Partagez | 
 
 
 

 Un mariage arrangé - FT Game over

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
avatar
Horliana
MESSAGES : 16
INSCRIPTION : 29/11/2018
ÂGE : 25
RÉGION : Vache et cancoillote
CRÉDITS : Little Liars

UNIVERS FÉTICHE : Fantastique et historique
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur
Limace


Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
La cérémonie de mariage est arrivé bien vite et la mariée évidemment s'y oppose formellement, aristocrate désargentée elle est contrainte d'épouser un bourgeois immensément riche mais sans le moindre titre pour faire perdurer sa famille. Alors qu'elle a été apprêtée et parée de sa plus belle robe elle entre dans l'église et va découvrir son nouveau mari pour la première fois.

Contexte provenant de cette recherche
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Horliana
MESSAGES : 16
INSCRIPTION : 29/11/2018
ÂGE : 25
RÉGION : Vache et cancoillote
CRÉDITS : Little Liars

UNIVERS FÉTICHE : Fantastique et historique
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur
Limace



Abigale de Kent
J'ai 18 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis dilettante et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis fiancée et je le vis plutôt pas bien.

Abigale est une jeune aristocrate qui doit épouser de force un très riche roturier afin de renflouer les caisses de sa famille qui sont presque vides.


avatar ©️ visage du passé


Je me tenais debout devant la fenêtre ouverte. Le parc était nimbé par la lumière d'un soleil encore fébrile mais éclatant. Les fleurs venaient piqueter la robe de verdure d'une multitude de couleurs vives. Un vent léger s'engouffrait dans ma chambre, soulevant quelques mèches de mes cheveux, s'infiltrant sous les pans de ma chemise de nuit. La bienséance aurait voulu que je garde rideau fermé jusque ce que je sois présentable. Il n'est guère approprié pour une jeune fille de s'exhiber ainsi aux yeux du premier domestique qui passe et qui lève les yeux. Mais ce matin je faisais cure des bienséances et de l'étiquette, je regardais le ciel, écoutait les oiseaux et respirait les fragrances enivrantes des premières fleurs de printemps. Chaque sensation résonnait en moi comme un dernier instant de liberté, une douleur insoutenable qui avait le goût d'un bonheur absolu.

   L'instant avait été fugace, déjà la porte s'ouvrait sur deux domestiques les bras chargés d'étoffes. Soie, dentelles et broderies, mélange d'or et de blanc, la parure parfaite pour une future mariée, une future prisonnière. J'accueillis les deux bonnes qui se précipitèrent dans la pièces, tirèrent les rideaux et commencèrent à me parer. Ce fût d'abord les bas maintenus sur mes cuisses par un lien de dentelle, puis une première jupe enfilée au dessus de ma chemise de nuit. Suivit alors le corset, un étau de finesse légèrement nacré avec quelques motifs brodés au fil d'or. Une fois la laçage serré, la respiration presque coupée on ajouta un premier jupon de tulles argentés, puis un second de dentelle blanche. Une fois les premières couches posées les servantes m’arnachèrent dans une crinoline cage entourée de feuille d'or. Enfin on attacha la jupe de soie blanche au dessus de toutes les couches, longue sur l'arrière, plus courte sur l'avant elle laissait entrevoir dorures et dentelles. Je m'observais un instant dans le miroir, ainsi vêtue, toute de blancs et or je rayonnais. Ma robe pourtant, bien que magnifique, avait tout d'une prison, j'étais serrée, étouffée et alourdie par les multiples couches, incapable de me mouvoir aussi aisément que je le souhaitais, j'étais tel une statue, sublime mais forcée de rester figée. Debout sur des chaises, mes servantes s'attelèrent finalement à ma coiffure. Elles restèrent accrochées à ma chevelure auburn pendant près d'une heure, tirant, brossant, nouant....Quand le travail fut enfin terminé, j'avais troqué mes boucles volatiles contre un chignon savant dans lequel brillaient rouages et fleurs métalliques. Finalement les bonnes accrochèrent le voile. J'étais parfaite, une véritable oeuvre d'art.

   Parée, prête à affronter ma destinée je sortis de la chambre. Mon père m'attendait à l'extérieur vêtu des dernières richesses que possédaient notre famille. Cette union que je maudissais tant, ce sacrilège envers mon titre n'avait qu'un seul but renflouer les caisses des Kent. On me bradait pour quelques pièces d'or et pour continuer à vivre dans l'opulence et le luxe.


   La cathédrale étalait son ombre sur toute la ruelle. Le soleil  à présent haut dans le ciel se posait comme une auréole derrière la pointe du clocher. Je posai un pied à terre et m'extirpai avec difficulté de la diligence à vapeur. Une foule compacte se massait autour de l'édifice, quelques flash d'argentique faisait reculer l'ombre du bâtiment. Chapeaux et crinolines se mêlaient et malgré les larges barrières tous tentaient de m'apercevoir. Je pris une bouffée d'air, petite, puis commençai à avancer en direction de mon destin.

   L'intérieur de la cathédrale était chargée, des décorations venaient se tasser sur chaque mur et pas un seul espace ne laissait entrevoir les pierres nues . Assis sur de longs bancs d'acier forgé un mélange étrange d'aristocratie et de bourgeoisie attendait mon entrée. Les femmes étaient guindées dans leurs robes volumineuses et les hommes écrasés sous leurs haut-de-formes. Mon regard les balaya tous, vite, afin de se poser sur ce qui m'inquiétait le plus, l'homme debout devant l'hôtel.

   Le temps sembla s'arrêter un instant, les murmures de la foule se turent et la cathédrale semblait avoir voler en éclat. Il était bien moins laid que ce que j'avais pu imaginer. Je respirais un grand coup, fit un premier pas en avant prête à rencontrer l'homme qui allait partager ma vie et qui devait sortir ma famille de la faillite.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Game Over
MESSAGES : 323
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur
Pigeon



Oliver Brown
J'ai 43 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis propriétaire d'une usine de textile et je m'en sors statut de vie bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis fiancé et je le vis plutôt bien.

Fils de paysan, il est parti à l'âge de 18ans en ville pour faire fortune. Il a toujours rêvé de s'élever au plus haut de la société, de montrer que même en venant d'un milieu modeste il valait autant qu'un noble. Et maintenant il est tout prêt du but. Il ne lui reste plus qu'à épouser cette jeune noble.


Jude Law ©️ Sweetie Plum

- Monsieur Brown.... Monsieur Brown!!

Je levais les yeux de mes papiers, les tournant vers mon assistant qui me regardait l'air désespéré.

- Oui Winston?

Le petit homme me regarda mal à l'aise, s'agitant sur place. Je connaissais bien cette attitude. Il était sur le point de dire quelque chose qui ne me plairait pas et il ne savait pas comment le dire. Je n'étais pourtant pas un patron si horrible que ça. Enfin... je ne leur criait jamais dessus sans raison. J'étais exigent. Je leur demandais le meilleur d'eux même pour le bien de l'entreprise mais je ne leur demandais rien qu'ils ne soient capables de me donner.

- Et bien... c'est.... c'est votre mariage aujourd'hui et... vous ne devriez pas être à l'église en ce moment?

J'esquissais un petit sourire en l'entendant et reposais mes papiers. Mon mariage... je n'avais jamais pensé à me marier. J'avais été trop pris par mon travail et mon envie de réussite pour perdre du temps à me trouver une femme. Quelques aventures sans importance suffisaient amplement à mon bonheur. Mais maintenant... maintenant j'avais l'opportunité de me marier, d'accéder à un titre de noblesse. Et je souriais rien que d'y penser. Moi, le petit fils de paysan, je dirigeais désormais une des plus grosses entreprise de textile de la ville. Je possédais une immense fortune. Tout me réussissait. Et maintenant j'allais retrouver ma jeune et jolie future épouse.

- Je vais y aller ne vous en faites pas Winston. Je suis déjà prêt comme vous le voyez. Je venais simplement vérifié quelques commandes et signer des chèques.

Je reposais mes papiers et me levais pour aller ajuster ma tenue. J'avais fait faire ce costume spécialement pour l'occasion. Le tissu élégant avait été coupé et taillé avec précision pour mettre en valeur mon corps fin et musclé. Je me devais un minimum de faire bonne impression pour ma future. Enfin, c'était accessoire ça. Il y aurait toute la noblesse et tout les gens fortunés de cette ville. Je voulais les impressionner, qu'ils se souviennent que mon mariage était l'un des plus beaux de la ville.

Et il le serait. J'avais engagé une personne spécialement pour s'occuper de toute l'organisation. Il avait mis le paquet, décorant l'église et la salle de réception avec gout. Les meilleurs chefs de la ville avaient été engagés pour le repas. Ce sera un mariage qu'on était pas prêt d'oublier.

Je quittais finalement mon entreprise, laissant Winston la gérer pour une fois, avant de me rendre à l'église. J'étais nerveux, alors que je m'installais à ma place devant l'hôtel. Non pas nerveux, fébrile. Enfin, mon rêve se concrétisait. La foule me regardait, murmurant les yeux remplis d'admiration sur l'église richement décorée. Je jubilais et plus encore en voyant arriver ma future femme.

J'avais bien choisi. Je l'avais bien vu en photo mais je me méfiais malgré tout. Pourtant elle était magnifique et encore plus dans la robe qu'elle portait. Elle rayonnait tout de blanc et d'or vêtue.

Je pris sa main lorsqu'elle fut à ma hauteur et la baisait doucement sans la quitter des yeux, un sourire aux lèvres. Je ne prêtais que peu d'attention au reste de la cérémonie, donnant mon consentement quand on me le demanda. Mon attention était tout entière fixée sur elle. Je m'imaginais la nuit de noce qui allait venir, les courbes délicieuses et la peau douce qui m'attendaient sous les amoncellements de dentelles.

La foule explosa de joie alors que le prêtre nous présentait comme mari et femme, monsieur et madame Oliver Brown. Je lui tendis mon bras et la laissais poser sa main dessus avant de l'entrainer vers la sortie de l'église et la calèche qui nous attendait pour nous conduire au lieu de réception. Je l'aidais à monter dedans et le rejoignit avant de me pencher pour glisser à son oreille.

- Je suis chanceux mon épouse. Je n'osais espérer avoir une épouse aussi belle que vous. Il me tarde de pouvoir vous... honorer ce soir...

Oh que oui il me tardait.
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
 
 
Un mariage arrangé - FT Game over
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Du mariage arrangé en TdM
» Entre fouine et serpent [PV]
» (M) Harry Styles ► Vous avez dit mariage arrangé ?
» Aelin || Cause the writing's on the wall
» Demande de baptême, mariage , funérailles, confession etc

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers historique :: Contemporain-
Sauter vers: