Partagez | 
 
 
 

 The Better Days, forget it ! [Inspi Alien]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 
Luyen
Luyen
Féminin MESSAGES : 24
INSCRIPTION : 23/11/2018
CRÉDITS : Luyen :D

UNIVERS FÉTICHE : Univers originaux, toutes les epoques, avec pas trop de règles et des contextes flexibles...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2556-je-suis-nulle-pour-les-titres http://www.letempsdunrp.com/t2580-repertoire-de-persos
Limace


Maya Renshi
Je suis mecano sur des vaisseaux spatiaux, je suis même plutôt douée dans mon domaine, avant j'étais dans l'armée, c'est la que je me suis formée.
J'y ai aussi formé ma grande gueule, que je ferais bien d'apprendre a fermer de temps en temps, et mon humour qui a le don de déranger.
Je n'ai jamais réussi a m'attacher à personne, excepté à ma tante qui m'a élevée à la mort de mes parents, je n'ai pas de maison non plus, je passe mon temps dans l'espace et la plupart du temps ça me convient bien.
J'ai pas besoin de grand chose pour être bien, à manger, un endroit tranquille pour dormir, une caisse a outils bien remplie suffisent a mon bonheur, tout le reste c'est du bonus.
J'essaie toujours de voir le côté positif des choses, même quand ça va mal. J'ai une grosse dent contre les gens qui s'arrêtent à mon physique, ce qui explique sûrement pourquoi je me fringue comme un sac, et t'avise pas de me toucher si t'a pas reçu la permission, j'ai pas appris que la mécanique quand j'étais dans l'armée.
Mon histoire

Zoe Saldana © Luyen

Réponse à ça

Il est probable qu’il aurait eu droit à une réponse cinglante, en temps normal, mais elle n’est tout simplement pas d’humeur a se battre aujourd’hui, elle se contente de le regarder, un regard un peu vide, indifférent, elle l’entend a peine lui parler de la pièce qu’il lui manque, visiblement il la prend pour l’un des mécanos de la station… S’il arrivait à détacher le regard de son cul il s’apercevrait peut-être qu’elle n’en a rien a foutre de ce qu’il raconte, d’ailleurs elle tourne les talons pendant qu’il termine de lui débiter les spécifications du moteur, comme si elle avait besoin d’un dessin, elle a vu la vieille carcasse dont il a débarqué, elle connaît cette série de vaisseau comme si elle les avait faits, et s’il croit qu’une simple soupape va régler son problème…

Ah non, elle avait presque oublié, elle s’en fout.

D’ailleurs il est déjà parti.

Ah tiens, c’était ça ce qu’il cherchait d’ailleurs…

– Mouais, mon coco si tu commences à changer ça va falloir aussi bosser sur le reste…

Machinalement elle parcourt le dépôt de pièces détachées, faisant la liste mentale du nécessaire. Pourquoi c’est si facile avec la mécanique, et si compliqué avec les gens ?
Finalement ce gros con n’avait pas été complètement inutile, il lui avait exposé un problème, le genre qu’elle pouvait résoudre. Quelques pièces, quelques outils, beaucoup d’huile de coude et de nombreuses contorsions dans le compartiment moteur...

*

Ça lui avait pris deux bonnes heures de préparer tout ce qu’il fallait, peut être même qu’elle avait rajouté deux trois trucs pour lui faire payer son attitude lamentable, finalement tout était rangé dans plusieurs caisses rassemblées sur une de ces palettes magnétiques qui restent en place même quand la gravité artificielle fait des siennes.

Y avait plus qu’a mettre l’addition sur le compte du vaisseau et trouver son quai d’amarrage, un jeu d’enfant, y avait pas 20 Valkyriane sur Navara en ce moment...
Elle rigola dans son coin en imaginant sa tête quand il recevrait la facture et la livraison du matériel. Une palette de plusieurs centaines de kilos, le gars demandait juste une soupape.
Elle programma la livraison juste avant le départ, dans le rush quelqu’un embarquerait sûrement le tout, ils n’auraient pas le temps de trier le contenu surtout que le bon de livraison faisait deux pages.
- Aller amuse-toi bien hein.

Le lendemain matin.



-Maya!
Elle se retrouve nez a nez avec Max, le gentil Max, le navigateur.
-Salut, qu’est-ce que tu fais la ? Il est pas déjà partit l’autre ?
Il penche la tête, il rougit, bordel, qu’est-ce qu’il lui prend...
-Ouais... j’me suis barré.
Elle hausse un sourcil
-Couillon...
le regard que le gamin lui jette ne peut que l’attendrir, ouais il est un peu couillon d’avoir quitté un poste qui somme toute payait pas trop mal et lui permettait de se faire les dents avant de se jeter dans le grand bain, mais peut-elle vraiment lui reprocher d’avoir voulu quitter un vaisseau et un capitaine qu’elle avait eu plusieurs fois envie de faire exploser dans l’espace? Surtout que c’était probablement à cause d’elle qu’il avait eu des envies de liberté.
-Et qu’est-ce que tu comptes faire maintenant?
-Beeeeeen...
-Crois-moi tu veux pas rester coincé ici, trouve-toi un autre vaisseau et dégage vite fait. Va faire un tour sur les quais et dans les bars proches si quelqu’un a besoin d’un astro tu le sauras vite…

Quelque chose de familier dans le coin de son champ de vision attire son attention… Oh merde, c’est Lui, la cicatrice le long de la mâchoire, le tatouage qui dépasse du col de sa veste, sa façon de bouger, d’évaluer son environnement comme si tout était un danger potentiel.

Il fallait qu’elle tombe sur Lui...

Quand tu te crois au fond du trou, tu peux toujours compter sur la famille pour faire empirer les choses, surtout quand le côté paternel s’est spécialisé dans la piraterie.
Elle tourne lentement le dos a l’homme qu’elle vient de reconnaître, lentement, pas de mouvements brusques, du calme, si elle agit naturellement il ne la reconnaîtra pas, elle avait 17 ans la dernière fois qu’elle l’a vu, elle a grandi, son visage a changé, son corps aussi, elle croise les doigts, elle espère...

-Maya qu’est ce...
Elle secoue la tête
-File, va faire ce que je t’ai dit. Je t’aurais bien payé un café, mais j’ai pas trop le temps maintenant, j’ai un rendez-vous pour un job.
Le mensonge est venu tout seul, peut-être même qu’elle a réussi a le débiter sans avoir l’air trop crispé. Elle salue le jeune homme d’une tape sur l’épaule et s’éloigne en gardant le dos soigneusement tourné vers l’homme, il n’est plus seul, il discute avec une nana qui tire nerveusement sur une cigarette, elle ne veut surtout pas savoir de quoi ils parlent. Il faut qu’elle s’éloigne, vite et loin, hors de question qu’elle se retrouve face à face avec... Lui.
Revenir en haut Aller en bas
 
Texarkana
Texarkana
Féminin MESSAGES : 364
INSCRIPTION : 16/08/2018
RÉGION : Bourgogne
CRÉDITS : NeroEnigmaPhotos

UNIVERS FÉTICHE : réel,fantasy,apo,jeux vidéo
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2196-presentation-de-texarkana http://www.letempsdunrp.com/t2199-repertoire-rp-de-texarkana http://www.letempsdunrp.com/t2200-personnages-de-texarkana
Pigeon




Vaas Ritcher
J'ai 30 ans et je vis à bord du Valkyriane un vaisseau de transport qui circule à travers l'immensité de l'Espace. Dans la vie, je suis mécanicien et chargé de sécurité. Je m'occupe de la maintenance ainsi que de surveiller la cargaison en vérifiant régulièrement le sanglage de la marchandise entre autres (possible fuites, dégâts, etc ...). Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien ou pas ... .



➽ Il aime son boulot, l'ambiance à bord est cool.
➽ Il n'a jamais vraiment eu de famille en dehors de son paternel. Il était fils unique et c'est son père qui l'a élevé, sa mère ayant perdu la vie peu après sa naissance.
Aussi, l'équipage est pour lui comme une petite famille.
➽ Il a de nombreux tatouages sur la poitrine, les bras, dans le cou et dans le dos. (les même que sur les photos).

➽ Caractère : courageux, audacieux, il peut se montrer extrêmement culotté. Taquin, farceur. Téméraire. Bagarreur, fonceur. Drôle, sympa. Il peut se révéler impulsif et très violent par moments, surtout lorsqu'il est à cran. Sinon il arrive généralement à se gérer ... dans une certaine limite. Il ne faut pas trop le chercher en somme.

La Terre lui manque parfois mais il n'a pas d'attaches là-bas et il préfère sa vie dans l'Espace.






Jeff Hardy ©️ Claire P



« Ces monstres de technologie, comme vous dites, sont de véritables cadeaux quand ils fonctionnent, et de véritables plaies en cas de défaillance. Surtout qu'ils ont la fâcheuse tendance de toujours vous planter au beau milieu de nulle part. »

- Humpf .. ça, ça m'est déjà arrivé, percutais-je sur le fait de tomber en rade en plein milieu de nul part. Mais c'était une erreur humaine, la mienne. Oubli de carburant ... .

Je lui épargne les détails concernant cette négligence due au fait que je m'étais à ce point torché la gueule la veille, que le lendemain matin, j'avais juste zappé de m'occuper des réserves de carburant. Ce que j'étais censé faire la veille si je n'avais pas été aussitôt guidé au radar dans la direction des bars à peine arrivé sur place. Dit comme ça, je me fait l'effet d'être un vieux poivrot ... . Je réalise d'ailleurs que j'aurais tout aussi bien fait de ne pas mentionner l'incident. Certes on en riait après coup avec l'équipage qui me charriait en disant qu'à défaut d'avoir faire le plein du Valk, j'avais visiblement pris soin de ne pas omettre de faire le plein de bibine.
Mais en bref, ça peut mettre ce très cher Schaeffer dans le doute quant à mes compétences alors évitons les détails concernant cet épisode.
Arrive bientôt le moment des présentations avec Sawyer. Je lui envie parfois sa condition de synthétique, au moins ne sera-t-il pas trop perturbé face au changement d'équipage. Quoi que, allez savoir ... .

« Vous êtes mécanicien Ritcher, c'est bien ça ? Est-ce qu'il y a d'autres membres d'équipage ou alors est-ce que nous allons mener cette mission en effectif réduit ? »

- Comme je vous l'ai évoqué plus tôt... rétorquais-je alors que j'ai évoqué ce point alors que nous grimpions à bord.

« Il faudrait peut-être essayer de recruter une personne ou deux avant le départ … est-ce que vous connaissez des personnes qui pourraient correspondre ? »

- Ouais j'vais voir pour m'en charger. J'ai de fait quelques occupations qui m'attendent, déclarais-je non sans vraiment me soucier d'aller à la pêche à de nouvelles recrues en réalité. Pas très sérieux tout ça mais balancer à Schaeffer de s'en occuper lui-même n'aurait pas été du meilleur goût même si j'en aurais été capable vu le culot dont je fais parfois preuve.
Nous évoquons le plan de vol que le capitaine avait établi.

- Du coup, plus qu'à vérifier le truc ou l'adaptez à vos exigences au besoin.

Je ne tarde pas à lui adresser un signe de salut et quitte ainsi le poste de pilotage, désireux d'aller faire un tour pour décompresser.

~*~

Le lendemain matin ...

Avachi sur le ventre, je sens une présence alors que j'émerge à moitié avec un semblant de gueule de bois au réveil et des sensations désagréables résultantes de la baston de la veille.

- NONNN Pas toi !

J'ouvre un œil, puis l'autre, constatant que tu es là. Quelques souvenirs de la soirée me reviennent en tête. Les verres qui se succèdent, la bagarre et le début d'une folle nuit. De ton côté, tu as l'air dépitée. Moi je suis tout sourire. Petit élan de fierté déplacée de t'avoir retrouvée dans mon plumard au matin.
Tu m'arraches soudain la couverture, et je me retrouve à poil, ce qui ne me perturbe pas plus que cela si ce n'est la fraicheur matinale qui me fait me gler quelque peu les noiettes. Semblant bloquer sur une zone bien déterminée et le fait que tous deux soyons aussi nus l'un que l'autre, tu me balances un coussin.

- T'espères sans doute que je dissimule mes parties ?! lâchais-je, provocateur de bon matin alors que je renvoi le coussin à son expéditeur.

- Non non pas toi pitié. Pourquoi il faut que ça soit toi hein? tu ne pouvais pas te tenir loin de moi bordel de mécano? Ah non il ne s'est rien passé, rien du tout.

- Arrête ton cirque deux minutes. Qu'on ai été torchés ou pas la veille, on l'a voulu sinon tu te serais carapatée vite fait, arguais-je sur un ton à demi blasé.

Tu cherches à te rhabiller tandis que je me cale tranquillou contre la tête de lit, les bras croisés derrière la tête à t'observer pendant que tu te resapes.

- Non il ne s'est rien passé tu m'entends ! Rien .. et ne cherches pas à me revoir !

- Yes sir ! acquiesçais-je sachant que de toute façon je n'ai d'autre choix que de partir étant donné la mission qui nous attend. Jax va me charrier direct dès le petit déjeuner. Il est toujours au courant de ce qui se passe même quand ça ne le regarde pas. Je me demande comment il fait des fois.
Tandis que tu quittes la pièce, je remarque que tu as oublié ton soutif. Lequel je ne tarde pas à ramasser après avoir enfilé un caleçon et un pantalon de jogging qui traine dans le coin. J'entends des voix dans le couloir et pointe discrètement le bout de ma truffe par l'ouverture.

Monsieur. Officier Kerala Kaplan je suis sur votre vaisseau me semble t-il. Je voyais avec Monsieur Richter pour le chargement, le tonnage semble être trop important pour votre vaisseau, vous risquez d'avoir des soucis avec le degré de tenue de votre bâtiment.

Bien joué pépète ! Mais là tu t'embarques dans une drôle d'aventure ... . Usant d'une nouvelle provocation à l'encontre de mon ex en prenant soin de faire tournoyer le soutif au bout de mon index, déclarant l'air de rien malgré un sourire mutin au coin des lèvres :

- Ker, tu as oublié ça.

Ton facepalm me fait pouffer de rire, toutefois, lorsque tu fais pivoter mon visage en direction de la deuxième personne présente dans mon dos, ça termine de me ramener à la réalité. La présence du nouveau capitaine. Putain, j'avais complètement zappé. Je me voyais déjà retrouver Jax et les autres pour le petit dej. J'ai la mémoire sélective côté oublis. Sans me démonter pour autant, j'esquisse une moue mi désolée mi amusée puis retourne pépère dans ma cabine en levant les mains comme en signe de reddition, une façon d'imager que ce sont des choses qui arrivent et que je ne suis pas responsable.

Je n'ai toutefois pas le temps de trainer. Une douche et me voilà bientôt sur les quais après un petit dej rapide, pour embarquer la cargaison à bord avec l'aide des responsables affectés à ce genre de tâches vu la taille du conteneur.
Je me demande si Kery va prendre part à l'aventure en se sentant piégée ou si elle va se carapater.
Je n'ai pas revu la jolie métisse de la veille mais elle s'est chargée de faire le nécessaire si j'en juge les papiers relatant ce qui a été chargé à bord. La fameuse pièce entre autres choses qui me laissent dubitatif. Merde, elle a pas du aimer ma drague foireuse d'hier, pour se venger de la sorte. Le truc c'est que ce n'est pas sur moi que ça va retomber, ça c'est le boulot de Jax..putain merde non, de Schaeffer, son remplaçant. Il ne nous reste d'ailleurs plus beaucoup de temps avant de quitter la station. Ça va être serré mais il faut que j'aille le trouver lui et Shelley pour leur dire un dernier au revoir. Je tape un sprint pour me rendre à la clinique, heurtant quelques passants en chemin avant d'arriver à bout de souffle sur place.
Jax est là, étendu sur son lit d’hôpital tandis que Shelley veille sur lui, assise à ses côtés. Nous échangeons quelques propos, je leur fait un résumé de la rencontre avec Schaeffer la veille et les supplie de vite nous rejoindre dès lors où ça ira mieux. Jax peut voir combien je suis ébranlé de me retrouver sans eux. Il est clair que j'y tiens. Ils sont à la base de ce petit cocon familial qui s'est créé à bord.

- T'as vraiment intérêt à te remettre vieux, je ne saurais me passer de toi très longtemps, déclarais-je à Jax en me penchant sur lui pour lui donner une gentille accolade.
Puis je me retourne vers Shelley.

- Quant à toi, veille bien sur lui, remet-nous le d’aplomb de toutes les manières que tu auras en stock, glissais-je en venant un instant la serrer dans mes bras, qu'elle le veuille ou non.

Je laisse ma fierté de mâle de côté juste avant de sortir en me retournant une dernière fois vers eux deux, l'émotion se manifestant dans la lueur présente dans mes yeux.

- J'vous aime les ptits pères !

Sur ce, je file aussitôt, désireux de ne pas craquer face à ces au revoir et l'inquiétude qui me ronge par rapport à Jax. Ce n'est peut-être pas si grave mais j'ai franchement les boules. Je peux faire un temps sans eux mais pas définitivement.
Regagnant le Valk au pas de courses, j'arrive juste à temps alors qu'on prend le départ.






I'm a motherfucking beast !!
Revenir en haut Aller en bas
 
Mioon
Mioon
MESSAGES : 215
INSCRIPTION : 27/12/2018
CRÉDITS : Elairin Art

UNIVERS FÉTICHE : SF - Star Wars - Dark Angel - Lovecraft - Dick - Matheson - Ténébreuse - Fantastique - Manga - SnK - TerraFormars - Etc ...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2646-mioon#56791 http://www.letempsdunrp.com/t2647-un-bon-paquet-d-idees#56801 http://www.letempsdunrp.com/t2698-repertoire-de-mioon
Flash



Konrad
Schaeffer

J'ai 45 ans et je vis sur Terre lorsque je ne suis pas en mission. Dans la vie, je suis pilote de vaisseaux et capitaine et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis divorcé et je le vis plutôt très bien.


- Ancien militaire de carrière, Konrad a abandonné le service actif à la naissance de son fils Jake qui a aujourd'hui sept ans. Il a été marié à Samantha pendant près de dix ans, mais à cause de son comportement, il a fini par ne plus la supporter et a finalement demandé le divorce. Liberté chérie … qui l'empêche toutefois de voir son fils autant qu'il veut.
- Suite aux longues années passées à devoir supporter son ex-femme, Konrad est aujourd'hui un peu sexiste sur les bords. Disons qu'il ne leur fait plus aucun cadeau et les pousse à mettre les mains dans la merde au même titre que leurs collègues masculins, et ce même si elles viennent juste de se faire faire une manucure.
- Sévère et exigent dans son travail, c'est un homme agréable lorsqu'il n'est pas en service, et surtout quelqu'un sur qui on peut compter


Thomas Gibson © Mioon
Après quelques ultimes informations sur cet équipage réduit et le plan de vol mis au point par le capitaine Jackson Whitmore, Konrad et son interlocuteur se séparèrent afin de vaquer tranquillement à leurs activités, et le capitaine put ainsi rentrer chez lui pour étudier le plan de vol, auquel il n'apporta finalement que des modifications très mineures. Résultant plus de préférences purement personnelles en matière de trajet que d'autres choses. Il put également contacter Jake pour s'assurer que le voyage en direction de la Terre s'était bien passé en compagnie d'Ashley, puis il dîna devant un film quelconque retransmis par le système de divertissement du Navara, avant d'aller se coucher.

Le lendemain, il arriva ainsi tôt au quai n°7, et il se rendit directement dans le poste de pilotage afin d'y déposer son sac contenant ses affaires : son communicateur, son ordinateur miniature dernière génération, une copie du plan de vol soigneusement conservée sous filmiplast, et un holo représentant lui et son fils devant un grand huit de Disneyland ! Le genre de manège dont Jake était littéralement fou – parce que ça lui permettait de faire ''comme papa'' – et Konrad songea aussitôt qu'à son retour, il faudrait qu'ils retournassent tous les deux dans un parc d'attraction. Disneyland ou un autre. Juste tous les deux, histoire de fêter en beauté l'anniversaire de son fils. Un parc d'attraction, une glace et une bonne journée … il avait déjà hâte !

Mais en attendant, sa mission lui intimait de faire le tour du vaisseau pour s'assurer que tout fût en ordre, et Konrad commença donc ses vérifications, lorsqu'il entendit bientôt une engueulade résonner depuis l'une des cabines. Manifestement, la femme à qui appartenait la voix était absolument hors d'elle, et l'officier s'approchait afin de s'assurer qu'il n'y avait pas de réel soucis, lorsque la furie déboula dans le couloir pour le heurter. Le dévisageant avec un air très peu amène, avant de lui faire le coup du salut impeccable et du boulot bien fait … pour se retrouver bientôt face à son sous-vêtement tendu par Ritcher. Rien que ça …

« Ah, je constate que Mr Ritcher a réussi à trouver un membre d'équipage supplémentaire. »

Une remarque lancée à haute voix, lâchée dans l'atmosphère du vaisseau sans s'adresser à personne, et surtout pas à la demoiselle qui se trouvait en face de lui. Pas besoin d'être un génie pour se douter de la réalité après tout : la-dite officier Kerala Kaplan ne se trouvait pas là pour s'assurer du tonnage du Valkyriane, mais plutôt pour alléger les sacoches du mécanicien ! La jeunesse, c'était quelque fois aussi adorable que déprimant …

« Mais ne vous inquiétez pas, Officier Kaplan, je suis persuadé qu'avec votre fierté et votre soutien-gorge en moins, ce vaisseau sera de nouveau parfaitement équilibré en terme de poids. Et puis vous serez de toutes façons là pour me seconder en cas de soucis, n'est-ce pas ? »

Shaeffer avait besoin d'un membre d'équipage en plus pour des raisons de sécurité, et Kaplan était là. À elle de voir si elle souhaitait rester ou pas. L'officier n'était franchement pas du genre à obliger ni à user de chantage, mais ça, elle ne pouvait absolument pas le savoir tandis qu'ils se faisaient toujours face. Et que Konrad lui tourna finalement le dos afin de pouvoir continuer son inspection.

« Mettez donc un peu d'ordre dans votre tenue et retrouvez-moi au poste de pilotage dans dix minutes, ne voyez pas en retard. »

Dans le fond, il ne savait pas trop quelles étaient les capacités de cette jeune femme mais si elle avait un minimum d'expérience, elle pourra toujours lui être utile.

Et en attendant, Schaeffer acheva son tour avant d'aller s'assurer que la cargaison avait bien été embarquée et sécurisée à bord, puis il prit quelques minutes pour déposer son sac de voyage dans une cabine vacante, avant d'enfin s'installer au poste de pilotage. Prêt à partir et n'attendant plus que le reste de l'équipage.

« Schaeffer à équipage. Veuillez tous vous manifester avant décollage. »

Juste histoire de s'assurer que tout le monde était bien là, et bien prêt.

Revenir en haut Aller en bas
 
Luyen
Luyen
Féminin MESSAGES : 24
INSCRIPTION : 23/11/2018
CRÉDITS : Luyen :D

UNIVERS FÉTICHE : Univers originaux, toutes les epoques, avec pas trop de règles et des contextes flexibles...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2556-je-suis-nulle-pour-les-titres http://www.letempsdunrp.com/t2580-repertoire-de-persos
Limace


Maya Renshi
Je suis mecano sur des vaisseaux spatiaux, je suis même plutôt douée dans mon domaine, avant j'étais dans l'armée, c'est la que je me suis formée.
J'y ai aussi formé ma grande gueule, que je ferais bien d'apprendre a fermer de temps en temps, et mon humour qui a le don de déranger.
Je n'ai jamais réussi a m'attacher à personne, excepté à ma tante qui m'a élevée à la mort de mes parents, je n'ai pas de maison non plus, je passe mon temps dans l'espace et la plupart du temps ça me convient bien.
J'ai pas besoin de grand chose pour être bien, à manger, un endroit tranquille pour dormir, une caisse a outils bien remplie suffisent a mon bonheur, tout le reste c'est du bonus.
J'essaie toujours de voir le côté positif des choses, même quand ça va mal. J'ai une grosse dent contre les gens qui s'arrêtent à mon physique, ce qui explique sûrement pourquoi je me fringue comme un sac, et t'avise pas de me toucher si t'a pas reçu la permission, j'ai pas appris que la mécanique quand j'étais dans l'armée.
Mon histoire

Zoe Saldana © Luyen

C’est le moment de trouver une idée brillante.


L’idée en question a décidé de se faire désirer.

Tant pis, quand le génie fait défaut, on s’en sort toujours avec la bonne vielle logique. La priorité c’est de se tirer d’ici, et vite. Pour ça elle a besoin d’un vaisseau qui décolle bientôt, voire tout de suite, ça serait encore mieux.

Le temps de passer récupérer ses affaires et Maya se dirige vers la coursive qui traverse la station en longeant plusieurs kilomètres d’entrepôts et de quais de toutes tailles. Un coup d’œil sur un écran lui apprend que le chargement est en cours au 7.
Le quai est blindé, y a un monde fou, tout a l’air de tourner autour de cet énorme container, il y a même deux hommes debout dessus, armés jusqu’aux dents, visiblement le colis est précieux. C’est une observation qu’elle se fait en passant, elle s’en fiche un peu, elle a d’autres préoccupations, par exemple quand elle se rend compte que c’est le tatoué qu’elle a rencontré hier qui supervise le chargement.

*Putain, pas lui… Tu pouvais pas lire le nom du vaisseau avant de te pointer, idiote?*

Son idée de base était de trouver le capitaine pour le convaincre de la laisser embarquer, elle était même prête à payer pour ça, et peu importe la destination. Mais ce gars… C’est quand même un relou de compétition, et la fierté de Maya prend le dessus, pas question qu’elle s’abaisse à demander un service à celui-là ou qu’elle passe un temps indéterminé dans l’espace avec lui, elle préfère encore aller voir ailleurs, vu l’activité qui règne sur Navara, elle trouvera sûrement autre chose.

C’était sans compter la femme qu’elle voit appuyée nonchalamment contre la porte de sortie du quai, c’était avec elle qu’Il parlait tout a l’heure, elle jette rapide coup d’œil alentour, oui, Il est la, pas très loin, en grande conversation avec deux hommes, l’autre sortie est surveillée aussi. Ils ne la connaissent pas, elle peut leur passer sous le nez, il n’y a aucune raison qu’ils la remarquent.

Elle attrape la tablette que le chargé de quai a posée derrière lui, prend son air le plus professionnel et s’enfonce dans la mêlée les yeux rivés sur une quelconque liste de vérification.
Elle a fait ça un milliard de fois, le rush juste avant le départ, les dernières vérifs, les oublis, les rajouts de dernière minute, les retards, elle peut se fondre dans l’activité qui l’entoure sans aucun problème. Elle fait défiler les listes sur la tablette, c’est vite vu, à part le ravitaillement cet énorme container est la seule cargaison du vaisseau, et vu le volume et la masse du bordel c’est sans doute mieux, ces modèles ne sont pas vraiment les plus adaptés pour ce genre de marchandise. D’après le manifeste quatre « spécialistes » sont supposés embarquer en plus de l’équipage pour assurer la sécurité du colis.

Elle se rapproche de la sortie du pas décidé de quelqu’un qui a beaucoup de travail et pas de temps a perdre, mais une main sur son épaule l’oblige à se retourner
-La petite Maya ! Il me semblait bien que je t’avais reconnue tout a l’heure. Tu as disparu tellement vite que j’ai eu un doute.
Elle se retrouve face a face avec Lui. Les années ne l’ont pas épargné, il a vieilli, beaucoup, sa collection de cicatrices s’est agrandie et il semble qu’il lui manque quelques dents. C’est sûrement le prix de la vie qu’il a choisie.
-Mirko…
Elle serre les dents, elle n'a aucun problème a admettre que cet homme la terrifie.
-Rhalala quelle froideur ! Tu pourrais essayer « oncle Mirko », depuis le temps qu’on s’est pas vus, un peu de gentillesse ça va pas te tuer !
Toutes les alarmes sont au rouge dans sa tête, qu’est ce qui va lui tomber dessus quand il arrêtera son numéro de gentil tonton ? Il faut qu’elle trouve une échappatoire, n’importe quoi…
Il serre un peu plus l’épaule de Maya et l’entraîne lentement a l’écart.
-Viens par là ma jolie, il faut que tu me donnes des nouvelles de ta tante Asha, j’me rappelle même plus de la dernière fois que je l’ai vue.
Il la prend pour une conne, c’est pas possible autrement, par ce qu’elle s’en souvient très bien de cette fois-là, elle en a fait des cauchemars pendant des années. Et Asha aussi, bien qu’elle ait toujours essayé de le cacher.
-Je… Je peux pas maintenant, j’ai du boulot, elle indique le vaisseau, le container, le bordel, ouais elle doit lui faire croire qu'elle travaille pour la station, qu'elle doit aider pour le chargement, voilà, bonne idée…

***

La soute se referme, la passerelle se replie, elle ne voit rien mais ce sont des bruits familiers, elle les connaît par cœur. Elle n’en revient toujours pas, elle a réussi à se glisser à l’intérieur au tout dernier moment, elle s’est contentée de monter a bord avec une caisse dans les bras, un colis oublié qu’elle a bien voulu aller jeter à l’intérieur en vitesse, elle l’a posé dans la soute du fond et n’est pas ressortie, toute l’équipe qui s’est occupée du chargement est partie tout de suite après lui avoir refilé le bébé, et les quatre gros bras ne se sont même pas occupés d’elle, peut être même qu’ils ne l’ont pas vue. Elle ne sait pas, elle avait sûrement l’air de n’être qu’une nana qui charge la dernière caisse, ce n’est pas important, il faut juste qu’elle reste cachée quelques heures, le temps que le Valk soit trop loin de la station pour que ça vaille le coup de faire demi tour pour un simple clandestin. Et tant pis si elle fini au trou, ou ce qui sert de cellule sur un bâtiment civil.

Elle se cale entre deux palettes de ravitaillement dans le coin le plus éloigné de la soute, et se prépare a de longues heures d’immobilité et de silence, si elle reste tranquille, avec de la  chance l’IA du vaisseau mettra un peu de temps avant de la repérer, avec juste un peu de chance… Est-ce que la chance a vraiment été de son côté ces dernières heures ?
*C’est peut être le moment de faire une prière a madame chance*, se dit-elle en tripotant le pendentif de son collier. Un médaillon en argent avec quelques inscriptions presque effacées.
C’est Asha, sa tante, qui le lui a donné quand elle a pris l’espace pour la première fois, c’est supposé lui porter bonheur et fortune…

« Schaeffer à équipage. Veuillez tous vous manifester avant décollage. »

*Désolée chef, je me manifesterais un peu plus tard.*

- Aller les gars, on va faire un tour en haut histoire de prendre la température… Non Dan, tu laisses tes flingues ici, on va pas commencer à foutre le bordel avant même d’avoir quitté la station !

Elle entend les quatre gorilles remonter l’escalier métallique puis fermer le sas qui sépare la soute du reste du vaisseau. Quant à Maya, elle s’allonge une main serrée autour de son médaillon, et l’attente commence.
Revenir en haut Aller en bas
 
Calville
Calville
MESSAGES : 176
INSCRIPTION : 30/06/2018
CRÉDITS : Funnyanimals2017

UNIVERS FÉTICHE : Historique, Science Fiction, Reel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2719-du-rp-a-gogo#58230 http://www.letempsdunrp.com/t2582-lui-elle-moi-eux-nous-entre-autre#55932
Flash



Kérala "Kery" Kaplan
J'ai 28 ans et je vis à bord de la station Navara depuis 2 ans . Dans la vie, je suis touche à tout, aussi bien pour charger les cargaisons que les réparations d'urgence. Je suis une main d'oeuvre pas chère et ne créant pas de souci, sauf quand mes chefs essaient de me donner des ordres.

J'ai un Brevet de Pilote et un diplôme en psychologie, mais ne le dites à personne.

J'aurai pu me sortir de ce semblant de misère, mais que ferais-je dans un bureau?
. La Station est une immense ville et qui dit immense ville, dit un tas de souci que j'essaie de minimiser.. Que feraient-ils sans moi ? Sinon, à cause de ma stupidité et d'une confiance aveugle, je suis célibataire et je le vis plutôt mal  ... .



➽ Folle, gentille, imprévisible.
➽ Sale caractère autant qu'adorable, elle passe de l'un à l'autre avec naturel.
➽ N'aime pas les armes !
➽ Physique : Mignonne sans être un canon de beauté, elle est le plus souvent avec ses cheveux châtains détachés, habillée en combinaison un chouilla couverte de graisses et autres trucs, des yeux noisettes, petit bout de femme mince. Ce qui lui permet de passer dans des conduits.
➽ Caractère : Elle est courageuse, un peu trop j’en-foutiste, et ne se rend pas compte des soucis dans lesquels elle s'embarque, sauf quand elle a les pieds dedans. Elle s'est se bagarrer, mais elle se retrouve le plus souvent à terre. Tenace elle a un fichu caractère qui déboule dans une conversation banale. lunatique? Juste un peu. Mais c'est une gentille, une vraie, qui a été blessée, malgré tout elle affiche un sourire presque toujours sauf dans les sombres recoins de sa cabine quand elle est seule avec elle-meme.
➽ Elle n'aime pas le vide de l'espace, c'est pour cela qu'elle n'est jamais parti très longtemps sur des vaisseaux, préférant une station qui est devenue aujourd'hui sa maison. Elle n'aime pas le danger, même si ca l'attire. Une femme dans toute son ambiguïté.
➽De toute sa vie elle n'a réellement aimé qu'un seul homme, le même qui a disparu peu de temps avant leur union, le seul qu'elle aimera jusqu’à la fin de sa vie malgré tout. Mais si elle le retrouve elle le tue !




Pinterest


Vaas. T'es qu'un pourri, un pleutre un .. Voilà ce qu'elle aurait voulu lui dire à ce traître qui la laissa seule avec le commandant. Après s’être saisie de l’objet de délit qu'elle essaie de cacher derrière son dos, elle est perdue ne sachant plus quoi dire. Bon sang Wakl va être furieux, il va la descendre en flèche et elle n'aura plus qu'a retourner sur Terre et retrouver son bureau aseptisé. Génial, merci mais non. Plutôt la mort que ça !

« Mais ne vous inquiétez pas, Officier Kaplan, je suis persuadé qu'avec votre fierté et votre soutien-gorge en moins, ce vaisseau sera de nouveau parfaitement équilibré en terme de poids. Et puis vous serez de toutes façons là pour me seconder en cas de soucis, n'est-ce pas ? »

La honte totale s'affichait sur son visage. Elle rentre ses ongles dans ses paumes pour ne pas lui rentrer son poing dans la figure à ce type suffisant, on aurait dit son père en moins classe. Le salaud. LES salauds. Ne réponds pas Kery, laisse leurs paroles glisser sur toi, ne répond pas.

- Oui Monsieur.

Voilà ce qu'elle dit, de toute façon elle ne compte pas être là, elle n'aime pas l'espace, ou plut exactement elle n'aime pas le froid de l'espace, cette sensation bizarre de glace qui te fend le corps. Elle va se barrer vite fait et retourner ni vue ni connue dans ses entrepôts, personne ne vient là_bas, astuces parfaite pour se sortir d'un mauvais pas. L'homme s'en va, la laissant seule avec elle meme et son plan unique pour se barrer vite fait. Et c'est là que MERDE elle a donné son nom, son nom véritable, pas Kery, pas machin, nmais bien Kaplan, parfois ma fille tu es une quiche ! Prenant son communicateur en allant vers la sortie du vaisseau d'ou le chargement commencé,bien armé comme toujours.

- Renard, va dans mon casier et apporte mes affaires  je suis dans la merde totale.

- t'es ou ? Pourquoi t'as besoin ..?
- Valkeryaine, grouille

C’était soit un aller_retour avec le vaisseau, soit un retour simple vers la Terre et ca, elle ne voulait pas donc, à choisir entre peste et choléra, elle voyagerait un peu, et officier en second ca sonne bien et ca paie mieux. Et puis elle avait des comptes à régler avec ce fils de chien qui avait osé lui mettre une honte pas possible. . Renard arriva essoufflé au bout de 5 minutes avec un sac vieillot, alors que le mystérieux conteneur trouvait enfin sa place et était arrimés le mieux possible. Elle l'avait bien dit que c'etait trop gros pour cette coque de noix. Et ces types armés ..  Soupire.

- Renard, gardes mon appart quelques jours je reviens et pas un mot à Wakl.


Un baiser affectueux sur le crane du gamin et elle court dans les coursives espérant trouver une chambre vide, chose faite, pour se changer et mettre l'uniforme d'officier qui lui avait servi, une seule fois. Et de s'attacher les cheveux en un chignon pour arriver un peu plus présentable dans la salle de pilotage.


Le commandant etait déjà là a grogner ses ordres pour l'équipage, Sans un mot elle se dirigea vers la console libre . C'était un petit vaisseau rien de bien sorcier surtout quand on a piloté un vaisseau cargo pour son examen, rien de pire me direz vous.  


- Bien qu'ayant retrouvé une fierté normale, et mes attributs comme il se fallait, le tonnage reste limite pour le vaisseau, nous aurons un tangage sur bâbord, et une baisse de vitesse de 7% par rapport à la vitesse de croisière.  

. Ah cela oui, tu l'entendrais encore longtemps et elle ne te louperais pas la Kery. Appuyant sur quelques boutons, qui tournent au vert. Ils ressentent la pression qui s’égalise sur le vaisseau.

- Le vaisseau est pressurisé et prêt au décollage à votre ordre. Parfois aussi elle savait être sérieuse.


RP en discussion : Thème star wars: Mioon / Thème autre : Vie antérieur-phobie : Hiyorin

Revenir en haut Aller en bas
 
Texarkana
Texarkana
Féminin MESSAGES : 364
INSCRIPTION : 16/08/2018
RÉGION : Bourgogne
CRÉDITS : NeroEnigmaPhotos

UNIVERS FÉTICHE : réel,fantasy,apo,jeux vidéo
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2196-presentation-de-texarkana http://www.letempsdunrp.com/t2199-repertoire-rp-de-texarkana http://www.letempsdunrp.com/t2200-personnages-de-texarkana
Pigeon




Vaas Ritcher
J'ai 30 ans et je vis à bord du Valkyriane un vaisseau de transport qui circule à travers l'immensité de l'Espace. Dans la vie, je suis mécanicien et chargé de sécurité. Je m'occupe de la maintenance ainsi que de surveiller la cargaison en vérifiant régulièrement le sanglage de la marchandise entre autres (possible fuites, dégâts, etc ...). Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien ou pas ... .



➽ Il aime son boulot, l'ambiance à bord est cool.
➽ Il n'a jamais vraiment eu de famille en dehors de son paternel. Il était fils unique et c'est son père qui l'a élevé, sa mère ayant perdu la vie peu après sa naissance.
Aussi, l'équipage est pour lui comme une petite famille.
➽ Il a de nombreux tatouages sur la poitrine, les bras, dans le cou et dans le dos. (les même que sur les photos).

➽ Caractère : courageux, audacieux, il peut se montrer extrêmement culotté. Taquin, farceur. Téméraire. Bagarreur, fonceur. Drôle, sympa. Il peut se révéler impulsif et très violent par moments, surtout lorsqu'il est à cran. Sinon il arrive généralement à se gérer ... dans une certaine limite. Il ne faut pas trop le chercher en somme.

La Terre lui manque parfois mais il n'a pas d'attaches là-bas et il préfère sa vie dans l'Espace.






Jeff Hardy ©️ Claire P



Regagnant le vaisseau au pas de course après avoir été dire un dernier au revoir à Jax et Shelley, j'arrive juste à temps alors qu'on prend le départ. Le son de mes pas résonne sur les différentes passerelles métalliques puis je ralentis en approche du poste de pilotage où tout le monde est rassemblé.
Schaeffer donne déjà ses ordres et je tilte soudain sur la présence de mon ex. Kery est installée tranquille à un poste libre. Je me colle un facepalm discret mais demeure silencieux.

- Bien qu'ayant retrouvé une fierté normale, et mes attributs comme il se fallait, le tonnage reste limite pour le vaisseau, nous aurons un tangage sur bâbord, et une baisse de vitesse de 7% par rapport à la vitesse de croisière, déclare d'ailleurs Kery qui s'affaire déjà à quelques dernières vérifications de routine. J'arque un sourcil en tiquant sur ces premiers propos. Concernant cette histoire de tangage, il suffit d'arrimer la cargaison de façon à ce que le poids soit mieux réparti au centre. Tâche à laquelle il va me falloir aller m'atteler au pas de courses. Mais c'est sans compter sur l'arrivée de quatre gardes affectés à la sécurité. Et dont je me serais bien passé. Quatre gardes qui n'arrivent pas les mains vides puisqu'ils trainent avec eux une jeune femme que je reconnais.

- On a repéré cette fille planquée dans un coin quand on venait vous rejoindre, déclare l'un d'eux, sans doute prêt à demander si elle fait partie de l'équipage ou non. Aussi je coupe aussitôt court à ses propos et lance.

- Qu'est-ce que vous foutez avec notre nouvelle recrue ?! l'air de demander s'ils l'ont pris pour un passager clandestin. Ce qui est assurément le cas, mais on va se taire là-dessus.

- La délicatesse, vous connaissez ? adressais-je aux deux qui la retiennent à la manière forte vu la façon dont ils lui ont choppé chacun un bras, leur faisant signe de la relâcher.

- Voici donc celle qui me secondera. Elle est douée en mécanique. J'ai eu du pot de la repérer au dernier moment. Je te laisse te présenter à l'équipage, invitais-je la jeune femme métisse à donner son prénom.

Je déchire l'emballage d'une barre chocolatée glissée au fond de ma poche et déclare alors que je vais régler cette histoire de recentrage pour le conteneur, invitant les quatre gardes à me suivre. Ils n'ont rien à foutre ici pour l'instant.



I'm a motherfucking beast !!
Revenir en haut Aller en bas
 
Luyen
Luyen
Féminin MESSAGES : 24
INSCRIPTION : 23/11/2018
CRÉDITS : Luyen :D

UNIVERS FÉTICHE : Univers originaux, toutes les epoques, avec pas trop de règles et des contextes flexibles...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2556-je-suis-nulle-pour-les-titres http://www.letempsdunrp.com/t2580-repertoire-de-persos
Limace


Maya Renshi
Je suis mecano sur des vaisseaux spatiaux, je suis même plutôt douée dans mon domaine, avant j'étais dans l'armée, c'est la que je me suis formée.
J'y ai aussi formé ma grande gueule, que je ferais bien d'apprendre a fermer de temps en temps, et mon humour qui a le don de déranger.
Je n'ai jamais réussi a m'attacher à personne, excepté à ma tante qui m'a élevée à la mort de mes parents, je n'ai pas de maison non plus, je passe mon temps dans l'espace et la plupart du temps ça me convient bien.
J'ai pas besoin de grand chose pour être bien, à manger, un endroit tranquille pour dormir, une caisse a outils bien remplie suffisent a mon bonheur, tout le reste c'est du bonus.
J'essaie toujours de voir le côté positif des choses, même quand ça va mal. J'ai une grosse dent contre les gens qui s'arrêtent à mon physique, ce qui explique sûrement pourquoi je me fringue comme un sac, et t'avise pas de me toucher si t'a pas reçu la permission, j'ai pas appris que la mécanique quand j'étais dans l'armée.
Mon histoire

Zoe Saldana © Luyen

- Eh ben qu’est-ce qu’on a la ?
- C’est une sacrée bonne question ça.


Elle se retourne en sursautant, plongée dans ses pensées elle ne les a pas entendus quand ils ont redescendu l’escalier, qu’est ce qui a bien pu leur mettre la puce a l’oreille ? Elle est certaine de n’avoir fait aucun bruit quand ils ont quitté la cale.
Bon ok, elle a réussi à rester immobile moins de 5 minutes avant que le stress prenne le dessus, pas moyen de tenir en place avec tout ce qui s’est enchaîné ces dernières heures. Alors elle a commencé à déballer lentement la palette de pièces détachées qu’elle avait préparé la veille pour se changer les idées. Il est possible que ça ait déclenché quelques alarmes.

- Eh toi, qu’est-ce que tu fous la ? Il est à moins d’un mètre d’elle, l’arme au poing, il vise un endroit qui doit se situer au niveau des pieds de Maya, c’est juste assez menaçant pour ne pas lui donner envie de faire de gestes brusques. Elle écarte les bras et tourne ses paumes vers eux, pour qu’ils voient bien qu’elle n’est ni armée ni agressive.
- Le tri dans les pièces détachées qu’on a embarquées. C’est la seule chose qu’elle a trouvé a répondre, parce que « je me planque dans la soute pour échapper à mon psychopathe d’oncle » ça ne lui paraissait pas être une excellente idée.

Prenons une petite seconde pour décrire nos quatre gorilles:
 

- Mouais, j’ai comme un doute la, c’est Vince qui parle, l’air franchement dubitatif, il se tourne vers Ian,
tu te rappelles avoir vu quelqu’un correspondant à sa description dans le rôle de l’équipage toi ?
- Nan pas vraiment, surtout qu’elle a l’air sacrément bien roulée même si l’emballage fait pas trop envie.
Bon par contre leur numéro tout droit sortit d’un western du 20em siècle c’est limite… Mais le moment est peut-être mal choisi pour le leur faire remarquer.
- C’est quoi ton nom ?
- Maya
- Maya…
- Renshi
Vince fait un signe, Ian et Lenny s’approchent d’elle pour l’attraper chacun par un bras.
- Ouais, c’est sûr que c’est la première fois que j’entends ce nom-là.

Elle ne se défend pas, de toute façon à quoi bon, vu la taille et la musculature des quatre gaillards, si elle essaie de leur échapper elle ne récoltera que des ecchymoses et de la méfiance.
- Tu viens avec nous, on va voir ce qu’en dit le capitaine.  
Autant en finir le plus vite possible avec les formalités qu’on puisse passer à la suite. Vince prend la tête du petit cortège et Dan ferme la marche, son arme à la main.
- Par contre le flingue n’est vraiment pas nécessaire hein, sauf si vous avez peur de ne pas pouvoir me maîtriser a vous quatre…
Ça ce n’était peut-être pas vraiment la chose la plus intelligente à dire, mais elle a parlé sans réfléchir.
- Dan, tu as entendu la dame ? Elle dit qu’elle ne va pas essayer de te faire du mal, tu peux ranger l’artillerie.
Bon, y en a au moins un des quatre qui a un peu d’humour, c’est plutôt une bonne nouvelle. Dan grommelle une réponse inaudible, mais elle l’entend glisser son arme dans l’étui qu’il porte à la cuisse.

- Bon les gars, j’en étais ou avant qu’on soit interrompus ?  Demande Vince.
- Quelque chose comme « un boulot sans histoire »  lui répond Lenny en adressant une grimace a Ian par-dessus la tête de Maya, pour la vingtième fois de la semaine il me semble.
- Lenny on se passera de tes commentaires. Certains d’entre nous ont la gâchette un peu facile, donc je me répéterais aussi souvent qu’il le faudra..  Visiblement cette dernière remarque s’adresse directement à Dan qui continue à marmonner dans sa barbe. On est sur un rafiot de civils, ok ? Et on a le même but, livrer la marchandise, on est dans la même équipe… Dan ?.
- Wé wé c’est bon, j’ai compris, « gentil avec les civils. » Pas de soucis chef…
La conversation prend fin quand le petit groupe arrive sur la passerelle, Vince fait un pas de côté pour que tout le monde puisse bien voir Maya encadrée de ses deux gardes du corps.
- On a repéré cette fille planquée dans un coin quand on venait vous rejoindre.
Mais c’est le mécano tatoué qui lui coupe la parole
- Qu'est-ce que vous foutez avec notre nouvelle recrue ?!
Maya ne peut s’empêcher de hausser un sourcil en entendant ça, mais s’il a décidé de lui sauver la mise elle ne va pas faire la fine bouche, il faudra juste qu’elle pense a lui demander son nom a l’ocase, elle l’a sûrement lu quand elle a fait livrer la marchandise sur le vaisseau, mais elle ne s’en rappelle plus du tout.
- Je te laisse te présenter a l’équipage, lance-t-il avant de repartir vers la cale sans même laisser le temps aux quatre autres de dire bonjour ou de se présenter, peut-être que Vince devrait lui servir le petit discours sur les buts communs et l’esprit d’équipe.

Bon en fait d’équipage c’est assez vite vu, un type austère qui doit être le capitaine, et une petite nana toute pimpante qui doit probablement occuper tous les autres postes par ce que la console de la navigation et celle des communications sont bien vides.

Maya s’avance vers le capitaine en lui tendant la main.
- Désolée pour ça. Maya Renshi, mécano…
Elle s’interrompt avant de commencer à se lancer dans des explications alambiquées sur le pourquoi du comment elle s’est retrouvée a bord, elle a un sérieux doute sur le fait qu’il se contente de la parole de l’autre, mais dans le doute elle préfère attendre de voir si ça passe. Cependant, avant qu’il puisse répondre un jeune homme passe la tête par le sas resté ouvert.
- Vous nous avez fait demander capitaine ?
Il porte un genre de blouse, serait-ce le médecin du bord ?
Revenir en haut Aller en bas
 
Mioon
Mioon
MESSAGES : 215
INSCRIPTION : 27/12/2018
CRÉDITS : Elairin Art

UNIVERS FÉTICHE : SF - Star Wars - Dark Angel - Lovecraft - Dick - Matheson - Ténébreuse - Fantastique - Manga - SnK - TerraFormars - Etc ...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2646-mioon#56791 http://www.letempsdunrp.com/t2647-un-bon-paquet-d-idees#56801 http://www.letempsdunrp.com/t2698-repertoire-de-mioon
Flash



Konrad
Schaeffer

J'ai 45 ans et je vis sur Terre lorsque je ne suis pas en mission. Dans la vie, je suis pilote de vaisseaux et capitaine et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis divorcé et je le vis plutôt très bien.


- Ancien militaire de carrière, Konrad a abandonné le service actif à la naissance de son fils Jake qui a aujourd'hui sept ans. Il a été marié à Samantha pendant près de dix ans, mais à cause de son comportement, il a fini par ne plus la supporter et a finalement demandé le divorce. Liberté chérie … qui l'empêche toutefois de voir son fils autant qu'il veut.
- Suite aux longues années passées à devoir supporter son ex-femme, Konrad est aujourd'hui un peu sexiste sur les bords. Disons qu'il ne leur fait plus aucun cadeau et les pousse à mettre les mains dans la merde au même titre que leurs collègues masculins, et ce même si elles viennent juste de se faire faire une manucure.
- Sévère et exigent dans son travail, c'est un homme agréable lorsqu'il n'est pas en service, et surtout quelqu'un sur qui on peut compter


Thomas Gibson © Mioon
Assis derrière la console de pilotage, Konrad était en train d'effectuer les contrôles de sécurité normaux lorsque la demoiselle au sous-vêtement revint pour prendre place à la console juste à côté de la sienne, et le capitaine leva les yeux au ciel devant sa bravade. Se souvenant immédiatement pourquoi il n'appréciait guère les femmes : parce que les femmes, même prises la main dans le sac, ça trouvaient toujours le moyen de râler et de faire les malines ! Dans un cas semblable, un homme l'aurait certainement bouclé en appréciant assez de passer entre les gouttes d'une sanction disciplinaire, mais le cerveau féminin était ainsi fait que plaintes et victimisations surpassaient tout le reste. Toujours. Et malheureusement pour la jeune femme, son ex' avait vampirisé ses réserves de patience au point que sa voix s'éleva bientôt dans le cockpit. Calme. Plate même. Mais avec un message pourtant très clair.

« Vous savez mademoiselle Kaplan, il vous aurait suffit de quitter la cabine de monsieur Ritcher dans le silence pour que vous puissiez vous faufiler en dehors du vaisseau en toute discrétion. Mais non : vous avez préféré hurlé comme si on était en train de vous égorger, avant de me mentir et de vous foutre de ma gueule ouvertement. Partant de là, assumez donc vos conneries à la place de vous plaindre comme une gamine. En participant à cette mission, vous serez payée au poste d'officier en second et vous éviterez les rumeurs comme les sanctions … il y a tout de même pire comme destin. Alors pour toute la durée du voyage, épargnez-moi vos sautes d'humeur. »

Sincèrement, quel numéro celle-là ! Heureusement qu'elle était la seule femme faisant partie de l'équipage d'ailleurs, parce que sinon … ah … ah ben non. Poussée un peu brusquement par les quatre hommes chargés de surveiller le container, une autre donzelle venait d'arriver dans le cockpit, et Ritcher la présenta aussitôt comme étant une recrue de dernière minute, et Schaeffer lui rendit aussitôt sa poignée de main polie. Et ce même s'il ne croyait pas, mais alors pas un seul instant, à ses explications concernant sa présence ici. À n'en pas douter, le mécano de bord devait être le chaud lapin du Navara, mais s'il avait effectivement le droit de collectionner autant de femmes qu'il le voulait, Konrad aurait en revanche assez apprécié qu'il pensât à les débarquer avant le départ ! Manquerait plus que les deux demoiselles se crêpassent le chignon en plein vol. De cette réflexion inappropriée que le capitaine de bord conserva pour lui tandis que l'infirmier synthétique arriva à son tour, empêchant le départ de Ritcher et des quatre agents de sécurité.

« Oui Sawyer, je vous ai fait appeler. J'ai reçu des directives médicales très tôt ce matin : LV-04 est située dans un cadran toujours atteint par la Malisaria, donc la vaccination est obligatoire pour tout le monde. Sawyer va vous donner un ordre de passage à l'infirmerie. En attendant, Ritcher et vous quatre, vous allez arrimer la cargaison suivant un point d'équilibre que mademoiselle Kaplan va vous calculer. Mademoiselle Renshi, l'écoutille A-P-21 ne répond pas sur la console de bord, vous allez donc y jeter un œil. Sawyer, vous allez avoir besoin de ma signature pour pouvoir ouvrir le lot de vaccins, alors je vous suis. Décollage prévu dans dix minutes sans problème rencontré entre temps … » tout en donnant ses instructions, Konrad s'était ainsi levé afin de pouvoir emboîter le pas au synthétique qui l'attendait dans le couloir après avoir donné des heures de passage à tout le monde, et ce fut en passant au niveau du mécano Don Juan qu'il lui glissa quelques mots supplémentaires à l'oreille « … si vous avez d'autres conquêtes à faire descendre du vaisseau, je crois que c'est maintenant. »

Une remarque plus amusée que réellement ironique ou agressive. Après tout, Schaeffer aussi avait été jeune, et il ne blâmait pas tous ces gosses de s'amuser dès qu'ils étaient sur Navara. La seule chose qu'il attendait au final, c'était que tout ce petit monde fût professionnel, et ça lui irait parfaitement.

Et sans plus attendre, il remonta donc la coursive jusqu'à l'infirmerie, où il signa un registre avant de sortir son couteau pour desceller lui-même le plastique protecteur des vaccins. Tant qu'à être là, il fût d'ailleurs piqué en premier, puis il repartit en direction de la tête du vaisseau pour s'assurer que tout fût ok.

Revenir en haut Aller en bas
 
Calville
Calville
MESSAGES : 176
INSCRIPTION : 30/06/2018
CRÉDITS : Funnyanimals2017

UNIVERS FÉTICHE : Historique, Science Fiction, Reel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2719-du-rp-a-gogo#58230 http://www.letempsdunrp.com/t2582-lui-elle-moi-eux-nous-entre-autre#55932
Flash



Kérala "Kery" Kaplan
J'ai 28 ans et je vis à bord de la station Navara depuis 2 ans . Dans la vie, je suis touche à tout, aussi bien pour charger les cargaisons que les réparations d'urgence. Je suis une main d'oeuvre pas chère et ne créant pas de souci, sauf quand mes chefs essaient de me donner des ordres.

J'ai un Brevet de Pilote et un diplôme en psychologie, mais ne le dites à personne.

J'aurai pu me sortir de ce semblant de misère, mais que ferais-je dans un bureau?
. La Station est une immense ville et qui dit immense ville, dit un tas de souci que j'essaie de minimiser.. Que feraient-ils sans moi ? Sinon, à cause de ma stupidité et d'une confiance aveugle, je suis célibataire et je le vis plutôt mal  ... .



➽ Folle, gentille, imprévisible.
➽ Sale caractère autant qu'adorable, elle passe de l'un à l'autre avec naturel.
➽ N'aime pas les armes !
➽ Physique : Mignonne sans être un canon de beauté, elle est le plus souvent avec ses cheveux châtains détachés, habillée en combinaison un chouilla couverte de graisses et autres trucs, des yeux noisettes, petit bout de femme mince. Ce qui lui permet de passer dans des conduits.
➽ Caractère : Elle est courageuse, un peu trop j’en-foutiste, et ne se rend pas compte des soucis dans lesquels elle s'embarque, sauf quand elle a les pieds dedans. Elle s'est se bagarrer, mais elle se retrouve le plus souvent à terre. Tenace elle a un fichu caractère qui déboule dans une conversation banale. lunatique? Juste un peu. Mais c'est une gentille, une vraie, qui a été blessée, malgré tout elle affiche un sourire presque toujours sauf dans les sombres recoins de sa cabine quand elle est seule avec elle-meme.
➽ Elle n'aime pas le vide de l'espace, c'est pour cela qu'elle n'est jamais parti très longtemps sur des vaisseaux, préférant une station qui est devenue aujourd'hui sa maison. Elle n'aime pas le danger, même si ca l'attire. Une femme dans toute son ambiguïté.
➽De toute sa vie elle n'a réellement aimé qu'un seul homme, le même qui a disparu peu de temps avant leur union, le seul qu'elle aimera jusqu’à la fin de sa vie malgré tout. Mais si elle le retrouve elle le tue !




Pinterest


Définitivement ce type avec un bali dans le cul ne serait pas son pote. Y a des gens comme ca qui sont antipathique dès le début. Quoiqu'il n'avait pas tort sur certains points, mais l'avouer reviendrait à lui donner un point dans cette petite joute et elle se le refusait. Mais elle ne répondit rien à sa dernière remarque, surtout garder son calme et ne pas lui exploser à la tete. Une semaine, voir deux ca ne serait pas la mort. Elle aurait un bon salaire et peut-etre de quoi repartir de Navara. L'apparition dans la cabine de pilotage d'une femme que Vaas semblait connaitre lui vrilla le ventre, elle aurait du s'en douter, ce type était aussi fiable d'un moteur de limace400 qui portait bien son nom. Elle se retient, encore, à croire qu'avoir remis l'uniforme la changeait du tout au tout, elle se contenta de balancer sa tablette avec les calculs qu'elle avait fait à Vaas pour qu'il degage de là vite fait, sans meme jeter un regard à la brune métissée.

Enfin seule ! Tous partis pour obéir à Monsieur le Commandant BDLC.. Ouais enfin, elle prit le temps de sa familiariser avec les commandes , Val l'IA du vaisseau se fit entendre pour la première fois et l'aida à fignoler le départ. Tout etait ok. Pressurisé


- Station Navara, ici le Valkyriane, Autorisation de décoller?
- Valkyriane autorisation accordée, bon voyage voix douce et robotique - un peu enjôleuse-
- Nous nous désengageons, merci pour votre accueil.

Un leger frémissement de la coque quand le vaisseau fut relâché par les bras mécanique qui le maintenaient hermétiquement soudé à la station. Doucement le vaisseau se recula avant de tourner sur lui meme ouvrant l'espace sombre et infini devant eux. Meme si elle avait une sainte horreur de tout ce vide, et du froid qui semblait passer la coque pour la glacer aux os, elle etait toujours admirative de cette immensité. Cela faisait bien longtemps qu'elle n'avait pas vu l'espace d'aussi près. La porte s'ouvrit à nouveau laissant le commandant revenir

- J'avais oublié que c'était si beau . Est-ce qu'elle lui parlait ou se parlait-elle, elle meme n'aurait pu le dire. Soupire avant de reprendre cette fois ci bien pour lui en allumant les moteurs au maximum de leur puissance, ayant entrée les coordonnées de la planète.  

- Direction LV-04, nous y arriverons dans ... 6 jours et 22 heures. Je réitère la baisse de vitesse mais au moins nous avons rétabli l'assiette. C'est parti.

La vaisseau marqua une accélération que l'on pouvait sentir même si minime. Direction le vide. Direction là-bas tout au loin. Qui savait ce que ce voyage pourrait leur apporter.

- Val je te laisse les commandes 1 heure
- Commande validée

Se relevant pour faire face au Commandant.

- Monsieur, autorisation d'aller à l'infirmerie ?



RP en discussion : Thème star wars: Mioon / Thème autre : Vie antérieur-phobie : Hiyorin

Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
 
 
The Better Days, forget it ! [Inspi Alien]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Why Haiti Can't Forget Its Past
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» Dog Days sous-titré en français
» || Come save me, unbreak me, cause I just can't forget you ;
» ABC-JUMPING DAYS au 1er RCP 1er AOUT 2015

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers science-fiction-
Sauter vers: