Partagez | 
 
 
 

 Sweet Dreams [+16 Torture] || ft. Leonnor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
avatar
Nightmare
MESSAGES : 34
INSCRIPTION : 23/08/2018
RÉGION : NO WHERE
CRÉDITS : Moi !

UNIVERS FÉTICHE : J'aime tout ♥
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Limace


NIGHTMARE IN YOUR HEAD
-SWEET DREAMS-

   
Never wake up.

    /!\ Attention RP Gore / Torture / Meurtre. Si vous êtes sensible évitez de lire ce RP ! /!\

Avez-vous déjà dormi ? Si ce n’est pas le cas, allez dormir. Dans ce cas, avez vous déjà rêvé ? Des rêves insaisissables… Des rêves inexplicables… ? Les cauchemars hantent les esprits… Rêver de sentir des lames lacérer vos entrailles… Le sommeil est si paradoxal… Quand vous vous réveillez, vous avez peur, vous tremblez. Que s’est-il passé ? Vous avez rencontré Freddy.

Freddy était un homme auparavant, à présent il n’est plus qu’un cauchemar. Il vient vous voir dans vos rêves… Ne trouvant pas le repos dans la mort, avide de vengeance, Freddy avait décidé de torturer une jeune femme. Katsyarina Sokolov. Pourquoi elle ? Parce qu’il s’ennuyait et aussi accessoirement parce que cette dernière était… En train de lui voler son boulot. Il fallait avouer qu’il était oublié depuis quelques temps… Mais elle… Elle perpétuait le cycle… Autant lui donner des idées de torture. Elle était capable de contrôler les cauchemars des autres, mais pas les siens. Pour le plus grand plaisir de Fred Krueger.

Ce que les gens ne savent pas, c’est que Freddy est toujours présent. Incapable d’interagir avec le monde réel, il est condamné à l’observer et à n’apparaître que dans les rêves des autres. Seul pour l’éternité, il avait perdu la raison depuis longtemps. Sa future victime venait de s’endormir… Il allait s’amuser.

   
Contexte issu de A Nightmare On Elm Street et de Dead By Daylight
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Nightmare
MESSAGES : 34
INSCRIPTION : 23/08/2018
RÉGION : NO WHERE
CRÉDITS : Moi !

UNIVERS FÉTICHE : J'aime tout ♥
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Limace



Frederick Charles
Krueger

Plus connu sous son nom de Freddy Krueger, cet homme était jardinier de son vivant. Il s’occupait du jardin d’une école maternelle. Peut-être aimait-il un peu trop les enfants… ? Mais pas autant que ce que les parents pensaient… Brûlé à mort, avide de vengeance, Freddy veut tuer tous ceux ayant eu la mauvaise idée de penser à lui, de le rencontrer ou bien d’en avoir entendu parler.

Capable de contrôler le monde des rêves, il peut prendre n’importe quelle forme. Il est présent dans le monde réel mais personne ne peut le voir. Il ne peut pas agir tant que quelqu’un n’est pas dans un rêve. Il se contente d’observer et d’obtenir des informations utiles sur ses futures victimes… Habituellement il peut tuer dans les rêves et dans la vie réelle ses victimes… /pasdansceRP/


avatar  Nightmare


Ennui. Ennui. Tout ici n’est qu’ennui ! Dans le monde des rêves, le grand brûlé s’agaçait. Plus personne ne se souvenait de lui. Il avait envie de tout détruire. Redressant le visage vers les tuyaux autour de lui, il en coupa un aisément. Facile quand le monde obéit.  Emmerde. Emmerde. QU’EST-CE QUE JE M’EMMERDE ! Cette solitude l’ennuyait. Il baissa le visage, son chapeau masqua son visage un long moment alors qu’une vapeur chaude sortait du tuyau coupé. Le tuyau se referma. Qu’est-ce qui était pire ? Rester ici et être tiraillé par l’ennui et la solitude ? Ou bien aller dans leur monde et les observer s’amuser, sans pouvoir les toucher ni leur faire du mal? Qu’est-ce qui était pire ? Freddy ne savait pas. Il n’avait jamais su. Cela faisait bien une année qu’il était condamné à la solitude. Posant sa main sur son visage, il sentit les crevasses laissées par les flammes… Bien entendu qu’il pouvait changer d’apparence, mais en avait-il seulement l’envie ? Il faisait bien plus peur ainsi. Depuis sa mort, la peur est l’une des émotion lui procurant le plus de sensations…

L’euphorie de la chasse. Les cris, les hurlements. La respiration haletante. Les supplications. Lamentations. Griffures. Lacérations. Le sang. Le dernier souffle… Et enfin la froideur de l’ennui et des corps. Observant le corps de Jesse, une de ses anciennes victimes, Freddy le fit disparaître. Assis sur des escaliers, il griffait le sol en se demandant si le monde à l’extérieur avait changé. De nouvelles armes ? De nouvelles guerres ? L’ennui. Oui. L’ennui. Il s’ennuyait.

Le goût du sang lui manquait. Tous ces petits plaisirs salaces, ces rires sadiques… à présent tout se brisait autour de lui. Il sombrait dans l’oubli. Si seulement les gens pouvaient savoir qu’il était là… Si seulement quelqu’un pouvait à nouveau le connaître et répandre sa terreur… Répandre son nom dans le monde pour que tous viennent à nouveau cauchemarder… Freddy se releva finalement et alla dans le monde humain. Comme toujours, personne ne le voyait ni ne cherchait à le voir. Elm Street… Il y alla, ne trouva personne mis à part des dessins de lui. Plein. Une obsession… ?

Le cauchemar reconnaissait les traits de crayons de Nancy, une de ses anciennes victimes ne trouvant plus le sommeil depuis bien longtemps. Visiblement il y avait une exposition d’art… Dans une immense ville. Il observait les dessins, les peintures, les sculptures, les mosaïques… Les oeuvres avaient toutes un thème commun. Lui. Nancy était devenue complètement barge… Comment se faisait-il qu’il ne parvienne pas à la voir dans ce cas ? En tout cas… L’exposition allait lui donner… Des occasions en or… Il en avait repéré une. Une jolie demoiselle avec un air… de diva. Il abaissa son chapeau et un sourire carnassier s’afficha sur son visage. Heureusement, personne ne pouvait le voir.

Freddy allait s’amuser.
Il voulait s’amuser.
Il n’attendait plus que ça.

Il la voulait elle entre ses griffes. Plusieurs jours après l’exposition, il avait remarqué que la demoiselle n’était pas tout à fait innocente… Oh… Elle contrôlait les cauchemars des autres ? Il décida cette fois de s’amuser avec elle… Un pouvoir implique de grandes responsabilités… Dommage que avec Freddy ce soient des conséquences. Trois jours après l’exposition, il avait décidé d’agir. Il avait retardé le moment fatidique. Il avait retenu cette envie de tuer. Il avait simplement envie de s’amuser avec elle. Il ne savait même pas si ses pouvoirs étaient encore intacts depuis le temps… Il ne pourrait certainement pas la tuer, mais ce n’était pas si grave.

Cette nuit là… Alors que la ville s’endormait, il attendait qu’elle plonge dans un merveilleux sommeil. La chasse allait commencer. Attendant le sommeil paradoxal de cette inconnue, il prépara le monde des rêves…

Elle arriverait donc dans un grand cirque. Tout était coloré, le chapiteau était rouge et blanc, les grandes toiles des tentes étaient blanches et les ballons étaient multicolores. Les lumières étaient vives. Tout un public était déjà présent, des enfants, des adultes, des vieillards, de toutes origines. Un homme était devant le public, en plein milieu d’un tapis. Il afficha un sourire gentil et présenta les premiers artistes qui approchaient. Le spectacle se déroulait bien, jusqu’à ce que la demoiselle… soit désignée dans le public pour le prochain numéro.

Devant elle, l’artiste n’était autre que le cauchemar. Habillé d’un pull noir et rouge déchiré par endroit, Freddy joua avec ses lames. Le bruit crissait doucement jusqu’à émettre un bruit de lame visiblement très aiguisé.  Il s’approcha lentement d’elle avant d’énoncer de sa voix extrêmement grave, encore à quelques mètres.

« Le spectacle doit continuer. »

La cadence de pas était lente. Il se délectait de ce moment. Allait-elle comprendre... Ce qui allait arriver ...? Avait-elle peur? Freddy adorait cette sensation.
Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
avatar
Leonnor
Féminin MESSAGES : 202
INSCRIPTION : 23/08/2018
ÂGE : 26
RÉGION : IDF
CRÉDITS : Joumana Medlej

UNIVERS FÉTICHE : ça dépend de quel pied je me suis levé ce matin
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://[url=http://www.letempsdunrp.com/t2229p10-sharing-tea-wit http://www.letempsdunrp.com/t2237-y-a-plein-d-idees-pour-tous-les-gouts-la-dedans-7-7-idees-libres
Flash



Katsyarina Sokolov

J'ai On ne demande pas son âge à une dame voyons ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis Danseuse de cabaret en passe de devenir l'actrice en vogue et je m'en sors décemment grâce à mon cher mécène. Sinon, grâce à ma chance, je suis libre comme l'air et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.


avatar ©️ moi


Les jours étaient longs et ennuyeux ces derniers temps. Il n'y avait personne à brutaliser, personne à qui imposer ses quatre volontés. C'était comme si tous ces admirateurs étaient partis conter fleurette ailleurs. Il n'y avait aucun doute qu'ils en souffriraient les conséquences en revenant. Ils revenaient toujours comme obsédés par elle. Ceux qu'elle ne parvenait pas à séduire, elle les terrifiait par les cauchemars et les angoisses. Ce n'était cependant pas aussi satisfaisant que de les voir courir la langue pendante à attendre ne serait-ce qu'un mot ou un regard. Elle se sentait immortelle dans leur regard. Belle, puissante, libérée du joug de la mortalité et de la sénescence. Lors d'un instant, elle avait ce qui se rapprochait le plus du bonheur. Katsyarina ne parvenait pas à s'ôter de la tête le fait qu'elle allait mourir. Que jour après jour sa beauté se gâtait. Elle craignait l'instant où elle ne ressemblerait plus qu'à l'ombre d'elle-même. Tous les jours dans la glace, la jeune femme percevait de nouvelles rides, de nouvelles imperfections. Elle essayait de ne pas y penser mais ces derniers temps, la diva se retrouvait de plus en plus souvent face à ses propres cauchemars. La nuit, elle s'observait dans la glace et elle voyait son reflet s'étioler. Tout allait bien au début, elle était rayonnante. Aussi belle qu'elle avait pu l'être. Les gens l'applaudissaient. On..l'aimait. On l'aimait plus fort qu'on ne l'avait jamais aimé. La brune faisait un tour sur elle-même pour faire la révérence. Cependant, alors qu'elle se retournait pour faire face au miroir une seconde fois, elle constatait que quelque chose n'allait pas.

Sa chair s'étiolait par morceaux. Tout son visage se décomposait lentement. Elle tentait désespérément de les retenir sur son visage mais qu'importe les efforts qu'elle faisait ils glissaient pour finir au sol. Lorsque finalement, toute la peau fraîche et claire était tombée, il ne restait plus qu'un visage inconnu. Un visage de vieille femme qui lui ressemblait mais qui avait perdu tout ce qu'elle avait de beau. Finies ces  pommettes hautes et fières. Finis ses grands yeux de biches qui séduisaient d'un simple coup d'œil. C'en était simplement fini d'elle. Alors que la russe pensait que ça ne pouvait pas être pire, la situation empirait. Les rires tout autour d'elle. Les rires ne cessaient jamais, ils amplifiaient jusqu'à emplir toute la salle sombre où se trouvait le miroir esseulé. Alors, elle se réveillait la plupart du temps transpirante, tremblante comme jamais, incapable de se rendormir. Cette fois pourtant le cauchemar avait continué. Elle se trouvait dans un grand cirque. Il ressemblait à celui qu'elle avait visité pour la première fois lorsqu'elle était enfant.  Ils venaient de France pour se produire en Russie. Toutefois la personne au milieu ne lui rappelait rien. Elle entendait le bruit des lames. Un léger frisson lui parcourut l'échine. Show must go on.  Elle connaissait bien cette phrase. C'était la première phrase anglaise qu'elle avait apprise d'un de ses nombreux amants à Paris. Toutefois, elle sentait que le spectacle risquait de ne pas être à son goût. Elle en avait besoin cependant. C'était important pour elle de se sentir observée et adulée. Quoi de mieux que de se retrouver au milieu d'une scène et d'entendre encore une fois les applaudissements. Bien que l'homme ne lui disait rien qui vaille, elle avança avec son sourire de scène.

"Je suis prête. Qu'est-ce que je dois faire ?" La femme n'avait pas appris à avoir peur de ce qu'elle ne connaissait pas. La renommée et le besoin d'attention suffisaient à l'empêcher de ressentir l'angoisse qui aurait dû la gagner en voyant des lames. Elle aurait dû se souvenir qu'elle était dans un cauchemar et pas dans un rêve. "Vous venez ?" dit-elle avec un sourire délicat qui cachait à peine l'ordre caché derrière la phrase. "Les gens attendent. Le spectacle doit continuer n'est-ce pas ?"

Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Nightmare
MESSAGES : 34
INSCRIPTION : 23/08/2018
RÉGION : NO WHERE
CRÉDITS : Moi !

UNIVERS FÉTICHE : J'aime tout ♥
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Limace



Frederick Charles
Krueger

Plus connu sous son nom de Freddy Krueger, cet homme était jardinier de son vivant. Il s’occupait du jardin d’une école maternelle. Peut-être aimait-il un peu trop les enfants… ? Mais pas autant que ce que les parents pensaient… Brûlé à mort, avide de vengeance, Freddy veut tuer tous ceux ayant eu la mauvaise idée de penser à lui, de le rencontrer ou bien d’en avoir entendu parler.

Capable de contrôler le monde des rêves, il peut prendre n’importe quelle forme. Il est présent dans le monde réel mais personne ne peut le voir. Il ne peut pas agir tant que quelqu’un n’est pas dans un rêve. Il se contente d’observer et d’obtenir des informations utiles sur ses futures victimes… Habituellement il peut tuer dans les rêves et dans la vie réelle ses victimes… /pasdansceRP/


avatar Nightmare
Durant ces quelques jours, il avait eu l’occasion d’observer la peur de la jeune femme… La vieillesse… Tout le monde a peur de mourir. Mais pas forcément de vieillir. Sentir dans ses mains des crevasses, la respiration sifflante, lorsqu’il fallait monter des marches, le coeur s’emballait, les genoux se raidissaient… Pour elle, sa plus grande peur était de ne plus être observée, de ne plus avoir ce pouvoir sur les autres… Ce charme. D’être … oubliée ? D’un certain côté, Freddy la comprenait. Mais il s’en fichait. Elle avait peur, elle savait qu’il avait existé, alors il se sentait revivre. Son but ? Détruire ceux qui se pensent être en vie. Pour qu’ils perdent la raison et leur sommeil. Paranoïa, folie… Si on a peur de dormir, on s’empêche d’atteindre ce si beau monde des rêves… et on finit par devenir dingue. Le cauchemar s’amusait déjà. Elle était danseuse non ? Cette fois, son seul reflet sera le regard du public. Cette fois elle saurait ce que cela faisait de mourir de honte. Elle comprendrait ce sentiment d’être haï. D’être moqué. D’être oublié.

Elle avait répondu présente. D’habitude les gens fuyaient devant lui, première chose qui amusa Freddy. Il lui demanda de le suivre sur scène… Elle était très réceptive s’il y avait un public. Et cela l’amusait au plus haut point. Jusqu’où irait cette fierté ? Ce désir d’attention ? Elle aimait voir le sourire, le regard des autres se poser sur elle. Soit pour l’admirer, soit pour la dévorer, soit pour espérer obtenir des faveurs. Frederick devait avouer que la demoiselle était assez belle, peut-être un peu… Vieille ? Cette pensée lui traversa l’esprit et il ne put s’empêcher de ricaner sombrement, intérieurement. La menant sur la scène, devant un public qui ne cessait d’augmenter, tous entraient et s’installaient, les gradins semblaient infinis. Tous s’étaient assis et observait la divine femme sur la scène. Tous avaient un éclat d’admiration dans le regard. Être désirée, admirée, sublimée par les lumières… était-elle heureuse ? Freddy s’était placé derrière elle. La scène surplomba une petite partie du public, elle avait semblé grandir pour élever encore davantage la demoiselle. Mais tous pouvaient toujours la voir.

Freddy afficha un sourire sombre qu’elle ne put voir. De sa voix grave il annonça au public et à la demoiselle :

« Que serait un tel spectacle sans un peu de magie ? Brisons cette illusion pour qu’elle nous parle enfin… à visage découvert. »

Découvert de toute beauté, de tout attrait, de tout maquillage… Frederick garda bien pour lui ces derniers détails. Il releva lentement le rideau pour la cacher du public… Tout recommença, ce voile de beauté disparaissait doucement. Pour donner l’illusion que quelque chose de positif se tramait, il changea également ses vêtements. Ils devinrent encore plus beaux, plus colorés, adaptés pour un univers circassien. De jolies couleurs, une magnifique robe incroyable et extrêmement impressionnante. Une couturière aurait pris de longs mois pour la confectionner. Mais les mains de la demoiselle se flétrissait. La beauté se fanait. Tout était illusoire. Tout était éphémère. Le public était éclairé pour que les artistes puissent voir leur réaction et les désigner quand ils le désiraient… Pire encore que dans son précédent cauchemar… Son visage était vieilli… Mais ses mains perdaient leur peau… Des pétéchies se voyaient, et la chair presque à vif se découvrait … Comme si elle était… lépreuse ? Freddy afficha un sourire mauvais alors qu’une grande cage en verre s’érigeait autour de la scène pour l’empêcher de fuir. Le cirque semblait s’être métamorphosé en une immense vente aux enchères ou bien… à une foire de l’horreur. Tous étaient là, autour d’elle. Il retira le rideau d’un coup.

L’effet de la robe fut immédiat, certains commençaient à applaudir… Mais tout se brisa… Un silence monstrueux s’était installé. Sur les visages, du dégoût. Le public fuyait du regard l’horreur du spectacle… Certains chuchotaient, tous se dispersaient… Et ensuite vint la moquerie… Certains commençaient à rire, leur voisin, puis ceux d’au-dessus, puis ceux d’en dessous… Tous se mirent à rire d’elle. Frederick était à présent derrière elle, silencieux, un sourire carnassier sur le visage. Il s’amusait à pianoter lentement sur le verre avec ses lames… Parfois elles crissaient et hérissaient le poil des spectateurs qui n’arrêtaient plus de rire. De longues minutes passèrent, Freddy releva son chapeau doucement et leva sa main gauche, sans les lames.

« Que voulez-vous faire ? Très cher public ? ~ »

Le public s’était calmé, mais bientôt, ils se mettaient tous à scander et à réclamer de la faire descendre de scène, de la faire partir, certains, plus extrêmes demandaient la mort de la demoiselle. Certains étaient même partis de cet endroit. Mais Freddy haussa les épaules avec un sourire sombre.

« Vous voyez bien que je ne peux pas la faire descendre de scène. Elle est coincée ici, dans ce cauchemar. »

Frederick agita à nouveau ses lames avec un sourire malsain. Il observa la demoiselle. Il ne pouvait donc exaucer qu’un seul souhait. La mort de la demoiselle. Il s’approcha lentement d’elle, l’air sombre, une flamme dans les yeux. Une flamme de haine et d’amusement mêlés. Allait-elle se réveiller ? Cette idée le remplit de frustration, il ne voulait pas qu’elle s’éveille. Il voulait qu’elle souffre, qu’elle hurle, qu’elle pleure… Il ne l’avait même pas encore vu de face maintenant qu’elle était hideuse… Pleurait-elle ? J’espère.

« Le public a choisi ma chère. Show must go on. »

Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
avatar
Leonnor
Féminin MESSAGES : 202
INSCRIPTION : 23/08/2018
ÂGE : 26
RÉGION : IDF
CRÉDITS : Joumana Medlej

UNIVERS FÉTICHE : ça dépend de quel pied je me suis levé ce matin
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://[url=http://www.letempsdunrp.com/t2229p10-sharing-tea-wit http://www.letempsdunrp.com/t2237-y-a-plein-d-idees-pour-tous-les-gouts-la-dedans-7-7-idees-libres
Flash



Katsyarina Sokolov

J'ai On ne demande pas son âge à une dame voyons ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis Danseuse de cabaret en passe de devenir l'actrice en vogue et je m'en sors décemment grâce à mon cher mécène. Sinon, grâce à ma chance, je suis libre comme l'air et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.


avatar ©️ moi


Heureuse comme à son habitude lorsqu'elle se retrouvait sur le devant de la scène, Katsyarina minaudait. C'était tellement naturellement que la jeune femme ne se souvenait pas comment faire autrement.  Même dans sa vie privée, elle se comportait ainsi. Cela faisait partie intégrante de son caractère. Alors elle se préparait à se montrer aussi parfaite que possible. Elle s'imaginait bien avant d'entrer sur scène leur regard. Elle connaissait bien ces regards admiratifs. Ces hommes qui la dévoraient du regard. Ces femmes qui étaient jalouses à en mourir mais qui ne pouvaient pas détourner leur regard pour autant. Et les atours dont elle se retrouvait parée d'un coup. Ces vêtements qui lui semblaient sublimes, taillés pour épouser sa peau. Taillés pour faire ressortir la moindre courbe de son corps parfait. Quelle merveille, elle audace. Les applaudissements pourtant furent de bien courte durée. Elle avait l'habitude d'être accueillie par des torrents d'amour. Un bruit inattendu se fit entendre. Les gens commençaient à rire. Et leurs regards… leurs regards. Jamais elle n'avait vue telle expression. Les gens ne pouvaient pas la regarder comme cela. C'est alors que ses yeux se posèrent sur ses mains. Vieillissantes, hideuses, la chair commençait à se décoller comme si elle n'avait jamais été attachée au reste du corps. Ce qui restait de peau se teintait de tâches de vieillesses. Les rides se creusaient au fur et à mesure.

Elle n'avait pas besoin de se voir pour sentir qu'elle devait être affreuse. Les regards qu'on lui renvoyait étaient les pires reflets qu'on pouvait imaginer. Se sachant plus cruelle encore envers elle-même, Katsyarina fut heureuse de ne pas trouver de miroir. Pourtant, elle devait savoir. Son beau sourire de carnaval s'était effacé et la peur fleurait lentement. Cela commença par de l'incompréhension et de l'agressivité. "Qu'est-ce qui se passe ?!" Elle tournait dans tous les sens. On aurait dit un animal en cage. Il semblait pourtant que partout où son regard se posait, une expression de dégoût, plus grande que la précédente l'attendait. Sa peau tombait en morceaux entiers le long de son visage. Elle ne parvenait pas à rester maîtresse d'elle-même.  Malgré tout, elle se retenait de verser des larmes. Entraînée pendant trop longtemps à garder un faciès stoïque, on n'en était pas encore aux moments où, paniquée, elle tomberait en sanglots en suppliant son bourreau de lui rendre sa beauté. Du moins, nous n'en étions point encore là dans ce cauchemar semblait-il. "Que m'avez-vous fait ?!"  attaqua-t-elle se redressant pour se tourner vers Freddy qui l'observait. Ils n'étaient plus bien loin l'un de l'autre. Pitoyable et humiliée, les clameurs l'empêchaient de construire une réflexion rationnelle et calme. Sans réfléchir, elle décida de sauter sur son bourreau se précipitant plus ou moins dans ses bras. Ses mains et ses ongles cherchaient à griffer ce visage atroce.  "Je sais que c'est votre faute, rendez-moi ma beauté".  Cela ne lui était même pas venu à l'idée d'essayer de manipuler son cauchemar. Bien trop perdue dans les méandres de la panique, elle se contentait de réagir comme un animal blessée. Ses poings se serrèrent finalement et elle frappa sur la poitrine de l'homme qui émit un son étrangement creux. "Je vous hais."  lança-t-elle avec un soupçon de désespoir qui se brisait dans la voix. "Je vous hais."  murmura-t-elle comme si cela pouvait être une invocation qui ferait se terminer le cauchemar plus vite. Mais le cauchemar venait de commencer, n'est-ce pas ?

Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Nightmare
MESSAGES : 34
INSCRIPTION : 23/08/2018
RÉGION : NO WHERE
CRÉDITS : Moi !

UNIVERS FÉTICHE : J'aime tout ♥
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Limace



Frederick Charles
Krueger

Plus connu sous son nom de Freddy Krueger, cet homme était jardinier de son vivant. Il s’occupait du jardin d’une école maternelle. Peut-être aimait-il un peu trop les enfants… ? Mais pas autant que ce que les parents pensaient… Brûlé à mort, avide de vengeance, Freddy veut tuer tous ceux ayant eu la mauvaise idée de penser à lui, de le rencontrer ou bien d’en avoir entendu parler.

Capable de contrôler le monde des rêves, il peut prendre n’importe quelle forme. Il est présent dans le monde réel mais personne ne peut le voir. Il ne peut pas agir tant que quelqu’un n’est pas dans un rêve. Il se contente d’observer et d’obtenir des informations utiles sur ses futures victimes… Habituellement il peut tuer dans les rêves et dans la vie réelle ses victimes… /pasdansceRP/


avatar Nightmare
Frederick était amusé, heureux. Heureux de cette souffrance qui ne faisait que de grandir. L’horreur du public était grandissante, la joie de Freddy était exponentielle. Son sourire ne quittait plus son visage. Lui qui enviait les vivants, lui qui ne voulait plus être oublié, lui qui voulait jouer, il allait jouer. La dame auparavant si belle s’était dit que ce serait une bonne idée de sauter sur son bourreau pour tenter de lui faire arrêter cette mascarade. Mauvaise idée. Piètre idée. Ridicule… Freddy restait droit, campé sur ses positions, il afficha un sourire mauvais en la regardant ainsi se débattre. Elle le haïssait ? Tout le monde le haïssait. Même quand il n’était pas fautif, alors il s’en fichait. Parce que rien n’avait de sens. Ni dans ce monde, ni dans celui de la damoiselle. Rien n’avait de sens, ni quand on allait chercher quelque chose, ni quand on trouvait cette chose. Tout n’était finalement qu’un chemin sans fin et sans but, aucune solution n’était réelle. Tous les problèmes n’étaient en réalité qu’un tissu de problèmes, rien. RIEN n’avait de sens. Freddy la regarda s’énerver, dans ce monde, il ne pouvait pas souffrir ni mourir. Ni même subir. Il posa sa main gantée sur le dos de l’amas de chair vieillissant qui tentait de lui faire du mal.

Frederick avait un visage de grand brûlé, il savait ce qu’étaient les moqueries. Mais en ce monde, on ne se moquait de lui que très peu de temps avant de comprendre que son temps est compté. Il serra la taille de la dame contre lui, son autre main vint saisir une de ses mains pour la calmer, puis, vint saisir son menton. Entre le pouce et l’index de Freddy, il la força a regarder vers le haut, vers lui. Il ne dit rien, il se contentait d’observer les yeux de la dame avec un air étrangement… happé. IL avait beau l’avoir rendu laide, il savait voir en elle une once de beauté. Déjà de son vivant il avait su observer les autres… Il avait su… Qu’est-ce qu’ils étaient au fond d’eux… Et elle… D’abord, il y avait un semblant de beauté dans son regard… Mais l’intérieur était tout aussi pourrissant que l’extérieur voire davantage encore… Il lâcha son menton et décida de saisir ses cheveux grisonnant, blanchâtres. Il murmura alors :

« Dans un monde fait de faux-semblants tu es la reine, mais ici, c’est moi le roi et toi tu seras la bouffonne. »

Freddy ferma un instant les paupières avant de se mettre à rire de sa voix grave et sombre. Oh, il venait d’avoir une idée… Mortelle. Il plaça sa main griffue en haut du dos de la « bouffonne », il afficha un rictus malsain avant d’énoncer d’une voix caverneuse et malveillante :

« Oh, tu me hais uniquement parce que je t’ai rendue laide… Mais je pourrais faire bien pire… Qu’est-ce qu’il y a de pire que la flétrissure d’une belle rose … ? Sa pourriture. »

Freddy avait déjà inspiré le dégoût des autres jusqu’à presque les faire régurgiter le contenu de leurs assiettes, mais elle… Elle allait vraiment offrir un spectacle horrifique aux autres… Du bout de ses griffes, il commença à entailler le dos de la demoiselle. Il voulait montrer au monde… Montrer la pourriture intérieure de tous les hommes. Il maintint la jeune femme en saisissant sa gorge de sa main gantée non griffue. Il l’étouffa un peu, sans trop appuyer, juste pour la maintenir en place alors que son dos commençait à être lacéré.

« Ta beauté extérieure contrastait avec ta mort intérieure. Tu as peur de vieillir, d’être laide… Mais tu l’es déjà. Tu es détestable. Tout comme le reste des Hommes. »

Attention âmes sensibles:
 





Vous voulez vous faire torturer ? Just tell me...
Tueurs en série ? Torture ? Meurtre ?
Vous avez sonné à la bonne porte.
MP moi si vous voulez souffrir.
Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
avatar
Leonnor
Féminin MESSAGES : 202
INSCRIPTION : 23/08/2018
ÂGE : 26
RÉGION : IDF
CRÉDITS : Joumana Medlej

UNIVERS FÉTICHE : ça dépend de quel pied je me suis levé ce matin
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://[url=http://www.letempsdunrp.com/t2229p10-sharing-tea-wit http://www.letempsdunrp.com/t2237-y-a-plein-d-idees-pour-tous-les-gouts-la-dedans-7-7-idees-libres
Flash



Katsyarina Sokolov

J'ai On ne demande pas son âge à une dame voyons ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis Danseuse de cabaret en passe de devenir l'actrice en vogue et je m'en sors décemment grâce à mon cher mécène. Sinon, grâce à ma chance, je suis libre comme l'air et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.


avatar ©️ moi



Katsyarina compris trop tard sans doute qu'elle était retournée dans cette terre de cauchemars. Cela faisait des semaines qu'elle n'arrivait plus à en sortir et visiblement ce soir ne ferait pas exception. La jeune femme étouffa un glapissement quand Freddy la souleva presque d'une main tout en lui lacérant le dos. Et alors, là, elle sentit avec horreur une substance gluante et noire qui semblait dégouliner de tout son corps. C'était comme si son intérieur se vidait petit à petit et que toute la noirceur de son âme affleurait à l'extérieur. La diva avait conscience de son caractère difficile mais elle ne voyait pas le mal avec le fait d'être exigeant avec les autres. Ses cheveux blancs commençaient à tomber le long de son corps. Lorsqu'elle s'en rendit compte elle passa une main dans se cheveux diaphanes pour saisir une poignée qui lui resta dans la main. Ses cheveux étaient blancs, cassants fin et abîmés. Et cette odeur, l'odeur était insoutenable. Un haut-le-cœur lui souleva l'estomac et finalement, elle commença à vomir une substance noire et odorante. Ses membres la tenaient à peine aussi finit-elle sur le sol telle une masse inerte et terrifiée. Tous les muscles de son corps tremblaient mais ça ne l'empêchait pas de ne pas vouloir se laisser briser.

Katsyarina était malgré tout une femme forte même si présentement, on aurait plus dit une vieille serpillière que les années avaient contribuées à détruire. Elle voulait répondre mais les mots restaient coincés dans sa gorge. Pendant un moment rien ne sortit, la panique était trop grande et noyait sa gorge de sanglots semi-étouffés. Elle ne voulait pas pleurer et satisfaire son bourreau. Se retenir lui demandait pourtant tellement d'efforts qu'elle ne parvenait plus à réfléchir à une remarque agressive à lancer en retour. C'était une réaction réflexe de la jeune femme lorsqu'elle ne contrôlait pas la situation, elle devenait mauvaise, méchante et cruelle. La pensée la traversa que cette fois, elle avait peut être trouvé plus vicieux et plus mauvais qu'elle. Le noir visqueux et gluant ondulait à présent autour d'elle. Son cœur semblait flétri et ne plus battre en sa poitrine comme si elle était déjà morte. La chair était pourrie et maculée de sang. Ses membres tremblaient de manière incontrôlable. Cependant, ce fut d'une voix tremblante mais présente malgré tout qu'elle finit par répondre.

" Toi.. Ça sera toujours toi…Je suis peut être abo..minable mais tu es un bourreau largement à ma mesure." C'était sa seule manière de combattre. Hors de question de demander pitié. Pourtant, la jeune femme connaissant ses pouvoirs vis-à-vis des cauchemars des autres savait que c'était risqué pour elle de rester trop longtemps dans cet état de décomposition. Toutefois, cette idée resta en arrière derrière son désir de vivre et de redevenir la femme belle et terrible qu'elle était normalement. " Ma beauté a un prix mais pourquoi enlever tes traits de monstre si ça n'est pas parce que c'est encore plus important pour toi d'être adulé, hein ? C'est toi qui est risible même si tu n'es pas trop mal." Un rire à mi-chemin entre le vomissement et le gémissement s'échappe de ses lèvres. Même dans la mort, elle ne se laissera pas aller à le supplier. Plutôt crever.


Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
 
 
Sweet Dreams [+16 Torture] || ft. Leonnor
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ♬ ♪ Sweet Dreams [Sacha] [x]
» [1750] sweet dreams[Adrix]
» Sweet dreams are made of you ♦ Dalia
» Sweet dreams always burn - Alpina Docharty
» (Tear) sweet dreams are made of this.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers fantasy :: Surnaturel-
Sauter vers: