Partagez | 
 
 
 

 It's not a phase 'cause it happens all the time • Nighteyes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
 
avatar
Game Over
MESSAGES : 295
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur
Flash



Dimitri Thatcher
J'ai 26 ans et je vis à Chicago, USA. Dans la vie, je suis flic et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis marié avec mon boulot et je le vis plutôt bien.

Il a été abandonné par sa mère toxico quand il était gamin. Il a grandit dans des familles d'accueil, trainant la plupart du temps dans la rue. Après une énième arrestation, il s'est retrouvé coincé par un flic qui lui a proposé un marché. Soit il faisait de la prison, soit il se rendait utile en rentrant dans la police et il arrêtait ses conneries. Ce flic a été son mentor pendant ses premières années au sein de la police. Aujourd'hui il est à la retraite mais cela n'empêche pas Dimitri de faire de son mieux pour le rendre fier de lui. Son but, c'est d'atteindre la criminelle et d'oeuvrer vraiment pour rendre les rues plus sur. Mais aux yeux de ses collègues c'est encore le bébé, le petit flic coincé sous l'aile de son mentor incapable de s'en sortir seul.


avatar ©️ NOM CRÉATEUR

J'attendais qu'il se décide, mais j'étais pratiquement certain de ce qu'il allait faire. Il allait signer. Il n'avait pas le choix. L'odeur d'urine nous agressait de plus en plus les narines. Il allait signer, juste pour ne pas vivre une nuit de plus dans cette situation. Il n'était pas de ceux qui étaient du genre à tout endurer plutôt que de bosser avec les flics. Il les connaissait ceux là. C'était les plus durs à faire plier. Mais lui il n'était pas comme ça, loin de là.

Il signa et je ne pouvais m'empêcher de sourire en le voyant faire. C'était gagné. J'allais pouvoir l'utiliser pour arrêter les voleurs et surtout pouvoir avoir ma promotion.

« A-Attendez… Q-quand vous dites, « pas beaucoup »… Vous comptez pas vous installer chez moi quand même ?! »

J'esquissais un sourire alors que je me levais. J'avais pourtant eu l'impression d'avoir été clair quand je lui avais dit que je ne le lacherais pas. Je ne voulais pas le laisser m'échapper et en profiter pour se barrer ou faire une connerie pendant que j'avais le dos tourné.

Je récupérais mes papiers et me penchais pour défaire ses menottes.

- Suis moi j'ai des choses à te montrer.

Je sortais de la salle et attendais qu'il soit à ma hauteur pour partir à travers les couloirs. Je passais à mon bureau, déposant les papiers qu'il avait signé avant de prendre un dossier. Je repartais dans les couloirs le guidant sans rien dire vers une petite salle. J'entrais et allais déposer mon dossier dans un coin.

- Vas y installe toi. On a mis tout le matériel qu'on a perquisitionné chez toi ici. Je vais te laisser le récupérer toi même. J'y connais rien moi à tous tes machins.

Je savais faire marcher un ordinateur sans qu'il explose c'était déjà pas mal, il fallait pas trop m'en demander.

- Et avant que tu demandes, on a fait des copies de tous tes disques. Joue la au con avec moi et on aura toujours assez de preuves pour te renvoyer en prison. Maintenant... entrons dans le vif du sujet.

Je tirais une chaise à moi et venais m'installer à côté de lui. J'ouvrais mon dossier et commençais à sortir des papiers pour lui raconter mon affaire.

- Ca fait un moment qu'on court après eux sans jamais réussir à les avoir. Ce sont des braqueurs, mais des braqueurs d'un nouveau genre je dirais. Ils arrivent dans une banque, vont gentiment au guichet. Ils ont toujours une bonne excuse, un retrait ou autre. C'est là que commence le braquage. On a aucune trace vidéo, les images sont brouillées dés le début du braquage. Les coffres s'ouvrent seuls et les alarmes sont désactivées. Il est toujours trop tard quand on arrive. J'ai déjà récupéré des images des caméras de surveillance des autres batiments mais ça ne mène à rien. Fausses plaques, visages masqués... aucune piste pour remonter jusqu'à eux. Je suis certain qu'ils ne font pas leur piratage sur place, qu'ils le font à distance. Alors je me suis dit qu'il me faudrait un hacker pour remonter cette piste et les retrouver. T'en penses quoi?

C'était sa seule chance, celle de coincer des gros braqueurs et d'obtenir une promotion. Les autres flics s'acharnaient à suivre la piste des fourgons mais lui il était sur qu'il fallait suivre leur piratage à la source pour les retrouver.

Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Elyan
Féminin MESSAGES : 41
INSCRIPTION : 23/08/2018
ÂGE : 25
CRÉDITS : 高橋のぞむ (pixiv)

UNIVERS FÉTICHE : Tout dépend de... Euh... La motivation ? L'envie ? Les cookies ?
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur
Limace



Noah A. Drystan
J'ai 23 ans et je vis à Chicago, Illinois. Dans la vie, je suis pirate informatique et je m'en sors vachement bien. Sinon, grâce à moi-même, je suis en couple avec Betsy, ma main droite célibataire et je le vis super bien.

Le « A. », c'est pour Alawn - Harmonie, en gallois. Introverti et aux loisirs assez étranges, Noah loge dans un appartement sous-loué à une vieille tante un peu démente et vit de pizza froide et de soda tiède (et donc sans bulles, sinon ça lui pique le nez). Son mode de vie est payé par les différentes extorsions auxquelles il se livre sur le web et il s'amuse en faisant des plaisanteries pas forcément au goût de tout le monde. Ça aurait pu continuer longtemps si on ne l'avait pas choppé pour une histoire débile. Maintenant... Il est bien dans la merde.
Il parle gallois et anglais.
Florian Neuville © XXX
C'était probablement la défaite la plus humiliante de sa vie. Prévisible certes, mais pas moins humiliante - le Gallois n'était ni courageux ni téméraire, encore moins brave. Et puis, bosser avec des flics ne pouvait pas être pire que de se retrouver en cellule le reste de sa vie, pas vrai ? Il n'avait qu'à imaginer qu'il ne s'agissait que d'un commanditaire comme un autre, quelqu'un qui disparaîtrait de sa vie dès qu'ils en auraient fini. Sauf qu'au lieu d'aider à pirater cette fois, il allait aider à attraper les hackeurs. Il changeait juste momentanément le côté de la loi où il opérait. Rien de méchant, au fond. Il allait aider ce type et ensuite il déménagerait. Il n'avait jamais quitté l'Illinois mais il avait entendu dire que c'était pas mal, l'Oregon. Détroit commençait à devenir à la pointe de la technologie. Oui, il ferait ça. C'était un bon plan.

Le Gallois aurait pu être soulagé par le biais de la vie future qu'il s’imaginait- en plein Détroit, loin des flics - mais, après tout, il était bien conscient qu'il ne s'agissait que d'une rêverie. Pour le moment le type était face à lui et ne lui avait absolument pas répondu- il pouvait tolérer de partager son espace vital avec deux ou trois cafards mais un autre être humain ? Jamais. Ses menottes furent détachées et il s'empressa de se frotter les poignets, cachant ses mains dans les amples manches de son sweat. Il suivi ensuite le flic à contrecœur, ses yeux furetant un peu partout, notant machinalement dans sa tête les caméras et les stations de travail qu'il pouvait apercevoir. Il profita d'un instant d'inattention du flic pour se débarrasser de ses chaussures trempées d'urine, les abandonnant sans remords sous une chaise, l'air de rien. Ils arrivèrent finalement dans une petite salle et le cœur de Noah se stoppa. Entre les quatre murs se trouvait son matériel informatique entassé, qui avait probablement été malmené par ces sales brutes de flics. Le Gallois couina, bousculant presque le type tandis qu'il entrait en trottinant dans la salle, commençant à examiner ses biens avec l'attention d'une mère pour son nouveau-né.

Ces abrutis avaient massacré son câblage. Il n'y avait pas d'autre mots. Certes, sa manière de faire était probablement unique au monde, mais s'ils ne savaient pas, ils n'avaient pas à toucher ! Ils avaient probablement dû accéder à l'intégralité de ses disques, mais le reste de son matériel ne les intéressait pas - ce qui expliquait qu'il était probablement rester à l'appartement. En plus de pas mal de ses câbles. D'une oreille distraite il écoutait le flic lui parler de son affaire, celle sur laquelle il désirait son aide - de son point de vue d'ailleurs, il ferait mieux de laisser faire ses collègues et de ne pas l'impliquer là dedans, ce serait mieux pour tout le monde. Il s'assit par terre, vérifiant pièce par pièce le matériel qui avait été embarqué, commençant à penser à mi-voix, le bruit qu'il faisait couvrant une partie de son monologue.

« C'pourrait être un brouillage via wifi... Ou un truc à coller sur les cables qui brouille automatiquement à une heure précise, mais ça impliquerait qu'ils soient déjà passés une fois sur les lieux avant le braquage voire même une fois après pour récupérer le matériel... Il s'interrompit, haussant les épaules. D'manière les caméras… mae hyn yn cachu… elles sont toutes en circuit ouvert, un primaire pourrait les pirater... Il commença à démonter une des tours, y glissant sa main pour fourrager à l'intérieur, pensivement, arrachant un ou deux câbles qui n'avaient rien à faire à l'intérieur. Les portes qui s'ouvrent et tout, c'est que leur système interne a été piraté... Une porte dérobée probabl'ment... »

Il s'interrompit, lançant un regard plein d'espoir au flic.

« C'est bon, j'ai aidé. J'peux rentrer chez moi ? »

De toute façon, il manquait une bonne partie de son matériel donc il était inutile qu'il reste ici. Et il avait une furieuse envie de brûler ses chaussettes.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Game Over
MESSAGES : 295
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur
Flash



Dimitri Thatcher
J'ai 26 ans et je vis à Chicago, USA. Dans la vie, je suis flic et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis marié avec mon boulot et je le vis plutôt bien.

Il a été abandonné par sa mère toxico quand il était gamin. Il a grandit dans des familles d'accueil, trainant la plupart du temps dans la rue. Après une énième arrestation, il s'est retrouvé coincé par un flic qui lui a proposé un marché. Soit il faisait de la prison, soit il se rendait utile en rentrant dans la police et il arrêtait ses conneries. Ce flic a été son mentor pendant ses premières années au sein de la police. Aujourd'hui il est à la retraite mais cela n'empêche pas Dimitri de faire de son mieux pour le rendre fier de lui. Son but, c'est d'atteindre la criminelle et d'oeuvrer vraiment pour rendre les rues plus sur. Mais aux yeux de ses collègues c'est encore le bébé, le petit flic coincé sous l'aile de son mentor incapable de s'en sortir seul.


avatar ©️ NOM CRÉATEUR

Je le regardais s'installer devant son matériel et se mettre à bidouiller les fils. Non mais pourquoi il touchait à ça au juste? Il ne devait pas y avoir trente six milles façon de brancher des fils. Les mecs les avaient branchés pour que ça marche et ça marchait alors c'était le plus important non? Mais bon je le regardais faire, attendant qu'il se décide à m'aider sur mon affaire.

« C'pourrait être un brouillage via wifi... Ou un truc à coller sur les cables qui brouille automatiquement à une heure précise, mais ça impliquerait qu'ils soient déjà passés une fois sur les lieux avant le braquage voire même une fois après pour récupérer le matériel... D'manière les caméras… mae hyn yn cachu… elles sont toutes en circuit ouvert, un primaire pourrait les pirater... Les portes qui s'ouvrent et tout, c'est que leur système interne a été piraté... Une porte dérobée probabl'ment... »

C'était un peu du chinois pour moi ce qu'il racontait. Et non un primaire pourrait pas pirater des caméras. J'en étais incapable et j'avais quand même un niveau un peu plus élevé qu'un primaire merde. C'est pas parce que pour lui c'était facile que ça l'était pour tout le monde. C'était pour ça que j'avais besoin de lui, qu'il me fallait un gars doué pour ces trucs là pour attraper ces enfoirés. Les mecs du département informatique étaient pas assez doués. Et puis ils l'avaient envoyé chier que c'était pas leur problème à eux, qu'ils arrêtaient les cyber criminel et pas les cambrioleurs. Donc sorti de leur ordi ils voulaient rien faire. Des inutiles...

« C'est bon, j'ai aidé. J'peux rentrer chez moi ? »

Non mais il était vraiment sérieux? Je l'avais pas fait venir pour me dire en plus technique ce dont je me doutais déjà. Il était là pour trouver la dite porte dérobée, remonter par là et me donner le nom de ces enfoirés. Il croyait quand même pas que j'allais le libérer aussi facilement?

- Mais oui bien sur. Tu m'as teeeeeellement aidé. Sans toi je crois que je n'aurais jamais pu comprendre tout ça. Heureusement que tu étais là. Pour la peine, je vais en parler au maire histoire qu'il te donne la médaille d'honneur et peut être même les clés de la ville.

Et puis une manche à balai dans le cul pour la peine ça devrait l'aider à se tenir plus droit. Je soupire et le regarde bidouiller ses fils.

- Emballe moi tout ça et on y va. Plus tôt tu te mettras au travail et plus tôt on les arrêtera.

Comme si j'allais le lacher aussi facilement. Il était vraiment con de croire ça. J'attendais qu'il emballe tout ces ordinateurs avant de prendre certains trucs et de l'escorter vers ma voiture. Ce n'était pas un bolide mais c'était le mieux que je pouvais me payer avec mon petit salaire de flic. Et puis elle roulait c'était le principal.

Il nous fallu plusieurs aller retour pour ton amener dans ma voiture. Une fois fait je montais dedans et attendais qu'il m'ait rejoint pour démarrer. Je roulais vers chez lui, me rappelant encore de l'adresse suite à notre perquisition.

- Tu penses que ça prendra du temps? Pour les trouver?


Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Elyan
Féminin MESSAGES : 41
INSCRIPTION : 23/08/2018
ÂGE : 25
CRÉDITS : 高橋のぞむ (pixiv)

UNIVERS FÉTICHE : Tout dépend de... Euh... La motivation ? L'envie ? Les cookies ?
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur
Limace



Noah A. Drystan
J'ai 23 ans et je vis à Chicago, Illinois. Dans la vie, je suis pirate informatique et je m'en sors vachement bien. Sinon, grâce à moi-même, je suis en couple avec Betsy, ma main droite célibataire et je le vis super bien.

Le « A. », c'est pour Alawn - Harmonie, en gallois. Introverti et aux loisirs assez étranges, Noah loge dans un appartement sous-loué à une vieille tante un peu démente et vit de pizza froide et de soda tiède (et donc sans bulles, sinon ça lui pique le nez). Son mode de vie est payé par les différentes extorsions auxquelles il se livre sur le web et il s'amuse en faisant des plaisanteries pas forcément au goût de tout le monde. Ça aurait pu continuer longtemps si on ne l'avait pas choppé pour une histoire débile. Maintenant... Il est bien dans la merde.
Il parle gallois et anglais.
Florian Neuville © XXX
Il se tortillait sur place, tenant ce qui s’avérait être un brouilleur qui ne fonctionnait plus, ayant visiblement souffert pendant le transport – il était prêt à parier qu’ils l’avaient démoli exprès pour être certain qu’il ne s’en serve pas. Ca ne l’arrangeait pas – il était incapable de réparer ce genre de truc et pour s’en procurer un autre… Disons que ce n’était pas dû côté légal du net qu’on pouvait s’en procurer et que ça coutait un peu plus cher qu’un sachet de bonbons. Voir beaucoup plus cher. Toujours est-il qu’il avait l’espoir fou que l’autre lui dise que bien entendu il pouvait repartir chez lui, mais bon ; il s’attendait plus ou moins à la réponse sarcastique de l’autre, lui faisant rouler les yeux tandis qu’une moue dépitée lui échappait. Il soupesa un instant son brouilleur inutile, estimant la probabilité qu’il s’en sorte s’il lui lançait dessus. Clairement négative. De toute manière, ce n’était pas comme s’il était capable de mettre en œuvre son instinct initial. En plus, il avait une grosse chance de louper sa cible et que celui-ci aille s’écraser contre le mur, ou pire, contre un autre de ses appareils.

Il abandonna l’appareil inutile sur la table, à côté des câbles qu’il avait identifié comme ne lui appartenant pas, commençant à rassembler le reste. Il empila maladroitement les appareils avant de suivre en silence le type, titubant vaguement sous le poids mais refusant de demander de l’aide – plutôt crever que de laisser un flic de plus toucher ses bébés. Une fois la quasi-totalité de la petite salle entassée dans la voiture cette fois, le gallois grimpa à côté de l’américain, ramenant ses genoux contre lui, en lui jetant un coup d’œil sombre, observant ses mains sur le volant. Il n’avait jamais appris à conduire. A quoi bon ? Il ne sortait presque jamais de chez lui et Chicago avait suffisamment de transports en commun pour les quelques déplacements qu’il devait faire. De toute manière, se déplacer en voiture était le meilleur moyen d’être suivi – il le savait très bien, l’ayant déjà fait. Les caméras postées aux quatre coins de la ville étaient parfaite pour ça. Il hausse les épaules suite à la question du flic, cherchant ses mots pour ne pas trop dévoiler – qu’il s’agisse de ce qu’il pouvait faire ou non.

« J’sais pas. Probablement, si les supers flics de Chicago ont pas encore réussi à leur mettre la main dessus. »

Il ne dit rien de plus, attendant que la voiture se gare en face de son immeuble pour se jeter dehors, récupérant quelques appareils avant de monter quatre à quatre les marches jusqu’à son appartement, le cœur noué de voir enfin les dégâts que les flics avaient fait à son domicile. Il déverrouilla la porte, la poussant d’un coup de hanche et embrassa finalement le carnage d’un œil critique. Les rideaux étaient grands ouverts, la lumière du jour ne faisant aucun cadeau à l’état de l’appartement. Une pile instable de boîtes de pizza trônait dans un coin, un cafard avait élu domicile au bord de ce qui ressemblait vaguement à un évier dans lequel se trouvaient des assiettes en cartons et des boîtes du restaurant chinois du bas de la rue. Et encore, c’était sans compter les vêtements majoritairement noirs éparpillés sur le sol, le matelas dissimulés par une couette à la couleur douteuse et ce qui ressemblait à des bouts de pizza oublié. Mais plus que tout, c’était le vide qui frappait le gallois, beaucoup trop habitué à son capharnaüm habituel. Avec précaution il se déplaça dans l’appartement, posant ses appareils dans un coin, passant à quatre pattes sous la table lui servant de bureau, cherchant les bons câbles pour pouvoir enfin remettre ses bébés à leur place légitime.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Game Over
MESSAGES : 295
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur
Flash



Dimitri Thatcher
J'ai 26 ans et je vis à Chicago, USA. Dans la vie, je suis flic et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis marié avec mon boulot et je le vis plutôt bien.

Il a été abandonné par sa mère toxico quand il était gamin. Il a grandit dans des familles d'accueil, trainant la plupart du temps dans la rue. Après une énième arrestation, il s'est retrouvé coincé par un flic qui lui a proposé un marché. Soit il faisait de la prison, soit il se rendait utile en rentrant dans la police et il arrêtait ses conneries. Ce flic a été son mentor pendant ses premières années au sein de la police. Aujourd'hui il est à la retraite mais cela n'empêche pas Dimitri de faire de son mieux pour le rendre fier de lui. Son but, c'est d'atteindre la criminelle et d'oeuvrer vraiment pour rendre les rues plus sur. Mais aux yeux de ses collègues c'est encore le bébé, le petit flic coincé sous l'aile de son mentor incapable de s'en sortir seul.


avatar ©️ NOM CRÉATEUR

J'avais roulé tranquillement chez lui, restant silencieux pendant tout le trajet. Il était fermé dans sa bouderie et je préférais le laisser. Je n'avais pas envie de commencer à me disputer alors qu'on allait devoir travailler ensemble. Je me garais devant chez lui et le laissais sortir ses affaires. Il n'avait pas l'air de vouloir que je touche à ses précieux ordinateurs alors je n'allais pas le faire. Ca m'évitait de faire du boulot et de me faire chier à porter ces trucs.

J'entrais derrière lui dans l'appartement et me figeais en voyant l'état de celui ci. J'en avais déjà eu un petit aperçu pendant son arrestation mais j'étais trop concentré sur mon boulot pour faire attention au reste. Je m'étais concentré sur lui et sur ses ordinateurs. Mais quand je voyais l'état de son appartement maintenant... Je restais figé dans le salon pendant qu'il partait trifouiller ses fils.

- Putain de merde...

J'avais à peine murmuré, choqué de voir le bordel où je me trouvais. Non non, chez moi c'était le bordel. Il y avait quelques affaires qui trainaient par endroit. Je commençais à avoir un peu moins honte de moi même et de mon désordre quand je voyais l'immense porcherie dans laquelle je me trouvais. Des restes de bouffes un peu partout, de la moisissure... et puis l'odeur était insupportable. Comment est ce qu'il pouvait rester dans cette ambiance c'était un mystère.

Je me détournais rapidement et descendais dans ma voiture. J'avais un peu de matériel dans le coffre de ma voiture, ça m'aiderait à tenir et surtout à tout virer. Hors de question que je vive moi aussi dans un tel environnement.

Je remontais avec mes gants en latex, un masque sur le visage et beaucoup de sacs poubelles. Je soufflais pour me donner du courage et je m'attaquais au bordel. Déjà ouvrir en grand les fenêtres et les rideaux pour avoir un peu de soleil et d'air frai dans cet endroit. C'était pas gagné. Les fenêtres étaient bloquées à force de ne pas s'ouvrir. Je passais un moment à m'énerver dessus avant que finalement elle ne cède. Je respirais un peu mieux pour m'attaquer à la pile de déchets.

C'était une vraie horreur. Je trouvais du moisie par endroit et même des cafards que j'exterminais à grands coups de chaussure.

- Non mais sérieux comment tu fais pour vivre là dedans?

Ca ne faisait que quelques minutes que j'étais là et j'avais eu du mal à me retenir de vomir. J'en avais pour des heures à tout remettre en état mais au moins ça m'occuperait pendant qu'il était occupé avec tout son bazar.


Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Elyan
Féminin MESSAGES : 41
INSCRIPTION : 23/08/2018
ÂGE : 25
CRÉDITS : 高橋のぞむ (pixiv)

UNIVERS FÉTICHE : Tout dépend de... Euh... La motivation ? L'envie ? Les cookies ?
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur
Limace



Noah A. Drystan
J'ai 23 ans et je vis à Chicago, Illinois. Dans la vie, je suis pirate informatique et je m'en sors vachement bien. Sinon, grâce à moi-même, je suis en couple avec Betsy, ma main droite célibataire et je le vis super bien.

Le « A. », c'est pour Alawn - Harmonie, en gallois. Introverti et aux loisirs assez étranges, Noah loge dans un appartement sous-loué à une vieille tante un peu démente et vit de pizza froide et de soda tiède (et donc sans bulles, sinon ça lui pique le nez). Son mode de vie est payé par les différentes extorsions auxquelles il se livre sur le web et il s'amuse en faisant des plaisanteries pas forcément au goût de tout le monde. Ça aurait pu continuer longtemps si on ne l'avait pas choppé pour une histoire débile. Maintenant... Il est bien dans la merde.
Il parle gallois et anglais.
Florian Neuville © XXX
Il y avait quelqu’un chose d’incroyablement rassurant à retrouver son appartement ; malgré l’odeur rance, les pizzas abandonnées, les bouteilles de soda à moitié vide, la moisissure qui s’installait dans la pièce et ses colocataires insectoïdes… C’était son chez lui, son refuge. Le seul endroit où il se sentait à peu près en sécurité et où le monde extérieur ne parvenait pas à l’atteindre. Sauf que le monde extérieur avait vraisemblablement décidé de s’inviter dans son refuge, prenant les traits d’un flic qui ne semblait pas vraiment apprécier son mode de vie solidaire des clochards du coin. Le gallois était à quatre pattes en train de farfouiller sous une table, des câbles coincés entre ses dents tandis qu’il en branchait d’autre, totalement oublieux de la présence du flic. Avec un peu de chance, celui-ci s’était rendu compte qu’ils étaient hautement incompatibles et qu’il ne pouvait décemment pas rester ici pour sa santé mentale.

Malheureusement, le flic ne semblait pas décidé à le laisser en paix ; Noah était toujours sous son bureau, se déplaçant à tâtons quand un flot de lumière inonda la pièce, l’aveuglant momentanément et le poussant à proférer une bordée de jurons en gallois. Il se dissimula un instant les yeux, râlant toujours dans sa langue maternelle tandis que l’autre avait entrepris de se battre avec les fenêtres. Le hackeur ne dit rien, le dévisageant d’un air absent avant de retourner brancher ses tours et écrans, décidant de le classifier dans la catégorie des clean freaks. Il le continua à le surveiller d’un œil, l’observant d’un œil morne exterminer ses colocataires aux trop nombreuses pattes. Si l’autre voulait prendre en main la maintenance de son lieu de vie, grand bien lui en fasse – certes, cela faisait un bien long moment qu’il n’avait pas vu la couleur de son sol (d’ailleurs, il avait oublié à quel point la couleur du linoléum était MOCHE), mais il ne s’en était pas plus mal porté jusque maintenant… D’ailleurs, le vrai défi commencerait avec la salle de bain. Même lui y allait le moins souvent possible tellement c’était un bazar indescriptible de bouteilles et tubes vides (soda, gel douche et dentifrice) et de matériel informatique hors d’usage (il ne parvenait vraiment pas à se résoudre à jeter ses jouets). Ajoutons à ça des traces calcaires d’une couleur inquiétante et d’un début de moisissure et on obtenait à peu près l’état de la salle de bain du gallois.
Il grogna pour toute réponse au type, se déplaçant adroitement sur le sol encore envahi de déchets jusqu’à un autre boiter.

« Ça va hein, on est pas dans How clean is your house, calme ton enthousiasme MacKenzie. »

Il avait beau vécu en ermite ces dernières années, il avait tout de même un minimum de culture télévisuelle – avec les heures de divertissements adapté au QI d’huitre de l’homme moyen, il avait eu de quoi s’occuper quand il s’ennuyait trop. Il replongea ensuite dans ses branchements, passant un long moment avant de réussir à obtenir un résultat le satisfaisant et ayant balancé derrière lui plusieurs câbles douteux qui étaient parfaitement retombés à leur place sur le sol précédemment dégagé par le flic, sans plus d’égard pour lui. Se redressant, le gallois trottina jusqu’à un placard et l’ouvrit, dévoilant un espace totalement vide mis à part des bouteilles de soda. Il s’empressa d’ailleurs d’en prendre une, la débouchant pour chasser le gaz et en but un peu, sirotant en observant le flic s’activer dans son appartement. Il devait reconnaître que c’était plutôt plaisant de ne pas avoir à faire attention à ne pas écraser une boîte de pizza et ses occupants, mais… Il ne le reconnaîtrait jamais.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Game Over
MESSAGES : 295
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur
Flash



Dimitri Thatcher
J'ai 26 ans et je vis à Chicago, USA. Dans la vie, je suis flic et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis marié avec mon boulot et je le vis plutôt bien.

Il a été abandonné par sa mère toxico quand il était gamin. Il a grandit dans des familles d'accueil, trainant la plupart du temps dans la rue. Après une énième arrestation, il s'est retrouvé coincé par un flic qui lui a proposé un marché. Soit il faisait de la prison, soit il se rendait utile en rentrant dans la police et il arrêtait ses conneries. Ce flic a été son mentor pendant ses premières années au sein de la police. Aujourd'hui il est à la retraite mais cela n'empêche pas Dimitri de faire de son mieux pour le rendre fier de lui. Son but, c'est d'atteindre la criminelle et d'oeuvrer vraiment pour rendre les rues plus sur. Mais aux yeux de ses collègues c'est encore le bébé, le petit flic coincé sous l'aile de son mentor incapable de s'en sortir seul.


avatar ©️ NOM CRÉATEUR

Ce n'était rien de méchant, juste un peu de crasse, de moisissure et d'autres trucs tout aussi dégueulasse. Ce n'était rien... Rien qu'un peu d'huile de coude et de produits nettoyant ne puisse venir à bout. Le jour où je serais enfin à la criminelle je verrais des choses encore pire qu'un peu de crasse, alors je pouvais en venir à bout. Ca m'occupait pendant qu'il bidouillait ses fils et puis ça me permettrait de rester confortablement ici.

Je commençais à y voir plus clair dans le salon et la cuisine. Vu que je balançais à peu près tout ce qui trainait on voyait très rapidement la différence entre le bordel précédent et maintenant. Je gardais ses vêtements que j'empilais dans un coin, je les mettrais à laver plus tard. Je mettais la vaisselle dans un autre coin, espérant réussir à les nettoyer. Et tout le reste je balançais, écrasant au passage les cafards que je croisais.

« Ça va hein, on est pas dans How clean is your house, calme ton enthousiasme MacKenzie. »

Je le foudroyais du regard un instant avant de reprendre mon nettoyage. Il ne fallait pas que je m'énerve, sinon les assiettes il allait se les prendre dans la gueule et ça ne nous avancerait pas. J'avais besoin de lui pour mon enquête. Il fallait que je me maitrise si je voulais avoir une chance d'avoir un jour cette promotion, d'arrêter d'être considéré comme le gamin du service.

Au bout de pratiquement une heure je commençais à y voir plus clair au milieu de tout ça. Je prenais toute la vaisselle et aller la mettre dans le lave vaisselle que je trouvais dans la cuisine. Je rangeais tout et le mit à tourner après avoir passé plusieurs minutes à fouiller les placards pour trouver des pastilles. Ils étaient désespérément vides, à part une bouteille de soda qu'il s'était pris sans même m'en proposer. Sympa...

Je préparais de quoi lessiver les sols pour plus tard et sortit mon téléphone pour commander des courses en ligne. J'avais besoin de remplir un peu ses placards si je voulais pouvoir manger des choses décentes et surtout avoir du café pour surmonter mon séjour ici.

Je rangeais ensuite mon téléphone et allais m'attaquer à la salle de bain.

- Putain de merde!!!

Le cri était sorti tout seul en arrivant dans la salle de bain. C'était encore pire que là où j'étais plus tôt. Non mais comment il faisait pour réussir à se laver au milieu de tout ça? Non je ne voulais pas connaitre la réponse en fait, j'avais peur de me dire qu'il ne se lavait que très rarement. Mais en même temps vu l'état de l'appartement....

Il repartit à l'attaque de la salle de bain. Une heure plus tard il avait jeté tout le bordel et avait fait une pile avec son matériel informatique. Mais putain ça foutait quoi dans une salle de bain du matériel informatique. Il avait ensuite passé un moment à frotter les murs et les meubles. Au final il était plutôt content de lui. La salle de bain était à peu près propre et surtout elle sentait bon.

Je retournais dans le salon et je me laissais tomber dans le canapé en soufflant pour prendre une pause. Je le fixais finalement. Putain plus de trois heures pour réussir à rendre cet endroit un minimum habitable.

- T'as pu brancher tes trucs? T'as commencé à chercher mes hackers ou pas?

Parce qu'après tout on était là pour ça. Je n'étais pas venu pour jouer les femmes de ménage pour qu'il me retrouve ces putains de voleurs.


Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
 
 
It's not a phase 'cause it happens all the time • Nighteyes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Saut temporel - Phase libre du 18 mars 2045
» Présentation d'Eclipse Phase
» Un dernier Eclipse Phase pour la route
» Phase de poules
» Présentation - Ichigo Kurosaki [Terminé || Phase de Relecture]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: