Partagez | 
 
 
 

 "La vie d'un homme ne tient qu'à un cheveu" [Jo / Lo / Iz]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 
Manhattan Redlish
Manhattan Redlish
MESSAGES : 92
INSCRIPTION : 26/04/2018
CRÉDITS : Sign : Tumblr - Icon : ghostsinthedaylight

UNIVERS FÉTICHE : City
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1582-the-suspens-killing-me#25903
Tortue


La vie d'un homme ne tient qu'à un cheveu
Mise en situation

La situation

Logan pensait vivre une vie différente depuis sa rencontre avec Jo, mais le destin a décidé de jouer un peu...

Contexte provenant de cette [url=LIEN]recherche[/url]
Revenir en haut Aller en bas
 
Manhattan Redlish
Manhattan Redlish
MESSAGES : 92
INSCRIPTION : 26/04/2018
CRÉDITS : Sign : Tumblr - Icon : ghostsinthedaylight

UNIVERS FÉTICHE : City
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1582-the-suspens-killing-me#25903
Tortue



Logan E. Kenway
J'ai 36 ans et je vis à Brooklyn, New York. Dans la vie, je suis lieutenant de police et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis en amitié à bénéfice mutuel et je le vis plutôt bien.



avatar ©️ Morphine


L’homme qui restait longuement à son bureau, le nez dans de sombres affaires, avait disparu afin de laisser place à un trentenaire qui se hâtait de quitter le travail pour rejoindre, de temps à autre, une jeune femme qui avait donné du relief, une autre dimension à sa vie.
Ils n’étaient pas exclusifs, ils étaient avant tout des amis… Des amis à bénéfice mutuel, avec avantage en nature, mais cela convenait malgré tout à Logan qui se plaisait à découvrir inlassablement le corps de son amante. C’était une manière pour Logan de rester aux côtés de la jolie brune sans craindre de la perdre si jamais il avait évoqué, à voix haute, son souhait de quelque chose de plus grand et de plus fort que ce qu’ils vivaient actuellement…

En cet instant même, c’était à elle qu’il pensait alors qu’il était étendu sur le sol froid et humide du hangar désinfecté, jonchant dans son propre sang, la main sur celles de son collègue qui tentait de contenir l’hémorragie. Tout était sourd autour de lui, presque inaudible alors qu’il commençait à s’enfoncer dans une froideur qui le terrifiait… Il pensait alors à Jo et s’accrocher à cette unique pensée, espérant, priant, pour que cette seule pensée le retienne à la vie. Mais ces paupières étaient trop lourdes et l’obscurité qui l’encerclait était à la fois si froide, et si douce, qu’il se laissa bercer par cette dernière, s’enfonçant un peu plus dans un sommeil profond.

La pression contre sa poitrine, les voix autour de lui… Logan ouvrit de nouveau les yeux, s’obligeant, s’efforçant à combattre contre cette force qui l’assenait de toute part. La douleur était indescriptible. Ses entrailles le faisaient souffrir comme jamais, mais il réussit tout de même à ouvrir les yeux et d’un geste presque surhumain pour lui, retira le masque à oxygène pour souffler simplement « Is…Isaac….J… Isaac Jaco… » puis plus rien, sa main tomba brusquement hors du brancard et il sombra à nouveau.

Flash-Back

« Je suppose que tu dois être auprès de tes patients, donc ne t’inquiète pas, je t’appelais juste pour te dire que je t’attends à mon appartement pour 20H, je te ferai des spaghettis aux boulettes de viandes qui vont te faire chavirer ! Une manière comme une autre de parvenir à mes fins et de t’avoir dans mon lit ! Je t’embrasse et à ce soir ! » Logan avait souri tout le long du message et même s’il aurait aimé entendre autre chose que la voix de son répondeur avant de partir, il maintenait ce sourire sur les lèvres, ravi de voir la jolie brune ce soir.

Il fit un signe de tête à son partenaire, rangea son arme dans son holster et quitta le commissariat. A ce moment-là, il était bien loin de se douter que sa vie pourrait changer à tout moment… Ils avaient reçu un appel quelques instants auparavant pour signaler la présence d’un individu répondant à la description, dans un hangar au bord de l’Hudson. C’était l’appel qui pourrait clore leur affaire et leur permettre de souffler un peu jusqu’à la prochaine. Alors, c’était gonflé à bloc que Logan et son partenaire étaient entrés dans ledit hangar… Mais il ne fallut pas plus d’une minute pour que les balles ne commencent à fuser dans l’endroit froid et humide.

Logan avait l’impression de faire un saut dans le temps et de se retrouver au front quelques années auparavant, dans une embuscade des talibans. Accroupis derrière des barils rouillés et sûrement vide, il tenta de reprendre ses esprits et ferma les yeux, inspirant profondément. Il était à New York, dans un hangar, et plus en Irak. Il se releva d’un coup sec, mais pas assez rapidement pour éviter à son adversaire d’être surpris. Ce dernier tira les dernières balles de son chargeur sur le trentenaire qui tomba au sol, paralysé par la douleur…

Fin du Flash-Back


Revenir en haut Aller en bas
 
Manhattan Redlish
Manhattan Redlish
MESSAGES : 92
INSCRIPTION : 26/04/2018
CRÉDITS : Sign : Tumblr - Icon : ghostsinthedaylight

UNIVERS FÉTICHE : City
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1582-the-suspens-killing-me#25903
Tortue



Isaac Samuel Jacobs
J'ai 42 ans et je vis à Manhattan, New York. Dans la vie, je suis chef de la chirurgie et je m'en sors bien, mais uniquement en apparence. Sinon, grâce à ma chance, je suis divorcé et je le vis plutôt bien certains jours et moins bien d'autres.



avatar ©️ NOM CRÉATEUR


«L’opération s’est très bien passée, je suis confiant pour la suite » furent les mots prononcés par le chef de la chirurgie qui termina de compléter le dossier médical de sa patiente et après un sourire ainsi qu’une poignée de main chaleureuse au mari, il quitta la chambre. En refermant la porte, il poussa un long soupir et regarda sa montre : Il était temps de prendre un café !

Isaac enchaîné les heures de travail ces derniers jours afin de revenir dans les petits papiers de son supérieur qui avait hésité, quelques semaines plus tôt, à opter pour un nouveau chef de la chirurgie bien moins coûteux et égocentrique que le quarantenaire. Et même s’il savait qu’il était irremplaçable et se plaisait à le penser, il savait aussi que son caractère impétueux lui risquerait peut-être bien de lui faire perdre la dernière chose qui donnait encore un sens à sa vie et qui avait de la valeur à ses yeux. Il glissa quelques pièces dans le distributeur à café du couloir et lorsque son breuvage fut servi, en prit une gorgée dans une grimace qui laissait sous-entendre la qualité du produit. On ne le reprendrait pas une seconde fois à se servir dans ce genre d’usine à café dégueulasse ! Il le jeta à la première poubelle qui se présenta et hésita un instant à se rendre sur le toit pour souffler un peu lorsque son nom résonna dans les couloirs de l’hôpital « Le Dr. Isaac Jacobs est attendu de toute urgence aux Urgences ». Ce dernier fronça les sourcils et se précipita jusqu’aux urgences. A peine eut-il franchi les portes battantes qu’une infirmière l’interpella en lui tendant un dossier « Logan Kenway, 36 ans, a été admis aux urgences à l’instant pour une blessure pare-balle importante. On suppose une hémorragie interne. »

Au nom de son ami, Isaac eut quelques difficultés à se concentrer sur les informations qui suivirent et devint livide… « Dr. Jacobs ?! Docteur ?! Vous m’entendez Dr. Jacobs ?! »
Puis en sentant la main de l’infirmière sur son bras, il reprit ses esprits et remarqua que cette dernière semblait réellement inquiète, à la fois pour lui, que pour Logan « C’est lui qui vous a demandé docteur ». Il déglutit avec difficulté et tenta de prendre une décision, mais c’était comme si son cerveau n’était plus en état de marche… « Appelez plutôt le Dr. Frey et réservez un bloc… »

Sur ces mots, Isaac s’éloigna de l’infirmière et se saisit de son portable, la main tremblante. Il inspira profondément avant de mettre le petit appareil contre son oreille et se concentra sur les paroles qu’il allait prononcer « Jo ?! C’est Isaac… » Comment lui annoncer cela ?! Il savait pertinemment qu’ils entretenaient une relation pour le moins particulière et son ami ne lui avait pas caché le fait qu’il appréciait sincèrement la jolie brune « C’est Logan… Il vient d’être admis aux urgences… J’ai 5 minutes devant moi… »

Isaac était complètement perdu… Son ami l’avait expressément demandé, mais à la fois, il était un ami et il savait qu’il ne serait pas complètement objectif quant à l’état de ce dernier et aux décisions à prendre. Il se mit alors à faire les cents pas dans les couloirs des urgences, espérant que la solution vienne d’elle-même…

Revenir en haut Aller en bas
 
Charly
Charly
Féminin MESSAGES : 75
INSCRIPTION : 24/04/2018
ÂGE : 30
RÉGION : Haut de France
CRÉDITS : Bones_Obsessor

UNIVERS FÉTICHE : City, HP
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Tortue



Joséphine
Read

J'ai 35 ans et je vis à Manhattan. Dans la vie, je suis psychologue et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Un peu folle, un peu illuminée et décalé. J'aime la vie, les rires et la joie. Côté coeur, c'est mon choix de vivre seule sans aucune attache. Les princes ça existent seulement au rayon biscuits.  



moi même


Bancale, étrange, particulière… C'était sans doute ces mots qui définissait le mieux la relation qui Jo' entretenait avec Logan. Relation qu'elle avait voulu, puisque c'était elle qui avait finit par téléphoné. Elle, pas lui. Dans sa tête la chanson française de Bénabar résonnait. Faut pas j'appelle, pas que j'appelle, pas encore, c'est trop court… Elle avait finit par maudire le chanteur, et sa chance d'être bilingue. Bref… Elle avait sans doute attendu trois jours, comme le disait la foutue chanson… Mais ça avait été compliqué de résisté. La jeune femme avait prit plus d'une fois son portable, regarder le numéro qu'elle avait finit par connaître par coeur. Mais elle avait reposé l'appareil, grimacé, serré les dents en essayant de trouver quelque chose pour se sortir de la tête ce mec qui lui avait fait passé une nuit si unique…

Jo' s'était sentit comme une adolescente lorsqu'elle avait entendu la voix grave lui répondre à travers  le combiné. Elle avait sourit, fait les cent pas, resourit, peut-être même rie comme une idiote… Mais elle était parvenue tout de même à jouer la comédie, la parfait rôle de la jeune femme complètement débordée, qui n'avait pas eu une minute à elle pour penser à lui, à eux… Totalement cliché, et elle le savait. Et ça l’énervait.

La psy avait fait comprendre au flic qu'elle ne voulait pas de quelques choses de sérieux. Elle lui avait plus ou moins laissé sous entendre pourquoi. L'engagement, l'essoufflement sur le long terme. L'envie de garder cette petite étincelle du début, de l'interdit, bien allumée. Il avait dit oui. Et voilà qu'il venait de laissé un message sur son répondeur. Message qu'elle n'avait pas eu le temps d'écouter avant qu'Isaac appelle et lui annonce la nouvelle.

Heureusement qu'elle était assise. Jo avait sentit son sang se glacé, quitter son visage. Sa bouche était devenue sèche et elle avait eu bien du mal à articuler trois mots pour répondre à Jacobs. « -je… J'arrive... » Pourtant elle avait prit trois secondes, juste trois secondes pour tenter de reprendre ses esprits. Puis elle était sortie de son bureau, avait lancé à la secrétaire qu'elle avait une urgence.

Au début elle avait commencé par marché vite, puis peu à peu elle s'était mise à courir. Jo avait appuyé quinze fois sur le bouton de l’ascenseur, avait juré avant de se précipité vers les escaliers qu'elle avait descendu le plus vite possible. Ce fut le souffle court qu'elle dérapa dans le couloir qui menait au bloc des urgences. « -le docteur Jacobs s'il vous plaît ! » avait-elle demandé à une infirmière qui passait par la, lui agrippant le bras pour ne pas fléchir. La réponse la fit jurée à nouveau. Il était déjà au bloc… Elle n'avait pas l'autorisation nécessaire pour se pointer là-bas. Elle grimpa alors la salle qui permettait aux élèves de pouvoir assister aux opérations. Il y avait bien entendu du monde, une blessure par balle c'était intéressant ! Rien à foutre ! Elle appuya sur l'interphone après avoir repéré Jacobs et dit : « -Jacobs sort de là tout de suite ! » Pas de s'il te plais, pas de sourire. Elle avait vu son visage, et elle savait très bien qu'il n'était pas en état d'opérer. Elle savait aussi qu'il n'allait pas s'exécuté si facilement et certainement pas apprécier qu'elle le commande devant tout ce public. "-sortez tous d'ici!" ordonna-t-elle alors pour faire sortir les curieux. Jo n'avait même pas regardé l'espace d'une seconde Logan...

Revenir en haut Aller en bas
 
Manhattan Redlish
Manhattan Redlish
MESSAGES : 92
INSCRIPTION : 26/04/2018
CRÉDITS : Sign : Tumblr - Icon : ghostsinthedaylight

UNIVERS FÉTICHE : City
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1582-the-suspens-killing-me#25903
Tortue



Isaac Samuel Jacobs
J'ai 42 ans et je vis à Manhattan, New York. Dans la vie, je suis chef de la chirurgie et je m'en sors bien, mais uniquement en apparence. Sinon, grâce à ma chance, je suis divorcé et je le vis plutôt bien certains jours et moins bien d'autres.




avatar ©️ NOM CRÉATEUR


Le bruit des portes battantes qui s’ouvraient et se fermaient sans cesse, le personnel hospitalier qui courrait de part et d’autre, le cri de certains blessés, l’inquiétude qui se lisait dans la plupart des regards… Isaac fit abstraction de tout cela alors qu’il continuait de faire les cent pas dans le long couloir des urgences. Une partie de lui ne cessait de répéter qu’il était sûrement le meilleur espoir de Logan, et l’autre lui rappelait qu’il ne pouvait soigner ce dernier en étant totalement objectif. Un combat intérieur qu’il aurait souhaité qu’il cesse avec la venue de Jo, mais alors que son regard se posait, une fois encore, sur les portes battantes en espérant que ça soit la jeune femme, il comprit qu’il allait devoir, prendre seul, cette décision…
Isaac jeta un regard à l’heure qui, quant à elle, ne s’était pas arrêté et prit sa décision en une fraction de seconde. Son impulsivité avait toujours été son moteur, alors pourquoi s’arrêter aujourd’hui ?! Le quarantenaire se prépara soigneusement, mais avec, aussi, une certaine hâte tout en tentant d’oublier le nœud dans son abdomen. L’inquiétude de le mener plus à la mort qu’à la vie le rongeait de l’intérieur. Après un dernier regard sur le bloc, inspira profondément et prit place devant le corps endormi de son ami « Ça va aller Docteur Jacobs ?! ». L’intéressé releva son regard brun sur son collaborateur et acquiesça d’un signe de tête avant de tendre la main pour faire signer qu’il était temps de sauver une nouvelle vie.
Concentré, mais intérieurement perturbé, il commença la première incision et pris connaissance de l’ampleur des dégâts qu’avaient causé les deux balles dans son abdomen. Sa gorge se noua, son estomac se serra et après un dernier regard pour Logan, il se décida à poursuivre l’opération. Mais ce ne fut pas sans l’intervention d’une jeune femme qu’il n’attendait plus. Il fronça les sourcils et releva son regard sur la cage en verre au-dessus du bloc opératoire « Docteur Read, je pense que votre place est en salle d’attente et la mienne est ici ! ». Une manière comme une autre de lui faire comprendre de partir. Mais ce fut le reste des spectateurs qu’elle dégagea sous le regard interloqué du personnel soignant « Jo ! » Répliqua-t-il avec plus de sévérité et moins de solennité « Je pense que tu devrais en faire de même… Logan est entre la vie et la mort et ton intervention ne m’aide pas du tout ! Bien au contraire ! »

C’était en effet le cas. Les mains d’Isaac se mirent à trembler juste au-dessus des plaies ouvertes de son ami. Il ferma les yeux, contractant la mâchoire, il inspira profondément derrière son masque et réouvrit les paupières sur Jo avec une dureté sans précédent. Il reposa ensuite ses yeux noirs sur le corps de son ami et poursuivit son opération « Aspirez » avant d’ajouter « Il y a… » « des dégâts » poursuivit son collègue. A ces mots, Isaac releva son regard sur la jolie brune au-dessus de lui et il savait au fond de lui qu’il avait prit la mauvaise décision en entrant dans ce bloc, mais il savait aussi que sa réputation était en jeu. Il n’avait pas le droit d’obéir à Jo, de faire comprendre à tout le monde ici présent qu’elle avait eu raison et qu’elle avait le pouvoir de le faire quitter son propre bloc opératoire. Il était le chef de la chirurgie !


Revenir en haut Aller en bas
 
Charly
Charly
Féminin MESSAGES : 75
INSCRIPTION : 24/04/2018
ÂGE : 30
RÉGION : Haut de France
CRÉDITS : Bones_Obsessor

UNIVERS FÉTICHE : City, HP
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Tortue



Joséphine
Read

J'ai 35 ans et je vis à Manhattan. Dans la vie, je suis psychologue et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Un peu folle, un peu illuminée et décalé. J'aime la vie, les rires et la joie. Côté coeur, c'est mon choix de vivre seule sans aucune attache. Les princes ça existent seulement au rayon biscuits.  



moi même


Au milieu des râlements des étudiants contraint de sortir de la salle, Jo ne quittait pas Isaac des yeux. L'homme qui était allongé sur la table, elle ne l'avait toujours pas regardé. Peut-être parce qu'elle ne voulait pas y croire ou parce qu'elle s'obstinait intérieurement à se dire que c'était une blague. Jo' ne savait pas définir les sentiments qu'elle avait pour Logan. Mais elle tenait à lui. Et la jeune femme refusait de le voir mourir… Il fallait qu'elle fasse sortir Isaac de cette salle de bloc, parce qu'il ne pouvait pas opéré son meilleur ami, et parce qu'elle avait besoin de lui, là maintenant à ses côtés. Réaction purement égoïste sans doute.

La réponse d'Isaac lui fit à peu près l'effet d'une gifle. Si elle avait oublié toutes ses bonnes manières et le fichu protocole hiérarchique de l'établissement lorsqu'elle s'était adressée à lui, de son côté il ne l'avait pas fait. Il la renvoyait sur le banc des petite amie en larmes, totalement impuissante, subissant les coups du destin. Sans parler de la distance professionnel qu'il venait de remettre entre eux. Mais elle n'était pas décidée à lâcher l'affaire. C'était lui qui l'avait appelé.

« -ta place n'est pas dans ce bloc et tu le sais très bien ! » répondit la jeune femme en le fixant d'un regard sombre qu'il n'avait sans doute encore jamais vu chez elle. Jo' lâcha la bouton de l'interphone, passa une main rageuse dans ses cheveux, délaissant quelques secondes la vue qu'elle avait de la salle. Elle se força à reprendre son souffle, tenta de respirer calmement, et de faire retomber un peu la pression.

Isaac était un des meilleurs, sinon le meilleurs chirurgien de l’hôpital, ça elle ne le contestait pas. Le problème n'était pas là. Personne n'était objectif lorsque ses sentiments personnels étaient balancer sur le tapis. Il avait entre les mains la vie de son meilleur ami. « -Isaac écoute moi s'il te plais. » demanda la jeune femme en appuyant à nouveau sur le bouton pour qu'il l'entende. Sa voix était un peu moins tranchante, essayant une autre technique pour le faire renoncer : « -tu sais très bien que si ça tourne mal tu ne sera pas lucide et encore moins capable de prendre les bonnes décisions. » Un pincement de lèvres et elle tourna enfin les yeux vers la vitre, regardant pour la première fois le corps de Logan. Son coeur se serra et ajouta avec quelques difficultés : « -s'il meurt entre tes doigts,  tu ne pourra t'en prendre qu'à toi et tu ne te le pardonnera jamais. » C'était franc, et c'était la vérité. Malgré le fait qu'ils se connaissent depuis seulement quelques temps, Jo' avait commencé à cerner Isaac. Autodestruction tout ça tout ça. « -pause se scalpel et sors de ce bloc. » répéta la jeune femme une nouvelle fois. Peut-être que la manière plus calme serait efficace.

Revenir en haut Aller en bas
 
Manhattan Redlish
Manhattan Redlish
MESSAGES : 92
INSCRIPTION : 26/04/2018
CRÉDITS : Sign : Tumblr - Icon : ghostsinthedaylight

UNIVERS FÉTICHE : City
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1582-the-suspens-killing-me#25903
Tortue



Isaac Samuel Jacobs
J'ai 42 ans et je vis à Manhattan, New York. Dans la vie, je suis chef de la chirurgie et je m'en sors bien, mais uniquement en apparence. Sinon, grâce à ma chance, je suis divorcé et je le vis plutôt bien certains jours et moins bien d'autres.




avatar ©️ NOM CRÉATEUR


Était-ce dû à la réputation qu’il s’était forgé avec les années ? Ou encore à son statut au sein de l’hôpital ? Allez savoir ! Mais une chose était sûre, c’était que les paroles et le ton employés par Jo n’était pas au goût du chirurgien qui n’hésita pas à la remettre dans le droit chemin. Malgré tout, la jeune femme s’obstina à lui faire entendre raison et on pouvait observer les muscles zygomatiques d’Isaac se contracter sous la colère qu’il commençait à éprouver. Il releva son regard brun sur l’intéressée qui semblait perdre patience dans l’habitacle de verre au-dessus du bloc opératoire. Son cœur se serra. Il n’engendrait que plus d’anxiété alors que son petit-ami ou son ami, peu importe, se trouvait entre la vie et la mort sur la table devant lui…
Puis, une fois encore, la voix de Jo le dérangea dans ses réflexions intérieures alors qu’il poursuivait minutieusement l’opération. Il poussa un soupir et croisa le regard de son partenaire de bloc qui semblait perdre patience des irruptions incessantes des deux protagonistes. Isaac décida de lever les yeux vers Jo et comprit que cette dernière tentait de le prendre par les sentiments et par la culpabilité « Tu mets en doute mes capacités devant tout un bloc ?! ». Puis il suivit le regard de la jeune femme sur le visage neutre de Logan et ferma les yeux un instant. Il s’était répété les mêmes paroles avant d’entrer dans ce bloc et pourtant, il ne s’était pas écouté et il ne parvenait pas à écouter, non plus, la jeune femme.

Alors qu’il s’apprêtait à rétorquer, le Dr. Frey prit la relève « Vous dégagez de mon bloc ! » avant d’ajouter avec la même sévérité « Tous les deux ! Dégagez ! Maintenant ! ». Isaac fixa son partenaire, laissant ses mains en suspend au-dessus du corps de son ami « Vous savez à qui vous parlez ?! » « Je parle à mon supérieur qui manque d’éthique en se trouvant ici. Alors vous partez ou j’appelle votre patron et il me semble que vous n’êtes pas en honneur de sainteté ces derniers temps Dr. Jacobs. Je me trompe ? Alors maintenant déguerpissez ! »

Pour la première et unique fois de sa carrière, il posa le scalpel sous les ordres d’un subordonné et retira avec sévérité sa blouse ainsi que ses gants en quittant le bloc. Il partit à la recherche de Jo d’un pas rapide et ne tarda pas à la trouver « C’était quoi ça ?! » mais en voyant que tous les regards se tournaient vers eux, il agrippa le bras de la jeune femme et l’entraîna dans la première pièce vide qu’il trouva : Le débarras des hommes d’entretien. « Saquer mon autorité devant tout un bloc ?! Remettre en doute mes compétences ?! Je suis peut-être trop impliqué émotionnellement, mais toi aussi ma petite ! »
La main sur le front, l’autre sur les hanches, il commença à tourner en rond, tel un lion en cage, dans la petite pièce. Puis s’arrêta avant d’ajouter « C’est parce que je suis le meilleur chirurgien de cet hôpital que j’ai pris la décision de l’opérer… Et surtout, tu n’étais pas là quand j’ai eu besoin de toi… J’avais besoin que tu me dises de ne pas y aller avant que je rentre dans ce foutu bloc ! Tu es arrivée trop tard ! » Il frappa contre le mur et reprit tout en se retournant face à Jo « Maintenant, Logan est entre la vie et la mort et je n’ai de prise sur quoi que ce soit ! Mon patron va me sermonner et ma réputation en a prit un coup parce que je me suis fait dégager par un petit emmerdeur de seconde zone qui va prendre ses grands airs à partir de maintenant ! Je ne te dis pas merci ! » Puis il pointa son doigt vers Jo « S’il meurt… » puis se tut… Il retint ses dernières paroles et inspira profondément. Les mains sur les hanches, il releva son regard noir sur la jeune femme, les sourcils froncés « Pourquoi tu ne m’as pas laissé opérer ? Et ne me sort pas le fait que je ne pouvais pas être objectif et je ne sais quoi d’autres ! »
Isaac était en colère, il bouillait de l’intérieur et la culpabilité le ronger tout autant. S’il mourait, ça serait de sa faute car il aurait accepté de se faire jeter de sa propre salle d’opération, et de l’autre côté, il culpabilisait aussi de s’en prendre autant à la jeune femme qui était sûrement aussi désemparée que lui en cet instant. Pourtant, malgré cette pensée, il n’arrivait pas à se calmer, à apaiser sa colère !



Revenir en haut Aller en bas
 
Charly
Charly
Féminin MESSAGES : 75
INSCRIPTION : 24/04/2018
ÂGE : 30
RÉGION : Haut de France
CRÉDITS : Bones_Obsessor

UNIVERS FÉTICHE : City, HP
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Tortue



Joséphine
Read

J'ai 35 ans et je vis à Manhattan. Dans la vie, je suis psychologue et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Un peu folle, un peu illuminée et décalé. J'aime la vie, les rires et la joie. Côté coeur, c'est mon choix de vivre seule sans aucune attache. Les princes ça existent seulement au rayon biscuits.  



moi même


Ce mec avait un égo capable de remplir un stade entier ! « -oh arrête un peu ! On s'est très bien que tu es un excellent chirurgien la question n'est pas là ! » répliqua Jo' en appuyant avec force sur le bouton comme si cela avait le pouvoir de faire entrer dans la tête d'Isaac qu'il était en train de faire une erreur. La colère envers son collègue était en train de prendre le dessus, domptant la peur et l'angoisse qu'elle ressentait au fond d'elle même. Un moyen comme un autre de faire face.

Par miracle, le second médecin qui était penché au dessus du corps de Logan décida d'enfin ouvrir la bouche ! Et se ne fut pas pour rien ! Étrangement Jo' fut presque heureuse que quelqu'un tienne tête à Jacobs et l'envoi valser. La jeune femme quitta la salle d'observation bien décidé à continuer la conversation avec Isaac. Enfin si on pouvait appeler ça une conversation. En réalité, elle avait besoin de penser à autre chose qu'à Logan entre la vie et la mort. Parce que cela la mettait face à quelque chose qu'elle n'aimait jamais voir surgir : la force de ses sentiments. Alors Jacbos n'eut pas à la chercher bien loin puisqu'elle arrivait droit sur lui, la mâchoire contractée. « -quoi c'était quoi ?! » répondit la jeune femme aussi fortement que lui.

« -oh super la planque ! T'as pas trouvé mieux ?! » railla Jo' avec ce côté un peu enfantin qu'elle n'avait jamais perdu. « -et lâche moi ! » ajouta-t-elle en faisant un mouvement brusque pour sa détaché de lui. « -me parles pas d’émotion parce que je me demande vraiment si tu connais la signification de ce mot. » Réplique qu'elle n'aurait pas dut dire. Pas avec les études qu'elle avait faite et le poste qu'elle occupait. Mais Isaac n'était pas un patient, et il s'agissait de leurs vies à tous les deux. D'un homme qui comptait pour l'un comme pour l'autre, même si Jo' n'avait pas la prétention de dire qu'elle tenait plus à lui que Jacobs.

« -non mais tu délires là ?! Depuis quand tu es besoin de moi pour éviter de faire des conneries ?! Tu faisais quoi avant que j'apparaisse dans ta vie ?! De la merde toutes les trois minutes ?! Tu n'as pas le droit de me dire ça Isaac. J'ai dévalé les escaliers le plus vite possible, j'y peux quoi si je bosse à l'autre bout du bâtiment ?! Tu n'as pas le droit de rejeter ta mauvaise décision sur moi ! » Il voulait crier, aucun souci elle savait faire et de toute façon elle n'avait pas la moindre envie de rester calme.

« -et nous y revoilà ! Moi moi moi ! Tu crois pas que ton poste ou ta réputation on s'en balance un peu là ?! » Elle avait ouvert la bouche pour ajouter quelque chose mais il évoqua l'idée que Logan puisse ne pas survivre. Jo' referma la bouche et ferma les paupières. Elle avait très bien comprit les mots qu'il n'avait pas dit. La jeune femme préféra se détourner du chirurgien l'espace d'un instant. Malheureusement pour lui il ouvrit à nouveau la bouche. Sans réfléchir sous le coup de la colère et de ce qu'il venait de sous entendre, elle le gifla.

« -j'espère que ça t'as remis les idées en place ! » lâcha Jo' en le fixant sans cligner des yeux. « -je sais que tu es un grand chirurgien, tous le monde le sais. Il n'y aucune autre raison à mon intervention. Lorsque l'on connaît le patient personnellement on ne fait pas les bons choix. C'est humain. Et… S'il mourrait entre tes doigts, je sais que ça allais te détruire. » Il ne comprenait donc pas que c'était pour lui qu'elle était intervenu plus que pour Logan. Elle était en train de le réalisé elle même en parlant. "-tu sais quoi, va te faire foutre!" conclue Jo' en levant les deux mains comme si elle rendait les armes.

Revenir en haut Aller en bas
 
Manhattan Redlish
Manhattan Redlish
MESSAGES : 92
INSCRIPTION : 26/04/2018
CRÉDITS : Sign : Tumblr - Icon : ghostsinthedaylight

UNIVERS FÉTICHE : City
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1582-the-suspens-killing-me#25903
Tortue



Isaac Samuel Jacobs
J'ai 42 ans et je vis à Manhattan, New York. Dans la vie, je suis chef de la chirurgie et je m'en sors bien, mais uniquement en apparence. Sinon, grâce à ma chance, je suis divorcé et je le vis plutôt bien certains jours et moins bien d'autres.




avatar ©️ NOM CRÉATEUR


Entre les bouteilles d’eau de javel qui trônaient sur les étagères en métal du débarras et les balais, Isaac n’avait pas calculé l’endroit où ils se trouvaient, contrairement à la jeune femme qui réussi à se montrer sarcastique dans un tel moment. Un regard froid et relâcha son emprise tout en poursuivant sa tirade à l’encontre de sa collaboratrice. Mais la réponse de Jo eut l’effet d’un crochet du droit en plein dans l’abdomen. Il contracta la mâchoire, se retenant de ne pas être plus blessant qu’il l’était déjà et resta silencieux. Peut-être parce que, au fond de lui, il se demandait si elle n’avait pas tort… La vie ne lui avait pas laissé d’autres choix que de se forger une armure à son image et les épreuves qu’il avait enduré n’avait fait que peaufiné cette carapace, ce masque qu’il enfilait naturellement dès qu’il ouvrait les yeux au petit matin. Cette armure était devenue comme le prolongement de son être au bout d’un moment et cela sans même qu’il en prenne réellement conscience, se faisant ainsi passer pour un homme froid et incapable de ressentir quoi que ce soit. En tout cas, c’était ce que venait de lui faire comprendre la jeune femme se tenant devant lui. Isaac se montra alors silencieux et laissa la colère reprendre le dessus afin de justifier son acte.

« Je n’ai pas pris une mauvaise décision ! Avant que tu arrives dans ma vie, j’aurai continué d’opérer Logan et je l’aurai sûrement sauvé ! J’aurai agi par impulsivité ! Mais… Depuis que tu es arrivée, tu es… Ah ! Laisse tomber ! Tout ce que je sais, c’est que j’aurai continué d’opérer et personne ne m’aurait dégagé de mon bloc ! » La colère était plus simple à exprimer en cet instant que de lui avouer qu’elle agissait comme une conscience avec lui. Lui rappelant, lorsqu’il dérapait, comment il fallait agir. C’est parce qu’elle avait appris à le connaître avec le temps, qu’Isaac avait espéré qu’elle arrive à temps pour l’obliger à prendre la bonne décision. Mais malheureusement, tout était allé de travers et ça continuait…

Le quarantenaire frappa contre un mur et poursuivit sa tirade à l’encontre de Jo, lui faisant comprendre les enjeux qui résultaient d’une telle intervention dans son bloc. Il serra des dents et lança un regard noir à la jeune femme avant d’évoquer la responsabilité de cette dernière si jamais Logan venait à mourir sur cette table d’opération. Enfin, c’était l’idée. Et la jeune femme l’avait bien compris. Au moment-même où il vit sa réaction, il s’en voulu, mais la gifle qu’elle lui donna le ramena sur terre.
La main sur sa joue brûlante, il fixa la jeune femme, regrettant de l’avoir sortie autant de ses gongs. Isaac savait qu’elle avait raison sur toute la ligne, mais son égo, sa fierté… Son armure, l’empêchait d’accepter que la jeune femme ait raison…

Toujours silencieux, Isaac retira sa main de sa joue encore chaude et ne quittait pas des yeux la jeune femme. Il ne savait pas si c’était la claque qu’il venait de se prendre ou la réaction de la jeune femme, mais lui aussi, rendait les armes. « Il m’a sauvé la vie il y a des années et je lui devais bien d’en faire de même… Il m’a demandé en arrivant ici… Il avait besoin de moi… Il avait confiance en moi alors qu’il était en train de mourir… Et je le regretterai jusqu’à la fin de ma vie si jamais il meurt et que je ne suis pas en train de lui sauver la vie… Est-ce que tu comprends ?! » Souffla-t-il, trop épuisé pour élever, une fois encore, la voix. « Alors maintenant, la question que je te pose c’est : Est-ce que la culpabilité sera moins grande en restant ici et qu’il meurt, ou si je tentais tout pour le sauver dans ce bloc ? »

Et si jamais son ami venait à mourir alors qu’il n’avait pas respecté sa dernière volonté ?! C’était ce qui avait pesé dans la balance lorsqu’il s’était décidé à l’opérer malgré l’éthique qui lui interdisait d’opérer un proche. Il se passa une main lasse sur le visage, soufflant et releva son regard brun sur la jolie brune. Il s’approcha de cette dernière et la serra dans ses bras « Désolé ». Désolé que ça soit Logan qui ait été touché, désolé des mots qu’il avait prononcé, désolé de qui il était. Il recula légèrement pour entrevoir le visage de Jo et posa sa main sur sa joue « Une façon comme une autre de se défouler, mais la gifle… Tu n’étais pas obligé » fit-il avec un faible sourire alors que ses yeux jonglaient entre les yeux noisettes de Jo et ses lèvres…



Revenir en haut Aller en bas
 
Charly
Charly
Féminin MESSAGES : 75
INSCRIPTION : 24/04/2018
ÂGE : 30
RÉGION : Haut de France
CRÉDITS : Bones_Obsessor

UNIVERS FÉTICHE : City, HP
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Tortue



Joséphine
Read

J'ai 35 ans et je vis à Manhattan. Dans la vie, je suis psychologue et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Un peu folle, un peu illuminée et décalé. J'aime la vie, les rires et la joie. Côté coeur, c'est mon choix de vivre seule sans aucune attache. Les princes ça existent seulement au rayon biscuits.  



moi même


Il voulait dire quoi par là ? Depuis qu'elle était arrivée dans sa vie ? Non mais elle était en train de faire un mauvais rêve, il n'était pas réellement le connard que tout le monde décrivait. C'était ce que Jo' avait voulu croire et elle en payait le prix aujourd'hui. Malheureusement pour lui, elle n'était pas le genre de femme à se faire marcher sur les pieds et à se faire piétiner sans rien répondre. « -depuis que je suis arrivée dans ta vie ? Non mais attends si mes souvenirs sont bons c'est pas moi qui suis venu te chercher ! T'es culotté de me dire ça. Si ça te fais tant chier que ça, je peux très bien en disparaître de TA vie ! »

Jo' s'était laissée gagnée par la colère. Elle ne supporte pas l'injustice et dans le cas présent il s'agissait d'elle. Elle n'avait pas perdu de vue que c'était le meilleur ami d'Isaac qui était entre la vie et la mort, mais Jacobs était allé trop loin, elle ne pouvait pas le laisser lui en mettre plein la figure. C'était trop facile. Peut-être que tous les autres avaient l'habitue de se taire ou d'avoir peur de lui, ça n'était pas le cas de Jo'. Elle était allée jusqu'à la gifler. Et ça ne lui avait pas fait tant de bien que ça. Elle était toujours remontée, en colère contre lui. Ils auraient du se soutenir au lieu de ça ils étaient en train de se déchirer entre le savon pour les mains et les rouleaux de papier toilettes. Elle termina même en lui disant d'aller se faire voir.

Elle avait fermé les paupières, pincé ses lèvres pour éviter de dire quelque chose de plus qu'elle regretterait. Ce qui comptait c'était Logan. Rien d'autre. Rien à faire que l'ego d'Isaac ait mal. Il s'en remettrait. Jo' s'était déjà détournée et avait posé la main sur la poignée de la porte lorsqu'il ouvrit à nouveau la bouche, tentant de lui expliquer. « -il n'est pas en train de mourir… Ne dis pas ça… S'il te plais. » souffla Jo' sans se retourner. Un soupire passa ses lèvres en entendant sa question. Il fallait qu'elle retrouve un peu son calme et en même temps il avait été tellement blessant.

« -s'il meurt entre tes doigts, tu t demandera le reste de ta vie ce que tu as fais, mal fait, non fait. Pourquoi tu n'as pas réussit cette fois-ci à être Dieu. Pourquoi tu en sauves plein mais pas lui. Et tu finira même par t'en vouloir d'être entré dans le bloc. » Elle se tourna vers Isaac et ajouta toujours sur le même ton froid : « -si tu restes ici à attendre, tu pourra toujours t'en prendre à l'autre médecin, celui qui sera l'incapable qui n'a pas réussit à sauver ton meilleur ami. Tu pourra déverser ta colère et ta haine sur lui. Ça évitera que tu te détruise toi même... » Elle avait presque murmurer la dernière phrase, le voyant se rapprocher d'elle.

Pourquoi est ce qu'elle tenait tant à se type ? Pourquoi fallait-il toujours qu'elle se trouve un chaton blessé ! Jo' ne bougea pas lorsqu'il la prit dans ses bras, elle resta droite, les bras le long du corps. Non, c'était trop facile. Il ne s'en sortirait pas ainsi. Elle ferma les yeux, serra les dents. Lorsqu'elle le regarda, ses yeux était tristes, et elle n'avait pas moindre envie de sourire. « -elle était méritée. » Répliqua-t-elle en l’éloignant quelque peu d'elle avec les mains. « -tu peux pas être un connard finit et revenir tout mielleux en disant simplement désolé. Ça marche peut-être avec les autres mais pas avec moi. C'est trop facile. » Sa voix était montée à nouveau, parce que la comportement de Jacobs la mettait hors d'elle. Il la prenait pour quoi ?! Pour qui ?!

La jeune femme le repoussa, déposant un regard sombre sur lui. « -appelles moi quand tu aura du nouveau. » Non elle n'allait pas allé s'asseoir en salle d'attente. Parce qu'elle était incapable d'attendre ainsi sans rien faire. Elle avait des patients qui avaient besoin d'elle, alors elle ouvrit la porte et laissa Isaac seul face à son comportement en compagnie du PQ.

Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
 
 
"La vie d'un homme ne tient qu'à un cheveu" [Jo / Lo / Iz]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le futur d''Haiti selon l''homme d''affaire Mike Spinelli
» Voilà un homme que Sarko ne comprendra pas.
» Prime et renom de l'homme au boomerang
» Hunm ! hunm ! UN HOMME UN HOMME UN EVENNEMENT !
» l'homme qui n'a pas de chien...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: