Kaleb se rapprochait alors. Le bip du moniteur se fit plus fort, trahissant mon corps qui s'emballait à sa simple présence. C'était embarrassant. Il se mit alors à me parler, à s'exprimer sur ses doutes sur la réalité de ce que nous avions vu sur cette vidéo. Ça nourrissait mes propres espoirs que j'étais innocent, que je n'avais pas tout gâcher entre nous. J'étais terriblement touché que ce soit lui qui verbalise cette possibilité, qu'il croit encore en moi et en notre couple. Ayant été coincé par l'implant, je n'avais même pas penser que le hacking et ma tromperie pouvait être lié, mais cela faisait plus de sens. Quand j'étais soûl, je n'avais jamais de black out. L'alcool me rendait joyeux et me faisait oublié mon stress. C'était tout. Quand j'allais en soirée, je rentrais toujours à la maison et je finissais dans notre lit, parce qu'irrémédiablement, quand j'avais plus de 2 grammes d'alcool dans le sang, mon cerveau me rappelait juste à quel point j'aime Kaleb. J'étais collant et maladroit, mais je ne trompais pas, ou du moins c'est ce que je pensais. Passant ma langue sur mes lèvres, j'essayais de me souvenir de ma soirée.

"La dernière chose... mon portable ? Je me souviens avoir regarder mon portable...parce que..."

Je marquais une pause, ayant du mal à me remémorer tout était flou et mélangé.

"J'étais assis à une table ce moment là, avec mes collègues Jack et Amy. On terminait nos bières et là, mon portable... Oh j'ai voulu te texter mais j'ai été dérangé par Amy qui a renversé sa bière dessus et je suis allé au toilette... et j'ai repris mon portable en main... là, c'est le trou noir. "


Je passais machinalement mes doigts sur ma nuque, avant de grimacer en sentant mes points de sutures. Je reposais ma main sur ma cuisse, mes neurones tournant à plein régime dans mon cerveau mou.

"Après... je sais vraiment pas. Avant, dans le bar, je vois pas comment j'ai pu finir en ayant un black out, j'étais à même pas trois verres de bières et il était 1h du matin, quand j'ai voulu te texter que j'allais rentrer... "


J'étais toujours aussi perdu. Habituellement, j'étais le plus logique de nous deux, mais là j'avais du mal à juste aligner deux pensées ensemble. Là, seule chose que j'avais comme certitude absolue: je n'avais jamais voulu tromper Kaleb. Je me souvenais que les bières n'avaient pas eu bon goût à cette soirée. Je me souvenais avoir juste voulu rentrer et oublier notre dispute. Je me souvenais qu'Amy m'avait encouragé, en me rappelant qu'on était dans la dernière ligne droite du projet et que dans deux semaines, je serais libre. Je soulevais la tête, ayant soudainement une idée.

"Kaleb, faut que j'appelle Amy ou Jack, ils étaient là. Ils pourront nous dire ce qui c'est passé"

J'avais un espoir tangible. Peut-être la preuve réelle de mon innocence. Peut-être la preuve aussi que j'avais réellement briser notre couple. Je savais que je n'avais aucun souvenir de cet homme dans la vidéo. Hacker de faux souvenir dans les implants, es-tce vraiment possible ? Je n'avais pensé qu'on puisse faire ça, mais vu sur quoi je travaillais actuellement, tout était possible finalement.

"Mon portable est où ? Je sais plus ce que j'en ai fait... Ah mais il a été hacké aussi, je sais pas si c'est une bonne idée finalement. Tu as leurs numéros, de toute façon."

Amy et Jack, c'était le couple de collègues qui avaient su rapidement prendre le statut d'amis proches. Ils venaient de temps à autre au restaurant de Kaleb et ils étaient toujours invités, quand j'organisais quelque chose. Jack avait été le conducteur désigné cette soirée-là, donc je savais que je voulais compter sur sa mémoire, même si la mienne avait flanché. Je m'accrochais ça pour tenir: trouver une explication à ce cauchemar.


Revenir en haut Aller en bas
 
ALLES
ALLES
Féminin MESSAGES : 2263
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 22
RÉGION : Bourgogne
CRÉDITS : giphy

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je ne suis pas fermée à tester d'autres choses.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://www.letempsdunrp.com/t2044-mm-celui-qui-voulait-etre-pere-sans-reponse
vanellope

[black mirror] Quand la fidélité est hacké (ft Alles) - Page 2 Empty


Kaleb O'Brady
J'ai 31 ans ans et je vis à San Francisco, USA. Dans la vie, je suis gérant d'un restaurant et je m'en sors bien, enfin ce n'est pas aussi important que le métier d'Elijah, n'est-ce pas ? Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple et je le vis plutôt mal en ce moment.

Ouvrir un restaurant c'était son rêve, et il a pu le réaliser avec l'aide d'Elijah. Les affaires tournent bien mais parfois il a l'impression que son métier est moins important que celui d'Eli, ce qui a tendance à l'énerver. A vrai dire beaucoup de choses ont tendance à l'énerver, c'est une petite boule de nerfs qui a fait beaucoup de progrès au contact de l'homme de sa vie. Enfin, des progrès, ça peut toujours se perdre...


Boyd Holbrook ©️ lux aeterna


Kaleb voulait absolument trouver une explication. Il se raccrochait à l’idée qu’Elijah n’avait pas pu le tromper. Ce dernier sembla d’accord avec cette alternative – en même temps, il était aussi paumé, et il voulait savoir. Parce que tout était trop louche, que les choses ne collaient pas. Et même si Elijah avait légèrement changé depuis ses nouvelles missions de boulot, il n’était pas capable de tromper Kaleb. Enfin, c’est ce que ce dernier espérait toujours. Soit il avait vraiment trop bu au point de ne plus contrôler ses faits et gestes, soit il avait été drogué, soit il ne s’était rien passé… Soit Elijah l’avait vraiment fait et il ne l’assumait pas. Il préférait virer la dernière possibilité, parce que s’il se mettait à y penser à nouveau, il allait se barrer de la chambre pour ne plus jamais revenir. Pour l’heure, c’est Elijah qui eut une bonne idée. Appeler ses collègues. Kaleb était un peu mitigé, car ses collègues pourraient totalement choisir de le protéger et de ne pas donner une vraie version. Mais quitte à se bercer de douces illusions, autant aller jusqu’au bout. Il hocha alors la tête. « Je vais les appeler alors. Avant que tu ne dises quoique ce soit, je vais leur raconter un mensonge. J’espère que tu comprendras pourquoi. »

Il sortit son téléphone et retrouva le numéro de l’un des deux. Quelques sonneries plus tard, on décrocha. « Salut Amy, c’est Kaleb. Je t’appelle parce que je suis très inquiet… Eli n’est pas rentré depuis hier et je n’arrive pas à le joindre. Je crois qu’il lui est arrivé un truc… Est-ce que tu pourrais me raconter précisément votre soirée d’hier ? Tous les détails. A quelle heure il est parti, s’il avait trop bu, si quelqu’un l’a raccompagné ? » Le ton de sa voix était volontairement inquiet. Le but n’était pas de la faire paniquer, mais qu’elle se sente obligée de tout raconter, pour le bien d’Elijah, s’il était allé chez un inconnu. On pouvait facilement deviner le stratagème mais la jeune femme avait aussi un peu bu hier, se réveillait à peine et de toute façon, puisqu’elle n’avait rien à couvrir…
La discussion ne dura que quelques minutes, Kaleb la remercia et raccrocha ensuite. Les informations pouvaient être intéressantes, mais pas encore assez pour l’innocenter. Il reposa son téléphone sur la petite tablette à côté du lit et soupira. « Apparemment ils ne t’ont pas revu après que tu sois allé aux toilettes. T’as disparu. A ce moment-là tu tenais debout normalement, t’étais conscient de tes actions, et tu n’avais clairement pas assez bu pour un black-out. Tu es peut-être sorti par la porte de derrière… Avec quelqu’un d’autre. Elle ne se souvient pas avoir vu quelqu’un d’autre te parler dans la soirée, ni que tu aies dragué. Apparemment, quelques-uns de vos concurrents étaient là aussi, mais y’a pas eu de clash, ça s’est bien passé. » Il ne s’en rendait pas compte, mais le fait que les concurrents soient aussi à cette soirée, c’était la clé de tout. « Je sais pas trop quoi en penser… »

Revenir en haut Aller en bas
 
Lunatique
Lunatique
Féminin MESSAGES : 117
INSCRIPTION : 11/04/2018
ÂGE : 25
RÉGION : Montréal
CRÉDITS : grlwndr

UNIVERS FÉTICHE : Réel, historique, science-fiction, à peu près tout ce qui m'inspire en fonction du moment
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://www.letempsdunrp.com/t1712-inspiration-expiration
Tortue

[black mirror] Quand la fidélité est hacké (ft Alles) - Page 2 Empty


Elijah
Tompson

J'ai 31 ans et je vis à San Francisco, USA. Dans la vie, je suis ingénieur en réalité virtuel et je m'en sors avec beaucoup de stress. Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple et je le vis plutôt difficilement, actuellement.

° est actuellement totalement surmené par le travail et très probablement au bord du burn-out.
° Vient de se faire hacker son implant mémoriel et vient de le découvrir.


Bryan Dechart ©️ Ironshy


Coincé dans le lit d'hôpital, je le regardais prendre son téléphone portable. J'avais beaucoup d'attente derrière ce simple appel. J'avais cet espoir un peu fou que mes erreurs seraient soudainement effacées, que tout n'avait été que manipulation et mensonge et que je pourrais être de nouveau dans les bras de Kaleb sans ressentir de culpabilité. Pour l'instant, notre relation était comme en suspens, étouffé par nos blessures et nos tourments. Nous n'osions plus nous regarder, dans la peur de se donner de faux espoirs. Mes doigts étaient crispés sur les draps rèches, alors qu'il me disait u'il allait mentir pour mieux découvrir la vérité. Bien que je savais qu'il avait raison de faire ça, le pincement au coeur me prenait quand même. La confiance, la partie la plus important de notre couple, n'était plus qu'un souvenir. Je me pinçais les lèvres, hochant légèrement la tête pour toute réponse, car il n'y avait pas de place pour argumenter.

La conversation téléphonique fut étrange à vivre, n'ayant qu'un seul côté de la conversation. J'écoutais sa façon de poser les questions, essayant de voir en fonction de ses réactions si j'avais vraiment commis l'irréparable. L'attente était une torture, l'angoisse grimpant toujours plus et faisant ressortir les pires scénarios possibles dans mon esprit. Ma gorge s'asséchait et mon estomac me faisait mal sous l'action du stress, n'ayant aucun contrôle sur l'échange qui se déroulait devant moi. Kaleb raccrochait son téléphone. Je ne voyais pas de nouveau signe de colère, de dégout ou de blessure, mais je ne voyais pas non plus de soulagement ou de retour d'affection. Le suspense ne dura pas longtemps, Kaleb ayant la décence de ne pas jouer avec mes émotions, vu mon état physique et mental actuel. Il me fit un résumé de sa conversation avec Amy. J'ingurgitais les morceaux d'informations, essayant de trouver le sens de tout ça. Je soupirais légèrement, passant mes doigts dans mes cheveux, essayant de réfléchir malgré la fatigue qui était toujours collé à mon corps. Je me mis à penser à haute voix, comme pour mieux voir les points de connections.

"Ok... donc mon dernier souvenir, c'est les toilettes. Je n'étais pas soûl, d'après Amy... nos concurrents étaient là. Il a dû se passer quelque chose aux toilettes, c'est certain."

Je grognais, haïssant mon cerveau qui était pourtant si fiable habituelle. C'était terrifiant d'avoir du vide, à la place de souvenir. J'essayais de me calmer, sachant que paniquer n'arrangerait rien puis soudain, je connectais les liens entre eux. Je releva la tête, fixant Kaleb ayant trouver la solution pour sortir de ce cauchemar.

"Kal, Si Amy n'a rien vu après les toilettes, ça veut dire que la vidéo ne fonctionne pas, parce que dedans je parlais avec quelqu'un..."


J'en tremblais presque alors que j'avançais vers la conclusion, parlant presque plus vite que mes pensées. Je voyais la machination derrière tout ce que je venais de vivre et j'hyperventilais sous l'effet de l'adrénaline.

"Si..si j'ai parlé avec personne, ça veut dire que la vidéo est fausse. Ça veut dire que tout est faux, que j'ai rien fait. Ça veut dire que quelqu'un s'est amusé à vouloir ruiner ma vie. Que ces putains de concurrents Alt-x viennent de ruiner mon projet ! Je n'ai plus d'implant, je suis à l'hôpital ! J'ai bossé pour rien pendant six mois, tout ça parce qu'Alt-x et leur foutu réalité alternative vient de fucker avec mon cerveau et je peux rien faire !"

J'étais entrain d'exploser de colère, face à cette situation. J'avais clairement envie de tout casser autour de moi, d'hurler ma frustration. Tout mon travail, tout mes sacrifices: pour rien. J'avais perdu la course contre mon concurrent, n'ayant pas pris assez de protection contre eux. Il allait gagner le nouveau marché de la réalité virtuelle. Leur foutu souvenir plus vrai que nature allait dominer la société. Notre simulation en temps réel allait sortir trop tard, parce que je n'avais plus d'implant, plus d'accés aux données et qu'il faudrait un bon mois pour que j'ai un nouvel implant et encore un bon trois semaines pour finaliser le projet. J'allais surement être renvoyé. J'essayais de me calmer, ne voulant pas faire de crise d'angoisse, comme j'en faisais beaucoup trop souvent ces derniers temps sous la pression. Je n'avais même plus envie de pleurer sous l'absurdité de tout ce qui c'était passé. Je me rallongeais dans le lit, sous le choc. Je finis par rire nerveusement, mes nerfs me lachant. Au moins, je n'avais pas trompé Kaleb. Je tendis la main vers lui, affichant un sourire forcé, malgré que tout le reste s'était écroulé autour de moi:

"Tu vois, je t'avais promis que je serais fidèle et j'ai tenu ma parole"


Revenir en haut Aller en bas
 
ALLES
ALLES
Féminin MESSAGES : 2263
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 22
RÉGION : Bourgogne
CRÉDITS : giphy

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je ne suis pas fermée à tester d'autres choses.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://www.letempsdunrp.com/t2044-mm-celui-qui-voulait-etre-pere-sans-reponse
vanellope

[black mirror] Quand la fidélité est hacké (ft Alles) - Page 2 Empty


Kaleb O'Brady
J'ai 31 ans ans et je vis à San Francisco, USA. Dans la vie, je suis gérant d'un restaurant et je m'en sors bien, enfin ce n'est pas aussi important que le métier d'Elijah, n'est-ce pas ? Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple et je le vis plutôt mal en ce moment.

Ouvrir un restaurant c'était son rêve, et il a pu le réaliser avec l'aide d'Elijah. Les affaires tournent bien mais parfois il a l'impression que son métier est moins important que celui d'Eli, ce qui a tendance à l'énerver. A vrai dire beaucoup de choses ont tendance à l'énerver, c'est une petite boule de nerfs qui a fait beaucoup de progrès au contact de l'homme de sa vie. Enfin, des progrès, ça peut toujours se perdre...


Boyd Holbrook ©️ lux aeterna


Sans que Kaleb n’ait le temps de dire quoique ce soit, Elijah tira des conclusions hâtives de l’appel téléphonique. Selon lui, si Amy n’avait vu personne rentrer dans les toilettes avec lui, alors ça le disculpait totalement. Kaleb fronça les sourcils. Il n’était pas d’accord. Ca ne voulait rien dire. Certes, Elijah n’était pas rentré intentionnellement dans les toilettes avec quelqu’un, mais ça ne voulait pas dire qu’il n’y avait personne dans la pièce avant qu’il n’y rentre. Il aurait tout aussi bien pu y aller, rencontrer quelqu’un – même si c’était une drôle de rencontre – et partir avec lui par la porte de derrière. Il allait ouvrir sa bouche pour lui dire, mais se ravisa. Elijah était assez mal comme ça. Il semblait tellement soulagé de se dire qu’il n’avait rien fait que Kaleb n’eut pas le cœur de tout casser. Toutefois il n’oubliait pas. Ca restait dans un coin de sa tête, mais il admettait enfin qu’il puisse y avoir un coup monté. Chez alt-x, ils étaient plutôt extrêmes. Eli lui avait souvent raconté leurs méthodes mais aussi leurs comportements plus que dégueulasses avec leurs concurrents.
Perdu dans ses pensées, il mit un temps avant de remarquer la main tendue d’Elijah. Kaleb ressentait encore un certain blocage. Les images gravées dans sa tête. Autant de la partie de jambe en l’air que de la dispute. Il aurait bien voulu se l’arracher cette puce, lui aussi. Finalement, il attrapa doucement la main d’Elijah et se força à sourire lui aussi. Les choses redeviendraient peut-être comme avant. Mais ça prendrait du temps. Au moins, avec ce doute qui s’était installé, Kaleb n’était plus dans l’idée de se barrer. Pas pour le moment en tout cas. Mais il voulait une réponse. Il voulait la vérité.

« Oui… J’aimerais te dire que je suis désolé pour mes réactions, mais je ne peux pas. » Notamment parce qu’il n’était pas encore sûr de son innocence, même si Elijah semblait y croire de son côté. Il valait mieux qu’il se raccroche à ça, oui, de toute façon il ne se souvenait de rien – et ça Kal y croyait. Après une légère hésitation, il déposa un petit baiser sur la main d’Elijah. Dans son regard, on pouvait voir un Kaleb différent. Plus froid. Il eut alors une idée. « Ces gars-là ne me connaissent pas… Je pourrais essayer de me faire embaucher chez eux. Trafiquer mon CV. Gagner leur confiance jusqu’à avoir des confessions… Et saboter leur projet si confessions il y a. » C’était peut-être un peu risqué. Mais il avait l’impression de ne plus rien avoir à perdre.

Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


[black mirror] Quand la fidélité est hacké (ft Alles) - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
[black mirror] Quand la fidélité est hacké (ft Alles)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Quand on cherche les ennuis, on les trouve ! (pv)
» Quand un homme a honte de lui, il est impitoyable pour les autres. [PV Take et Shy]
» Quand la nuit tombe [Privé Utopie]
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]
» Quand on joue avec le feu, on se brûle.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers science-fiction-
Sauter vers: