Partagez | 
 
 
 

 Light and shadow change the walls [Elladora Tonks + Texarkana]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 
avatar
ELLADORA TONKS
MESSAGES : 1739
INSCRIPTION : 19/07/2018
ÂGE : 24
RÉGION : PACA
CRÉDITS : pando

UNIVERS FÉTICHE : HP, city, drama
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2050-finders-keepers-losers-weepers http://www.letempsdunrp.com/t2068-repertoire-d-elladora-tonks http://www.letempsdunrp.com/t2053-supermarket-flowers-for-elladora-tonks
Ella



Max
Atkins

J'ai 31 ans et je vis à Blue Hill, Maine, USA. Dans la vie, je suis chercheur pour l'armée et je m'en sors bien, mais dans le monde d'aujourd'hui, l'argent n'a plus d'importance. Sinon, grâce à ma malchance, je suis marié et je le vis plutôt bien.

 vit à Blue Hill depuis maintenant 5 ans
▬ cache un profond secret concernant l'événement
▬ ne se rappelle pas des raisons de la grande disparition (en lien avec ce secret)
▬ était en train de lire son journal sa fille courant dans l'herbe quand tout a disparu




raphaël carlier © texarkana

Une angoisse le saisit. Il connaissait le bâtiment comme sa poche, c'était chez lui, il y avait passé plus de temps que dans sa propre maison. Mais s'il contournait sur la droite, il serait vu de quelques monstres qu'il était incapable de tuer à lui tout seul, d'autant plus qu'il ne connaissait pas ses capacités de tir. Il regardait l'arme sous toutes ses coutures. Elle était lourde pour ce qu'il y connaissait. Il la mit au poing et visa dans le vide, pour imaginer l'allure qu'il devait avoir. Aucune en fait. Il devait être ridicule, mais sa survie n'avait aucune honte aux yeux du monde. Quel monde ? Personne ne vivait sur cette planète à part lui et Tommy. Ou alors c'était juste la ville de Blue Hill qui était fermé au monde. Il n'avait pas posé la question à son partenaire si à l'extérieur de la vie existait et qu'il n'était pas seul au monde.

A sa gauche se trouvait les voitures de tous les employés. Elles étaient garées encore ici car le genre de la Grande Disparition était un jour de semaine et qu'à cette période là, les gens bossaient dans les commerces, les entreprises, les sociétés ou les établissements de soin. Ce jour avait été un jour de travail comme un autre. Comme Max était relativement haut placé, il s'était octroyé un repos bien mérité après avoir trouvé une solution à quelque chose dont il n'avait pas le souvenir. Alors il savait très bien que ces caisses là bas pourraient être un cadeau génial pour se couvrir et passer par la porte reservé aux employés de BHLI. Blue Hill Laboratory Innovation. En passant entre celle de Mark et celle du chef Peter, il aurait une chance d'être invisible. Elles n'étaient qu'à une cinquante de mètre, la route le mènerait à pied près des arbres qui longeaient le chemin et le cacherait. Mais l'autre solution qu'il voulait tenter d'entreprendre était un coup de poker, un risque, une mission suicide qu'il n'était pas sûr de vouloir mettre en place, mais cette solution, si elle s'avérait être concluante, lui permettrait de passer par les grandes portes. Il secoua la tête, impossible que ça marche. Il fallait être fou. Il ne savait pas ce qu'en penserait Tommy et il tenta de le contacter à la radio. « Tommy, ici Max. Je ne sais pas si tu me reçois mais je vais essayer quelque chose. Sincèrement, je ne sais même pas si j'en ressortirais vivant. Alors juste, merci pour cette humanité que t'as amené dans Blue Hill le temps de quelques jours. Ca m'a fait du bien. Occupe toi bien de Sav' et des autres chiens, ils en auront besoin. A toi. » Il gardait un espoir vain d'entendre l'autre à la radio, et il fnit par la raccrocher sur sa ceinture. Bon. Il allait tenter le tout pour le tout.

Une explosion. Voilà son idée. Faire exploser la voiture sportive directement dans le nez des monstres, la musique au volume le plus élevé pour les attirer. Mais il ne savait pas comment s'en sortir car il devait conduire le véhicule à bon port. Il n'était pas électricien, il était médecin en recherche bio-médicale pour l'armée. Ce n'était pas dans ses capacités. Mais il se dit qu'un briquet dans le pot d'échappement, ou une allumette dans le réservoir d'essence pourrait créer un beau dégun. Quand ils allaient disparaitre en petits morceaux de chair visqueuse, il ne pourrait plus l'attaquer. Max prit une profonde inspiration , ferma les yeux et se concentra. Il fit le vide dans sa tête, il respira avec lenteur. Il faisait un instant de méditation comme il avait appris à Jonah par le passé pour apaiser ses crises de colère et d'angoisse. C'était le bon moment pour le faire.

Max sortit une boîte d'allumette de son sac à dos et grimpa au volant de la voiture sportive qu'il avait en face de lui. Il prit le volant entre ses mains, toujours couvert de son bonnet de son écharpe qu'il retira pour se donner de l'air, car il n'allait avoir qu'une fenêtre extrêmement petite pour sauter. Si tant est qu'il arrive à sauter du véhicule en marche. Il appuya sur le bouton start de la radio, tourna le bouton du volume à son maximum et appuya sur la pédale d'accélération. En espérant que les bêtes soient plus aveugles que sourdes. Il accéléra à une vitesse folle le séparant de son point de départ très rapidement. Il savait qu'il avait prit la bonne décision. Les monstres se tournèrent vers lui et se mirent à courir dans sa direction à une vitesse folle. Il les rattrapa sans problème à tel point qu'il les avait tout autour de lui. Comme se sortirait-il de ce pas ? Au moment où elles arrivèrent sur lui, il pila d'un coup ce qui les firent basculer vers l'arrière et marquer une distance, peut-être légère, mais une distance quand même entre elles et lui. Il sortit de la voiture en embarquant son sac à dos, gratta une allumette qui, par chance, resta allumé. Les êtres noirs se rapprochaient bien trop vite à son goût et il lança enfin le bout de bois dans le réservoir. Il partit dans la direction la plus éloignée qu'il put, la musique chanta un morceau d'AC/DC. Un monstre prit le temps de regarder Max partir et d'aller à sa poursuite, mais d'un coup une explosion fit un vacarme monstrueux et ça n'aurait pas été le chauve que Tommy l'entende d'où il était. Mais il n'eut pas le temps de profiter de ce spectacle d'étoiles gluantes éparpillées de partout qu'une des bêtes s'approchait de lui. La seule qui l'avait suivi et qui restait.

Elle était qu'à quelques pas et s'était arrêté. Elle était attirée par quelque chose. Max fronça les sourcils, pointant son arme en direction du crâne protubérant du monstre mais ne tira pas. Il était intrigué par ce qu'elle faisait. Elle tournait la tête vers le laboratoire et émit un bruit si aigü mais si grave à la fois qu'il crut un instant entendre la voix d'un vieil extraterrestre d'un film des années 70. Elle se recroquevilla légèrement, comme un geste de honte ou de soumission, il ne comprenait pas. D'un coup, son talkie se mit à grésiller et il entendit la voix de Tommy. Il ne prit pas le temps de le coller à son oreille mais il en comprit le sens. Il fallait viser la tête. Viser la tête. Viser la tête. Reprenant ses esprits, il tira un coup, puis deux, puis trois, puis quatre, puis cinq en direction du monstre tout en hurlant. Son crâne explosa aussi fort que la voiture dans laquelle il avait roulé et il constata le carnage. Toutes les bêtes étaient mortes et c'est là que Max eut besoin de respirer un coup. Il venait de tuer une dizaine de monstre à lui tout seul. Ce n'était pas forcément un coup d'intelligence mais plus un coup de poker mêlé à de la chance.



Une fois calmé, il repartit vers la porte du laboratoire. Avant de badger son poignet, il se retourna vers l'entrée immense du bâtiment. Une voiture qui brûlait encore, une pâte gluante sur l'herbe verte que les jardiniers avaient entretenu par le passé. De la fumée noire qui s'élevait des corps des monstres. Et il prit son talkie walkie car il avait entendu grésiller. Il le démarra aussitôt. « Tommy, putain, tu m'entends ? J'ai entendu ! Tu es au centre commercial, tu vas bien ? Savage aussi ? J'ai réussi, j'en ai tué plein ! J'ai fais exploser une bagnole ! » Il se mit à hurler quand il parlait tant il était fier de son exploit digne d'un jeu vidéo. « Tommy, il faut que tu viennes, il faut que je te... » mais tout en parlant et en pénétrant dans le bâtiment, il vit des toutes petites étoiles de poussière brillante voler dans toute l'entrée. Il vit le système veineux et noire dont ils avaient été témoin plus tôt ronger tous les murs, et l'axe principal se dirigeait vers l'ascenseur. Il en eut le souffle coupé. Il était dans une forêt de film d'horreur, c'était l'angoisse totale. « Tommy, ramène toi j'ai découvert quelque chose. A toi. » Et il relâcha le bouton, espérant que Tommy l'entende et le rejoigne au plus vite. Il se mit à explorer l'entrée, ne voulant pas aller au delà sans le soutien d'une deuxième personne. C'était le seul moyen pour lui d'y arriver. Pas tout seul, c'était trop effrayant.




ALLES c'est tellement la meilleure  :yaay:  :yaay:  :yaay:  :ÔÔ:  :siffle:  mouton
▬ ▬ ▬ ▬
mon répertoire de rp
pas trop de disponibilité de rp, sauf si coup de coeur bien trop énorme
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Texarkana
Féminin MESSAGES : 333
INSCRIPTION : 16/08/2018
RÉGION : Bourgogne
CRÉDITS : Kawaii rott

UNIVERS FÉTICHE : réel,fantasy,apo,jeux vidéo
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2196-presentation-de-texarkana http://www.letempsdunrp.com/t2199-repertoire-rp-de-texarkana http://www.letempsdunrp.com/t2200-personnages-de-texarkana
Pigeon



 Tommy Connelly
 
J'ai 35 ans et je vis à dans le Maine aux USA. Dans la vie, je suis mécanicien et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien ou pas ... .
 


➽ Je possède une Suzuki GSXR 1000.
➽ J'aime mon boulot, l'ambiance est cool à bosser au garage avec mes potes et j'ai toujours été féru de mécanique.

➽ Caractère : courageux, audacieux, téméraire. Bagarreur, fonceur. Drôle. Mais c'est aussi une mauvaise graine qui peut être très violent, déplacé et aurait tendance à verser dans des activités immorales. Il a quelques agressions à son actif entre autres actes plus ou moins malveillants et illégaux.
Tommy attire et apporte les ténèbres inconsciemment avec lui dans certains endroits ou situations, par exemple quand il est en situation de stress, ou dans un état ou condition psychologique particulière.

Dans des univers SF ou fantastique, il souffrira possiblement d'un dédoublement de la personnalité qui lui provoque quelques black-out. Il pourra s'agir en réalité d'un démon ou entité qui l'investit et prend le contrôle en général durant son sommeil.



 

Jeff Hardy ©️ Claire P


 
J'entends enfin ta voix au talkie walkie et m'en trouve immédiatement rassuré.

« Tommy, putain, tu m'entends ? J'ai entendu ! Tu es au centre commercial, tu vas bien ? Savage aussi ? J'ai réussi, j'en ai tué plein ! J'ai fais exploser une bagnole ! »

- Yep on va bien. Content que tu t'en sois sorti de ton côté. Non man, t'as quand même pas osé faire sauter la sportive ? ponctuais-je sur le ton de l'humour.

Ce mec a visiblement de la ressource, en même temps j'en doutais pas plus que ça, quand on prend en compte que ça fait deux ans qu'il est forcé de ne compter que sur lui-même.

« Tommy, il faut que tu viennes, il faut que je te... »

- Je me mets en route mais ... hey, qu'est-ce qu'il y a ? demandais-je alors que tu as laissé sa phrase en suspend et t'es soudain fait silencieux. Au cas où tu te retrouves présentement face à d'autres créatures, je fais un instant silence radio pour ne pas risquer de te faire repérer. Mais il s'agit de tout autre chose visiblement et lorsque tu reprends la parole, je confirme que je me mets aussitôt en route.

Savage et moi rejoignons ainsi la voiture dans le parking. Je repère cependant un véhicule bien plus sympa et quitte à me trimballer sur les routes et croiser d'autres de  ces créatures, autant prendre un véhicule solide et puissant. Et celui à quelques mètres devant moi avec son gros pare-buffle chromé m'a définitivement tapé dans l’œil. Un gros pick-up Ford Raptor F150 SVT noir avec les tubulures chromées sur le pare-buffle et la partie remorque. Avec ses 450 chevaux sous le capot, autant dire que je m'amuserais bien à quiller une de ces créatures à plein pot pour voir si elle apprend à voler !
Ainsi, c'est au volant de ce monstrueux V6 que Sav' et moi prenons la direction du labo, vigilent sur la route au cas où nous croiserions d'autres de ces choses étant donné que tu as malheureusement confirmé avoir eu toi aussi à  faire à nombre d'entre eux.
Arrivés devant le portail du labo, je te joins au takie walkie pour que tu viennes m'ouvrir le portail qui semble verrouillé.


I'm a motherfucking beast !!

Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
ELLADORA TONKS
MESSAGES : 1739
INSCRIPTION : 19/07/2018
ÂGE : 24
RÉGION : PACA
CRÉDITS : pando

UNIVERS FÉTICHE : HP, city, drama
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2050-finders-keepers-losers-weepers http://www.letempsdunrp.com/t2068-repertoire-d-elladora-tonks http://www.letempsdunrp.com/t2053-supermarket-flowers-for-elladora-tonks
Ella



Max
Atkins

J'ai 31 ans et je vis à Blue Hill, Maine, USA. Dans la vie, je suis chercheur pour l'armée et je m'en sors bien, mais dans le monde d'aujourd'hui, l'argent n'a plus d'importance. Sinon, grâce à ma malchance, je suis marié et je le vis plutôt bien.

 vit à Blue Hill depuis maintenant 5 ans
▬ cache un profond secret concernant l'événement
▬ ne se rappelle pas des raisons de la grande disparition (en lien avec ce secret)
▬ était en train de lire son journal sa fille courant dans l'herbe quand tout a disparu




raphaël carlier © texarkana

Le monde est en train de partir sérieusement en couille. Et ce truc à l'intérieur du bâtiment est effrayé au delà du possible, c'est même frustrant de se dire que Max va mettre un moment pour faire ses analyses. Son labo était au dernier étage du bâtiment, et il fallait qu'il prélève de la matière noire pour l'analyser le plus rapidement possible. Il cherchait dans son sac un mouchoir, n'importe quoi, un verre, un petit contenant histoire d'en récupérér. Les saletés résiduels, il saurait les différencier et les séparer. Et au pire, avec ce qu'il a dans sa pièce à lui, il pourrait faire une récolte stérile. Max se pencha en avant avec un mouchoir, prit son petit couteau d'Opinel offert par son père quand il était enfant et il s'approcha d'une veine vers le portail. Il posa son couteau dessus et se mit à gratter. L'artère se mit d'un coup à se recroqueviller et un liquide dégueulasse se mit à couler. Max recula légèrement, par peur de la toxicité de la matière et en récolta dans son petit mouchoir, qu'il enroula dans une chaussette trouvé dans son sac pour dans un bocal. Autant prendre le plus de précaution possible.

Il entendit son talkie-walkie grésiller et il l'approcha de son visage. C'était Tommy qui l'informait de son arrivée. Max se dirigea alors vers le portail et badgea son poignet. Il était heureux de retrouver son partenaire, il n'était plus seul. Les portes s'ouvrirent entièrement pour laisser passer Tommy et Savage que Max caressa rapidement sur le dessus de la tête. Le chien se laissa faire mais avec crainte. Elle était profondément attachée à Tommy, en l'espace de quelques secondes. « Je suis VRAIMENT heureux de te voir. T'as vu l'extérieur ? La voiture fume encore ? » Et il posa son sac sur le sol un instant pour se soulager de tout ce poids. Il avait attendu Tommy pour le faire sans aucune raison valable mais au moins, il pourrait avoir une discussion humaine. Ce dernier lui offrit une barre de chocolat et une brique de jus d'orange, et Max écarquilla les yeux comme si c'était un homard et du caviar. « Mon dieu, t'es un génie. » il ouvrit la barre et l'avala rapidement ainsi que le jus d'orange. C'était un petit-déjeuner parfait pour la situation qui allait arriver. Il savait que de toute façon, les cuisines du laboratoire n'étaient pas loin d'eux et qu'ils n'auraient qu'à se servir dans les placards de conserves. La cantine était immense et il y avait beaucoup de denrées non périssables.

Ils repartirent vers l'ascenseur d'un pas lent. En effet, il y en avait partout. Les branchements noires allaient dans tous les sens mais l'artère principal se dirigeait vers le monte-charge. Il fallait éviter de les toucher au cas où une réaction se ferait connaitre. « Voilà où va le système veineux qu'on a l'habitude de voir près des bêtes. Et sincèrement, j'ai pas voulu tenter tout seul d'appeler l'ascenseur pour voir ce qui allait en sortir. Je t'en prie, je t'invite à le faire, prends ça comme un cadeau de bienvenue dans mon entreprise ! » Il se mit à rire légèrement en lui montrant le bouton de la main. Il s'était détendu depuis le moment où il avait rencontré Tommy. Il ne savait pas si c'était une amitié qu'ils avaient créé ou juste une relation de survivants mais au moins, il n'était plus tout seul.  

Quelque chose titillait Max. Ce rêve qu'il avait fait auparavant lui paraissait au final bien trop réel en revenant ici. Ces lieux remplit de souvenir vu qu'il y avait passé le plus clair de son temps pendant des années lui fit froncer les sourcils. C'était étrange, mais quelque chose n'allait pas. Peut-être que quelques bribes de souvenir remontaient à lui mais il avait besoin d'en avoir le coeur net. Quelque chose sur le toit. Il irait voir plus tard. Il y avait quelque chose sur le toit. Il le savait. Plus tard, plus tard.


ALLES c'est tellement la meilleure  :yaay:  :yaay:  :yaay:  :ÔÔ:  :siffle:  mouton
▬ ▬ ▬ ▬
mon répertoire de rp
pas trop de disponibilité de rp, sauf si coup de coeur bien trop énorme
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Texarkana
Féminin MESSAGES : 333
INSCRIPTION : 16/08/2018
RÉGION : Bourgogne
CRÉDITS : Kawaii rott

UNIVERS FÉTICHE : réel,fantasy,apo,jeux vidéo
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2196-presentation-de-texarkana http://www.letempsdunrp.com/t2199-repertoire-rp-de-texarkana http://www.letempsdunrp.com/t2200-personnages-de-texarkana
Pigeon




Tommy Connelly
J'ai 35 ans et je vis à dans le Maine aux USA. Dans la vie, je suis mécanicien et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien ou pas ... .



➽ Je possède une Suzuki GSXR 1000.
➽ J'aime mon boulot, l'ambiance est cool à bosser au garage avec mes potes et j'ai toujours été féru de mécanique.

➽ Caractère : courageux, audacieux, téméraire. Bagarreur, fonceur. Drôle. Mais c'est aussi une mauvaise graine qui peut être très violent, déplacé et aurait tendance à verser dans des activités immorales. Il a quelques agressions à son actif entre autres actes plus ou moins malveillants et illégaux.
Tommy attire et apporte les ténèbres inconsciemment avec lui dans certains endroits ou situations, par exemple quand il est en situation de stress, ou dans un état ou condition psychologique particulière.

Dans des univers SF ou fantastique, il souffrira possiblement d'un dédoublement de la personnalité qui lui provoque quelques black-out. Il pourra s'agir en réalité d'un démon ou entité qui l'investit et prend le contrôle en général durant son sommeil.





Jeff Hardy ©️ Claire P



Je vois ta silhouette se profiler à l'autre bout du parking et descend du véhicule avec Savage, récupérant le sac à dos. Lorsque tu lui donnes une caresse, il se laisse faire mais avec un brin de crainte. Je farfouille dans mon sac et choppe une barre chocolatée et une mini brique de jus d'orange à ton intention.

« Je suis VRAIMENT heureux de te voir. T'as vu l'extérieur ? La voiture fume encore ? »

- Pareillement ! déclarais-je en te donnant une tape sur l'épaule. Yep j'ai vu. T'as eu à faire à combien de ces bestioles au juste ? relevais-je au vu de ce qui s'est passé ici.

Je te tends la petite brique et la barre chocolatée, m'en prenant moi aussi. Perçant aussitôt l'opercule du jus d'orange avec la paille fournie, je la vide d'un trait, avalant presque voracement ma troisième barre chocolatée depuis que j'en ai raflé au supermarché. Savage semble m'observer l’œil gourmand, l'air de se dire "qu'est-ce qu'il s'en envoi dans le gosier depuis tout-à-l'heure, celui-là !" Aussi je lui refile un de ces biscuits pour chien que j'ai ramené avec moi.
En chemin vers le labo, juste le temps de rejoindre le bâtiment en traversant le parking, on se narre nos mésaventures respectives. Je ne pensais pas que je serais aussi content de te retrouver ! Comme quoi ça fait du bien de pouvoir compter sur quelqu'un et se soutenir. Et puis, je crois que je commence à t'apprécier. Je n'ose imaginer ce que ça aurait été si je ne t'avais pas croisé. Il demeure toutefois que je ne perds pas de vue qu'il faut parfois se méfier des apparences. Tout n'est pas encore clair.
Nous pénétrons dans le bâtiment et nous dirigeons vers l'ascenseur. Ici comme à l’hôpital, il y a cet étrange réseau veineux au sol et sur les murs, fait que tu relèves d'ailleurs à haute voix.

« Voilà où va le système veineux qu'on a l'habitude de voir près des bêtes. Et sincèrement, j'ai pas voulu tenter tout seul d'appeler l'ascenseur pour voir ce qui allait en sortir. Je t'en prie, je t'invite à le faire, prends ça comme un cadeau de bienvenue dans mon entreprise ! » lâches-tu avec un doux rire.

Jouer ainsi d'humour nous fait du bien à tous deux. Et je te remercie pour l'extrême galanterie de ton geste de façon un brin ironique et amusé.

- T'es certain que ce soit judicieux de passer par là ? relevais-je toutefois en reprenant mon sérieux. J'suis pas fana des ascenseurs surtout s'il reste bloqué en pleine course entre deux étages. Je te rappelle qu'on aura personne pour nous sortir de là.

Le labo est peut-être à un niveau qui n'est accessible que par ascenseur ? Avec leur foutue sécurité dans ce genre d'établissement en temps normal, ça ne m'étonnerait pas. A notre époque, tout le monde mise sur l'électrique et l'électronique sauf que quand ça merde, on se retrouve coincés, ce qui peut se révéler dangereux en certaines situations.
Toutefois, il est clair que si nous voulons pouvoir circuler à l'intérieur du bâtiment en toute liberté sans craindre de croiser d'autres mauvaises surprises, il faut en avoir le cœur net et pour ainsi dire nettoyer un maximum les lieux ou ne serait-ce que la zone qui nous intéresse.

Je songe à Savage qui risque de nous compliquer la tâche à rester dans nos pattes et surtout, je préfèrerais éviter qu'il lui arrive quoi que ce soit. Aussi, je ramène Sav à l'extérieur et lui indique de filer. Je préfère le savoir à pouvoir se carapater librement en pleine nature plutôt que de risquer le moindre danger coincé ici avec nous. Je ne doute pas qu'il saura aisément semer une de ces créatures s'il en croise, et qu'on se retrouvera aisément un peu plus tard.
Revenant au pas de course à l'intérieur, il est temps de prendre notre courage à deux mains. Un peu plus tôt sur le trajet de retour après avoir quitté le centre commercial, j'ai récupéré les deux Ak-47 planqués dans l'une de nos cache en ville ainsi que plusieurs chargeurs. Je récupère ainsi ces derniers dans le Ford en prévision de ce qui nous attend potentiellement à l'intérieur. De retour à tes côtés, je t'en refile un.

- Recule et couvre-moi, t'invitais-je à te positionner dans un endroit stratégique à une bonne distance quelques bons mètres en arrière, ainsi qu'à te tenir prêt à tirer dans le tas si quoi que ce soit surgit. Ça ira ? m'assurais-je en revenant sur mes pas pour te ré-expliquer les bases.
Moi-même armé d'un Ak-47, je te montre rapidement le fonctionnement.

- Quand le levier est en position haute, le chien est verrouillé et le tir est donc impossible. Ok ? Haut -> sécurité enclenchée, soulignais-je en exécutant la manœuvre sous tes yeux.

Armant le levier en position basse, je t'explique que ça correspond à la position de tir au coup par coup en semi-automatique. Le levier positionné au niveau intermédiaire quant à lui correspond au tir automatique.

- Fais gaffe, la culasse de cet AK-47 n'est pas bloquée en position arrière, ce qui contraint à réarmer après avoir mis en place le chargeur. Oublies pas si tu dois en mettre un nouveau.

Je te montre la manœuvre. Je te refile un chargeur en plus même si au vu de la capacité de ce dernier, t'as le temps de voir venir. Je coince moi-même le mien à l'arrière de mon jean's au niveau de la ceinture. Au vu de ce à quoi on a à faire, autant être prudent en ne minimisant pas. M'apprêtant à appuyer sur le bouton du monte-charge que je rejoins alors, je te fais signe de tenir prêt, décomptant les secondes sur les doigts de la main que j'abaisse chacun leur tour. 5 ... 4 ... 3 ... 2 ... 1.
J'appuie et me glisse aussitôt sur le côté, hors de vue, dans le léger renfoncement à ma droite. Rien ne semble sortir de l’élévateur puisque tu ne tires pas. Je lance un coup d’œil dans ta direction, tu confirmes qu'il n'y a rien en vue et je risque un coup d’œil en m'avançant doucement et à couvert. Silencieux.

- RAS pour l'instant, déclarais-je à voix basse à ton adresse, me contentant de lâcher ces quelques propos avant de faire à nouveau preuve d'un silence imperturbable. Il nous faut éviter le plus possible de faire de bruit et nous contenter du minimum de paroles au cas où ça attire une de ces créatures potentiellement présente dans le coin.
Je pénètre dans la cabine d'ascenseur en pointant le canon de mon fusil à chaque angle en hauteur. Je te fais signe de me rejoindre et de rester aux aguets tandis que je cherche à voir s'il n'y a pas de mauvaises surprises au-dessus de la cabine.

- File-moi la chaise là-bas, te demandais-je afin de monter dessus et soulever la trappe sur le toit de la cabine pour vérifier qu'aucune créature ne serait dans la conduite de circulation (le tunnel dans lequel circule l'ascenseur).




I'm a motherfucking beast !!

Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
ELLADORA TONKS
MESSAGES : 1739
INSCRIPTION : 19/07/2018
ÂGE : 24
RÉGION : PACA
CRÉDITS : pando

UNIVERS FÉTICHE : HP, city, drama
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2050-finders-keepers-losers-weepers http://www.letempsdunrp.com/t2068-repertoire-d-elladora-tonks http://www.letempsdunrp.com/t2053-supermarket-flowers-for-elladora-tonks
Ella



Max
Atkins

J'ai 31 ans et je vis à Blue Hill, Maine, USA. Dans la vie, je suis chercheur pour l'armée et je m'en sors bien, mais dans le monde d'aujourd'hui, l'argent n'a plus d'importance. Sinon, grâce à ma malchance, je suis marié et je le vis plutôt bien.

 vit à Blue Hill depuis maintenant 5 ans
▬ cache un profond secret concernant l'événement
▬ ne se rappelle pas des raisons de la grande disparition (en lien avec ce secret)
▬ était en train de lire son journal sa fille courant dans l'herbe quand tout a disparu




raphaël carlier © texarkana

Heureusement que Tommy était là pour nourrir Max sinon il aurait fini dans les pommes, dévoré par un nombre incalculable de ces bestioles. Et la bouche pleine, il répondait à la question que lui posait son compagnon, la bouche tout aussi pleine que lui. « Une dizaine à peu près, peut-être moins. Mais plus de cinq. Et toi ? Il t'es arrivé quoi ? » Il se mit à compter sur ses doigts mais secoua la main en se rendant compte qu’il n’en avait aucune idée. Ils étaient juste bien plus nombreux que lui et c’était tout ce qui comptait. Max terminait la briquette de jus d’orange jusqu’à la dernière goutte et il jeta le carton de la boisson ainsi que le papier de la barre chocolatée dans la poubelle derrière le comptoir d’accueil. Enfin… ce qu’il en restait, parce qu’actuellement, il ne ressemblait plus à grande chose.

Il connaissait la raison d’utiliser les ascenseurs et il allait les exposer à Tommy sous peu. Mais il voulait en avoir le cœur net. Avant même de s’en approcher, il jeta un œil à travers la porte qui menait vers les escaliers. Fermé. Evidemment. Il revint vers Tommy et lui annonça le problème. « Les escaliers sont bloqués par des portes blindées dont seul la secrétaire possède les clefs qu’elle ouvre tous les matins. J’ai tenté d’aller chez elle à plusieurs reprises et de fouiller les lieux mais introuvable. J’ai le badge pour les ascenseurs au moins. » Il lève le poignet qui se met à briller dans le creux de celui-ci, comme pour montrer une puce qu’on lui aurait implantée sous la peau. C’était le cas. A son arrivée dans l’entreprise, quand il fut certain qu’il resterait à vie, un chirurgien lui ouvrit le poignet sans toucher à ses veines et avait posé la puce. Elle servait de badge d’entrée, de passerelle, elle analysait le taux de radioactivité dans le sang de la personne, elle comportait toutes les données administratives… cette puce était un vrai journal intime. Et la sienne fonctionnait toujours, ce qui rassurait énormément Max quant à la suite de leur mission.

Ce dernier prit le temps d’écouter attentivement les instructions de Tommy. Mon dieu, qu’il était impressionnant ! Il avait des connaissances très précises sur l’armement et Max était fier de se dire qu’il pouvait compter sur lui. Un ami, peut-être. Il refaisait les gestes pour être sûr de les assimiler correctement et tant qu’il n’avait pas le feu vert de Tommy, il mit le levier en position haute pour bloquer l’arme et mettre la sécurité. Il se mit dans un coin et pointa l’arme en direction de la double-porte blindée de l’ascenseur. Max attends que ces dernières ouvrent et Tommy s’y engouffre rapidement, en inspectant la cage. Il remarque que rien d’important ne les attaque ou ne leur saute à la gorge. Il remet son arme dans le bon positionnement, position haute, et pénètre avec Tommy en lui passant la chaise. Mais d’un coup, son  bras est attiré par le laser sur le côté de l’ascenseur et celui-ci se ferme, comme s’il démarrait. Max essaie tant bien que mal de retirer son poignet de la zone prévu mais il n’y arrive pas. « MAIS C’EST QUOI CE DELIRE ? » il appuie un pied sur la cage et tire de toutes ses forces en arrière.

Face : L’ascenseur s’arrête soudainement entre deux étages. Le quatrième où se trouve la cafétéria et le cinquième où la zone radioactive est bien entendu confiner mais peut-être détruite et exposé à tous. Les portes ne s’ouvrent pas. Le poignet de Max a enfin lâché le laser et ils se retrouvent coincés. (je prie pour que ça soit celui là :mdr: )

Pile : Ils arrivent au septième étage, l’étage du laboratoire. Celui de Max et sa deuxième pièce préférée au monde. Les portes de l’ascenseur s’ouvrent et ils découvrent un endroit dévasté.



ALLES c'est tellement la meilleure  :yaay:  :yaay:  :yaay:  :ÔÔ:  :siffle:  mouton
▬ ▬ ▬ ▬
mon répertoire de rp
pas trop de disponibilité de rp, sauf si coup de coeur bien trop énorme
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Maître des Univers
MESSAGES : 386
INSCRIPTION : 11/02/2017
RÉGION : L'Univers
CRÉDITS : Pando


Voir le profil de l'utilisateur
maître des univers


Le membre 'ELLADORA TONKS' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'PILE OU FACE' :
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Texarkana
Féminin MESSAGES : 333
INSCRIPTION : 16/08/2018
RÉGION : Bourgogne
CRÉDITS : Kawaii rott

UNIVERS FÉTICHE : réel,fantasy,apo,jeux vidéo
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2196-presentation-de-texarkana http://www.letempsdunrp.com/t2199-repertoire-rp-de-texarkana http://www.letempsdunrp.com/t2200-personnages-de-texarkana
Pigeon




Tommy Connelly
J'ai 35 ans et je vis à dans le Maine aux USA. Dans la vie, je suis mécanicien et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien ou pas ... .



➽ Je possède une Suzuki GSXR 1000.
➽ J'aime mon boulot, l'ambiance est cool à bosser au garage avec mes potes et j'ai toujours été féru de mécanique.

➽ Caractère : courageux, audacieux, téméraire. Bagarreur, fonceur. Drôle. Mais c'est aussi une mauvaise graine qui peut être très violent, déplacé et aurait tendance à verser dans des activités immorales. Il a quelques agressions à son actif entre autres actes plus ou moins malveillants et illégaux.
Tommy attire et apporte les ténèbres inconsciemment avec lui dans certains endroits ou situations, par exemple quand il est en situation de stress, ou dans un état ou condition psychologique particulière.

Dans des univers SF ou fantastique, il souffrira possiblement d'un dédoublement de la personnalité qui lui provoque quelques black-out. Il pourra s'agir en réalité d'un démon ou entité qui l'investit et prend le contrôle en général durant son sommeil.





Jeff Hardy ©️ Claire P



Je soulève la trappe sur le toit de la cabine pour vérifier qu'aucune créature ne se trouve dans la cage d'ascenseur. RAS. Je suis néanmoins surpris et déséquilibré alors que l'élévateur se met soudain en branle.

- Putain mais qu'est-ce que tu fous Max ?!

J'atterris au sol en me réceptionnant en position accroupie. T'as l'air aussi surpris que moi quant à ce revirement soudain.
L’ascenseur s’arrête soudainement entre deux étages, bloqué entre le quatrième et le cinquième. Impossible d'ouvrir les portes. Putain si c'est pas moi qui nous ai porté la poisse en évoquant la possibilité plus tôt qu'il se produise ce genre de choses, c'est qu'on est deux poissards finis !
Une vibration soudaine tel un tremblement de terre, gagne la cabine d'ascenseur et autant dire qu'il est hors de question de rester là une seconde de plus.

- Suis-moi sans un bruit, on a pas le choix, dis-je alors que je me hisse déjà par la trappe au-dessus de nous et grimpe sur le toit de la cabine. J'inspecte un instant la cage d'ascenseur en béton au-dessus de nous pour vérifier que rien n'arrive dans notre direction. Quelques petits mètres nous séparent du cinquième, ainsi bloqués entre deux étages. Ici aussi le réseau veineux s'étend sur chaque paroi. Je pointe le canon du fusil à chaque angle en maintenant la lampe torche tout contre. Toujours rien à signaler mais vu la force de la vibration et les grincements stridents du câble qui retient l'ascenseur, il n'y a pas de temps à perdre. Je me penche par l'ouverture de la trappe pour t'aider à grimper à ton tour. Nous manœuvrons à deux pour tenter d'écarter les portes donnant sur le couloir du cinquième au prix de grands efforts.
Quelque chose attire mon attention alors que le câble retenant l'ascenseur semble soumis à rude épreuve et que dans le même temps, un grondement féroce me force alors à relever la tête tandis que tu passes le premier par l'ouverture dont nous sommes venus enfin à bout.

- Magnes-toi le train, man !! On est plus tous seuls !!

Je crains en tirant ainsi en contre-plongée de me retrouver touché par le fluide si je parviens à atteindre ma cible. Ou plutôt mes cibles car ils sont désormais deux à descendre à la verticale le long des parois. Il y a peu de place sur le toit du monte-charge et il me sera difficile de me coller dans un angle ou l'autre pour éviter la projection. Je mise un maximum sur la possibilité de s'échapper juste à temps et pouvoir refermer ces foutues portes derrière nous.
Mais alors que c'est enfin à moi de passer, le câble cède sous la trop forte pression des monstres qui le mettent à mal au fil de leur descente. Tu me tends les bras pour que je m'y accroche et me hisse mais mes mains glissent hors des tiennes alors que l'ascenseur lâche définitivement. Je tombe à nouveau sur le toit et m'accroche du mieux que je peux à une prise sur celui-ci tandis qu'il entame sa course folle vers les étages inférieurs. Le son strident produit par la vitesse décuplée me vrille les oreilles et dans la secousse due à l'impact de l’atterrissage tout au fond, je retombe alors par la trappe ouverte et me cogne lourdement l'épaule et la hanche.
J'accuse le coup malgré la douleur sur l'instant et le vertige qui me prend suite à cette descente vertigineuse à plein pot. Refermer la trappe me permettra de gagner un peu de temps alors que j'entends au moins encore une créature si ce n'est les deux, descendre tout en bas. Sa progression est si rapide et puissante qu'elle en fait vibrer les murs en béton au-dessus de moi dans la cage d'ascenseur. Face à moi, la porte est à peine entrouverte mais assez pour que je puisse m'y faire un passage. La créature arrive, je l'entends arracher la trappe. Progressant à quatre pattes hors de l'ascenseur, je me retrouve bientôt sur les fesses à reculer à toute vitesse contre le mur en face dans le couloir, me positionnant aussitôt prêt à tirer face à ce qui surgira de l'élévateur quelques mètres face à moi, en me redressant doucement, prenant appui contre le mur dans mon dos pour m'y aider.

La créature surgit alors, imposante, monstrueuse, terrifiante. Je libère la sécurité et place le levier en position intermédiaire, et vise la tête. Mais une autre créature déboule au même instant sur ma droite et je suis projeté quelques mètres plus loin, un instant sonné.

~*~

Lien youtube pour la musique "Kill God" musique d'ambiance from Silent Hill qui va bien avec l'arrivée de Betreyal, clic clic ici.
Betreyal profite du fait que son hôte soit sonné pour reprendre le dessus. Il s'impose de toute sa masse face aux autres en se mettant sur leur trajectoire à quelques mètres. Et les créatures semblent un instant vouloir s'en prendre à lui tels des chiens qui se rebellent contre leur maitre, trop assoiffés par leur rage et leur soif de sang pour réaliser qu'il s'agit de leur maitre. Et en quelque sorte, Betreyal l'est. Il est le maitre de chaque créature qui s’immisce en ce monde. Et les créatures semblent alors soudain s'en rappeler en creusant la distance, se stoppant bientôt net et cessant de gronder, suivant alors son ordre silencieux alors qu'il les invite à son tour dans un grondement lugubre à se remettre en chasse en direction des étages supérieurs.


Sa tête s'abaisse et ses cheveux retombent en cascade sur ses visage moiré de gris et de ténèbres, il écarte les bras et plaque les mains sur les parois de part et d'autre du couloir, progressant dans le bâtiment tandis que ses pas résonnent, toujours accompagnés par ce martèlement pareil à des roulements de tambours obscurs et étranges qui semblent à eux seuls faire vibrer l'air.
L’obscure substance poisseuse qui se propage au fil de son avancée vient former un réseau plus dense encore avec celui déjà présent partout ici. Si bien que le couloir devient bientôt aussi noir que la nuit. Seules les rivières d'ambres se distinguent de cet enchevêtrement qui tisse un tapis noueux et friable.

Betreyal déploie les ténèbres au travers de chaque extrémités, jusqu'à la pointe de ses cheveux d'où s'écoulent cette même substance. Des filaments rubis viennent ainsi se mêler à l'ambre qui se révèle par-delà la noirceur qui imprègne bientôt tout alentour. Il te cherche Max. Pas Tommy, non ... Betreyal, ce démon que tu ne soupçonnerais aucunement avoir un lien avec cet homme que tu sembles commencer à apprécier petit à petit tout comme lui t'apprécie au fil du temps que vous partagez ensemble depuis la veille, forcés par les circonstances, mais pas que ... .

Betreyal désire mettre la main sur toi, juste pour pouvoir jouer un instant. Il adorerait savourer chaque sensation en atteignant ton essence même, se gorger du fluide vitale et rougeoyant qui circule à travers tes veines, et pouvoir serrer ton cœur entre ses mains en se creusant un chemin des siennes, jusqu'à l'intérieur de ta cage thoracique en prenant tout son temps. Mais il ne peut t'ôter la vie ni risquer de la mettre complètement en péril car il savoure tout autant votre petit duo qui tente de survivre à tout ça quand il est spectateur, tapis tout au fond de l'esprit de Tommy, même si certes il a une marge accordée au hasard avec ces créatures qui pourraient bien avoir l'un d'entre vous si ce n'est les deux. Ce risque là est volontaire, c'est une façon de ressentir l'exaltation fournie par le risque, en somme.

Et puis il y a ce qui se déroule ici, évènements qui l'intriguent au fond. Il profite néanmoins des circonstances. Cependant, le jeu prendra fin si Tommy se retrouve sans toi, car seul, il parviendra aisément à sortir hors des frontières de la ville. Avec toi en revanche, il aura à faire à cette même boucle temporelle qui te ramène sans cesse à ton point de départ. Coincé ici pour toujours et à jamais. Ainsi soumis au même charme que toi dans cette ville étrangement déshumanisée et "dé-temporalisée", tu n'auras aucune chance cher Max, de revoir le monde extérieur.
Quant à Betreyal, il est tout aussi titillé par ce lien qui semble exister entre toi et ces faits étranges, hors de toute logique. L'envie d'en savoir plus prend le pas sur ce nouveau terrain de jeu aussi vaste que sensationnel à ses yeux. Car si jusqu'ici, il prenait parfois le dessus sur Tommy dans le monde réel, il en était réduit à de brefs instants de jeux qui le mettaient en position de chasseur. Rien de particulièrement exaltant comparé aux possibilités ici même où il a pu invoquer ces créatures des ténèbres avec une étonnante facilité.





I'm a motherfucking beast !!

Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
ELLADORA TONKS
MESSAGES : 1739
INSCRIPTION : 19/07/2018
ÂGE : 24
RÉGION : PACA
CRÉDITS : pando

UNIVERS FÉTICHE : HP, city, drama
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2050-finders-keepers-losers-weepers http://www.letempsdunrp.com/t2068-repertoire-d-elladora-tonks http://www.letempsdunrp.com/t2053-supermarket-flowers-for-elladora-tonks
Ella



Max
Atkins

J'ai 31 ans et je vis à Blue Hill, Maine, USA. Dans la vie, je suis chercheur pour l'armée et je m'en sors bien, mais dans le monde d'aujourd'hui, l'argent n'a plus d'importance. Sinon, grâce à ma malchance, je suis marié et je le vis plutôt bien.

 vit à Blue Hill depuis maintenant 5 ans
▬ cache un profond secret concernant l'événement
▬ ne se rappelle pas des raisons de la grande disparition (en lien avec ce secret)
▬ était en train de lire son journal sa fille courant dans l'herbe quand tout a disparu




raphaël carlier © texarkana

Ce n’était pas de sa faute si son poignet avait accroché au laser et qu’ils étaient montés d’un coup. Max n’avait pas su quoi faire, parce que le laser avait brûlé sa peau pour le traîner de force vers les étages supérieurs. Une fois ce dernier bloqué, Max s’étala sur le sol de la cabane en prenant son poignet entre les doigts de son autre main. « C’est pas moi putain ! » Il ne voulait pas s’énerver, c’était la douleur qui parlait. Il regardait l’endroit où il avait le badge et vit la lumière de ce dernier qui apparaissait très vive. Elle s’éteignait une fois que l’ascenseur était bloqué et Max se dit aussi qu’il allait devoir enregistrer son badge dans le logiciel pour définir les nouvelles données qu’elle avait assimilé depuis plus de deux maintenant.

Ils finirent par faire le silence total en espérant s’en sortir et Tommy ouvrit la trappe pour que nous puissions y accéder. C’était vraiment une force de la nature ce type, on dirait un vétéran de guerre qui savait se battre en milieu hostile, chapeau à lui. Il attrapa le bras de Tommy pour grimper et ils tirèrent chacun de leur côté les portes épaisses de l’ascenseur. Elles étaient lourdes et elles faisaient mal aux doigts mais en forçant un peu comme des barbares, ils réussirent à l’ouvrir et à libérer un espace assez grand pour qu’ils puissent chacun grimper d’un étage. Max enleva ses gants pour avoir un peu plus d’appui et d’accroche sur le sol de l’étage radioactif et en se soulevant de tout son lourd poids, il parvint enfin à monter. Il n’osa pas encore regarder les dégâts et préféra se mettre à plat ventre pour tenter de hisser Tommy et qu’il le rejoigne. Ce dernier se mit à s’impatienter quand il vit des monstres arriver en marchant le long des murs. Un vrai film d’horreur. Mais les bêtes secouent le câble. Elles sont intelligentes car elles avaient compris que Tommy s’appuyait sur la cage pour se hisser jusqu’à Max, et au moment où elles réussirent leur coup de faire tomber la cage d’escalier, Tommy s’accrocha enfin à mes doigts. Et là, ça fut le drame ; Tommy glissa entre les doigts de Max et il retourna à la case départ. « Tommy, putain ! Ca va ? »

Max vit les monstres passer devant lui sans le regarder, et il poussa un bureau contre les parois de l’ascenseur pour que personne ne puisse y passer. C’était une barricade de fortune mais ça donnerait l’illusion. Il savait très bien que Tommy trouverait une solution pour venir vers lui, ils avaient toujours les radios pour communiquer. Et Max se retourna enfin. Et il vit quelque chose d’affreux. Pour un scientifique, bien entendu. Il vit la zone de sécurité avec la baie vitrée explosé, et tous les produits radioactifs partout sur le sol. La zone était contaminée, et il fallait qu’il trouve un masque de protection au plus rapidement. Il slaloma entre les bureaux et les chaises, les documents tamponnés TOP SECRET sur le dessus et trouva ce qu’il cherchait en sentant sa tête vaciller. Il enfila le masque rapidement et trouva enfin un peu de repos pendant une minute de manque d’oxygène –ou plutôt d’oxygène coupé. Il s'approcha d’un ordinateur en espérant que ces appareils fonctionnent encore et… ô joie, c’était le cas. Il entra son mot de passe en vitesse et s’assit sur une chaise. Il espérait enfin avoir des réponses à ses questions. Mais il entendit un bruit provenant de derrière lui et se retourna d’un coup. Un monstre se trouvait à quelques mètres de lui et le masque l’empêchait d’avoir une vision bien plus globale que la normale. Il l’arracha rapidement et projeta sa chaise sur la bête qui avançait vers lui. Il profita de sa confusion pour rejoindre la porte mais elle le rattrapa. Un bureau les séparait et au moment où il la vit ouvrir la gueule, elle fut attirée par un bruit provenant de l’étage d’en dessous. Sans comprendre pour elle réagissait ainsi, Max en profita pour ouvrir la porte et la refermer avec son badge et la verrouiller. Il courut pour monter à l’étage supérieur. Il avait de la chance que l’escalier de secours soit là pour l’aider à rejoindre son lieu de travail favori et poussa la porte après avoir badgé. L’endroit était dans le même état que le laboratoire de radioactivité. Il verrouilla toutes les portes derrière lui et tenta de contacter Tommy. « Tommy, ici Max, tu me reçois ? Je suis dans mon labo, je vais faire deux-trois recherches, rejoins moi dès que tu peux. Sixième étage. A toi. » Max alla sur son ordinateur, entra ses identifiants et son mot de passe et accéda à son espace. Il parcourut les fichiers concernant le projet ULTRA, car il savait que ça avait un rapport et il tomba sur des vidéos. Il les ouvrit une par une. Et il comprit une partie du problème.

Il y a sept ans, il avait collaboré avec un homme du nom de Boris Villeneuve, un français expatrié aux USA. Le projet ULTRA était né d’un endoctrinement d’une partie de la population de Blue Hill concernant la potentielle fin du monde qui allait avoir lieu selon la secte du même nom, ULTRA. Il fallait alors manipuler l’ADN humain pour inverser le processus de vieillissement de la personne, car la cryogénisation n’était qu’un mythe. Max Atkins avait trouvé le projet intéressant et pour un scientifique, s’attaquer à des expériences aussi controversées étaient un rêve d’homme de terrain. Les rats, les souris, les insectes, les chèvres, les singes… tout y était passé. Les cadavres s’étaient cumulés de plus en plus sans que personne ne soit au courant. Une clause de confidentialité avait été signée par tous les intervenants du projet ULTRA dont Max. Mais le jour où ça avait dérapé, c’est quand Boris prit la décision de tester sur des humains. Il avait contacté un centre pénitentiaire et les premiers Hommes dans qui ont avaient injecté les différents produits étaient des hommes affreux, des pédophiles, des meurtriers de masse. C’est ce qui avait donné bonne conscience à Max. Tous morts. Tous, sans exception. Jusqu’au jour où on apprit que le dernier qui était mort était en fait innocent mais que les autorités compétentes n’avaient pas réussi à prouver son innocence. Jusqu’à preuve du contraire. Ils avaient brûlés les corps comme de vulgaires juifs pendant la seconde guerre mondiale et ils n’avaient rien dit aux familles des victimes. Parce que malgré leur monstruosité, ils étaient des pères, des frères ou des fils qu’ils avaient enlevé sans remords. Jusqu’au jour où le dosage du produit injecté était anormalement différente et la personne avait littéralement commencé à muter. Son corps avait changé, sa peau aussi, et elle s’était enfui sur le toit, ou le portail à particules expérimentales était en pleine construction. Elle avait foncé droit dedans. L’affaire avait bien évidemment été étouffée, mais quelques jours plus tard, la Grande Disparition avait eu lieu, et Max avait perdu la mémoire.

Mais maintenant, il l’avait retrouvé. Et il se rendait compte d’à quel point il était une personne horrible et monstrueuse, qu’il avait tué des gens volontairement. Max était un meurtrier. Et il ne savait pas comment il allait expliquer cette situation à Tommy. Il n’eut pas le temps de fermer la session de son compte qu’il entendit une voix prononcer son nom. Mais le son n’était pas humain, il n’était pas non plus animal. Il eut un frisson dans tout le dos et il releva la tête, terrifié. En face de lui se trouvait le démon auquel il avait fait face auparavant, accompagné de deux des monstres noirs et gluants. Il ne comprenait pas, mais il s’en foutait pleinement, il était juste tétanisé. Tommy n’était pas là, il n’avait aucun moyen de s’échapper. Alors il sortit son arme, mit la sécurité en position de tir et visa le démon. Il tira une balle en plein milieu de sa poitrine.



ALLES c'est tellement la meilleure  :yaay:  :yaay:  :yaay:  :ÔÔ:  :siffle:  mouton
▬ ▬ ▬ ▬
mon répertoire de rp
pas trop de disponibilité de rp, sauf si coup de coeur bien trop énorme
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Texarkana
Féminin MESSAGES : 333
INSCRIPTION : 16/08/2018
RÉGION : Bourgogne
CRÉDITS : Kawaii rott

UNIVERS FÉTICHE : réel,fantasy,apo,jeux vidéo
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2196-presentation-de-texarkana http://www.letempsdunrp.com/t2199-repertoire-rp-de-texarkana http://www.letempsdunrp.com/t2200-personnages-de-texarkana
Pigeon



 Tommy Connelly
 
J'ai 35 ans et je vis à dans le Maine aux USA. Dans la vie, je suis mécanicien et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien ou pas ... .
 


➽ Je possède une Suzuki GSXR 1000.
➽ J'aime mon boulot, l'ambiance est cool à bosser au garage avec mes potes et j'ai toujours été féru de mécanique.

➽ Caractère : courageux, audacieux, téméraire. Bagarreur, fonceur. Drôle. Mais c'est aussi une mauvaise graine qui peut être très violent, déplacé et aurait tendance à verser dans des activités immorales. Il a quelques agressions à son actif entre autres actes plus ou moins malveillants et illégaux.
Tommy attire et apporte les ténèbres inconsciemment avec lui dans certains endroits ou situations, par exemple quand il est en situation de stress, ou dans un état ou condition psychologique particulière.

Dans des univers SF ou fantastique, il souffrira possiblement d'un dédoublement de la personnalité qui lui provoque quelques black-out. Il pourra s'agir en réalité d'un démon ou entité qui l'investit et prend le contrôle en général durant son sommeil.



 

Jeff Hardy ©️ Claire P


 
« Tommy, ici Max, tu me reçois ? Je suis dans mon labo, je vais faire deux-trois recherches, rejoins moi dès que tu peux. Sixième étage. A toi. »

Un sourire étire les lèvres du démon. C'est presque trop facile. Il sait où le trouver. Nulle porte ne lui résiste. L'escalier de secours à l'extérieur le long du bâtiment, vibre dangereusement de toute sa structure tandis qu'il rejoint l'étage en question, son armature tremble sur ses gonds, sur le point de s'en détacher tandis que les deux créatures l'ont rejoint et arpentent le mur en l'encadrant chacun d'un côté comme deux chiens fidèles.
Pénétrant discrètement dans la pièce où se trouve l'homme, il leur intime le silence, désireux de lire la surprise et l'effroi dans les yeux de l'homme.

Max ..., gronde-t-il dans ce qui ressemble à un roulement à la sonorité hypnotique tout autant que lugubre.

La scène semble presque se dérouler au ralentis. Le temps que Max réalise ce à quoi il fait face. Non seulement lui mais les deux créatures qui restent pour l'instant bien sagement postées à ses pieds. Penchant la tête sur le côté en laissant échapper un grondement plus lourd encore de menaces lorsque Max s'empare de son arme, le démon l'observe avec un léger rictus teinté d'amusement. Il ouvre les bras en grand comme pour l'inviter en effet à tirer. La première balle le fait vaciller en arrière, sa tête penche d'un seul coup en avant comme son buste alors qu'il se plie légèrement vers l'avant sous l'impact. On le croirait prêt à tomber.
Un nouveau grondement résonne alors dans la pièce, à en faire vibrer les murs. Il redresse lentement la tête, ses cheveux glissant peu à peu sur les côtés de son visage alors qu'il retrouve sa posture, des rigoles d'un carmin flamboyant se traçant un réseau sur ses joues pour s'échouer sur ses lèvres.
Quelque chose se passe là où la balle a pénétré sa poitrine. La peau semble en mouvement et le projectile ne tarde pas à ressortir comme si son corps rejetait cet élément étranger. Les créatures à ses côtés ont bien du mal à se contenir mais il les incite à demeurer calmes.

Quant à lui, il a désormais tout à loisir de fondre sur sa proie, creusant la distance entre lui et l'homme pour l'empoigner vivement par le cou après l'avoir délesté de son arme. Une rage sourde l'habite mais il s'efforce de mesurer sa force, gardant en tête le désir de jouer pour ne pas l'écharper vif aussi sec.
Le soulevant ainsi à quelques mètres du sol d'une poigne qui pourrait aisément lui broyer le cou s'il l'accentuait, Betreyal se délecte de voir ses traits se crisper tout comme chacun de ses muscles alors qu'il agonise lentement sous la pression délivrée par sa poigne. De son autre main, le démon glisse des griffes acérées sur la joue de Max et y laisse une légère marque, tout juste pareille à une griffure de chat, avant de l'envoyer valser à travers la pièce. L'impact du corps de Max heurtant la paroi vitrée est un régale rien qu'à l'entendre étant donné la puissance avec laquelle il l'a ainsi projeté à la force d'un seul bras.

Une musique l'investit, un morceau que Tommy écoute souvent et auquel il a pris goût à force de l'entendre, un morceau dont le refrain et la rythmique lui paraissent bien coller au moment et qui soudain résonne à travers la pièce aussi nettement que si on avait allumé une chaine hifi. Beast de Rob Bailey & the Hustle standard, écoute par ici - en particulier le refrain (découverte grâce à Elladora au passage).
La musique marque plus encore son avancée, plein de détermination, savourant déjà la délectation à venir alors qu'il attrape de nouveau max et le soulève. Tout tourne bientôt autour d'eux comme s'ils se trouvaient en plein cœur d'une tornade, la musique s'amplifie et ils se retrouvent soudain dans un lieu qui n'a rien à voir.
L'obscurité les enveloppe dans cette église dont seuls les vitraux apportent un peu de cette lumière surnaturelle qui règne au-dehors.

Traversant l'allée centrale encadrée de deux immenses rangées de bancs vides, les voilà bientôt tous deux au niveau de son chœur. Des visages puis des silhouettes apparaissent, occupant alors les bancs face à Max et Betreyal de leur présence fantomatique telles des projections du passé. Le rythme de la musique s'impose ici aussi, faisant vibrer chaque particule de leurs corps. Le démon écarte soudain les bras alors que le sol tremble et s'ouvre tout au long de l'allée telle une brèche qui s'ouvre sur les profondeurs de la Terre ou des enfers.
Les vitraux explosent simultanément sous la mélodie qui s'amplifie. L'assistance présente est impressionnée même s'il ne s'agit là que de spectres du passé, aussi irréels que ce décor dans lequel le démon les a plongé. Il y a même la famille de Max, sa femme et sa môme qu'il a vu à travers les yeux de Tommy. Tout autour, les failles s'étendent sur les murs qu'elles lézardent tels des éclairs zébrant le ciel, déchirant la nuit comme la musique effrite la pierre, tirées par la puissance des basses. Les vitraux dont les éclats stagnent en suspension au-dessus de toute l'assemblée est comme une pluie de poussière étincelante attendant de retomber en pluie au sol dans un nuage qui disparait avant de toucher terre.

Maintenant Max immobile d'une main, Betreyal fait signe à sa femme et à sa môme de s'avancer. Un grondement lugubre lui échappe, plein de délectation et de ce quelque chose de particulièrement malsain qui le gagne toujours plus intensément à l'idée d'écorcher vives ces deux êtres auxquels Max tient tant, et qui paraissent si réelles sur l'instant.

Toute sa haine rugit et flamboie au travers de son regard au fil de leur avancée. Il en gronde désormais d'impatience et laisse Max sous la garde des deux créatures qui ont suivi, pour accueillir ces deux nouvelles âmes innocentes près de lui. Betreyal encadre les deux adorées de l'homme, pivotant en les enveloppant chacune d'un bras au niveau des épaules tandis que ses griffes se font alors lames affutées qui entament d'un coup net et propre leur chair à toutes deux. Un fluide carmin s'échappe et inondent leurs cou gracieux.
Exaltation, jubilation, fascination ... la vision cauchemardesque de Max nourrit ainsi ses plus noirs désirs ... .
Puis le décor change à nouveau. Tout tourne autour d'eux et Betreyal disparait alors que Max se retrouve à nouveau dans le labo.
Tommy est là, épuisé, se faisant un chemin à quatre pattes parmi le bordel ambiant comme s'il venait tout juste d'arriver là, tandis qu'à l'extérieur, on entend l'escalier de secours s'effondrer environ quinze mètres plus bas accompagné d'un tumulte infernal.

- Max ... tout va bien ... ? Qu'est-ce qui s’est passé ici ? demande-t-il d'une voix à bout de souffle et éraillée comme s'il avait de la laine de verre plein la gorge; ne comprenant pas lui-même comment il est arrivé ici. Ça va faire combien de fois qu'il subit un black-out ?! Il préfère cette fois-ci taire le fait qu'il en a subit un nouveau pour ne pas alerter ou éveiller n'importe quel soupçon à Max quant à des pertes de consciences qu'il ne comprend pas lui-même. Sans compter l'épuisement, comme si on l'avait vidé de toute énergie.
Les créatures quant à elles ont quitté les lieux, étrangement disparues tout comme le démon.


I'm a motherfucking beast !!

Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
ELLADORA TONKS
MESSAGES : 1739
INSCRIPTION : 19/07/2018
ÂGE : 24
RÉGION : PACA
CRÉDITS : pando

UNIVERS FÉTICHE : HP, city, drama
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2050-finders-keepers-losers-weepers http://www.letempsdunrp.com/t2068-repertoire-d-elladora-tonks http://www.letempsdunrp.com/t2053-supermarket-flowers-for-elladora-tonks
Ella



Max
Atkins

J'ai 31 ans et je vis à Blue Hill, Maine, USA. Dans la vie, je suis chercheur pour l'armée et je m'en sors bien, mais dans le monde d'aujourd'hui, l'argent n'a plus d'importance. Sinon, grâce à ma malchance, je suis marié et je le vis plutôt bien.

 vit à Blue Hill depuis maintenant 5 ans
▬ cache un profond secret concernant l'événement
▬ ne se rappelle pas des raisons de la grande disparition (en lien avec ce secret)
▬ était en train de lire son journal sa fille courant dans l'herbe quand tout a disparu




raphaël carlier © texarkana

La terreur était présente dans tous les membres de son corps qui tremblaient. Il était terrorisé et il suait, ce démon s’avançant vers lui. Sa voix faisait vibrer les murs et portait en elle une angoisse que seul les Enfers pouvaient détenir. Et puis ces monstres visqueux… ils avaient l’air d’être aux ordres de ce grand truc, et c’était d’autant plus effrayant qu’en réalité, ils étaient des soldats. C’était ce qui se faisait de mieux dans une hiérarchie, le pouvoir par la peur. Mais Max n’en savait rien, pour l’instant. Le monstre l’attrapa par le col et le plaqua contre le mur, manquant de le transpercer avec une barre en fer qui sortait du mur. Mon dieu ! De justesse ! Il eut le souffle coupé par la poigne et le choc contre le pan de la pièce et il essaya de garder contenance en regardant ce truc dans les yeux. Il y voyait beaucoup de chose mais surtout du désespoir. C’était ce qui ressortait le plus et l’air ambiant était devenu lourd. Il savait que quelque chose se passait et c’était bien plus qu’effrayant. C’était tétanisant. Mais le démon lui griffa le visage tout doucement, en prenant son temps pour que Max puisse sentir et entendre l’ongle glisser sur peau mal rasé, comme une assiette et une fourchette, ou un tableau et une craie. C’était un son si aigu qu’en serrant les dents pour résister à la douleur, Max eut l’impression de se les briser.

Ce qu’il ne savait pas, c’était que Tommy était le dernier prototype humain de son essai sur l’immortalité et que c’était comme ça que Betreyal était apparu. Le portail s’était activé à la seconde même où l’essai avait été concluant mais Max n’était pas là ce jour-là, il était en famille. Il ne savait pas ce qui s’était passé, il avait décidé d’envoyer chier son partenaire parce qu’ils allaient trop loin, les essais sur les animaux c’était une chose, mais les humains… Ça allait au-delà de l’entendement et c’était néfaste pour son humanité. Mais trop tard, Betreyal était déjà à l’intérieur du corps de cet homme qui pour je-ne-sais-quelle-raison s’était retrouvé ici, à Blue Hill, pour ces tests. Quels mensonges la société avait-elle pu raconter pour attirer des personnes ici en plus des prisonniers qu’ils avaient eus l’habitude d’utiliser ?

Mais les pensées de Max furent interrompues par un son lointain, une musique, quelque chose de violent. Il fut pris d’un mal de crâne horrible, un bourdonnement dans ses oreilles et il ferma les yeux pour tenter de le faire disparaitre. Il ne pouvait pas mourir aujourd’hui, pas maintenant, pas tant qu’il n’avait pas retrouvé sa femme et sa fille. Il ouvrit les yeux et il n’était plus au laboratoire, il secoua la tête, paniqué, mais se rendit compte qu’il était impossible pour lui de bouger. Les bêtes visqueuses le maintenaient fermement, et il sentait sa peau brûler sous la bave qui dégoulinait de leur grande gueule ouverte. Il essayait de hurler, mais c’était impossible, aucun son ne sortait de sa gorge. Le lieu était connu de Max, bien trop même. Il s’était marié sur les marches que grimpait lentement le démon. Le plus beau jour de sa vie se transformait en cauchemar et soudain, dans les bras de Betreyal, il vit des regards de désespoir. Ces mêmes regards qu’il avait croisés si souvent. Sa femme, sa fille. Elles étaient là, elles ne disaient rien, comme si elles ne pouvaient pas parler. Les personnes dans l’église restaient assises sans bouger, Max y voyait sa mère, son père, sa sœur, son frère, son meilleur ami, ses beaux-parents, ses amis, son beau-frère… Tout le monde, tout le monde était là et regardait le spectacle. Et soudain, ce démon dessina un trait abruptement sur la gorge des femmes de sa vie, du sang giclant partout dans l’église et ses femmes s’effondrant sur le sol. Et c’était un Max qui tombe aussi à genou sur le carrelage chaud du laboratoire qui pleure, les larmes coulant toutes seules sur son visage dégoulinant de transpiration. Il respire fort et attend que la mort vienne le chercher. Au moins, il n’aura plus à les attendre.

Mais soudainement, c’est Tommy qui apparaît devant lui. Et là, Max recule d’un coup. C’était une autre histoire, quelque chose d’effrayant, quelque chose qu’il ne comprenait pas. A chaque fois que Tommy disparaissait, ce démon apparaissait. Le lien n’était pas bien compliqué à faire, mais il n’en avait pas la certitude. Il leva son arme vers Tommy pour le pointer du doigt. « PUTAIN MAIS T’ES QUI EN FAIT ? » parce que le problème était que Max ne se rappelait de rien. Il ne se rappelait pas des expériences, des tests, des morts, du portail, il n’en avait aucun souvenir. « TU BOUGES PAS OU JE TIRE ESPÈCE DE MALADE. C’ETAIT TOI DEPUIS LE DÉBUT ? » Il avait peur, Max. Il voulait juste aller sur le toit pour trouver une solution. Car il y avait la base centrale des opérations du laboratoire, et il allait surement avoir une réponse devant ses yeux. Son mal de tête s’intensifia de plus en plus et il eut du mal à rester concentrer sur garder Tommy en joug. Il fallait qu’il aille sur l’ordi, il fallait qu’il comprenne la réalité, il fallait qu’il se rappelle. Son mal de tête, c’était la vérité qui se frayait un chemin parmi les murs que s’était érigé Max dans son crâne pour ne pas affronter la réalité.


ALLES c'est tellement la meilleure  :yaay:  :yaay:  :yaay:  :ÔÔ:  :siffle:  mouton
▬ ▬ ▬ ▬
mon répertoire de rp
pas trop de disponibilité de rp, sauf si coup de coeur bien trop énorme
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
 
 
Light and shadow change the walls [Elladora Tonks + Texarkana]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» On ne change pas une equipe qui gagne
» DOLLARISATION / À chaque entreprise son taux de change
» On ne change pas un loup solitaire...[Lorelai & Linfa]
» Editeur light libre
» Nymphadora Tonks [En Cour]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers science-fiction :: Survival/Apocalyptique-
Sauter vers: