Partagez | 
 
 
 

 Content de me voir? [ft. Bellow]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 
avatar
Game Over
MESSAGES : 295
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur
Flash


Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Plus de sept ans que Nolan et Elijah ne se sont plus vus. Sept ans depuis qu'Elijah a trahi la police et celui qu'il aimait pour rejoindre la mafia locale. Pourtant aujourd'hui tout va changer. Car Elijah revient, bien décidé à faire tomber ses nouveaux employeurs.

Contexte provenant d'une vieille envie et de la recherche qui en a découlé
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Game Over
MESSAGES : 295
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur
Flash



Elijah Reynolds
J'ai 33 ans et je vis à Miami, Floride, Etats Unis. Dans la vie, je suis un ex flic, bras droit du grand chef de la mafia locale et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis séparé de l'homme que j'aime et je le vis plutôt mal.

22ans, l'école de police terminée il rejoint la police de Miami, son rêve depuis ton gamin, pouvoir suivre les traces de son père. Il n'est plus, mort en service, sa femme l'a suivi quand Elijah n'avait que dix huit. Mais il espère pouvoir les rendre fier de lui.
24ans, il a gravi les échelons. Il est maintenant inspecteur et a un nouveau partenaire, un certain Nolan. Quelques mois plus tard leur amitié a évolué vers quelque chose de plus fort. Il l'aime. Il serait prêt à mourir pour lui. Mais leur histoire doit rester secrète. On ne sort pas entre collègues, encore moins entre équipiers.
26ans, leur enquête sur le trafic local avance mal. Ils pataugent, n'arrivant pas à trouver des preuves suffisantes. Pourtant ils vont mettre en place une opération de grande envergure pour les faire tomber. Mais quelques jours avant il se fait approcher par le chef, qui lui fait une offre qu'il ne peut refuser. Il trahit ce jour là son équipier, faisant échouer toute l'opération. A partir de ce jour il quitte la police pour devenir bras droit du chef à plein temps.


Dane DeHaan ©️ Fayrell

Je restais planté là, devant ce commissariat où je passais l'essentiel de mes journées à une époque. Sept ans que je n'ai pas remis les pieds ici. Les émotions tourbillonnaient en moi, ne me laissant pas le temps de m'accrocher à l'une d'entre elles pour savoir ce que je ressentais. Joie? Excitation? Peur? Peut être un peu tout ça et plus encore. Pourtant je ne laissais rien paraître, continuant de fumer à l'ombre de l'immeuble d'en face. Il faisait beau. Il faisait toujours beau dans cette putain de ville et ça me tapait sur le système. J'aurais voulu une pluie torrentielle pour correspondre un peu plus à mon humeur et à ce que je m’apprêtais à faire. Il n'y avait que dans les films que le temps s'accordait parfaitement à l'humeur des personnages. Dans la vraie vie le ciel se foutait de sa voir que vous êtiez sur le point de foutre toute votre vie, le soleil continuait de briller comme un putain de connard.

J'écrasais ma cigarette en soupirant. Il allait bien falloir que j'y aille. Je ne pouvais plus reculer maintenant. Je remettais en place mon sac en bandoulière sur mon épaule. Je vérifiais une fois de plus que tout était bien là, tous les papiers et photos que j'avais amassé au fil des années. Ca ne servait à rien d'attendre plus longtemps. Je soupirais une fois de plus avant d'entrer dans le commissariat.

C'était toujours le même endroit, toujours cette impression d'avoir pénétré dans la cour des miracles en entrant dans le hall d'accueil. Prostituées en tout genre, ivrognes finissant de cuver leur alcool sur les bancs, jeunes délinquants regardant le monde entier d'un air mauvais.... les visages changeaient mais c'était toujours le même type d'individus qui se retrouvait ici.

Je m'avançais vers l'hôtesse d'accueil. En sept ans il avait du y en avoir qui avaient défilés. Je ne la reconnaissais pas et vu l'air désabusé qu'elle m'adressa elle ne savait pas non plus qui j'étais.

- Bonjours madame, je viens voir l'inspecteur Nolan Kavanagh.

Elle détourna les yeux en soupirant, se replongeant dans les nombreux papiers qu'elle avait devant elle.

- Il est occupé... on ne peut pas l'embêter comme ça.

Ca allait être beaucoup moins facile que ce que je croyais. J'insistais un peu, lui expliquant que je devais vraiment le voir mais elle continuait de me rembarrer. Puis elle appela Gloria. Je la vis se figer en me voyant devant elle. Gloria... cette chère Gloria qui m'avait accueilli lors de mon premier jour. Gloria dont j'écoutais les potins tous les jours à la pause café. Gloria... toujours là malgré les années qui avaient passé et qui me regardait comme si j'étais un fantôme.

- Salut Gloria. Je voudrais voir Nolan. J'aimerais me rendre.

Elle me regarda un instant sous le choc avant de réagir. Quelques minutes plus tard des agents venaient m'arrêter dans les règles. Fouille complète, prise de mes empreintes, photos en tout genre. Je me retrouvais ensuite dans une petite salle d'interrogatoire, à attendre que mon ex vienne me voir.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
BELLOW
Féminin MESSAGES : 30
INSCRIPTION : 22/10/2018
CRÉDITS : ava (tumblr)

UNIVERS FÉTICHE : J'aime à peu près tous les types de RPG.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2473-who-am-i-bellow http://www.letempsdunrp.com/t2476-la-bellowsphere-bellow
Limace



Nolan
Kavanagh

J'ai 33 ans et je vis à Miami, Etats-Unis. Dans la vie, je suis inspecteur de police et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis séparé de l'homme que j'aime parce qu'il m'a trahi et je le vis plutôt mal.

A l’âge de vingt-deux ans, je termine ma formation en école de police, et intègre la police de Miami dans le but de maintenir la sécurité dans ma ville natale, après avoir subit un cambriolage étant plus jeune. J’ai toujours grandement aimé ce métier, et bien que ma mère aurait préféré me voir chirurgien, ou banquier, j’ai préféré l’action à l’ennui.
Rapidement, je gravis les échelons et, à l’âge de vingt-quatre ans, je deviens inspecteur de police. On me met en binôme avec un nouveau partenaire du nom d’Elijah Reynolds. Peu après notre rencontre, nous devenons amis ; mais cette amitié ne stagnera pas, et nous conduira directement vers une relation amoureuse, bien que nous soyons contraints de la cacher puisque cela est interdit.
A vingt-six ans, et ensemble, nous poursuivons une affaire à propos d’un trafic local, mais ce dossier n’avance pas et est démoralisant.Toutefois, nous mettons en place une opération de grande envergure pour faire tomber le trafic local. Cette opération se déroulera très mal puisqu’elle sera démontée de l’intérieur par Elijah : il me trahit en ayant rejoint la mafia. Sans doute a-t-il trouvé mieux ! Depuis ce jour, je cherche constamment à le retrouver pour pouvoir l’arrêter et comprendre pourquoi il a fait ça, bien que je n’y arrive pas.



Matthew Daddario ©️ 2981 12289 0


La journée ne commençait pas réellement bien. Je m’étais réveillé en retard, ce qui ne m’arrivait pratiquement jamais d’ordinaire, et une fois au commissariat, quelqu’un m’avait renversé son café brûlant sur ma chemise blanche. Je l’avais tué d’un regard noir et meurtrier, avant de détourner les talons, et de me rendre en toute hâte dans la salle d’eau la plus proche. Ma journée était définitivement foutue à cause de ces deux incidents. Et cette stupide tâche marron ne voulait évidemment pas disparaître de la blancheur de ma chemise, que j’avais lavé et repassé hier. Vous en rendez-vous compte, un seul instant ? Comment de pareilles choses pouvaient m’arriver en si peu de temps ? J’étais de très mauvaise humeur, c’était le cas de le dire.

Mais trêves de bavardages. Installé derrière mon bureau, en train de réfléchir avec une dose de concentration, et aucun breuvage à mes côtés, je me demandais comment j’allais faire pour trouver quelques indices aujourd’hui à propos d’Elijah. Cela faisait maintenant sept ans que je cherchais des informations à son propos, et je ne trouvais quasiment rien. Cet espèce d’imbécile avait du se trouver une place merveilleuse au sein de la mafia, et s’était certainement réfugié dans les doux bras du mafieux le plus craint qui puisse exister : le Boss de la mafia. Comme si cela ne suffisait pas, il avait fallu que cette andouille soit mon ancien coéquipier ; nous nous étions retrouvés ensemble, après notre promotion en inspecteurs, et voilà que quelques années plus tard, après tant d’épreuves traversées à deux, il me lâchait en toute beauté pour la mafia. La mafia ! J’avais de quoi être remonté. Et plus le temps défilait, moins le commissaire ne me permettait de poursuivre sur le dossier d’Elijah, prétextant que cela risquait de me faire commettre de graves erreurs, et que l’on ne pouvait pas toujours retrouver les fantômes de son passé. Ah, si seulement le commissaire savait ! Elijah n’était pas un simple fantôme du passé, et ne l’était pas encore devenu à vrai dire. Nous étions rapidement devenus amis, jusqu’à ce qu’un jour, notre amitié nous conduise vers une relation que je n’aurai jamais envisagé avec mon coéquipier. Une relation, bien sûr, tout à fait interdite.

Soit. Je n’allais pas me concentrer éternellement sur mes ressentis. Et tandis que je me levais de ma chaise, et me dirigeais vers la machine à café, un agent de police vint me trouver rapidement. Je fronçais les sourcils de curiosité, mais me fis la remarque qu’il avait le droit d’être aussi angoissé que cela. Je lui souriais donc pour le détendre, et m’adressai à lui :

« Que se passe t’il, Mario ? Tu as vu un fantôme, pour être aussi paralysé de peur ? me moquais-je presque de lui.
C’est… c’est sérieux. Elijah Reynolds est en salle d’interrogatoire. »

Mon visage se décomposa, tandis qu’il m’annonçait la nouvelle. Elijah ? Ici ? Qui avait bien pu le trouver avant moi, et comment de toute manière ? J’abandonnais aussitôt la machine à café, et le regard confus de Mario, avant de me rendre avec empressement jusqu’à la salle d’interrogatoire, où un autre agent de police me stoppa pour me demander si j’allais pouvoir l’interroger. Je lui fis remarquer que de nous deux, c’était moi le plus haut gradé, et il me laissa passer. J’entrais enfin à l’intérieur. Et le voir, là, assis sur une chaise, me fit quelque chose. J’avais toujours essayé de le chercher, mais je me rendais compte qu’au fond, peut-être que j’aurai préféré ne plus jamais le revoir, et surtout pas ici. Il risquait la prison. Et je ne le reverrais certainement jamais, après ça.

Je m’avançais, la gorge sèche, tentant de reprendre mes esprits et de contrôler les palpitations de mon coeur, et m’installai à mon tour sur la chaise d’en face. Respire, Nolan. Respire. M’encourageais-je à ne pas perdre mon calme. Je relevai mes yeux vers lui, et conservais mon calme, jusqu’à me trouver bien stupide de faire semblant. J’esquissais un sourire ironique, et le regardais dans les yeux :

« Alors quoi ? Tu t’es fait arrêté par qui, au juste ? Tu mesures un peu l’étendu du mal que tu m’as fait en me… en trahissant la police ? »

Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Game Over
MESSAGES : 295
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur
Flash



Elijah Reynolds
J'ai 33 ans et je vis à Miami, Floride, Etats Unis. Dans la vie, je suis un ex flic, bras droit du grand chef de la mafia locale et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis séparé de l'homme que j'aime et je le vis plutôt mal.

22ans, l'école de police terminée il rejoint la police de Miami, son rêve depuis ton gamin, pouvoir suivre les traces de son père. Il n'est plus, mort en service, sa femme l'a suivi quand Elijah n'avait que dix huit. Mais il espère pouvoir les rendre fier de lui.
24ans, il a gravi les échelons. Il est maintenant inspecteur et a un nouveau partenaire, un certain Nolan. Quelques mois plus tard leur amitié a évolué vers quelque chose de plus fort. Il l'aime. Il serait prêt à mourir pour lui. Mais leur histoire doit rester secrète. On ne sort pas entre collègues, encore moins entre équipiers.
26ans, leur enquête sur le trafic local avance mal. Ils pataugent, n'arrivant pas à trouver des preuves suffisantes. Pourtant ils vont mettre en place une opération de grande envergure pour les faire tomber. Mais quelques jours avant il se fait approcher par le chef, qui lui fait une offre qu'il ne peut refuser. Il trahit ce jour là son équipier, faisant échouer toute l'opération. A partir de ce jour il quitte la police pour devenir bras droit du chef à plein temps.


Dane DeHaan ©️ Fayrell

J'attendais dans la petite salle d'interrogatoire. Je pouvais les entendre s'agiter derrière la porte. Ridicule... ils étaient tous sous le choc de me voir débarquer. Ca faisait des années que je savais qu'ils étaient sur mes traces mais ils ne m'avaient jamais attrapé. J'étais de la police à une époque. Je connaissais toutes leurs astuces, les éviter n'avait pas été bien compliqué. Si je ne m'étais pas volontairement rendu, ils auraient pu me chercher pendant des années encore.

Finalement la porte s'ouvrit et il entra. Putain... il était encore plus beau que dans mes souvenirs. Comment est ce qu'il pouvait réussir à faire ça? Il m'avait manqué, bien plus que je ne voulais l'admettre. Le voir était une véritable torture. J'avais envie de me lever et d'aller le prendre dans mes bras, l'embrasser comme je n'avais pas pu le faire depuis si longtemps. Pourtant je me forçais à rester stoïque. Vu la façon dont on s'était quitté il devait me haïr. C'était le jour de notre opération. Ce jour là j'avais révélé le double jeu auquel je jouais et j'étais parti. Je l'avais lancé, sans laisser aucun doute possible sur la trahison que je venais de commettre. Il me détestait et ça se voyait parfaitement dans le regard qu'il me lançait.

« Alors quoi ? Tu t’es fait arrêté par qui, au juste ? Tu mesures un peu l’étendu du mal que tu m’as fait en me… en trahissant la police ? »

Je secouais la tête en laissant échapper un petit rire. Je le connaissais trop bien, je savais ce qui le vexait le plus. Je lui avais fait du mal à lui en le trahissant, la police ne passait qu'en second plan. Et il voulait savoir qui était le connard qui lui avait enlevé le plaisir de m'arrêter.

- J'ai une petite idée oui... il suffit de voir le magnifique regard que tu me lances.

Je lui souriais plus largement, le narguant. L'ironie et l'insolence pour qu'il me déteste encore plus, pour cacher ce que je ressentais. Il ne fallait pas qu'il sache, jamais. Ca ne le regardait pas. Il y avait des choses qu'il valait mieux qu'il ignore pour son propre bien.

- Et ce ne sont pas tes abrutis de collègues qui ont réussi à m'attraper. J'aurais pu tenir des années encore à jouer à ce petit jeu avec vous. Je suis venu me rendre et même comme ça il leur a fallu un moment pour m'arrêter.

Moi qui croyait être l'ennemi numéro un dans ce commissariat c'était un peu vexant de voir que personne n'avait réagi à mon arrivée.

- Je veux passer un marché avec le procureur. J'ai amené tout un tas de preuves avec moi. Mon témoignage plus tout ça pour les faire tomber, en échange de mon immunité.

Je ne doutais pas qu'ils accepteraient, la tentation serait vraiment beaucoup trop forte de les faire tous tomber d'un coup. Je n'étais qu'un petit pion comparé au grand patron.


Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
BELLOW
Féminin MESSAGES : 30
INSCRIPTION : 22/10/2018
CRÉDITS : ava (tumblr)

UNIVERS FÉTICHE : J'aime à peu près tous les types de RPG.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2473-who-am-i-bellow http://www.letempsdunrp.com/t2476-la-bellowsphere-bellow
Limace



Nolan
Kavanagh

J'ai 33 ans et je vis à Miami, Etats-Unis. Dans la vie, je suis inspecteur de police et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis séparé de l'homme que j'aime parce qu'il m'a trahi et je le vis plutôt mal.

A l’âge de vingt-deux ans, je termine ma formation en école de police, et intègre la police de Miami dans le but de maintenir la sécurité dans ma ville natale, après avoir subit un cambriolage étant plus jeune. J’ai toujours grandement aimé ce métier, et bien que ma mère aurait préféré me voir chirurgien, ou banquier, j’ai préféré l’action à l’ennui.
Rapidement, je gravis les échelons et, à l’âge de vingt-quatre ans, je deviens inspecteur de police. On me met en binôme avec un nouveau partenaire du nom d’Elijah Reynolds. Peu après notre rencontre, nous devenons amis ; mais cette amitié ne stagnera pas, et nous conduira directement vers une relation amoureuse, bien que nous soyons contraints de la cacher puisque cela est interdit.
A vingt-six ans, et ensemble, nous poursuivons une affaire à propos d’un trafic local, mais ce dossier n’avance pas et est démoralisant.Toutefois, nous mettons en place une opération de grande envergure pour faire tomber le trafic local. Cette opération se déroulera très mal puisqu’elle sera démontée de l’intérieur par Elijah : il me trahit en ayant rejoint la mafia. Sans doute a-t-il trouvé mieux ! Depuis ce jour, je cherche constamment à le retrouver pour pouvoir l’arrêter et comprendre pourquoi il a fait ça, bien que je n’y arrive pas.



Matthew Daddario ©️ 2981 12289 0


Peu importe le mal qu’il avait pu me faire, je devais maîtriser ma colère à son égard, au risque de le plaquer contre un mur et de le frapper jusqu’à ce qu’il me supplie d’arrêter. Non, je ne le détestais pas, et je ne pourrais jamais le détester, mais j’avais été trahi par l’homme que j’aimais ; il m’avait piégé, et il m’avait menti. Il s’était joué de moi jusqu’au dernier instant pour se révéler sous sa véritable identité : celui d’un homme misérable, celui d’un homme qui ne méritait aucunement mon pardon. Et ma colère s’amplifia, tandis qu’il répondait à mes questions ; il avait une petite idée, oui, au vu du magnifique regard que je lui lançais. Un regard plein de colère, oui. Mais là, une fois de plus, je ne pouvais rien dire, rien faire. Si ce n’était serrer les poings comme je le faisais.

Cela faisait tellement longtemps que je ne l’avais pas entendu rire, et même s’il se moquait plus ou moins de moi, même s’il souriait maintenant pour me narguer, afin de mieux me révéler qu’il s’était rendu, et que mes abrutis de collègies n’auraient jamais réussi à l’attraper —ceux-ci avaient déjà eu du mal à réagir au bon moment, selon lui—, je ne pouvais m’empêcher de l’aimer. Néanmoins, je devais conserver mon calme, et ne lui offrit qu’un visage fermé. En tant que lieutenant de police, je ne pouvais pas me permettre de m’étendre sur ma vie sentimentale, ni même sur ce qui dérangerait mon enquête, l’enquête de la police plus précisément. Il avait trahi notre secteur, et il avait fait foiré la plus grande opération que nous ayons pu faire ; nous allions obtenir ces putains de merdiers, mais non ! Non, il avait fallu que Monseigneur Reynolds se mette en travers de notre chemin, que Monseigneur Reynolds fasse son petit malin à tous nous enculer de cette façon, à nous la mettre à l’envers, et à lever son majeur pour bien se rire de nos tronches d’abrutis, au moment où tout échouait. Parce qu’évidemment, prévenir l’ennemi était une facilité pour lui.

Alors, au moment où il m’avoua qu’il avait envie de passer un marché avec le procureur, et qu’il avait amené tout un tas de preuves avec lui, demandant à ce que son témoignage et toutes ces preuves, dans le but de faire tomber la mafia, nous soient remis en échange de son immunité, je ne me retins pas d’éclater de rire. Il nous trahissait et s’évitait ainsi tout problème avec la mafia, et maintenant quoi ? Il revenait pour trahir la mafia, et éviter ainsi tout problème avec la police. Il voulait quoi, au juste ? Se suicider ? D’un regard franchement énervé, je le regardais dans les yeux, et m’avançais un peu plus pour lui adresser ces quelques mots :

« Tu sais pertinemment qu’on ne peut pas refuser ta proposition. La justice privilégie, et privilégiera toujours, l’utilité publique au mérite. Alors, bien sûr, nous contacterons le procureur pour t’obtenir cette immunité dont tu rêves tant, mais arrête de te foutre de ma gueule, Elijah, et réponds-moi sérieusement : pourquoi est-ce que tu veux trahir la mafia, après nous avoir trahi ? Tu cherches quoi ? La mort, les représailles, les règlements de compte ? C’est quoi ton problème au juste ? »

M’emportais-je. Je fermais quelques secondes les yeux, et tentais de reprendre mon calme, avec beaucoup de difficultés. Oui, c’était quoi son problème, au juste ? Pourquoi est-ce qu’il ne revenait que maintenant ? S’il avait eu l’intention de trahir la mafia, il aurait pu tout bonnement passer un marché avec le commissaire, et demander une infiltration, au lieu de nous mentir, de nous trahir, et de faire s’envoler en éclat sa carrière. Alors, de nouveau, je le regardais, mais avec plus de calme que la fois précédente.

« Elijah, tu connais les risques, n’est-ce pas ? Tu t’es mis quasiment tous les flics à dos, bordel. Tu as des ennemis partout, dans ce commissariat, et maintenant, tu veux te mettre à dos les seules personnes qui te protègent encore ? »

Je baissais deux secondes la tête, et le regardais une dernière fois. Mais pas avec colère, non. Avec inquiétude.

« Tu vas te faire tuer, Elijah. Ils t’en veulent tous, ici, et la mafia ne tardera pas à comprendre ce que tu es en train de faire. Tu veux vraiment prendre ce risque ? »

Je préférais le lui demander, avant d’ordonner à ce qu’on contacte le procureur. Je voulais être sûr qu’il comprenne qu’il risquait la mort. Et, pour être honnête, je préférerais le voir mafieux que cadavre en décomposition.



Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Game Over
MESSAGES : 295
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur
Flash



Elijah Reynolds
J'ai 33 ans et je vis à Miami, Floride, Etats Unis. Dans la vie, je suis un ex flic, bras droit du grand chef de la mafia locale et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis séparé de l'homme que j'aime et je le vis plutôt mal.

22ans, l'école de police terminée il rejoint la police de Miami, son rêve depuis ton gamin, pouvoir suivre les traces de son père. Il n'est plus, mort en service, sa femme l'a suivi quand Elijah n'avait que dix huit. Mais il espère pouvoir les rendre fier de lui.
24ans, il a gravi les échelons. Il est maintenant inspecteur et a un nouveau partenaire, un certain Nolan. Quelques mois plus tard leur amitié a évolué vers quelque chose de plus fort. Il l'aime. Il serait prêt à mourir pour lui. Mais leur histoire doit rester secrète. On ne sort pas entre collègues, encore moins entre équipiers.
26ans, leur enquête sur le trafic local avance mal. Ils pataugent, n'arrivant pas à trouver des preuves suffisantes. Pourtant ils vont mettre en place une opération de grande envergure pour les faire tomber. Mais quelques jours avant il se fait approcher par le chef, qui lui fait une offre qu'il ne peut refuser. Il trahit ce jour là son équipier, faisant échouer toute l'opération. A partir de ce jour il quitte la police pour devenir bras droit du chef à plein temps.


Dane DeHaan ©️ Fayrell

« Tu sais pertinemment qu’on ne peut pas refuser ta proposition. La justice privilégie, et privilégiera toujours, l’utilité publique au mérite. Alors, bien sûr, nous contacterons le procureur pour t’obtenir cette immunité dont tu rêves tant, mais arrête de te foutre de ma gueule, Elijah, et réponds-moi sérieusement : pourquoi est-ce que tu veux trahir la mafia, après nous avoir trahi ? Tu cherches quoi ? La mort, les représailles, les règlements de compte ? C’est quoi ton problème au juste ? »

Je restais à le fixer sans rien dire. Je savais très bien qu'ils ne pourraient pas refuser ma proposition. Qu'est ce que l'avenir d'un homme pouvait bien valoir, comparé à l'idée de faire tomber tout un réseau de trafiquants de la ville. La criminalité dans la ville allait tomber en flèche quand ils seraient tous en prison. Alors qu'est ce que le procureur pouvait avoir à foutre de mettre en prison un ex flic, quand il pouvait les avoir en échange.

Et je savais très bien ce que cela voudrait dire pour moi. Je serais l'ennemi public numéro un après ça aux yeux de la mafia. Ma tête serait mise à prix dans le milieu. Je ne pourrais pas compter sur l'aide des flics pour me protéger. Ils avaient pratiquement autant envie que les mafieux de me tuer. Je savais ce que je faisais en agissant ainsi mais je savais aussi que ça semblait complètement illogique aux yeux de Nolan.

« Elijah, tu connais les risques, n’est-ce pas ? Tu t’es mis quasiment tous les flics à dos, bordel. Tu as des ennemis partout, dans ce commissariat, et maintenant, tu veux te mettre à dos les seules personnes qui te protègent encore ? »

Oui je les connaissais. J'en avais parfaitement conscience avant de venir dans ce commissariat. J'y étais préparé et je ne le regrettais pas un seul instant. J'espérais juste avoir le temps de témoigner pour les faire tomber avant qu'ils ne parviennent à me tuer. Je préparais tout ça depuis des années. Ce n'était pas maintenant alors que je touchais au but que j'allais tout arrêter.

« Tu vas te faire tuer, Elijah. Ils t’en veulent tous, ici, et la mafia ne tardera pas à comprendre ce que tu es en train de faire. Tu veux vraiment prendre ce risque ? »

Je continuais de le fixer sans rien dire pendant un instant. Sans bouger de ma place je finis par lui répondre.

- Je veux voir le procureur.... maintenant si tu n'as rien de mieux à faire que de me rabattre les oreilles avec ce que je sais déjà, tu peux partir. Je vais attendre le procureur ici et je ne lui parlerai qu'à lui.

Je le fixais mais ne fit pas mine de vouloir parler davantage. Je n'avais aucune intention de parler avec lui. J'avais mes raisons pour faire tout ça et je ne voulais pas qu'il le sache. Ca ne le regardait pas. Je les avais peut être tous trahi mais j'avais eu mes raisons et je n'avais aucun regrets. Même si j'avais tout perdu, à commencer par l'homme que j'aimais, que la moitié de ma ville voulait ma mort, je ne regrettais rien.

- Et si c'était possible j'aimerais bien avoir un café et une clope pour patienter en attendant qu'il arrive.

Je lui souriais ironiquement. Je doutais qu'il m'apporte ce que je voulais mais j'avais envie de le faire un peu chier, le taquiner comme au bon vieux temps.


Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
BELLOW
Féminin MESSAGES : 30
INSCRIPTION : 22/10/2018
CRÉDITS : ava (tumblr)

UNIVERS FÉTICHE : J'aime à peu près tous les types de RPG.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2473-who-am-i-bellow http://www.letempsdunrp.com/t2476-la-bellowsphere-bellow
Limace



Nolan
Kavanagh

J'ai 33 ans et je vis à Miami, Etats-Unis. Dans la vie, je suis inspecteur de police et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis séparé de l'homme que j'aime parce qu'il m'a trahi et je le vis plutôt mal.

A l’âge de vingt-deux ans, je termine ma formation en école de police, et intègre la police de Miami dans le but de maintenir la sécurité dans ma ville natale, après avoir subit un cambriolage étant plus jeune. J’ai toujours grandement aimé ce métier, et bien que ma mère aurait préféré me voir chirurgien, ou banquier, j’ai préféré l’action à l’ennui.
Rapidement, je gravis les échelons et, à l’âge de vingt-quatre ans, je deviens inspecteur de police. On me met en binôme avec un nouveau partenaire du nom d’Elijah Reynolds. Peu après notre rencontre, nous devenons amis ; mais cette amitié ne stagnera pas, et nous conduira directement vers une relation amoureuse, bien que nous soyons contraints de la cacher puisque cela est interdit.
A vingt-six ans, et ensemble, nous poursuivons une affaire à propos d’un trafic local, mais ce dossier n’avance pas et est démoralisant.Toutefois, nous mettons en place une opération de grande envergure pour faire tomber le trafic local. Cette opération se déroulera très mal puisqu’elle sera démontée de l’intérieur par Elijah : il me trahit en ayant rejoint la mafia. Sans doute a-t-il trouvé mieux ! Depuis ce jour, je cherche constamment à le retrouver pour pouvoir l’arrêter et comprendre pourquoi il a fait ça, bien que je n’y arrive pas.



Matthew Daddario ©️ 2981 12289 0


Jusqu’au bout, tandis que je terminais mon long monologue, entrecoupé de quelques pauses de réflexion, il restait là à me fixer sans même rien dire, sans prendre la peine de commenter quoique ce soit, sans… sans rien dire, voilà tout. Il ne bougeait pas de sa place, ne tiquait à rien, rien du tout ne semblait le déranger. Qu’il aille en prison, qu’il se fasse tuer, j’avais comme l’impression que tout lui était indifférent ; tout ce qui comptait pour lui, était que j’appelle le procureur. Juste ça, rien que ça. Il me le fit remarquer, par ailleurs, en me déclarant vouloir voir le procureur, me disant même que si je n’avais rien de mieux à faire que de lui rabattre les oreilles avec ce qu’il savait déjà, je pouvais partir. Il attendrait le procureur ici, et ne parlerait qu’à lui. Un sourire énervé s’afficha sur mes lèvres ; bien, s’il veut tant voir son cher procureur, je le contacterai dès ma sortie de cette salle d’interrogatoire.

Avant que je ne dise autre chose, il me sourit ironiquement et me fit part d’une envie de café et de clope en patientant, en attendant que le procureur ne daigne bouger ses vieilles fesses jusqu’ici pour le voir et écouter tout ce qu’il avait à lui dire. Bien. Qu’il se le garde, son sourire empli d’ironie, je ne le supportais plus aujourd’hui. Je me levais silencieusement de ma chaise, et le toisais de toute ma hauteur, avant finalement de regarder le plafond, me racler la gorge, et l’observer de nouveau.

« J’appelle le procureur. De toute manière, je me fiche pas mal de ce qui arrivera. Tout ce qui m’importe, c’est que la mafia tombe. »

Quelle malhonnêteté. J’aurai aimé que nous nous retrouvions dans d’une situation bien différente, mais la réalité était là, et je ne pouvais pas m’accrocher à mes espoirs vains et détruits par tout ce temps attendu, et gâché par mes recherches. Je n’avais plus envie de me battre continuellement contre lui. Je l’aimais à en mourir, oui, mais s’il ne voulait pas de moi, je n’y voyais plus d’inconvénient. Enfin. Si, mais je m’y habituerai, n’est-ce pas ? Je me dirigeais vers la porte de la salle d’interrogatoire, et, avant de l’ouvrir, je lâchais ces quelques mots :

« Même si je t’en veux pour tout ce que tu as fait… merci d’être encore en vie. »

Oui. C’était cela. Tout ce qui comptait réellement, c’était qu’il soit encore en vie, malgré tout ce qui s’était passé. Je n’aurai pas pu imaginer une seule seconde l’annonce de sa mort ; que ce soit un flic qui l’ait tué, ou un mafieux pour divers règlements de compte, ça m’aurait été insupportable. Je ne l’aurai pas supporté, en effet, et je ne sais même pas comment j’aurai pu tenir jusque là, en le sachant mort. Alors, je franchissais la porte, dégainant mon téléphone portable afin de contacter aussitôt le procureur. Deux agents de police surveillaient, en compagnie d’un apprenti. Je me retournais vers l’apprenti, et lui dis :

« Apporte du café à Reynolds.
Du… café ? Au… au prisonnier, Inspecteur ? me demanda-t-il, peu sûr d’avoir réellement compris ma requête.
Oui, tu sais, le café immonde qu’il y a ici, au commissariat. Allez, dépêche-toi, avant que le procureur n’arrive. Mais interdiction de lui filer autre chose que du café.
Bien Monsieur ! »

Le petit partit chercher du café, et je me rendais dans la salle en face de la salle d’interrogatoire afin d’avoir une vision absolue d’Elijah. Je n’avais pas envie de louper la moindre miette de ses réactions —j’avais trop peur qu’il s’échappe, alors qu’il était enfin là, pour de vrai. Je contactais le procureur, et il me répondit aussitôt, me disant en première chose qu’il avait appris pour la venue d’Elijah. Je lui demandais donc de se rendre au commissariat —le détenu ne voulait parler qu’à lui. Il avait un marché à lui proposer. Ainsi, j’appris que le procureur était en chemin, il se dépêchait —faire tomber la mafia, du moins en avoir l’opportunité, devait sans doute être l’unique raison de sa survie dans ce monde pourri. Et moi, après avoir raccroché, j’attendais.



Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Game Over
MESSAGES : 295
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur
Flash



Elijah Reynolds
J'ai 33 ans et je vis à Miami, Floride, Etats Unis. Dans la vie, je suis un ex flic, bras droit du grand chef de la mafia locale et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis séparé de l'homme que j'aime et je le vis plutôt mal.

22ans, l'école de police terminée il rejoint la police de Miami, son rêve depuis ton gamin, pouvoir suivre les traces de son père. Il n'est plus, mort en service, sa femme l'a suivi quand Elijah n'avait que dix huit. Mais il espère pouvoir les rendre fier de lui.
24ans, il a gravi les échelons. Il est maintenant inspecteur et a un nouveau partenaire, un certain Nolan. Quelques mois plus tard leur amitié a évolué vers quelque chose de plus fort. Il l'aime. Il serait prêt à mourir pour lui. Mais leur histoire doit rester secrète. On ne sort pas entre collègues, encore moins entre équipiers.
26ans, leur enquête sur le trafic local avance mal. Ils pataugent, n'arrivant pas à trouver des preuves suffisantes. Pourtant ils vont mettre en place une opération de grande envergure pour les faire tomber. Mais quelques jours avant il se fait approcher par le chef, qui lui fait une offre qu'il ne peut refuser. Il trahit ce jour là son équipier, faisant échouer toute l'opération. A partir de ce jour il quitte la police pour devenir bras droit du chef à plein temps.


Dane DeHaan ©️ Fayrell

Je ne voulais pas lui parler, surtout pas. Moins je le voyais et plus c'était facile pour moi. Si je le fréquentais trop il n'allait cesser de me harceler pour savoir. Pourquoi j'étais parti? Pourquoi je l'avais trahi? Et puis d'autres questions plus douloureuses. Est ce que je l'avais déjà vraiment aimé? Est ce que je ne m'étais pas foutu de lui depuis le début? Toutes ces questions dont je ne voulais pas parler. Il n'aimerait pas la réponse de toute façon. Ou alors il ne les croirait pas. Ou un peu des deux peut être...

« J’appelle le procureur. De toute manière, je me fiche pas mal de ce qui arrivera. Tout ce qui m’importe, c’est que la mafia tombe. »

Je ne répondis pas. De toute façon je ne lui dirais rien de ce qu'il voulait savoir. Faire tomber la mafia c'était tout ce qui m'importait à moi aussi. Je m'étais résigné à le perdre en les trahissant ce jour là. Le reste n'avait plus aucune importance. Je le laissais partir rester sur ma chaise sans rien faire de plus. J'attendais le procureur pour discuter de mon cas. Je ne parlerais à personne d'autre. C'était le seul à pouvoir me donner l'immunité. Je n'avais pas envie de perdre mon temps à répéter sans cesse la même chose. De toute façon, j'étais certain qu'ils seraient tous entassés derrière la vitre pour entendre ce que j'avais à dire.

« Même si je t’en veux pour tout ce que tu as fait… merci d’être encore en vie. »

Je détournais la tête sans rien dire alors qu'il partait. Qu'est ce que j'aurais pu dire de toute façon? Ca me touchait mais je préférais ne pas penser à tout ça. Ca faisait vraiment beaucoup trop mal.

Je restais un moment seul dans la salle avant qu'un stagiaire ne vienne m'apporter un café. Je le remerciais avant de gouter une gorgée. Je grimaçais avant de rire légèrement.

- Ce café est toujours aussi immonde...

Il me regardait d'un drôle d'air ce con de stagiaire. Comme si j'étais un fou dangereux qui pourrait se jeter sur lui à tout moment pour l'étriper. Putain mais il avait jamais vu de criminel ce con de gamin. Je le fixais un moment, lui jetant un regard noir qui le fit déguerpir rapidement. Pitoyable... et dire que ça voulait être flic ça.

J'attendis un moment seul dans ma salle avant que le procureur ne finisse par arriver. Il était arrivé rapidement, plus que ce que je croyais. A croire que ma venue était vraiment un événement qu'ils ne voulaient pas louper. Il arriva et entra directement dans le vif du sujet, me demandant ce que j'avais à lui proposer. Je faisais un petit signe de tête vers ma sacoche qu'il avait avec lui.

- Tout est là dedans... ça plus mon témoignage et vous pourrez tous les faire tomber. Mais avant je veux votre promesse que j'aurais l'immunité. Si je vous aide.... il est hors de question que je mette les pieds dans une cellule.

"Vous avez ma parole. J'ai déjà discuté avec le juge en venant et j'ai son accord. Mais j'ai besoin de savoir si ce que vous avez vaut vraiment le coup."

Je souris avant de me pencher et d'ouvrir la chemise contenant tous mes papiers. Je commençais à tout déballer. Je montrais les photos des différents membres du réseau. J'expliquais leur rôle et les différents crimes dans lesquels ils étaient impliqués. J'avais des photos les montrant entrain de distribuer des pots de vin, des documents que j'avais volé montrant les trafics dans lesquels ils étaient impliqués. Je racontais aussi tout ce dont j'avais été témoin et dont j'étais prêt à témoigner sous serment.

Il me fallut plus d'une heure pour raconter tout ça et pendant ce temps le procureur prenait des notes, semblant ne pas croire à la chance qu'il avait. Tous ces événements dont il avait soupçonné l'existence sans jamais pouvoir les impliquer... je venais les confirmer et apporter les preuves qu'ils avaient bien commis ces crimes. C'était noel avant l'heure pour lui.

"Eh bien... vous n'aviez pas menti. Je vais aller voir le juge et je vais m'occuper de tout ça. Je vais essayer de faire le plus vite possible mais il faudra attendre au moins une ou deux semaines avant que le procès n'ait lieu. En attendant vous êtes vulnérable. Quand ils vont entendre parler de ce que vous avez fait. Ils vont vouloir vous tuer. Je vais placer en détention le temps de...

Je le coupais rapidement avant qu'il n'aille trop loin dans son discours.

- Pas de prison... pas même un jour. Sinon pas d'accord entre nous. Je ne balancerais rien contre eux. Tout ce que vous pourrez faire c'est m'inculper pour avoir trahi la police mais vous ne les aurez jamais à eux. Pas un jour de prison pour moi et vous les aurez.

"Bien... je vais vous mettre sous la protection des agents de police mais je vous préviens... je ne pense pas qu'ils seront très enchanté par ce job."

Je haussais distraitement les épaules.

- Je préfère ça que la prison.

Il se leva finalement et quitta la salle d'interrogatoire. Je ne doutais pas que les dits flics qui devraient me protéger aient tout entendu. Et j'étais certain que lui aussi avait tout entendu.

Il se retourna une fois arrivé à la porte et me fixa.

"Je peux vous poser une question? Pourquoi vous faites ça? Pourquoi vous nous les livrez?"

Encore cette question... je sentais que j'allais l'entendre souvent d'ici la fin de ce procès.

- J'ai mes raisons... et le fait de vous les donner ne fait pas partie de notre accord. Je vous les livre. Estimez vous heureux et n'allez pas chercher plus loin.

Il soupira et sortit de la pièce, me laissant à nouveau seul.




Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
BELLOW
Féminin MESSAGES : 30
INSCRIPTION : 22/10/2018
CRÉDITS : ava (tumblr)

UNIVERS FÉTICHE : J'aime à peu près tous les types de RPG.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2473-who-am-i-bellow http://www.letempsdunrp.com/t2476-la-bellowsphere-bellow
Limace



Nolan
Kavanagh

J'ai 33 ans et je vis à Miami, Etats-Unis. Dans la vie, je suis inspecteur de police et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis séparé de l'homme que j'aime parce qu'il m'a trahi et je le vis plutôt mal.

A l’âge de vingt-deux ans, je termine ma formation en école de police, et intègre la police de Miami dans le but de maintenir la sécurité dans ma ville natale, après avoir subit un cambriolage étant plus jeune. J’ai toujours grandement aimé ce métier, et bien que ma mère aurait préféré me voir chirurgien, ou banquier, j’ai préféré l’action à l’ennui.
Rapidement, je gravis les échelons et, à l’âge de vingt-quatre ans, je deviens inspecteur de police. On me met en binôme avec un nouveau partenaire du nom d’Elijah Reynolds. Peu après notre rencontre, nous devenons amis ; mais cette amitié ne stagnera pas, et nous conduira directement vers une relation amoureuse, bien que nous soyons contraints de la cacher puisque cela est interdit.
A vingt-six ans, et ensemble, nous poursuivons une affaire à propos d’un trafic local, mais ce dossier n’avance pas et est démoralisant.Toutefois, nous mettons en place une opération de grande envergure pour faire tomber le trafic local. Cette opération se déroulera très mal puisqu’elle sera démontée de l’intérieur par Elijah : il me trahit en ayant rejoint la mafia. Sans doute a-t-il trouvé mieux ! Depuis ce jour, je cherche constamment à le retrouver pour pouvoir l’arrêter et comprendre pourquoi il a fait ça, bien que je n’y arrive pas.



Matthew Daddario ©️ 2981 12289 0


A peine le procureur était-il entré dans cette salle d’interrogatoire qu’il fonçait dans le vif du sujet, sans prendre la peine de parler inutilement de choses futiles, ce qui avait le don de le rendre plus professionnel que moi, précédemment ; je l’admettais, j’avais manqué de beaucoup de sang-froid et de professionnalisme, mais je me rattraperai une prochaine fois. S’il y en avait une, du moins. Elijah répondait donc à l’interrogation du procureur, vis-à-vis du marché qu’il souhaitait passer ; selon ce que j’entendais, il n’avait aucunement l’intention de séjourner en cellule, peu importe si la durée aurait été courte ou non.

Tout en continuant d’écouter, un collègue s’approcha de moi, se racla la gorge et attendit quelques secondes avant de s’adresser à moi. Ce type, Elijah et moi le connaissions très bien. Il se prénommait Mario, et était un agent de police tout ce qu’il y avait de plus banal, et de plus respectueux. C’était même lui qui était venu me voir pour m’annoncer la nouvelle de son retour parmi nous —enfin, de son arrestation, pour le coup. Il me paraissait quelque peu embarrassé à l’idée de me parler, alors je brisais ce silence pesant entre nous deux, bien qu’en refusant de le regarder.

« Le procureur doit vraiment être heureux ; c’est la chance de sa vie. Débutais-je.
Oui. Tu sais, je suis vraiment désolé que tu aies à retrouver Elijah de cette façon. Vous étiez tellement proches. »

Proches, oui. Mais pas dans le sens dans lequel il l’imaginait. Personne ne savait pour nous deux, et tous pensaient à une simple relation de partenaire, un excellent binôme qui se connaissait et oeuvrait ensemble sans se mentir. En bref, une bonne entente entre inspecteurs. Sauf que c’en était tout autre. Nous sortions ensemble, et, du moins c’était ce que je pensais, nous nous aimions. Lui, est-ce qu’il m’avait vraiment aimé ? Ça, je n’en savais rien. Mais il m’avait trahi, et je lui en voulais parce que je ne comprenais pas ses raisons, et je ne comprenais pas même pourquoi il décidait de trahir maintenant la mafia, elle seule pour qui il m’avait abandonné aussi lâchement et vulgairement. Quoi ? Je ne valais rien pour lui ? Je n’avais été qu’une distraction pendant ses petites années de service au sein de la police.

A repenser à tout cela, je soupirais de désespoir. Mario m’entendit soupirer, puisqu’il me lança un drôle de regard navré, du style “je suis désolé mon pote, mais fallait bien qu’un jour ça te tombe dessus !”. Ouais, ce devait être ça. J’avais été malchanceux, sans doute. Toutefois, il reprit la parole.

« Nolan. Je tournais la tête pour enfin le regarder, et il poursuivait : Elijah et toi pouvez compter sur moi. Je ne vous abandonnerai pas, d’accord ? Je sais qu’Elijah nous a trahi, mais, c’était un bon gars avant, et il était toujours sympa avec moi, alors… si je peux faire quoique ce soit, n’hésite pas.
Merci, Mario. »

Woah. Quel culot, tout de même. Mario qui se rebellait contre ses confrères ? J’aurai tout vu, dans ce putain de commissariat ; entre Elijah qui me trahit, et lui qui a l’intention de nous soutenir, aucun… attendez. Pourquoi est-ce que je soutiendrai Elijah ? Je n’eus pas le temps de rappeler à Mario que je comptais privilégier mon rôle d’inspecteur à celui de “partenaire”, qu’il s’en alla directement.

La décision était maintenant prise. Elijah Reynolds devrait être mis sous la protection d’une escorte de policiers durant une à deux semaines, le temps que le procès se mette en place et qu’ils recueillent toutes les informations. Je sentais que rien n’était encore terminé, et, j’avais bien l’intention de faire parti de cette protection rapprochée. Au moins pour comprendre les raisons de tout ce cirque, pas vrai Elijah ?



Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Game Over
MESSAGES : 295
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur
Flash



Elijah Reynolds
J'ai 33 ans et je vis à Miami, Floride, Etats Unis. Dans la vie, je suis un ex flic, bras droit du grand chef de la mafia locale et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis séparé de l'homme que j'aime et je le vis plutôt mal.

22ans, l'école de police terminée il rejoint la police de Miami, son rêve depuis ton gamin, pouvoir suivre les traces de son père. Il n'est plus, mort en service, sa femme l'a suivi quand Elijah n'avait que dix huit. Mais il espère pouvoir les rendre fier de lui.
24ans, il a gravi les échelons. Il est maintenant inspecteur et a un nouveau partenaire, un certain Nolan. Quelques mois plus tard leur amitié a évolué vers quelque chose de plus fort. Il l'aime. Il serait prêt à mourir pour lui. Mais leur histoire doit rester secrète. On ne sort pas entre collègues, encore moins entre équipiers.
26ans, leur enquête sur le trafic local avance mal. Ils pataugent, n'arrivant pas à trouver des preuves suffisantes. Pourtant ils vont mettre en place une opération de grande envergure pour les faire tomber. Mais quelques jours avant il se fait approcher par le chef, qui lui fait une offre qu'il ne peut refuser. Il trahit ce jour là son équipier, faisant échouer toute l'opération. A partir de ce jour il quitte la police pour devenir bras droit du chef à plein temps.


Dane DeHaan ©️ Fayrell

J'attendais ce qui me semblait être des heures dans cette salle d'interrogatoire. J'en avais marre. Je commençais à avoir sérieusement faim. Je n'avais avalé que du café depuis que je m'étais levé. J'étais beaucoup trop stressé pour réussir à avaler quoi que ce soit. Et maintenant...? Maintenant je me sentais juste vide. J'avais fait de que je préparais depuis des mois. J'avais commencé à témoigner. Je n'avais plus rien à faire qu'à me laisser porter par tout le reste. Attendre... témoigner.... puis recommencer une nouvelle vie quelque part, loin d'ici. Une petite vie normale dans le programme de protection des témoins. Une vie loin d'ici et surtout loin de lui. Je n'avais plus rien à faire à part attendre. Et je commençais déjà en avoir marre d'attendre.

En plus j'avais envie de pisser. Je n'aurais pas du avaler ces trois cafés avant de venir, plus celui que j'avais bu depuis que j'étais arrivé. J'avais la vessie sur le point d'exploser surtout que ces abrutis ne m'avaient pas laissé sortir. J'aurais pu les faire chier et aller pisser contre un des murs de la salle mais ils m'avaient menotté à ma chaise. J'étais coincé, je ne pouvais pas bouger. Et ces abrutis commençaient vraiment à trop se faire désirer. J'étais même sur qu'il y en avait encore de planquer derrière la vitre à me mater, à voir comment j'allais agir maintenant que j'étais seul.

Alors je fini par craquer.

- Eh!! Les voyeurs!!! Si au lieu de continuer à me mater y'en avais un de vous qui pouvait m'amener pisser ça serait sympa. Et si je pouvais avoir à manger en plus ça serait super.

Non parce qu'il fallait pas se mentir, j'en avais vraiment marre là pour le coup. Mes cris avaient du faire effet finalement car quelques minutes plus tard la porte de la salle s'ouvrit sur mon ex.

- Ah quand même... tu viens m'amener pisser? Et tu vas me détacher aussi quand même. Promis je m'échapperais pas. Je me suis rendu après tout. Puis j'ai pas trop envie de te demander de me la tenir...

Je continuais de lui sortir mon sourire ironique, attendant de voir s'il réagirait. Qu'il s'énerve ce n'était qu'un bonus. J'avais vraiment envie d'aller pisser putain.



Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
 
 
Content de me voir? [ft. Bellow]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» demyan × j'ai cru voir un fantôme. (terminé)
» Veut voir Abdel mais tomber sur Nirina (Pv elle)
» site pas mal pour voir des films en direct ^^
» reportage de grand voir vient voir c est beau ..............
» Un des plus beaux gargant qu'il m'ait été donne de voir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: