Partagez | 
 
 
 

 get closer to me and I will not go away (ft nanarounet <3)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
avatar
Epholia
Féminin MESSAGES : 81
INSCRIPTION : 02/10/2018
RÉGION : belgique.
CRÉDITS : myself (icon + code signature) tumblr (gifs)

UNIVERS FÉTICHE : sci-fi, fantastique, hp, charmed, marvel, dc, star wars...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur
Tortue


Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
L'an 2015 - New York se remet petit à petit de la victoire face à Ultron. Natasha, accompagnée de Captain America et du Faucon, se retrouvent au Moyen-Orient avec les nouvelles recrues des Avengers afin de faire face à un nouveau danger imminent. Lors d'une action de repérage orchestrée par Natasha, elle arrive à Laklouk, un petit village libanais où elle tombe nez à nez avec un fantôme du passé, Hulk. L'heure des retrouvailles et d'une confrontation est annoncée et personne ne sait comment le déroulement se fera...

Contexte provenant de l'univers Marvel, situé juste après l'Ere d'Ultron, adapté pour notre envie d'exploitation et d'évolution.


Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Epholia
Féminin MESSAGES : 81
INSCRIPTION : 02/10/2018
RÉGION : belgique.
CRÉDITS : myself (icon + code signature) tumblr (gifs)

UNIVERS FÉTICHE : sci-fi, fantastique, hp, charmed, marvel, dc, star wars...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur
Tortue



Natasha Romanoff
J'ai 75 ans et je vis un peu partout aux Etats-Unis. Dans la vie, je suis Black Widow, membre fondateur des Avengers ainsi qu'un agent du shield et je m'en sors moyennement bien ces derniers temps. Sinon, grâce à ma malchance, je suis face à une mission d'une grande ampleur, mais surtout face à un amour passé face auquel je ne sais pas comment me comporter et je le vis maladroitement bien.




scarlett johansson ©️ epholia
Vagabonde cette femme qui tente de tout entreprendre pour fuir un passé qui ne cesse de la hanter dans les pénombres du crépuscule. Perdue est cette femme qui désire apaiser son âme, son cœur pour laisser ses maux s’évaporer dans les nuages sombres de ce monde terrifiant. S’échapper, fuir pour ne pas se retourner sur ce passé qui la ronge et qui la pèse. Un passé qui lui ait douloureux et dont elle se doit d’aller de l’avant pour ne pas sombrer dans une détresse démesurée. Sans doute est-ce la raison pour laquelle cette jeune femme dangereuse ait prise la décision de prendre parti dans l’entraînement de nouvelles recrues au sein des Avengers, aux côtés de son fidèle allié Captain, pour se concentrer sur une vision plus positive pour un futur plus prospère, espérons-le. Lorsqu’un temps d’égarement surplombe les journées, les pensées de Natasha ne peuvent s’empêcher de se glisser sur cet homme énigmatique, mystérieux qui a réussi à captiver son cœur et à y faire naître des sentiments amoureux précieux. Il est touchant. Son côté bestial qui ressort lors de ses excès de colère séduisent la russe. Inutile de nier que cette dernière le craignait aux premières lueurs de leur rencontre, cette nuit où l’agent du shield avait pour mission de le recruter afin d’intégrer les rangs des Avengers. Cette histoire, cette relation est importante pour elle. Elle y est attachée et bien qu’elle ait été déçue de savoir que cet homme se trouvait dans un lieu reculé du monde, où il est presque indétectable, tout ce que Natasha espérait était qu’il se porte bien malgré tout et qu’il puisse trouver la paix intérieure avec ou sans elle. Natasha est une femme mystérieuse qui ne se livre pas facilement sur ce qu’elle ressent, ce qu’elle peut ressentir, mais surtout sur son passé qui la déchire de l’intérieur. Un passé qui lui a enlevé l’espoir de devenir mère un jour. Une stérilité qu’elle a encore du mal à digérer et dont l’aveu a été fait face à lui… face à cet homme… face à Bruce. C’est déchirant. Ça arrache le cœur, mais elle doit continuer à avancer et à ne pas sombrer dans une éventuelle dépression qui la rongerait. Elle n’est pas comme ça, Natasha. C’est une femme forte, dangereuse, impitoyable. Rares sont ces moments où elle est installée autour d’un verre pour se plaindre et pleurer jusqu’à pas d’heures : très peu pour elle. Non. Natasha est nettement plus efficace sur le terrain, avec cette tenue moulante qui la fait se connaître en qualité de Black Widow et dont elle devient tellement plus malicieuse, tellement assassine et tellement plus… mercenaire… C’est une espionne hors-pair, une combattante digne des plus grands noms que l’histoire du monde ait connue. Sans doute est-ce ceci qui la rend si proche de Steve Rogers pour qu’ils soient des partenaires en or.

Le Liban. Un pays du Moyen-Orient où le territoire est propice à un entraînement des plus rigoureux avec les nouveaux membres des Avengers. Une base s’est implantée dans une petite ville entourée par une vaste forêt dont la verdure demeure des plus verdoyantes, un exploit de la nature pour ce pays connu pour sa chaleur aride. Néanmoins, l’entraînement est un pur et simple prétexte. Natasha, Steve, Sam et d’autres membres étaient surtout là parce qu’ils avaient une mission : neutraliser une bande de mercenaires faisant du trafic d’armes à feu, d’armes nucléaires visant à réduire à néant tout le Moyen-Orient. Le SHIELD tient cette affaire très au sérieux et c’est un moyen comme un autre pour cette équipe de se faire la main et de montrer, surtout, de quoi elle était capable. Présents sur les lieux pendant une durée indéterminée, ce jour-là, pour Natasha, c’était l’occasion pour qu’elle puisse se rendre au petit village situé à quelques kilomètres de leur base. Un petit village regroupant une centaine d’habitants fragiles et vulnérables. Un petit village qui est tellement loin d’imaginer la menace qui pèse juste au-dessus de leur tête… Natasha soupire au fur et à mesure que ses pas la rapprochèrent de Laklouk. Ses sens sont à l’affût et elle a l’impression qu’une agitation inhabituelle siégeait en ces lieux. Les sourcils froncés, le regard sérieux, presque froid, la russe regardait autour d’elle tout en continuant d’avancer pour rejoindre le cœur du village. « De l’aide humanitaire ? Hum… » Cela lui semblait étrange… Elle ne savait pas que les habitants du village étaient dans une telle détresse au point que des équipes médicales, des bénévoles se joignent à eux pour les nourrir, pour leur offrir de nouveaux vêtements, pour les soigner… Elle baisse les yeux et continue son avancée, un très fin sourire sur le coin des lèvres. Son oreillette s’éveille. Au bout de cette dernière, la voix de Steve qui caresse son oreille. « Je suis en repérage. J’en ai pour une heure ou deux. Au moindre problème, préviens-moi, j’accourais. » Aussi vite que possible. Mais, pour l’heure, c’est quelque chose d’autre qui l’intriguait et qui titillait sa curiosité… Une silhouette lourde, imposante, énorme. Des grognements, à défaut d’hurlements. L’ombre la titille et la motive à s’enfoncer davantage sur ces terres. Puis… ce sont les battements de son cœur qui se stoppent l’espace de quelques secondes. Il faut qu’elle clignote plusieurs fois les yeux pour réaliser ce qu’elle voyait juste en face de son visage. Lui. L’être pour qui ses pensées ne cessaient d’être tournées et qui se retrouvait sur ce territoire… Personne n’aurait pu envisager un tel cas de figure, surtout pas Natasha. Elle peut fuir. Elle peut prendre les jambes à son cou et s’échapper pour ne pas se mesurer à lui… pour ne pas souffrir à nouveau. Mais, le voir, là… ça la rassure et apaise un peu son cœur, soulagé de le savoir en vie. Hulk est en face d’elle. La rythmique de son organe cardiaque est affolante. Natasha parvient à remuer ses lèvres fines pour laisser un mot s’y échapper dans un souffle… « Salut mon grand… » Sa voix est douce et tendre. Elle ne veut pas le brusquer et ni le faire peur, surtout pas quand il est transformé. Un très fin sourire étire ses lèvres alors que ses yeux pétillent : l’émotion est présente, Natasha le ressent. « Ça fait longtemps, pas vrai… ? » C’est si peu de le dire, Tasha…


Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Nanarounet
MESSAGES : 93
INSCRIPTION : 29/09/2018
RÉGION : Belgium
CRÉDITS : icons (myself), code sign (beylin)

UNIVERS FÉTICHE : HP, Star Wars, Marvel & DC, Sci-fi et aussi City
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2376-nanarounet-homecoming#51650 http://www.letempsdunrp.com/t2418-mes-envies-inavouables-libre-06-06 http://www.letempsdunrp.com/t2387-les-aventures-de-nanarounet#51848 http://www.letempsdunrp.com/t2378-les-bebes-de-nanarounet
Tortue



Bruce
Banner

J'ai 41 ans et je vis à Laklouk, au Liban. Dans la vie, je suis un ancien scientifique se cachant du monde à cause du monstre que je cache en moi et je m'en sors assez moyennement. Sinon, grâce à ma malédiction, je suis un célibataire, qui a voulu protégé la femme qu'il aime en l'abandonnant et je le vis plutôt mal en réalité.




Edward Norton ©️ Nanarounet

Bruce s'étonnait encore de la conscience qu'avait développé son alter-égo au fil du temps. Il ne peut en être surpris que d'avantage depuis l'épisode Ultron. Hulk aurait pu faire demi-tour. Hulk aurait pu retrouver les Avengers. Mais, surtout, Hulk aurait pu retrouver Natasha... Des retrouvailles auxquelles il a renoncé, en le guidant lui, ainsi que Bruce, jusqu'au territoire du Liban finalement. Malgré l'ampleur et la sincérité des sentiments qu'il avait développé pour la Veuve Noire, Banner s'évertuait à s'interdire de connaître une once de bonheur et d'épanouissement, encore plus auprès de la seule et unique femme qui était parvenue à atteindre une telle importance à ses yeux. Certes, Bruce se réfugiait souvent sa malédiction mais, pour le coup, il s'agissait avant tout de la peur la plus profonde d'un jour blesser Tasha, même par inadvertance. Une peur que semblait avoir partagé Hulk lors de son départ. Comme si le monstre prenait réellement conscience de ce qu'il était, des ravages qu'il causait. Et que dans un simple accès de rage, le géant de Jade aurait été capable d'aller jusqu'à tuer la ténébreuse Romanoff, même si ce n'était absolument pas son attention. Le plus difficile dans ce triste constat ? C'était cette ampleur susnommée des sentiments concernés. Car, si Hulk n'était proprement pas un être se perdant dans mille et une pensées, Bruce, lui, n'avait de cesse de penser à la membre des Vengeurs. Combien de fois ne posait-il pas son regard vers l'horizon en pensant à elle, se demandant où elle pouvait être ? Ce qu'elle pouvait faire ? Si elle aussi, elle avait ce regard tourné vers ce même horizon ? Si elle aussi, elle pensait parfois à lui lorsque ses yeux se tournaient vers un soleil couchant ? Des instants rares, uniques, précieux, où le coeur de l'ancien scientifique se serrait violemment dans sa poitrine, ne devenant qu'un morceau de pierre pesant et extrêmement douloureux. Des instants où la gorge se noue, se serre... Et que le regard vide et égaré retenait subrepticement de vagabondes larmes prêtes à s'évader. Ce sentiment qui, particulièrement, revenait chaque soir, chaque nuit, alors que les insomnies de Bruce le guettait. Fixer les étoiles. Penser à ces instants où, en tant qu'Avenger, il était au coeur d'une famille soudée et unique. Certes avec des différends par-ci et là. Mais un noyau dur, solide, où tant Banner que Hulk n'avaient pas à se cacher de qui, ni de quoique ce soit ! Se laisser bercer par le silence en entendant la voix de tous ses amis, et surtout celle de Natasha qui revenait toujours plus fortement que celle des autres. Le geste de son départ, aussi mesuré soit-il, résonnait comme le plus grand regret de sa vie... Même au-delà de l'expérience gamma qui l'avait transformé et maudit à jamais. Et tel une évidence malsaine, le destin voulait le remettre face à cette réalité... Comment ? En faisant de la rouquine la première personne à laquelle il pensait lorsqu'il se réveillait... Et la dernière pour qui il offrait les intentions de sa conscience avant de s'endormir. Perdu. Égaré plus que jamais. Bruce l'a toujours été. Mais encore plus que jamais ! Ce qui ne devait pas l'empêcher de continuer sa vie, son chemin et son quotidien comme il l'avait toujours fait avant les Avengers... Se trouver un terrier. Y faire son trou. Et espérer que Hulk ne fasse pas ses siennes pour ne pas être contraint de changer d'horizon, une fois encore !

C'est au Liban, près du village de Laklouk, que Bruce avait décidé de se poser. Il avait trouvé, non loin de là, un refuge humanitaire qui aidait les personnes défavorisées de ces contrées. Victimes de guerre, de conflits et d'abus par de multiples trafiquants, l'on trouvait ici des personnes qui avaient tout perdu et qui, bien souvent, n'avaient plus les moyens de se soigner... Ni de se nourrir, ou encore de s'assurer une manière de vie un tant soit peu décente. Le genre d'endroit parfait pour Banner. Un coin reculé, perdu au milieu d'une forêt dense, et où il pouvait aider en toute simplicité, sans trop se faire remarquer. Un endroit où il pouvait tout bonnement apporter de la nourriture et de l'aide parfois simplement social, tout comme mettre ses compétences en matière médicale totalement à l'oeuvre. De quoi laisser sa fibre professionnelle initiale reprendre quelque peu le devant de la scène, et jouir des expériences acquises en la matière durant de longues années d'études. Toutefois, malgré l'aspect reculé de ce camp humanitaire, de réfugiés en quelque sorte, rien ne pouvait mettre ce lieu à l'abri d'un quelconque danger. Et après plus de quatre mois sans incident, Bruce en fut confronter à cette réalité il y a à peine plusieurs minutes de cela. Au départ, il n'y eut qu'une jeep. Puis une seconde. Une troisième à sa suite. Et finalement une petite camionnette. Le tout arrivant dans un boucan brusque et soudain. Des hommes armés descendirent du véhicule. Des civils furent aussitôt pris en joue. Des hommes s'avancèrent en quête des responsables de ce camp. Jusque là, Bruce faisait profil bas. Il essayait de ne pas se faire remarquer. De ne pas faire de vague. Les conséquences pourraient en être catastrophiques, et il le savait pertinemment ! Toutefois, quand l'une des responsables de cette petite station reculée commença à être menacée, violentée et ruée de coups, l'ancien scientifique ne put se résoudre à ne pas intervenir ! « Hey ! Laissez-là ! » Lança-t-il aux responsables de cette incartade, tout en venant à la hauteur de sa collègue et responsable. « Si c'est de la nourriture ou des médicaments qu'il vous faut, prenez ce que vous voulez et partez ! » Les deux hommes se trouvant face à lui se regardèrent et répondirent dans un langage que Bruce ne parvenait pas à comprendre. Sans nul doute un patois régional avec lequel il ne s'était pas encore familiarisé. Toutefois, pas besoin de traduction lorsque vous vous ramassez en moins de trente secondes un violent coups de crosse d'arme à feu sur le coin de votre crâne. Bruce glissa un genou à terre, portant une main à la zone frappée sur sa tête, tandis que l'autre était tendue en direction des indésirables. « Je vous conseille de m'écouter et de pas insister si vous voulez pas le regretter... » Marmonna-t-il en serrant les dents, sentant déjà, et voyant surtout, le cadran de sa montre indiqué son pouls qui était en train de grimper de plus en plus vite dans les tours. D'autres mots brassés par les visiteurs et, l'instant d'après, notre principal intéressé fut traîné sur le côté, un peu plus loin, à la lisière du camp. Il fut laissé à d'autres hommes qui s'amusèrent alors à 'jouer' avec lui. Traduction ? Le malmener. Le violenter. De plus en plus. Le genre d'individus qui se faisaient plaisir en torturant avant de conclure leurs gestes par une mort inévitable... Sauf qu'il s'agissait de Banner ! Et, qu'au bout d'un moment, l'excès de violence provoqua la révulsion de ses retenues. Ses pupilles virèrent au vert. Comme subitement désarticulé, son corps se mit à convulser. Ses membres gonflèrent à vu d'oeil. Tout se déforma pour devenir plus imposant, plus musclé, plus nerveux, plus gigantesque... Et plus vert !

Un grognement. C'est un grognement qui surprit alors les agresseurs du jour, face à un Hulk en colère et prêt à en découdre ! Comme un enfant s'amusant avec des jouets, il commença à faire valser les corps et les véhicules comme de vulgaires poupées de chiffon sans importance. Avec brutalité, il laissa chaos et cadavre dans l'équipe originelle de ces indésirables, n'offrant que la vue de son imposante silhouette aux yeux des personnes présentes dans le camp, avant de pousser un profond grognement et de s'enfuir dans la profondeur des forets environnantes. Telle une bête animée d'une parcelle de conscience, le monstre verdoyant n'avait détruit que l'origine de sa rage avant de s'évaporer et de disparaître du regard des simples mortels. Tout du moins, tel est ce qu'il pensait ! Tel est ce qu'il croyait... Avant de se retourner et de se trouver face à une silhouette plus que familière ! Le colosse demeura alors subitement immobile. Chaque partie de son corps s'arrêta et se bloqua dans une inertie paralysante, les seuls mouvements de son immense allure étant ceux provoqués par sa lourde respiration. Il y eut alors cette voix qui résonna jusqu'aux oreilles du monstre. Si sa bouche n'exprimait aucunement émotion particulière, son regard, lui, s'adoucissait et offrait une allure plus fragile, plus précaire, plus timide dans un sens. Lorsqu'elle l'interroge, Hulk détourne le visage. Il regarde autour de lui. Il semble dans une sorte d'inquiétude, de panique. Sa volonté ? Trouver un endroit où se cacher... Alors que le plus gros arbre de la forêt ne serait pas à même de pouvoir dissimuler toute son envergure. « Hulk... Pas là... » Bafouille la créature, relevant une dernière fois son regard vers Natasha. « Pas Hulk... Hulk méchant... Hulk mauvais... ! » Tente-t-il de renforcer sa voix, dont on devine une forme d'émotion et de profond trouble. Il lui tourne alors le dos. Hulk grimace. Hulk a mal. Hulk essaye de s'avancer dans la forêt. Ses mouvements tentent d'être rapides. Mais ils sont surtout violents. « Hulk mauvais ! » Son poing s'abat violemment sur son propre visage. « Méchant Hulk ! » Un autre. « Pas faire confiance à Hulk ! » Grogne-t-il plus fort, sentant alors une instabilité émotionnelle en lui. Il découvre pour la première fois les effets d'un coeur lourd et douloureux, alors qu'il commence à se déchainer sur les éléments qui l'entourent. Il se tape la tête dans un arbre. Il en arrache un autre qu'il vient briser comme s'il s'agissait d'une brindille. Il pousse un grognement semblable à un hurlement. « NON ! NON ! HULK MAUVAIS ! » Il est envahi par cette culpabilité que même Bruce ne soupçonne pas chez lui, alors qu'il redouble d'actes de violence, de déchaînement, que cela soit au détriment de dame nature... Et même de son corps, continuant de se frapper rapidement et fortement !



You either die a hero
or live long enough to see yourself become the villain


Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Epholia
Féminin MESSAGES : 81
INSCRIPTION : 02/10/2018
RÉGION : belgique.
CRÉDITS : myself (icon + code signature) tumblr (gifs)

UNIVERS FÉTICHE : sci-fi, fantastique, hp, charmed, marvel, dc, star wars...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur
Tortue



Natasha Romanoff
J'ai 75 ans et je vis un peu partout aux Etats-Unis. Dans la vie, je suis Black Widow, membre fondateur des Avengers ainsi qu'un agent du shield et je m'en sors moyennement bien ces derniers temps. Sinon, grâce à ma malchance, je suis face à une mission d'une grande ampleur, mais surtout face à un amour passé face auquel je ne sais pas comment me comporter et je le vis maladroitement bien.




scarlett johansson ©️ epholia
C’est le cœur serré que le regard perdu de la Veuve Noire se pose sur cette masse verdoyante. L’émotion était là, Natasha pouvait aisément le ressentir. Elle ne s’était pas attendue à se retrouver face à lui, dans un tel environnement avec un tel contexte. Elle ne s’était pas du tout préparée à d’éventuelles retrouvailles avec lui… que ce soit avec Bruce ou avec son alter-égo. C’était le chamboulement. Un chamboulement imprévu avec lequel elle se doit de faire face pour ne pas flancher et perdre le contrôle. Le contrôle… Elle finira par le perdre si ses yeux continuèrent de fixer ce gros bonhomme vert qui ne cesse de la toucher en plein cœur. Hulk est peut-être un « monstre » que beaucoup finissent par craindre tant par sa force, que par ses hurlements, ses grognements, mais Natasha n’a jamais éprouvé une peur bien profonde envers lui. Sa première rencontre avec Hulk a été impressionnante et une pointe de crainte avait fini par montrer le bout de son nez. C’était un bref passage dans ce monde lugubre et rempli de tentations. Un bref fin sourire avait été les commissures des lèvres de la Veuve Noire lorsqu’elle découvre son bonhomme géant se taire du moindre mouvement. Au moins, demeurait-il toujours sensible quant à sa présence et, dans un sens, ça réussissait à légèrement rassurer Natasha sur le fait qu’elle lui demeurait toujours… un tant soit peu importante…

La tension était palpable. Le silence était le maître d’or entre les deux silhouettes. Un silence palpable, lourd… lourd de vérités et de sens. Les iris de Natasha se plongeaient dans l’immensité du regard de Hulk. Elle pourrait finir par s’y perdre tant elle se sent fragile à se retrouver face à cet homme de grande envergure. Elle pourrait flancher à tout moment et à oublier leur lourde séparation pour repartir sur du bon pied, pour tourner la page et pour montrer à Bruce qu’ils ont tous les droits de s’accorder une chance tout comme ils méritent de connaître un minimum de bonheur dans ces vies bien tumultueuses, dangereuses et compliquées. Si Natasha pouvait revenir en arrière, elle changerait beaucoup de choses à leur relation. Ses derniers mots envers lui… envers Hulk concernait leur fin de mission… qu’elle ne parvenait pas à le retrouver avec le mode furtif et qu’il était désormais temps pour lui de retourner à la maison… Il avait coupé court à cette bride de conversation, laissant Natasha complètement décontenancée et perdue. Tant de souvenirs lui remontent à la surface… comme cet instant où ils auraient dû, pu s’enfuir tous les deux et démarrer une vie qui leur est propre… Ce sont alors les premières manifestations de larmes qui perlent les yeux de la jeune femme qui lui font prendre conscience l’importance de Bruce, de Hulk dans sa vie. Rien ne serait plus pareil sans lui, elle le sait, elle en est consciente. Mais elle doit sortir de sa torpeur, pour le sauver...

Hulk semble souffrir. Il semble aussi fragile que ne peut l’être Natasha. Elle le ressent au fond de ses tripes. Il se proclame être mauvais. Il ne l’est tellement pas… Il se fourvoie tellement sur ce qu’il est… Il lui tourne le dos… Il essaie de s’éloigner et de s’avancer vers les profondeurs de la forêt. Sans une petite once de succès. Natasha fronce les sourcils, elle plisse légèrement les yeux. Son cœur ressent le mal-être de Hulk et elle a mal. Elle a mal de le voir aussi fragile. Elle a mal de le voir souffrir. La cause peut être multiple, c’est certain, mais elle ne veut pas le voir comme ça. C’est trop dur. C’est trop douloureux. Elle n’essaie pas d’effacer cette larme, cette goutte d’eau qui s’écoule le long de sa joue. « Mon grand… » Sa voix se brise un peu. Elle doit se ressaisir. Natasha est en train d’assister à des actes de violences qu’elle ne peut, en aucun cas, sanctionner et ça lui arrache davantage le cœur de découvrir la souffrance que peut ressentir Hulk. Il fait autant la fête à son visage, à son corps qu’à la nature. Elle ne peut pas le laisser continuer. Non… « Le soleil va bientôt se coucher… » Un nom de code, si on peut dire ça comme cela, qui leur ait propre. Une signification qui arrive, généralement, à calmer Hulk, mais la Veuve Noire le sait, il lui faudra bien plus que cela pour le calmer et le stopper dans ses actes. Elle s’élance alors vers lui. Elle court pour se mettre à sa hauteur tout en gardant une légère distance pour tenter de l’amadouer et de le calmer. « Tu n’es pas mauvais… Tu ne l’es tellement pas… » Elle ne chercherait pas à camoufler un quelconque mensonge pour le transformer en une fausse vérité. C’était juste de la sincérité qui sortait de sa bouche dont la voix était fragile, mais douce malgré tout. « Arrête de te faire du mal… Tu ne dois pas le faire… » Natasha peinait à trouver les bons mots. Tout ce qu’elle voudrait faire là, c’était d’hurler. Crier pour lui demander de tout stopper. Crier pour le supplier d’arrêter de se faire autant de mal. Elle ne le veut pas. C’est trop dur pour elle de voir cette personne qu’elle aime se tuer de cette façon… Hurler pour laisser un torrent de larmes courir le long de ses joues et parcourir ce visage doux trahi par la souffrance. « Je t’en prie mon grand… » Natasha tente une approche frêle et légère en s’avançant prudemment vers lui. Une main rassurante et rempli d’assurance se lève à hauteur de sa poitrine, bras quelque peu tendu vers la masse verdoyante. Elle a du mal à garder une bonne respiration tant la situation la déstabilise et la fragilise. Mais, elle ne baisse pas les bras et continue de s’avancer, toujours avec prudence, sa main voulant se reposer sur le bras imposant de Hulk. « Tu es mon héros… Tu le seras toujours… » La dangereuse s’immobilise l’espace de quelques secondes. « Tu n’es pas mauvais, mon grand… Tu es… seulement… mon héros… » Lourd de sens que sont ces mots… si bien qu’elle ne contrôle plus rien et laisse ces quelques larmes se montrer et s’échapper sur son visage…


Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Nanarounet
MESSAGES : 93
INSCRIPTION : 29/09/2018
RÉGION : Belgium
CRÉDITS : icons (myself), code sign (beylin)

UNIVERS FÉTICHE : HP, Star Wars, Marvel & DC, Sci-fi et aussi City
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2376-nanarounet-homecoming#51650 http://www.letempsdunrp.com/t2418-mes-envies-inavouables-libre-06-06 http://www.letempsdunrp.com/t2387-les-aventures-de-nanarounet#51848 http://www.letempsdunrp.com/t2378-les-bebes-de-nanarounet
Tortue



Bruce
Banner

J'ai 41 ans et je vis à Laklouk, au Liban. Dans la vie, je suis un ancien scientifique se cachant du monde à cause du monstre que je cache en moi et je m'en sors assez moyennement. Sinon, grâce à ma malédiction, je suis un célibataire, qui a voulu protégé la femme qu'il aime en l'abandonnant et je le vis plutôt mal en réalité.




Edward Norton ©️ Nanarounet

Lorsque Hulk se manifestait, il ne laissait toujours dans son sillage qu'une certaine forme de chaos et de destruction. Ce n'était là ni une critique, ni une condamnation, mais bel et bien le constant de l'état de rage que symbolisait cette entité si particulière et unique. Toutefois, est-ce que Hulk aurait pu réellement être autrement ? Son existence est le fruit d'un accident. Il est perçu comme une monstruosité terrorisante et redoutable. Ceux qui ne le craignent pas de prime à bord, n'ont pour but que sa capture ou sa neutralisation. Et, celui qui détient les clés de l'existence de la créature, celui-là même met tout en oeuvre pour ne jamais laisser de place à sa créature. C'était comme mettre un enfant au monde... Avant de le condamner aussi tôt à une vie recluse et en exil, sans que l'on puisse lui donner la chance de trouver sa propre place dans un monde, et dans un univers de vie aussi compliqué que celui de la Terre... Alors, sa rage et sa colère colossalement naturelle ne se mêlèrent car cette forme d'isolation et d'incompréhension du monde. Ne demandant qu'à pouvoir exister, la créature n'en n'avait pas le droit. Avide de vivre, la liberté lui en était privé. Ce n'était rien d'autre que la personne dont personne ne voulait se soucier, ni même accepter dans son quotidien, mais que l'on appelait quand même lorsqu'on avait un problème. Et pas de merci particulier pour autant ! Au pire des brimades et des jugements. Au mieux ? Des railleries et taquineries sur son imbécillité primaire. Jamais totalement vivant. Toujours craint ou détester. Majoritairement rabaissé à une damnation et une malédiction. Comment celui que l'on définit alors comme un monstre aurait-il pu être plus docile, pacifique, et d'avantage  moins dangereux, brutal et maladroitement destructeur ?! Toute l'ironie de l'entité de Jade en fin de compte. Pourtant demeurait-il une exception. Pourtant demeurait cette exception. Elle. Natasha. Jamais de jugements hâtifs. Pas de moqueries ou de réflexion déplacée. Aucune malveillance, ni caricature grossière. Juste de la présence. Juste de la curiosité. Et cette forme de bienveillance étrange, et dont la créature s'interrogera certainement toujours sur le pourquoi du comment ! Certes, la méfiance était de mise une fois que l'on s'adressait à l'atler-égo de Banner, mais dés que cela venait de la Veuve Noire, Hulk ne le prenait jamais comme une menace quelconque. Juste une prudence mesurée car l'on savait de quoi il était capable. Pourtant, jamais il ne s'était senti être une menace lorsqu'il se voyait dans les yeux de la vengeuse. Sans doute était-ce pour cette raison qu'elle demeurait la seule et l'unique personne capable de le calmer, de l'apaiser. Et de le guider sur le chemin d'acceptation, pour disparaître et laisser de nouveau sa place à Bruce. De façon purement rationnel, cela n'avait certainement aucun sens. Pourquoi elle plutôt qu'une autre me diriez-vous ? Mais pour le Colosse, c'était comme une évidence qu'il n'avait pas besoin de comprendre. Il en était très attaché, pour tout ce qui vient d'être évoqué plus haut. Et très certainement parce que la fine partie de Bruce qui demeurait en lui, lorsqu'il était transformé, faisait ressentir les mêmes émotions que le scientifique éprouvait pour l'espionne. Car tout ce qui vient d'être dit, quant à Natasha, était aussi bien vrai pour la créature que pour l'homme !

Si Hulk réagissait avec autant de colère, de force et de douleur contre lui, c'est parce qu'il se souvenait absolument de tout. Il se souvenait de cette victoire contre Ultron. Il se souvenait de ce vaisseau. L'image du visage de Black Widow sur ce moniteur était le genre de tableau que l'on peignait, que l'on gravait de manière indélébile dans votre cerveau. Se rendre compte qu'on a blessé la seule et unique personne qu'on a toujours voulu protéger plus que tout. Comprendre qu'on a fait souffrir la seule personne comptant réellement pour soi. Aussi animal pouvait-il être qualifié, Hulk en avait toutefois pleinement conscience. Alors non ! Il ne pouvait être calme. Il ne pouvait être serein en la revoyant face à lui. Et non ! Était-il incapable de réagir autrement que par cette violence infligée à lui-même, par cette mutilation forte et féroce. Il était clairement évident que notre monstre de Jade n'avait pas une perception aussi pointue que celle des êtres humains. Toutes les nuances émotionnelles étaient, pour lui, similaire à une équation à de multiples inconnues et pour ainsi dire impossible à résoudre. Cependant, la base de compréhension se voulait assez présente pour ressentir qu'il y avait une forme de douleur, de malaise dans la voix de celle que l'on pouvait qualifier de son amie, lorsqu'elle l'interpella. Ainsi eut-il un bref moment d'arrêt et de répit, juste le temps pour lui de tourner lentement la tête en direction de Black Widow, et d'entendre alors cette phrase tellement basique, mais néanmoins tellement emplie de sens. L'expression de rage se radoucit sur son visage. Ses traits se libérèrent de leur tension, alors que sa respiration lourde et saccadée demeurait sur l'instant, le seul son qu'il émit. Un frêle instant de répit avant que la tête de la bête ne se secoue rapidement de droite à gauche. La mâchoire se ressert lourdement. Il prend sa tête dans ses mains gigantesques, les refermant en poing avant de se taper avec sur le crâne tel un jeune autiste en pleine crise de panique. Il grogne. Il gronde. Sa rage pousse un hurlement se répercutant contre la surface des arbres alors qu'il veut de nouveau s'avancer d'un pas lourd et décidé vers l'avant. Une décision entravée. Une marche empêchée lorsque Nat' vient se mettre en plein milieu de sa route, faisant s'arrêter inévitablement le colosse. Son attention se focalise sur la voix de l'espionne, même sans le vouloir. Sa mâchoire demeure toutefois toujours aussi crispée, tandis que son regard ne parvient pas à délivrer autre chose que ce mélange de colère et de douleur régnant en son for intérieur. Hulk n'est pas bon pour lui-même. Hulk n'est pas bon pour personne. Ce n'est pas ce qu'il exprime, mais ce qu'il ressent à l'entente des mots de son amie. Il a envie de partir, de reprendre son chemin. Mais il se sent totalement incapable de la bousculer, et n'a paradoxalement pas envie de bouger non plus. « Hulk... Déjà... Mal... » Prononce-t-il, dans un souffle difficile, tout en baissant la tête d'un air coupable.

Tasha a pour elle d'être la seule à pouvoir approcher autant le géant sans réel danger. Les yeux de notre ami retrouve le contact direct des iris de l'Avenger, comme cela pouvait être si souvent le cas autrefois. Sa respiration est toujours aussi lourde et saccadée. Mais si ses yeux demeurent plisser, comme par prudence, comme par danger, de nouveau, les traits de son visage, eux, se décrispent plus que jamais. Sans émettre le moindre mouvement, Hulk laisse la main de Natasha se poser sur son bras. Il ne la repousse pas. Que du contraire ! Il avale difficilement sa salive sur les paroles de la Veuve Noire. Et Hulk pose alors ses yeux sur les quelques fines larmes vagabondes de sa vis-à-vis. Toujours sans le moindre mot, il relève lentement l'une de ses immenses mains afin qu'un seul de ses doigts ne partent à la rencontre de cette joue humidifiée. Sur le bout de son index, Hulk vient ramasser la larme paraissant ridiculement petite, mais dont il est touché, peiné. Ca fait mal. C'est douloureux de la voir pleurer. « Natasha pas pleurer... » Souffle-t-il, alors que le bout de ses doigts viennent essuyer aussi délicatement que possible les traces des autres larmes peu nombreuses mais néanmoins vagabondes. « Hulk mal de faire mal Natasha... » Il rabaisse alors sa main, son bras et, lentement, se détourne sur le côté, la tête toujours baissée et tournée vers le sol. « Pour ça Hulk partir. » Le monstre ne savait pas ce qu'était pleurer. C'était quelque chose qu'il ne connaissait pas et n'avait jamais fait dans sa 'courte' existence. Pourtant, il en ressentait tous les symptômes, tel le coeur qui se serre et vous vrille de douleur. Tels les yeux qui piquent sans qu'on ne puisse en changer le ressenti. Ou encore cette boule dans le creux de la gorge qui vous bloque et vous empêche presque de parler. « Partir pour protéger Natasha de Hulk... » Pour un être que l'on qualifiait d'animal sans conscience, l'intéressé venait pourtant d'évoquer en toute conscience les raisons de son geste. Les raisons de son départ. De sa disparition. De sa fuite. « Hulk et Banner beaucoup aimer Natasha. » Désormais, le géant s'était totalement tourné, de dos, pour ne pas affronter le regard de Black Widow. Et parce qu'il découvrait le poids que représentait de faire un aveu comme ce dernier. « Hulk et Banner d'accord pour décider partir. Hulk et Banner penser que être mieux pour Natasha. » Son corps demeura de dos, mais son visage se retourna néanmoins vers le sien. « Car Hulk toujours finir par faire mal... » Et sur ces paroles, le verdoyant redresse la tête droit devant lui, et reprend ses pas lourds, solides et soutenus pour s'avancer dans les profondeurs de la forêt, poussant de nouveau grognement, et repoussant ci et là certains arbres entravant sa route et son chemin.



You either die a hero
or live long enough to see yourself become the villain


Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Epholia
Féminin MESSAGES : 81
INSCRIPTION : 02/10/2018
RÉGION : belgique.
CRÉDITS : myself (icon + code signature) tumblr (gifs)

UNIVERS FÉTICHE : sci-fi, fantastique, hp, charmed, marvel, dc, star wars...
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur
Tortue



Natasha Romanoff
J'ai 75 ans et je vis un peu partout aux Etats-Unis. Dans la vie, je suis Black Widow, membre fondateur des Avengers ainsi qu'un agent du shield et je m'en sors moyennement bien ces derniers temps. Sinon, grâce à ma malchance, je suis face à une mission d'une grande ampleur, mais surtout face à un amour passé face auquel je ne sais pas comment me comporter et je le vis maladroitement bien.




scarlett johansson ©️ epholia
La douleur pouvait avoir plusieurs significations possibles. La douleur est abstraite et se laisse pointer le bout de son nez à des moments très opportuns. Mais quand la machiavélique apparaît, elle ne veut pas s’en aller aussi facilement. Quand la diabolique est là, vous souffrez, vous souffrez terriblement. Pendant combien de temps ? Le temps est implicite et perceptible. Il est énigmatique et peut se laisser perdurer pendant un très long moment. La souffrance la plus douloureuse… personne ne pourrait réellement le dire, mais là, dans ce cas précis, pour la Veuve Noire, c’est de voir Bruce… son alter-égo, souffrir et se faire douloureusement mal. Un mal que Natasha peinait à regarder et à voir. Un mal que la vengeresse voulait cesser à tout prix. Elle refusait de le voir s’infliger autant de force cruelle contre sa peau, contre ce visage que la torturée n’avait plus l’occasion d’admirer depuis quelques mois… depuis la victoire contre Ultron… une victoire qui avait séparé les amants maudits et qui en payaient le prix aujourd’hui. Autant Natasha pouvait-elle être une femme complètement détachée et complètement sauvage avec les autres hommes tels que ses ennemis par exemple, autant son cœur se serrait maladroitement, douloureusement à l’intérieur de sa poitrine face aux infligements que se fait subir Hulk. Avec Bruce, avec Hulk, Natasha pouvait se sentir comme elle-même. Elle vivait. Elle vivait vraiment. Elle se sentait encore plus forte que jamais, prête à soulever des sentiers battus. Malgré cette force contre nature, Natasha n’a pas pu retenir ces quelques larmes qui avaient vraiment l’envie de s’évacuer pour atterrir sur cette terre froide et aride. C’est pénible, cette sensation de faiblesse, mais il faut qu’elle aille de l’avant… il faut qu’elle aille de l’avant pour elle, mais surtout pour Hulk… pour le libérer de cette souffrance qui est en train de le consumer à petit feu… Alors, Natasha n’avait pas hésité à prononcer cette phrase unique qui a beaucoup d’importante pour les deux protagonistes. Une phrase… Des mots intenses et sincères, rempli de vérité et d’apaisement. Des mots qui prennent un sens tellement inédit dans les oreilles de notre monstre verte qu’il ne peut que séduire Natasha quand il commence par s’apaiser… Pendant un bref instant, Natasha nourrissait cet espoir que son héros puisse se calmer, être apaisé, que toute douleur s’évapore de son âme pour être transportée dans un autre monde. Un bref instant durant lequel Natasha avait esquissé un sourire alors que ses petites larmes commençaient à disparaître de son visage. Un sursaut. Un sursaut qui fit bondir l’organe cardiaque de la jeune femme russe sans que son corps n’émette des mouvements plus prononcés qui auraient pu faire peur à Hulk et le faire paniquer, s’en aller surtout. Il se remet à se faire mal en laissant ses poings gigantesques se rabattre contre son visage. C’est une vision atroce et Natasha ne sait pas comment éviter qu’il continue sa maltraitance sans le brusquer… Et même en le brusquant, elle ne ferait qu’aggraver les choses en se blessant et le cercle infernal ne cessera jamais de tourner, encore et encore…

Hulk, déjà mal… Trois mots. Uniquement et simplement trois mots. Trois mots qui résonnent comme une vérité dans le cœur de Natasha. Hulk était incapable de mentir et ne parlait qu’avec ses tripes, qu’avec son cœur et son âme en parfaite harmonie avec son esprit. L’abandon n’entre pas dans le vocabulaire de Natasha. Elle n’a jamais été adepte de ceux qui abandonnaient chaque acte entrepris qui ne parvient pas à avoir le résultat qu’ils auraient espéré avoir. Non, Natasha n’abandonne pas et s’était encore un peu rapprochée d’Hulk pour laisser sa main si petite contre ce corps incroyable se reposer lentement, soigneusement, délicatement sur le bras de notre avenger. Sans chercher à arrêter ses larmes, ces dernières reprirent leur descente. Le silence régnait entre les deux personnes. Seuls quelques oiseaux exprimaient leurs sentiments ci et là. Un silence lourd de sens. Là où Hulk avait surélevé son doigt pour attraper une goutte du visage, de la joue de la Veuve Noire. Il est si délicat… si sensible… si doux avec elle… Parfois, Natasha se demandait si elle méritait vraiment cette proximité si particulière et spéciale que Hulk lui apportait. Parfois, les doutes prennent place dans le cœur de la russe si bien que si elle pouvait revenir en arrière, elle éviterait d’annoncer à Bruce ses sentiments et son envie d’avancer avec lui dans la vie… Si elle ne l’avait pas fait, les deux hommes de sa vie ne seraient pas là à se faire de mal… Mais, là, actuellement, Natasha préférait ne pas y penser et ne pas rester là-dessus. Sa priorité était Hulk et elle ne risquerait pas de changer. « Non… Je ne pleure pas… Je suis juste émue de te revoir… » Dans un sens, Natasha disait la vérité. Elle était émue de revoir la personne en qui elle tenait le plus. Elle était émue de retrouver cette personne qui lui avait procuré beaucoup de bien-être en un laps de temps assez court et ça lui suffisait. Mais ce qu’elle ne pourrait pas accepter c’est de le voir continuer à se torturer, ça, elle ne peut pas. Ces mots, Natasha les avait prononcés dans un souffle dont l’esquisse de son sourire montrait bien que ses pleurs n’étaient là que pour jouer les acteurs d’un mélodrame qui se doit d’être arrêté le plus rapidement possible. « Tu ne me fais pas mal, Hulk… Non… Pas mal, Natasha… » Il abaisse sa main, puis son bras. Natasha retend la sienne pour empêcher Hulk de s’éloigner encore. « Ne pars pas… Reste… Reste pour moi… » Le cœur serré, Natasha doit faire comme si elle n’allait pas craquer en ravalant ses larmes, bien que ses yeux étaient plus pétillants que jamais. Et pour ponctuer ses mots, la russe avait reposé sa main dans celle de son héros, de son grand bonhomme, dans l’espoir qui se ravisse et qu’il reste…

Il voulait partir pour la protéger de lui. Il voulait faire cela alors que l’effet escompté n’était pas du tout celui le plus approprié. Il était parti pour la protéger et ça n’a suffi qu’à la mettre dans une incompréhension des plus totales et à souffrir en silence, à se concentrer à cent pour cent sur son travail, sur le sauvetage du monde pour ne pas craquer tant elle avait besoin de lui dans sa vie et qu’elle ne pourrait pas rester une année, une semaine, une vie entière sans Bruce, sans Hulk. Il venait tout juste de lui avouer que Bruce et donc lui l’aimait beaucoup… Dans quel sens, Natasha s’en fichait pas mal, mais il était évident qu’une amitié n’était pas envisageable entre les deux… Bien sûr que non… Son héros ne voulait pas l’affronter. Il s’était retourné, pour ne pas la regarder. Elle comprenait. Elle ne pouvait pas le forcer à faire quoi que ce soit. Natasha ne disait rien. Elle était juste figée, le visage baissé, ses lèvres humecter pour ne pas se laisser aller à nouveau. Ses cheveux lâchés empêchaient Hulk de voir d’éventuelles larmes se figer sur ses iris. Les mots qu’il prononçait la peinait si bien qu’elle ne parvenait pas à prononcer quoi que ce soit. C’était… difficile. Néanmoins, Natasha entendait les lourds pas de Hulk s’éloigner doucement, mais sûrement. Elle entendait faiblement les grognements de ce dernier. Elle se sentait tellement faible. Elle ne pouvait pas rester là sans rien faire et pourtant… Natasha… Je te connais depuis tellement d’années… C’est Laura qui m’a dit qu’il se passait quelque chose entre le Docteur Banner et toi… Je ne parvenais pas à le croire, mais… C’est vrai que c’est la première fois que je te voyais te laisser aller avec un homme. Si cet homme, ça doit être lui, alors fonce. Ne le laisse pas t’échapper. Il est têtu comme une mule, Stark peut te le certifier. Mais, je veux que ton bonheur, Tasha alors fonce… Elle repense aux mots que Clint lui avait prononcé avant la bataille contre Ultron. Des mots lourds de sens. Natasha ne peut pas rester là sans rien faire… « Attends… ! » Dans un cri s’échappant de ses lèvres à travers les profondeurs de cette immense forêt, Natasha courrait vers Hulk pour le rattraper et espérer arriver rapidement à sa hauteur. « Attends… » Elle commence alors à ralentir pour reprendre son souffle et parler suffisamment fort pour qu’il puisse l’entendre. « Toi et Banner aviez tort… Totalement tort… » Posant une main contre son cœur, Natasha soufflait de façon à récupérer la fréquence normale de sa respiration. Elle leva le visage vers Hulk. Un visage qui lui adressait un sourire. « Vous pensez tous les deux que partir suffirait à ne pas me faire souffrir. Mais c’est tellement le contraire… » Doucement, délicatement, Natasha reprit ses pas pour se rapprocher de lui. « Oui, j’ai eu mal, j’ai souffert. Mais uniquement parce que tu n’étais pas là. Je veux que tu sois là. » Autant lui que Bruce. Elle avait besoin d’eux dans sa vie. « Si tu tiens vraiment à moi, reste. » En face de lui, Natasha avait posé un regard rempli d’émotions sur celui de Hulk. Sa main était parvenue à se poser contre le bras de Hulk sans qu’il ne puisse s’y attendre. Elle n’irait pas jusqu’à apporter un baiser contre ses lèvres car elle n’arriverait jamais à sa hauteur, mais elle veut sa stabilité, auprès d’elle.


Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
 
 
get closer to me and I will not go away (ft nanarounet <3)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» EDGAR ✖ he said if you dare come a little closer.
» Closer to the Edge
» 01. I get bored, so ... Hello ! [ft Glenn McAllistaire]
» #. A.telier by N.ight & S.wie & O.range & Illu' | CLOSER FOR NIGHT & ORANGE |
» Keep your friends close, and your ennemies closer.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers science-fiction :: Superheroes-
Sauter vers: