Partagez
 
 
 

 Un coeur sous la noirceur - Mélicendre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
cookie
cookie
Féminin MESSAGES : 205
INSCRIPTION : 12/03/2017
ÂGE : 26
RÉGION : Normandie
CRÉDITS : j'ai réalisé mon avatar moi-même

UNIVERS FÉTICHE : fantastique - city
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Flash

Un coeur sous la noirceur - Mélicendre Empty

Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Ginny a enfin été libérée de son cachot, grâce à l'intervention inespérée du Professeur McGonagall. Elle est cependant placée sous surveillance permanente et la menace du Veritaserum plane toujours au dessus de sa tête.
Drago, quant à lui, n'a jamais avoué à personne ce qu'il avait fait pour la fille Weasley mais ses convictions continuent à s'effriter de jour en jour. Il a même tenu tête à Amycus Carrow en plein cours.
Ils espèrent tous les deux profiter d'une journée à Pré-Au-Lard, malgré la protection renforcée pour qu'aucun élève ne tente de s'échapper, pour décompresser et oublier les horreurs qui se déroulent au château.

Contexte provenant de cette [url=LIEN]recherche[/url]
Revenir en haut Aller en bas
 
cookie
cookie
Féminin MESSAGES : 205
INSCRIPTION : 12/03/2017
ÂGE : 26
RÉGION : Normandie
CRÉDITS : j'ai réalisé mon avatar moi-même

UNIVERS FÉTICHE : fantastique - city
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Flash

Un coeur sous la noirceur - Mélicendre Empty


Ginny Weasley
J'ai 16 ans et je vis à Poudlard, Ecosse. Dans la vie, je suis sixième année et je m'en sors moins bien depuis qu'on apprend à torturer des gens. Sinon, grâce à ma malchance, je suis en couple avec le jeune homme le plus recherché du monde magique et je le vis plutôt mal.

Informations supplémentaires ici.


Katherine McNamara ©️ CAROLE71


Ginny se réveilla en sursaut, une sueur froide coulant le long de sa nuque. La nuit avait été une nouvelle fois peuplée de cauchemars. Péniblement, dans la faible lumière de l’aurore, elle quitta son lit, espérant chasser les images nocturnes de son esprit par une bonne douche brûlante. Mais elles restèrent figées dans son esprit, se balançant devant ses paupières, encore et encore.

Elle n’avait pas à se plaindre, cependant. Elle aurait pu encore croupir dans son cachot, si le Professeur McGonagall n’était pas intervenue. Ginny n’avait aucune idée de la façon dont elle avait appris le sort que lui avaient réservé les Carrow mais, dès qu’elle l’avait su, elle avait fait un tel esclandre que même Alecto Carrow avait tressailli. Et ils avaient baissé les armes, acceptant de laisser sortit la captive, à condition qu’elle reste sous surveillance et qu’elle accepte de se soumettre au Veritaserum dès qu’il serait prêt.

Ainsi, Ginny devait composer avec la présence quasi-perpétuelle d’un garde du corps. Ou plutôt, d’un surveillant pénitencier, puisqu’il était chargé de s’assurer qu’elle ne tente pas de s’échapper. Elle ne l’aurait pas fait, de toute façon. Depuis qu’elle avait quitté son cachot, elle avait découvert le climat de Terreur que Rogue et les Carrow faisaient peser dans l’école. Elle n’aurait jamais eu l’idée de laisser ses camarades ici et de fuir. Pour aller où ? Elle l’aurait fait sans hésité, si elle avait pu se sentir utile ailleurs. Mais elle ignorait toujours où se trouvait Harry et sa mère était fermement opposée à ce qu’elle rejoigne l’Ordre. Et puis, les Carrow avaient été clairs. Au moindre pas de travers, c’étaient Molly et Arthur qui en paieraient le prix fort. Quant au Professeur McGonagall, elle ne pouvait pas se permettre de l’aider plus sans se mettre en danger. Pas que l’honorable directrice des Gryffondors ne craigne pour sa vie, mais elle ne voulait pas être contrainte de prendre la fuite, laissant derrière elle ses élèves apeurée. Ils avaient besoin de soutien, et elle était l’une des rares à pouvoir leur en apporter.

Elle s’habilla et quitta le dortoir pour descendre dans la salle commune. Elle était heureuse de ne pas avoir cours, ce jour-là. Elle en avait assez de devoir entendre Alecto Carrow expliquer combien les Moldus étaient des êtres inférieurs, assez de supporter les cours de torture d’Amycus Carrow, assez de voir ses camarades s’effondrer en larmes au beau milieu du cours de sortilèges ou rentrer en cours de potion avec des balafres sur le visage, assez de voir la mine révoltée, désolée, dégoûtée et impuissante du reste des professeurs.

Ce jour-là, elle allait pouvoir se rendre à Pré-Au-Lard. La sortie ne serait pas une franche partie de rigolade. Une escouade avait été chargée d’accompagner les étudiants et on leur avait remis le plan des zones où ils étaient autorisés à se rendre. Ginny devrait, en plus, se coltiner le molosse qui la suivrait à la trace, comme toujours.

Elle le trouva d’ailleurs dans la salle commune, et ne lui accorda pas un seul regard. Au lieu de ça, elle fit pivoter le tableau de la grosse dame et s’amusa durant une bonne heure à faire tourner en bourrique le molosse. C’était son petit plaisir stupide et inutile, mais elle se plaisait à le faire monter et descendre les mêmes escaliers encore et encore, faisant sans cesse demi-tour, espérant qu’il s’agace autant qu’elle l’était par sa présence. Mais il restait totalement imperméable à ses puériles tentatives pour le faire sortir de ses gonds. Ça la rendait folle de rage.

Enfin, l’heure de se rendre à Pré-Au-Lard arriva et Ginny suivi la file des élèves sans un mot. Ils ressemblaient plus à un groupe de prisonniers qu’on conduirait au bagne qu’à une bande d’adolescents à qui on offrirait une journée d’amusement. Elle marcha sans but, suivant Neville et Seamus dans les rues désertes de Pré-Au-Lard, sentant le regard de son surveillant dans son dos. La petite ville autrefois si chaleureuse n’était plus que mutisme et terreur. Les portes étaient fermées, les rideaux tirés et de nombreuses échoppes semblaient abandonnés. Ils assistèrent, impuissants, dégoûtés, à l’arrestation d’un vieil homme et de son épouse larmoyante. Le cœur au bord des lèvres, Ginny décida d’aller se réfugier à la tête de sanglier, puisque les Trois Balais avaient mis la clé sous la porte. Neville et Seamus avaient besoin de faire des achats et lui promirent de la rejoindre très vite. C’est donc seule que Ginny passa la porte du bar miteux, suivie de près par le molosse qui alla se poster dans un coin de la salle. L’air sombre, elle passa commande au bar, et parcouru les lieux du regard à la recherche d’une table libre et à peu près propre.

Son regard s’arrêta alors sur une silhouette qu’elle connaissait bien. Il avait hanté ses cauchemars, lui aussi. Elle le voyait, échine courbée, obligé à torturer des enfants, menacé d’une baguette.

Pourtant, Drago Malefoy lui avait montré un autre visage. Par deux fois. Ginny avait longuement repensé à son séjour dans les cachots de Poudlard, à la nouvelle mission imposée à Malefoy. On lui avait demandé de lui extirper des informations. Il aurait eu des tas de moyens à sa disposition, s’il l’avait voulu. Il aurait pu la torturer, il aurait pu faire amener ses parents pour les torturer devant elle, il aurait pu lui faire subir maintes et maintes souffrances. Pourtant, à part quelques paroles cinglantes et blessantes, il n’avait jamais vraiment rien tenté. La veille, il avait confirmé ce que Ginny pensait. Drago malefoy avait un cœur. Bien caché, certes, mais il était bien là.

La veille, durant le cours d’Art de la Magie Noire dispensé par Amycus Carrow, Malefoy avait tout bonnement refusé de torturer un gamin, décrétant qu’il avait déjà été entraîné à ça, qu’il savait le faire et que, de toute façon, il n’avait pas que ça à faire. Tout le monde l’avait regardé bouche-bée quitter la salle d’un air furieux.

Le serveur déposa la Bierraubeurre. Ginny détourna un instant son regard du jeune homme pour payer et, se saisissant de sa boisson, se dirigea d’un pas résolu vers Drago Malefoy. Ils ne s’étaient pas vraiment reparlé depuis leur dernière rencontre dans le cachot. Ils s’étaient à peine croisés, posant sur l’autre des regards curieux.

« Je ne pensais pas trouver le Prince des Serpentards dans un endroit aussi … miteux , lança-t-elle de but en blanc. Seul qui plus est … Où est passée ta cour royale ? »

Ginny se gifla mentalement. Elle ne pouvait pas s’empêcher de lancer des sarcasmes au Malefoy. Ils n’avaient jamais communiqué autrement. Il releva les yeux vers elle et son regard gris la déstabilisa. Elle baissa les yeux, un peu honteuse de son comportement.

« Excuse-moi. Je voulais juste … je voulais te dire … C’était courageux, ce que tu as fait hier. Tenir tête à Amycus Carrow. C’était … »

Sympa ? Gentil ? Inattendu ? Un peu tout ça à la fois.

« J’espère que tu n’as pas eu trop de problèmes à cause de ça. »

Elle releva un regard timide vers lui, consciente que cette conversation était totalement incongrue et, soudain, elle se sentit terriblement stupide d’être venue le voir. Evidemment, il allait l’envoyer balader, comme d’habitude. Elle en aurait fait de même, à sa place.
Revenir en haut Aller en bas
 
 
Un coeur sous la noirceur - Mélicendre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama fait campagne sous la pluie alors que McCain annule...
» Un temple sous terre [PV Kusari]
» Il n'y a rien de nouveau sous le soleil Lavalas
» Quand mon coeur est aquarelle..
» Amy of Leeds : Reine de Coeur, à vous l'honneur !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers fantasy :: Harry Potter-
Sauter vers: