Partagez | 
 
 
 

 SKYZODERLINE ☽

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
avatar
dunk
Féminin MESSAGES : 43
INSCRIPTION : 02/10/2018
ÂGE : 19
RÉGION : lost in salem
CRÉDITS : solsken (av) anesidora (sign)

UNIVERS FÉTICHE : vie réelle, mais si tu veux m'emporter dans ton univers, je fais ma valise
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2391-dites-au-diable-que-je-lui-vol http://www.letempsdunrp.com/t2399-salem-s-madness#52183 http://www.letempsdunrp.com/t2393-skyzoderline#51944
Limace



Univers réel
les personnages récurents

EIJI TANAKA
23 ANS ☽ SERIAL KILLER ☽ JAPANESE ☽ MIN YOONGI
FACTS → Eiji est né à Kyoto où il vit avec ses parents adoptifs durant plusieurs années.
→ Enfant introverti, renfermé et peu bavard, il n'était pas l'idéal du fils rêvé qu'aurait voulu son père adoptif qui prend la décision d'installer la chambre du gosse dans le grenier.
→ Très jeune, il se passionne pour les objets coupants et se confectionne une collection particulière en son genre.
→ Alors qu'il atteint sa onzième année, il teste ses réactions à la douleurs en s'entaillant le corps un peu partout, un passe temps qu'il réitérera plusieurs fois par semaine pour la seule satisfaction de voir le sang couler.
→ Quatre ans plus tard, Eiji est devenu un spécialiste des plus grands tueurs en série, des diverses manières de pouvoir faire souffrir quelqu'un, une passion sordide qui maintiendra à distance ses camarades du lycée et ses 'frères' qui s'amusaient à lui mener la vie dure.
→ Le jour de son anniversaire, un homme débarque chez eux, muni d'un katana d'une somptueuse beauté. De cette arme, il commettra un monstrueux massacre, abattant l'entière famille qu'ils représentaient, tous sauf Eiji. Alerté par les cris, il était descendu de son grenier pour assister à ce spectacle qui avait su faire pétiller ses yeux d'une centaine de millier d'étoiles.
→ Après ça, il est emmené par cet individu, direction Tokyo où il lui expliquera qu'il est en réalité son père biologique.
→ De ce fait, il en viendra à lui expliquer qu'à l'époque, déjà marié à sa mère, ils ont dû se résoudre à l'abandonner, ayant une infinité de problèmes avec le cartel Chinois qui voulait leur faire la peau. Sa femme, autrement dit sa génitrice y a laissé sa vie, quant à son père, il avait réussi à s'en sortir et n'a pas perdu la moindre seconde pour retrouver sa progéniture.
→ À partir de ce moment là, il l'entraînera jusqu'à épuisement et fera de son enfant, le criminel parfait.
→ Plusieurs années plus tard, Eiji fréquente un garçon en qui il a une confiance aveugle, jusqu'à ce que ce dernier ne laisse tomber son masque ; celui-ci avait profité de la situation pour assassiner son père.
→ Insensible mais déterminé, il vagabonde de ville en ville à la recherche de ce traître, laissant sur son passage des montagnes de cadavres, laissant à chaque fois sa signature sur les lieux ; une signature qui le fera rentrer dans le classement des tueurs en série les plus recherchés.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
dunk
Féminin MESSAGES : 43
INSCRIPTION : 02/10/2018
ÂGE : 19
RÉGION : lost in salem
CRÉDITS : solsken (av) anesidora (sign)

UNIVERS FÉTICHE : vie réelle, mais si tu veux m'emporter dans ton univers, je fais ma valise
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2391-dites-au-diable-que-je-lui-vol http://www.letempsdunrp.com/t2399-salem-s-madness#52183 http://www.letempsdunrp.com/t2393-skyzoderline#51944
Limace


CYRUS BAEK
20 ANS ☽ RECORD STORE SELLER ☽ KOREAN ☽ JEON JUNGKOOK
BIO -  La folie s'extasie des peines de autres.

« le patient B846 s'est échappé, lancez le code rouge »

Il aurait pu jouir de la pâleur de leurs teints, de leurs paumes moites et de leurs lèvres entrouvertes qui cherchaient désespéramment à trouver un brin d'oxygène après une telle annonce. Cependant, son âme vagabonde avait quitté la ville, impossible de profiter de ce délicieux spectacle. Cinq années enfermé entre quatre murs blancs, entre silence et médicaments, ayant pour unique mélodie, un fond sonore de cris désespérés, d'appels à l'aide. Il avait planifié son évasion point par point ; ils avaient sous-estimé l'intelligence du gamin à la folie ravageuse et désormais, le voilà libre de faire un irrémédiable carnage. Alors vous demanderez sûrement, qu'a-t-il fait, comment, pourquoi ? Seulement quand on est fou, la seule excuse valable c'est la démence ; la démence de croire, d'espérer, de vivre, de découvrir. La démence de s'accrocher à l'infime possibilité de s'en sortir.

Je colonise ton sang pas à pas, je domine le reste.
Tout ça m'appartient en deux-deux et en un seul geste,
Tu seras le mien, tu verras, je serai ta secte.


Première absence, première gifle. Sa voyante de mère absente la plus part du temps dû à son métier de charlatant, s'en allait trop souvent tirer des cartes en laissant son seul enfant entre les mains d'un père à cran, accro à son boulot, à la nicotine et par dessus tout à l'héro. Le dos tourné, loin de son foyer, elle n'en savait rien, cette fois elle n'avait rien vu venir ; un mari, un amant, un meilleur ami qui se trouvait être un père violent. Cyrus essuyait les soirées d'ivresse de son traître de géniteur en ramassant les coups, en les encaissant, qu'il s'agisse de poings, de brûlures de cigarette ; des bagarres aux cicatrices indélébiles. Douze ans seulement et Sixtine, sa meilleure amie, dessinait des dessins sur sa peau pour rendre les bleus plus amusants. Elle était déjà à l'époque, sa seule amie, son alliée. Puis vient ce jour où ils sont séparé, embarqué par la police parce que ; pousser son père du haut des escaliers et l'observer se vider de toute son hémoglobine serait apparemment considéré comme un crime. La lame aiguisée du couteau de cuisine sur les veines, prêt à les trancher si l'un de ces enfoirés d'infirmiers daignait s'approcher ; Une heure et un tranquillisant plus tard, ils avaient réussi à l'avoir, à lui faire poser son jouet au sol, un jouet qui avait laissé une belle cicatrice.

Puis je te caresserais, comme pour t'apaiser,
T'imposerais des chutes, pour pas te révolter,
Te bloquerais la nuque, sans que tu révulses.
Et je serais doux, pute. Je serais fou.


Seize ans, borderline, désordres mentaux et condamné à douze ans d'enfermement au sein d'un établissement psychiatrique ; douce façon de vivre sa vie. Des visites de sa mère, les rôles avaient changé, les tables avaient tourné ; c'est lui qui lui tirait les cartes désormais. Sixtine continuait elle aussi de venir, chaque jour après les cours. L'arrière goût de javel qu'avait les médocs, les activités de débiles qui occupait ses après-midis, la dent qu'il avait arraché au gars qui avait osé lui voler sa pomme et de ce garçon avec lequel il partageait des silences étonnant. Cet étrange personnage qui au fil des mois s'accaparait l'entière attention de Cyrus. Deux cinglés perdu dans les abysses de l'amour, des sentiments et de leurs vertiges ; un véritable carnage. Leur folle envie de se déchirer, de se cracher à la figure, avaient eu des conséquences ; une dose trop importante de tranquillisant injectée et si l'un avait rouvert les yeux, l'autre ne s'était pas relevé. Une fin tragique à un début chaotique. Un spectacle qui avait suscité un besoin d'évasion. Vingt-et-un ans, toujours aussi dérangé, mais libre. Il avait juste voulu s'évader, goûter à cette liberté qui lui avait été retiré et interdite, alors sans retour en arrière possible, il avait prit la fuite et le voilà, vagabondant de ville en ville, de pays en pays, en quête de l'apogée, de l'apaisement.


LILY WANG WEI
21 ANS ☽ PERCEUR ☽ CHINESE ☽ KIM TAEHYUNG
BIO - Née sur les terres chinoises, Lily était l'enfant rêvée de deux parents désespérés et impatients. De toute évidence, son début de vie n'avait pas prit le bon chemin ; hermaphrodite, il avait été demandé aux géniteurs quel genre voulaient-ils réellement garder. Confuse et sous la précipitation, c'est une mère prise au dépourvue qui répondait à la question : « je veux ma petite fille ». Le choix ayant été fait à la hâte, Lily avait dû grandir dans un corps féminin, porter des robes, des jupes et se résoudre à laisser sa mère lui mettre des nœuds roses dans ses longs cheveux noirs qu'elle n'avait jamais eu le droit de couper. Le temps l'avait aidé à comprendre qui elle était, qui elle voulait devenir et ce qu'elle n'avait plus envie d'être. C'était inscrit en elle, gravé en lettres capitales ; Lily voulait être un garçon.

Le visage toujours dissimulé derrière sa longue crinière, comme un masque qu'elle utilisait pour se protéger ; elle avait atteint sa quatorzième année, plus malheureuse que jamais dans ce corps qu'elle jugeait ne pas être le sien. C'est cette même année que Lily goûtait un peu à tout, solitaire et fidèle à ce concept, elle n'avait besoin de personne pour s'élancer dans de tendres tortures. Drogues douces, drogues dures, un moyen de laisser son esprit vagabonder vers d'autres horizons. L'été qui suivait, elle faisait la connaissance de Wilhelmina qui rapidement devenait son alliée, son amie, son pilier. Les choses se gâtaient pour Lily et alors qu'elle repoussait l'échéance à plus tard, elle se laissait tenter par une nuit dans les draps de celle qui était devenue sa meilleure amie ; dans l'espoir de se sentir un peu moins seule, un peu moins fille.

Dix-sept ans et toujours les mêmes problèmes. Ses parents étaient aveuglé par l'amour qu'ils portaient à leur enfant, un enfant qui avait délaissé les belles robes et les belles petites chaussures pour des salopettes et des baskets masculines. Les cheveux constamment relevé, elle allait jusqu'à mettre du parfum pour homme mais son appel à l'aide semblait invisible aux yeux de ses géniteurs  trop absents. Ses limites inexorablement dépassées, elle décidait de lâcher prise, de laisser tomber ; sans y réfléchir à deux fois, elle avait saisit un ciseau et s'était elle-même coupé les cheveux avant de se soumettre à une piqûre d'héroïne conséquente, plus qu'elle n'en avait l'habitude ; assez pour plonger dans l'inconscience. Sa tentative de suicide était vaine mais bénéfique puisqu'une fois réveillée, ses parents désormais attentifs demandaient des explications sur ce mal-être qui visiblement, la rongeait incontestablement.

Plusieurs mois plus tard, les Wang Wei avaient déménagé pour regagner la ville natale dans laquelle l'enfant était né. Ils s'étaient mit d'accord sur un compromis ; Lily pouvait changer de sexe et ses parents soutiendraient cette transition, seulement si elle gardait son prénom donné à la naissance. L'accord conclu, ils avaient prit la décision de s'installer dans un petit quartier au nord de Wuhan. C'est sur sa terre natale que Lily, se présentant sous le nom de Luffy aux gens qui l'abordaient, devenait ce qu'elle avait toujours voulu être. Première opération, première injection. Plus le temps passait et plus la métamorphose étonnait et poussait les voisins à se questionner. Le principal concerné se fichait pas mal du regard des autres, il avait atteint son but, son apogée, il pouvait enfin s'assumer, se permettre d'être heureux. Il s'autorisait à sortir avec des filles, des garçons et se sentait libre de pouvoir faire ce dont il avait envie. Malheureusement ce n'était pas l'avis de tout le monde. 

Lily rentrait de soirée accompagné d'un homme lorsque la bande d'idiots qui vivait son quartier leur barrait la route. Sans qu'il n'ait vraiment le temps de comprendre, on l'avait mit à terre pour le rouer de coups afin de l'empêcher de fuir. Ils voulaient des réponses, de vraies réponses, parce qu'ici la différence n'était pas tolérée ; la différence faisait peur, elle était aussi effrayante qu'une série de meurtres sordides. Celui qui l'accompagnait et avec lequel il aurait dû finir la soirée était maintenu par deux garçons bien trop costauds pour être repoussé alors il se soumettait à cet affreux spectacle qu'était de voir l'étendu de ce corps sur le goudron, à moitié dénudé, pour de misérables photos prise par ces brutes comme s'il s'agissait d'une bête de foire. Alors que Lily avait réussi à ouvrir un œil, il avait pu voir sur le visage de son nouveau partenaire qu'il avait du mal à ne pas grimacer, sûrement dû aux deux cicatrices visibles dessinées sous ses pectoraux, ces deux marques significatives dont il n'avait jamais eut honte avant.

Plus tard, il apprenait que ces fameux clichés avaient fait le tour du quartier et il était devenu impossible de mettre un pied dehors sans subir les insultes et les regards échoeurés des personnes vivant aux alentours. L'ambiance était devenue trop pesante pour continuer à vivre de cette façon, cette expérience avait fait de lui quelqu'un de bien trop méfiant, d'une violence incontrôlable et d'une humeur instable qui, à tout moment, pourrait frapper et devenir un problème monstrueux. C'est donc seul qu'il quittait le pays, en froid avec ses deux parents qui lui en voulait d'avoir autant fait parler de lui. New-York, une destination qui plus jeune, l'avait beaucoup fait rêver. Alors, pourquoi pas ? Il n'avait plus rien à perdre, plus de cœur qui puisse être briser, plus de famille qui puisse être bousculée. Il ne restait plus que lui, seul, avec ses passions douteuses, ses vertiges pour l'adrénaline et son sourire présent un jour sur deux.


YOKO JISUNG CHOI
22 ANS ☽ EN CAVALE☽ JAP/KOR ☽ KIM TAEHYUNG
FACTS → Yoko est né à Osaka, au Japon mais il grandit à Daegu, en Corée du Sud.
→ Sa mère voulait absolument d'une fille et par conséquent, elle nommait son fils comme telle ; ayant perdu la sœur aînée de la fratrie lors d'un terrible accident où cette dernière succomba à ses blessures.
→ À l'âge de sept ans, elle lui fait porter sa première robe, l'efféminant au maximum malgré les moqueries qu'il recevait au quotidien de la part de ses camarades de classe.
→ Yoko est l'aîné d'une fratrie de deux enfants, dont son frère de deux ans son cadet.
→ Sa génitrice perdra la vie après s'être longuement battu contre la leucémie, laissant derrière elle, ses deux enfants à la charge d'un père alcoolique.
→ Il obtient son diplôme de fin d'étude avec brio mais ça n'aboutira pas à avoir un job décent ; il bossera dans un café, tel un esclave, avec des heures supplémentaires frénétiques et un salaire médiocre.
→ Un soir, alors qu'il rentrait du boulot, il surprend son père en plein excès de violence. Ce dernier, encore ivre, cognait brutalement sur son petit frère, assez pour qu'il ne le tue. Yoko s'était toujours mit entre eux pour recevoir à sa place, cependant il arrivait qu'il finisse tard et ce soir là, l'inévitable s'était produit. Il a donc saisit une bouteille qu'il lui a brisée sur le crâne avant de le planter à l'aide de celle-ci.
→Son père, tué de ses propres mains sera enterré quatre jours plus tard, alors que lui s'envolait à l'autre bout de la terre.
→ Sa personne est dorénavant recherché aux quatre coins du monde pour meurtre.


CHUCK MIN
19 ANS ☽ GANGSTA☽ AMERICAN-KR ☽ LEE JENO
FACTS → Chuck est né à Seattle, d'un père typiquement Américain et d'une d'une mère Coréenne.
→ Très jeune, il a apprit à se battre ; ses oncles et son géniteur lui-même faisaient parti d'un groupe de personnes liées depuis des générations déjà, se mêlant les uns aux autres pour produire, vendre de la drogue, braquer des maisons, mais ce n'est qu'un infime détails de ce qu'ils font, puisque leurs noms est plutôt bien connu dans le milieu du marché noir.
→ Il part vivre pour la Corée du Sud avec son paternel après le divorce de sa génitrice ; cette dernière ne pouvait plus suivre ce rythme de vie qui leur avait malheureusement enlevé leur fille qui n'avait qu'une douzaine d'années.
→ Là-bas, il continue ses études par correspondance, du genre plutôt solitaire et assez agressif, il était préférable de le garder en lieu sûr.
→ Alors qu'il n'a que treize ans, il se bat avec l'un de ses cousins et lui arrache un morceau de joue à la seule force de ses dents, le problème étant qu'il ne l'avait jamais recraché.
→ Après cet incident, son père l'emmène voir un spécialiste qui lui déclare un vampirisme clinique aggravé qui est un trouble mental comme un autre, malgré sa rareté. Il consiste à ingérer son propre sang ou celui d'autrui, cependant, il ne semblerait que dans son cas, ingérer de la chaire ne le dérange pas plus que ça.
→ Les années passent et leur nom se fait davantage connaître dans le milieu, jusqu'à en devenir la terreur de CDS, les gens savent, les gens parlent et tout le monde a déjà entendu parler du mythe de l'enfant cannibale. Ils n'y croient pas mais le redoutent et ils ont bien raison, parce qu'il cherche activement l'assassin ayant descendu sa sœur de sang froid.
→ À 19 ans, il est devenu l'être décalé et effrayant à la hauteur de son image, il n'a plus peur de rien, ni de personne.


WOO-SUNG PARK
17 ANS ☽ LYCÉEN☽ KOREAN ☽ JUNG YOUNG HOON
BIO → blblbl
Revenir en haut Aller en bas
 
 
SKYZODERLINE ☽
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Plan de la ville :: Ma petite vie de rpgiste :: Mes personnages-
Sauter vers: