Partagez | 
 
 
 

 "La vie d'un homme ne tient qu'à un cheveu" [Jo / Lo / Iz]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 
Manhattan Redlish
Manhattan Redlish
MESSAGES : 92
INSCRIPTION : 26/04/2018
CRÉDITS : Sign : Tumblr - Icon : ghostsinthedaylight

UNIVERS FÉTICHE : City
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1582-the-suspens-killing-me#25903
Tortue



Isaac Samuel Jacobs
J'ai 42 ans et je vis à Manhattan, New York. Dans la vie, je suis chef de la chirurgie et je m'en sors bien, mais uniquement en apparence. Sinon, grâce à ma chance, je suis divorcé et je le vis plutôt bien certains jours et moins bien d'autres.




avatar ©️ NOM CRÉATEUR



« Non », Non, Logan ne lui avait rien au sujet de la relation qu’il pouvait bien entretenir avec Jo. Peut-être parce qu’il voulait protéger Jo d’une certaine manière en évitant d’étaler sa vie privée de la sorte ? Peut-être parce qu’il craignait sa réaction, sa réaction à lui ? A dire vrai, Isaac n’aurait su comment réagir à une telle révélation. Aurait-il été heureux pour eux deux ? Ou aurait-il éprouvé ce sentiment de peine comme il avait pu l’éprouver au moment où il en parla avec Jo et que cette dernière ne démentit pas ?!
Ce qui était sûre, c’était que même si son ami n’avait rien dit, Isaac avait seulement fait un constat, déduisant le fait que Logan avait changé soudainement de comportement après le rendez-vous qu’il avait passé avec Jo. Comme il le souligna à haute voix, il n’était pas un homme stupide et la jolie brune semblait d’accord avec lui, ce qui le fit sourire alors qu’il fermait toujours les yeux.

Sans même s’en rendre compte, Isaac avait fini par tomber, l’espace d’un instant, dans les bras de Morphée. Ce fut son bras qui se déroba qui le fit sursauter sur le canapé. Au moins, ça avait le mérite d’amuser la jeune femme. Mais la fatigue lui pesait et posa sa tête contre le dossier du canapé avant de hausser les épaules « C’est un détail » et ajouta « Non, je ne veux pas t’embêter davantage ».

Ce fut avec une motivation et une force presque surhumaine pour Isaac, qu’il fini par se dresser hors du canapé et déposa un baiser sur le front de Jo, mais son regard s’agrippa à celui de Jo et il frôla ses lèvres, mais sa conscience le rappela à l’ordre ! Elle était avec Logan et ce dernier était entre la vie et la mort, alors il n’avait pas le droit de se laisser aller de la sorte ! Il ferma les yeux avec force, se ravisa et se dirigea dans la salle de bain pour se vêtir.

Mais alors qu’il s’était attendu à ce que Jo le pousse vers la sortie après son petit « dérapage », elle se trouvait dans l’encadrement de la porte alors qu’il terminait de s’habiller « Je pense t’avoir assez dérangé comme ça princesse, tu as besoin, toi aussi, de te reposer et si jamais un taxi ne veut pas de moi, je rentrerai à pied. Ça me réveillera ». Puis le sujet dévia sur la relation qu’elle entretenait avec Logan et il se retourna pour la regarder. Il fronça les sourcils, étonné de la tournure de la conversation. Ils n’étaient pas exclusifs, ils n’avaient pas de relation sérieuse… « Des amis à bénéfice mutuel en quelque sorte ? », mais ce qui intriguait davantage Isaac, ce fut le pourquoi avait-elle besoin de préciser qu’ils n’étaient pas véritablement ensemble ?!

Ce fut donc un Isaac complètement perdu qui se hâta pour rejoindre Jo, lui saisissant le poignet avec douceur et soufflant un « Attend ! ». Face à elle, il resta complètement interdit, son regard posé sur elle, il n’arrivait à prononcer aucun mot. Que devait-il dire ?! Lui demander ouvertement la raison de cette explication soudaine ?! Et cela juste après qu’il ait tenté de l’embrasser ?! Il fit un pas en direction de la jeune femme, limite assez proche pour sentir son souffle sur sa peau. Sa main agrippant toujours son poignet, il ne savait plus comment agir, comment penser ou encore quoi dire. Il replaça, de son autre main, une mèche de cheveux rebelles et souffla « Tu as encore les cheveux trempés » avec un sourire, mais sa main resta sur sa joue « J’ai envie d’oublier toutes les règles » et s’avança, frôlant les lèvres de Jo sans la quitter des yeux, comme à l’affût du moindre geste de refus de sa part… Puis il ferma les yeux et l’embrassa avec une extrême douceur, comme s’il craignait de la briser, de briser ce moment si jamais il venait à accentuer son baiser.

Pourtant, une petite voix en lui, ne cessait de lui crier de ne pas faire ça ! Qu’il devait s’arrêter maintenant, prendre ses clics et ses clacs et partir. Que la nuit portait conseil, et qu’il en avait bien besoin. Mais une autre voix lui disait qu’il était attiré à elle pour une raison qu’il ignorait. Elle était comme un aimant dont il ne pouvait se détacher. Pourtant, il savait aussi qu’ils avaient la capacité de se faire mal et il en avait payé le prix quelques heures plus tôt…


Revenir en haut Aller en bas
 
Charly
Charly
Féminin MESSAGES : 75
INSCRIPTION : 24/04/2018
ÂGE : 30
RÉGION : Haut de France
CRÉDITS : Bones_Obsessor

UNIVERS FÉTICHE : City, HP
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Tortue



Joséphine
Read

J'ai 35 ans et je vis à Manhattan. Dans la vie, je suis psychologue et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Un peu folle, un peu illuminée et décalé. J'aime la vie, les rires et la joie. Côté coeur, c'est mon choix de vivre seule sans aucune attache. Les princes ça existent seulement au rayon biscuits.  



moi même


« -non hors de question je te laisse pas rentrer, j'dormirais pas en ta sachant dehors. Donc sois gentil et écoutes moi. » Elle prenait le rôle de la maman poule mais elle n'avait pas la moindre envie de s’inquiéter pour deux mecs en même temps. Et ça ne servait à rien de lui demander d'envoyer un sms lorsqu'il serait rentré. C'était juste l'occasion qu'il s'endorme et se fasse dépouiller ou qu'il ne lui arrive rien mais qu'elle n'en sache rien et qu'au final elle ne dorme rien de la nuit. Bref, il dormait ici dans le canapé. C'était tout vu, pas la peine qu'il dise encore une fois non avec des excuses bidons.

Excuses bidons qui lui avaient valu des explications qu'elle avait trouvé bons de lui donner vis à vis de sa relation avec Logan. Mais quelle idée ! Elle s'en rendit compte elle même, et surtout que ça sonnait un peu déplacé après ce qui venait de ne pas se produire. Il avait effleuré ses lèvres avec les siennes… Et voilà qu'elle balançait qu'en gros elle n'était pas en couple avec son pote ! Dans le genre libertine et provocation elle se posait là ! C'est pour ça qu'elle coupa court à la conversation, préférant ne pas en dire plus. « -j'sais même pas pourquoi j'te parle de ça... » souffla-t-elle en faisant demi-tour. Qu'est ce qui lui prenait putain ! Pourtant elle n'avait pas bu elle ! Elle était totalement lucide. Fatiguée mais lucide. C'était lui le problème ! Pourquoi elle n'avait pas envie qu'il parte ? Pourquoi elle s'était sentit obligée de préciser qu'elle et Logan ça n'était pas du sérieux ? Il y avait quelque chose chez Isaac qui l'attirait, même si elle était incapable de dire quoi.

Son visage si proche du sien, sa main contre sa joue… Jo' avait soudainement l'impression que le temps s'était suspendu. Qu'est ce qui était en train de se passer ? Son corps presque collé à celui d'Isaac, elle était comme pétrifiée, incapable de s'éloigner, incapable de lui dire non, de le repousser ou encore de penser comme il le fallait ? Dire non, parce que c'était mal vis à vis de l'homme qui était allongé dans un lit d’hôpital. Cet homme a qui il tenait tous les deux. Sa conscience lui dictait qu'elle devait tout stopper maintenant, et pourtant il venait de l'embrasser. Elle avait fermé les paupières, et avait répondu à son baiser du bout des lèvres. Comme pour avoir un tout petit aperçu de l'interdit.  Jo avait posé sa main sur le torse d'Isaac. « -on ne devrait pas... » souffla-t-elle. Pourtant ses lèvres effleurèrent à nouveau celle de son collègue, et sa main s'était agrippée à sa chemise. A ce moment précis, elle tentait encore de trouver la force ou des raisons de tout stopper… Mais c'était comme si l'aura d'Isaac brouillait son résonnement. Comme si elle était attirée irrésistiblement par ses lèvres au goût de café, par ce torse musclé. Jo souffla encore : « -qu'est ce que tu fais ? » s'adressait-elle à Isaac ou bien à elle même.

Revenir en haut Aller en bas
 
Manhattan Redlish
Manhattan Redlish
MESSAGES : 92
INSCRIPTION : 26/04/2018
CRÉDITS : Sign : Tumblr - Icon : ghostsinthedaylight

UNIVERS FÉTICHE : City
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1582-the-suspens-killing-me#25903
Tortue



Isaac Samuel Jacobs
J'ai 42 ans et je vis à Manhattan, New York. Dans la vie, je suis chef de la chirurgie et je m'en sors bien, mais uniquement en apparence. Sinon, grâce à ma chance, je suis divorcé et je le vis plutôt bien certains jours et moins bien d'autres.




avatar ©️ NOM CRÉATEUR



Son corps effleurant celui de cette femme, sa main sur sa joue, ses lèvres venant embrasser les siennes… Isaac aurait pu aisément mettre son geste sur le compte de l’alcool, mais il savait que c’était faux. Les verres qu’il avait avalé quelques heures plus tôt n’avaient plus d’effet sur lui. Contrairement à Jo. Pourtant, sa conscience ne cessait de lui rappeler qu’il ne devait pas, qu’il n’avait pas le droit car son ami était sur un lit d’hôpital, inconscient. Mais ce soir, il n’avait pas envie d’écouter sa tête, sa conscience… Ça serait pour demain. Parce qu’au final, il n’avait fait que cela jusqu’alors et cela ne l’avait amené qu’à la solitude, qu’à la colère et il était fatigué de tout cela. Alors non, ce soir, il n’écouterait pas la logique de son cerveau. Pourtant, c’est ce qui semblait se passer avec Jo qui évoqua le fait qu’ils ne devraient pas. Il le savait. Mais il n’avait pas envie de reculer. Et elle non plus alors qu’elle effleura une nouvelle fois ses lèvres tout en agrippant sa chemise.

« Chut » répondit-il simplement avec douceur, embrassant à nouveau la jeune femme. Il ne voulait pas entendre davantage de questions qui pourraient éveiller son cerveau et lui faire comprendre qu’il prenait la mauvaise décision. En l’embrassant, il mettait déjà en l’air toutes ses règles concernant les relations au travail, mais il trahissait aussi, d’une certaine manière, son ami. Et tout ça, il ne voulait pas y penser. Il voulait juste continuer à goûter inlassablement les lèvres de Jo comme il le fit en cet instant, en l’embrassant de nouveau. Sa main lâcha son poignet pour venir se glisser sous son t-shirt, découvrant ainsi le grain fin de sa peau. Isaac conduisit, sans quitter ses lèvres, jusqu’à la chambre de cette dernière. Collant toujours son corps au sien, laissant toujours ses mains sur son corps, comme s’il craignait, silencieusement, qu’ils ne se réveillent s’ils rompaient le contact d’une quelconque manière.

En cet instant, Isaac ne réfléchissait même plus. Il n’en avait pas particulièrement l’envie. La seule chose qu’il désirait, c’était de découvrir chaque parcelle de peau de la jeune femme et uniquement cela. Il quitta alors ses lèvres pour venir embrasser son cou avec douceur, du bout des lèvres, prenant son temps. Isaac lui retira son t-shirt tout en la regardant droit dans les yeux, puis vint prendre place au-dessus d’elle, embrassant chaque parcelle de peau, tout en prenant soin de s’attarder sur sa poitrine galbée.

Mais il entendit la sonnerie de son portable et nicha sa tête dans le cou de Jo… Le petit nuage s’éclata en l’espace d’une fraction de seconde. Il releva son regard brun sur la jolie brune et se leva, sans mot dire, pour se saisir du petit appareil. Il se mit à faire les cent pas dans l’appartement de la jolie brune, semblablement agacé par le dérangement inutile de la part de son interne qui semblait désemparé devant une plaie ouverte « Démerdez-vous ! » furent les seuls mots qu’il prononça avant de jeter son portable sur le canapé. Il se passa une main lasse sur le visage, la mâchoire contractée et revint dans la chambre, posant son épaule contre l’encadrement de la porte « C’était mon interne… Rien de grave… Je pense que je vais aller dormir un peu… ». Isaac se saisit d’un des oreillers de la jeune femme et s’approcha d’elle, déposant un baiser à la commissure des lèvres « Bonne nuit princesse » et baissa le regard, à la fois désolé et déçu par tout cela. Il se rendit dans le salon, se mit en caleçon et s’installa dans le canapé. Il se mit à fixer le plafond, ressassant les images de ce qui venait de se passer avec Jo et maudit le destin et ses tours à la con !



Revenir en haut Aller en bas
 
Charly
Charly
Féminin MESSAGES : 75
INSCRIPTION : 24/04/2018
ÂGE : 30
RÉGION : Haut de France
CRÉDITS : Bones_Obsessor

UNIVERS FÉTICHE : City, HP
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Tortue



Joséphine
Read

J'ai 35 ans et je vis à Manhattan. Dans la vie, je suis psychologue et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Un peu folle, un peu illuminée et décalé. J'aime la vie, les rires et la joie. Côté coeur, c'est mon choix de vivre seule sans aucune attache. Les princes ça existent seulement au rayon biscuits.  



moi même


Bien entendu, sa question resta sans véritable réponse. Enfin sans réponse raisonnable ! Comme si Jacobs allait lui dire qu'elle avait raison et qu'ils devaient s'arrêter là ! Il aurait fallu qu'il le fasse, ou qu'elle le pousse à le faire. Au lieu de ça, elle agrippait sa chemise comme si elle avait peur qu'il se dérobe, qu'il recule. Elle aimait la douceur de ses baisers, cette sorte de retenu pour éviter que l'instant ne leur file entre les doigts. Elle aimait la caresse de sa main sur sa peau qui venait de passer sous son t-shirt.

Doucement elle fit un pas en arrière, sa main toujours sur le col de la chemise d'Isaac, l’entraînant ainsi jusqu'à sa chambre. Avec sans doute bien moins d'assurance que tout à l'heure, Jo' commença à défaire les boutons de chemise, touchant alors le torse musclé de son collègue. Ce torse dont elle s'était gentiment moquée l'autre jour au parc… Il n'y avait aucun geste précipité, douceur et délicatesse… Comme s'ils avaient autant peur l'un l'autre de ce qu'ils étaient en train de faire.

Bientôt ils furent l'un comme l'autre à moitié nu. Lui au dessus d'elle. Allongés sur les draps… Jo sentit sa peau frissonner sous les caresses et les baiser d'Isaac. Ils étaient en train de faire n'importe quoi… Ils allaient le regretter… Et pourtant elle était totalement incapable de dire non. Jo' avait fermé les paupières, laissant Isaac découvrir ses seins autrement que sous un t-shirt mouillés, De son côté elle nicha son nez dans son cou, y déposa ses lèvres… Avant que la folie de l'instant ne se révèle à eux.

Le téléphone d'Isaac… Bien entendu… Quoi de plus facile pour ce petit objet qui sonnait à tout va, que de venir briser ce moment. Ce téléphone dont elle s'était moquée également. Ce téléphone qui venait peut-être de leur éviter de faire une connerie monstrueuse. Le retour à la réalité n'en fut pas moins brutal. Jo poussa un long soupire alors que sa main gauche passait sur son front pour finir sa course dans ses cheveux. Par pudeur peut-être, la jeune femme se blottit contre un oreiller, cachant ainsi sa poitrine dénudée. L'instant était passé… Elle le savait. Et c'était sans doute mieux ainsi.

Le visage tourné en direction de la porte, ainsi recroquevillé sur elle même, Jo' adressa un léger sourire à Isaac lorsqu'il vint coller son épaule contre l'encadrement de la porte. Torse nu, sa silhouette dessinée par la lumière du salon… « -tiens... » Jo lui tendit un oreiller sans pour autant bouger plus que ça. Elle ne lui rendit pas son baiser, lui souhaitant simplement une bonne nuit. Enfin pour ce qu'il en restait. Et s'il était capable de trouver le sommeil…

Lorsqu'il fut hors de sa chambre elle bougea pour se mettre sur le dos, fixant le plafond. Puis elle plaqua ses deux mains contre son visage. « -et merde... » souffla-t-elle pour elle même. Quelle conne elle était ! Pourquoi était-elle si douée pour se foutre dans les emmerdes jusqu'au cou ! Et quel merveilleux rôle elle tenait dans tout ça ! La nana qui couche, enfin presque avec le meilleur ami de son mec, enfin presque mec… Jo' laissa passer quelques minutes, tentant de savoir si elle devait aller en parler maintenant ou se taire à jamais !

Elle opta pour parler, parce que ça irait mieux après. Enfin c'était ce qu'elle se disait. A pas de loup, elle quitta sa chambre pour se rendre la cuisine qui était dans le prolongement du salon. Elle se servit un verre d'eau avant d'approcher du canapé. Sans demandé à Isaac s'il dormait ou non, elle souffla à voix basse : « -j'suis désolée. Je crois que je ne sais pas très bien où j'en suis… C'est moi qui suis sobre, c'est moi qui aurait dut dire stop… J'suis vraiment trop conne excuses moi... » Sans en ajouter plus, elle décida qu'il était temps pour elle de quitter la pièce ajoutant juste : « -à demain... » Que dire de plus ?

Revenir en haut Aller en bas
 
Manhattan Redlish
Manhattan Redlish
MESSAGES : 92
INSCRIPTION : 26/04/2018
CRÉDITS : Sign : Tumblr - Icon : ghostsinthedaylight

UNIVERS FÉTICHE : City
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1582-the-suspens-killing-me#25903
Tortue



Isaac Samuel Jacobs
J'ai 42 ans et je vis à Manhattan, New York. Dans la vie, je suis chef de la chirurgie et je m'en sors bien, mais uniquement en apparence. Sinon, grâce à ma chance, je suis divorcé et je le vis plutôt bien certains jours et moins bien d'autres.




avatar ©️ NOM CRÉATEUR


Une bulle s’était construire autour d’eux et plus rien alors, n’existait. Les baisers, les caresses, leurs corps blottis l’un contre l’autre… Ils ne réfléchissaient plus et répondaient uniquement à cette attirance mutuelle, statique et incompréhensible. Mais le destin, dans sa capacité à provoquer les évènements, avaient décidé qu’il était temps, pour eux, de remettre le pied à la réalité. Dure réalité. Autant l’un pour l’autre, et il le remarqua bien vite lorsque Jo attrapa l’oreiller pour cacher son corps. Ce même corps qu’il avait commencé à découvrir sous ses lèvres et ses mains… Il attrapa l’oreiller en revenant dans la chambre, déposa un dernier baiser à la commissure de ses lèvres, et retourna dans le salon.

Le regard fixant le plafond de l’appartement de la jolie brune, il ne cessait de se remémorer ce qui s’était passé et surtout, comment ils en étaient arrivés là ! Il entendit l’eau couler, mais ne se redressa pas, feignant de dormir pour ne pas accentuer le malaise qu’ils devaient éprouver ce soir. Sans bouger, interdit, dans le noir, il écouta la jeune femme s’excuser de ce qui venait de se passer entre eux, rejetant la faute uniquement sur elle et son cœur se serra. Il ferma avec violence les yeux et se redressa sur ses coudes « Jo… Attends… ». Il poussa un soupir « Je suis celui qui t’a embrassé… Tu as tenté de me ramener à la réalité, à ta manière, et je t’ai ignoré… » Il se passa une main lasse sur le visage, un nouveau soupir, et reprit « Je n’aurai jamais dû frapper à ta porte ce soir… Si j’avais décidé de rester chez moi, alors rien de tout ça ne se serait passé et tu ne serais pas là, en train de t’insulter et de te culpabiliser ». Il se redressa davantage dans le canapé, laissant son torse apparent alors que la couverture glissa sur sa peau « Et pour info… » Il ne savait pas s’il devait poursuivre « J’étais sobre… Enfin, pas quand je suis arrivé, mais quand je t’ai embrassé, j’étais clean. Je t’ai embrassé parce que j’en avais envie, et non parce que j’étais ivre »

Bon, peut-être que ce n’était pas le genre d’information qu’il aurait dû partager, mais Isaac ne souhaitait pas que Jo pense que c’était uniquement un moment d’égarement. Il était uniquement attiré par elle, par sa présence, par sa douceur, sa chaleur, son sourire. « Mais ne sois pas désolé, d’accord ?! Ne culpabilise pas. On a eu une journée difficile, une soirée aussi, et on a juste tenté de trouver du réconfort l’un avec l’autre, tout simplement. Enfin, c’est une explication plus logique que si nous étions attirés l’un par l’autre, tels des aimants ». Même si à l’heure actuelle, la première explication le rassurait, mais savait pertinemment que pour sa part, c’était la deuxième qui primait, mais qui l’effrayait aussi.

« Ou, tu es juste attiré par les connards dans mon genre qui ont un caractère de merde avec un égo surdimensionner » fit-il sur une note d’humour, souriant dans l’obscurité, espérant ainsi, alléger l’ambiance qui régnait entre eux. « Tu sais, tu peux t’asseoir si tu veux. Je ne vais pas te sauter dessus, j’ai compris la leçon…A moins que tout soit clair, et alors on peut retourner dans les bras de Morphée en se disant que demain, sera un autre jour ».

A dire vrai, il ne savait pas si la nuit allait changer quelque chose. Il craignait le réveil de Logan, ce que risquait peut-être de lui dire Jo, ou ne pas lui dire… Ils venaient d’amorcer une situation sur laquelle ils n’avaient aucun contrôle et ça n’allait pas être une partie de plaisir…




Revenir en haut Aller en bas
 
Charly
Charly
Féminin MESSAGES : 75
INSCRIPTION : 24/04/2018
ÂGE : 30
RÉGION : Haut de France
CRÉDITS : Bones_Obsessor

UNIVERS FÉTICHE : City, HP
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Tortue



Joséphine
Read

J'ai 35 ans et je vis à Manhattan. Dans la vie, je suis psychologue et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Un peu folle, un peu illuminée et décalé. J'aime la vie, les rires et la joie. Côté coeur, c'est mon choix de vivre seule sans aucune attache. Les princes ça existent seulement au rayon biscuits.  



moi même


Retourner dans sa chambre, quitter cette pièce, éviter de penser. Voilà ce qu'elle devait faire. Peut-être qu'avec un peu de chance elle parviendrait à dormir une ou deux heures avant de filer à l’hôpital. En l'espace d'un jour et d'une nuit, Jo' était passée par des stades émotionnels complètement opposé. La peur, l'angoisse, la colère, la détresse, le besoin de réconfort ? La culpabilité ça c'était ce qu'elle ressentait actuellement, ne sachant toujours pas pourquoi elle n'avait pas repousser Jacobs. Maintenant elle avait juste aggravé un peu plus encore la situation.

Debout entre la cuisine et le salon, son verre d'eau à la main, elle écouta Isaac avec attention. Le précision qu'il donna vis à vis de son état et de son envie de l'embrasser la fit sourire et elle répondit amusée : « -merci de la précision... » Jo' préféra le prendre ainsi, plutôt que de vraiment comprendre ce qu'Isaac voulait lui dire. La suite la fit rire jaune… Et elle se pinça les lèvres pour ne rien répliquer. Trouver du réconfort ?! Et ça faisait d'elle la première des connasses ! Celle qui allait se réfugier dans les bras du meilleur ami de son mec en train de mourir ! Heureusement il enchaîna avec une autre connerie et elle leva les yeux au ciel.

« -Iz y'a rien de clair ! » répliqua Jo alors qu'elle aurait sans doute mieux fait d'aller se coucher. « - sauf que j'suis pas assez bien pour Logan. Il ne mérite pas ça. » Elle s'était avancée jusqu'au canapé, et elle s'était assise sur le fauteuil qui lui faisait face. « -est ce que tu te rends compte de ce que je viens de faire ! Il est en soins intensif ! Et moi j'étais à deux doigts de m'envoyer en l'air avec… Toi ! » Oui ba autant dire les choses. « -on pourra sans doute dire merci à ton interne de ne pas être très doué ! » Ses mains tremblaient alors elle déposa son verre sur la table basse, avant de les passer dans ses cheveux, les coudes sur les genoux, penchée en avant.

« -du réconfort ! Mais qu'est ce qui va pas chez moi sérieux ?! » se demanda-t-elle à voix haute. Elle était psy et pourtant sa vie sentimentale avait toujours été un superbe bordel ! « -t'as raison en plus, je suis toujours attiré par celui qu'il ne faut pas… » Elle ferma les paupières avec force et reprit : « -le prends pas mal s'te plais, c'est pas ce que je voulais dire. » Elle poussa un léger grognement, en colère contre elle même. « -il est beau notre petit discours à tes amis : pas entre collègues ! » Voilà elle tombait dans l'ironie.

Jo' prit quelques petites secondes pour tenter de se calmer, pas la peine de faire une crise existentielle non plus. « -en plus je me sens bien avec lui, il me fait rire, il cuisine, il est adorable... » Bon c'était peut-être pas le moment de faire les éloges de Logan. « -j'dis pas que tu n'es pas quelqu'un de bien. C'est moi la mauvaise personne dans tout ça. » Conclue-t-elle avant de se pincer les lèvres entre elle. Un soupire s'échappa, et elle reprit sur un autre sujet : « -je préfère que tu sois venu ici ce soir plutôt que d'être rester à te morfondre chez toi et te noyer dans l'alcool. On pouvait pas prévoir la suite de l'histoire. J'sais même pas comment c'est arrivé... » Oui au final c'était assez flou.

Revenir en haut Aller en bas
 
Manhattan Redlish
Manhattan Redlish
MESSAGES : 92
INSCRIPTION : 26/04/2018
CRÉDITS : Sign : Tumblr - Icon : ghostsinthedaylight

UNIVERS FÉTICHE : City
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1582-the-suspens-killing-me#25903
Tortue



Isaac Samuel Jacobs
J'ai 42 ans et je vis à Manhattan, New York. Dans la vie, je suis chef de la chirurgie et je m'en sors bien, mais uniquement en apparence. Sinon, grâce à ma chance, je suis divorcé et je le vis plutôt bien certains jours et moins bien d'autres.




avatar ©️ NOM CRÉATEUR



Trouver les mots pour apaiser le cœur et l’esprit de Jo, c’était ce que tenté de faire Isaac, mais avec une certaine maladresse. Il voulait juste la réconforter, ne plus ressentir la culpabilité dans ses mots. Mais c’était peine perdue ! Elle pensait à l’homme, entre la vie et la mort, allongé dans un lit d’hôpital, combattant à arme inégale contre la mort et la souffrance, pendant qu’elle l’embrassait. Isaac en était tout à fait conscience et dire que cette image ne lui avait pas traversé l’esprit, serait mentir. Il culpabilisait aussi d’avoir déposé ces lèvres sur celles de Jo à un moment où ils auraient dû, seulement, se serrer dans les bras l’un de l’autre, se réconfortant comme de simples amis, en espérant que demain serait un jour meilleur… Tout cela, Isaac le savait ! Lui aussi avait l’impression d’être un véritable connard en cet instant ! Et pour le moment, ce qui le préoccupait davantage, c’était la jeune femme désemparée qui se trouvait face à lui.

En l’entendant parler, en entendant le fait qu’elle ne se trouvait pas assez bien pour Logan, son cœur se serra. C’était lui qui était la cause de tout cela, mais c’était Jo qui s’en voulait et se remettait en doute. Silencieux, il l’observa et continua de l’écouter dans la presque pénombre du salon. Il ferma les yeux un bref instant et se décida à s’extirper de sous sa couverture et s’avança jusqu’à Jo. Il s’accroupit devant elle, et lui saisis ses mains tremblantes, les serrant avec infection dans les siennes « Jo… Jo, regarde-moi » Il lui sourit avec douceur « Votre relation est incertaine, il est en soin intensif, tu as risqué de le perdre et pour ne rien arranger, je suis arrivé chez toi complètement ivre… Alors oui, on a failli… Comment tu dis déjà ?! S’envoyer en l’air, mais c’était un égard de conduite… Ce n’était pas toi. Tu comprends ?! La Jo que je connais est fidèle, loyale et jamais elle n’aurait souhaité blesser Logan. Je t’ai embrassé, tu as trouvé quelqu’un sur qui te reposer, c’est tout… Mais ne doute jamais de tes capacités à être avec Logan ».

Isaac prenait entièrement la responsabilité de tout cela car il se savait fautif et voir Jo dans un tel état… C’était sûrement la pire des punitions que l’on pouvait lui affliger pour cela. Mais ces paroles ne semblaient pas la rassurer vraiment et il resserra davantage son emprise sur ses mains et souffla « Rien » avant d’hausser les sourcils, complètement interloqué par ce que venait d’avouer, à voix haute, la jolie brune, et se mit à sourire tout en rétorquant taquin « Je ne le prends pas mal, t’inquiète. Mais je note que tu es attiré par moi ».
« Parce que c’est une ligne de conduite que j’ai toujours tenu, depuis mon premier jour dans un hôpital ». Eh oui ! Elle était la première qu’il avait embrassé. Il avait tenu cette règle de conduite à la perfection… Jusqu’à Jo. Mais son cœur se serra une fois encore, en entendant Jo vantait les mérites de Logan et il baissa les yeux. Elle tenait à lui, c’était un fait. Mais releva son regard sur Jo, fronçant les sourcils « Je ne suis pas quelqu’un de bien, car quelqu’un de bien n’aurait pas pu toute la nuit pour venir frapper chez toi alors que ça a été une dure journée. Quelqu’un de bien n’aurait pas profiter de ce moment de faiblesse pour t’embrasser ». Mais Jo ne semblait pas de cet avis pour l’alcool et il se mit à réfléchir à comment c’était en vérité, arrivé. Il l’ignorait lui aussi.

Isaac lâcha les mains de Jo et tout en se redressant, déposa un baiser sur sa chevelure brune « Logan est un homme bien et toi aussi, sinon je n’aurai jamais pris le risque de vous présenter. Je savais qu’il allait être séduit par toi, c’était une évidence. Donc si je n’avais pas confiance en toi, ou encore en lui, je t’aurais laissé rentrer chez toi ce soir-là », il sourit en tendant la main « Amis ?! » avant d’ajouter « Et au fait, tu as raison… » alors qu’il se rendait dans le canapé « Je ne suis pas la personne par laquelle il faut être attirée, princesse et c’est sûrement le meilleur conseil que je pourrais te donner. Alors va dormir, oublie cette soirée comme si c’était uniquement un mauvais rêve, et demain, tu seras auprès de Logan ».

Il se tourna sur le canapé et souffla un « Bonne nuit princesse », même s’il savait qu’il n’arriverait pas à dormir après cette discussion…



Revenir en haut Aller en bas
 
Charly
Charly
Féminin MESSAGES : 75
INSCRIPTION : 24/04/2018
ÂGE : 30
RÉGION : Haut de France
CRÉDITS : Bones_Obsessor

UNIVERS FÉTICHE : City, HP
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Tortue



Joséphine
Read

J'ai 35 ans et je vis à Manhattan. Dans la vie, je suis psychologue et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Un peu folle, un peu illuminée et décalé. J'aime la vie, les rires et la joie. Côté coeur, c'est mon choix de vivre seule sans aucune attache. Les princes ça existent seulement au rayon biscuits.  



moi même


Jo' aurait préféré qu'il reste là où il était, et qu'il ne la touche pas. Ne serait-ce que pour éviter de ressentir cette sorte de soulagement, ce truc qu'elle ne savait pas expliquer. Comment pouvait-elle avoir un peu les idées claires ! Non elle n'avait pas envie de le regarder, pas envie de croiser son regard. Parce qu'elle avait peur d'y voir quelqu'un chose qui la pousserait à nouveau vers lui. Pour toute réponse à son beau discours pour la déculpabiliser elle répondit : « -tu ne me connais pas Iz... » Il croyait, mais il n'avait pas la moindre idée du bordel qu'elle était capable de mettre sans même le vouloir. Il ne savait rien de sa vie sentimentale.

« -pff comme si tu l'avais pas déjà compris y'a quelques minutes ! » ironisa Jo' alors qu'Isaac tentait de faire un peu d'humour. « -va savoir pourquoi d'ailleurs… » souffla-t-elle plus pour elle même. « -me pique pas le rôle de l’autoflagellation stp. » ajouta-t-elle avec une petite pointe d'humour. « -à la base du connard que tu es, il y a quelqu'un de bien. Logan serait pas ton meilleur ami sinon. Il s'en serait trouvé un autre depuis longtemps. » Il avait plutôt pas intérêt de la contredire sur se point là. Et elle voulait qu'il s'éloigne. Qu'il arrête de la rassurer et de l'entourer de tendresse. En faite, oui c'était certain, elle aurait du retourner directement dans son lit. Cette conversation ne menait à rien.

A nouveau Jo' se passa une main sur le front, jusque dans es cheveux. Un long soupire passa ses lèvres alors qu'il lui parlait d'amis. Est ce qu'ils l'avaient été un jour ? « -tu as raison, je vais retourner dans ma chambre. M'en veux pas si je me lève pas tout à l'heure pour prendre un café avec toi. » Sur ces mots qu'il interprétait comme il voulait, Jo se leva et quitta la pièce, laissant son verre d'eau sur la table.

Cette conversation ne l'avait pas aider. Bien au contraire. La seule chose dont elle était encore incertaine c'était de savoir si elle devait en parler ou non à Logan. Jouer la sincérité ? Si seulement ça avait été avec un autre homme. Mais il s'agissait d'Isaac. Elle ne pouvait pas briser leur amitié ? Pas comme ça. Il ne lui restait plus qu'à larguer Logan. Sans donner d'explication. C'était le seul moyen de ne rien détruire entre les deux hommes.

Jo se recroquevilla dans son lit, remonta la couette jusque sous le menton. Les yeux grand ouvert dans le noir, à fixer rien du tout, à ne même plus parvenir à réfléchir. Elle était juste sidéré devant sa petitesse. Et même si dans sa tête elle n'arrêtait pas de se dire que c'était Jacobs qui avait eut envie de se baiser en premier, elle se blâmait de ne pas avoir dit stop. Un vrai stop ! Et elle se détestait d'avoir ressentit ce qu'elle avait ressentit entre ses bras.

A quelle heure ferma-t-elle enfin les yeux, elle n'en savait rien. Mais elle se réveilla en sursaut en entendant un porte de placard claquer. La jeune femme n'avait jamais été du matin, mais alors encore moins en ayant dormi si peu. Posant ses pieds nus sur le parquet elle frissonna, avant de bailler avec force. Isaac était encore là…

Se levant, elle prit des affaires dans sa penderie avant d'ouvrir le plus discrètement du monde la porte de sa chambre et de filer vers la salle de bain. Elle ne désirait rien d'autre qu'une douche chaude. Et un café mais il viendrait après.

Revenir en haut Aller en bas
 
Manhattan Redlish
Manhattan Redlish
MESSAGES : 92
INSCRIPTION : 26/04/2018
CRÉDITS : Sign : Tumblr - Icon : ghostsinthedaylight

UNIVERS FÉTICHE : City
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1582-the-suspens-killing-me#25903
Tortue



Isaac Samuel Jacobs
J'ai 42 ans et je vis à Manhattan, New York. Dans la vie, je suis chef de la chirurgie et je m'en sors bien, mais uniquement en apparence. Sinon, grâce à ma chance, je suis divorcé et je le vis plutôt bien certains jours et moins bien d'autres.




avatar ©️ NOM CRÉATEUR



Les heures avaient défilé, durant lesquelles, Isaac avait passé le plus clair de son temps à fixer le plafond du salon de la jeune femme, ressassant ce qui c’était passé entre eux, et les conséquences qui en découlaient. Puis, finalement, il s’était enfoncé dans les bras de Morphée sans en prendre conscience, se laissant bercer jusqu’aux premières heures du matin. Ce furent les premiers rayons du soleil qui extirpa le chirurgien de son sommeil, le faisant grimacer légèrement d’être réveillé aussi tôt. Les secondes défilèrent, et son cerveau se remémora toute la soirée de la veille, mais aussi l’endroit où il se trouvait, et il poussa un soupir. Finalement, il n’était pas sûr qu’aujourd’hui soit un jour nouveau.

Un coup d’œil à l’heure avant de se redresser du canapé pour aller se vêtir à pas de loup et se dirigea jusqu’à la chambre de la jeune femme qui dormait à poing fermé. Il l’observa un bref instant avant de quitter la pièce, mais aussi l’appartement.
A peine eut-il posé le pied chez lui qu’il se dirigea jusqu’à la salle de bain, prenant une douche bien chaude, et ferma les yeux. Que devait-il faire ?! Il n’avait pas le droit de partir de la sorte, sans un mot, sans une explication après la soirée d’hier… Pourtant, il avait envie de se dire que sa disparition au petit matin pourrait aussi permettre à Jo de ne pas trop se souvenir de ce qui aurait pu arriver entre eux… Un long soupir et quitta sa douche pour se raser, se parfumer et troquer son costume sale de la veille, pour un trois pièces, propre. Le col déboutonné, il décida que la cravate resterait dans le placard pour aujourd’hui et quitta son appartement avec tout autant de hâte qu’il avait quitté celui de Jo au petit matin. Craignant que cette dernière ne se réveille avant son retour.

Ce fut sans un bruit, qu’il entra dans l’appartement de Jo, ravi qu’elle n’ait pas de chien de garde ! Il tendit l’oreille pour savoir si elle s’était levée, mais ce ne fut qu’un silence de plomb qui lui répondit. Il en profita alors pour préparer le petit-déjeuner, fouillant dans chacun des placards pour trouver de quoi faire quelque chose de convenable, repensant, une fois encore, à la soirée d’hier et à la conversation qu’ils risquaient d’avoir ce matin…

FLASH-BACK

Accroupi devant la jolie brune, ses mains dans les siennes, il ne la quittait pas du regard, contrairement à cette dernière, qui n’osait pas poser ses yeux sur lui. De la crainte ? Ou bien de la colère ? Elle seule avait la réponse et il préféra ignorer ce détail, tout comme le fait qu’elle souligna qu’il ne la connaissait pas. Peut-être bien. Peut-être qu’il n’avait aucune idée de la femme qu’elle était, mais il préférait se rassurer en se disant qu’il se trompait assez peu sur les gens et dévia plutôt, avec humour, sur le fait qu’elle était attiré par lui. Il souriait, amusé par la réponse de cette dernière avant de baisser les yeux. Oui, allez savoir pourquoi elle était attiré par lui de la sorte ?! Un petit rire fini tout de même par s’extirper des lèvres d’Isaac « Je n’ai pas tort pour autant, princesse » avant de rétorquer avec plus de sérieux « Logan est mon meilleur ami parce que je suis le seul à savoir ce qu’il a enduré au front et que je l’ai aidé à son retour. Tout simplement. C’est une amitié complexe qui nous uni…  Mais dans une autre vie, ça aurait été sûrement bien différent ».
Et c’était la vérité. Isaac avait un caractère bien plus complexe et compliqué à supporter que celui de Logan, mais c’était cette fraternité d’armes qui les unissaient et leur permettaient de passer au-dessus de tout cela.

Isaac se releva pour rejoindre le canapé, proposant à la jolie brune d’en faire de même, mais il fronça les sourcils, ne sachant comment réellement prendre la remarque de la jeune femme. Est-ce que quelque chose s’était finalement brisé entre eux ?! Est-ce que leur amitié, ou leur relation assez particulière qui s’en rapprochait un tant soit peu, était terminée ?!

FIN FLASH-BACK


- « Bonjour princesse » il lui présenta d’un signe de main, la tasse fumante de thé sur la table « Je me suis permis de fouiller dans tes placards, tu m’excuseras… ». Bon… Comment tout cela allait tourner dorénavant ?! Alors il osa pour tenter de ne pas rompre le contact avec la jeune femme « Logan s’est réveillé il y a moins d’une heure ».







 
«Red is a new black»
«Nous devenons ce que nous sommes. Vous ne pouvez pas juger un livre sur sa page couverture. Mais on le peut à partir  des premiers chapitres et plus certainement encore quand on a lu le dernier.» RED © Chester
Revenir en haut Aller en bas
 
Charly
Charly
Féminin MESSAGES : 75
INSCRIPTION : 24/04/2018
ÂGE : 30
RÉGION : Haut de France
CRÉDITS : Bones_Obsessor

UNIVERS FÉTICHE : City, HP
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Tortue



Joséphine
Read

J'ai 35 ans et je vis à Manhattan. Dans la vie, je suis psychologue et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Un peu folle, un peu illuminée et décalé. J'aime la vie, les rires et la joie. Côté coeur, c'est mon choix de vivre seule sans aucune attache. Les princes ça existent seulement au rayon biscuits.  



moi même


Sincèrement… Elle espérait qu'Isaac serait parti lorsqu'elle sortirait de la salle de bain. Jo' n'avait pas la moindre envie de parler ce matin, encore moins avec lui. Elle n'était pas du matin, encore moins après une soirée comme celle qu'elle avait vécu la veille. Qu'est ce qu'il foutait encore là d'ailleurs ?! Elle s'était imaginée qu'il aurait mit les voiles au plus tôt, lui laissant tout le loisir de l'éviter ensuite au travail. Enfin, il y avait encore des risques qu'ils se croisent au près de Logan… Ce qui serait sûrement hyper gênant. Parce qu'Isaac avait beau minimiser la chose, Jo' savait très bien ce qu'elle avait ressentit. Elle avait eut envie de lui. Et c'était horrible et dégueulasse vis à vis de Logan. Pour elle, il n'y avait pas d'histoire de réconfort ou un truc du genre je suis faible j'ai besoin d'une épaule sur laquelle m'appuyer. Non, il y avait eut un truc, une tension, comme un besoin. Et elle n'arrêtait pas d'y repenser, là alors que l'eau coulait sur sa peau… Dans cette douche où la veille ils s'étaient retrouvés assis, trempés…

Jo' resta de longue minutes sous l'eau chaude, comme si cela pouvait effacé ce qui s'était passé. Laver sa peau des baisers qu'Isaac avait déposé dans son cou et ailleurs aussi… Il était encore tôt et elle avait déjà l'impression de se prendre la tête, de ne penser qu'à ça. Elle détestait ça. A nouveau elle ne se pressa pas pour sécher sa peau, s'habiller… Jo' se regarda dans le miroir et elle ne parvint pas à afficher un sourire. Au lieu de ça un soupire passa ses lèvres alors qu'elle tressait à la va vite ses cheveux.

Pas de bruit de porte d'entrer, il était encore là… Pieds nus, Jo' débarqua enfin dans la cuisine. Après avoir replacé une mèche de ses cheveux derrière son oreille, elle répondit un simple : « -salut... » avant de prendre place sur l'une des chaises. « -d'accord... » ajouta la jeune femme avant de souffler sur la tasse brûlante. « -merci pour... » elle se pinça les lèvres en levant la tasse, regardant enfin Isaac plus d'une seconde.

Sa réaction était débile. Elle se savait. Mais il allait lui falloir peut-être un peu de temps pour s'y faire. Pour parvenir à cloisonner ce qu'elle avait ressentit. Ce qui s'était passé. Trouver ce qu'elle dirait ou ne dirait pas à Logan. « -j'suis désolée... » Un petit rire passa ses lèvres et elle ajouta : « -j'suis débile… J'te demanderais pas si tu as bien dormi, ta tête donne la réponse… » Elle fronça les sourcils. « -tu t'es changé ? T'es… T'as fais un aller retour chez toi ? » Jo' choppa la boite de céréale et remonta une jambe sous ses fesses, avant de plonger la main dedans et de manger ainsi, une pépite par une pépite. « -j'pensais que tu serais déjà au boulot… » Se contenta-t-elle d'ajouter comme si c'était la chose la plus logique au monde.

Jo' prit une gorgée de son thé, reposa la tasse et soupira. Quelques secondes plus tard elle dit : « -j'ai pas envie d'en parler. Pas maintenant, pas demain, peut-être jamais. Comme tu l'as dis, c'est arrivé, on sait pas pourquoi. On a merdé. C'est un fait. C'est comme ça. Alors arrête de me regarder comme ça et de marcher sur des œufs s'il te plais. » Elle avait toujours été franche et directe avec lui. Alors elle comptait bien continuer à l'être.

Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
 
 
"La vie d'un homme ne tient qu'à un cheveu" [Jo / Lo / Iz]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le futur d''Haiti selon l''homme d''affaire Mike Spinelli
» Voilà un homme que Sarko ne comprendra pas.
» Prime et renom de l'homme au boomerang
» Hunm ! hunm ! UN HOMME UN HOMME UN EVENNEMENT !
» l'homme qui n'a pas de chien...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: