Partagez | 
 
 
 

 You said Powers ? [EvieLeigh&Babydoll]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
avatar
EvieLeigh
Féminin MESSAGES : 27
INSCRIPTION : 19/10/2018
ÂGE : 20
RÉGION : France, Auvergne
CRÉDITS : JoeysGrl

UNIVERS FÉTICHE : City/Vie réelle/Universitaire.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Limace


Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Nous sommes dans une école de redressement pour enfants déviants à leurs natures démoniaque ou angélique. Nathaniel, fils du bras droit de Lucifer est un enfant rebelle refusant de se soumettre. Il s'est donc vu envoyé dans cette école. Il y a rencontré Liz, ange déchue, avec laquelle il s'est lié, d'une relation forte, et secrète. Tout deux cherchent à se sortir de cet endroit.

Contexte provenant de cette [url=LIEN]recherche[/url]
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
EvieLeigh
Féminin MESSAGES : 27
INSCRIPTION : 19/10/2018
ÂGE : 20
RÉGION : France, Auvergne
CRÉDITS : JoeysGrl

UNIVERS FÉTICHE : City/Vie réelle/Universitaire.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Limace



Nathaniel Blake
J'ai 23 ans et je vis à Wisseltown, USA. Dans la vie, je suis piégé ans une école qui cherche à me changer et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple avec Liz et je le vis plutôt très très bien.


©️Resless


On vit, on meurt, c’est ainsi que la vie est faite, normalement. On est sensé vivre quoi, une centaine d’année sur Terre , puis mourir, et à jamais disparaître de l’enceinte du globe terrestre. Mais chez les démons, ça ne se passe pas comme ça. On grandi, on atteint notre âge de maturité, et puis, on ère comme ça, destinés à rendre la vie des gens, un peu plus mauvaises. On est destinés à faire le mal, destiné à semer le trouble et la pagaille. Mais Nathaniel, lui, il avait décidé qu’il ne serait pas comme son père. Bras droit de Lucifer, il devait élever son fils en bon démon, à gérer ses pouvoir, à user de ses charmes pour séduire et détruire. Les démons étaient des être diaboliquement beaux, doté d’une attitude, et d’un physique, qui ferait tomber n’importe qui. Nathaniel était un jeune démon absolument magnifique, doté d’un grand talent, et d’une immensité de pouvoir. On pouvait même penser qu’il avait été enfanté de Lucifer, tant le garçon était puissant. Mais sa puissance, n’avait d’égal que son envie de liberté, et son besoin, de ne pas être qu’un être de noirceur. Il avait dit non plusieurs fois Nathaniel. Il avait longtemps tenu tête à son père, et il avait eu l’audace, de tenir tête au Démon suprême. Qui l’eût cru ? Du haut de son jeune âge, il avait oser dire non. Il n’en avait pas fallu plus, pour qu’il se fasse botter les fesses, et envoyer sur Terre dans une école pour le redresser, et lui faire comprendre que sa vraie nature, l’oblige à faire le mal, et pas à être docilement rebelle. Il vivait maintenant en permanence, dans une école qui était sensé le convertir, en bon Démon.

L’école est pleine d’enfant déviants, désobéissants, qui ont fait bien du mal à leurs parents, en étant de vilains garnements. Des démons rebelles, des anges déchus, bref, ça grouillait de pouvoirs ici, et c’est souvent explosif dans cette école. C’était souvent source de rivalité, et de concours à qui est le plus puissant, puéril et enfantin si vous voulez mon avis. Nathaniel était là depuis un long moment déjà, et il avait rencontré Elizabeth, ou plutôt Liz. Liz, c’est une jeune femme qui a son petit caractère. Une main de fer dans un gant de velours. Elle est magnifique elle aussi. Elle est sensé être un ange. Elle est aussi sensé être la petite amie du garçon. Un ange déchu, et un démon. Hm, loin d’être bon tout ça. C’est le feu, entre eux. Ils sont aussi opposés qu’ils se ressemblent. Mais c’est une relation cachée. C’est pas recommandé de faire ça, sortir avec une personne ennemie à notre nature, mais que voulez-vous, Nathaniel c’était épris de la jeune ange, et on ne peux pas y faire grand-chose. Alors comme dit le dicton vivons heureux, vivons cachés. Nate et Liz savaient se faire discrets, et ne jamais montrer ouvertement leur relation, même s’il leur arrive parfois de se faire prendre. C’est comme ça qu’ils avaient retrouvés un deuxième couple, un peu comme eux. Eux aussi prévoyaient de s’en aller de cette école. Ils se voyaient souvent pour discuter de tout ça.

Ce soir Nathaniel devait retrouver Liz après le couvre-feu dans la cour arrière de l’école. Rebel vous avez dit ? C’est bien plus que ça. Après le repas, il avait rejoint sa chambre. Il s’était éclipsé discrètement habillé d’un jeans, et d’un pull noir, ses cheveux étaient plaqués en arrière et il rejoignait l’immense saule pleureur derrière l’école. Il distinguait au loin la jeune femme, et avait bien envie de se jouer un peu d’elle. Il utilise de son pouvoir pour se dissimuler, dans la pénombre. Il vient tourner autour d’elle, faisant voler ses cheveux, avant de la surprendre en l’embrassant rapidement. «  Bonsoir toi. » Il lui sourit, et se repose sur ses pieds, face à elle, un sourire en coin. « Tu es magnifique ce soir. Je t’emmènerais bien ailleurs. »

Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Babydoll
Féminin MESSAGES : 167
INSCRIPTION : 16/09/2018
ÂGE : 24
RÉGION : Bretagne
CRÉDITS : icon : pretty young thing

UNIVERS FÉTICHE : J'suis ouverte à toutes suggestions.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2343-beautiful-disaster#50561 http://www.letempsdunrp.com/t2348-venez-mes-mignons-a http://www.letempsdunrp.com/t2345-follow-me-into-the-darkness http://www.letempsdunrp.com/t2347-schyzophrenia-we-re-all-mad-here
Flash



Elisabeth "Liz" Jones
J'ai 23 ans et je vis à Wisseltown, USA. Dans la vie, je suis une ange déchue et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple avec Nate et je le vis très très très bien.

Liz possède plusieurs pouvoirs dû à son rang, tels que la guérison, la télékinésie et l'intelligence. Ainsi que deux autres que tous les anges ont en commun : la téléportation et l'invisibilité sauf que dans son cas, ils lui ont été retiré lorsqu'elle est devenue une ange déchue. Ces pouvoirs ne sont accessibles que lorsqu'ils font partis de la communauté, dans le cas contraire, ils leur sont retirés comme seconde punition. La première étant de les bannir du Paradis.


Barbara Palvin ©️ BLONDIE


« T'es convoquée par Gabriel, sérieusement ? » Ta meilleure amie te fixe avec ses grands yeux surpris, elle qui n'est jamais sortie du droit chemin, elle a du mal à concevoir que tu aies pu faire autrement. « T'as dû sacrément l'énerver. J't'avais dit de faire profil bas. Pourquoi tu ne m'écoutes jamais ? » Elle avale farouchement sa bouchée de gâteau au chocolat et tu tapes du poing sur la table, révoltée par autant d'ignorance. Ou dans son cas, d’œillères qu'elle a gardé depuis qu'elle est ici. Parce qu'avant, vous aussi vous étiez en bas et tu ne sais même pas ce que tu fous là. Qu'est-ce que tu accomplis au juste ? Ton protégé va très bien, il n'a aucun problème et tu n'as donc rien à faire. Alors que tu vois toute la détresse qui virevolte dans l'air et t'atteint de plein fouet. Sauf que tu n'es pas autorisée à t'occuper d'un autre que lui. Putain de conneries tout ça. « Ouvre les yeux ma vieille ! Tu crois faire des merveilles mais tout ceci n'est qu'une vaste mascarade, destinée à punir ou gracier ceux que notre Dieu-tout-puissant -et l'ironie se sent clairement dans ta voix- a lui-même créés pour quoi ? Le monde part en couille et on est sagement assis, là, à le regarder se détruire ! On ne fait rien ! » Trop intelligente pour ton propre bien. Et ils le savent tous là-haut. Tu es un danger pour l'équilibre établi au Paradis et ils vont devoir sévir. « Tu entends ce que tu dis ? » Elle jette des coups d’œil inquiet autour de vous puis reporte toute son attention sur toi. « Ôte-toi ces horreurs de la tête ! Notre but, c'est d'aider l'humanité et Dieu est bon, il n'est que bienveillance. Il ne peut pas intervenir à chaque fois qu'un humain agit de travers, ils doivent apprendre par eux-même. » D'un côté, tu sais qu'elle n'a pas tort mais tout ceci n'est qu'une partie visible de l'iceberg. Le reste, ce qui te dérange réellement, est caché bien en profondeur et puisque tu ne peux plus vivre dans ce mensonge constant, tu préfères autant montrer ton mécontentement et que tu ne seras plus leur gentil petit toutou. « Il manquerait plus que tu chies des cacas en forme de licornes et j'aurais plus de doutes quant à ton manque éloquent de discernement. Est-ce qu'on t'a fait un lavage du cerveau avant de venir ici ? » Et le sérieux de ta question contraste étrangement avec l'ironie débordant de tes propos juste avant. Johanna semble réellement touchée par tes paroles parce que ses yeux s'embuent de larmes et qu'elle fuit sans même prendre son plateau repas. Et la culpabilité t'étreint soudainement. Jo' a toujours été beaucoup trop sensible pour son propre bien. Et même si c'est une qualité que tu admires puisqu'elle t'est familière, c'est aussi un défaut qui se révèle mortel dans ce genre de conversation. Elle n'a pas la rage qui te pousse, envers et contre tous, à faire entendre ta voix. Alors, avant ton rendez-vous avec Gabriel, tu déposes un mot dans la chambre de ton amie pour t'excuser et lui faire tes adieux parce que t'es persuadée qu'ils ne vont pas sagement te laisser continuer à mettre à mal toutes les valeurs et les principes qu'ils vous inculquent depuis que tu es ici. Véritable petits pions qui agissez aveuglément aux ordres d'un Homme que vous avez entraperçu un jour pas comme les autres, mais qui vous est caché le reste du temps comme si il était un véritable ministre, trop occupé par sa fonction pour avoir ne serait-ce qu'une heure pour venir vous voir, vous montrer que derrière ses mots et ses actions, il n'y a pas que du vent. Et c'est assez drôle lorsque lui prône l'unicité et la protection, la communication et l'écoute lorsque ce dernier n'est même pas présent pour les gens qui le servent. Un beau matin, t'as décidé d'arrêter d'être le mouton qu'ils attendaient que tu sois. Tu t'es rebellée et tu es sur le point d'être punie pour tes actions. Ce n'est pas comme si tu t'étais rendue coupable de meurtre non plus mais tu doutes que vous auriez cette conversation si tel avait été le cas. Cependant, tu as osé protester, osé remettre en cause ton créateur, osé te révolter, osé chambouler -ne serait-ce qu'un peu- votre société. Pourtant, tu n'es pas la seule qui ne souhaite plus entrer dans le moule, il y a déjà eu des cas comme le tien et ils ont tous mystérieusement disparus. Parce qu'on ne vous dit pas où ils les envoient. Des rumeurs circulent comme quoi ils seraient allés en Enfer, d'autre qu'on les a bannis du Paradis et que leurs âmes sont condamnés à vagabonder sans but précis pour l'éternité sans possibilité d'obtenir une quelconque rédemption, d'autres plus rares font mention d'une école pour les êtres dits « déviants ». Et tu préfères croire cette troisième hypothèse plutôt que les deux autres pourris imaginés par des esprits terrifiés par le châtiment divin. Même si Dieu a perdu ton estime alors qu'il est censé être la personne que tu adules le plus, tu sais qu'il n'a pas tous les droits sinon la notion du Bien et du Mal comme il l'entend n'aurait vraiment plus aucun sens. Pour toi, elle n'en a jamais eu. Tout ne peut pas être noir ou blanc, un être ne peut pas être foncièrement mauvais mais puisque ce sont ses actions qui sont jugées et condamnées, on a tendance à oublier la bonté dont il a pu faire preuve avant de disjoncter et cette injustice criante, tu ne peux plus l'ignorer. Te voilà donc prête à recevoir ta sentence, pas le moins du monde effrayée par le jugement qu'il t'a réservé. « Tu étais si prometteuse pourtant mais je suis sûr et certain qu'ils sauront te remettre sur le droit chemin, Elisabeth. Tes bagages sont déjà prêts et envoyés à l'heure où nous parlons. Ta sentence est immédiate et sans appel, tu iras à l'école de Wesseltown pour apprendre à être un bon ange à nouveau. Et je ne doute pas que tu nous reviendras très vite. Ce n'est qu'un moment d'égarement. Voilà ta première punition. La seconde, la voici. » Gabriel se lève et te surplombe de toute sa hauteur, il contourne son bureau et se poste devant toi tandis que tu l'observes un poil agacée par le discours qu'il tient et le fait non négligeable qu'il continue de t'appeler Elisabeth, vestige d'un passé que tu désires oublier, préférant le diminutif de Liz, un renouveau dont tu as crucialement besoin. Et en plus, il pense que t'envoyer là-bas en essayant de guérir quelque chose qui ne peut l'être par la manière forte va te calmer. Il se met le doigt dans l’œil. Ses mains se posent de part et d'autre de ta tête et bien que le contact de ses doigts sur ta peau te dérangent, tu ne peux t'y soustraire. Tu sens que quelque chose se passe en toi, on t'enlève le statut d'ange clairement et simplement. Il te relâche enfin et il reprend sa place tandis que tu clignes des yeux, pas vraiment certaine de ce qui vient de se passer. « Comme tu as dû le sentir, j'ai enlevé deux de tes pouvoirs. Ceux qui te donnent le statut d'ange gardien et qui sont les emblèmes de notre communauté. Et si tu ne me crois pas, tu peux essayer de te téléporter ou te rendre invisible. Tu verras malheureusement que tu en es incapable. Mais c'est une juste punition pour ton mauvais comportement. Nous ne tolérons pas ce genre de conduite et tu le sais pertinemment. » Tandis qu'il parle, tu tentes d'avoir recours aux deux pouvoirs qu'il t'a injustement retiré pour bel et bien t'apercevoir que tu ne peux plus les utiliser. Et c'est tellement frustrant. Les flammes de ta colère dansent dangereusement dans ton regard tandis qu'un sourire narquois se dessine sur le faciès de Gabriel. « Trop intelligente pour son propre bien. » Il claque des doigts et lorsque tu ouvres les yeux, tu te retrouves dans une chambre avec tes bagages posés soigneusement sur le sol. L'école était donc loin d'être un mythe et bien qu'il en ait fait mention dans son speech, tu attendais de la voir de tes propres yeux pour y croire réellement. Lentement mais sûrement, tu t'appropries les lieux et découvres ce que tu ne pensais jamais trouver : une âme sœur. Et pas n'importe laquelle, non. Un démon au doux nom de Nathaniel. Tu ne peux expliquer le lien qui vous unit mais il est puissant et fusionnel, tellement qu'il passe bien avant tous les autres. Et forcément, votre relation étant vivement interdite, il vous faut vous cacher. Les punitions ne sont pas non plus très sévères, malgré tout les professeurs et la directrice s'attachent à leurs élèves, mais on vous empêche de vous voir pendant toute une semaine et votre surveillance est doublement accrue, ce qui vous laisse quasiment dans l'impossibilité de vous retrouver. Mais grâce à vos sorties nocturnes non autorisées, vous aviez rencontré un autre couple dans votre cas et étiez devenus particulièrement proches des deux tourtereaux avec qui vous aviez des projets d'évasion sans trop savoir encore comment ni où vous iriez dans le cas où vous arriveriez à vous échapper de là. Mais, en attendant, et puisque vous êtes deux rebelles dans l'âme, vous avez rendez-vous cette fois-ci dans la cour arrière de l'école. Autant varier les endroits de vos rencontres nocturnes, ça évitait tout moyen de vous surprendre puisque vous n'aviez -à proprement parlé- pas de coins précis pour vos retrouvailles. Sauf que ceci allait bientôt changer. Ce bâtiment date de plusieurs centaines d'années et après de longues recherches, t'as enfin pu trouver ce que tu cherchais. Une pièce qui n'apparaît pas sur les plans et qui pourrait vous servir de repère. Impatiente de le revoir, tu attends en faisant les cent pas lorsqu'une brise vient soulever tes cheveux et chatouiller agréablement ta peau. Et tu sais que mère nature n'a rien à voir là-dedans. « Nate.. ? » Tu souffles, incertaine avant que ses lèvres ne s'emparent furtivement des tiennes et qu'il t'apparaisse subitement, ton palpitant s'emballant furieusement. « Bonsoir toi. Tu es magnifique ce soir. Je t'emmènerai bien ailleurs. » Tu fais une petite moue et lui tapote, gentiment, le nez, tes lippes se tordant finalement dans un sourire que tu ne peux contenir plus longtemps. « Bonsoir. T'as de la chance d'avoir toujours les bons mots aux bons moments mais ça ne te sauvera pas tout le temps. » Tu réduis rapidement la distance qui vous sépare encore et enroule ses bras autour de sa nuque, posant ton front contre le sien. « J'ai une surprise pour toi. » Une lueur de malice apparaît dans ton regard et c'est à ton tour de lui voler un baiser avant de l'attraper par la main et l'entraîner à ta suite, en faisant bien attention d'emprunter des raccourcis que très peu d'élèves et professeurs compris, connaissent. Le passage le plus difficile est celui qui mène à côté des dortoirs, il y a toujours un garde qui veille mais tu ne peux contourner ce couloir comme vous le faîtes, d'habitude, pour sortir sans être vus. C'est la seule difficulté notoire de votre parcours. « Fais-moi confiance. » Tu murmures à son oreille avant de franchir avec brio le seul et unique obstacle qui vous empêchait de rejoindre votre destination. Tu t'assures tout de même que vous n'avez pas été suivis avant de faire apparaître une porte à l'aide d'un code secret composé des éléments qui sont au mur. Soudain, vous faîtes irruption dans une sorte de salon, ressemblant -dans un style un peu plus vieillot- à ceux qui sont à votre disposition lorsque vous n'êtes pas en cours. « Tadaaaah ! » Tu le relâches et le laisse faire le tour du propriétaire, sautillant presque sur place. « Ici, on pourra faire ce qu'on veut et mettre au point un plan infaillible pour se barrer d'ici ! Et on pourra se retrouver tous les quatre sans éveiller les soupçons. Mais surtout, on pourra se retrouver tranquille tous les deux. Rien que tous les deux. » Tu t'approches d'un mur au fond de la pièce qui s'ouvre sur une chambre dans laquelle tu l'attends. Visiblement, ceux qui ont rendu invisible cet endroit devait eux aussi avoir leurs petits secrets et ne souhaitaient pas qu'ils soient découverts, tant mieux pour vous si ça pouvait vous permettre de vous retrouver plus facilement, tu n'allais pas cracher dessus. « Qu'est-ce que tu en penses ? » Tu te mordilles la lèvre tandis que tu poses tes fesses sur le lit, plutôt moelleux, qui trône au centre de la chambre. Tu ne le quitte pas des yeux, espérant que ta surprise lui fasse plaisir. Il représente énormément pour toi Nate, énormément. Et tes iris tapis d'étoiles, aussi brillantes que celles des astres dans le ciel, lorsque tu poses ton regard sur lui, ne peuvent que témoigner de ce que ton cœur crie à travers tes gestes et tes émotions.
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
 
 
You said Powers ? [EvieLeigh&Babydoll]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « Ne pense plus à ça, Babydoll. Danse. » [Mary-Elizabeth Carter & Ruby White]
» Mam'zelle vous avez une bien belle façade. ~
» Citations de vos films préférés.
» Alex Blackwell ft. Matt Lanter. ( Un jour, les Power Rangers ont combattu Chuck Norris. Depuis, on les appelle les Teletubbies. )
» D6 Powers - documents et règles maison

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers fantasy :: Surnaturel-
Sauter vers: