Partagez
 
 
 

 Outrunning Karma | &weaslove

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
Sha
Sha
MESSAGES : 304
INSCRIPTION : 24/03/2017
ÂGE : 27
RÉGION : Sarthe, Le Mans.
CRÉDITS : Moi-même.

UNIVERS FÉTICHE : Sadique polyvalente.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Flash

Outrunning Karma | &weaslove Empty


Allistar Ward
J'ai 17 ans ans et je vis à Siloth, Angleterre. Dans la vie, je suis en 7ème année à Serpentard, à Poudlard. Mon sang est pure. Sinon, grâce à ma malchance, je suis bientôt marié à une jeune femme que je ne connais pas et ne veut pas connaître.




Mémo

Dialogue : #232169

La famille Ward est horriblement endettée depuis que Aloysius Ward, son grand-père, a été pris par la fièvre des jeux et a tout perdu. ⟩ Allistar souffre énormément du manque d'argent de sa famille. C'est un soucis aussi dans ses relations avec les autres. Il se sent souvent inférieur, diminué, alors il compense et cherche à les écraser en retour. ⟩ Il est le premier de la promotion de Poudlard et semble promis à une grande carrière au sein du Ministère. ⟩  Il n'a pas de véritables amis, parce que les autres l'imaginent inaccessibles, parce qu'il a peur d'être trahi. ⟩ Il est fils unique parce que ses parents ne pouvaient pas se permettre d'avoir deux enfants à l'école au vu des prix... ⟩ Il possède un fléreur qu'il affectionne tout particulièrement. ⟩ Il est taciturne et distant, même avec sa famille. ⟩  Il supporte beaucoup de chose pour lui, mais n'arrive pas à lâcher prise. Il se sent toujours en danger, pris à la gorge, ce qui fait qu'il dort peu.




@weaslove.
J'espère que ça va t'aller !  <3

(theme)


Allistar Ward avait l’impression que ses parents l’avaient vendu. C’était à eux que reviendrait l’argent des Dingle, mais le sentiment était là, picotant sous sa peau, déformant son sourire en une grimace désagréable.  Il avait eu beau marmonner un vague « je mérite mieux », son père lui avait jeté le regard le plus froid du monde et il s’était simplement tût. Ça ne servait à rien. On n’en attendait pas beaucoup plus de lui. Il fallait faire acte de présence, sourire, la rencontrer et la saluer pendant que leurs deux pères s’arrangeaient dans le bureau d’Hardwin Ward. Ils parleraient sans doute de prix, de date, de mariage.
Cinq jours plus tard, il se retrouvait là, tétanisé. L’horreur au bord des lèvres.

Le jeune homme était assis dans le petit salon et avait l’impression de voir sa vie future défiler devant ses yeux. A quel moment avait-il tout perdu ? Au moment où les Dingle avaient racheté la majorité de leur dette et leur faisait maintenant miroiter un « beau mariage », bien arrangeant, gagnant-gagnant ? Au moment où son nom était sorti sur le dernier journal comme étant l’élève le plus prometteur de sa génération ? Peut-être un fin mélange des deux. S’il n’avait jamais été aussi bon que ça, est-ce qu’ils auraient racheté la dette pour leur proposer ensuite le « marché » ?

Ses doigts s’enfoncèrent sur ses tempes pour les masser, cherchant quelque part une échappatoire, une sortie. Il fallut se rendre à l’évidence quand la grande horloge du petit salon sonna trois fois. Il n’y en avait aucune.
La rencontre des Dingle et des Ward allait briser à tout jamais ses rêves de grandeur. Il ne serait jamais que celui qui a épousé « l’autre ». Les yeux clairs du jeune homme étaient fixes devant lui. Le vert émeraude brillait d’une rage qu’il contenait derrière ses traits figés dans la même grimace.

« Allistar » la voix glaciale de son père résonna dans son dos, mais il ne bougea pas d’un pouce, parce qu’il espérait peut-être – encore un peu – qu’il allait lui dire que tout ça n’était pas vrai, qu’il allait même se réveiller dans son lit, à Poudlard… « On ne va pas tarder à y aller. Si tu veux bien t’installer dans la voiture. »

Hardwin fit quelques pas vers l’extérieur, qu’il entendit à peine, emmitouflés dans le tapis qui jonchait l’entrée. Le jeune homme ravala de nouveau sa salive, la mâchoire horriblement crispée, et se décida enfin à se lever quand la dernière sonnerie de l’horloge se mit à retentir. Il jeta un regard à sa mère qui s’était préparée également pour l’occasion en portant ses plus beaux habits. Les Ward avaient fait quelques folies pour être certains de plaire et de ne pas rater une telle occasion. Tant pis si les banquiers les fustigeaient en retour, c’était un investissement sur le long terme.

Allistar ne releva pas et les suivit, tenant dans ses mains le « cadeau » qu’on lui avait demandé de délivrer une fois arrivé. Il prit place à l’arrière de la voiture et attendit que son père ne démarre pour jeter un œil à sa mère. Lavinia McNeil était bien conservée pour son âge. Ses yeux étaient toujours rieurs, vifs. Ses lèvres réjouies décoraient un visage lumineux. Elle comme Hardwin imaginaient sans doute la fin des ennuis, la fin des labeurs infernaux qu’ils s’infligeaient pour sortir la tête hors de l’eau, payaient les études de leur fils et gardaient ce train de vie qui les ronger jusqu’à l’os… Tout ça pour épater la galerie. Il baissa les yeux et serra la mâchoire.

Elle et lui s’aimaient tendrement. C’était pour lui qu’elle avait refusé un beau mariage avec un bourgeois plus riche que son noble de mari fauché. Elle avait cru en l’amour, mais elle ne rechignait pas à se débarasser de son fils pour obtenir un meilleur confort de vie.

Allistar jeta un regard par la fenêtre alors que la voiture ralentissait, arrivant doucement devant la demeure des Dingle. Contrairement à leur propre demeure, elle était propre et resplendissante. Les jardins étaient entretenus visiblement et aucune fenêtre ne manquait. Il sortit de la voiture et son père descendit également, chacun leur tour, dans un silence presque morbide.

Le jeune serpentard se fit la remarque qu’il était probablement en train de vivre sa première « petite mort », sans aucun jeu de mot. Il avança en suivant le cortège, tenant toujours d’une main nonchalante le cadeau. Ses yeux clignotèrent quand un elfe de maison ouvrit, mais il ne prononça pas un mot. Hardwin se chargeait de tout, même de parler pour eux trois. Il se chargea de les présenter, et les somma de le suivre d’un seul regard. Lavinia était radieuse. Il n’y avait que lui qui faisait tâche, marchant tout derrière d’un pas lent, plein de retenu.

Ses yeux verts et curieux allaient et venaient autour de lui alors que son ventre se serrait de plus en plus. Ce n’était pas un vertige qui le prit, mais plutôt une forme de nausée. La nausée de devoir supporter cette comédie jusqu’au bout. De devoir y participer.

De devoir un jour l’aimer.

Les yeux émeraude d’Allistar tombèrent sur la silhouette fine de Victoria.

En venant ici, il avait signé sa défaite.




Oh Darling,
Darling, What I have done ?
Revenir en haut Aller en bas
 
weaslove.
weaslove.
Féminin MESSAGES : 739
INSCRIPTION : 23/02/2017
ÂGE : 27
RÉGION : back to metz (lorraine)
CRÉDITS : tumblr(av&sign)

UNIVERS FÉTICHE : réel mais je suis ouverte à toutes propositions
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

http://www.letempsdunrp.com/t137-j-vais-aller-vivre-en-th http://www.letempsdunrp.com/t149-you-and-me-got-a-whole-lot-of-history http://www.letempsdunrp.com/t158-plus-on-est-de-fous-plus-on-rit
Donut

Outrunning Karma | &weaslove Empty


Victoria
Dingle

J'ai 17 ans et je suis étudiante à Poudlard et je m'en sors plutôt bien puisque je suis en 7è année et toujours première de ma classe. Sinon, grâce à ma malchance, je suis de sang-mêlé même si ce n'est un problème que pour ma famille et les Ward, bien entendu. Je suis d'ailleurs presque mariée à leur fils, Allistar et je ne le vis pas très bien. Mariage malheureux mais il semblerait que je devrais être bien contente qu'on veuille de moi.

seule blonde de la famille, c'est d'ailleurs pour cela qu'elle usait de colorations achetées chez les moldus pour se teindre en brune (jusqu'il y a six mois où elle a décidé d'arrêter) ⟩ elle est de sang-mêlée et l'a toujours su ⟩ le choixpeau l'a envoyé à Gryffondor, à la grande surprise générale, faisant augmenter les cancans à son sujet ⟩ elle a toujours rêvé d'aller à Beauxbâton mais elle savait que cela accentuerait les rumeurs à son compte alors elle n'a jamais soumis l'idée à ses parents ⟩ ses frères la défendaient assez souvent quand elle se faisait attaquer à Poudlard, jusqu'à ce que le dernier quitte les locaux ⟩ elle est studieuse mais ne cherche pas à devenir une sorcière connue de tous, les mots de sa mère l'ont meurtri pour les années à venir ⟩ elle a très envie de trouver un travail en relation avec le monde moldu, cette partie d'elle qu'elle ne connaît absolument pas.


bryden jenkins ©️ pando
Les tenues sont arrivées il y a quelques jours et je n'ai pas eu d'autres choix que de les essayer une à une. Aucune ne me plaisait parce qu'aucune ne reflétait celle que je suis. Ce blanc immaculé me donne mal au crâne et envie de vomir. On m'offre comme une blanche colombe alors que je sais très bien qu'on ne me voit pas comme ça à la maison. Surtout pas ma mère. Mais il semblerait qu'elle soit la reine des faux semblants et je la détestais un peu plus pour ça. J'avais ronchonné, refusé de porter ces bouts de tissus mais j'avais fini par capituler devant le ton assassin de ma mère. Après tout, je n'allais pas encore faire des siennes. Ses mots aussi froid que la glace ne me brûlaient plus. J'avais l'habitude. Mais l'habitude ne fait pas tout non plus. Charles et Louis étaient rentrés pour cette occasion et les deux étaient dans ma chambre, me souriant légèrement. " Je déteste cette robe. Elle en montre beaucoup trop, ce n'est pas moi " Que je soufflais en cherchant le regard de Charles au loin. Il était le plus éloigné de moi dans la pièce et je détestais cela. Il avait toujours été là mais depuis son départ de la maison il y a trois ans, nous nous étions bien éloignés. Marié, il était heureux. Et j'étais persuadée que sa femme posait dix milles questions par heure à mon sujet. Après tout, depuis que lui et Louis avaient quitté Poudlard, je ne m'évertuais plus à défendre mon honneur. Quel honneur de toute façon ? Et alors que j'attendais une réponse de Charles, c'est Louis qui ouvre la bouche, se voulant rassurant au possible. " Tu es magnifique Vicky et il va t'adorer Allistar. Comment pourrait-il en être autrement ? " Un léger sourire se dessina sur mes lèvres alors que je terminais de me coiffer. Oh, mais j'avais déjà trouvé mille raisons pour Allistar de me détester. La première ? Il est un serpentard et je suis une gryffondor. La seconde ? C'est un sang pur et moi, je ne le suis pas. La liste pouvait être encore longue, très longue. Il ne m'avait jamais adressé un regard à Poudlard. Pas un regard, pas un sourire, rien. Je ne semblais pas digne de sa présence et c'était terrible pour moi. Pourquoi me collait-on avec un homme que je n'aimerais surement jamais et qui ne m'aimera jamais ? J'avais déjà peur des réflexions de ma mère, trouvant que c'était bien long pour avoir un enfant, mon premier enfant. Un bruit se fit entendre dans la cour et je filais vers la fenêtre, suivie de près par Louis, Charles toujours en retrait. " On a l'impression qu'ils arrivent à un enterrement " Ce qui n'était pas tout à fait faux en quelque sorte. Aujourd'hui, on allait enterrer notre adolescence, nos choix et notre vie future. J'avais beau essayer de relativiser, de me dire que tout allait bien se passer, je n'étais pas idiote non plus. Je ne suis pas de sang pur et c'est d'ailleurs pour cela que mes parents se sont occupés de me trouver quelqu'un, histoire de ne pas aggraver mon cas. Mes yeux bordés de larmes, je tourne le visage vers Charles. " Mais dis quelque chose bon sang " Un haussement d'épaules et voilà que l'un de mes piliers se barre. Il quitte la chambre et j'ai l'impression de tomber. Comment puis-je tenir debout s'il me manque un de mes soutien ? " Papa " Que je lance, la voix tremblante quand je vois la silhouette de mon paternel passer dans le couloir. Louis est toujours là et je l'entends soupirer de douleur quand je m'effondre dans les bras de mon père. " Pitié… Changez d'avis, laissez moi partir et faire ma vie chez les Moldus. Dites que je suis morte. Une grave maladie, j'étais trop faible… " J'étais prête à me faire passer pour morte pour être tranquille, pour ne pas avoir à sortir d'ici et jouer le rôle le plus difficile de ma vie. Survivre chaque jour à Poudlard n'était pas chose facile mais je me doutais que ce soit plus facile maintenant, aux côtés d'Allistar. La rentrée était proche, c'était dernière échappatoire. Les mains de mon père sur mes joues, il essuya la larme que je finis par laisser s'échapper. " Tout est fait ma belle Victoria, il est trop tard " Trop tard. Je refusais d'entendre ces mots et m'extirpais rapidement de l'emprise de mon père. " Vous auriez du me laisser avec maman quand je suis née plutôt que de m'emmener ici et de faire de ma vie un enfer " Que je crachais, essuyant les dernières traces de cette seconde de faiblesse dont j'avais fait preuve. Le choc se faisait entendre dans le souffle de mon père et de mon frère mais je n'en avais que faire. J'étais seule de toute façon. Alors à quoi tendre la main ? En direction du hall d'entrée, je croisais Philip et embrassa ses joues rosies. Il n'aimait pas cela mais il faisait avec. Main dans la main avec mon petit frère, je descendais les nombreux escaliers qui me séparaient alors que mon père transplanait dans un coin de la pièce à côté pour venir se présenter aux Ward. Il était grand sourire, aux côtés de celle que j'avais toujours appelé Mère et jamais Maman. La mascarade n'était pas complète tant que je n'étais pas à leurs côtés. Accrochée à Philip, je contournais les parents et faisais un pas vers Allistar. " Allistar " J'arborais un léger sourire, me voulant ouverte, accueillante et souriante. Mais ça se voyait de loin que rien n'irait. Il était fermé, sombre et j'étais si lumineuse à côté de lui. La pureté qu'on avait tenté de me faire porter ne faisait que jurer dans ce tableau ridicule. " Monsieur et Madame Ward " Que je soufflais, à leur encontre. Ça ne devait pas leur plaire tout ce cinéma. Mais on les sauvait en quelque sorte. Alors bon… " Nous sommes heureux de vous recevoir " Ma mère l'était et c'est tout. Elle allait enfin pouvoir se débarrasser de moi. De cette bâtarde qui avait fait grossir ses rangs et jurer la perfection de sa famille. Trois garçons, trois bruns plein d'assurance. Et moi, la fille, blonde, sang mêlé. Une injure. Je ne cherchais pas à capter le regard de mon père ni de celui de mes frères. Mes jambes tremblaient et mon nouveau pilier, c'est Philip, six ans, qui tire sur ma main pour aller jouer plus loin. J'aimerais aller jouer avec lui mais j'ai quelques obligations que je ne pouvais pas refuser, il faut croire. " Lavinia, vous êtes magnifiques " Que souffla ma mère, Lucrezia Dingle. La superficialité à l'état pur. Par contre, le malaise de sa fille, elle ne semblait pas le voir. Triste réalité. Triste vie. Triste tout. Je détestais ma vie passée et celle qui m'attendait ne semblait guère mieux.



revient doucement à la vie.
Revenir en haut Aller en bas
 
Sha
Sha
MESSAGES : 304
INSCRIPTION : 24/03/2017
ÂGE : 27
RÉGION : Sarthe, Le Mans.
CRÉDITS : Moi-même.

UNIVERS FÉTICHE : Sadique polyvalente.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Flash

Outrunning Karma | &weaslove Empty


Allistar Ward
J'ai 17 ans ans et je vis à Siloth, Angleterre. Dans la vie, je suis en 7ème année à Serpentard, à Poudlard. Mon sang est pure. Sinon, grâce à ma malchance, je suis bientôt marié à une jeune femme que je ne connais pas et ne veut pas connaître.




Mémo

La famille Ward est horriblement endettée depuis que Aloysius Ward, son grand-père, a été pris par la fièvre des jeux et a tout perdu. ⟩ Allistar souffre énormément du manque d'argent de sa famille. C'est un soucis aussi dans ses relations avec les autres. Il se sent souvent inférieur, diminué, alors il compense et cherche à les écraser en retour. ⟩ Il est le premier de la promotion de Poudlard et semble promis à une grande carrière au sein du Ministère. ⟩  Il n'a pas de véritables amis, parce que les autres l'imaginent inaccessibles, parce qu'il a peur d'être trahi. ⟩ Il est fils unique parce que ses parents ne pouvaient pas se permettre d'avoir deux enfants à l'école au vu des prix... ⟩ Il possède un fléreur qu'il affectionne tout particulièrement. ⟩ Il est taciturne et distant, même avec sa famille. ⟩  Il supporte beaucoup de chose pour lui, mais n'arrive pas à lâcher prise. Il se sent toujours en danger, pris à la gorge, ce qui fait qu'il dort peu.




Allistar : #232169

Hardwin : #2c8550
Lavinia : #1d7a6a


@weaslove.
Désolée pour le retard ! En espérant que t'as de quoi répondre ! <3

(theme)


Derrière ses parents, Allistar Ward avait l’air ridiculement sinistre. C’était censé être un excellent jour pour lui, mais il avait décidé de se conforter dans son indifférence crasse. Son visage s’était figé aussitôt le palier passé, et si Lavinia affichait d’adorables sourires, et que son mari Hardwin se montrait charmant, leur rejeton dégustait l’enfer.
Un pas après l’autre, tout lui semblait difficile à croire, à vivre. Plus difficile encore que les cours de Poudlard, plus difficile que des cognards qui auraient cogné son crâne. Il serra les dents alors que les Ward se présentaient un à un, braves singes savants, à leur hôte. Monsieur Dingle était un sang-pur comme eux, aussi Allistar n’eut aucun mal à esquisser un sourire bref et conciliant.
Il essayait d’intégrer qu’il serait bientôt «le genre de Mister Dingle», cette puissance riche à millions, mais cela semblait lointain. Et pour ainsi dire, le laissait de glas. Il était peut-être orgueilleux, mais la place de ces sang-purs trop riches pour leur bien lui avait toujours paru accessible avec un peu d’efforts et beaucoup de travail. Il avait fourni plus de travail que n’importe quel autre sorcier de son âge et brillait par sa persévérance et son acharnement. Il était ambitieux, plus ambitieux même qu’un serpentard moyen.
Trop ambitieux peut-être pour se marier avec une colombe à moitié grise.

Les yeux d’Allistar tombèrent d’ailleurs sur la jeune femme qui s’approchait de lui. Il ravala sa salive car même si elle était tout ce qu’il détestait, la voir si proche le mettait toujours plus en face de l’inévitable dénouement.
« Victoria... » se contenta-t-il de répondre, la voix à moitié bloquée dans le fond de sa gorge. Elle était peut-être belle dans cette robe claire, peut-être adorable avec cet air perdu dans le fond des yeux, elle n’en restait pas moins - peut-être - une bâtarde, et pire encore, une...
Les yeux d’Allistar suivirent les présentations comme s’il n’était qu’un pantin, lointain, incapable de faire le moindre mouvement.

« Merci à vous, Victoria. » Lavinia eut un sourire (sincère ? Difficile à savoir), avant de rajouter, d’un air plus enjoué : « Votre robe vous met vraiment en valeur. Elle est de très belle facture. Cela vous sied parfaitement ! Vous me donnerez le nom de votre couturier pour le mariage. »

Le regard d’Allistar cilla légèrement, comme si on venait de nouveau de lui enfoncer un poignard dans le dos. C’était peut-être aussi le regard d’Hardwin sur son fils qui le mettait autant mal à l’aise. Le jeune serpentard ravala sa salive avant de tourner les yeux vers Lucrezia Dingle qui venait d’arriver. L’héritier des Ward était désormais encerclé.
Tout le monde était là, et il avait l’impression de se sentir étouffé. Il passa son doigt au niveau de son col qu’il mourrait d’envier d’ouvrir d’au moins deux boutons, incapable de respirer correctement.

« Tu peux disposer Allistar. Nous avons à parler. »

De nouveau, les yeux émeraudes du jeune homme dardaient ceux de son père, dans une certaine incompréhension. On lui demandait de devenir un homme et de prendre une femme, d’assumer par conséquent l’avenir d’une «famille», mais il ne pouvait pas participer aux discussions de son propre mariage ? Il serra légèrement les dents.

« Tu n’as qu’à aller voir Victoria. Ce n’est pas plus mal que tu commences à te familiariser... »

Il ne demanda pas son reste et se tourna lentement, ses talons raclant le sol. Allistar jeta un regard à Charles avant de s’approcher de la jeune fille qui jouait avec son plus jeune frère. Le petit Philip, si ses souvenirs étaient bons.

Sans un bruit, il s’arrêta à sa gauche et jeta un regard vers elle. Son visage était toujours bloqué sur cette mine d’indifférence et ennui, emprunt de ce toujours sacro-saint mépris qu’Allistar Ward déversait à quiconque l’approcher à Poudlard. Il avait une petite cours d’élus plus ou moins toléré, donnant souvent l’illusion d’être populaire et inaccessible. Contrairement à elle, le serpentard n’était pas en bas de l’échelle. Qu’est-ce qu’il adviendrait quand tous les enfants de sang-purs apprendraient pour leur alliance ? Les yeux émeraude d’Allistar brillèrent à l’idée de ruiner des années d’efforts et de travail juste pour elle.

« Tu ne te teins plus les cheveux ? » Le ton de sa voix était grave et chaud, mais il y avait un fond de dégoût peut-être pour ce blond clair, pour cette robe immaculée. Elle lui donnait l’impression de se parer d’une pureté fictive, d’essayer à tout prix de lui apparaître innocente sans rien avoir d’un ange.
Elle était tout, sauf pure.




Oh Darling,
Darling, What I have done ?
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Outrunning Karma | &weaslove Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Outrunning Karma | &weaslove
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Call It Karma or not ◘ ft. Kaem Ehli

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers fantasy :: Harry Potter-
Sauter vers: