Partagez | 
 
 
 

 I don't love you today. Maybe I will tomorrow.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
avatar
Puggerino
Masculin MESSAGES : 493
INSCRIPTION : 05/04/2017
ÂGE : 25
RÉGION : Pug Land
CRÉDITS : Visa, Mastercard

UNIVERS FÉTICHE : .
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t915-piggy-skelly http://www.letempsdunrp.com/t1058-why-are-iphone-chargers-not-called-apple-juice
Pigeon



Zachary
J'ai 30 ans et je vis à Chicago, USA. Dans la vie, je suis vice président d'une entreprise d'automobile et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis marié et je le vis plutôt très mal. Ce mariage est arrangé, et j'en aime un autre.




Jesse Williams
Un souper comme les autres en apparence, des gens qui se parlaient, sa famille qui trempait leur nez dans une conversation particulièrement mouvementé d'idéaux sans qu'il ne sache de quoi il était vraiment question. Il avait son nom de famille qui était connu dans le monde de la bourse, de la richesse, et de l'automobile. Non pas grâce à lui, mais grâce au travail acharné de ses parents, de son arbre généalogique qui se trouvait au dessus de lui et qui malheureusement arrêterait là. Ça faisait des années qu'ils l'avaient tous compris, quand leur cher petit fils, celui à qui ils allaient tout léguer, n'en avait rien à faire des ovaires et de la reproduction animalière. Cette idée de procréer pour que la famille reste dans la richesse et la puissance ne lui faisait ni chaud ni froid, malgré qu'on lui casse les oreilles avec ça. Ses parents qui eux, cherchait depuis des forts longtemps à trouver une solution à ce qui à leurs yeux était un obstacle. D'autant plus que leur précieux fils, n'était pas dans les plus charismatique, qui avait cette aisance, cette confiance en lui qui en ferait tomber plus d'un. Plutôt discret dans l'âme, ce petit mouton noir de la famille, mais qui avait par contre, la logique que d'autres n'avaient pas. Fort heureusement.

Il aurait peut-être dû arrêter de jeter des petits regards aux autre, à l'autre. Celui qui lui créait toujours des petits rire un peu idiot, celui qui chavirait son coeur, celui qui n'avait aucune idée de tout ce qu'il pouvait ressentir pour lui. Parce que sa fameuse famille, était bien en train d'arranger son destin, sans qu'il ne soit le moindrement au courant. Deux grandes puissance en pleine conversation, d'un côté parlant de leur idiot de fils sans le moindre culot à aller devant la scène et se vendre, et de l'autre de leur tout aussi idiot de fils qui avait le don de la scène, mais pas pour les bonnes raisons. Il avait du charme à revendre, et l'utilisait bien souvent pour changer les têtes qui terminaient toujours sous ses draps. Ils avaient trouvé la solution à leurs problèmes, et il n'en serait mis au courant que le lendemain matin.

Un café recraché devant le sérieux de la chose, devant la bouche de ses parents qui avaient bien prononcé les mots mariage arrangé. Ce n'était pas une blague. Car tout était si bien décrit. Les deux familles unis pour le meilleur, pour le pouvoir. À leurs yeux il n'y avait rien de plus positif. Car leur cher fils allait enfin se trouver un homme, tout comme l'autre qui n'arrivait pas à faire son choix. Car leur cher fils manquait du charismatique que l'autre avait à revendre, car leur cher fils avait le cerveau et la logique que l'autre manquait. L'union parfaite. Pour eux. Pas pour lui. Pas pour lui qui avait passé de longues minutes à tenter de les convaincre du contraire, pas pour lui qui avait laissé la rage s'en prendre à lui et ruiner quelques dollars de biens malmenés. Pas pour lui qui dès le lendemain se trouvait devant le juge, les chaines aux poignets à entendre que son futur mari se pointe avec sa famille.

Il n'y aurait pas de mariage en blanc, pas d'amour, lui qui comme un idiot, avait toujours rêvé de demander la main à la bonne personne. Lui et son regard rouge qui n'avait pas de choix, qui devait vivre avec sa frustration et son coeur brisé, ses regrets de ne pas avoir eu ce qu'il lui manquait depuis tout ce temps pour faire les premiers pas vers l'élu de son coeur. Lui qui n'avait plus de voix, car on ne l'écoutait pas.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Floof
Masculin MESSAGES : 477
INSCRIPTION : 06/04/2017
ÂGE : 22
CRÉDITS : Dunno

UNIVERS FÉTICHE : Un peu de tout
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t918-le-pti-moka
Pigeon



Nathan
J'ai 30 ans et je vis à Chicago, USA. Dans la vie, je suis vice-président dans l'entreprise d'automobiles de mon père et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis marié et cela me fait chier, moi qui aime varier mes fréquentations ...




Adam Gallagher
Les soupers business. La routine, en quelque sorte. Nathan était toujours présent pour faire bonne figure, mais c'était souvent plutôt emmerdant. Ses parents prenaient la tête des discussions et il se contentait d'être beau et d'offrir des sourires et des poignées de main aux moments appropriés. Bien qu'il soit vice-président, il était vite devenu apparent qu'il n'avait pas vraiment en lui la logique du businessman qui devait faire faire rouler l'entreprise, innover, tenir compte des multiples facteurs qui venaient jouer sur la rentabilité. Il avait plutôt le charisme du bon vendeur, celui qui battait les records et utilisait ses belles paroles et la belle gueule qui venait avec. Pas qu'il était complètement idiot, bien au contraire, mais papa et maman semblaient croire qu'il aurait besoin d'un coup de main afin de bien prendre la relève et pousser l'entreprise plus loin. Pas qu'ils ne le lui avaient dit, ils planifiaient plutôt leur sale coup pendant qu'il avait le dos tourné.

Il avait eu l'annonce le lendemain. Comme si rien était, comme s'ils lui annonçaient une nouvelle banale, et non pas qu'ils avaient pris son destin entre leurs mains et en avaient fait ce qu'ils voulaient bien, sans aucun égard pour ses désirs à lui. La seule chose respectée étant bien qu'il serait marié à un homme, ils avaient eu la décence de ne pas lui imposer une demoiselle, bien au courant que ce qui passait dans son lit n'avait pas beaucoup de courbes. Il était tout de même choqué. Parce que la vie de couple, ce n'était pas son truc. Parce qu'il aimait pouvoir aller voir à droite et à gauche, même en haut et en bas, accumuler les conquêtes et ne pas s'attacher et s'encombrer des sentiments. Cette simple idée le faisait chier, mais manifester haut et fort sa désapprobation ne servait à rien. Ses parents ne voulaient rien entendre, ne bronchaient pas à sa colère, et il avait bien dû se rendre à l'évidence qu'il était rendu leur pion, dans leur lutte de pouvoir, d'argent et de monopole, au sein d'une alliance pré-faite dans laquelle il serait misérable.

Dès le lendemain. À peine le temps de digérer la nouvelle que la chose s'officialisait. Rien de bien charmant ou romantique, on faisait dans le rapide, simple et efficace. On lui faisait enfiler un complet et maman revêtait sa plus belle robe, et voilà l'approche du grand moment. Leur arrivée dans la salle, le regard qui se posait sur l'homme auquel il serait bientôt uni. Sa famille, qui était présente aussi, complice de ce méfait. Ce n'était pas leur vie à eux, leur destin qui se nouait, les enfermait dans une cage dont ils ne voulaient rien.

Il n'avait rien dit. N'avait même pas essayé de flirter, de complimenter l'apparence de ce beau mulâtre qui se tenait devant lui, avec ses beaux yeux et ses taches de rousseur. Il était beau, ça pas de doute. Mais pas pour en faire un mari. Pour en faire un amant d'une nuit, peut-être bien deux, pourquoi pas ...
Il n'avait pas l'air bête ... Il avait l'air résigné. Parce qu'il n'y pouvait rien, parce que la colère n'avait servi à rien la veille, et ne l'aiderait pas plus aujourd'hui. Parce que dans le pire des cas, ils feraient une entente selon laquelle ils continuaient de vivre leur propre vie en ayant simplement le statut, qu'ils garderaient secret aux yeux de leurs conquêtes ... Ça irait. Ils arrangeraient quelque chose ... Right ?

Au final, la petite cérémonie s'était bien déroulée. Parce que tout comme lui, Zachary coopérait. Il avait l'air aussi peu ravi que lui de la tournure des choses, mais les deux hommes restaient plutôt silencieux et dociles et faisaient ce qu'on leur demandait de faire malgré tout. Signer, échanger les alliances et puis vint le moment du fameux vous pouvez embrasser le marié qui se conclu d'un bien bref bisou contre les lèvres de l'autre homme après une petite hésitation. Voilà. Done. Great ...


Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Puggerino
Masculin MESSAGES : 493
INSCRIPTION : 05/04/2017
ÂGE : 25
RÉGION : Pug Land
CRÉDITS : Visa, Mastercard

UNIVERS FÉTICHE : .
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t915-piggy-skelly http://www.letempsdunrp.com/t1058-why-are-iphone-chargers-not-called-apple-juice
Pigeon



Zachary
J'ai 30 ans et je vis à Chicago, USA. Dans la vie, je suis vice président d'une entreprise d'automobile et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis marié et je le vis plutôt très mal. Ce mariage est arrangé, et j'en aime un autre.




Jesse Williams
Il avait rarement été aussi docile. Mais ce que l'on croyait l'être était plutôt de la résignation. Il répétait ce que l'on lui demandait de répéter, il exécutait les gestes qu'on lui demandait de faire - soit tendre sa main et glisser la bague à son tour dans celle de l'autre homme - et il signa là où on lui avait demandé de le faire. Par contre, pour la suite, il n'avait pas signé pour ça. Embrasser le marié. Expressif comme il était, il avait froncis des sourcils et avait regardé la juge d'un drôle d'air. De celui qui lui demandait ce qu'elle était en train de foutre, ensuite dirigé d'un coup d’œil vers ses parents, de ce regard bien sombre qui voulait dire, qu'ils auraient au moins pu lui éviter cela. Certes ce n'était qu'un bisous de rien, mais à ses yeux pas la peine de faire l'autruche. Ils ne s'aimaient pas, ce n'était qu'une alliance stratégique. Au moins, il pouvait remercier le ciel d'être un homme et que donc, pas besoin de procréer pour la lignée. Mais qu'il le veuille ou non, il avait eu un petit bisous bref. Il n'avait pas donné mais bien reçu.

Au moins c'était terminé. Ce n'était qu'un titre, il pouvait malgré tout vivre son histoire d'amour mais sans jamais avoir le droit de se marier, right ? Ce n'était peut-être pas si pire que cela. Mais il venait de se mettre la tête dans le sable, alors qu'il s'était contenté d'un léger nice to meet you à ce jeune homme qui avait la tête du type à en faire tomber plus d'un. Avant de gentiment s'éclipser pour éviter les fausses festivités. Si les familles étaient heureuse de cet événement, lui, ne l'était pas du tout. Parce qu'on contrôlait sa vie de cette manière, et qu'il était très bien la veille avant que cette décision ne lui casse toutes les dents.

Il n'avait alors là, aucune idée à quel point ses parents avaient poussé la chose. Trop loin, beaucoup trop loin. Eux et les autres, qui s'étaient décidément lié pour le pire plan diabolique de leur carrière, dans leurs dos, sans leur consentement. Déjà le mariage, mais maintenant la cohabitation. Parce que l'image elle comptait aussi, parce qu'ils ne pouvaient pas qu'avoir un titre, ils devaient aussi le porter. Le mieux qu'ils avaient réussi à obtenir de Zach était qu'il porte l'alliance dans son cou, autour d'une chaîne, sans plus ni moins. Pour le reste, ça lui avait prit quelques jours avant d'être de nouveau cassé, et bien résigné à devoir vivre ailleurs, dans une nouvelle maison sans âme, et avec cet idiot qu'il n'aimait pas. Il ne l'aimait pas parce qu'il existait, tout simplement. Car s'il n'était pas de ce monde, peut-être bien qu'il aurait pu s'en sortir. Il n'y avait pas la moindre joie sur les traits de son visage, alors qu'on lui avait offert un transport luxueux pour se rendre chez son nouveau chez lui. Non pas sans envoyer gentiment promener ses parents une dernière fois, en leur criant dessus qu'ils ne l'aimaient pas pour lui faire subir ce genre de chose. Ça lui avait prit une bonne grosse claque pour qu'il se taise enfin et se retrouver ici. Des hommes qui avaient prit la matinée pour s'imposer et placer les boîtes et effets personnels de monsieur dans cette demeure.

La résignation de retour, avec cette pointe d'irritation devant ce visage qu'il aurait préféré oublier. « Don't mind me I'm just a box. » Parce qu'il se sentait tout aussi important qu'un bout de carton. Il n'avait même pas la curiosité de celui qui voulait voir de quoi l'endroit avait l'air, votant plutôt pour se faire une petite place sur le divan et regarder dehors le camion quitter pour laisser l'entrée vide. « I guess we should talk about this, right ? »
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Floof
Masculin MESSAGES : 477
INSCRIPTION : 06/04/2017
ÂGE : 22
CRÉDITS : Dunno

UNIVERS FÉTICHE : Un peu de tout
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t918-le-pti-moka
Pigeon



Nathan
J'ai 30 ans et je vis à Chicago, USA. Dans la vie, je suis vice-président dans l'entreprise d'automobiles de mon père et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis marié et cela me fait chier, moi qui aime varier mes fréquentations ...




Adam Gallagher
Pas content du bisou. Non mais le difficile hein. Parce que Nathan, pour sa part, ça ne lui avait pas déplu. Il n'était pas marié à un moche, clairement pas, et même si la situation lui déplaisait, certains aspects ne lui déplaisaient pas. Comme la tronche de son mari, entre autres. Il aurait fallu être idiot et aveugle pour ne pas apprécier le bel homme qu'il avait la malchance d'épouser et il espérait que son caractère soit aussi plaisant que sa face ne l'était. Pas qu'il ne comptait passer beaucoup de temps avec lui en général, mais ils auraient forcément à se côtoyer et être vus ensemble lors de moments plus officiels.

Il n'avait pas cherché à le retenir. Il était simplement allé profiter de la bouffe et du bar, parce que la cérémonie n'était peut-être pas grand chose, mais il fallait bien qu'il y ait de quoi se remplir le ventre après, pour 'fêter' la chose. Lui mangeait et buvait ses émotions, plutôt négatives en cet instant, ne parlait à personne et faisait de son mieux pour ignorer les réjouissances derrière lui. Apparemment que cet autre homme et lui étaient les deux seuls mécontents de la situation. Et encore, il n'avait aucune idée à quel point.


« I have to WHAT ?? » C'était complètement insensé. Il n'allait certainement pas habiter avec cet homme. Certainement pas. Hors de question. Ils ne se connaissaient pas, ne s'aimaient pas, ne voulaient pas apprendre à se connaître et encore moins à s'aimer. Ils ne voulaient pas habiter ensemble. Nathan voulait continuer de ramener qui il voulait bien dans son lit. Il refusait catégoriquement. Mais son père menaçait de le déshériter, sa mère lui laissait entendre qu'il le décevait amèrement (ce qui est en soi presque pire que de perdre l'héritage, foutues mères et leur manipulation émotive) et les deux se mettaient de paire pour lui faire comprendre que d'une façon ou d'une autre, il n'en avait pas le choix. Il n'avait aucun pouvoir. Il se faisait rappeler son rôle de pion, bien que ce soit prononcé sous d'autres termes qui cherchaient à camoufler, à lancer des pétales de roses à travers les barreaux de sa prison.

Alors il était emménagé. Pas que la baraque était moche, elle non plus, mais ce n'est pas pour autant qu'il en voulait et qu'il était content d'y être. Un tas de trucs non-moches dans sa vie, et il aurait souhaité qu'ils disparaissent tous. Tout avait basculé si rapidement, si soudainement, et il avait la sale impression que rien ne reviendrait jamais comme avant. Et ça le mettait de mauvaise humeur.
Le bip bip incessant d'un camion qui recule dans l'entrée, et des hommes qui viennent décharger tous les effets personnels et autres de son nouveau ... mari. Quelques derniers meubles arrivés un peu dernière minute pour venir compléter le look de l'endroit, riche à souhait à l'image des parents des deux côtés, et Nathan avait envie de tout casser sur le champ. Belle table en bois verni COUP DE BÂTON DE BASEBALL DEDANS tiens. Mais bien évidemment qu'il s'était retenu.

Zachary aussi faisait un air de cul. Ils avaient l'air beau, tiens. Puis il portait sa bague autour du cou, la sale pute. Lui au moins faisait un effort, il l'avait au doigt. Il n'avait rien dit sur le sujet, s'était contenté de grogner pour se manifester au commentaire sur le fait qu'il n'était rien d'autre qu'une boîte. Il aurait préféré qu'il en soit réellement une. C'est méchant, penser ça ? Puis ils s'étaient retrouvés tous les deux installés sur le divan, à se regarder en quelque sorte et pleinement réaliser dans quelle merde ils étaient tous les deux, ensemble. Que la meilleure façon de s'en sortir sans trop de mal était de communiquer, en quelque sorte ... essayer de faire du sens de tout ça. « I believe we should ... Cause this is a mess. This is bullshit. We gotta work something out » Un soupir découragé alors qu'ils passait ses mains sur son visage, frottant un peu la petite barbe à sa mâchoire. « Lets save ourselves the crap of pretending when we're alone, we'll keep that for the parents... Cause I expect they'll want updates, and if we don't at least try and pretend, they'll be on our asses even more. That, I don't want »


Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Puggerino
Masculin MESSAGES : 493
INSCRIPTION : 05/04/2017
ÂGE : 25
RÉGION : Pug Land
CRÉDITS : Visa, Mastercard

UNIVERS FÉTICHE : .
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t915-piggy-skelly http://www.letempsdunrp.com/t1058-why-are-iphone-chargers-not-called-apple-juice
Pigeon



Zachary
J'ai 30 ans et je vis à Chicago, USA. Dans la vie, je suis vice président d'une entreprise d'automobile et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis marié et je le vis plutôt très mal. Ce mariage est arrangé, et j'en aime un autre.




Jesse Williams
Ils devaient agir comme deux hommes responsables et civilisés right ? Même si la vie mettait à rude épreuve leur maturité avec cette envie de tout casser pour un, et de l'autre de rester dans son coin en silence jusqu'à ce que l'envie de partir dans un pays lointain le pousse hors de cette vie. Rien de bien rationnel, d'un côté comme de l'autre.

Ils étaient dans le même bateau, et Zach le réalisait pleinement, malgré qu'il aurait eu cette envie de mettre tout sur le dos de l'autre, de le haïr lui, et son existence en entier. Parce que s'il n'avait pas été là, peut-être bien qu'il aurait encore sa liberté. Et vice-versa, il ne doutait pas que ses pensées soient partagées. Ils étaient réellement dans un bateau qui coulait, sans capitaine, voué à mourir dans le fond de la mer et ne pas s'en sortir. Parce que les parents étaient ceux qui contrôlait le navire sans petite chaloupe pour fuir vers une autre Île.

Au moins, il voulait parler, et tenter d'arranger les choses. Ça ne serait peut-être pas si catastrophique que cela. Dans le pire des cas, une collocation tiens. « Yeah... » Tout aussi découragé que son interlocuteur, décidément. La solution n'étant pas de faire en sorte que le tout fonctionne, mais bien son contraire. Jouer les illusionniste devant la parenté, quitter leurs rôles de magiciens lorsqu'ils n'était plus là. Continuer leurs vies, mine de rien. Mais le truc, était bien qu'il avait fini par entendre parler de ce fameux Nathan. Un tombeur, ou alors un indécis qui ne savait toujours pas sur quel type de corps se fixer, prisonnier de ce cercle vicieux à tous les tenter encore et encore. Et ça, c'était quand même problématique. Mais une chose à la fois. « Yeah you're right. Sadly. They were crazy enough to arrange everything after all. » Du mariage à l'habitation même. Qui sait quoi d'autre.

Zach avait fini par entendre raison, calmant ses traits irrités, réalisant bien que ça ne servait à rien de s'obstiner à garder de telles émotions pour le moment. Il devait garder la raison, l'esprit clair, pour trouver une entente. « I guess we could get rid of a room to make a 'guest room' ? » Parce qu'évidemment, du moins pour lui, il était hors de question qu'ils partagent le même lit. Et vivre dans le salon était aussi, hors de question. Enfin le divan était confortable, mais rien de tel qu'un bon lit quoi. « Aaaand because I damn know your way of living. But please just do it when I'm not here okay? It's the only thing I'm asking you. At least for this part. » C'était quand même tout aussi bien sa maison, et il ne voulait pas passer le 3/4 de ses nuits dehors à attendre comme un con qu'il ait terminé de copuler. Il pouvait au moins le remercier de lui laisser le loisir de continuer. Il n'était pas si bouché que cela après tout.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Floof
Masculin MESSAGES : 477
INSCRIPTION : 06/04/2017
ÂGE : 22
CRÉDITS : Dunno

UNIVERS FÉTICHE : Un peu de tout
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t918-le-pti-moka
Pigeon



Nathan
J'ai 30 ans et je vis à Chicago, USA. Dans la vie, je suis vice-président dans l'entreprise d'automobiles de mon père et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis marié et cela me fait chier, moi qui aime varier mes fréquentations ...




Adam Gallagher
Ils s'entendaient immédiatement mieux lorsqu'il s'agissait de ne pas s'aimer. Lorsqu'il s'agissait de s'arranger pour ne pas trop être dans les pattes l'un de l'autre, tout en restant conscient qu'ils auraient à jouer le jeu par moments. S'ils étaient d'accords sur certains points, c'était mieux qu'aucun point, et il fallait miser là-dessus pour leur simplifier l'existence. Nathan n'était tout de même pas une merde et ne ferait pas exprès de le faire chier inutilement, il était ouvert à prendre des arrangements pour une cohabitation plus paisible. « Yeah, okay, deal. We could maybe keep a calender on the fridge to leave each other notes on when we're home and when we're not ... Simple way to keep out of each other's space a little, I guess » Ils trouveraient bien, à force de cohabitation et avec essai-erreur, une façon de fonctionner qui leur irait bien à tous les deux et éviterait des situations embarassantes ou déplaisantes. Il leur fallait un mode de vie synchronisé en un sens, et séparé à la fois ... pas facile. Mais faisable, s'ils y mettaient tous les deux du leur.

Sortant son petit laptop de son étui, il l'ouvrit sur le comptoir et s'y pencha un peu pour se lancer dans quelques recherches. Pour du mobilier, transformer comme prévu une pièce en chambre d'ami qui deviendrait la chambre d'un des deux. Ils avaient suffisamment d'argent pour cela, ce n'était pas le problème, et il ne voulait pas laisser ça traîner. Le plus tôt ce serait fait, le plus de malaise serait évité, et par le fait même, des possibilités de confrontations qui ne l'intéressaient guère. « We should ... Set rules, or something. Decide what's ok and what's not ... and how we deal with the moments together. Food, you know ... Other stuff like that. Routine stuff ... »

Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
 
 
I don't love you today. Maybe I will tomorrow.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Let Love Lead The Way [PV]
» 05. I Love Rock'n Roll [PV ERIN]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: