Partagez
 
 
 

 Ink, blood and more ... [Calville]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10
 
Calville
Calville
MESSAGES : 310
INSCRIPTION : 30/06/2018
ÂGE : 37
CRÉDITS : Funnyanimals2017

UNIVERS FÉTICHE : Historique, Science Fiction, Reel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

http://www.letempsdunrp.com/t2719-du-rp-a-gogo#58230 http://www.letempsdunrp.com/t2582-lui-elle-moi-eux-nous-entre-autre#55932
Flash

Ink, blood and more ... [Calville] - Page 10 Empty


Gabriel Belmont

J'ai 38 ans et je vis à New Chic', USA. Dans la vie, je suis L'un des plus grand trafiquant sur Terre et ma place au soleil se dessine aussi sur diverses planètes . Le secret de mon identité fait en sorte que je ne suis jamais inquiété et si c'est le cas j'ai assez de pouvoir pour acheter ou faire chanter celui qui me rendra blanc comme neige.
Je suis autodidacte, calme, malin, et surtout dangereux. Le luxe et la luxure sont mes défauts les plus probants et du haut de mes 1.91m on me trouve charmant et charismatique. J'ai un fils de 12 ans que je tiens éloigné de mes affaires. Il est ma plus belle réussite. Sinon, grâce à ma malchance, je suis veuf et je le vis plutôt extrêmement mal.

Ink, blood and more ... [Calville] - Page 10 E5d93f28b1b1bce5f95c485f50dfd24e
Ink, blood and more ... [Calville] - Page 10 502ac9a81e80461fd05551091350b985


Tom Ellis :copyright:️Calville
L'effet des drogues qui se mêlaient à son organisme était intense, vivifiant, faisant oublier à son corps fatigué par son rythme de vie l’accumulation de toutes les tensions de sa position elevée dans le monde du crime. Lâcher prise quelques minutes, quelques heures, qu'on lui foute une paix royale afin qu'il reparte encore plus fort pour de futures discussions qui le mènerait au plus haut. Mais ces derniers jours c’était surtout l’inquiétude pour Thomas qui avait pris le dessus de ses pensées. Si Sam avait conscience de la vie qu’elle mènerait à ses côtés, son fils n’était pour rien dans cette ascension et ne méritait pas d’avoir une vie emplie de danger. Un instant. Un seul il pensa à tout abandonner avant que le délice des sensations ne lui fasse tout oublier. Sensations décuplant même l'effet de ses implants. Son dos bouillait, ses muscles se contractaient doucement avant de relâcher la pression avec force comme si son corps entier lâchait. Cercle doux et vicieux qui le faisait tripper mais totalement. Rares étaient ces moments où il "s'absentait" vraiment. Trop habitué aux drogues, soit disant, dures de Terre comme la cocaïne, il se devait de trouver plus fort à chaque prise. Et ce plus fort lui rapporterait en plus pas mal de crédits. La qualité de son produit n'avait pas d'égal et il en savourait chaque frisson avec un sourire aux lèvres, perdu dans l’espace qui volait autour de lui en une multitude d’Etoiles.  Presque aussi bon que les hormones sexuelles des douces Wwani. Ces etoiles était les Lumières du New Heaven  qui dansaient en lui en des rayons désordonnés dont il prenait à peine conscience, il était noyé ce flot d’information visuel qu’il ne comprenait pas mais qu’il aimait . Peu à peu pourtant ces rayons redevenaient de simples spots d’un night-club volant. Peu à peu le club se superposait aux images et couleurs. Merde. Ca ne durait pas assez. Mais alors pas du tout. Il y avait quoi ? Deux ou trois minutes qu’il s’était injecté ces drogues ?

Pourtant en se relevant du canapé la tête encore tambourinant de musique stellaire, il trouva Sam devant lui, tachées de sang et le regard profondément colérique. Peut-être plus que cinq minutes finalement. Il l’écouta mettant quelques instants à se souvenir de ce dont elle parlait autant pour le type mort que de ses mots prononcés dans la salle insonorisée.


-Dommage
. Mot simple lancé plus pour lui que pour répondre à Sam, presque déçu de ne pouvoir jouer à son tour avec Nazeka. Il trouverait bien un moyen de s'amuser à son tour après. Après quoi ? Des reproches. Encore. Et encore plus d’incompréhension. Elle restait loin de lui. Incisive, menaçante, défiante, comme souvent trop ces derniers temps. Elle n'avait donc pas compris qui il était, elle n'avait pas saisi ce qu'il avait voulu dire, ni faire. Elle le connaissait donc si mal. Bien trop mal. Il ignorait s’il était déçu ou énervé de ce jugement faussé au possible.

Son visage se referma oubliant définitivement le bien- être des injections et Gabriel se leva s’avançant vers elle posant chaque main sur les joues délicates de la jeune femme afin d’avoir son attention pure et simple, ainsi que son regard fixé dans le sien. Il ne tressaillait pas.

- Tu crois vraiment Sam, que j'ai dit cela pour te vexer? Je ne t'ai donc pas prouvé ce matin que tu avais ma confiance totale malgré tes révelations? T'ais-je laissé le doute sur ce que je pensais de toi c? Si je te prenais pour une sangsue avide d'une putain de gloriole en tenant par les couilles le parrain de NC, jamais je ne t'aurai amené chez moi pour rencontrer mon fils. Thomas est ma seule priorité et si tu fais parti de nos vies c'est que je t'en juge digne. Tu me connais donc encore si mal que tu ignores mes jeux avec mes proies, leur offrir la carotte avant d'abattre mon bâton. Je voulais qu'il s'imagine qu'il avait pu toucher une corde sensible en parlant de William et de sa mort. Et cela a marché, sa détente en nous voyant nous tuer du regard, en entendant mes mots a été si délicieuse. Son regard s'est illuminé d’étoiles quand je t'ai attaqué. Mais malheureusement pour moi, tu n'as entendu que ce que tu voulais et pas le reste. remets toi ce discours en tete Sam, et essaie de réfléchir avant de venir m'emmerder avec tes reproches ! .* Sa voix s’était ostensiblement haussée  avant de retrouver le ton de la confidence brute de décoffrage. *- J’aime voir les gens souffrir quand ils s’en prennent à moi et à ceux que j’aime. * Le ton devenait glacial, hachure dans ses mots marquant une fureur qu'il tentait de contenir envers Nazeka et aussi une pointe envers elle* - Et il méritait encore plus de douleur qu'une mort en quelques minutes. Des jours et des semaines de souffrances pour s’en être prit à toi et à Thomas. Des jours et des SemainesDerniers mots martelés, hurlés avant de manquer de souffle de son énervement. Il prit quelques secondes avant de reprendre brutalement mais cette fois-ci froidement, sans que la colère n'apparaisse dans son ton.

Si je t'ai accepté en tant que flic, si j’ai accepté ton passé et ce qui est encore ton présent, que je n’ai pas éclaté ta jolie gueule sur le parquet de mon appart, ce n'est pas pour qu'un connard me mette le doute sur toi en une phrase en me faisant penser à une histoire qui date de 15 ans. J'ai fait payer ceux qui ont tué William. Toi, tu n'es qu'un dommage collatéral dans l'histoire, tu es responsable de son arrestation, mais pas de sa mort. Et quand bien même, je ne te ferais pas de mal pour ce genre de connerie. Ni pour autre chose dont je ne serais absolument certain. Comme une trahison qui mets la vie de Thomas en danger volontairement. C'est la seule chose, je dis bien la seule, qui me ferait t'executer sans la moindre hésitation.  

La main se raffermie sur la joue, son visage au plus près d’elle sans qu’il ne laisse le calme revenir en lui. Il n’était pas son amant à cet instant précis, mais bel et bien l’Archange de New Chic, Membre des Cinq. Un et indivisible il fallait bien qu’elle le comprenne que si elle prenait son côté romantique et leurs soirées détonantes, elle devait aussi accepter de lui la part sombre de son héritage.  - La prochaine fois que tu me manques de respect en me parlant sur ce ton, je te conseille de faire extrêmement attention à toi et de te tenir prête à me buter, je n'accepterais plus jamais cela venant de toi ou de quiconque. N'oublies pas qui je suis et même si je t’aime Sam, vous avez tous entamé une bonne dose du peu de patience que j’ai. Si tu as un problème avec ça, c'est que tu n'as rien à faire à mes cotés. Il ne plaisantait pas. Mais alors pas du tout. Son souffle sur le cou de Sam n'avait rien de sensuel. Même si il trouvait celui-ci délicieux à portée. Il fallait remettre les choses au clair. Il avait accepté d'elle et de beaucoup autour de lui beaucoup de remarques, beaucoup trop. L’amour avait failli lui faire perdre ses ailes, mais il les retrouvait brutalement. Et si elle n'avait pas confiance en lui et en ses paroles quelques heures plus tot, leur relation ne tiendrait pas. Sam devait avoir les points sur les I une bonne fois pour toute. Il ferait de même avec certains de son entourage.Il était grand temps de revenir aux affaires à 100%

Il relâcha sa poigne venant de l'index lui retirer une goutte de sang qu'elle avait sur la joue et le porta à ses lèvres Il aimait le sang, son gout âpre sous ses lèvres. Peut-être un peu psychopathe sur les bords. Surement un peu trop. Il se redressa de toute sa hauteur son regard ne quittant pas celui qu’il aimait tant. Peut-être un peu adoucit.

- Décides toi maintenant Kevork. Soit tu retires ta robe et on baise comme des lapins stellaires jusqu’à demain, soit tu t’en va. Je ne te laisse aucun autre choix . . La demande était abrupte mais il le fallait. Pour lui, pour eux. Pour un fils qui aimait Sam de plus en plus. - Rien n'aura plus d'importance si tu n'es pas là Sam, mais je n'accepterais plus de toi tout ça. Soit on est une seule âme qui avance vers l'avenir ensemble, soit nous sommes deux.  


RP en discussion : Thème star wars: Mioon / Thème autre : Vie antérieur-phobie : Hiyorin

Ink, blood and more ... [Calville] - Page 10 620785chatbott
Revenir en haut Aller en bas
 
Mioon
Mioon
Féminin MESSAGES : 443
INSCRIPTION : 27/12/2018
ÂGE : 32
CRÉDITS : Elairin Art

UNIVERS FÉTICHE : SF - Star Wars - Dark Angel - Lovecraft - Dick - Matheson - Ténébreuse - Fantastique - Manga - SnK - TerraFormars - Etc ...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

http://www.letempsdunrp.com/t2646-mioon#56791 http://www.letempsdunrp.com/t2647-un-bon-paquet-d-idees#56801 http://www.letempsdunrp.com/t2698-repertoire-de-mioon
Pigeon

Ink, blood and more ... [Calville] - Page 10 Empty


Sam
Kevork

J'ai 28 ans et je vis à New-Chic', USA. Dans la vie, je suis flic infiltrée au sein de la mafia et je m'en sors comme je peux. Sinon, grâce à ma situation, je suis célibataire et je ne me pose pas de question là-dessus.

De son vrai nom Samuelle Karesh, Sam est une lieutenant de police actuellement infiltrée au sein de la mafia dans le but de débusquer un tueur de flics. À savoir également que son vrai prénom – Samuelle – est une information que trèèèès peu de gens connaissent : sa mère, son chef direct, pt'être une ou deux autres personnes, mais c'est guère tout. Tout le monde la connaît sous le nom de Sam, et c'est très bien comme ça.

Ink, blood and more ... [Calville] - Page 10 Ke4t

Ink, blood and more ... [Calville] - Page 10 P5k5


Alice Kelson:copyright: Mioon
Des confrontations, ils en avaient eu plusieurs, ces derniers temps. Des agréables, des moins agréables. Mais en entrant dans ce salon privé pour déverser ce qu'elle avait sur le cœur, Sam ne put s'empêcher d'appréhender ce qui allait se passer, et peut-être avait-elle raison … Encore légèrement shooté par la drogue, il fallut d'ailleurs plusieurs minutes à Gabriel pour retrouver pleinement ses esprits, puis son visage se ferma définitivement avant qu'il ne se levât pour se planter face à elle. Ses mains encadrant ses joues tandis qu'il plongea son regard dans le sien.

Sam croyait-elle réellement que son amant avait voulu la vexer ?
Peu importât les explications et les raisons, le fait était qu'elle était sincèrement vexée – blessée également – et le sadisme de Gabriel à l'égard de Nazeka n'expliquait pas tout. Lorsqu'il avait appris pour William Frederickson, il était dans le dos de leur proie qui se retrouvait ainsi absolument incapable de le voir, et pourtant il avait jeté à la Belle un regard aussi noir que celui qu'il réservait à ses ennemis. Pas un regard de connivence pour lui faire comprendre qu'il s’apprêtait à se livrer à un petit jeu, non, un vrai regard qui trahissait sa colère. Sa colère envers elle, entre autre. Et le fait qu'il l'aimât sincèrement n'y changeait malheureusement pas grand chose. Sa première réaction avait été la colère, suivie de très près par le doute. Sam avait suffisamment d'expérience pour savoir déceler ce genre de choses, et pour le coup, ça avait été assez flagrant pour que son regard noir ne laissât aucun doute sur la question. Tout comme cette même colère était flagrante lorsqu'il se mit à lui hurler à quelques centimètres à peine du visage pour lui reprocher d'avoir achever sa proie trop vite sans lui en laisser un petit morceau.

Et la suite n'était pas forcément plus agréable à entendre …

Si son amant n'avait jamais été un homme d'une subtilité sans limite, il se dépassait en la matière ce soir, et s'entendre dire qu'il l'exécuterait sans hésitation si jamais elle touchait à Thomas ne manqua pas de faire naître des sentiments contradictoires en elle. Parce qu'elle était d'accord d'un côté, et qu'elle-même ne laisserait jamais personne toucher ne serait-ce qu'à un cheveux de ce gamin. Mais aussi parce que c'était assez malsain de constater que son amant avait déjà réfléchi aux circonstances qui pourrait le pousser à la tuer !

Mais malheureusement, ce n'était pas encore fini …

Raffermissant son étreinte autour de son visage, Gabriel ne tarda pas à lui servir une menace plus que claire si jamais elle ne daignait pas fermer sa gueule en sa présence, et la Belle sentit aussitôt son estomac se tordre violemment tandis qu'elle inspira plus profondément. Depuis le début de ces explications houleuses, son regard s'était déjà troublé plusieurs fois, mais cette fois-ci fut sans doute la fois la plus remarquable. La plus violente aussi, même s'il ne lui fallut que quelques secondes pour retrouver sa neutralité de façade.

Ainsi donc, son amant trouvait cela approprié de la menacer de lui défoncer la gueule si jamais elle lui parlait d'un ton qui ne lui revenait pas ? Mais pour qui la prenait-elle au juste ?! Pour une gentille petite chienne soumise prête à remuer la queue tout en allant chercher gentiment le journal ?! Si Belmont prétendait que la jeune femme le connaissait mal, alors la réciproque était tout aussi vraie, parce qu'il aurait bien dû se douter qu'au vu de son caractère, Sam n'avait rien d'une femme soumise et malléable.

De même qu'il aurait bien dû se douter qu'elle n'était pas non plus femme prête à baiser après s'être pris tout ça dans la gueule … Ce n'était d'ailleurs même pas une question de formulation – encore une fois, elle acceptait totalement le manque de subtilité de son amant – mais bien de circonstances.

« Je t'aime Gabriel. »

Autant commencer par le plus évident et le plus important, surtout que la suite ne serait sûrement pas la réponse qu'il attendait …

« Et je ne doute pas un seul instant que tu m'aimes également et que tu tiennes à moi, mais est-ce que tu te rends seulement compte qu'en toutes circonstances, ta première réaction est toujours une colère brute et violente ? Tu étais dans le dos de Nazeka, il ne pouvait donc absolument pas te voir, tu aurais pu me faire un signe … mais non. Moi j'étais face à toi, Gabriel, et j'ai bien vu ta réaction quand tu as entendu ce qu'il a dit sur Frederickson : tu m'as assassinée du regard. Tu m'as balancé ce regard noir qui ne promet rien de bon et que tu réserves d'habitude à tes ennemis, alors ai au moins la franchise de ne pas le nier. »

Elle ne lui ferait pas l'affront de lui claquer dans la tronche qu'elle ne partageait pas ses proies, elle n'avait pas envie d'envenimer une situation déjà tendue. De même qu'elle ne soulignerait pas que – même dans le milieu du crime – il était assez malsain d'envisager le meurtre de la femme qu'on aimait. Parce que la suite était un point aussi important que sensible. Plus sensible encore que le reste, elle le savait.

« Pour le reste, je ne te manquerais jamais de respect en public, ni devant tes ennemis, ni devant tes alliés, ni même devant tes hommes. Jamais, et tu le sais. Parce que je respecte qui tu es, ce que tu es, et que je ne voudrais pas nuire à ta réputation ou saper ton autorité. En revanche lorsque nous sommes tous les deux dans l'intimité, j'estime ne plus être en face de mon patron mais de mon amant, et à ce titre, je ne pense pas avoir à contrôler ce que je dis. Désolée Gabriel, je t'aime mais il est hors de question que je ferme ma gueule pour t'être agréable. »

Sam avait indéniablement des défauts, mais elle avait tout de même un certain respect d'elle-même, et jamais elle n'irait se traîner aux pieds d'un homme comme un animal. Jamais. Et encore une fois, ça la blessait qu'il pût exiger ça d'elle.

La Belle n'avait d'ailleurs pas bougé depuis le début de cette conversation, elle avait à peine remué. Elle restait plantée là devant lui, son regard toujours fixé dans le sien. Regard qui trahissait bien la foultitude de sentiments contradictoires qui l'animaient tandis que – face à ce refus de se la boucler – un léger tremblement l'agita. Le stress, sans doute … Stress qui contamina un instant sa voix – jusque là assez calme et égale – pour l'agiter d'hésitations pendant quelques secondes. Preuve s'il en était besoin que cette situation l'affectait.

« Je ne te demande pas de changer pour moi, de même que je ne te poserais pas toutes ces questions de gonzesse à la con pour savoir si tu m'aimes ou ce que je représente à tes yeux. Je sais que tu m'aimes Gabriel mais … avise que moi non plus, je ne peux pas tout accepter de toi. Par amour pour toi, je suis prête à me faire cleaner et à disparaître entièrement du système, sans aucun retour en arrière possible, mais jamais je ne deviendrai ta gentille petite chienne, c'est hors de question. J'ai mon caractère, tu le connais, et j'attends que tu l'acceptes de la même manière que j'accepte tes coups de colère qui n'ont pourtant rien d'agréables. »

Elle tolérait son caractère, et il tolérait le sien. Le deal était plus qu'honnête au final, de même qu'elle savait pertinemment bien que ses demandes n'étaient pas exagérées.

« Pour le reste, avec qui suis-je sensée baiser au juste ? Avec mon amant ou avec l'Archange ? Loin de moi l'idée de vouloir jouer les gonzesses effarouchées, mais le détail à son importance à mes yeux … et …  et merde quoi ! Tu me menaces de me défoncer la gueule si j'ose encore l'ouvrir, puis tu me demandes d'écarter les cuisses ou de me barrer d'ici ?! Je ne te demande pas de devenir subitement le plus délicat et subtile des hommes mais putain, tu te rends compte au moins de combien tu peux être arrogant et insupportable par moment ?! Tu lui parlais aussi comme ça à ta femme ?!! »

Ça y était, Sam était en colère …
Depuis le début de tout cela, elle avait fait un énorme effort pour se contrôler et ne rien laisser paraître de ses sentiments, mais la digue venait de lâcher, et sa voix s'était soudainement faite plus colérique, tandis qu'elle venait de lâcher une petite bombe dans la pièce. Par respect pour Gabriel, elle n'avait absolument jamais parlé de son ancienne épouse, mais là c'était sortit tout seul. Depuis le temps que Belmont ne se tapait que des prostitués, il avait manifestement un peu oublié comment il convenait de se comporter avec des gens ''normaux'', et Sam avait suffisamment d'estime d'elle-même pour penser qu'elle ne méritait pas ça. Si jamais ses anciens collègues découvraient tout ce qu'elle avait fait pour Belmont, elle serait arrêtée et risquerait une peine de prison sans doute à vie, si ce n'était pas une exécution, et pourtant elle ne lui demandait rien en échange. Elle ne lui avait jamais rien demandé d'ailleurs. Elle entendait juste être traitée avec le respect normalement dû à un être humain.

« En supprimant des preuves et en détournant des enquêtes entières, tu n'imagines même pas ce que j'ai fait pour toi, mais pourtant je ne te demande rien, strictement rien ! Si ce n'est de ne pas me traiter comme une putain d'un de tes clubs ! Est-ce que c'est seulement à ta portée ou est-ce que c'est trop te demander ?! Parce qu'au pire si tu attends seulement d'une femme qu'elle te suce gentiment sans rien dire, tu trouveras sans aucun doute ton bonheur l'étage en dessus !! »

Sam n'était pas une hystérique, et elle n'avait pas non plus beaucoup de principes. Elle n'était clairement pas le genre de femmes qui relevait le moindre détail pour accabler son amant de reproches stériles. Mais elle avait toutefois ses limites également, et voir que Gabriel était capable de l'aimer sincèrement mais de lui demander de telles choses, ça lui retournait littéralement l'estomac. La frustration et la colère étaient désormais violentes en elle tandis qu'elle en tremblait pour tâcher de se contrôler encore un peu, et ce fut finalement un « Vas te faire foutre, Belmont ! » qu'elle lâcha rageusement avant de tourner les talons pour quitter la pièce.

Elle l'aimait. Putain, elle l'aimait ! Mais pas à n'importe quel prix.



"Une nouvelle terreur a émergé de la mort, une nouvelle superstition a conquis la forteresse inexpugnable de l'éternité.
Je suis une légende."

R. Matheson
Revenir en haut Aller en bas
 
Calville
Calville
MESSAGES : 310
INSCRIPTION : 30/06/2018
ÂGE : 37
CRÉDITS : Funnyanimals2017

UNIVERS FÉTICHE : Historique, Science Fiction, Reel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

http://www.letempsdunrp.com/t2719-du-rp-a-gogo#58230 http://www.letempsdunrp.com/t2582-lui-elle-moi-eux-nous-entre-autre#55932
Flash

Ink, blood and more ... [Calville] - Page 10 Empty


Gabriel Belmont

J'ai 38 ans et je vis à New Chic', USA. Dans la vie, je suis L'un des plus grand trafiquant sur Terre et ma place au soleil se dessine aussi sur diverses planètes . Le secret de mon identité fait en sorte que je ne suis jamais inquiété et si c'est le cas j'ai assez de pouvoir pour acheter ou faire chanter celui qui me rendra blanc comme neige.
Je suis autodidacte, calme, malin, et surtout dangereux. Le luxe et la luxure sont mes défauts les plus probants et du haut de mes 1.91m on me trouve charmant et charismatique. J'ai un fils de 12 ans que je tiens éloigné de mes affaires. Il est ma plus belle réussite. Sinon, grâce à ma malchance, je suis veuf et je le vis plutôt extrêmement mal.

Ink, blood and more ... [Calville] - Page 10 E5d93f28b1b1bce5f95c485f50dfd24e
Ink, blood and more ... [Calville] - Page 10 502ac9a81e80461fd05551091350b985


Tom Ellis :copyright:️Calville
Rien ne se passait comme il l'avait prévu. L’espérance d'une soirée délicieuse et d’un nouveau départ entre eux s'envolait en écoutant Sam lui aboyer dessus. Une Sam ne voulant lâcher prise sur les idées qu'elle avait eu durant leur "entretien " avec Nazeka. Le " je t'aime Gabriel" avait pourtant sonné un vague espoir d’une trêve et d’une fin de soirée aux accents de délices sensuels. Il avait voulu s’approcher d’elle, mais le reste ressemblait plus à un chemin de croix. Elle ne comprenait pas, ne voulait pas comprendre ou bien il parlait Skynerien. Il ne cherchait pas à comprendre pourquoi elle semblait réfractaire à ses explications.  Fatigué et encore sous le coup de légers soubresauts de son corps et de son esprit ayant divagué dans l’espace. - Sam, j'ai été étonné que nos chemins se soient déjà croisés et l'espace d'un seul instant j'ai cru que tout ce que tu m'avais dit à l'appart n'ait été que mensonge. Mais jamais, jamais je ne t'aurais fait du mal pour ce genre de chose. Tu m'hurles dessus me reprochant mes réactions violentes * il s'avança vers elle ne quittant pas son regard qu’il ne semblait ne plus reconnaître - Mais c'est grâce à ces réactions que je suis en vie depuis plus de 20 ans. Grâce à ces réactions que je suis aujourd’hui craint sur Terre et dans les coins reculés de l’espace. Dans quel monde crois-tu que j'évolue ? Je n’ai rien d’un boy scout chérie. Et pour ta gouverne, Grande Gueule, je ne te demande pas de la fermer mais de ne pas m’aboyer dessus comme un roquet alors qu’il n’y a aucune raison. Ecoutes moi quand je te parle, si je te dis que les paroles prononcées dans la salle de Nazeka n’étaient là que pour lui, ne cherche pas un sens caché à ce que je dis.

Il se retrouvait, pénitent devant elle. Il avait horreur de cette sensation de devoir s'expliquer que quelque chose qu'il n'avait pas pensé. Besoin de souffler, besoin qu’elle lui lâche la grappe, besoin qu’elle le prenne contre elle. Gabriel n’était pas ce genre d’homme à demander un geste de la part des autres. Il l’espérait, mais aucune demande ne se formula durant leur échange. Ce qu’elle lui reprochait, en plus d’être faux était injuste. Le ton montait aux échanges qui se succédaient.

- Et avec qui crois tu baiser depuis trois mois? Parce que je t'aime, que je peux etre horriblement romantique tu t'imagines quoi? Que je ne peux pas être l'ordure qu'on veut buter, lyncher ou défoncer à coups de barres de fer ? Je suis les deux. JE LE SUIS
.

- OH Tu arrêtes ça !  Sam je ne t'ai jamais demandé de trafiquer des preuves ou de cleaner ta vie. Si tu le fais c'est parce que tu as pris tes propres décisions. J'ai essayé justement de ne pas t'influencer, parce que je te veux toi, et pas une seule moitié de ta vie que J'AI accepté ! Je ne savais même pas que ce que tu avais fait avant qu'on en parle, alors ne me reproche pas tes propres choix !


C'est à cet instant qu'elle se décide à frapper. D'un coup d'un seul il se retrouve désarmé.
Sa femme. Elle osait parler de sa Femme. Sujet sensible et interdit. Sujet douloureux et dangereux. Il avait le souffle coupé qu'elle ose ce coup-là. Un coup si bas qu’il en restait estomaqué. Mieux que quiconque, elle connaissait la douleur encore présente de la disparition de Julia. Sa voix avait baissé en tonalité, en brutalité. Il était juste.
Blessé. Les talons hauts étaient déjà tournés, presque descendu des escaliers quand il parla, presque pour lui meme n'ayant plus la force d'hurler. Il ne trouvait plus cela drôle du tout. - Ne parles plus jamais de ma femme. Plus jamais. Je ne l'interdis. Tu ne sais rien de nous. Rien.

Pour la première fois sans doute, il était heureux de la voir partir, il ne tenta rien pour la retenir. Il n'aurait pas su se contenir plus longtemps, surtout pas après ce coup bas trop judicieusement placé. Une brisure naissait en lui. Longue. Intense. Les souvenirs déferlaient. Douleurs mises à vif par celle qu'il aimait à cause de celle qu'il avait aimé. Implacable destin.


Ethan était arrivé au moment du départ de Sam. D’un seul regard il avait saisi la situation et restait à l’écart, à l’entrée de la pièce que Gabriel ne se décide à bouger. Ce dernier passa à côté de lui, posant sa main sur l’épaule de son ami, et s’en alla sans plus s’occuper du club qui avait vu une – éventuelle – fin au couple terrible.


Reparti seul, il n’était pas revenu sur Terre, laissant la navette en pilotage automatique l’amener là où jamais il n’avait eu le courage de se rendre. Dix ans, si long et pourtant ses sentiments etaient encore à vifs.  Si L’Archange se vautrait dans les bras de nombreuses femmes depuis autant d’années, Gabriel n’avait eu qu’un seul amour jusqu’à l’arrivée de Sam. Et il les avait perdu toutes les deux. Il ne savait pas comment réagir à cette nouvelle perte. Ce qu’il pensait comme tel. Un vieux proverbe prétendait que « lorsque tu ne sais pas où tu vas, n’oublies pas d’où tu viens ». Il n’avait pas réfléchis à cela, réfléchis à rien,  et pourtant il ne se voyait nulle part ailleurs que dans cette navette qui arriver en vitesse réduite vers ce qui semblait être une petite station spatiale privée. Les scans s’étaient déclenchés presque un kilomètre plus tôt. Personne qui ne soit invité ne saurait entrer dans ce lieu perdu au milieu de l’espace.

La navette s’arrima automatiquement, le sas fut pressurisé avant qu’il ne s’ouvre sur un petit hall qui s’illuminait à chaque seconde qui passait. Ce qui était ombre fut éclairé. Ce qui était mort retrouva vie.  Si le hall était commun, la porte qui se trouvait au bout avait des accents de marbre terrien. Ouverture sur un autre monde qu’il n’avait jamais osé franchir.

Le cœur battait une chamade morbide, chaque pas le rapprochant de la porte jusqu’au moment où il fut bloqué devant celle-ci. Il sentit un frisson électrique le long de ses implants dorsaux avant que le verrou ne clique. La porte s’ouvrit laissant apparaître une jeune femme brune vêtu d’une longue robe de soie noire qui le regardait. Respiration qui se bloque dans cet échange de regards. Trop réel. Trop vivant. Trop de douleurs. Il fit un pas en arrière.


- Gabriel non. Reste s’il te plait. Je t’attends depuis dix ans, tu peux me donner dix minutes de ton temps.


Quelques trois heures plus tard, Si l'homme qui était entré dans la salle était largement abattu, celui qui en était ressortit avait un quelque chose de changé. Dans sa posture qui avait retrouvé son charisme, dans son visage plus ferme. Et c'est devant une autre portée fermée dans un long couloir qu'il se trouvait à nouveau. Il réajusta sa veste, remit en place ses cheveux , s'éclaircissant la voix en quelques raclements avant de se décider à frapper à la porte.

- Sam. Ses doigts tambourinaient la porte comme un chat qui grattait pour entrer, alors qu'il était appuyé sur le chambranle - Oh allez Sam ouvre. Je sais que tu es en colère. C'est bon, J'ai compris ce que tu voulais me montrer et la leçon est retenue. Je suis un connard violent et égocentrique mais tu m'aimes aussi - un peu - pour ça. On ne se refait pas à mon âge. Un moment de silence. On avait dit des excuses pas autre chose. - Okay okay. Je te présente toutes mes excuses sincères c'était pas super sympa de t'inviter à baiser de cette façon peu chevaleresque alors que tu venais de buter un mec. Allez mon cœur, ouvres. J'ai un super champagne millésimé pour enterrer la hache de guerre. Il agita à moitié devant l’œil de judas la bouteille la moue adorablement boudeuse - S'te plait chérie ... je n'aime pas parler aux portes, elles n'ont aucune conversation.  


RP en discussion : Thème star wars: Mioon / Thème autre : Vie antérieur-phobie : Hiyorin

Ink, blood and more ... [Calville] - Page 10 620785chatbott
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Ink, blood and more ... [Calville] - Page 10 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Ink, blood and more ... [Calville]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 10 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10
 Sujets similaires
-
» [[??]] True Legend [DVDRiP]uptobox

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers science-fiction-
Sauter vers: