Partagez
 
 
 

 Ink, blood and more ... [Calville]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
 
Calville
Calville
MESSAGES : 294
INSCRIPTION : 30/06/2018
ÂGE : 37
CRÉDITS : Funnyanimals2017

UNIVERS FÉTICHE : Historique, Science Fiction, Reel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

http://www.letempsdunrp.com/t2719-du-rp-a-gogo#58230 http://www.letempsdunrp.com/t2582-lui-elle-moi-eux-nous-entre-autre#55932
Flash

Ink, blood and more ... [Calville] - Page 7 Empty

<

Gabriel Belmont

J'ai 38 ans et je vis à New Chic', USA. Dans la vie, je suis L'un des plus grand trafiquant sur Terre et ma place au soleil se dessine aussi sur diverses planètes . Le secret de mon identité fait en sorte que je ne suis jamais inquiété et si c'est le cas j'ai assez de pouvoir pour acheter ou faire chanter celui qui me rendra blanc comme neige.
Je suis autodidacte, calme, malin, et surtout dangereux. Le luxe et la luxure sont mes défauts les plus probants et du haut de mes 1.91m on me trouve charmant et charismatique. J'ai un fils de 12 ans que je tiens éloigné de mes affaires. Il est ma plus belle réussite. Sinon, grâce à ma malchance, je suis veuf et je le vis plutôt extrêmement mal.

Informations supplémentaires ici.


Tom Ellis ©️Calville


L'ambiance tournait définitivement vers une fin de soirée au romantisme exacerbé. Chacun de leurs gestes appelait à une fin attendue et espérée d’être ensemble pour la nuit qui était déjà bien entamée. Ils avaient envie de badiner, de se provoquer, de faire descendre la pression en parlant d'autres sujets pour ensuite revenir dans les bras l'un de l'autre se charmer à nouveau. Il n’était absolument pas habituel pour Gabriel de se comporter de la sorte. Il prenait, il couchait, il repartait. Mais depuis sa rencontre avec Sam il semblait devenir "sérieux" dans sa relation avec elle. La jolie avocate en avait fait les frais quand il s’était refusé à sa demande. Elle l'avait si profondément changé que lui meme avait du mal à se reconnaître. Pourtant elle ne lui demandait rien , il le faisait en tout etat de cause. C'etait si récent, sans lendemain, qu'on aurait pu le croire fou à attendre quelque chose qui ne viendrait jamais .. mais ne dit-on pas qu'il ne faut jamais dire jamais ?  

- Les deux ? madame est gourmande.

Elle l'était. Il le savait. Elle n'etait pas non plus le genre de femmes choquées dès qu'on évoquait ouvertement une nuit avec l'autre , aussi franche et joueuse que lui, et à dire vrai il ne s'en plaignait pas. Il aimait provoquer et adorait qu'on le defie ou qu'on aille dans son sens en appuyant ses demandes. Il n'avait pas l’habitude de taire ce qu'il voulait dire, blessant, choquant, ou autre, que lui importait. Les voici repartant vers la table où les alcools mazrakis se vidaient à mesure qu'ils trouvaient des recettes aux tons divers. Épicés pour le cocktail de Sam , ça réveillait les papilles et dilatait les pupilles !
Ink, blood and more ... [Calville] - Page 7 Raw

Il adoooorait quand ca frétillait de la sorte sous la langue. Un délice à refaire dans l'avenir pour surprendre quelques invités, et peut-être mettre à la carte du LUX. retour sur la piste de danse et d'un rire qui accompagne sa question sur le Corleone

- C'est vrai tu faisait des choses peu avouables avec ned pendant que ce flic bizarre était là. Les sourcils se haussent amusés à la remarque, il avait bien compris et là taquinerie ne le quittait pas, ni dans son comportement, ni dans le timbre de sa voix.  - Il m'a dit quelque chose du genre la lèvre mordue regardant le plafond pour se souvenir de la phrase exacte, il n'avait pas vraiment fait attention -" on m'avait parlé de vous comme le Parrain de New Chic et je me retrouve devant un Jet-setteur monégasque" . Je ne sais pas si je dois être offensé de ne pas ressembler à Marlon, mais franchement il faudra que je ressorte sa phrase dans une discussion je l'ai trouvé amusante.

Le flic beaucoup moins, il serait un chieur pas possible dans l'avenir, ca se sentait, ignoble petit roquet aux dents longues Gabriel l'avait muselé pour quelques temps, cela ne durerait pas. Mais faisant tourner la belle entre ses bras, il l'oublia aussi vite qu'il etait revenu en son esprit. Il avait bien mieux à faire et surtout plus jolie à penser. Sa peau avait un déliceux gout sous les levres du Belmont, une alchimie particulière qui le faisait vriller en toute conscience vers elle . Leur danse devenait de plus en plus sensuelle, collé-serré comme un seul être , mais c’était trop facile, encore trop tot, ils n'en avaient pas fini avec l'alcool qui tournait les tetes tout en douceur. retour en cuisine et nouveau melange de Gabriel qui n'eut pas l'effet escompté et recrachant le tout, les verres furent vidés pour tenter quelque chose d'autres.. et encore jusqu’à ce mélange de la jolie brune à base de crème fraîche. On pouvait sentir la réticence de Gabriel à goûter ce truc, la crème fraiche c'est pour la cuisine pas les cocktails, il trempa ses levres .. un peu.. un peu plus .. et vida le verre dévorant ce cocktail frais et crémeux se léchant les babines retirant de sa barbe de quelques jours faussement négligée le reste de crème.  

- Je dirais que c'est ... Un délice ! je te laisse faire tous les cocktails promis tu as un gout sur , L'alcool mazrakis est à manier avec doigté que je n'ai pas encore. Tu crois pouvoir me faire découvrir encore mieux ?

Le défi fut vite relevé par Sam . Les verres s'accumulaient, les danses les rapprochaient, les baisers les emportaient toujours plus sensuels, et envieux de l'autre. ils en oublièrent les premiers déjà doucement éméchés, aucune des deux n'ayant plus envie de quitter les bras de l'autre. Languissants, leurs corps s’épousaient avec une merveilleuse unicité, les corps alangui se cherchaient et finirent par se trouver. Sous l'impulsion de Sam, Gabriel se laissa tomber dans le canapé et ne regretta pas, la voyant venir sur lui à la califourchon.

ambiance musicale https://www.youtube.com/watch?v=aHjlZnQG2pg

Ils avaient finis de jouer et passaient aux choses sérieuses. Le cou prit en otage de ses levres , il profita sans honte de ses baisers et caresses sur sa peau frissonnante de désirs finissant par retirer son pull. Ses mains venant se poser sur les jambes fines de sa belle, relevant le tissu jusqu'a arriver à ses cuisses  venant ensuite les glisser sous les bretelles les faisant descendre doucement en redécouvrant son corps qui semblaient lui avoir manqué pendant des années alors que leur première nuit ensemble datait d'a peine deux nuits, tant de choses s'etaient déroulées leur faisant oublier ce qu'ils avaient ressenti, il était temps que cela change.  Lèvres chaudes contre la peau, caresses brûlantes distillées à mesure que leurs corps se dévoilaient dans la nudité, corps à corps au delà de tout mot quand ils se donnèrent l'un à l'autre mélangeant désir passionné et réel besoin d’être à nouveau ensemble et de vivre ce moment à deux. Il ne lui dirait pas qu'il l'aimait.. Il le lui prouverait cette nuit.


RP en discussion : Thème star wars: Mioon / Thème autre : Vie antérieur-phobie : Hiyorin

Ink, blood and more ... [Calville] - Page 7 620785chatbott
Revenir en haut Aller en bas
 
Mioon
Mioon
Féminin MESSAGES : 443
INSCRIPTION : 27/12/2018
ÂGE : 32
CRÉDITS : Elairin Art

UNIVERS FÉTICHE : SF - Star Wars - Dark Angel - Lovecraft - Dick - Matheson - Ténébreuse - Fantastique - Manga - SnK - TerraFormars - Etc ...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

http://www.letempsdunrp.com/t2646-mioon#56791 http://www.letempsdunrp.com/t2647-un-bon-paquet-d-idees#56801 http://www.letempsdunrp.com/t2698-repertoire-de-mioon
Pigeon

Ink, blood and more ... [Calville] - Page 7 Empty


Sam
Kevork

J'ai 28 ans et je vis à New-Chic', USA. Dans la vie, je suis flic infiltrée au sein de la mafia et je m'en sors comme je peux. Sinon, grâce à ma situation, je suis célibataire et je ne me pose pas de question là-dessus.

De son vrai nom Samuelle Karesh, Sam est une lieutenant de police actuellement infiltrée au sein de la mafia dans le but de débusquer un tueur de flics. À savoir également que son vrai prénom – Samuelle – est une information que trèèèès peu de gens connaissent : sa mère, son chef direct, pt'être une ou deux autres personnes, mais c'est guère tout. Tout le monde la connaît sous le nom de Sam, et c'est très bien comme ça.


Alice Kelson© Mioon
/!\ Mikado come back, alors filez les petits n'enfants /!\

Entre alcool et sensualité, la soirée se déroulait dans un tourbillon délicieux et sans fin, mais la référence à Don Vito Corleone ne manqua toutefois pas de surprendre Sam tant elle sortait de nulle part. L'explication ne tardant pas à lui être dévoilée – Gabriel se récoltant un grondement faussement menaçant de la Belle lorsqu'il évoqua ses folies avec Ned – pour finalement lui tirer un long éclat de rire. Un jet-setteur monégasque ? La comparaison n'était pas forcément flatteuse, et ce même s'il était vrai que Belmont était bien plus classe qu'un chef de gang camé jusqu'à l'os et cradingue comme un clochard !

« Il t'a comparé à Marlon Brando ? Mais c'est quoi cet espèce de guignol ?! »

Loin du cliché des flics tous obèses à force de se gaver de donuts, cela n'empêchait toutefois pas certains policiers d'être particulièrement siphonnés du bocal, et celui-là semblait indéniablement en être ! Mais passé le rire franchement amusé de la demoiselle, celle-ci n'avait de toutes façons pas très envie de reparler des dernières journées – pas pour le moment en tout cas – aussi ne tardèrent-ils pas à reprendre leur danse. Chaude. Sensuelle. Insolente. Le salon résonnant des accents du piano et du saxophone pour mieux les entraîner dans ces vagues qui leur faisaient totalement tourner la tête. Plus de monde extérieur. Plus de mafia. Plus de flic. Et plus d'assassin. Il n'y avait absolument plus rien d'autre que cet échange entêtant au creux duquel couvait une passion qu'ils tentaient tous les deux de refréner un peu. Encore un peu. Un tout petit peu … Ils se désiraient déjà tellement, mais pourtant ils semblaient apprécier de se faire languir. Leurs lèvres se cherchant, se trouvant, goûtant la chair et l'alcool dans un jeu à en perdre la raison.

Sans Gabriel pour louper son cocktail, la soirée aurait peut-être dégénéré plus tôt, mais cet échec fut toutefois l'occasion pour eux de se calmer un peu. Juste de quoi reprendre leurs esprits tandis que Sam offrait une nouvelle saveur aux papilles de son amant. Délicat mélange, doucereuse promesse. Il aimait. Elle aimait aussi. Et ce fut dans un sourire taquin qu'elle se pencha par dessus le bar pour poser sa main sur sa joue et l'embrasser à nouveau.

« Je te l'avais dit … ça fait quelques années déjà que je joue avec ces alcools là, alors tu peux me faire confiance pour te sortir les meilleurs cocktails. »

Pêché d'excès et de gourmandises, à coup d'alcool, de sucre et d'épices. Derrière ses allures de gazelle indomptable, la Belle révélait lentement mais sûrement ses goûts. Ses envies. Ses désirs. Et tandis que l'ivresse entamait gentiment sa résistance, ce fut bientôt Gabriel qui en fit les frais, la demoiselle cédant enfin à ce désir qui lui brûlait de plus en plus le creux de ventre. Elle le voulait. Lui et personne d'autre. Et allongés sur le canapé, les caresses se firent bientôt plus précises tandis qu'elles arrachaient les premiers soupirs. Tandis que les vêtements cédaient enfin sous les assauts de ces mains avides de découvertes.

Seule la conscience d'un enfant dans l'appartement les poussa à quitter précipitamment le salon pour rejoindre la chambre de Belmont, et il n'y eut cette fois-ci plus rien pour les retenir …

Ils ne baisaient pas, ils faisaient l'amour. Passionnément. Mais avec une douceur et une langueur sans limite. De cette attente interminable pour Gabriel tandis que Sam s'installa sur ses hanches pour goûter sa peau encore et encore. Pour bientôt le guider au creux de son corps tandis qu'elle déversait ses gémissement à même son oreille. Folle cavalcade qui ne fut toutefois pas suffisante pour les repaître de l'autre tandis que leurs corps se cabraient, se cambraient, s'épousaient dans leurs moindres courbes. Encore et encore. Ils se dévoraient. Ils se consumaient. Et chaque minute de repos – lovés l'un contre l'autre – n'était guère que les prémices d'une nouvelle joute. Insatiable. Insolente. Jusqu'à ce que la fatigue ne les laissât finalement alanguis et pantelants. Jusqu'à ce que Samuelle ne vînt nicher son visage tout contre son cou, pour s'endormir en l'espace de quelques secondes seulement.

En infiltration, il convenait toutefois de ne dormir que d'un œil afin de toujours pouvoir surveiller sa cible, mais là sa méfiance s'était envolée. Dans le lit de l'un des hommes les plus dangereux de New Chic' – de la planète également – elle aurait pourtant dû redoubler de précautions, mais non. Dans ses bras, elle se sentait en sécurité au point de s'abandonner. À la luxure puis à la fatigue. De ce sommeil profond et réparateur qui dura plusieurs heures, jusqu'à ce que la Belle ne se réveillât soudainement en sursaut. Son corps tremblant tandis qu'une fine sueur recouvrait sa peau. Tandis que sa main venait de se crisper sur sa cuisse droite qui tressaillait sous la douleur fantôme causée par son cauchemar.

Nazrim …

Le souvenir de ce qu'il lui avait infligé revenait quelque fois hanter son sommeil, mais le voir ressurgir dans sa vie n'avait pas non plus manqué de rappeler cet homme à son bon souvenir. Générateur d'une angoisse qui la poussa bientôt à se mordre la main pour se contenir. Ne pas bouger. Ne pas hurler. Ne pas réveiller Gabriel non plus … Son amant avait d'ailleurs remué légèrement tandis qu'elle-même s'agitait dans son lit, et la Belle n'attendit pas plus de quelques secondes avant d'en sortir le plus silencieusement possible. Récupérant une chemise propre et pliée qui attendait sans doute d'être rangée dans le dressing pour l'enfiler afin de dissimuler sa nudité. Ses pieds nus tâtonnant bientôt sur le sol, se dirigeant vers son sac où elle pêcha une cigarette, avant de se rendre directement sur le balcon qui surplombait la ville dans un spectacle impressionnant.

Dehors, le vent frais ne manqua d'ailleurs pas de lui arracher un long frisson, mais elle s'en moquait. La main toujours crispée sur sa cuisse mutilée, ce fut en tremblant maladroitement qu'elle alluma sa clope, tirant bientôt une très longue inspiration, avant d’expirer dans un soupir empli de stress. Chargé d'angoisse. De cette peur insidieuse. De cette peur sans fondement qui lui dicta bientôt de s'emparer de son communicateur afin de contacter Grinder, juste pour lui demander de s'assurer que Finn Nazeka était bien mort. Mais non. Céder à cette impulsion là ne lui serait d'aucune utilité, et ce fut donc dans le froid de la nuit qu'elle tenta de se raisonner. De se souvenir que cette douleur n'était qu'un vieux fantôme qui n'avait finalement aucune existence réelle.

Cette nuit aurait dû être aussi douce que sulfureuse, et c'était pourtant un spleen poisseux de ce cauchemar qui était en train de l’étreindre. Son coude appuyé sur la balustrade, son front posé dans la paume de sa main. Son regard perdu et aveugle. Et là – quelque part dans les tréfonds de son inconscient – cette idée que Gabriel Belmont pourrait être son nouveau Nazrim si jamais il la démasquait. Et cette certitude absolue que ce n'était pas la violence du mafieux qu'elle redoutait, mais bel et bien le rejet de cet homme qu'elle découvrait et appréciait.

« Putain … »

L'insulte lui avait échappé à mi-voix, et la clope rougeoya dans l'obscurité lorsqu'elle tira une nouvelle inspiration chargée de nicotine. Elle terminait cette cigarette et elle retournait auprès de Gabriel. Et même si elle n'arrivait plus à trouver le sommeil – qu'elle ne voulait plus dormir – elle se sentirait au moins en sécurité dans ses bras.

Oui, elle allait faire ça. Juste encore quelques minutes. Juste le temps de se calmer.

Ink, blood and more ... [Calville] - Page 7 181230065412287343



"Une nouvelle terreur a émergé de la mort, une nouvelle superstition a conquis la forteresse inexpugnable de l'éternité.
Je suis une légende."

R. Matheson
Revenir en haut Aller en bas
 
Calville
Calville
MESSAGES : 294
INSCRIPTION : 30/06/2018
ÂGE : 37
CRÉDITS : Funnyanimals2017

UNIVERS FÉTICHE : Historique, Science Fiction, Reel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

http://www.letempsdunrp.com/t2719-du-rp-a-gogo#58230 http://www.letempsdunrp.com/t2582-lui-elle-moi-eux-nous-entre-autre#55932
Flash

Ink, blood and more ... [Calville] - Page 7 Empty

<

Gabriel Belmont

J'ai 38 ans et je vis à New Chic', USA. Dans la vie, je suis L'un des plus grand trafiquant sur Terre et ma place au soleil se dessine aussi sur diverses planètes . Le secret de mon identité fait en sorte que je ne suis jamais inquiété et si c'est le cas j'ai assez de pouvoir pour acheter ou faire chanter celui qui me rendra blanc comme neige.
Je suis autodidacte, calme, malin, et surtout dangereux. Le luxe et la luxure sont mes défauts les plus probants et du haut de mes 1.91m on me trouve charmant et charismatique. J'ai un fils de 12 ans que je tiens éloigné de mes affaires. Il est ma plus belle réussite. Sinon, grâce à ma malchance, je suis veuf et je le vis plutôt extrêmement mal.

Informations supplémentaires ici.


Tom Ellis ©️Calville


/!\ Mikado party, interdit aux enfants de moins de 40 ans /!\

L'entendre rire etait si doux à ses oreilles, musique de bonheur qui n'avait jamais résonné véritablement dans cet appartement, comme quoi le coté jet setteur monegasque avait de grands jours devant lui en tant que blague de l'année pour les soirée que l'on voudrait amuser d'anecdotes. Sam posa la bonne question "c'est quoi ce guignol"? Mots qu'il avait également soufflé au depart du policier de son bureau. Vaguement renseigné sur lui, cela ne l’avançait pas plus que ca, c'etait un roquet mais à ne pas prendre à la légère, les autres informations lui parviendraient sous peu. Cependant, effacé ce flic de son esprit, Gabriel haussa un sourcil à mi chemin entre l'amusement et le serieux.

- Tu veux dire que je n'ai pas classe de Marlon ? Vous m'offensez jeune fille. Sachez que Don Vito à tout appris de moi. Mouhaha.

Rire idiot moqueur, Voix grave éraillée pour tenter d'imiter le Parrain, avant d'eclater de rire restant entre ses bras alanguis dansant encore et toujours avec elle. Qui aurait pu croire qu'un homme comme Gabriel pouvait, comment dire, péter un gentil boulon . Si les Cinq le voyaient ainsi, il le virerait manu-militari du clan des grands méchants. Mais il était bien, si bien, il se retrouvait enfin après ces années où il n'avait été qu'un Archange. Il avait besoin de cela, de cet équilibre , de partager sans crainte.  L'alcool aidait aussi bien à briser les barrières sérieuses qu'il s'imposait à lui même autant qu'aux autres. Les barrières etaient baissées, ils redevenaient eux meme avec toute la simplicité et la complexité de leur relation. Les cocktails défilaient, les baisers gagnaient en une intensité attractive, les danses en lascivité. Et ce fut enfin le moment attendu, Ce moment qu'ils avaient reculés au maximum pour en savourer toutes les saveurs quand enfin ils s'abandonnèrent l'un à l'autre.

Se moquant bien du monde entier, ils retiraient vêtements sur vêtements, s'embrassant, se caressant allant de plus en plus loin dans le désir et dans le plaisir qu'ils retiraient de ces caresses de plus en plus osée et sensuelle. Le corps de Sam était un appel à l'amour, meme si elle ne s'en rendait pas compte ou qu'elle en jouait trop, savait-elle seulement à quel point il la désirait.? C'était pire que de la folie, c'etait un besoin d'une nécessité absolue. Vital.

Les lèvres de Belmont courait sur la peau fine de la jolie brune goûtant chaque centimètre de sa peau au parfum délicat qui sillonnait sur son passage. Ses lèvres s'attaquant avec douceur à sa poitrine, laissant ses mains profiter de ses cuisses. Il était envoûté par ce parfum, par son déhanché sur lui, par ses soupirs entraînant les siens dans un corps à corps brûlant où gémissements et cris de plaisir se mêlaient sans retenues. Leurs intimités liées trouvant dans leur chaleur et leurs ébats le plaisir qui les emportait toujours plus loin dans la nuit, presque jusqu'au matin. Aucune limite, aucune crainte, juste eux qui continuaient à faire l'amour comme deux être semblant séparés depuis des années et se retrouvant enfin. C'était fou et irraisonnable, ils l’étaient tout autant.  

Enfin le calme qui suit la tempête des corps enlacés.

Ils avaient bu, beaucoup et beaucoup trop surement. Gabriel s'était effondré après leurs derniers instants où enfin ils avaient été rassasiés de tout ce dont ils avaient besoin. Elle. Entièrement elle pour Gabriel. et depuis il avait sombré dans un sommeil profond aidé en cela par les verres innombrables qu'ils avaient bu. Meme si Gabriel etait un homme aimant boire, les cocktails mélangeant toutes sortes d'alcool avaient reussi à lui taper sur le cerveau. Ce n'est que quelques heures plus tard alors qu'il tenait sam entre ses bras en un étau délicat, qu'il sentait que l'on bougeait nerveusement dans le lit, et juste après qu'un leger vent frais le fait se retourner dans le lit cherchant du bout de la main une Sam absente. Il protesta en émettant des grognements face à ce départ. Etait-elle déjà repartie ? n'avait-elle pas été là et c’était son esprit qui avait revé ces instants. Non, pourtant il sentait bien que cette nuit n'avait pas été raisonnable et les griffures sur son torse quand il ouvrit les yeux lui prouvèrent également que l'instant n'avait pas été imaginé.

Il se releva entourant sa taille du drap défait non par pudeur envers Sam, mais croiser son fils la nuit en etant dans le plus simple appareil serait .. gênant. Il enfila un boxer qui se glissait entre drap et peau, *à dire vrai il ressemblait à superman s'etant pris le slip dans sa cape * plutot qu'à un criminel endurci et capable de tuer sans sourciller. Il partit suivant l'air frais qui s'engouffrait dans l'appartement pour se retrouver sur la terrasse à la vue imprenable sur la ville. Il aimait cet endroit, et pas etonnant qu'elle aussi. Sam était là, la tete baissée dans sa main, l'autre tenant sa cuisse. Il resta à la regarder un moment alors qu'elle était perdue dans ses pensées, à quoi pouvait-elle donc bien rever éveillée ? Cela semblait d'ailleurs plus un cauchemar éveillé qu'un rêve d'après nuit passionnée.  Ce n'est que lorsqu'elle prononça sa "délicate" insulte qu'il s'approcha en silence pour l'enlacer glissant ses bras autour d'elle afin de l'attirer à lui. Sans être impérieux, son geste respirait au contraire une tendresse certaine. Il ne savait pas de quoi il s'agissait, peut-etre regrettait-elle le simple fait d'etre ici, car malgré tout il n'oubliait quasi jamais qu'elle était flic. Mais .. Non, non il s'agissait d'autres choses, si elle avait regretté, elle se serait barrée vite fait pour lui sortir une excuse le lendemain . C'est posant son menton sur l’épaule de sa belle brune portant le regard sur la ville , sur l'horizon qui commençait à poindre la bas au lointain, bras protecteur restant autour de ce corps marqué d'encre.


- Je suis là pour toi si tu as besoin de parler. Qu'est-ce ce qui se contrarie autant ? Ais je fais quelque chose qui as pu te contrarier ?

Oui, il pouvait être une oreille attentive, quand on a un fils qui rentre dans l'adolescence il vaut mieux, et quand on se rend compte qu'on est amoureux cela revient au meme . Surtout qu'une femme comme Sam ne se laissait pas mettre dans un tel etat pour une broutille. Et si cela venait de lui, il essaierait de changer au moins cela. Il se voulait une chance avec elle, devrait-il changer pour cela. 

@Mioon, défi relevé ! *


RP en discussion : Thème star wars: Mioon / Thème autre : Vie antérieur-phobie : Hiyorin

Ink, blood and more ... [Calville] - Page 7 620785chatbott
Revenir en haut Aller en bas
 
Mioon
Mioon
Féminin MESSAGES : 443
INSCRIPTION : 27/12/2018
ÂGE : 32
CRÉDITS : Elairin Art

UNIVERS FÉTICHE : SF - Star Wars - Dark Angel - Lovecraft - Dick - Matheson - Ténébreuse - Fantastique - Manga - SnK - TerraFormars - Etc ...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

http://www.letempsdunrp.com/t2646-mioon#56791 http://www.letempsdunrp.com/t2647-un-bon-paquet-d-idees#56801 http://www.letempsdunrp.com/t2698-repertoire-de-mioon
Pigeon

Ink, blood and more ... [Calville] - Page 7 Empty


Sam
Kevork

J'ai 28 ans et je vis à New-Chic', USA. Dans la vie, je suis flic infiltrée au sein de la mafia et je m'en sors comme je peux. Sinon, grâce à ma situation, je suis célibataire et je ne me pose pas de question là-dessus.

De son vrai nom Samuelle Karesh, Sam est une lieutenant de police actuellement infiltrée au sein de la mafia dans le but de débusquer un tueur de flics. À savoir également que son vrai prénom – Samuelle – est une information que trèèèès peu de gens connaissent : sa mère, son chef direct, pt'être une ou deux autres personnes, mais c'est guère tout. Tout le monde la connaît sous le nom de Sam, et c'est très bien comme ça.


Alice Kelson© Mioon
Totalement perdue dans des souvenirs qui n'avaient rien de très réjouissant, Sam s'était proprement coupée du monde sans même s'en rendre compte – sa clope se consumant bientôt dans la légère brise qui rougeoyait des braises arrachées – et Gabriel la surprit donc en arrivant derrière elle sans un bruit. Tout ses muscles se contractant en une fraction de seconde, en un réflexe potentiellement létal qui aurait bien pu sonner le glas d'un éventuel agresseur. Elle avait beau être une femme joliment apprêtée, il n'en demeurait pas moins qu'elle était également tout à fait capable de tuer un homme s'il le fallait, et une chute du haut de l'immeuble n'aurait épargné personne … Mais si elle avait été surprise, elle retrouva également très vite ses esprits – la conscience du lieu où elle se trouvait également – et la chaleur des bras de Gabriel la poussa bientôt à se détendre tandis qu'elle vint coller son dos tout contre son torse. Se lovant ainsi dans ce cocon protecteur qu'il lui offrait avant de s'inquiéter plus avant de ce qui pouvait bien lui arriver.

Derrière le mafieux cruel et meurtrier, se cachait un homme qui savait être prévenant et agréable. Attentif et tendre. Une faille colossale dans le jeu du ''Parrain de New-Chic''. Mais pour s'en rendre compte, encore aurait-il fallut que la demoiselle n'arborât pas la même faille …

« Non, c'est pas toi. »

Quelque part, c'était assez adorable de voir Belmont poser immédiatement la question de son éventuelle culpabilité, et Sam aurait presque pu en être amusée si elle n'avait pas été aussi préoccupée. Sa clope bientôt balancée par-dessus bord, avant qu'elle ne refermât ses bras sur les siens. Comme pour le retenir. Comme pour se lover encore davantage dans sa chaleur. Parce qu'elle s'y sentait bien. Mais pour autant, convenait-il de lui en dire davantage sur Nazrim ? Ou alors devait-elle le laisser se débrouiller avec sa réponse simpliste sans plus lui donner de détails ? Une question qui se posait au vue de la situation, ou plutôt une question qui ne se posait pas justement. Jamais, elle ne lui parlerait de Nazrim. Jamais. Parce que rares étaient les femmes à être ressorties vivantes de ses petits jeux sadiques, et même si leurs dossiers étaient protégés par le secret médical, il était toujours possible pour un bon Sorcier de craquer tout ça, ce qui risquerait donc de griller sa couverture. Sans compter qu'elle ne tenait absolument pas à voir de la pitié ou du dégoût dans le regard de Gabriel !

Mais néanmoins, elle ne se sentait franchement pas non plus de l'envoyer paître alors qu'il était lui-même si prévenant à son égard, et Sam reprit donc la parole après quelques instants de réflexion. À démêler ses pensées pour savoir ce qu'elle pouvait dire. Et comment elle pouvait le dire.

« C'est juste que … en cherchant qui avait pu avoir accès aux dossiers sur toi, j'ai croisé quelqu'un que je ne pensais plus jamais revoir un jour, et ça a fait remonter des souvenirs déplaisants. »

Déplaisants, une douce ironie en comparaison avec ce que Nazeka lui avait fait, mais elle ne se voyait toutefois pas lui avouer qu'il lui avait ouvert la cuisse pour mieux lui graver son initiale à même l'os. Partant de là, le mieux était encore d'éluder tout en lui répondant vaguement. Tout en se crispant nerveusement avant de reprendre le contrôle sur elle-même. Tout en appuyant doucement sa tête contre la sienne. Tout en croisant ses doigts avec les siens. C'était d'un niais … mais c'était tellement agréable aussi.

Au loin, une vague lueur commençait d'ailleurs à poindre pour embraser timidement l'horizon, et cette constatation ne manqua pas de tirer un soupir vaguement dépité à la demoiselle. Parce que la nuit était passée trop vite, parce que le jour arrivait trop tôt, et parce qu'elle regrettait ce cauchemar qui était venu lui gâcher cette soirée qui avait pourtant été si agréable.

« Je suppose que tu vas avoir une matinée chargée ? »

De part sa position, il était assez évident que Gabriel n'avait sans doute pas prévu de passer une journée à ne rien faire, et ce même si Sam aurait grandement apprécié une longue grasse matinée avec son amant. Juste pour pouvoir profiter encore un peu de lui et de sa présence. Finalement si elle ne l'avait pas réveillé, elle aurait sans doute pu se glisser à nouveau dans son lit, comme si de rien n'était. Et à cette pensée, la Belle se retourna bientôt entre ses bras pour lui faire face, et son visage un peu pâle s'étira d'un sourire presque timide.

« Désolée de t'avoir réveillé en tout cas … »

Désolée pour lui, pour elle, pour eux. Désolée également pour ces griffures qu'elle découvrit bientôt sur son torse alors qu'elle ne se souvenait même pas lui avoir laissé pareil souvenir, tandis que ses doigts retraçaient ces marques d'un air contrarié. Si certaines femmes aimaient marquer leur propriété masculine au moyen de suçons, de griffures, ou d'autres tatouages plus définitifs, c'était en revanche quelque chose qu'elle détestait profondément de son côté, aussi n'appréciait-elle pas vraiment cette découverte. Et sans plus attendre, ses lèvres vinrent alors doucement capturer celles de Gabriel pour un long baiser. Délicat. Tendre. Amoureux.

Ink, blood and more ... [Calville] - Page 7 181230065412287343



"Une nouvelle terreur a émergé de la mort, une nouvelle superstition a conquis la forteresse inexpugnable de l'éternité.
Je suis une légende."

R. Matheson
Revenir en haut Aller en bas
 
Calville
Calville
MESSAGES : 294
INSCRIPTION : 30/06/2018
ÂGE : 37
CRÉDITS : Funnyanimals2017

UNIVERS FÉTICHE : Historique, Science Fiction, Reel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

http://www.letempsdunrp.com/t2719-du-rp-a-gogo#58230 http://www.letempsdunrp.com/t2582-lui-elle-moi-eux-nous-entre-autre#55932
Flash

Ink, blood and more ... [Calville] - Page 7 Empty

<

Gabriel Belmont

J'ai 38 ans et je vis à New Chic', USA. Dans la vie, je suis L'un des plus grand trafiquant sur Terre et ma place au soleil se dessine aussi sur diverses planètes . Le secret de mon identité fait en sorte que je ne suis jamais inquiété et si c'est le cas j'ai assez de pouvoir pour acheter ou faire chanter celui qui me rendra blanc comme neige.
Je suis autodidacte, calme, malin, et surtout dangereux. Le luxe et la luxure sont mes défauts les plus probants et du haut de mes 1.91m on me trouve charmant et charismatique. J'ai un fils de 12 ans que je tiens éloigné de mes affaires. Il est ma plus belle réussite. Sinon, grâce à ma malchance, je suis veuf et je le vis plutôt extrêmement mal.

Informations supplémentaires ici.


Tom Ellis ©️Calville


La jolie Sam semblait tellement absorbée par ses pensées troubles qu’elle ne sentit pas arriver Gabriel dans son dos, tant et si bien qu’il fallait se faire tuer par sa jolie brune. Il avait senti sa crispation, presque son recul de cette etreinte. Certes ca aurait été un accident, mais il l'aurait surement entraîné dans sa chute, vu la façon dont il l’étreignait, bras refermés sur ce corps à se damner . Il avait déjà eu de sublimes femmes entre ceux ci, mais aucune d'entres elle n’était autant désirée. Elle se frustra juste assez pour qu'il le ressente avec que son corps ne se love au sien retrouvant securité contre celui ci. La question est posée alors que l'horizon commence à se dessiner en une teinte plus claire. Et la réponse ne cesse de le soulager, elle ne veut pas l'epargner en lui mentant, ce n'est absolument pas son genre.

Ce n’était pas lui, c’était déjà ca. Cependant le brunette ne semblait pas vouloir lui en dire plus sur ce qui troublait son esprit plus qu'elle ne voulait l'avouer. Chacun avait ses secrets aussi sombres etaient-ils. Gabriel tout autant qu'elle. Il aurait presque abandonné au moins quelques heures, si la jeune femme n’avait pas fourni plus d’explication qui venaient au compte goutte. Elle ne voulait pas se dévoiler plus que de raisons, mais peut-etre en un sens cela lui ferait du bien de pouvoir se confier juste un peu sur l’émoi trouble et sombre qui obscurcissait ses pensées après une nuit pourtant si douce et passionnée. Une personne était donc responsable ? Une personne qui lui avait voulu du mal à lui ? Une personne du passé de sam ? les deux auraient donc eu au moins un membre commun ? Qui? pourquoi?


- Si cette personne est dans mon entourage ou si tu as besoin que je m'en occupe, tu n'as qu'un mot à dire.


Son regard était plus sérieux en parlant, sa voix beaucoup moins douce, à la limite d'une sécheresse désertique. Il ne permettrait jamais que quelque chose lui arrive, pas maintenant qu'elle commençait à creuser sa vie dans la sienne. Si Samuelle Karesh était un flic, Sam elle était une toute autre personne, et c'etait d'elles deux dont il était éperdu. Oui, il assumait son amour pour Sam, il savait que quoiqu’il se passerait entre eux et meme si elle venait à le trahir, il ne pourrait que lui pardonner son geste. Il savait, c'était à lui de s'eloigner, pas à elle de supporter les conséquences de son job.

La magie se fanait déjà, le jour prenait pas sur la nuit, il leur faudrait retourner à la vie débordante de crimes, de sang et de trahisons dans une heure maximum. Et pour avouer cette vérité terrible, il n'en avait aucune envie encore moins après ces deux jours où la folie avait failli avoir raison de lui , de son couple. C'est donc en resserrant son étreinte autour de sa taille qu'il vient lui murmurer en tout innocence - ou presque-


- Et si on attendait que Thomas soit parti en cours et que l’on faisait comme disait-il avant ? école buissonnière ? L'avantage d’être le patron c'est de pouvoir oublier de venir et que personne ne vous le reproche. J'aurai juste deux appels à passer, un pour Ethan qu'il me tienne au courant si ce flic infernal revient et un pour Ned. Je crois que le gosse a du passer une sale nuit. Mais après je suis tout à toi si tu as encore .. des forces. Tu ne m’as pas réveillé ma jolie Sam, c’est ton absence qui s’est faite trop sentir, sans toi le sommeil est difficile et avec toi impossible. Tu finiras par avoir raison de moi.

L’equivoque n’était pas pour lui, vouloir, prendre, disposer. Il ne changerait pas maintenant, pas aussi rapidement, et .. serais-ce vraiment lui s'il ne gardait son coté "Parrain intransigeant et faisant des compromis". same etait bien la seule avec laquelle il aimait être plus humain et ouvert. Quand aux autres, soient ils acceptaient, soient ils partaient. Se séparant de ses bras, il glissa sa main dans la sienne pour la faire entrer avec lui, attrapant son téléphone au passage pour composer le numéro de Ned qui avait été injustement accusé de coucherie avec Sam. Il connaissait assez le gamin pour savoir qu'il n'avait pas dormi de la nuit et malgré l'heure matinale il serait pret à sauter sur son appareil, ce qu'il fit surement vu la rapidité de réponse après une seule sonnerie

- Monsieur Belmont je..

- Ned. Je te présente mes excuses, je n'ai pas réfléchis , Sam et toi vous m'avez sauvé la mise.

Le silence s'instaure, surement la première fois que Ned entend le mot "excuse" dans la bouche du Belmont.

- Voius .. etes sur ? il n'y a pas de problème ? jamais je n'aurai pu faire ca avec elle, elle est brune et c'est votre copine  et ;..
- Ned je sais, reposes toi, calme toi et vient demain me voir au bureau, nous parlerons de ce que tu as vu, ca m’intéresse grandement , d'accord?
- Oui Monsieur, merci je serais là demain,merci

Meme de loin Gabriel pouvait entendre le soulagement du gosse, quelques mots encore sans importances permettant à Ned de bien saisir qu'il n'y aurait pas de conséquences pour lui, puis Gabriel coupa la communication balançant son appareil dans le salon pour revenir se blottir dans les bras de Sam, vraiment pas décidé à les quitter de sitot et surtout avec des idées en tete qui ne seraient pas raisonnable du tout, mais alors pas du tout. 

- Nous avons .. moins d'une heure avant que Thomas se lève tu crois qu'on aura le temps de ... La fin de sa phrase en semi question etait simplement un appel à retourner dans leur chambre et reprendre les "hostilités" là où ils les avaient laissé. Tout autant que l’œillade amusé qu'il lui lança. Après tout, il ne semblait pas autant rassasié qu'il l'aurait cru par leur nuit pourtant bien remplie et assez ardente pour l'avoir laissé sur le carreau durant quelques heures , et rien de plus dangereux qu'un parrain jet setteur monegasque aux crocs amoureux et avides et qui n'a pas eu la dose demandée. Surtout quand il s'appelle Gabriel Belmont.


RP en discussion : Thème star wars: Mioon / Thème autre : Vie antérieur-phobie : Hiyorin

Ink, blood and more ... [Calville] - Page 7 620785chatbott
Revenir en haut Aller en bas
 
Mioon
Mioon
Féminin MESSAGES : 443
INSCRIPTION : 27/12/2018
ÂGE : 32
CRÉDITS : Elairin Art

UNIVERS FÉTICHE : SF - Star Wars - Dark Angel - Lovecraft - Dick - Matheson - Ténébreuse - Fantastique - Manga - SnK - TerraFormars - Etc ...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

http://www.letempsdunrp.com/t2646-mioon#56791 http://www.letempsdunrp.com/t2647-un-bon-paquet-d-idees#56801 http://www.letempsdunrp.com/t2698-repertoire-de-mioon
Pigeon

Ink, blood and more ... [Calville] - Page 7 Empty


Sam
Kevork

J'ai 28 ans et je vis à New-Chic', USA. Dans la vie, je suis flic infiltrée au sein de la mafia et je m'en sors comme je peux. Sinon, grâce à ma situation, je suis célibataire et je ne me pose pas de question là-dessus.

De son vrai nom Samuelle Karesh, Sam est une lieutenant de police actuellement infiltrée au sein de la mafia dans le but de débusquer un tueur de flics. À savoir également que son vrai prénom – Samuelle – est une information que trèèèès peu de gens connaissent : sa mère, son chef direct, pt'être une ou deux autres personnes, mais c'est guère tout. Tout le monde la connaît sous le nom de Sam, et c'est très bien comme ça.


Alice Kelson© Mioon
Trois mois plus tard …

Les événements s'étaient multipliés, les choses s'étaient emballées. Initialement infiltrée dans la famille Marsh'aan, Sam avait finalement rejoint Gabriel Belmont après quelques mésaventures, mais peut-être n'aurait-elle pas dû. Son plan était pourtant intelligent. Son idée était pourtant claire et objective. Mais au sein de cette ambiance troublée, un grain de sable était venu gripper la machine, et celle-ci avait déraillé. Samuelle avait déconné. Vraiment déconné. À force de jouer au chat et à la souris avec Gabriel, la Belle s'était bel et bien laissée prendre au piège, mais de ce piège qu'elle n'avait absolument pas vu venir sur elle. Il y avait eu quelques baisers, il y avait eu des étreintes, et certains sentiments n'avaient pas tarder à se greffer à cette dynamique pour la rendre encore plus compliquée.

Samuelle était amoureuse, vraiment amoureuse. Malgré la réputation sulfureuse et cruelle du Parrain de New-Chic', la demoiselle avait su voir au-delà de la façade pour mieux découvrir un homme charmant et charmeur. Attentif et attentionné. Avec ses défauts. Avec ses qualités également. Et si elle avait presque espéré que leur relation ne serait finalement qu'une passade, qu'une passion sans lendemain, elle avait rapidement dû abandonner ses illusions. Si tant était qu'elle y avait cru ne serait-ce qu'une seconde … Sam était amoureuse. Définitivement. Cruellement presque. Parce que son statut de flic et son enquête étaient absolument inconciliables avec ce qu'elle ressentait pour Gabriel, et que cette réalité n'avait pas tardé à la rattraper : à l'instant même où son amant apprendrait sa véritable identité, il n'aurait pas d'autre choix que de la tuer. Le mensonge ou la mort. De ce mensonge qu'elle exécrait plus que tout au monde. Si la Belle était une bonne menteuse, particulièrement douée en infiltration, ses proches savaient aussi qu'elle ne savait pas mentir lorsqu'elle était en présence de gens qu'elle appréciait, parce qu'elle se trahissait toujours. Ou plutôt parce que sa culpabilité la trahissait toujours. Ne serait-ce qu'en la rongeant petit à petit jusqu'à ce qu'elle crachât le morceau. Et pourtant, depuis toutes ces semaines, elle mentait à Gabriel. Elle se mentait à elle-même également. Et elle se rattachait désespérément à ce bonheur inespéré pour ne pas lâcher prise. Pour ne pas faire de conneries. Quoi que, le concept même de conneries était tout de même assez subjectif, et tout dépendait de quel côté de la loi on se plaçait …

Ainsi tout en travaillant d'arrache-pied à agrandir et consolider le réseau de Belmont, elle continuait également son enquête sur l'assassin de flics en parallèle, ce qui lui bouffait énormément de temps. Surtout parce que son amant avait une fâcheuse tendance à demander à Nadiel de cleaner les dossiers des gens qui travaillaient pour lui : plus de casier judiciaire, plus de dossier aux impôts, plus d'empreintes digitales ou génétiques … Beaucoup de ses employés se retrouvait ainsi avec une existence toute neuve et toute vierge, aussi la demoiselle avait dû solutionner le problème pour pouvoir avancer. Demander à Grinder de récupérer ce qui pouvait l'être. Mais aussi effectuer le maximum de relevés par elle-même, et ce qu'il s'agît d'empreintes digitales ou génétiques là aussi. Lentement mais sûrement. Avec une prudence et une discrétion absolue. Et comme le but n'était pas de ficher les employés de Gabriel pour le compte de la police, Sam avait demandé à son Sorcier de lui créer un fichier privé et sécurisé où elle recensait employés et empreintes, ce qui lui permettait de comparer ensuite ces données avec les preuves qu'elle pouvait recueillir. Sur la carte de vœux qu'elle avait extirpé elle-même du cadavre de Gravin, mais aussi sur toutes les autres preuves qu'elle avait été réexaminer en personne sur la planète Kendar VI en prétextant s'y rendre pour rencontrer l'un de ses contacts.

Et c'était justement là que les choses étaient devenues encore plus complexes …
Sur tous ces éléments reliés sur les différentes scènes de crime, les empreintes ne manquaient franchement pas … mais elles étaient au contraire beaucoup trop nombreuses ! Rien que sur la carte de Gravin, Sam avait ainsi retrouvé des traces de Gabriel, de Ethan, de Ned, de Dennis, d'une des réceptionnistes de la Tour Belmont, mais aussi de deux gardes de corps, et c'était à n'y rien comprendre ! En temps normal, un objet ne comportait pas autant de traces, à moins d'être passé de mains en mains, et la Belle avait donc tenté d'effectuer des recoupements, des statistiques. Récupérant tous les dossiers également, afin de voir qui aurait pu être présents au moment des crimes. Et au final, elle avait réussi à dresser une liste de neuf noms. Les neufs empreintes qui revenaient le plus souvent. Les neuf personnes qui auraient pu être physiquement présentes, ou qui avaient les connections ou l'autorité nécessaires pour envoyer un complice – ou un exécutant – à leur place. Une bien maigre avancée en trois mois, mais Sam ne s'avouait pas vaincue, et elle continuait donc son enquête avec application.

Mais en parallèle, sa relation avec Gabriel était également au beau fixe malgré certains accrochages inhérents à leurs forts caractères respectifs, aussi profitait-elle donc pleinement de Lui. De cet amour qu'il lui offrait sans retenu et sans concession. De tous ces moments qu'ils passaient ensemble – avec Thomas également – dans un doux cocon qui paraissait être le plus agréable qu'elle ait pu connaître. C'était son couple. C'était sa famille. Et elle s'y sentait bien. Plus que bien. La seule difficulté tenant finalement à réussir à réguler sa culpabilité. Ces insomnies qui quelque fois la réveillait pour la laisser au bord du malaise. De ces longues nuits sans sommeil où elle s'efforçait de ne pas bouger d'un cil, histoire de ne pas réveiller son amant. Parce que ses bras pouvaient la protéger de tout, mais pas d'elle-même.

Et puis, il y avait eu Thomas qui avait souhaité s'initier au hockey sur glace !
Un sport ancien qu'il aimait regarder à la télévision, mais son père avait malheureusement été catégorique : hors de question que son fils s'essayât à un sport aussi violent ! Le refus avait d'ailleurs provoqué quelques remous puisque ces deux-là s'étaient alors boudé, et c'était finalement Sam qui avait trouvé une solution afin de désamorcer ces tensions stériles : au Krash, l'un des espaces dédiés au hockey avait été sécurisé pour les enfants et les débutants, et des générateurs de gravité avaient ainsi été placés tout le long de la tenue. Ainsi en cas de contact avec un autre joueur, les murs ou le sol, le pratiquant ne heurtait donc qu'un espèce de coussin d'air, ce qui permettait de récréer les sensations en évitant les chocs et les blessures. Un entre-deux qui avait finalement convaincu Belmont, et il avait donc été prévu qu'ils iraient tous les trois au Krash pour le plus grand bonheur de Thomas, en tout cas jusqu'à ce qu'un gros imprévu ne se présentât le matin même.

Avec une attaque agressive d'un réseau concurrent dans le Troisième Cercle, Gabriel avait ainsi dû sacrifier sa journée de congés pour se rendre à la Tour, et c'était seule avec Thomas que Sam avait été au Krash. Assistant au premier match du gamin qui avait véritablement adoré ! Autant dire qu'en quittant les lieux – avec un véhicule dans leur sillage pour assurer leur sécurité – le gosse trépignait encore de joie, et il ne tarda pas non plus à demander à Sam de s'arrêter dans sa pâtisserie préférée afin de récupérer le meilleur gâteau au chocolat du monde qu'ils partageraient le soir-même ! Tout allait bien donc. Tout était le plus tranquille qui fût …

Remontant en voiture, ils se dirigeaient résolument vers le LUX, lorsqu'un bruit sourd résonna dans la rue en même temps qu'un pneu du 4x4 explosa littéralement. Le véhicule effectuant une embardée avant que la Belle ne s'arrêtât à moitié sur le trottoir pour constater les dégâts. Le garde du corps assigné à ce déplacement s'était d'ailleurs garé juste derrière, et l'homme l'avait aussi rejoint afin de l'aider à changer la roue … lorsqu'une deuxième détonation résonna et qu'il s'effondra sur le bitume. L'arrière du crâne éclaté par une balle de gros calibre qui venait de le tuer sur le coup.

« Thomas, baisse-toi et appelle ton père ! »

Pas de temps à perdre, Sam remonta aussitôt en voiture et démarra en trombe malgré le risque de conduire avec un pneu en moins, mais elle maîtrisait heureusement assez bien sa conduite pour savoir gérer tout ça. De même qu'elle n'avait pas perdu la moindre seconde à essayer de trouver un sniper sans doute embusqué et bien planqué, préférant foncer dans les rues tandis que le gosse s'était emparé de son communicateur pour contacter Gabriel.

Une sonnerie …
Deux sonneries …
Trois sonneries …

« Putain, mais décroche … »

Quatre sonneries …
Cinq sonneries …
Et enfin la voix de Belmont qui fut aussitôt interrompue par son fils.

« Papa on se fait tirer dessus ! On est …

- Au croisement de la Dixième et de Excem Road ! Un sniper et une voiture derrière nous ! Je vais vers … »

Mais la demoiselle n'eut pas davantage le temps de lui donner d'explication que l'énorme berline qui la suivait de près venait de lui emboutir l'arrière, et son véhicule heurta violemment une murette tandis que la communication fut brutalement coupée. Un peu sonnée par le choc, la Belle vit toutefois deux hommes quitter la voiture pour se diriger vers eux – armes au poing – et elle eut juste le temps de s'emparer de son propre flingue pour coller une balle en pleine poitrine du plus proche, tout en alpaguant Thomas par le bras pour le traîner à sa suite dans le bâtiment le plus près. Un ancien hangar sans doute fermé récemment, parce que des containers et des cartons jonchaient encore l'endroit. Permettant ainsi aux deux fuyards de se planquer tandis qu'aucune salve de tirs n'avait répondu à leur fuite. Manifestement, leurs poursuivants les voulaient vivants, sans quoi ils ne se seraient pas gêner pour tirer dans le tas …

Et sans perdre un instant, la Belle fonça avec le môme dans le bâtiment, aidant bientôt Thomas à grimper sur un container afin de se cacher en hauteur, avant de pouvoir détailler leur état à tous les deux : le gosse avait quelques coupures au niveau des bras et du visage, et il se plaignait également d'une douleur dans le dos, mais il avait l'air d'aller bien. Elle-même arborait plus ou moins les mêmes coupures, et elle s'en inquiéta à peine qu'elle vérifiait déjà son arme avant de la tendre à Thomas.

« Bon écoute-moi bien : je vais aller m'occuper de ces gars, donc toi tu restes là et tu ne bouges pas. Si jamais l'un de ces hommes te repère et s'approche, tu lui tires dessus sans te poser de question, ok ? Vise au niveau du torse ou du ventre, ce serait beaucoup plus simple d'atteindre ta cible, d'accord ? »

Après tout, elle-même n'avait pas besoin de son arme pour pouvoir se débarrasser de ses assaillants, et elle serait donc plus rassurée si le gamin avait de quoi se défendre … et ce même s'il n'avait pas l'air à l'aise du tout.

« Ne t'inquiète pas Thomas, tout va bien se passer. Tu es en hauteur sur ce container, donc ils ne devraient pas te voir si tu t'allonges et que tu ne fais pas de bruit. Ton père va bientôt arriver, alors il faut juste qu'on se débrouille pendant ce temps. »

Continuant ses explications, Sam avait d'ailleurs pris le gamin dans ses bras pour le bercer un instant et le rassurer, puis Thomas s'allongea avant qu'elle ne redescendît du container pour avancer avec précaution entre les allées. À pas de loup. Respirant à peine pour ne pas trahir sa présence et repérer les leurs. Ramassant bientôt un lourd pied de biche qui traînait sur le sol.

Et lorsqu'elle arriva dans le dos de l'un de ses assaillants quelques minutes plus tard, ce fut sans aucune pitié qu'elle lui défonça le crâne avec la barre de métal, en profitant pour récupérer son pistolet le plus rapidement possible … lorsqu'une balle siffla dans les airs pour l'atteindre en pleine épaule gauche ! Sous le choc, l'os venait d'ailleurs de se briser net, et ce fut une douleur horrible qui l'assaillit aussitôt qu'elle se jeta entre deux rangées de containers pour se mettre à l'abri.

Manifestement, la traque était lancée, mais il n'était pas dit qu'elle serait facile à avoir.



"Une nouvelle terreur a émergé de la mort, une nouvelle superstition a conquis la forteresse inexpugnable de l'éternité.
Je suis une légende."

R. Matheson
Revenir en haut Aller en bas
 
Calville
Calville
MESSAGES : 294
INSCRIPTION : 30/06/2018
ÂGE : 37
CRÉDITS : Funnyanimals2017

UNIVERS FÉTICHE : Historique, Science Fiction, Reel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

http://www.letempsdunrp.com/t2719-du-rp-a-gogo#58230 http://www.letempsdunrp.com/t2582-lui-elle-moi-eux-nous-entre-autre#55932
Flash

Ink, blood and more ... [Calville] - Page 7 Empty

<

Gabriel Belmont

J'ai 38 ans et je vis à New Chic', USA. Dans la vie, je suis L'un des plus grand trafiquant sur Terre et ma place au soleil se dessine aussi sur diverses planètes . Le secret de mon identité fait en sorte que je ne suis jamais inquiété et si c'est le cas j'ai assez de pouvoir pour acheter ou faire chanter celui qui me rendra blanc comme neige.
Je suis autodidacte, calme, malin, et surtout dangereux. Le luxe et la luxure sont mes défauts les plus probants et du haut de mes 1.91m on me trouve charmant et charismatique. J'ai un fils de 12 ans que je tiens éloigné de mes affaires. Il est ma plus belle réussite. Sinon, grâce à ma malchance, je suis veuf et je le vis plutôt extrêmement mal.

Informations supplémentaires ici.


Tom Ellis ©️Calville


Les trois mois qui avaient suivi cette soirée mémorable dans l’appartement de Gabriel avait été du meme acabit. Lui et Sam n’avaient pas cessé de se voir  renforçant au contraire leur relation de plus en plus intime, de plus en plus intense. Une relation suivie et fidèle qui étonnait la plupart de ceux connaissant le Gabriel emplis de luxure et de vice. Il n’avait pas changé sur tout, mais au moins il ne courrait plus les femmes comme avant. Il se voulait une chance pour lui et pour son fils de faire revivre une famille qui était morte avec la mère du jeune garçon dix ans auparavant. Sam jouait son role de « copine officielle de papa » avec professionnalisme. Cependant et malgré tout l’amour qu’il avait pour elle, ses ombres d’ombres le gênaient. Nadiel, son sorcier qui se croyait encore sur la sellette après son erreur avec Wes , avait réussi à pirater les archives de la police de New Chic.

Entre regroupements, témoignages et souvenirs des paroles de Sam sur le balcon, il avait retrouvé la piste de Narzim et ce qu’il avait fait, de sa mort étrange pour un homme comme lui juste après avoir été impliqué dans ce complot contre lui. Sam s’était vengée c’était l’évidence meme. Horrifié par ce qu'il avait apprit des travers de cet avocat aux moeurs morbides, Gabriel n’avait plus jamais évoqué le sujet avec Sam préférant refermer cette plaie béante qu’elle avait toujours au creux de son esprit et de son corps sans doute. Dire qu’on disait de Belmont qu’il était un monstre, par certains abords oui il l’était, mais pas autant que de marquer des femmes à l’os. C’était odieux et répugnant et dans un sens il comprenait le silence de Sam qui malgré toute la force de caractère avait dû souffrir et souffrait encore de cet épisode douloureux au possible.

En contrepartie, il était nettement plus doux avec elle, n’ayant pas besoin de se forcer pour être simplement heureux et lui démontrer qui il était réellement derrière son masque d’Archange. Bien sûr vu leurs caractères tout n’était pas blanc-rose, mais ils s’aimaient et malgré tout ce qui aurait pu, et aurait dû les éloigner, c’était un vrai amour qui ne baissait pas ni en passion, ni en désir et encore moins en volonté de vivre une vie de familles. Parfois elle passait plusieurs jours chez lui, mais gardant toujours sa liberté de mouvement  et pour l’instant ca leur convenait tout à fait. Bien sur Gabriel aurait pu l’éloigner ne voulant mêler son fils à l’enquête inconnue de Sam à ses côtés, ne pas impliquer la jeune femme dans sa famille, mais il sentait ou esperait sentir qu’elle était sincère envers lui et dans ses sentiments.


Une vie de famille avec ses avantages mais aussi ses soucis, Thomas grandissait et avec lui ses besoins et envies. Aussi casse-cou que son Père il se voulait laisser tenter par un sport de contact dangereux  dans l’idée du Père Belmont. Hockey sur Glace, mais oui mon fils tu as raison, cause toujours ! Entre engueulade et bouderie, ce fut Sam qui désamorça la situation en proposant un compromis entre le contact du sport et la sécurité, pour la grande première de son fils, Gabriel avait décidé de se prendre une journée bien méritée et surtout une journée pour sa famille. Mais ce fut sans compter sur les .. affaires qui ne connaissaient pas de pauses,  il dut annuler le matin même partant à la Tour pour aller regler des ... putains de détails qui allaient emmerder sa journée !! Déçu autant que son fils, il n’avait pu que remercier Sam de s’occuper de lui pour la journée et véritablement énervé il se mit aux affaires dès son entrée au bureau, il savait qu’il ne pourrait pas tout régler de la Tour et que surement un voyage serait nécessaire, mais le plus important était de rendre la pareille à cet abruti qui avait tué plusieurs membres de son équipe sur Origha après un échange qui avait foiré dieu seul savait comment. Ethan fut le premier à subir son humeur exécrable, même si le pauvre ami n’avait rien à voir avec ces problèmes-là.

Les entames des problèmes à régler, les chaines à remonter, les hommes à tuer ou à effrayer, rien que cela allait prendre des heures à mettre en place. La patience n’était pas la vertu première de Belmont et encore moins aujourd’hui, du coup ca ... gueulait et fort et d’aucun autre qu’Ethan ne se risqua à entrer dans le bureau du boss.

- Je m’en balance de tes excuses !! Tu vas aller me recuperer cette marchandise dans la journée ! tu auras les hommes que tu veux alors sors un peu tes couilles et arretes de m’emmerder avec ta peur à la con, tu fonces dans le tas et ..

Son communicateur personnel sonnait, un appel de Thomas qui voulait surement lui raconter son match et ses debuts au Krash . une sonnerie

- Si tu ne te bouges pas le cul c’est toi qui va payer pour les autres, je n’ai pas le temps aujourd’hui de m’encombrer de gars comme toi soit tu butes, soit tu te fais buter tu as le choix !

Troisième sonnerie ça insistait.

- Mes gars arrivent dans 3 h, tu as trois heures pour retrouver ton courage, après je te descends  moi-même espèce de connard

Douceur, délicatesse, comme toujours en coupant la communication avec on revendeur qui avait perdu enormément en une soirée. Il lui faudrait reagir ou en subir les conséquences.

Cinquième sonnerie, la voix largement encore énervée en version cocotte-minute
- Thomas c’est pas le ..
« Papa on se fait tirer dessus ! On est ..
- Au croisement de la Dixième et de Excem Road ! Un sniper et une voiture derrière nous ! Je vais vers … »

La voix de son fils paniqué, la voix stressée de Sam et .. Le silence.


- Thomas ? THOMAS !!! La communication coupée définitivement juste avec un bip bip strident qui résonne,  il reste quelques secondes avec le communicateur en main pétrifié comme jamais depuis 10 ans où il avait perdu sa femme, non pas son fils, pas lui. Il l’avait toujours tenu en dehors de ses affaires, toujours ! Ethan qui avait bien compris qu’un problème se déroulait avec le jeune garçon qu’il considérait comme son gamin se leva de son siège, rompant la fissure de panique de Gabriel

- Dixième et Excem tout de suite.

Saisi de son propre comm' Ethan alerta ses hommes qui se mirent en route immédiatement, idem pour Gabriel qui se saisit de son arme qui reposait en sécurité dans un tiroir, , et s’engouffra dans l’ascenseur qui n’allait pas assez vite pour lui, et arrivé au parking sous terrain prit place au conducteur permettant juste à son ami de sauter dans le vehicule avant qu’il ne démarre en trombe suivit un peu plus loin de ses gardes surpris par la rapidité du départ de Belmont. On tirait sur son fils. On tirait sur Sam. Si l’un ou l’autre était blessé, et meme sans blessures il y aurait une guerre sans pareille face à celui ou celle qui avait voulu s’en prendre à eux. Si .. c’était pire, alors le monde connaitrait la plus grande vague de terreur qu’il lui ait été donné de voir. Aucune limite.


RP en discussion : Thème star wars: Mioon / Thème autre : Vie antérieur-phobie : Hiyorin

Ink, blood and more ... [Calville] - Page 7 620785chatbott
Revenir en haut Aller en bas
 
Mioon
Mioon
Féminin MESSAGES : 443
INSCRIPTION : 27/12/2018
ÂGE : 32
CRÉDITS : Elairin Art

UNIVERS FÉTICHE : SF - Star Wars - Dark Angel - Lovecraft - Dick - Matheson - Ténébreuse - Fantastique - Manga - SnK - TerraFormars - Etc ...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

http://www.letempsdunrp.com/t2646-mioon#56791 http://www.letempsdunrp.com/t2647-un-bon-paquet-d-idees#56801 http://www.letempsdunrp.com/t2698-repertoire-de-mioon
Pigeon

Ink, blood and more ... [Calville] - Page 7 Empty


Sam
Kevork

J'ai 28 ans et je vis à New-Chic', USA. Dans la vie, je suis flic infiltrée au sein de la mafia et je m'en sors comme je peux. Sinon, grâce à ma situation, je suis célibataire et je ne me pose pas de question là-dessus.

De son vrai nom Samuelle Karesh, Sam est une lieutenant de police actuellement infiltrée au sein de la mafia dans le but de débusquer un tueur de flics. À savoir également que son vrai prénom – Samuelle – est une information que trèèèès peu de gens connaissent : sa mère, son chef direct, pt'être une ou deux autres personnes, mais c'est guère tout. Tout le monde la connaît sous le nom de Sam, et c'est très bien comme ça.


Alice Kelson© Mioon
Deux assaillants de tués ou de gravement blessés, impossible de savoir combien il en restait …

Accroupie entre deux containers tandis que sa main droite s'était crispée sur son épaule blessée, Sam tâchait de respirer à fond pour calmer la douleur qui lui rongeait l'articulation pour s'étendre dans tout son bras, et elle ne tarda pas à se relever pour s'éloigner de la zone. Rester immobile trop longtemps, c'était prendre le risque de se faire repérer très vite, et la Belle ne tenait pas particulièrement à se faire tirer comme un lapin. Gabriel n'allait sans doute pas tarder, alors il lui fallait simplement gagner du temps. Juste un peu de temps. Servir à la fois de prédateur et d'appât, histoire de se débarrasser de ces hommes tout en les éloignant de Thomas. Elle, elle pouvait gérer à peu près n'importe quoi, mais elle refusait en revanche d'exposer le fils de Belmont au moindre danger. Ce n'était qu'un gosse, et il n'aurait même pas dû avoir son arme entre les mains. Aussi dans un silence parfait, la demoiselle se déplaçait dans les travées, ses bottines faisant heureusement bien moins de bruit que les escarpins qu'elle portait habituellement. Comme quoi, le combo bottine/jean/blouson en cuir, c'était quand même des plus pratiques !

Mais Sam n'eut pas le temps d'avancer de plus de quelques mètres qu'une salve de balles faucha l'air au niveau de ses jambes, et elle n'eut que le temps de se jeter sur le côté pour ne pas s'en prendre une nouvelle. Si ces mecs les voulaient vivants, ils avaient également bien compris que la Belle n'était pas une petite biche inoffensive, et qu'il leur faudrait certainement se résoudre à quelques extrémités pour pouvoir la chopper ! Génial, vraiment … Mais après, tant qu'ils n'attaquaient pas Thomas encore une fois, ça lui allait plutôt bien. Avancer, guetter, attaquer. Le jeu de la traque ne changeait pas depuis des milliers d'années, et lorsqu'elle eut l'un de ses agresseurs dans sa ligne de mire, elle ne se gêna pas pour lui tirer dessus à son tour … lui éclatant un genoux avant de voir une nouvelle salve arriver dans sa direction pour la pousser à reculer précipitamment.

Bon, si elle tenait bien le compte, elle était donc à deux blessés/tués, un blessé en duo avec un valide, et celui qui avait réussi à l'atteindre quelques minutes auparavant. Une berline de cinq passagers, et ce même si le sniper pouvait également se joindre à la partie. Lui ou d'autres …

« T'es douée mais tu ne pourras pas nous échapper, toi et le gamin, alors je te conseille de te rendre si tu ne veux pas que les choses aillent trop loin ! »

Vu la direction de la voix, celle-ci appartenait sûrement à l'un des duettistes – le valide sans aucun doute – mais la Belle ne lui répondit rien. Se contentant d'effectuer un large tour pour les contourner tout en les attirant toujours dans une direction opposée à l'endroit où se cachait Thomas. Avec un peu de chance, celui avec le genoux pété resterait au sol, ce qui ne lui laissait que deux traqueurs. De ce calcul qui se voulait optimiste lorsque – soudainement – la voix d'un autre homme retentit en même temps qu'un cri du gamin, et Sam ne perdit pas la moindre seconde à tergiverser. Préférant piquer un sprint nerveux vers le container où elle l'avait fait grimper, pour se rendre compte que son agresseur était lui aussi en train de l'escalader et qu'il avait réussi à choper Thomas par la cheville afin de le traîner vers lui. Le tirant bientôt afin de le faire tomber. Et avec le môme si près, hors de question de faire feu, et la Belle dut donc se résoudre à la seule option qu'il lui restait : le corps à corps ! Une idée absolument pas optimisée dans la mesure où cet homme était plus fort et plus lourd qu'elle, et pourtant Sam lui avait sauté dessus sans la moindre hésitation. Son bras droit se resserrant déjà autour de sa gorge afin de l’étouffer, tandis que ses jambes étaient venues se nouer autour de son corps pour mieux s'ancrer à lui et ne pas risquer de valser.

« Cours Thomas ! COURS !! »

Le gamin avait l'air terrifié, mais elle ne pouvait malheureusement rien faire de plus pour lui. Rien de plus que de serrer encore et toujours ce cou tandis que le gars se débattait avec violence pour se libérer de son étreinte. Choisissant bientôt de se projeter en arrière afin que Samuelle heurtât brutalement le container qui se trouvait dans son dos, la poussant à desserrer sa poigne sous le choc. Pas énormément. Mais juste assez pour qu'il réussit finalement à se débarrasser d'elle en la faisant passer par-dessus sa tête pour l'envoyer retomber sur le sol. La chute fut d'ailleurs violente, une vive douleur lui déchirant tout le long de la colonne vertébrale tandis que son souffle s'était figé dans ses poumons, mais ça ne l'empêcha toutefois pas de récupérer son poignard glissé dans sa bottine afin de le planter dans le pied du type. Ça ne le tuerait pas, mais ça ferait toujours gagner quelques secondes à Thomas … voire même plus en fait, parce que son doux assaillant n'avait franchement pas l'air fan de sa résistance, et il retira à peine le couteau qu'il le jeta au loin avant de se baisser pour venir ramasser la Belle. L'empoignant par le revers du col de son blouson pour la décoller du sol et la cogner rudement contre le container. Une fois, deux fois, trois fois. Il lui en voulait de sa résistance, c'était évident, et il ne s'arrêta pas là puisqu'il lui colla bientôt son poing dans l'estomac. La contemplant tandis qu'elle cherchait désespérément à reprendre son souffle, un petit air satisfait peint sur son visage.

En plus de son épaule fracassée, Sam commençait à franchement souffrir du dos, des côtes et de l'estomac, et son souffle était devenu sifflant à force d'être difficile. L'incapacitant au point que toute défense était devenue impossible.

« Putain ça y est, t'es calmée ?! Salope ! »

De ce doux qualificatif qui lui valut aussitôt un regard noir de la part de la Belle, et le type sembla d'ailleurs s'en amuser tandis qu'il approcha son visage tout près du sien. Comme pour l'intimider ou jouer avec elle. Ça tombait bien, elle était joueuse … et elle en profita pour frapper violemment son nez de bas en haut, lui brisant dans une gerbe de sang tandis que l'homme la lâcha aussitôt et tituba en arrière. Si elle avait été dans un meilleur état, elle aurait certainement pu remettre le couvert et se le terminer, mais Sam peinait malheureusement de trop, et elle ne put que se laisser glisser mollement au sol.

Le premier des deux à retrouver ses esprits prendraient indubitablement l'avantage sur l'autre, et ce fût en se raccrochant à cette idée que la Belle essayait de s'aider du container pour se relever. Elle devait se dépêcher. Elle devait se bouger. Et si Gabriel pouvait arriver aussi, ce ne serait pas du luxe.



"Une nouvelle terreur a émergé de la mort, une nouvelle superstition a conquis la forteresse inexpugnable de l'éternité.
Je suis une légende."

R. Matheson
Revenir en haut Aller en bas
 
Calville
Calville
MESSAGES : 294
INSCRIPTION : 30/06/2018
ÂGE : 37
CRÉDITS : Funnyanimals2017

UNIVERS FÉTICHE : Historique, Science Fiction, Reel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

http://www.letempsdunrp.com/t2719-du-rp-a-gogo#58230 http://www.letempsdunrp.com/t2582-lui-elle-moi-eux-nous-entre-autre#55932
Flash

Ink, blood and more ... [Calville] - Page 7 Empty

<

Gabriel Belmont

J'ai 38 ans et je vis à New Chic', USA. Dans la vie, je suis L'un des plus grand trafiquant sur Terre et ma place au soleil se dessine aussi sur diverses planètes . Le secret de mon identité fait en sorte que je ne suis jamais inquiété et si c'est le cas j'ai assez de pouvoir pour acheter ou faire chanter celui qui me rendra blanc comme neige.
Je suis autodidacte, calme, malin, et surtout dangereux. Le luxe et la luxure sont mes défauts les plus probants et du haut de mes 1.91m on me trouve charmant et charismatique. J'ai un fils de 12 ans que je tiens éloigné de mes affaires. Il est ma plus belle réussite. Sinon, grâce à ma malchance, je suis veuf et je le vis plutôt extrêmement mal.

Ink, blood and more ... [Calville] - Page 7 E5d93f28b1b1bce5f95c485f50dfd24e
Ink, blood and more ... [Calville] - Page 7 502ac9a81e80461fd05551091350b985


Tom Ellis ©️Calville

Combien une minute pouvait sembler longue quand on sait que la vie de deux êtres chers, indispensables à cet être que l’on prétend sanglant  et sans cœur, est en jeu. Pourtant il semblait que plus Gabriel poussait sur l’accélérateur, plus le véhicule se trouvait à ralentir, effet de synergie inversée, ou simplement que chaque seconde comptait comme des dizaines de minutes. Putain que ça pouvait être long, putain pourquoi n’avait-il pas été à leurs côtés, s’il avait été là, il aurait pu faire quelque chose, les défendre, c’était son rôle après tout ! Mais il avait fallu qu’il soit absent pile à ce moment précis ; Et si tout était lié, non ce n’était pas possible c’était trop gros, personne n’aurait osé une manœuvre aussi peu subtile pas après la rumeur sur le sort de Karl Maarshan et sur ce qui s’était déroulé pour les traitres à son organisation. Et pourtant, cela faisait bien longtemps qu’il ne croyait plus au hasard, surtout depuis les Cinq et les évènements qui avaient précédé.

Ils étaient encore loin de cette foutue rue où Sam avait perdu le contact avec lui, et s’il leur était arrivé quelque chose, si ils avaient été blessé et si … Non impossible, pas eux.  Qu’on lui fasse ce qu’on veut à lui, mais pas de mal à eux. Les images les plus terribles défilaient, Sam en sang, son fils en sang, (sa femme) défigurée, NON jamais il n’accepterait, jamais il ne permettrait que cela recommence.  Son pied lui faisait mal à force d’appuyer sur l’accélérateur, il fallait qu’ils aillent plus vite, plus vite  plus ... c’est un violent coup de volant d’Ethan qui venait de leur sauver la vie en détournant le véhicule d’un autre rangé sur le bas-côté, mais qu’ils aillaient fouetter de plein fouet, il ne l’avait pas remarqué trop dispersé dans ses pensées troubles pour être attentif à la route.


- Gabriel !

La main tremblante il lui fallut quelques instants avant de reprendre le volant que tenait toujours son ami, il hocha la tête les yeux écarquillés par cette frayeur qui s’ajoutait aux autres,  ils n’arriveraient jamais en vie s’il continuait de la sorte. Mais il était comme ça, à foncer tête baissée quand la vie de ceux qu’il aimait était en jeu, c’était un défaut immense qui lui coutait souvent devant sa propre imprudence le menant à des extrémités mortelles. Un souffle, un autre, c’est bon il reprenait consistance et surtout attention à ce qu’il faisait.

- C’est bon.

A ses cotés il pouvait entendre souffler Ethan qui avait blanchi d’un coup malgré son réflexe salvateur pour eux deux, s’ils arrivaient vivant aux entrepôts, qu’ils s’en sortaient sans trop de bobo,  il aurait surement deux mots à dire au conducteur du dimanche, même si c’était son patron. Il relâcha le volent doucement prenant bien le temps de voir que Gabriel prenait enfin conscience de la route qui se déroulait devant lui avant de saisir son arme,  Le cran de sûreté  fut décoincé, ils étaient à peine à deux rues du dernier signal reçu.

WIKI – Ou est Thomas ?

Comme lui, le fils de Gabriel était équipé d’une puce depuis des années afin d’avoir toujours un œil sur lui, pour une seconde fois ce système leur sauverait la vie. Il avait longtemps hésité quand son fils était plus jeune, s'il avait été un individu lambda surement qu'il aurait épargné cela à son fils, mais aujourd'hui il ne regrettait pas son choix.

- Entrepot 57, 522 mètres au nord/nord-est. Rythma cardiaque élevé pour un garçon de son age, voulez vous que nous prévoyons un médecin? Le Docteur Baine est à 985 mètres et pourra etre ..

- Oui envoie le à l’entrepôt.


Sans attendre d’instruction de Gabriel, le fidèle ami donna les informations aux hommes qui soient les suivaient, soient arrivaient par un autre chemin. Mais dans chaque cas, ceux qui avaient osé s’en prendre à Sam et Thomas ne sortiraient pas de là en vie. Baine n'etait pas l'homme qu'il préferait dans ce monde, mais plutot compétent et il le savait, en jouant trop . Orisha était partie à une sorte de colloque sur sa planète et ne serait pas disponible avant deux voir trois semaines. POISSE de merde !

- Sam a dit qu’il y avait un tireur d’élite, il faut le trouver.
- Je m’en occupe déposez moi avant, Will et Carl vous suivez Gabriel, les autres aux alentours. Les ordres étaient clairs, on entoure, on tue, on repart avec tout le monde en vie

Enfin les abords du lieu où se trouvait au moins Thomas, leur voiture accidentée dans une petite rue, des coups de feu aux abords ! Ethan fut laissé devant l’immeuble qu’il avait choisi, point de vue imprenable sur la rue et sur l’entrepôt, le lieu idéal pour un guet-apens à bonne distance. Gabriel ralentit à peine, tournant dans la rue suivi d’une autre voiture, devant eux coincés deux autres véhicule dont celui de Sam qui avait salement morflé, un peu de sang sur le verre brisé. Les véhicules mis en biais bloquant la route si jamais quelqu'un voulait tenter de venir à l'aide des hommes qui voulaient tuer ou enlever les proches de Belmont. Certains de ses hommes se mirent à l'abri derrière les véhicules, quand aux dénommés Carl et Will, ils suivirent Belmont qui entrait dans l'entrepot. Des bruits de bagarres, un type qui brailla "« Putain ça y est, t'es calmée ?! Salope ! »" Cela suffit à Gabriel pour traverser l'entrepot droit devant la voix entendue, Sam, SA Sam, Non pas ça, pas encore, non !


Elle lui tournait le dos tentant de se rattraper à un container, elle vivait mais cela sans compter la blessure à son epaule qui saignait abondemment.  Sans hésitation l’arme de Gabriel se releva vers l’homme qui tenta de dégainer encore à moitié sonné, mais le souffle de l’arme du Belmont agit avant laissant l’homme tomber raide sans s’en préoccuper.

- Sam

Par un réflexe qu’il aurait surement eu également dans la situation qu'elle venait de connaitre, il se prit un coup de coude douloureux au coin de la pommette qui le sonna l'espace d'un instant le faisant reculer, mais moindre que si elle n’avait pas été épuisée de ce qui s'etait déroulé, dernier sursaut avant qu’elle ne glisse, tombant dans les bras. L’accompagnant dans son mouvement, il l'aida à s'allonger se mettant  genoux  ses cotés, la peur au ventre,  

- Sam, mon coeur c’est moi. C'est pas vrai qu'est-ce qu'ils t'ont fait ..

Ink, blood and more ... [Calville] - Page 7 Fe1811b9475d07792588b49136a1c6d4

Et une colère, oh oui cette colère qui montait en lui, vectrice de toutes les horreurs qu'il pourrait commettre. Le mal au visage, osef, la voir en sang corps et visage marqué, une main hésitante sur sa joue avant de l’embrasser très doucement goûtant ses lèvres au sang , il sentait son souffle sur ses lèvres, voyait son regard qui allait de gauche à droite, sentait son corps frissonnant par le contre coup de sa blessure. Elle etait dans un piteux état, mais elle vivait, merci mon dieu, elle vivait. Sa main se posa sur son epaule et fit  pression : Je suis désolé ca fait mal, pardonnes moi. Ils vont crever, putain je vais les crever... Sam , où est Thomas ? Ou est-il? Ou est mon fils?


RP en discussion : Thème star wars: Mioon / Thème autre : Vie antérieur-phobie : Hiyorin

Ink, blood and more ... [Calville] - Page 7 620785chatbott
Revenir en haut Aller en bas
 
Mioon
Mioon
Féminin MESSAGES : 443
INSCRIPTION : 27/12/2018
ÂGE : 32
CRÉDITS : Elairin Art

UNIVERS FÉTICHE : SF - Star Wars - Dark Angel - Lovecraft - Dick - Matheson - Ténébreuse - Fantastique - Manga - SnK - TerraFormars - Etc ...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

http://www.letempsdunrp.com/t2646-mioon#56791 http://www.letempsdunrp.com/t2647-un-bon-paquet-d-idees#56801 http://www.letempsdunrp.com/t2698-repertoire-de-mioon
Pigeon

Ink, blood and more ... [Calville] - Page 7 Empty


Sam
Kevork

J'ai 28 ans et je vis à New-Chic', USA. Dans la vie, je suis flic infiltrée au sein de la mafia et je m'en sors comme je peux. Sinon, grâce à ma situation, je suis célibataire et je ne me pose pas de question là-dessus.

De son vrai nom Samuelle Karesh, Sam est une lieutenant de police actuellement infiltrée au sein de la mafia dans le but de débusquer un tueur de flics. À savoir également que son vrai prénom – Samuelle – est une information que trèèèès peu de gens connaissent : sa mère, son chef direct, pt'être une ou deux autres personnes, mais c'est guère tout. Tout le monde la connaît sous le nom de Sam, et c'est très bien comme ça.


Alice Kelson© Mioon
Le souffle court et rapide, ce fut en tâtonnant que Sam ramassa un clou épais qui avait dû servir à fermer une caisse en bois, le genre de pointe avec laquelle elle ne pourrait pas faire de merveille contre un adversaire armé, mais ce serait toujours ça de pris. Enfoncé dans la gorge ou dans un œil, elle pourrait toujours provoquer une blessure suffisamment importante pour le mettre hors d'état de se relever, et ce fut donc en se rattachant à cette idée que la Belle referma sa poigne sur le clou à moitié tordu. Inspirant profondément avant de se remettre enfin sur ses jambes tandis qu'elle serrait fortement les mâchoires. Elle souffrait, mais elle y songerait plus tard. Pour l'heure, elle devait juste se débarrasser de ce type, et elle s’apprêtait à lui sauter dessus lorsque des bruits de courses se firent entendre dans l'entrepôt, et une vague d'angoisse s'empara aussitôt d'elle : si les nouveaux arrivants étaient avec leurs agresseurs, c'était juste fini. Avoir le dessus sur quelqu'un de blessé, c'était une chose, mais avoir le dessus sur plusieurs mercenaires, c'en était clairement une autre !

Et sitôt un coup de feu tiré, Sam lança aussitôt son coude dans le visage du plus proche, et il ne lui en fallut pas davantage pour perdre l'équilibre, embarquée par la vivacité de son mouvement et par la faiblesse qui consumait de plus en plus son corps. Heureusement pour elle, cette dernière victime se révéla être Gabriel, qui eut d'ailleurs le réflexe de la rattraper pour lui éviter de chuter lourdement sur le sol. L'accompagnant au contraire afin de l'allonger avec précaution. Et un Gabriel qui avait l'air littéralement rongé par la peur et la colère …

« Ça va … t'inquiète pas … »

Elle était encore en vie, alors c'était bel et bien le signe que tout n'allait pas si mal. Mais malgré tout, sa voix faible trahissait la souffrance qu'elle tâchait de contenir comme elle pouvait, et ce même si les violents tremblements qui agitaient son corps suffisaient très largement à indiquer qu'elle n'était pas au meilleur de sa forme. Son souffle était erratique, son regard allait et venait un peu partout sans trop savoir où se poser, et elle s'était légèrement repliée contre son amant. Lovée dans ses bras protecteurs. Jusqu'à ce qu'il appuya bientôt sur son épaule blessée afin de faire pression pour stopper l'hémorragie, lui arrachant un cri rauque de douleur. Un autre que Gabriel se serait d'ailleurs pris son poing dans la tronche, mais la Belle se contint pourtant. Sa main droite s'emparant toutefois de celle de son amant comme si elle souhaitait lui faire quand même lâcher prise, tandis que ses ongles s'étaient instinctivement planté dans sa chair.

Et puis, il y eu cette question. Cette putain de question : où était Thomas ?

« J'étais pas sûre d'avoir le dessus sur celui-là … alors je lui ai dit de fuir … je sais pas où il est … »

Non, elle ne savait pas du tout, et elle ne pouvait pas y faire grand chose. Ou plutôt si, elle pouvait essayer de dresser un état des lieux à Gabriel pour que celui-ci prît le relais. Ses paupières se fermant bientôt tandis qu'elle tâchait de se concentrer.

« J'en … j'en ai tué deux … j'ai fracassé le genoux d'un troisième … et y'a celui-là … donc y'en reste encore au moins un en état … mais je sais pas où est le sniper ou … s'il y en a d'autres … putain j'ai merdé … »

Sans être un super-combattant digne des grands films d'actions, elle était tout de même une flic entraînée à faire face à beaucoup de situations, aussi était-il frustrant de constater qu'elle avait été mise hors d'état aussi facilement. De cette pensée biaisée mais à son corps défendant, elle se sentait réellement responsable de Thomas, et ce fut donc au prix d'un effort violent qu'elle se força à s'asseoir. Les yeux clos dans l'espoir de combattre cette nausée qu'elle sentait monter, tandis que tout son corps tremblant s'était crispé comme pour marquer son désaccord. Autant dire qu'il était évident qu'elle ne pourrait jamais se remettre debout – se redresser comme elle venait de le faire semblant déjà la laisser au bord du malaise – mais son regard affichait présentement une détermination sauvage. Violente même.

Si le ton était quelque fois monté entre elle et Gabriel, preuve de son fort caractère, son amant n'avait toutefois jamais été vraiment confronté à Sam dans son entier : en grandissant, la Belle était devenue quelqu'un de calme et de diplomate, mais il n'en demeurait pas moins qu'elle était aussi une femme extrêmement butée et obstinée. Capable de violence lorsque la situation l'exigeait. Capable d'une sauvagerie que ses tailleurs impeccablement coupés ne laissaient pas présumer. Et pourtant … pourtant à voir l'état des quatre hommes qui avaient croisé son chemin, il était évident qu'elle n'était pas une princesse en détresse, et le gros clou rouillé qu'elle avait fait tomber en glissant prouvait à lui seul qu'elle aurait pu faire du vilain si Belmont n'était pas intervenu …

« J'ai besoin d'une arme … c'est Thomas qui a la mienne … »

Le gosse était en danger, et c'était absolument intolérable ! Alors même si elle devait morfler, elle comptait bien se lever et défoncer des tronches, et ce même si son état de faiblesse était suffisamment évident pour que Gabriel pût se rendre compte que toute la détermination de la Belle ne serait malheureusement pas suffisant pour lui faire mettre un pied devant l'autre.

Ink, blood and more ... [Calville] - Page 7 181230065412287343



"Une nouvelle terreur a émergé de la mort, une nouvelle superstition a conquis la forteresse inexpugnable de l'éternité.
Je suis une légende."

R. Matheson
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Ink, blood and more ... [Calville] - Page 7 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Ink, blood and more ... [Calville]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 7 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
 Sujets similaires
-
» Nouvelle édition de Blood Bowl
» URGENTE BLOOD TRANSFUSION POUR LES BLOOD SUCKER ,GRAND MEPRIS POUR LES DONNEURS
» [nouvelle] Mozinork
» BloodBowl !!!
» [[??]] True Legend [DVDRiP]uptobox

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers science-fiction-
Sauter vers: