Partagez
 
 
 

 Do I wanna know ? - dunk

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 
yoskuma
yoskuma
Féminin MESSAGES : 73
INSCRIPTION : 02/10/2018
ÂGE : 20
RÉGION : lost in salem
CRÉDITS : vocivus (av) anesidora (sign)

UNIVERS FÉTICHE : vie réelle, mais si tu veux m'emporter dans ton univers, je fais ma valise
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2391-dites-au-diable-que-je-lui-vol http://www.letempsdunrp.com/t2399-salem-s-madness#52183 http://www.letempsdunrp.com/t2393-skyzoderline#51944
Tortue

Do I wanna know ? - dunk - Page 2 Empty


Jonas
durden

J'ai 19 ans, bientôt 20 et je vis à Boston, USA. Dans la vie, je suis étudiant en faculté d'arts, option audiovisuel et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis un célibataire averti et satisfait par mes quelques conquêtes et je le vis plutôt bien.

Il est allergique au chocolat | Il a une sainte horreur des endroits clos | Jonas est un grand fan de Kurt Cobain, sa chambre est tapissée d'une quantité considérable d'affiches à son effigie | Il aime énormément les tatouages, son corps en est orné | Il apprécie beaucoup dessiner des cartoons, ses feuilles de cours en font les frais | Jonas est un étudiant assez solitaire, il ne compte que très peu d'amis et préfère privilégier les moments passés aux côtés de son père | Fumeur invétéré, au grand dam de sa mère | Célibataire depuis toujours, il compte tout de même quelques conquêtes, sa seule relation plus ou moins sérieuse a prit fin dû au fait qu'il passait plus de temps avec son paternel qu'avec son propre petit-ami, chose qui ne changerait certainement pas.

Do I wanna know ? - dunk - Page 2 68747470733a2f2f73332e616d617a6f6e6177732e636f6d2f776174747061642d6d656469612d736572766963652f53746f7279496d6167652f4d756c6258793157354c537832513d3d2d3438393734343632382e313530353131653262346366313166633531343432323931393731372e676966?s=fit&w=720&h=720


Son père était incroyablement maladroit quant au changement de sujet, mais Jonas ne relevait pas – il préférait ne pas le contrarier davantage et faire mine d'être totalement passé à autre chose. Bien sûr, il savait pertinemment que mentionner ses amants d'une nuit ne plairait pas à son père mais c'était un moyen comme un autre d'extirper ce foutu professeur de son esprit, bien qu'il risquait de réveiller le papa surprotecteur qu'il était parfois – enfin parfois, plutôt souvent pour être honnête. Un rictus amusé venait inévitablement loger ses lèvres à la suite de la remarque de son paternel qui, comme il l'aurait deviné, n'appréciait que peu la tournure de la conversation. « Papa poule qui rêverait savoir son fils encore pure et innocent », ricanait Jonas, s'amuser de ses réactions était l'une de ses activités favorites, il n'en changerait pour rien au monde. Malgré ça, son sourire divaguait pour une mine quelque peu blasée, laissant un faible soupir émaner de sa bouche à la question  de son père. « Ça fait un moment que j'ai rompu déjà, faut croire que les relations de plus de deux heures, c'est pas mon délire », au fond, il savait qu'il n'aurait jamais de réelle relation stable, surtout s'il perdurait à ne jamais vouloir couper le cordon avec son père. Jonas ne parvenait pas à comprendre pourquoi il était si difficile de concevoir qu'ils puissent être si proches et partager de tels moments l'un avec l'autre. « C'est pas si grave finalement, c'était pas un bon coup », déclarait-il sans la moindre gêne. Jonas était comme ça, il parlait et réfléchissait après, parfois c'était plus un défaut qu'une qualité mais on pouvait au moins pas lui reprocher d'être quelqu'un de faux étant donné qu'il balançait même la plus profonde de ses pensées.

L'étudiant avait cédé la place à son père, plutôt fier et heureux à l'idée de le voir se faire mutiler douloureusement devant ses yeux, non pas par sadisme mais plutôt parce que ça n'était pas rien, il se faisait tatouer l'un de ses dessins et il était terriblement fier de savoir qu'une partie de lui serait indélébilement gravé sur la peau de son paternel. Un geste irréversible, éternel. « Cesse de parler et serre les dents, tu vas souffrir », ricanait Jonas en restant tout de même proche de lui, sait-on jamais, s'il avait besoin de serrer quelque chose, il serait au moins à disposition pour lui apporter son soutien. « T'as de ces idées des fois », souriait le plus jeune sous les ricanements du tatoueur qui devrait probablement les prendre pour deux grands fous, il y avait de quoi à vrai dire. Lorsqu'il en eut terminé avec cet instant délicieux de douleur, il pouvait observer le fabuleux résultat sur son épiderme et ça rendait vraiment bien. Jonas était satisfait d'avoir une fois de plus, quelque chose en commun avec son père. Il ne pouvait s'empêcher de le remercier mille et une fois pour leur avoir payé ce cadeau, cet instant de plaisir, de partage et de rigolade. Seulement son rictus faiblissait légèrement lorsque son père lui demandait une faveur. Jonas s'arrêtait dans son élan, les yeux rivés sur ce dernier ; « attends, tu veux vraiment que je te mette une droite ? », et le voilà parti à rire, difficile de rester impassible face à une telle demande tout de même. Cependant prêt à tout pour faire plaisir à son papa pas comme les autres, il ôtait les bagues qui ornaient ses phalanges – fallait pas non plus l'assommer. « Bon, ok, allez, on y va, un, deux.. trois », mais son poing ne daignait pas partir. Frapper son père, c'était quelque chose. Jonas gonflait les joues pour se donner un brin de courage ; « je fais ça vraiment pour éviter votre divorce, sache-le », lâchait-il avant de le frapper en plein visage, sans la moindre délicatesse, comme si face à lui, s'était trouvé son ex. Jonas rhabillait ses doigts des bijoux précédemment retirés, un sourire semi-désolé scotché au visage ; « j'espère que je t'ai pas fais trop mal.. enfin, c'est bon ? On rentre ou tu veux que je te fasse une prise de catch aussi ? », se moquait ouvertement son propre fils.


love is nothing stronger than a boy with love | recherche rp : ici.
Revenir en haut Aller en bas
 
ALLES
ALLES
Féminin MESSAGES : 2113
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 22
RÉGION : Bourgogne
CRÉDITS : giphy

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je ne suis pas fermée à tester d'autres choses.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2044-mm-celui-qui-voulait-etre-pere-sans-reponse
vanellope

Do I wanna know ? - dunk - Page 2 Empty


Christopher Durden
J'ai 41 ans et je vis à Boston, USA. Dans la vie, je suis professeur de guitare à domicile et je m'en sors comme il faut avec les économies qu'on a de côté. Sinon, grâce à ma chance, je suis marié et je le vis plutôt bien pour l'instant.

Do I wanna know ? - dunk - Page 2 Giphy


tom hardy ©️ carolcorps


« Ca fait une éternité que je ne compte plus sur ta pureté Jonas… Mais tu vas avoir vingt ans alors t’es un grand garçon. Tant que tu me ramènes pas un môme ou le sida, tu fais bien ce que tu veux… » Du coup pour les gosses c’était pas risqué, ils en avaient eu de la chance ! Sa mère était peut-être un peu moins cool concernant ce sujet. Elle s’inquiétait pour son fils, aurait voulu qu’il se case avec quelqu’un de bien – fille ou garçon peu lui importait. Mais Jonas était du genre volage. Tout comme son père… Avant qu’il n’ait un coup de foudre pour sa mère. Coup de foudre qui au fil des années, semblait s’être estompé. Les choses n’allaient plus entre les deux amants mais Chris continuait à faire semblant pour son fils. C’était la seule chose qu’il n’arrivait pas à lui dire… Ni à Linh d’ailleurs. Oh oui il était toujours amoureux. Mais vivre sur les routes lui manquait, le quotidien était banal, et ses crises à répétition… Peut-être que l’arrivée de cet ex dans leur vie raviverait la flamme et aiderait Christopher à se battre pour sa femme, pour leur couple. Ou peut-être qu’il finirait de tout détruire. C’était quitte ou double. « Bon… Je l’aimais pas de toute façon. J’le trouvais pas hyper respectueux. Par contre tu apprendras mon fils qu’il n’y a pas que le sexe dans la vie… » S’il donnait plein de mauvais conseils, il en donnait aussi des bons. Mais Jonas le comprendrait le jour où il tomberait amoureux. Le sexe devenait secondaire. Pas forcément important.

Chris tenta d’alimenter la discussion tout au long de sa période de torture et surtout de faire le fort. Même s’il n’y avait pas de honte à montrer ses souffrances, et il avait toujours essayé de lui inculquer… Il ne voulait pas passer pour une mauviette devant son fils pour autant !
En tout cas, père et fils étaient de drôles de numéros. Ce n’était pas la première fois que Chris avait des plans un peu loufoques pour échapper à des engueulades… Son cerveau n’avait peut-être pas assez pris en maturité finalement et même s’il paraissait avoir la quarantaine, il avait probablement la même maturité que son fils. C’était aussi pour ça qu’ils s’entendaient bien, mais parfois, il aurait fallu un plus mature que l’autre pour les contrôler. « Je connais ta mère, c’est tout… Tu t’en fous toi, elle te passe tout ! J’ai pas cette chance. »

Bon, il n’avait pas pleuré, hallelujah ! Le tatouage était enfin terminé. Mais finalement il ne savait pas s’il préférait l’aiguille ou la confrontation avec Linh. Il regarda attentivement l’œuvre d’art et félicita son fils pour son talent de dessinateur. Il avait une confiance aveugle en son fils et il aurait même laissé Jonas le tatouer. Du coup, comme il était sérieux la première fois, il proposa de nouveau son plan un peu fou. Il vit bien dans les yeux de Jonas que ce dernier n’était pas certain de son coup et qu’il n’oserait jamais frapper son vieux père. A vrai dire… Chris était persuadé qu’il n’allait pas le faire alors quand il se prit finalement son poing dans la gueule, il eut un mouvement de recul sous la surprise. Merde, il l’avait fait ! Chris ne lui en voulait pas, au contraire. Son fils était décidément aussi taré que lui. « Merde j’m’y attendais pas ! » Il se frotta la mâchoire avant de grimacer. « Merci pour les bagues… Quelle délicatesse de ta part ! » Il rit doucement. Il ne savait pas si ça ferait l’affaire, son visage ne marquait pas facilement, mais il se voyait mal demander à Jonas de recommencer – même si finalement il l’avait fait bien plus facilement que prévu. Ils entamèrent donc la route pour rentrer, à pied car ils n’étaient pas très loin. En fait Chris marcha même très lentement jusqu’à chez eux, où Linh les attendait de pied ferme…

Et le truc, c’est qu’elle le connaissait son mari. Alors quand il osa lui raconter cette histoire d’agression, elle n’y crut pas le moins du monde. Devinez qui se retrouva à dormir sur le canapé ce soir-là ?

Revenir en haut Aller en bas
 
yoskuma
yoskuma
Féminin MESSAGES : 73
INSCRIPTION : 02/10/2018
ÂGE : 20
RÉGION : lost in salem
CRÉDITS : vocivus (av) anesidora (sign)

UNIVERS FÉTICHE : vie réelle, mais si tu veux m'emporter dans ton univers, je fais ma valise
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2391-dites-au-diable-que-je-lui-vol http://www.letempsdunrp.com/t2399-salem-s-madness#52183 http://www.letempsdunrp.com/t2393-skyzoderline#51944
Tortue

Do I wanna know ? - dunk - Page 2 Empty


Jonas
durden

J'ai 19 ans, bientôt 20 et je vis à Boston, USA. Dans la vie, je suis étudiant en faculté d'arts, option audiovisuel et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis un célibataire averti et satisfait par mes quelques conquêtes et je le vis plutôt bien.

Il est allergique au chocolat | Il a une sainte horreur des endroits clos | Jonas est un grand fan de Kurt Cobain, sa chambre est tapissée d'une quantité considérable d'affiches à son effigie | Il aime énormément les tatouages, son corps en est orné | Il apprécie beaucoup dessiner des cartoons, ses feuilles de cours en font les frais | Jonas est un étudiant assez solitaire, il ne compte que très peu d'amis et préfère privilégier les moments passés aux côtés de son père | Fumeur invétéré, au grand dam de sa mère | Célibataire depuis toujours, il compte tout de même quelques conquêtes, sa seule relation plus ou moins sérieuse a prit fin dû au fait qu'il passait plus de temps avec son paternel qu'avec son propre petit-ami, chose qui ne changerait certainement pas.

Do I wanna know ? - dunk - Page 2 68747470733a2f2f73332e616d617a6f6e6177732e636f6d2f776174747061642d6d656469612d736572766963652f53746f7279496d6167652f4d756c6258793157354c537832513d3d2d3438393734343632382e313530353131653262346366313166633531343432323931393731372e676966?s=fit&w=720&h=720


Vendredi soir, soit six jours plus tard - La bonne humeur n'était plus, les éclats de rires, les piques sournois, tout ça n'existait plus. C'était comme si la lumière s'était de nouveau éteinte sur la maison, sur ce quotidien auquel il avait prit goût depuis plusieurs années. L'obscurité avait fait son grand retour, elle s'était abattu sur le soleil de sa vie ; son père. Un père absent, oh, il était bel et bien là mais son regard semblait ailleurs, il était presque redevenu ce père d'autrefois, seulement cette distance était nettement plus douloureuse, sûrement parce qu'elle s'avérait inexpliquée, parce qu'il ne la comprenait pas, parce qu'il était là, à sa portée mais chaque tentative de connexion à lui, chaque essaie à la conversation était un véritable échec. Alors il avait cessé d'essayer, d'essayer d'attirer son attention de toutes les manières possibles ; rentrer ivre et faire un bruit monstre, sécher les cours à la moindre occasion et s'octroyer le droit de ramener des inconnus dans sa chambre chaque fichu soirs de la semaine en se faisant le plaisir de faire un maximum de bruit malgré les plaintes excessives de sa mère au petit matin.

C'était puéril oui, mais il cherchait désespérément à attirer l'attention ; il avait l'impression de perdre chaque jour un peu plus ce qu'ils avaient prit tant de temps à construire, ce lien, cette complicité, tout semblait lui échapper, lui filer entre les doigts et cette sensation d'impuissance, d'incompréhension le tuait un peu plus à chaque lever du soleil. Il ne supporterait pas de perdre ce qu'il avait de plus précieux, son repère, son pilier, ce qui lui donnait une raison de sourire et de rire aux éclats. Il avait fini par se résoudre à l'idée que, quelque part, sans savoir comment, où, quand, il avait fait une erreur, une erreur impitoyable l'ayant mené à une distance à laquelle il n'était plus habitué. Jonas avait besoin de lui, des moments qu'ils partageaient à deux et auxquels son père trouvait dorénavant toujours un moyen, une justification pour se défiler - mais qu'avait-il pu faire d'aussi immonde pour mériter cette quasi transparence du jour au lendemain ? Il avait besoin de réponse, parce que c'était une certitude, c'était entrain de le ronger, il n'en dormait plus, il ne vivait plus que pour ces amas de pensées, de questions, et ça tournait en boucle, sans cesse, sans répit, sans jamais trouver la moindre faille, la moindre piste.

Ce soir là, sa mère était sortie s'aérée l'esprit avec une poignée d'amies et pour l'une des rares fois cette semaine, Jonas n'avait ramené personne pour partager ses draps, parce qu'un plan germait dans son esprit depuis le matin même. Un plan qui consistait à attendre que son père rentre, qu'il daigne enfin lui faire face et là, et alors seulement là, il abattrait sur lui cette averse d'incompréhension qui coulait dans ses veines tel un poison. Pourquoi, pourquoi n'étaient-ils plus les mêmes, pourquoi s'était-il autant distancé de lui, pourquoi ne lui souriait-il plus de la même manière, pourquoi son regard avait changé, pourquoi, pourquoi, pourquoi ? Il se sentait terriblement abandonné, jamais ô grand jamais il ne s'était senti aussi faible, aussi vulnérable, aussi lamentablement soumis à cette vive douleur qui lui lacérait les entrailles, les poumons, le cœur. S'il avait fait un pas de travers, s'il avait été nul dans sa façon d'agir, il voulait le savoir, il voulait savoir ce qui les avait perdu, il voulait savoir ce qu'il avait cassé afin de pouvoir le réparer, le façonner, le reconstruire de ses propres mains s'il le fallait ; il était prêt à tout, même à ce qu'il n'aurait jamais fais ; supplier pour une vérité, une seule, qu'importe l'impact du tranchant qu'elle inciserait dans son âme profondément torturée par les non-dits. Alors, en effet, ce soir, pas d'artifices, pas de tenues extravagantes pour une tournée des bars à la chaîne, non. Ce soir il se contentait de son jogging, assit seul devant un film qu'il n'écoutait que d'une oreille, davantage intéressé par la bouteille de vin entre ses paumes, attentif au moindre bruit qui pourrait potentiellement provenir de la serrure et qui signerait enfin, l'acte final de cette situation mortellement nocive.


love is nothing stronger than a boy with love | recherche rp : ici.
Revenir en haut Aller en bas
 
ALLES
ALLES
Féminin MESSAGES : 2113
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 22
RÉGION : Bourgogne
CRÉDITS : giphy

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je ne suis pas fermée à tester d'autres choses.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2044-mm-celui-qui-voulait-etre-pere-sans-reponse
vanellope

Do I wanna know ? - dunk - Page 2 Empty


Christopher Durden
J'ai 41 ans et je vis à Boston, USA. Dans la vie, je suis professeur de guitare à domicile et je m'en sors comme il faut avec les économies qu'on a de côté. Sinon, grâce à ma chance, je suis marié et je le vis plutôt bien pour l'instant.

Do I wanna know ? - dunk - Page 2 Giphy


tom hardy :copyright:️ delreys.


Chris vivait jusqu’alors une vie presque parfaite. Certes la scène lui manquait, mais la relation fusionnelle qu’il avait développée avec son fils valait bien tous les concerts du monde. Récemment ils avaient même passé un cap : ils s’étaient fait tatouer la même chose et ils n’en étaient même pas mort sous les insultes de la femme de la maison ! Il fallait dire qu’à ce moment Chris avait trouvé une stratégie bien à lui et qu’il avait demandé à son fils de le frapper pour faire croire à une agression. Certainement un peu poussé mais ça avait marché ! Elle leur avait foutu la paix avec cette histoire de tatouage et le soir, Chris avait été totalement chouchouté par sa femme. Chose qui n’était pas arrivée depuis longtemps.
Seulement, voilà que sa vie avait pris un nouveau tournant totalement imprévisible. Ne supportant pas qu’un inconnu louche approche son fils, il avait mené son enquête sur le fameux professeur. En fait, enquête était un mot trop éloigné de la réalité pour qu’il soit vraiment correct : Chris était allé trouver ce gars et l’avait menacé en lui interdisant d’approcher son fils à nouveau. Le gars avait ri à l’évocation du mot fils et avait fini par lâcher une bombe : ce n’était pas lui le père. Alors bien sûr, Chris dût lutter contre sa très forte envie de le cogner. Après tout, ce type pouvait mentir. S’il voulait semer la zizanie et récupérer sa femme, il pouvait mentir. Il devait mentir. Chris était rentré le soir-même, furieux, et avait pris Linh à part pour avoir des explications.

***

« Dis-moi qu’il ment. S’teuplait, dis-moi qu’il ment, Linh ! » Et parfois, une absence de réponse en disait bien plus que des mots. Croisant le regard attristé de sa femme, Chris sentit ses jambes trembler. Il dût s’asseoir sur le lit et se rendre à l’évidence : Jonas n’était pas son fils. D’un seul coup, son cerveau sembla se déconnecter. Il n’écouta plus les justifications de sa femme, il ne la regarda même plus. Ni colère, ni hurlements, rien. Il était juste vide de tout sentiment et face à un néant qu’il n’avait jamais connu. Ce soir-là il décida de dormir sur le canapé. Et les autres jours aussi. Jusqu’à ce que les mots sortent enfin de sa bouche. « Je veux divorcer. » Chris avait toujours été fidèle, même pendant ses tournées. Et pourtant, il aurait eu des tonnes d’occasion de fauter ! Alors elle ne pouvait pas se servir de cette excuse de merde. La tromperie passait encore, dans le fond. Il pouvait concevoir qu’elle se sentait seule. Mais de lui avoir caché tout ce temps que Jonas n’était pas son fils, ça, il ne pouvait le pardonner.

***

Jonas c’était un dommage collatéral. Les premières heures, Chris s’était dit que leur relation ne changerait pas. Qu’il était son père malgré tout. Mais à peine posait-il les yeux sur Jonas qu’il ressentait du dégoût. Pas envers lui ! Mais envers le geste de sa mère. Alors il était devenu distant, froid. Sans préavis. Sans lui expliquer. Il avait voulu une fois ou deux. Mais Chris était tétanisé par la peur que cette annonce brise tout ce qu’ils avaient galéré à construire. Sans réaliser qu’en fait, c’était son comportement qui était en train de tout péter à grands coups de marteaux.
Il allait toutefois falloir lui en parler. Ne serait-ce que du divorce, qui était une histoire très sérieuse et non un acte irréfléchi. Mais il ne se sentait pas prêt. Il n’arrivait pas à poser les mots. Il préférait fuir. Aussi, tous les actes désespérés de son fils étaient passés à la trappe. Chris n’était plus que l’ombre de lui-même, il n’y avait même pas fait attention.

Ce soir Linh ne serait pas là, et c’était tant mieux. Il allait pouvoir s’enfermer dans sa chambre avec sa bouteille de whisky et fuir ses problèmes de la meilleure façon qui soit. Ne le dites à personne, mais il avait aussi prévu un joint, histoire de décompresser totalement. Comme un retour en adolescence pour ce père qu’on privait finalement de tout. Et même de son fils. Quand il passa la porte de la maison, il tomba sur Jonas. Bien. Il n’aurait pas dû être là non plus normalement mais il semblerait que sa future ex-femme soit devenue coutumière du fait de mentir. Chris soupira et se contenta d’un signe de main, sans même apercevoir la bouteille de vin. Il se dirigea dans la cuisine pour chercher un verre et de quoi grignoter. Puis, revenant dans le salon, il se força tout de même à adresser deux mots à Jonas – et pour le coup, vraiment deux. « Ta journée ? »

C’était vraiment un putain de cercle vicieux. Jonas lui manquait atrocement. Mais plus il essayait de le retrouver, plus il repensait à cette trahison. Maintenant il était trop tard pour faire comme si de rien n’était, et s’il voulait retrouver son fils, il faudrait lui expliquer. Et si Jonas choisissait l’autre con prétentieux ? Si l’ado voulait rencontrer son vrai père – et c’était son droit – ça finirait clairement de l’achever.

Revenir en haut Aller en bas
 
yoskuma
yoskuma
Féminin MESSAGES : 73
INSCRIPTION : 02/10/2018
ÂGE : 20
RÉGION : lost in salem
CRÉDITS : vocivus (av) anesidora (sign)

UNIVERS FÉTICHE : vie réelle, mais si tu veux m'emporter dans ton univers, je fais ma valise
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2391-dites-au-diable-que-je-lui-vol http://www.letempsdunrp.com/t2399-salem-s-madness#52183 http://www.letempsdunrp.com/t2393-skyzoderline#51944
Tortue

Do I wanna know ? - dunk - Page 2 Empty


Jonas
durden

J'ai 19 ans, bientôt 20 et je vis à Boston, USA. Dans la vie, je suis étudiant en faculté d'arts, option audiovisuel et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis un célibataire averti et satisfait par mes quelques conquêtes et je le vis plutôt bien.

Il est allergique au chocolat | Il a une sainte horreur des endroits clos | Jonas est un grand fan de Kurt Cobain, sa chambre est tapissée d'une quantité considérable d'affiches à son effigie | Il aime énormément les tatouages, son corps en est orné | Il apprécie beaucoup dessiner des cartoons, ses feuilles de cours en font les frais | Jonas est un étudiant assez solitaire, il ne compte que très peu d'amis et préfère privilégier les moments passés aux côtés de son père | Fumeur invétéré, au grand dam de sa mère | Célibataire depuis toujours, il compte tout de même quelques conquêtes, sa seule relation plus ou moins sérieuse a prit fin dû au fait qu'il passait plus de temps avec son paternel qu'avec son propre petit-ami, chose qui ne changerait certainement pas.

Do I wanna know ? - dunk - Page 2 68747470733a2f2f73332e616d617a6f6e6177732e636f6d2f776174747061642d6d656469612d736572766963652f53746f7279496d6167652f4d756c6258793157354c537832513d3d2d3438393734343632382e313530353131653262346366313166633531343432323931393731372e676966?s=fit&w=720&h=720


« Il n'y a pas de Sabrina qui tienne, tu ne comprends donc pas ? Tu m'as trompé, t'as posé tes mains sur une autre, je ne pourrais jamais pardonner ça », déclarait la protagoniste tirée du film. Jonas levait les yeux au ciel, passablement irrité par une scène aussi idiote. « Oh, ça va Sabrina n'en fait pas tout un fromage, il y a plus tragique que ton histoire de cul, bon dieu ce qu'elle est conne », soupirait-il au personnage dont il ne comprenait ni l'histoire, ni l'ambitieux d'en faire autant pour si peu, après tout, elle n'avait qu'à le quitter et se trouver un autre pigeon, pourquoi pas, hein, elle était pas si désagréable à regarder, pourquoi toujours vouloir mettre la victime en posture de vulnérabilité, on savait tous qu'elle se relèverait de cette épreuve difficile pour trouver le bon et enfin, vivre heureux jusqu'à la fin des temps avec une mêlée de mômes qui courraient partout. Elle était où, cette époque là ? L'époque où l'insouciance berçait ses douces années, où de tels problèmes, de telles questions n'existaient pas et n'avaient pas lieu d'être, lorsque les problèmes des adultes autour de lui n'avaient pas le moindre sens et c'était bien mieux comme ça.

Six jours qu'il se battait pour un peu d'attention, un peu plus que le strict nécessaire que lui apportait désormais son père. Ne pas savoir, vivre ainsi, il n'arrivait pas à le comprendre. La solitude était venu s'installer dans sa vie, prête à défaire ses bagages pour rester là jusqu'à ce qu'il n'en puisse plus. Jonas n'avaient pas beaucoup d'amis, à force de repousser tout le monde, il avait fini par les éloigner mais ça encore, il pouvait gérer, ça lui allait d'être fuit comme la peste dans l'enceinte de la faculté, c'est une fois seul dans l'obscurité pesante de sa chambre que tout se corsait davantage. Un trou béant s'était creusé dans sa poitrine et il lui était impossible de le combattre, parce qu'il n'avait aucune réponse à ses questions, parce que son père n'était plus que l'ombre de lui même, parce que sa mère lui balançait des reproches dès que l'occasion se présentait à elle et il ne comprenait plus rien, il était perdu et n'avait plus le moindre contrôle sur sa propre vie. Comment tout avait-il pu changer aussi vite ? Le pourquoi du comment restait un profond mystère et ça le rendait dingue.

Cependant, une clef dans une serrure l'extirpait de sa bulle et aussitôt, ses doigts se resserraient autour du goulot de la bouteille. Si c'était sa mère qui rentrait plus tôt, il allait devoir encaisser sa leçon de morale de pacotille selon laquelle, l'alcool n'était pas pour lui. Enfin, c'était peut-être pas pour lui, mais c'était la seule chose qui puisse être à ses côtes ces derniers temps, c'était le seul fichu truc à pouvoir lui faire du bien, le faire sourire, bien que c'était aussi éphémère que son effet sur sa personne. Jonas fit mine d'être concentré sur le film, jusqu'à ce que la porte s'ouvre et qu'aucun bruit de talon ne soit émit ; c'était évident, il s'agissait bien de son père, alors il daignait tourner les yeux, interceptant son signe de la main auquel il répondait par un vague signe de tête. « Toujours aussi sympa l'ambiance », grommelait-il pour lui-même une fois son père disparu dans la cuisine. Il abaissait la tête, les yeux rivés sur sa bouteille, l'esprit en vrac - il ne supportait plus cette situation, elle l'anéantissait chaque jour un peu plus et c'était trop, trop qu'il ne puisse supporter. Alors, lorsque son père débarquait dans le salon et lui balançait deux petits mots, deux mots qui n'étaient pas assez, il relevait les yeux vers lui ; « tranquille, ça fait une semaine que je vais plus en cours mais ça fait toujours plaisir de voir que ça t'intéresses, tu serais sûrement ravi de savoir que ton fils a rédigé une lettre de désinscription pour la fac, je sais ce que tu penses mais t'en fais pas, je prends juste l'exemple que tu me donnes en ce moment, tu sais, mettre les trucs important de côté et t'as raison ça fait un bien fou, je comprends mieux maintenant », il fallait que sa sorte, peut-être d'une façon un peu plus mauvaise qu'il ne l'aurait pensé, mais Jonas avait toujours été comme ça, c'était un calvaire pour lui de s'exprimer mais lorsque ça pétait, ça pétait vraiment - « et toi, t'as passé une bonne journée ? ».


love is nothing stronger than a boy with love | recherche rp : ici.
Revenir en haut Aller en bas
 
ALLES
ALLES
Féminin MESSAGES : 2113
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 22
RÉGION : Bourgogne
CRÉDITS : giphy

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je ne suis pas fermée à tester d'autres choses.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2044-mm-celui-qui-voulait-etre-pere-sans-reponse
vanellope

Do I wanna know ? - dunk - Page 2 Empty


Christopher Durden
J'ai 41 ans et je vis à Boston, USA. Dans la vie, je suis professeur de guitare à domicile et je m'en sors comme il faut avec les économies qu'on a de côté. Sinon, grâce à ma chance, je suis marié et je le vis plutôt bien pour l'instant.

Do I wanna know ? - dunk - Page 2 Giphy


tom hardy :copyright:️ delreys.


Chris fuyait toujours son regard. Il n’y arrivait pas. Il n’y arrivait plus. Et pourtant, le pauvre Jonas n’avait rien fait. N’avait rien demandé. Il était assez grand pour comprendre. Mais non, Chris préférait rester seul et s’enfermer dans son malheur. Sans comprendre que sa seule porte de sortie, c’était lui. Pour la forme, il demanda à son fils comment la journée s’était passée. Et s’il s’attendait à une réponse banale, il ne fut pas déçu… Si Chris avait un peu de mal à se concentrer en ce moment sur ce qu’on lui disait, son cerveau parvint quand même à faire le lien entre sécher les cours et la lettre pour abandonner la fac. Et là, ce fut comme un gros coup dans la gueule. Il se repassa tous les événements de la semaine, comprit enfin que tout n’avait été que des appels à l’aide et qu’il n’avait même pas fait attention. Trop préoccupé par sa propre souffrance. Il avait été con. Il était con. Un mauvais père. Mais puisqu’il n’avait pas de fils, au final, il n’était même pas un père tout court ! Mouais, ça ne suffisait pas à le consoler, au contraire. Et d’un coup, il sentit une colère puissante le prendre. Celle qu’il avait ressenti devant le prof, et devant sa femme aussi. Celle qu’il avait tenté de dissimuler toute la semaine dernière quelques verres d’alcool. Son fils n’arrêterait pas les études. C’était non négociable. « Elle est où cette lettre ? » demanda-t-il d’un ton très froid. Pas de réponse. « Très bien. » Il se releva alors et sans demander son avis, fila dans la chambre de son fils pour fouiller dans ses affaires. Oui, la notion d’intimité était assez flou dans cette famille, avec des contours pas tellement définis. Il espérait juste trouver la fameuse lettre avant que Jonas ne rapplique car il allait réussir à l’arrêter à coup sûr. Il retourna alors un maximum de choses, vida son sac, et tout ça sans se gêner. « Bordel elle est où cette putain de lettre ! » On pouvait y voir un point positif : le papa collant et envahissant était de retour dans la vie de son fils ! Pour le meilleur et pour le pire.

Revenir en haut Aller en bas
 
yoskuma
yoskuma
Féminin MESSAGES : 73
INSCRIPTION : 02/10/2018
ÂGE : 20
RÉGION : lost in salem
CRÉDITS : vocivus (av) anesidora (sign)

UNIVERS FÉTICHE : vie réelle, mais si tu veux m'emporter dans ton univers, je fais ma valise
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2391-dites-au-diable-que-je-lui-vol http://www.letempsdunrp.com/t2399-salem-s-madness#52183 http://www.letempsdunrp.com/t2393-skyzoderline#51944
Tortue

Do I wanna know ? - dunk - Page 2 Empty


Jonas
durden

J'ai 19 ans, bientôt 20 et je vis à Boston, USA. Dans la vie, je suis étudiant en faculté d'arts, option audiovisuel et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis un célibataire averti et satisfait par mes quelques conquêtes et je le vis plutôt bien.

Il est allergique au chocolat | Il a une sainte horreur des endroits clos | Jonas est un grand fan de Kurt Cobain, sa chambre est tapissée d'une quantité considérable d'affiches à son effigie | Il aime énormément les tatouages, son corps en est orné | Il apprécie beaucoup dessiner des cartoons, ses feuilles de cours en font les frais | Jonas est un étudiant assez solitaire, il ne compte que très peu d'amis et préfère privilégier les moments passés aux côtés de son père | Fumeur invétéré, au grand dam de sa mère | Célibataire depuis toujours, il compte tout de même quelques conquêtes, sa seule relation plus ou moins sérieuse a prit fin dû au fait qu'il passait plus de temps avec son paternel qu'avec son propre petit-ami, chose qui ne changerait certainement pas.

Do I wanna know ? - dunk - Page 2 68747470733a2f2f73332e616d617a6f6e6177732e636f6d2f776174747061642d6d656469612d736572766963652f53746f7279496d6167652f4d756c6258793157354c537832513d3d2d3438393734343632382e313530353131653262346366313166633531343432323931393731372e676966?s=fit&w=720&h=720


Jonas lui, il avait balancé ça comme ça, parce qu'il était persuadé que de toute manière, son père n'en avait rien à faire. Qu'il abandonne les études ou pas, qu'est-ce que ça pouvait bien faire, est-ce qu'il écoutait ne serait-ce qu'une seconde ce qu'il lui disait lorsqu'il lui parlait ? Apparemment, au vu de sa réaction inattendue, qui d'ailleurs, lui arrachait un sursaut, il s'avérait avoir eu l'oreille ouverte, pour la première fois depuis six jours. En le voyant partir en furie, il posait la bouteille de vin sur la table basse et se levait aussi sec pour le rejoindre avant qu'il ne fasse trop de dégâts. C'était l'occasion, la seule opportunité qui s'offrait à lui depuis des jours alors il venait la saisir, et sans la moindre pitié. Jonas claquait la porte et verrouillait cette dernière, glissant la clef dans le seul endroit où son père n'irait jamais fouiller ; son caleçon. Ce après quoi, il l'observait tout renverser et bizarrement, il semblait en colère, bien trop pour une simple lettre, peut-être que quelque chose était arrivé, quelque chose dont il n'avait pas connaissance, et il voulait savoir. Il approchait alors de son père et lui agrippait fermement le bras - « tu fous quoi là ? depuis quand tu fouilles dans mes affaires ? », soufflait-il passablement agacé, « inutile de foutre le bordel, tu trouveras rien à part des trucs louches que tu vas sûrement regretté d'avoir vu, alors lâche l'affaire », conseillait Jonas en essayant de ne pas perdre patience. « La lettre est caché dans un endroit que tu connais pas alors arrête tu veux, t'es ridicule là », commençait-il à s'énerver, la situation le dépassait et il n'arrivait plus à comprendre ce qui se passait. « Dis moi ce qu'il se passe putain, j'en peux plus, je vais péter les plombs, tu comprends ? t'es là mais pourtant t'es absent, qu'est-ce que j'ai fais bordel, allez, dis-le moi ? Pourquoi t'as l'air en colère chaque fois que tu me regardes, hein ? Putain dis-moi ce que j'ai fais, laisse-moi réparer mon erreur bon sang, parle », il avait du mal à s'exprimer, à dire les choses, mais là, c'était trop et il le lui faisait comprendre, alors après un ton excessivement enragé, il reprenait - « tu me manques », d'une voix basse et brisée, brisée parce qu'il gardait tout en lui depuis des jours, parce que c'était douloureux, parce qu'il était désespéré, parce qu'il n'avait encore jamais prononcé ces mots à l'égard d'une personne, pas même à son père, jusqu'à présent.


love is nothing stronger than a boy with love | recherche rp : ici.
Revenir en haut Aller en bas
 
ALLES
ALLES
Féminin MESSAGES : 2113
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 22
RÉGION : Bourgogne
CRÉDITS : giphy

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je ne suis pas fermée à tester d'autres choses.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2044-mm-celui-qui-voulait-etre-pere-sans-reponse
vanellope

Do I wanna know ? - dunk - Page 2 Empty


Christopher Durden
J'ai 41 ans et je vis à Boston, USA. Dans la vie, je suis professeur de guitare à domicile et je m'en sors comme il faut avec les économies qu'on a de côté. Sinon, grâce à ma chance, je suis marié et je le vis plutôt bien pour l'instant.

Do I wanna know ? - dunk - Page 2 Giphy


tom hardy :copyright:️ delreys.


Trop occupé à chercher cette lettre - et peut-être d’autres choses alarmantes, qui sait - il n’entendit pas Jonas fermer la porte. Ce dernier finit par lui choper les bras pour l’empêcher de bouger et Chris poussa un grognement digne d’un ours. Oui, il avait la rage. Il avait la rage et elle n’était absolument pas tournée vers Jonas. Mais à tout garder depuis une semaine, c’était maintenant que ça explosait. « Quel genre de trucs louches ? » Non, en effet, il n’avait pas envie de savoir. Il secoua la tête comme pour se retirer les images de la tête. Il imaginait déjà son fils avec un bâillon dans la bouche ou tout autre truc sexuel déviant… Beurk.
Quand finalement Jonas lui demanda ce qu’il pouvait faire pour arranger la situation, et déclara, plus timidement, que son père lui manquait, ce fut presque le coup de grâce pour lui et il s’emporta. Il attrapa Jonas par les épaules et le secoua comme un pruneau. « Tu ne peux RIEN réparer ! Tu m’entends ? » C’était bien ça le problème. Jonas ne pouvait rien faire. C’est toutefois en gueulant cette phrase que Chris comprit son erreur, à lui. Jonas n’avait rien fait. Il n’y était pour rien. Il n’était même pas au courant. Comment pouvait-il le priver de son vrai - faux - père ? La colère cédant place à la panique, il lâcha Jonas et tenta de s’enfuir en prenant la porte. Il appuya sur la poignée avant de réaliser qu’elle était fermée… Et qu’il était bloqué. Inutile de lui demander la clé, Jonas ne lui donnerait pas. Il se tourna alors face à lui et se laissa tomber par terre, contre la porte. Il avait besoin de s’asseoir. Et Jonas aussi aurait besoin de s’asseoir, parce qu’ils étaient coincés, et qu’il allait enfin savoir la vérité. Chris s’en faisait tout un monde. Il avait vraiment peur que Jonas ne veuille plus de lui, après ça. « Tu devrais t’asseoir aussi, Jonas. » lui indiqua-t-il. Incapable de le regarder, il se mit à observer très précisément ses doigts. Ca rendait les choses plus faciles. Ou pas… Il ferma les yeux et prit une profonde inspiration. C’était le moment. Sûrement leur dernier moment. « Ton prof Jonas. L’ex de ta mère. C’est… » Raté, il n’y arrivait pas. Le mot ne sortait pas. Il avait juste envie de cogner, cogner tellement fort à cet instant. C’est finalement dans un murmur très bas que l’aveu se fit : « Ton père… »

Revenir en haut Aller en bas
 
yoskuma
yoskuma
Féminin MESSAGES : 73
INSCRIPTION : 02/10/2018
ÂGE : 20
RÉGION : lost in salem
CRÉDITS : vocivus (av) anesidora (sign)

UNIVERS FÉTICHE : vie réelle, mais si tu veux m'emporter dans ton univers, je fais ma valise
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2391-dites-au-diable-que-je-lui-vol http://www.letempsdunrp.com/t2399-salem-s-madness#52183 http://www.letempsdunrp.com/t2393-skyzoderline#51944
Tortue

Do I wanna know ? - dunk - Page 2 Empty


Jonas
durden

J'ai 19 ans, bientôt 20 et je vis à Boston, USA. Dans la vie, je suis étudiant en faculté d'arts, option audiovisuel et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis un célibataire averti et satisfait par mes quelques conquêtes et je le vis plutôt bien.

Il est allergique au chocolat | Il a une sainte horreur des endroits clos | Jonas est un grand fan de Kurt Cobain, sa chambre est tapissée d'une quantité considérable d'affiches à son effigie | Il aime énormément les tatouages, son corps en est orné | Il apprécie beaucoup dessiner des cartoons, ses feuilles de cours en font les frais | Jonas est un étudiant assez solitaire, il ne compte que très peu d'amis et préfère privilégier les moments passés aux côtés de son père | Fumeur invétéré, au grand dam de sa mère | Célibataire depuis toujours, il compte tout de même quelques conquêtes, sa seule relation plus ou moins sérieuse a prit fin dû au fait qu'il passait plus de temps avec son paternel qu'avec son propre petit-ami, chose qui ne changerait certainement pas.

Do I wanna know ? - dunk - Page 2 68747470733a2f2f73332e616d617a6f6e6177732e636f6d2f776174747061642d6d656469612d736572766963652f53746f7279496d6167652f4d756c6258793157354c537832513d3d2d3438393734343632382e313530353131653262346366313166633531343432323931393731372e676966?s=fit&w=720&h=720


« T’as pas envie de savoir, crois-moi », soufflait-il. Son père ne daignait pas vouloir se calmer et quelque part, c’était terrifiant. Il ne l’avait jamais vu comme ça et il commençait à se dire que, peut-être, il avait tout fichu par terre ; comment, il l’ignorait, mais il était presque évident qu’il avait quelque chose à se reprocher. Alors, lorsqu’il venait être secoué et que les mots venaient s’implanter en lui tel le tranchant d’une lame en plein cœur, il voyait défilé devant ses yeux tout ce qu'ils avaient pu construire. Il ne pouvait pas réparer ce qui avait été cassé ? Que ferait-il, que pouvait-il bien faire après ça ? Il se refusait à vivre dans un monde où il perdrait son père encore une fois, non, il ne voulait pas de cette vie là. Paralysé, il était dans l’incapacité de parler, de bouger, de faire un quelconque mouvement. Il sentait doucement son corps se dissoudre dans les flammes de cris qui venaient de lui arracher le mince espoir avec lequel il vivait depuis des jours - autrement dit, celui de pouvoir tout reconstruire. « Me cris pas dessus » marmonnait-il, les yeux rivés sur le sol. Venait le moment où son père semblait vouloir sortir, s’échapper de cette chambre aux mille et un maux, en vain. Puis, plus rien, plus un bruit, seulement le son de sa voix dans son dos alors, il daignait se retourner, les traits ravagés par la colère, par la confusion et la douleur de tout ce qui était entrain de se passer. « J’ai pas envie de m’asseoir putain ! » crachait-il, contenant chaque cellule de son corps qui s’apprêtait à exploser en un amas de chaos. Il décidait de rester debout, sur ses deux pieds. Puis, son père daignait ouvrir la bouche à nouveau pour débuter une phrase qu’il tirait en longueur, jusqu’à ce que la fin tombe telle une averse. Non. Il n’y croyait pas, pas une seule seconde. Il ne voulait pas y croire, il ne pouvait pas. Alors, sous la tension planante et parce qu’il gardait bien trop souvent les choses en lui, il finissait par éclater de rire, préférant nettement se raisonner et mettre ça sur le coup d’une mauvaise farce. « T’as pas trouvé mieux ? C’est une blague, c’est ça ? » ricanait Jonas, qui, finalement, se calmait rapidement en voyant que son père n’avait jamais été aussi sérieux. Et là, c’était le choc, une chute brutale, violente. Son visage se fermait inévitablement et tout lui paraissait plus clair désormais. Les questions étranges de son prof, les reproches inexpliqués de sa mère. Il était le résultat d’une erreur de parcours et son père, du moins, celui qu’il avait sous les yeux, avait ramassé les miettes sans le savoir. Quelques pas de reculs à l’aveuglette et il tombait à la renverse, les fesses par terre. « Non », crachait-il simplement, répétant ce même mot à plusieurs reprises ; « c’est pas mon père, je lui dois rien à cet enfoiré », sous cette vague de colère et de rancœur, il se relevait et terminait le travail, c’est à dire renverser tout ce qui pouvait l’être. Il faisait tout valser, habité par une profonde rage qui ne s’en irait sûrement jamais plus. « Puis qu’est-ce qu’il lui a prit à elle de faire ça, bordel, elle réfléchit quand elle a le temps ou quoi ? », la relation qu’il entretenait avec sa mère était déjà particulièrement instable, mais elle avait tout foutu en l’air, il ne resterait pas vivre sous son toit, il ne lui adresserait jamais plus la parole, c’était terminé et il ne voulait rien savoir là dessus. Jonas approchait de sa fenêtre, les poings serrés - « Je m’en branle si c’est pas ton sang qui coule dans mes veines, ça veut rien dire ça, je porte ton nom, j'ai grandi avec toi, c’est toi, c’est toi mon père, j'en ai rien à foutre de cette connerie de génétique », marmonnait-il d’une voix impuissante alors que son poing s'écrasait dans le mur. C’était trop, bien trop qu’il ne puisse supporter. Le poids des aveux était difficile à encaisser, il s’adossait alors contre le rebord de la fenêtre et glissait ses paumes sur son visage en ne souhaitant plus qu’une chose ; disparaître.


love is nothing stronger than a boy with love | recherche rp : ici.
Revenir en haut Aller en bas
 
ALLES
ALLES
Féminin MESSAGES : 2113
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 22
RÉGION : Bourgogne
CRÉDITS : giphy

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je ne suis pas fermée à tester d'autres choses.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2044-mm-celui-qui-voulait-etre-pere-sans-reponse
vanellope

Do I wanna know ? - dunk - Page 2 Empty


Christopher Durden
J'ai 41 ans et je vis à Boston, USA. Dans la vie, je suis professeur de guitare à domicile et je m'en sors comme il faut avec les économies qu'on a de côté. Sinon, grâce à ma chance, je suis marié et je le vis plutôt bien pour l'instant.

Do I wanna know ? - dunk - Page 2 Giphy


tom hardy :copyright:️ delreys.


Christopher choisit de ne pas intervenir dans la réaction de son fils. Il avait besoin d’assimiler, de comprendre. Il se contenta simplement de secouer la tête quand Jonas demanda s’il s’agissait d’une blague. Il aurait tellement voulu. Il aurait adoré. Mais non, Chris n’était pas aussi cruel que ça. Pas autant que sa femme. Enfin, future ex-femme. Il laissa son fils déverser sa colère, craignant quelque peu les mots qui sortiraient de sa bouche d’une minute à l’autre. Comme s’il attendait une sentence. Et finalement, son coeur se gonfla d’amour et de soulagement lorsque Jonas annonça qu’il ne voulait pas rencontrer ce gars, qu’il n’était rien pour lui. Un certain sourire trouva place sur ses lèvres, sourire qui ne s’était plus manifesté depuis plusieurs jours maintenant. Mais il ne voulait pas se réjouir trop vite… Jonas parlait à chaud, les choses seraient peut-être différentes demain.

Il resta un moment sans parler, puis finit par se relever. Il s’approcha de son fils, et osa finalement poser une main sur son épaule. « J’aurais dû t’en parler Jonas… Mais j’avais la trouille. J’avais la trouille que tu veuilles le connaître. Que tu n’me considères plus comme ton père. Parce que clairement, tu seras toujours mon fils. Tu es mon fils. Quant à ta mère… Je vais demander le divorce. Ca n’allait plus de toute façon. » Il restait pour Jonas. Mais depuis quelque temps, son envie était ailleurs. L’envie de retourner sur les routes, de reprendre la scène. Il n’envisageait pas une seconde d’abandonner Linh, et surtout pas Jonas, mais maintenant, qu’est-ce qui l’empêchait ? Et surtout, qu’est-ce qui empêchait Jonas de venir avec lui ? Il se recula pour se laisser tomber sur le lit de son fils, et soupira. « On m’a proposé un concert, y’a pas longtemps. Ca te dirait ? » Il n’allait pas le laisser ici, ça c’était certain.

Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Do I wanna know ? - dunk - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Do I wanna know ? - dunk
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» ➺ IF I'M GONNA DIE, I WANNA STILL BE ME.
» and we don't wanna go home - le 26/01 à 20h15
» CBS wanna trade
» 01.05, 14h07 ≡ i just wanna be myself and i want you to know i am my hair
» 08. Do you wanna touch ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: