Partagez
 
 
 

 les habitudes sont tenaces (ft. Elladora)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
Floradaigh
Floradaigh
Féminin MESSAGES : 138
INSCRIPTION : 07/10/2018
RÉGION : franco-suisse
CRÉDITS : © pizza planet (avatar) solosands (signa)

UNIVERS FÉTICHE : city, fantasy, historique, dérivé de séries, i'm open
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Tortue

les habitudes sont tenaces (ft. Elladora) Empty

Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Année 2005, Ministère de la Magie, Département des Aurors
La guerre était terminée depuis longtemps, le Monde Magique reprenant le cours de sa vie avec quelques séquelles. Tout est rentré dans l'ordre, chaque chose est à sa place. Harry Potter est auror parce qu'il n'y a rien d'autre qu'il ne sache faire de mieux. Draco, quant à lui, a choisi une voie différente. Il travaille désormais pour ceux qui traquaient avidement sa famille et les partisans du Lord Noir. Excédés par le comportement hostile de l'un et de l'autre, de la lourde tension qui s'accumule dans les locaux, ils décident d'agir pour y mettre un terme. Était-ce vraiment une bonne solution ?

Contexte provenant d'une idée composée avec @ELLADORA TONKS :l:



let's get so much feelings ☩
Revenir en haut Aller en bas
 
Floradaigh
Floradaigh
Féminin MESSAGES : 138
INSCRIPTION : 07/10/2018
RÉGION : franco-suisse
CRÉDITS : © pizza planet (avatar) solosands (signa)

UNIVERS FÉTICHE : city, fantasy, historique, dérivé de séries, i'm open
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Tortue

les habitudes sont tenaces (ft. Elladora) Empty


Harry
Potter

J'ai 25 ans ans et je vis à Londres, UK. Dans la vie, je suis auror et je m'en sors bien, je suis quasiment né pour combattre le mal. Sinon, grâce à ma chance, je suis marié à Ginny Weasley et père de mon premier enfant, James et je le vis plutôt bien, même si mon couple bat franchement de l'aile..

Informations supplémentaires ici.


Daniel Radcliffe ©️ AMNESISART

Vous n'avez jamais rêvé de faire autre chose, monsieur Potter ? Qu'est-ce que j'aurais pu faire d'autre ? Et malgré la pertinence de cette question, ma réponse restait inlassablement la même : non. L'adrénaline courrait dans mes veines comme une drogue, comme un poison, me gardant toujours en alerte. Mes yeux myopes oscillant à chaque minute de droite à gauche, de gauche à droite, mon ouïe formatée pour entendre jusqu'au plus petit craquement. Ma peau réagissant à la magie la plus pure, faisant se dresser mes poils à la moindre vibration. Mon corps était une arme de guerre, il n'avait été éduqué qu'à cela, toujours depuis. Le Garçon-qui-a-survécu, le garçon qui se devait de battre son plus farouche ennemi pour survivre et espérer voir la paix s'établir de nouveau sur le monde magique. Mon plus farouche ennemi, c'était l'ennui. L'inactivité, qui ne laissait jamais de répit à mon âme. Fut un temps, j'avais pensé que le repos était la bonne solution pour le salut de mon âme, mais ça n'avait duré que le temps de ma convalescence. Rester alité pour régénérer mes forces après la bataille avait pris du temps, tellement de temps. Jusqu'à quasiment m'en rendre fou, malgré les visites qui se succédaient. Hermione et Ron, qui avaient su étirer un sourire sur mon visage fatigué, se tenant discrètement la main. Neville, le visage plus grave, résultat d'un combat dans laquelle son innocence avait disparu. Luna, venant distraitement passer un collier serti d'un radis autour de mon cou, pour alléger mes souffrances disait-elle. Ginny, inlassablement appuyée contre mon lit, ses cheveux cuivrés venant s'étaler sur ma couverture blanche et impersonnelle. Oh, Ginny. Comme une évidence pour tout le monde et pour moi aussi, je le croyais. Je l'aime, je l'aimerais toujours, d'un amour tendre, un amour qui avait su être assez fort pour me donner un fils que je considérais comme le centre de mon monde. James. Nous nous étions aimés, profondément, mais ça n'a avait été qu'un contre-coup d'une épreuve dont nous n'avions pas pensés nous sortir vivants. Et nous reprenions notre vie, je ne délaissais pas mon travail et elle me soufflait de vouloir reprendre son poste chez les Harpies. Nos chemins divergeaient, malgré notre tendre amour pour notre fils.

Le lit était toujours aussi froid, les baisers perdaient de leur saveur. Il y avait toujours les attentions, discrètes mais néanmoins présentes. Mais pourtant, la fissure ne faisait que s'étendre de plus en plus. Était-je réellement fait pour vivre en harmonie avec quelqu'un sur le long terme ? Moi qui avait été si longtemps seul ? Je me posais encore et toujours cette question. La présence d'une famille, c'était ce dont j'avais toujours rêvé et je l'avais enfin trouvé. Chez les Weasley, avec Dumbledore, avec Hermione et Ron. Avec Ginny et James. Cette sensation d'être aimé, d'être cajolé. Mais cette vive impulsion, celle d'être toujours en action pour ne pas me laisser mourir à petit feu, elle me chiffonnait. Le dilemme existentiel de ma vie. J'étais né pour ça, j'y étais bon, gonflé d'une magie dont je ne savais plus que faire tant elle m'écrasait parfois, s'échappant hors de ma peau lorsque je laissais mes émotions me maîtriser. C'est pour ça que je continuais d'aller travailler tous les matins, parfois la nuit. Je n'arrivais pas à m'arrêter de combattre le mal, ça c'était incrusté trop profondément dans mon être pour m'en libérer.

L'ascenseur s'arrête dans un grincement accompagné d'un carillon. "Niveau 2, Département de la Justice Magique, Bureau des Aurors." Il y a déjà des notes volantes qui fusent dans les couloirs, des équipes qui s'apprêtent à partir en mission, leur équipement déjà sur le dos. Et la simple vue de ces accoutrements à l'esthétique si particulière et du visage qui y est associé me donne envie de me démanger. Je longe le long couloir avant d'atteindre la troisième porte, à la plaque dorée et miroitante. Ron Weasley et Harry Potter. Les héros de guerre. Comme tout le reste du peuple qui s'est battu pour sa liberté en fin de compte. Et nous étions les seuls encensés par la célébrité. Une célébrité dont je ne voulais pas. Le visage du rouquin, constellé de tâches de rousseurs, se lève au bruit de la porte et il s'approche pour me donner une accolade amicale. « Hey, salut vieux ! T'as une mauvaise mine ce matin, c'est James qui te donne du fil à retordre ? » Je m''appuie contre le bureau, croisant les bras, les yeux difficilement en face des trous. « Salut, Ron. » Il plisse les yeux avant de se gratter le menton. « Je peux demander des conseils à Mione, si tu veux ? » Et je laisse échapper un gloussement masculin. Demander à Hermione reviendrait à recevoir un volume de 500 pages sur la manière d'élever un enfant. On se rappelle tous la S.A.L.E, hein. « Ça va aller, merci ! » Ses yeux bleus s'éclairent soudainement et il cherche dans les notes éparpillées sur son bureau. « Ah et d'ailleurs, Malefoy veut te voir. À propos d'un nouvel équipement. Le plus rapidement possible, d'après son message. » Son visage est étrange, il a quelque chose qui ne va pas. Il a l'air préoccupé. Je grimace à son commentaire avant de me redresser, serrant mon poing convulsivement. « Si sa Seigneurie le demande avec tant de politesse. » je siffle entre mes dents. Il m'agacerait à jamais.

J'ouvre la porte de son laboratoire sans aucune finesse, déjà irrité par sa présence avant même qu'elle ne se porte à mes yeux. Puis il y a des cheveux blonds comme la lune, un nez pointu et des yeux couleur acier. « Tu voulais me voir, la fouine ? » Ma demande est sèche, teintée de moquerie. Puis j'entends le battant claquer, un loquet cliqueter. Putain. Accourant jusqu'à l'entrée pour forcer la poignée, qui ne répond pas. Aucun sort ne semble fonctionner non plus. « Qu'est-ce qui se passe, bordel ? C'est une plaisanterie, c'est ça ? Ouvrez la porte ! » J'entends des bruits étouffés puis la voix de Ron se fait entendre dans le silence. Le traître. « C'est pour ton bien, mec ! Et pour le nôtre, par la même occasion ! On en peut plus de vos tensions, réglez vos différents et on vous laissera sortir. » Je sens la magie pulser, venir courir le long de mes bras, dans le creux de mon ventre. Je déteste ça, je déteste savoir que je suis coincé dans une pièce avec mon meilleur ennemi.      


Spoiler:
 



let's get so much feelings ☩
Revenir en haut Aller en bas
 
ELLADORA TONKS
ELLADORA TONKS
MESSAGES : 1740
INSCRIPTION : 19/07/2018
ÂGE : 25
RÉGION : PACA
CRÉDITS : pando

UNIVERS FÉTICHE : HP, city, drama
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2050-finders-keepers-losers-weepers http://www.letempsdunrp.com/t2068-repertoire-d-elladora-tonks http://www.letempsdunrp.com/t2053-supermarket-flowers-for-elladora-tonks
Ella

les habitudes sont tenaces (ft. Elladora) Empty


Drago
Malefoy

J'ai 25 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis apothicaire et consultant en armes létales et non létales pour le Ministères de la Magie et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à la vie, je suis mariée et je le vis plutôt mal car nous essayons d'avoir un enfant et le combat est difficile.

les habitudes sont tenaces (ft. Elladora) Giphy


tom felton ©️ Cristalline

« Nous sommes désolés monsieur et madame Malefoy, ce ne sera pas pour cette fois. Mais nous pouvons réessayer d'ici une dizaine de mois après le nouveau traitement d'hormone que Sainte Mangouste a étudié et mis en place avec le Royal London Hospital. » Encore un échec. Cette fois, ce n'était pas de la faute de Drago, ni même de d'Astoria. Rien n'avait de sens dans ce qu'ils essayaient d'entreprendre, et cela faisait maintenant quatre ans qu'ils cherchaient un moyen de concevoir un héritier au trône Malefoy. Etrangement, Drago ne pensait pas à la prospérité de son nom, mais à son envie d'être père. Plus le temps passait, plus Astoria prenait d'hormone de grossesse et plus l'espoir disparaissait au fil des années. Au début, Drago pensait que c'était de sa faute et il avait fait le nécessaire pour s'assurer du contraire. Il était performant, ses spermatozoïdes aussi, et c'était un parcours humiliant quand il voyait les anciens élèves de Poudlard devenir parents chacun leur tour, et lui, le prince, le descendant direct de la famille Malefoy, incapable de procréer. La honte ultime. Il en venait à en vouloir à sa femme. Était-elle incapable de donner la vie ? Était-elle stérile ? Il l'avait aimé à un moment donné, le croyait-il. Il semblait avoir eu des sentiments à son égard à une époque, mais aujourd'hui, c'était terminé. Il n'avait plus une once d'amour, il le sentait. Peut-être de l'affection tout au plus, de la tendresse, parce qu'ils avaient combattu ensemble pour avoir ce trésor, mais maintenant Drago se sentait triste d'être lié à une femme qu'il ne désirait plus. Même sa sexualité n'avait plus le même goût qu'auparavant.

Ce matin-là, Drago embrassait Astoria sur la tempe pour lui dire bonjour, et il enfila sa cravate rapidement en mordant dans une tranche de pain de mie avec de la confiture de citrouille. « Chéri, je vais rentrer tard ce soir, j'ai un dîner d'affaire avec le Ministère de la Magie, Parkinson et… » Elle fronça les sourcils, semblant inquiète du nom que venait d'évoquer son époux. « Son frère, Tori, son frère. » Drago secoua la tête, légèrement blasé. Parce que sa femme n'était pas jalouse, mais c'était un moyen pour elle de garder le contrôle sur Drago en jouant de sa possessivité. « Et aussi avec Nott. Ne m'attends pas pour dîner. » Et il partit en direction du Ministère, devant s'entretenir avec quelques Aurors concernant une attaque qui avait eu lieu il y a peu de temps par des restes de partisan de Lord Voldemort.

Drago n'avait plus eu de contact, de près ou de loin, avec le Seigneur des Ténèbres. Il ne voulait plus être associé à ce mouvement extrémiste et s'était même brûlé le bras à vif pour faire partir la marque. Il avait honte, profondément de ce qu'il avait pu représenter, et au final, c'était par souci de loyauté envers son père qu'il avait fait des combats qui n'étaient pas les siens. Il avait combattu sans grandes convictions au côté de Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom et ça s'était ressenti ce soir-là, en haut de la tour d'astronomie, face à un Dumbledore suicidaire, qui connaissait la suite des événements. Drago ignorait tout du sacrifice de Rogue, son directeur de maison et mentor mort dans la bataille sans explication. Il n'avait pas versé une larme à l'enterrement de celui-ci, mais au fond de lui, il ressentait le besoin de comprendre. Ce père de remplacement était parti sans lui dévoiler le fond de ses pensées et Drago s'était senti abandonné à l'aube de ses dix-huit ans.

Aujourd'hui, il entrait dans le bureau de Nott pour le saluer. « Salut Nott, j'espère que tout vas bien en ce moment. » Il ne parlait pas de lui, il parlait du travail, son travail, celui qu'il devait accomplir. Mais son ancien camarade le stoppa net. « Tu dois voir Potter, je t'accompagne. » Drago fronça les sourcils. « C'est avec Potter que j'ai rendez-vous pour l'affaire 2589 ? Tu te fous de ma gueule ? » Il soufflait fortement pour montrer son mécontentement, et quand ils arrivèrent devant une porte, Nott lui ouvrit la porte. Il pénétra dans la pièce sombre et il chercha son ennemi de toujours du regard. « Nott, il n'y a personne ici, il est où Po… » Mais la porte était déjà fermé à clef. Il tenta le sort de Déverrouillage mais rien ne fonctionnait. « Nott, c'est quoi ton délire là ? » Il ricana bêtement et Drago l'entendit murmurer un sortilège. « Tu me remercieras plus tard, t'as des choses à régler avec Harry. » Depuis quand l'appelait-il par son prénom ? Drago fulmina fortement sa colère et tenta tous les sorts connus à son souvenir pour sortir de là. Même le transplanage ne fonctionnait pas.

Il s'endormit contre le mur, la tête qui tombait contre son torse quand il entendit une voix s'élever pour l'interpeller, mais le temps qu'il puisse reprendre ses esprits, la porte s'était déjà refermé derrière lui. « Mais putain Potter, tu pouvais pas être plus rapide ! T'es quel genre d'Auror pour te laisser avoir comme ça ! » Drago repoussa l'Elu pour tenter de dévérrouiller à nouveau la porte en bois, mais en vain. « Génial ! Ca fait plus d'une heure que j'suis coincé ici, et toi tu rentres comme un bleu et te laisse coincer ! C'est une conspiration entre Theodore et Weasley, c'est ça ? »


Spoiler:
 


ALLES c'est tellement la meilleure  :yaay:  :yaay:  :yaay:  :ÔÔ:  :siffle:  mouton les habitudes sont tenaces (ft. Elladora) Tumblr_p05vxjj7ed1soet89o1_500
▬ ▬ ▬ ▬
mon répertoire de rp
pas trop de disponibilité de rp, sauf si coup de coeur bien trop énorme
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


les habitudes sont tenaces (ft. Elladora) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
les habitudes sont tenaces (ft. Elladora)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ILS SONT DEVENUS FOUS! Est-ce que je mène une campagne contre Aristide au Forumh
» Ah bon ? Les Haïtiens sont des canibales !
» Estimé,Magloire Que sont devenues les fleurs du temps passé?
» Pourquoi les hommes sont-ils heureux ?
» LES DES SONT JETES ,LES DES SONT JETES.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers fantasy :: Harry Potter-
Sauter vers: