Partagez | 
 
 
 

 It's not a phase 'cause it happens all the time • Nighteyes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 
avatar
Elyan
Féminin MESSAGES : 41
INSCRIPTION : 23/08/2018
ÂGE : 25
CRÉDITS : 高橋のぞむ (pixiv)

UNIVERS FÉTICHE : Tout dépend de... Euh... La motivation ? L'envie ? Les cookies ?
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur
Limace


Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Chicago.
A force de mettre son nez dans les affaires des autres et à prendre la ville pour son terrain de jeu, on finit toujours par commettre des erreurs. Celle commise par Noah sera-t-elle sa dernière ?
… Honnêtement, il y a peu de chances pour ça. Surtout s’il se retrouve avec un flic chiant sur le dos – la nervosité lui faire faire BEAUCOUP d’erreurs.
Mon mien !
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Elyan
Féminin MESSAGES : 41
INSCRIPTION : 23/08/2018
ÂGE : 25
CRÉDITS : 高橋のぞむ (pixiv)

UNIVERS FÉTICHE : Tout dépend de... Euh... La motivation ? L'envie ? Les cookies ?
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur
Limace



Noah A. Drystan
J'ai 23 ans et je vis à Chicago, Illinois. Dans la vie, je suis pirate informatique et je m'en sors vachement bien. Sinon, grâce à moi-même, je suis en couple avec Betsy, ma main droite célibataire et je le vis super bien.

Le « A. », c'est pour Alawn - Harmonie, en gallois. Introverti et aux loisirs assez étranges, Noah loge dans un appartement sous-loué à une vieille tante un peu démente et vit de pizza froide et de soda tiède (et donc sans bulles, sinon ça lui pique le nez). Son mode de vie est payé par les différentes extorsions auxquelles il se livre sur le web et il s'amuse en faisant des plaisanteries pas forcément au goût de tout le monde. Ça aurait pu continuer longtemps si on ne l'avait pas choppé pour une histoire débile. Maintenant... Il est bien dans la merde.

Florian Neuville © XXX
Il était dans la merde. La vraie de vraie. C’était parti d’une blague, au départ – un petit défi lancé sur le net à qui ferait le truc foutant le plus le bordel dans une quelconque ville du globe. Il avait eu une idée richissime qui n’impliquait même pas de mettre le feu à quelqu’un ou quelque chose ou de dénoncer une personnalité bien en vue. Loin de là – son idée à lui, ça avait été d’aller pimenter un peu la vie des automobilistes sur des plus longues avenues de Chicago. Et pour ça, quoi de mieux que d’aller pirater les différents feux et les faire changer de couleur – rouge vert rouge vert rouge rouge rouge vert. Il avait même eu la brillante idée d’y intégrer une seconde plaisanterie, beaucoup plus subtile, qui consistait à écrire des injures en morse sur les feux.

Le vrai problème, c’était que pour pouvoir parvenir à ses fins, il devait sortir de chez lui. Rejoindre ce monde sans foi ni loi qui l’attendait au-delà de la porte de son appartement – l’horreur absolue. Mais il avait pris les choses du bon côté : il pouvait en profiter pour faire quelques courses, ce genre de trucs que le commun des mortels fait au quotidien. Il s’était donc habillé pour l’occasion – sweat beaucoup trop grand, bonnet et masque de pharmacie. Enfoncé dans ses fringues beaucoup trop larges, il était sorti avec sa sacoche d’ordinateur, allant fureter du côté des grandes artères de la ville, finissant par s’installer dans une ruelle, dissimulé derrière une poubelle – au bout de plusieurs dizaines de minutes, la douce mélodie de klaxons, hurlements et jurons vint caresser ses oreilles.

L’opération lui ayant pris moins d’une heure, il fit un crochet à la supérette du coin avant de rentrer chez lui, avec le sentiment d’avoir accompli une bonne journée de travail avec son dernier exploit. Mais il avait été négligent – beaucoup trop négligent. Il sortait tellement peu qu’il avait fini par oublier que les rues de la vile étaient désormais truffées de caméra de surveillance – or, quoi de plus suspect qu’un individu assis derrière une poubelle avec un ordinateur alors qu’à quelques mètres à peine le chaos s’installait ? C’était plus ou moins ce qu’on lui avait expliqué quand les flics avaient débarqués chez lui avec un mandat de perquisition, saisissant son matériel et lui passant les menottes aux poignets avant de l’emmener au poste.

Et maintenant… Il était dans la merde. Il se tortilla un peu, tirant ses genoux contre sa poitrine, en équilibre instable sur sa chaise. Il commença à grignoter nerveusement l’ongle de son pouce, fixant la table devant lui, conscient que le miroir était sans tain et que quelqu’un allait probablement rentrer pour lui dire ce qu’ils avaient trouvés dans ses disques. Il avait été tellement négligent…
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Game Over
MESSAGES : 295
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur
Flash



Dimitri Thatcher
J'ai 26 ans et je vis à Chicago, USA. Dans la vie, je suis flic et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis marié avec mon boulot et je le vis plutôt bien.

Il a été abandonné par sa mère toxico quand il était gamin. Il a grandit dans des familles d'accueil, trainant la plupart du temps dans la rue. Après une énième arrestation, il s'est retrouvé coincé par un flic qui lui a proposé un marché. Soit il faisait de la prison, soit il se rendait utile en rentrant dans la police et il arrêtait ses conneries. Ce flic a été son mentor pendant ses premières années au sein de la police. Aujourd'hui il est à la retraite mais cela n'empêche pas Dimitri de faire de son mieux pour le rendre fier de lui. Son but, c'est d'atteindre la criminelle et d'oeuvrer vraiment pour rendre les rues plus sur. Mais aux yeux de ses collègues c'est encore le bébé, le petit flic coincé sous l'aile de son mentor incapable de s'en sortir seul.


avatar ©️ NOM CRÉATEUR

"Thatcher!!! Qu'est ce que tu fous putain?!!"

Je soupirais en entendant mon bien aimé supérieur me parlant de sa voix toujours si douce et mélodieuse, particulièrement quand il s'adressait à moi. Je me retournais en souriant, laissant de côté mon ordinateur alors qu'il venait vers moi l'air furieux. Je pouvais voir une des veines de son cou de taureau battre furieusement. J'avais peur qu'un jour elle n'explose et qu'il ne s'effondre raide mort à mes pieds. Attendez non... peur? Non non je me plantais, j'attendais de voir si un jour je pourrais assez l'énerver pour que ce miracle s'accomplisse.

Je ne quittais pas mon sourire alors qu'il s'apprêtait à déchainer sa colère contre moi.

"Ca fait cent fois que je te demande ce rapport sur l'arrestation de ce pickpocket qui sévissait dans le centre commercial. Et je ne l'ai toujours pas!!

Je me relevais et lui tendais le rapport avec qu'il n'explose pour de bon ou qu'un de ses postillons n'atteigne mon visage. Ca m'était arrivé une fois... dans l'oeil... une des expériences les plus traumatisantes de ma vie.

- Le voilà chef! Je voulais vous le porter mais je suis tombé sur ça avant. Vous savez la panique qu'il y a eu au niveau des feux rouges tout à l'heure. J'ai le responsable!!

Ca avait été le bordel pour faire revenir les choses à la normale mais heureusement ils y étaient parvenus rapidement. Il avait été l'un des premiers à arriver sur les lieux de l'incident. Vu la configuration des feux rouges le mec avait été obligé d'opérer à proximité du lieu. Il avait suffit que je récupère les données vidéos des différentes caméras de surveillance et je l'avais trouvé.

- J'ai son adresse. On devrait aller l'interpeller. Ca ce n'était rien mais je suis sur que le mec n'en est pas à son coup d'essai. Le matos qu'il avait avec lui c'est du truc de pros. Il doit pas être à son premier piratage. Je suis sur qu'on pourrait le coincer si vous me laissez y aller chef.

C'était ma chance de pouvoir procéder à une vraie arrestation, pas un vulgaire petit pick pocket, non un vrai hacker. J'étais certain de trouver les preuves de plusieurs délits chez lui. Il suffisait que mon chef me donne une chance. Je le voyais réfléchir, tourner la question dans tous les sens puis finalement il accepta de me laisser quelques hommes pour interpeller le mec.

Quelques heures plus tard il était en salle d'interrogatoire et moi je le regardais en jubilant derrière la vitre sans tain. On avait trouvé quelques infos sur lui mais j'avais de meilleurs projets pour lui, à condition qu'il accepte. Je pouvais m'en servir pour attirer un plus gros poisson et me faire bien voir de la criminelle. Ou sinon je pouvais quand même l'arrêter et ça ferait toujours mieux sur mon CV.

"Il est à toi Thatcher. Fais ce que tu veux."

Je souris comme un gamin avant de sortir. Je me forçais à me recomposer un masque sérieux avant de rentrer dans la salle d'interrogatoire. Je savais que mon chef était à me surveiller derrière la vitre. Je n'avais pas le droit à l'erreur. Je posais bruyamment mon dossier sur la table avant de m'installer devant lui. J'ouvrais ma chemise et sortis une photo avant de la poser devant lui. On le voyait très clairement installé avec son ordinateur dans une ruelle à côté des feux rouges.

- C'est toi n'est ce pas? En train de pirater les feux rouges...

Je n'ajoutais rien de plus. Je me contentais de le regarder, guettant ses réactions.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Elyan
Féminin MESSAGES : 41
INSCRIPTION : 23/08/2018
ÂGE : 25
CRÉDITS : 高橋のぞむ (pixiv)

UNIVERS FÉTICHE : Tout dépend de... Euh... La motivation ? L'envie ? Les cookies ?
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur
Limace



Noah A. Drystan
J'ai 23 ans et je vis à Chicago, Illinois. Dans la vie, je suis pirate informatique et je m'en sors vachement bien. Sinon, grâce à moi-même, je suis en couple avec Betsy, ma main droite célibataire et je le vis super bien.

Le « A. », c'est pour Alawn - Harmonie, en gallois. Introverti et aux loisirs assez étranges, Noah loge dans un appartement sous-loué à une vieille tante un peu démente et vit de pizza froide et de soda tiède (et donc sans bulles, sinon ça lui pique le nez). Son mode de vie est payé par les différentes extorsions auxquelles il se livre sur le web et il s'amuse en faisant des plaisanteries pas forcément au goût de tout le monde. Ça aurait pu continuer longtemps si on ne l'avait pas choppé pour une histoire débile. Maintenant... Il est bien dans la merde.
Il parle gallois et anglais.
Florian Neuville © XXX

Il était mal – il le sentait depuis le fond de ses tripes. Remuant sur sa chaise, il attrapa le bord de sa capuche, la tirant pour qu’elle cache ses yeux – si je ne les vois pas, ils ne me voient pas. Il était ridicule, il le savait – son angoisse remontait et prenait le dessus, faisant battre plus vite son cœur et réduisant ses idées à néant. Lui qui était si vif et si sarcastique derrière un écran, il était en train de se recroqueviller, désirant plus que tout disparaître de cette salle trop nue et trop éclairée. En face de lui, le miroir lui renvoyait une image qu’il détestait – des cheveux ébouriffés qui mériteraient une bonne coupe et un soin, des yeux beaucoup trop cernés, une peau plutôt vilaine ; son régime alimentaire et son mode de vie étaient à blâmer. Il n’y avait pas de miroirs chez lui – de toute manière, les volets étaient constamment fermés et la seule lumière qu’il y avait provenait des écrans continuellement allumés. Ça faisant bien un an qu’il n’avait pas fait face à son reflet – honnêtement, il aurait clairement pu s’en passer.

Il était en train de s’invectiver mentalement quand la porte s’ouvrit, laissant entrer un type à l’air sérieux. Noah détourna la tête, refusant de le regarder, mordillant toujours l’ongle de son pouce, s’accrochant à cette occupation comme s’il s’agissait d’une bouée de secours. Le bruit du dossier sur la table le fit sursauter, un tremblement imperceptible le parcourant – il n’aimait pas ça. Il n’aimait pas cette pièce, la lumière, le miroir, ce type en face de lui qui allait probablement lui poser des questions auxquelles il ne voulait pas répondre. Et personne ne pourrait le sortir d’ici – il était fini. Un bruit de papier lui fit légèrement tourner l’œil vers la table, observant la photo qui avait été poussée vers lui, dévoilant un type habillé d’un sweat trop grand et affublé d’un masque cachant le bas de son visage. Ça pourrait être n’importe qui. Non ? Avait-il pensé à jeter le masque ? Pourquoi l’aurait-il fait ? Il n’avait pas pensé qu’on le retrouverait.

« »

Il se mordit l’intérieur de la joue, détournant à nouveau le regard, la bouche sèche. Ses yeux revinrent un instant vers la photographie – c’était lui putain. Pourquoi n’avait-il pas pensé à vérifier les caméras ? Un type mieux préparé aurait songé aux caméras. Elles étaient tellement facile à pirater en plus – il aurait juste eu à mettre quelques secondes en boucle le temps qu’il soit hors de vue. C’aurait été facile. Enfantin. Un débutant y aurait pensé. Mais pas lui. Il s’était cru plus malin – après tout, depuis quand les caméras fonctionnaient-elles dans le coin !? Elles étaient toujours hors service ! Pourquoi avait-il fallu qu’elles fonctionnent aujourd’hui ?! Il souffla puis murmura quelques mots, presque un gémissement.

« Nid ydw i fi... C’pas moi... »

Un mensonge. Et un mensonge pitoyable en plus – il était incapable de mentir même pour sauver sa vie. C’était bien pour ça qu’il préférait traiter ses affaires face à un écran : un clavier à la main, il devenait invincible. Face à quelqu’un, il n’était plus qu’une courgette déshydratée.

« C’pourrait être n’import’ qui... »

Ils avaient perquisitionné son appartement. C’était certain. Ils avaient trouvés ses ordinateurs, ses secrets – les types qu’il faisant chanter, les nanas et les mecs qu’il catfishait pour se divertir, tous ses dossiers parfaitement classés – si son appartement n’était pas loin de la porcherie, ses disques durs étaient parfaitement ordonnés. Il n’avait même pas eu le temps de mettre son verrouillage. Il était tellement tellement tellement tellement nul. Le gallois renfonça la tête dans ses épaules, tirant à nouveau la capuche sur son visage de sa main libre. Son pouce commença à saigner et il l’essuya patiemment sur la manche de son sweat noir. C’était juste une blague. Personne n’était mort, non ?
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Game Over
MESSAGES : 295
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur
Flash



Dimitri Thatcher
J'ai 26 ans et je vis à Chicago, USA. Dans la vie, je suis flic et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis marié avec mon boulot et je le vis plutôt bien.

Il a été abandonné par sa mère toxico quand il était gamin. Il a grandit dans des familles d'accueil, trainant la plupart du temps dans la rue. Après une énième arrestation, il s'est retrouvé coincé par un flic qui lui a proposé un marché. Soit il faisait de la prison, soit il se rendait utile en rentrant dans la police et il arrêtait ses conneries. Ce flic a été son mentor pendant ses premières années au sein de la police. Aujourd'hui il est à la retraite mais cela n'empêche pas Dimitri de faire de son mieux pour le rendre fier de lui. Son but, c'est d'atteindre la criminelle et d'oeuvrer vraiment pour rendre les rues plus sur. Mais aux yeux de ses collègues c'est encore le bébé, le petit flic coincé sous l'aile de son mentor incapable de s'en sortir seul.


avatar ©️ NOM CRÉATEUR

Je souriais doucement en le voyant faire. Il pouvait bien nier tout ce qu'il voulait mais les preuves étaient là. Cela ne servait à rien de se voiler la face comme ça. Je sortis d'autres photos et les étalais devant lui. Sur plusieurs photos on voyait très clairement son visage.

- Là c'est bien toi pourtant... Et le juge qui m'a donné le mandat de perquisition le pense aussi.

Autant dire qu'il était dans la merde. Il ne pourrait pas échapper à une condamnation. Sa seule chance de s'en sortir c'était d'accepter mon marché. Il n'était pas encore certain qu'il flancherait mais j'espérais bien qu'il le ferait. Il y allait de son intérêt mais aussi du mien qu'il accepte. Il était essentiel à mon plan.

- Pour le coup des feux rouges tu ne risques pas grand chose mais pour ça...

Je sortis une pile de papiers que je déposais devant lui. Il était peut être un hacker génial d'après ce qu'on avait pu voir, mais il était pas très malin. Il y avait tout un tas de preuves de ses piratages, gentiment alignées dans son ordinateur et qui n'attendaient plus qu'eux pour les découvrir. C'était franchement con de sa part. Comment est ce qu'il pouvait être aussi intelligent pour commettre ses piratages et être aussi négligent? Soit il était particulièrement arrogant soit il était particulièrement con. Ou alors c'était peut être un peu des deux.

- Tout ces piratages... tu vas plonger ça c'est sur. Escroquerie et compagnie... Tu vas en avoir pour plusieurs années derrière les barreaux.

Le type avait un casier vierge. C'était la première fois qu'il se faisait coincé et ça se voyait. Il se pissait littéralement dessus. Et moi j'enfonçais le clou, espérant lui faire suffisamment peur pour qu'il accepte mon marché.

Je le laissais regarder les papiers un moment avant de les rassembler et de les ranger dans ma chemise. Je me penchais ensuite vers lui, histoire de capter son regard qu'il dissimulait sous sa capuche.

- Mais je peux te proposer quelque chose... J'ai besoin d'un hacker pour m'aider dans une enquête et tu me sembles tout désigner pour ça. Je peux convaincre le juge de te laisser avec un simple avertissement sous ma surveillance et en échange toi tu m'aides. Sinon... et bien j'espère que les fouilles anales c'est ton truc parce qu'en prison c'est quotidien.

J'attendais, souriant légèrement. Il n'allait pas falloir longtemps avant qu'il craque. Je le sentais.



Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Elyan
Féminin MESSAGES : 41
INSCRIPTION : 23/08/2018
ÂGE : 25
CRÉDITS : 高橋のぞむ (pixiv)

UNIVERS FÉTICHE : Tout dépend de... Euh... La motivation ? L'envie ? Les cookies ?
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur
Limace



Noah A. Drystan
J'ai 23 ans et je vis à Chicago, Illinois. Dans la vie, je suis pirate informatique et je m'en sors vachement bien. Sinon, grâce à moi-même, je suis en couple avec Betsy, ma main droite célibataire et je le vis super bien.

Le « A. », c'est pour Alawn - Harmonie, en gallois. Introverti et aux loisirs assez étranges, Noah loge dans un appartement sous-loué à une vieille tante un peu démente et vit de pizza froide et de soda tiède (et donc sans bulles, sinon ça lui pique le nez). Son mode de vie est payé par les différentes extorsions auxquelles il se livre sur le web et il s'amuse en faisant des plaisanteries pas forcément au goût de tout le monde. Ça aurait pu continuer longtemps si on ne l'avait pas choppé pour une histoire débile. Maintenant... Il est bien dans la merde.
Il parle gallois et anglais.
Florian Neuville © XXX
La vie n’était qu’une sale race. Le gallois tentait de se dissimuler du mieux qu’il pouvait, essayant de faire disparaître sa carrure de crevette lyophilisée sous ses vêtements – en vain. L’autre était toujours, l’autre le regardait toujours. Pire – il sorti d’autres photos, les étalant nonchalamment sur la table, mettant son visage bien en évidence. Le gallois pâlit encore plus, exploit relativement impressionnant vu la pâleur habituelle de sa peau. Il se sentait proche de l’hyperventilation. Les frissons le secouaient doucement tandis qu’il commençait à trouver qu’il faisait vachement chaud dans la pièce. Il se tortilla légèrement, observant la pile de papiers grossier un peu plus – oh non non non, il avait été tellement négligent, pourquoi n’avait-il pas pensé à mieux dissimuler ses fichiers, pourquoi avait-il pris pour acquis son anonymat et sa sécurité ?! Il avait été tellement stupide. C’était pitoyable, minable – il avait bien cherché, au final. Il aurait pu imprimer lui-même les fichiers et les leur offrir sur un plateau d’argent que ça n’aurait rien changer.

Le gallois se recroquevilla encore plus. Tomber dans les pommes lui semblait une alternative plutôt alléchante à l’heure actuelle, mais l’autre n’avait visiblement pas l’intention de le laisser faire, dissertant rapidement sur les possibles conséquences de ce qu’ils avaient trouvés chez lui, confirmant sa pensée première qu’il n’était absolument pas fait pour la vie derrière les barreaux. Il n’était même pas fait pour rester dans cette pièce, d’ailleurs, avec cette agaçante lumière et ce type qu’il détestait désormais au plus haut point. Son sort était à priori réglé – ce serait prison sans passer par la case départ, et ça avait l’air de faire très plaisir à ce foutu flic. Il commença à ranger les photos et la gallois respira un peu mieux – il allait sortir et le laisser seul à son désespoir. Très bien, très bien. Mais ce ne fut pas ce qu’il se passe – le type se pencha vers lui, cherchant son regard, les yeux bruns presque écarquillés de Noah se vissant malgré lui aux siens.

Puis il lui offrit le deal. Ça puait – franchement. Quel type sain d’esprit ferait un marché avec un criminel ? Il n’était probablement pas plus sain d’esprit que lui. Pourquoi on le laissait bosser ici ? Ou alors c’était une blague. Oui, c’était ça – une super blague absolument pas drôle, faite exprès pour terrifier le hackeur débraillé et aux capacités sociales inexistantes. Le genre de blague qu’on lui avait fait au lycée – ouais, ça, il connaissait, il pouvait gérer. Les yeux du gallois regardèrent dans tous les sens, cherchant le piège. Puis il les reposa sur lui, abhorrant ce petit sourire que le mec avait en coin – il se foutait de lui, c’était pas possible. Le gallois détourna la tête, marmonnant dans sa barbe inexistante.

« C’est des c-conneries. J-J’y crois. Pas. »

Après tout, ce serait tellement beau – s’en tirer avec juste un contrôle judiciaire occasionnel. Mais même si c’était vrai, l’affaire puait – pourquoi on aurait besoin de ses compétences ? La police n’avait pas des types pour faire ce truc ? Nerveusement, le gallois recommença à triturer le bord de sa manche, n’osant pas relever les yeux vers le flic.

« P-P’quoi on me l-laisserait sortir sur ta-votre d’mande, hein ? »

Il ne pouvait pas y croire. Il était peut-être un peu con, mais il avait cessé de croire au Père Noël depuis longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Game Over
MESSAGES : 295
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur
Flash



Dimitri Thatcher
J'ai 26 ans et je vis à Chicago, USA. Dans la vie, je suis flic et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis marié avec mon boulot et je le vis plutôt bien.

Il a été abandonné par sa mère toxico quand il était gamin. Il a grandit dans des familles d'accueil, trainant la plupart du temps dans la rue. Après une énième arrestation, il s'est retrouvé coincé par un flic qui lui a proposé un marché. Soit il faisait de la prison, soit il se rendait utile en rentrant dans la police et il arrêtait ses conneries. Ce flic a été son mentor pendant ses premières années au sein de la police. Aujourd'hui il est à la retraite mais cela n'empêche pas Dimitri de faire de son mieux pour le rendre fier de lui. Son but, c'est d'atteindre la criminelle et d'oeuvrer vraiment pour rendre les rues plus sur. Mais aux yeux de ses collègues c'est encore le bébé, le petit flic coincé sous l'aile de son mentor incapable de s'en sortir seul.


avatar ©️ NOM CRÉATEUR

Non mais il était à deux doigts de se pisser dessus. J'avais du mal à comprendre ce qu'il disait tellement il tremblait de tout son corps. Et c'était ce mec qui avait fait ces piratages? A croire que c'était plus facile pour lui d'affronter le monde planqué derrière son ordinateur qu'en face. Ou plutôt d'affronter les conséquences de ces actes. Il ne voyait pas ses victimes. Il ne voyait pas le mal qu'il faisait. Sauf que là il devait affronter les choses en face et il se pissait dessus. Il suffirait que je hausse un peu le ton pour qu'il s'effondre j'en étais sur. C'était presque trop facile de le faire craquer dans ces conditions.

- Vous n'êtes qu'un petit criminel dans le fond. Je cours après de plus grand bandits que vous. Mais ils nous échappent sans cesse. Si vous nous aidez à les attraper... eh bien vous échapperez à la prison. C'est plutôt un bon deal je crois. Et je vous jure que ce ne sont pas des conneries.

Je me levais et rassemblais mes affaires. J'allais le laisser cogiter un petit peu en cellule. S'il n'était pas décidé à le croire, quelques heures enfermé le ferait changer d'avis.

- Je reviendrais vous voir demain. Vous me direz ce que vous avez décidé à ce moment là.

Je repassais dans l'autre salle avant de faire un debriefing avec mon chef. Pour une fois il n'était pas déçu de moi. Ca me changeait. Il était certain lui aussi qu'après une nuit en cellule il serait plus que d'accord pour les aider.

"Mais déconne pas Thatcher. Ton idée a intérêt à marcher sinon je te colle à la circulation."

Je hochais la tête et n'ajoutais rien. Je restais encore un moment au poste pour finir de la paperasse avant de rentrer chez moi. Je passais ma soirée seul, mangeant un reste de pizza avec une clope et de la bière. J'avais rarement le temps et le courage de me faire la cuisine. Je me reposais toute la soirée avant d'aller me coucher.

Le lendemain j'étais prêt, ponctuel pour une fois. Mon petit hacker avait vraiment du passer une nuit de merde au milieu des autres détenus. Ils tenaient tous plus du grand méchant loup que des enfants de coeur. Il avait du en baver mais c'était fait exprès, un petit avant gout de ce qui l'attendait en prison si jamais il refusait sa proposition.

J'étais installé dans la salle d'interrogatoire, sirotant mon café quand mon me l'amena. J'attendais qu'il s'installe avant de me lancer sans préambule.

- Alors... tu as pris ta décision?


Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Elyan
Féminin MESSAGES : 41
INSCRIPTION : 23/08/2018
ÂGE : 25
CRÉDITS : 高橋のぞむ (pixiv)

UNIVERS FÉTICHE : Tout dépend de... Euh... La motivation ? L'envie ? Les cookies ?
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur
Limace



Noah A. Drystan
J'ai 23 ans et je vis à Chicago, Illinois. Dans la vie, je suis pirate informatique et je m'en sors vachement bien. Sinon, grâce à moi-même, je suis en couple avec Betsy, ma main droite célibataire et je le vis super bien.

Le « A. », c'est pour Alawn - Harmonie, en gallois. Introverti et aux loisirs assez étranges, Noah loge dans un appartement sous-loué à une vieille tante un peu démente et vit de pizza froide et de soda tiède (et donc sans bulles, sinon ça lui pique le nez). Son mode de vie est payé par les différentes extorsions auxquelles il se livre sur le web et il s'amuse en faisant des plaisanteries pas forcément au goût de tout le monde. Ça aurait pu continuer longtemps si on ne l'avait pas choppé pour une histoire débile. Maintenant... Il est bien dans la merde.
Il parle gallois et anglais.
Florian Neuville © XXX
Pourquoi personne ne lui demandait jamais son avis ? C’était décidément un monde bien triste qui n’avait absolument rien à faire de ce qu’il pensait. Du coup, l’autre se tira après lui avoir asséné sa tirade grandiloquente – il pensait quoi ? Le gallois avait peut-être peur de son ombre, mais il était bien conscient de ce qu’il valait ; autant dire, pas grand-chose. Il était un lâche et un (très mauvais) menteur. Pas un type qui s’amuse à se lancer à la poursuite de criminels ou d’autre – lui, sa spécialité, c’était les types un peu au-dessus de la moyenne sociale et « morale », qui s’affichaient avec de jolies familles et qui aimaient se faire prendre par derrière dans des motels ou se taper des adolescentes mineures. Le genre de mecs qui n’allait pas piper un mot si jamais il recevait des photos compromettantes par son imprimante sans fil et qui payait rubis sur l’ongle pour que leurs secrets ne s’ébruitent pas. La justice ne l’avait jamais intéressé – pour lui, il s’agissait tout au plus d’un concept abstrait destiné à abrutir les masses.

Dans l’idée donc, ce n’était pas une sortie dramatique qui allait le pousser à faire confiance à ce type – par contre, une nuit au trou, c’était certain que ça, oui, ça risquait bien de le faire changer d’avis. C’est d’ailleurs ce qu’il se passe : après tout, il n’était pas un lâche pour rien. Une nuit en cellule entre un ivrogne aux mains baladeuses et un type ressemblant fortement à un sociopathe en puissance entre autre, c’était déjà au-dessus de ses forces – alors quand l’ivrogne décida de se soulager contre le mur et que l’urine fit son chemin jusqu’à ses baskets, il failli tourner de l’œil, ramenant frénétiquement ses jambes contre lui sur le banc et déchiquetant furieusement la peau de son pouce. Il se vengerait un jour, c’était certain. Ça ne resterait certainement pas impuni – ce connard de flic avait forcément un truc pas trop joli à son actif qui n’attendait que lui pour être diffusé sur les fichiers centralisés des flics.

Il passa donc la nuit à surveiller ses alentours d’un œil angoissé, rêvassant à de vagues plans de vengeances. Il veilla toute la nuit, sursautant au moindre mouvement de ses voisins de cellule, gigotant le plus doucement possible et n’osant même pas se redresser pour s’étirer un peu. Le matin fini par arriver et un flic revint le chercher – presque un ange à ce niveau pour le gallois qui se serait presque confondu en excuse si ce connard ne l’avait pas forcé à marcher dans la flaque jaunâtre qui trônait dans la cellule. Il allait devoir brûler la chaussure. Et le pantalon aussi, probablement…. Voir même sa tenue entière. Oui, c’était probablement plus sûr. Bref. Toujours est-il que le type le traina en fronçant du nez jusqu’à une salle d’interrogatoire où il força à s’asseoir sur une chaise, faisant visiblement des efforts admirables pour ne pas respirer l’odeur d’ammoniaque qui accompagnait le gallois. Gallois qui lui jeta un regard torve, ne tentant même pas de cacher l’animosité qu’il lui inspirait. Regard qu’il tourna également vers le flic qui l’attendait – le même que la veille… Et tout son peu de courage alimenté par sa colère et son angoisse s’évanouit – ne restait que la dernière.

C’était une chose de regarder salement un flic qu’il ne reverra probablement jamais, mais ce type, ça faisait déjà deux fois qu’il le voyait, donc il y avait des chances qu’il le revoit encore. Surtout s’il acceptait sa proposition. Et voir les gens régulièrement, c’était plus ou moins une des choses qui le faisait paniquer. Le gallois préféra détourner les yeux, prenant son temps pour répondre en gigotant sur sa chaise. Le silence s’installa, à peine coupé par les couinements de la chaise, puis par un bruit de chute, suivi d’un deuxième. Le gallois remonta ses pieds, notant machinalement le trou dans sa chaussette. Au moins, la chaussure trempée d’urine était loin de lui. Il n’avait plus qu’à trouver un peu d’essence, un briquet et on n’en parlerait plus. C’était bien, ça. C’était rassurant – faire disparaitre ce qui ne lui plaisait pas. Pas comme ce flic. Noah leva lentement les yeux vers son interlocuteur.

« Q… Qu’est ce qui m-me garantit que je s-serai libre ? »

Non, ce n’était pas ça la question. Il gigota sur sa chaise, souffla.

« Je pourrai rentrer chez moi ? »

Et retrouver ses ordinateurs chéris. C’était LA question la plus importante. Ses ordinateurs. Ils avaient probablement touchés à SES branchements. Il allait devoir tout rebrancher correctement, tout remettre comme c’était avant. Enfin… Si l’autre ne décidait pas de la garder sous cage.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Game Over
MESSAGES : 295
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur
Flash



Dimitri Thatcher
J'ai 26 ans et je vis à Chicago, USA. Dans la vie, je suis flic et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis marié avec mon boulot et je le vis plutôt bien.

Il a été abandonné par sa mère toxico quand il était gamin. Il a grandit dans des familles d'accueil, trainant la plupart du temps dans la rue. Après une énième arrestation, il s'est retrouvé coincé par un flic qui lui a proposé un marché. Soit il faisait de la prison, soit il se rendait utile en rentrant dans la police et il arrêtait ses conneries. Ce flic a été son mentor pendant ses premières années au sein de la police. Aujourd'hui il est à la retraite mais cela n'empêche pas Dimitri de faire de son mieux pour le rendre fier de lui. Son but, c'est d'atteindre la criminelle et d'oeuvrer vraiment pour rendre les rues plus sur. Mais aux yeux de ses collègues c'est encore le bébé, le petit flic coincé sous l'aile de son mentor incapable de s'en sortir seul.


avatar ©️ NOM CRÉATEUR

« Q… Qu’est ce qui m-me garantit que je s-serai libre ? »

Ca j'avais la réponse. J'avais dans mes papiers l'accord que le juge m'avait signé. Sa liberté, l'abandon des poursuites en échange de sa coopération sur son enquête. S'il acceptait je n'aurais qu'à le lui donner pour qu'il le signe. Mais il fallait qu'il accepte avant. Ca c'était déjà pratiquement gagné. Je le voyais à son regard, son attitude, la question qu'il me posait. Il y avait une odeur d'urine qui l'accompagnait. Ca me faisait rire et c'était vraiment difficile de me retenir. Il avait eu droit à toutes les joies d'une nuit en prison à ce que je voyais. S'il n'était pas trop con, et il n'en avait pas l'air, il n'allait pas tarder à accepter.

« Je pourrai rentrer chez moi ? »

Je hochais la tête à sa question avant de lui expliquer ce qui se passerait.

- Tu pourras rentrer chez toi. J'ai besoin de que tu retrouves ton matériel pour mon enquête. Tu rentreras mais sous certaines conditions. Je ne te lacherais pas, pas beaucoup en tout cas. J'ai besoin de toi pour m'aider à résoudre une enquête donc on devra travailler ensemble.

C'était la contrepartie qu'il devait remplir s'il voulait pouvoir éviter la prison. Il allait falloir qu'il travaille avec moi.

- Si tu te barres, si tu refais quelque chose d'illégal, si tu tentes de te foutre de moi... crois moi je le saurais et là ce sera un aller simple en prison. Je ne pourrais plus rien faire pour t'aider.

J'ouvrais la chemise devant moi et sortais le papier du juge. Je le faisais glisser devant lui et sortais ensuite un stylo que je posais à côté.

- C'est à toi de voir... la prison ou moi.


Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Elyan
Féminin MESSAGES : 41
INSCRIPTION : 23/08/2018
ÂGE : 25
CRÉDITS : 高橋のぞむ (pixiv)

UNIVERS FÉTICHE : Tout dépend de... Euh... La motivation ? L'envie ? Les cookies ?
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur
Limace



Noah A. Drystan
J'ai 23 ans et je vis à Chicago, Illinois. Dans la vie, je suis pirate informatique et je m'en sors vachement bien. Sinon, grâce à moi-même, je suis en couple avec Betsy, ma main droite célibataire et je le vis super bien.

Le « A. », c'est pour Alawn - Harmonie, en gallois. Introverti et aux loisirs assez étranges, Noah loge dans un appartement sous-loué à une vieille tante un peu démente et vit de pizza froide et de soda tiède (et donc sans bulles, sinon ça lui pique le nez). Son mode de vie est payé par les différentes extorsions auxquelles il se livre sur le web et il s'amuse en faisant des plaisanteries pas forcément au goût de tout le monde. Ça aurait pu continuer longtemps si on ne l'avait pas choppé pour une histoire débile. Maintenant... Il est bien dans la merde.
Il parle gallois et anglais.
Florian Neuville © XXX
Il se tortillait toujours sur sa chaise, le nez plissé à cause de l’odeur. En toute honnêteté, il était presque au bord des larmes. Mais il avait beau bénéficier d’un amour propre assez-bas, celui-ci était toujours trop élevé pour qu’il s’abaisse à fondre en larmes devant le responsable de ses tourments. A la place il ferma les paupières, attendant la sentence qui ne tarderait pas à venir. Et avec virent les conditions : il pourrait rentrer chez lui, retrouver son matériel adoré et… Il ne le lâcherait pas. Il allait se retrouver avec une baby-sitter, tout ça pour quelques foutus feux rouges. Après tout, si les gens conduisaient mieux, ils n’auraient pas eu autant de problème, pas vrai ?

Le gallois rouvrit les yeux, observant le flic pousser en silence des papiers jusque devant lui, accompagnés d’un stylo, s’attendant visiblement à ce qu’il signe l’accord sans protester. Ce qu’il allait faire. Après tout, Noah n’était pas quelqu’un de fondamentalement courageux ou même de stoïque – il n’arrivait toujours pas à ne pas hurler quand il croisait un cafard dans un coin de sa chambre, au détour d’une pizza oubliée. Alors la prison… Il frissonna. Non, il ne ferait définitivement pas long feu si jamais il devait aller en prison. Il se ferait probablement bouffer – voir pire – dès les premières minutes qu’il passerait entre les murs d’un pénitencier. Il n’y avait qu’à voir avec quel brio il s’était sorti de sa nuit au poste – autant dire aucun. Sa fierté était restée sur un coin du banc.

Il tendit la main, tirant doucement les papiers et le stylo vers lui, s’immobilisant un instant avant de signer maladroitement, peinant visiblement à tenir le stylo correctement – depuis combien de temps n’avait-il pas tenu de quoi écrire sur une feuille en papier ? Des mois, voire quelques années – il s’était tellement immergé dans son monde virtuel qu’il en avait presque oublié comment écrire. Il reposa le stylo, levant les yeux vers le flic, l’air perturbé.

« A-Attendez… Q-quand vous dites, « pas beaucoup »… Vous comptez pas vous installer chez moi quand même ?! »

Il avait presque couiné à la fin, terrifié à l’idée de partager son espace vital avec quelqu’un.

Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
 
 
It's not a phase 'cause it happens all the time • Nighteyes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Saut temporel - Phase libre du 18 mars 2045
» Présentation d'Eclipse Phase
» Un dernier Eclipse Phase pour la route
» Phase de poules
» Présentation - Ichigo Kurosaki [Terminé || Phase de Relecture]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: