Partagez | 
 
 
 

 Le début de la fin ft. ALLES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 
avatar
ALLES
Féminin MESSAGES : 1711
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 21
RÉGION : Bourgogne
CRÉDITS : giphy

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je ne suis pas fermée à tester d'autres choses.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2044-mm-celui-qui-voulait-etre-pere-sans-reponse
vanellope



Elias O'Connor
J'ai 22 ans et je vis à Los Angeles, Etats Unis. Dans la vie, je suis serveur à mi-temps au starbuck, en attente de reprendre mes études et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple et je le vis plutôt bien même si mon copain est mourant.

Elias est quelqu'un d'assez coincé. Il a toujours été très porté sur ses études, notamment pour rendre ses parents fiers. Depuis que son père est à l'hôpital, cancer en phase terminale, il redouble d'efforts pour le rendre heureux, quitte à s'oublier. Elias a dû arrêté l'école pendant un an pour être auprès de lui aussi souvent que possible mais il entrera en master de psychologie l'année prochaine. Enfin... Il pensait qu'il allait le faire, mais depuis qu'il a rencontré Jaime il est perdu, il ne sait plus quoi faire. Il n'est pas heureux en étudiant. Il pensait, mais il ne l'est pas. Les livres étaient juste un moyen de penser à autre chose, de faire le vide. D'ailleurs, même s'il n'est plus en cours, il a continué à étudier pour ne plus prendre de retard.
Au contact de Jaime il commence à se lâcher un peu plus mais il ne sait pas que ce dernier est malade, comme son père.
Elias n'est pas gay. En fait il n'est pas grand-chose. Il a déjà essayé les filles mais il s'est dit que ce n'était peut-être pas le moment pour lui car ça ne lui avait pas forcément plu. Encore une fois, Jaime lui met la tête à l'envers... Et il commence à s'interroger. Sacré Jaime hein.


Tim Borrmann © LipsLikeAMorphine


Les pleurs de Jaime lui déchirèrent le cœur. Il se sentait tellement mal… Jaime allait mourir et Elias avait été incapable de respecter ses dernières volontés. Son geste était déplacé, certes il avait cru bien faire, mais il avait mal fait au final et n’avait provoqué que de la souffrance pour tout le monde. Il quitta finalement la table basse pour aller s’asseoir sur le canapé tout près de Jaime et le prendre dans ses bras. Il passa un bras autour de lui et essuya doucement ses larmes, du mieux qu’il pouvait en tout cas. « T’as pas le droit de dire ça. Si t’étais mort là-bas, on ne se serait jamais rencontrés. Tu t’rends pas compte. Je serais passé à côté du meilleur coup de ma vie ! » Il essayait l’humour. Pas sûr que ce soit approprié mais s’il pouvait le faire sourire un peu… Il posa sa main sur la joue de son amoureux pour le forcer à le regarder dans les yeux. « Je t’aime. On t’aime. Et on t’en veut pas de tout ça. Je ne t’en veux pas quand tu es en colère, quand tu te montres parfois égoïste, j’m’en fous. Je sais que c’est pas de ta faute. J’ai connu un Jaime incroyable, formidable. Je sais qu’il est toujours là quelque part, caché par la fatigue et la peur. Je ne me souviendrai que des bonnes choses… » Oh non, il ne fallait pas parler du futur ou ils allaient encore pleurer. « J’suis tellement désolé… Je voulais pas te faire du mal, j’ai pensé que… Que tu finirais par me remercier… Mais j’ai jamais été sur le point de… de mourir alors j’ai du mal à me mettre à ta place parfois… » Ce qui pouvait créer ce genre de décalage entre eux et donc des disputes. « T’es l’homme de ma vie Jaime. J’aurais voulu… Acheter une maison avec toi, me marier avec toi et… » Il se coupa. Dans sa tête, ça fit comme un tilt. Pas bon pour Jaime ça. Il ne réfléchit que quelques secondes avant de se relever et mettre un genou à terre. Il était dingue, oui. Dingue de Jaime. Il attrapa sa main. « Je sais, ça craint, j’ai pas de bague. Même pas une bague pour les gamins. Mais on s’en fiche non ? Je t’aime et j’ai envie de me marier avec toi avant que tu t’en ailles. J’veux qu’on soit liés à vie Jaime. Est-ce que… Tu voudrais bien m’épouser ? » Rapidement, de préférence.

Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Game Over
MESSAGES : 295
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur
Flash



Jaime
Hoslt

J'ai 25 ans et je vis à Los Angeles, Etats Unis. Dans la vie, je suis vendeur dans un magasin de jeux vidéos et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple et je le vis plutôt bien même si je culpabilise.

Jaime quitte la maison à la fin du lycée après avoir annoncé à son père qu'il était gay et rêvait de devenir patineur. Il part vivre à Chicago avec sa grand mère, la seule avec l'une de ses soeurs à l'avoir toujours soutenu. Après une brillante carrière et une médaille de bronze aux JO, il est obligé de s'arrêter quand on lui découvre une maladie cardiaque. D'un naturel plutôt enjoué, il ne se laisse pas abattre par la maladie. Il a pris le parti de profiter un maximum de la vie avant de mourir.


harvey newton haydon © Ilyria

Je pleurais sans parvenir à me calmer. Je le sentais me prendre dans ses bras et je me blottis contre lui sans pouvoir parvenir à m'arrêter de pleurer. J'étais cramponné à son tee shirt, inondant ce dernier de mes larmes.

Je l'écoutais parler et laisser échapper un léger rire en l'entendant parler du meilleur coup de sa vie. On ne l'avait fait qu'une seule fois alors meilleur coup je savais pas si on pouvait le dire. Mais c'était vrai, ça avait été une première fois vraiment magique pour moi. La seule et unique fois de ma vie mais je n'aurais pas pu rêver mieux.

Je l'écoutais et je me sentais mal. Je savais que ça partait d'un bon sentiment de sa part. Il était parti en sachant qu'il avait fait le maximum pour son père. Il avait été là pour lui. Son père savait qu'il l'aimait et la réciproque était vraie pour Elias. Il avait espéré que je vive la même chose avec ma famille, que je ne parte pas en laissant ces vieilles rancoeurs. Mais je savais très bien que ce n'était pas possible. Et je ne voulais pas laisser Amélia souffrir seule de tout ça, se battre avec notre famille qui s'en foutait de me voir crever, mourir et la voir souffrir de mon départ. Mais je n'arrivais pas à en vouloir à Elias. Je l'aimais beaucoup trop pour ça.

Je l'écoutais et je sentais mon coeur malade se déchirer un peu plus. Je l'aimais plus que tout. J'aurais voulu pouvoir vivre tout ça avec lui, vivre toutes ces choses que les couples normaux font. Je voulais qu'on visite tout un tas de maison et qu'on se chamaille parce qu'on aimait pas les même. J'aurais cédé je me connaissais. Je m'en foutais de la maison, tout ce que j'aurais voulu c'était lui faire plaisir. Je voulais juste cette vie à deux que je ne pourrais jamais avoir.

Je l'écoutais... et je me figeais alors que je le voyais faire, mettre un genoux à terre devant moi, me dire toutes ces choses que n'importe qui rêverait d'entendre. La plus belle des déclarations d'amour, la plus merveilleuse des demandes en mariage... J'étais ému, les larmes coulant à nouveau mais pas pour les même raisons. Il n'avait peut être pas de bague mais je n'aurais pu imaginer plus beau moment. A un détail près... j'étais entrain de mourir. Je ne pouvais pas lui dire oui sachant que je serais peut être mort avant de l'épouser. Je ne serais même pas capable de me rendre à la mairie, de m'avancer vers lui sur l'allée. Je ne pourrais rien faire de tout ça. Je ne pourrais pas me marier avec lui....

Les larmes coulèrent de plus belle, silencieusement cette fois. Je pleurais, sur cette vie qu'il me racontait, cette vie à deux que je voudrais vivre, mais que je n'aurais jamais. Je restais silencieux bien trop longtemps. Ce n'était pas une réaction normale après une demande en mariage. J'aurais du lui sauter au cou, fou de joie, lui crier que je l'aimais et que je serais l'homme le plus heureux du monde en l'épousant. C'était ce que je voulais faire, mais ce que je ne pouvais pas faire...

- Elias... je t'aime tu le sais mais...

C'était ce mais là qui annonçait toujours les mauvaises nouvelles. Il n'y avait jamais rien de bon qui venait après le mais. Et ce que je m'apprêtais à faire était la pire des choses qu'on puisse faire à l'homme qu'on aimait quand il nous demandait en mariage.

- Je ne peux pas t'épouser. Il faut qu'on soit réaliste mon amour. Je n'aurais pas la force de quitter cet appartement, à part en ambulance. Je pourrais pas m'avancer vers l'autel pour te dire oui. Je ne peux pas...

Je serrais ses mains dans les miennes, essayant de ne pas craquer. Je me détestais plus que jamais en cet instant. Quoi qu'il dise, il souffrait à cause de moi.


Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
ALLES
Féminin MESSAGES : 1711
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 21
RÉGION : Bourgogne
CRÉDITS : giphy

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je ne suis pas fermée à tester d'autres choses.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2044-mm-celui-qui-voulait-etre-pere-sans-reponse
vanellope



Elias O'Connor
J'ai 22 ans et je vis à Los Angeles, Etats Unis. Dans la vie, je suis serveur à mi-temps au starbuck, en attente de reprendre mes études et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple et je le vis plutôt bien même si mon copain est mourant.

Elias est quelqu'un d'assez coincé. Il a toujours été très porté sur ses études, notamment pour rendre ses parents fiers. Depuis que son père est à l'hôpital, cancer en phase terminale, il redouble d'efforts pour le rendre heureux, quitte à s'oublier. Elias a dû arrêté l'école pendant un an pour être auprès de lui aussi souvent que possible mais il entrera en master de psychologie l'année prochaine. Enfin... Il pensait qu'il allait le faire, mais depuis qu'il a rencontré Jaime il est perdu, il ne sait plus quoi faire. Il n'est pas heureux en étudiant. Il pensait, mais il ne l'est pas. Les livres étaient juste un moyen de penser à autre chose, de faire le vide. D'ailleurs, même s'il n'est plus en cours, il a continué à étudier pour ne plus prendre de retard.
Au contact de Jaime il commence à se lâcher un peu plus mais il ne sait pas que ce dernier est malade, comme son père.
Elias n'est pas gay. En fait il n'est pas grand-chose. Il a déjà essayé les filles mais il s'est dit que ce n'était peut-être pas le moment pour lui car ça ne lui avait pas forcément plu. Encore une fois, Jaime lui met la tête à l'envers... Et il commence à s'interroger. Sacré Jaime hein.


Tim Borrmann © LipsLikeAMorphine


Elias n’avait absolument pas prémédité cette demande en mariage. Bien sûr, il avait déjà songé à le faire mais il n’avait pas eu le temps d’y réfléchir vraiment. Et puis… Il s’était dit que Jaime refuserait, pour ne pas rendre Elias veuf à son jeune âge. Aujourd’hui il voulut y croire. Croire qu’ils avaient un avenir, ou alors jouer à faire semblant. Vous savez, comme les gamins qui jouaient à la dinette. Alors qu’il le regardait plein d’espoir, Jaime se mit à pleurer. Encore… C’était mauvais signe, parce que ce n’était pas des larmes de joie. Et en effet, alors qu’il prenait difficilement son mal en patience, Jaime lui donna le verdict. Non. Enfin, il n’avait pas dit non. Il avait dit mais, ce qui était largement pire. Elias resta longuement silencieux. Bien sûr qu’il comprenait. C’était même stupide de sa part d’espérer. Mais il aurait tellement voulu se marier une fois dans sa vie… Et il était hors de question de le faire avec quelqu’un d’autre qu’avec Jaime. Après sa mort, il ne rencontrerait personne. Il resterait seul. Reprendrait peut-être ses études. Il n’en savait rien. Ca le paniquait un peu. Il haussa les épaules comme si ça ne l’atteignait pas et dit simplement : « D’accord. » Il n’avait pas le droit de lui en vouloir et d’ailleurs il ne lui en voulait pas. Il en voulait simplement à cette vie de merde, à sa maladie. « J’vais aller préparer le repas. Repose-toi. » Il se pencha pour embrasser son front puis s’enfuit dans la cuisine. Là-bas, il dût prendre quelques secondes – peut-être minutes – pour se calmer. Si on lui avait dit qu’un jour on lui mettrait un râteau pareil, bordel...

Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Game Over
MESSAGES : 295
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur
Flash



Jaime
Hoslt

J'ai 25 ans et je vis à Los Angeles, Etats Unis. Dans la vie, je suis vendeur dans un magasin de jeux vidéos et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple et je le vis plutôt bien même si je culpabilise.

Jaime quitte la maison à la fin du lycée après avoir annoncé à son père qu'il était gay et rêvait de devenir patineur. Il part vivre à Chicago avec sa grand mère, la seule avec l'une de ses soeurs à l'avoir toujours soutenu. Après une brillante carrière et une médaille de bronze aux JO, il est obligé de s'arrêter quand on lui découvre une maladie cardiaque. D'un naturel plutôt enjoué, il ne se laisse pas abattre par la maladie. Il a pris le parti de profiter un maximum de la vie avant de mourir.


harvey newton haydon © Ilyria

Je ne savais pas trop à quoi m'attendre comme réaction. Comment est ce qu'on pouvait réagir quand l'homme qu'on aimait disait non à notre demande en mariage? Je ne savais pas comment il aurait pu réagir. Je pensais qu'il allait m'engueuler, me sortir tout un tas d'arguments pour me prouver que c'était une bonne idée et qu'il voulait vraiment le faire. Je pensais qu'il me dirait qu'il m'aimait et qu'il s'en foutait de devenir veuf à peine quelques jours après son mariage, que ça n'avait pas d'importance qu'on ait pas de belle cérémonie, qu'il voulait juste m'épouser. C'était ça le Elias que je connaissais. C'était celui qui m'avait fait céder et coucher avec lui alors que je refusais. C'était celui qui m'avait fait craquer quand il avait voulu rester dans ma vie et m'accompagner jusqu'à la fin. C'était celui dont j'étais tombé amoureux alors que je m'y refusais. C'était ce Elias que je m'attendais à voir. Mais ma réponse lui avait fait trop de mal pour qu'il puisse encore se battre.

Sa réaction me fit plus mal encore que si il m'avait crié dessus. Il encaissa sans rien dire. Il lâcha un simple d'accord avant de se lever et de m'embrasser tendrement le front. Je le regardais aller dans la cuisine le regard dans le vide. Il passa plusieurs minutes en cuisine avant de se mettre à cuisiner.

On parla à peine ce soir là. Je ne savais pas quoi dire de toute façon pour rattraper ce qui s'était passé. Les jours suivants passèrent comme ça. On discutait de banalités mais on évitait de parler des sujets difficiles. Enfin surtout du sujet qui fachait, à savoir ma mort prochaine. On évitait d'en parler mais pourtant elle était bien là, cette menace. Je m'affaiblissais de jour en jour. Le moindre effort me laissait essoufflé et tremblant. J'avais besoin de lui pour pratiquement tous mes faits et gestes. J'en avais honte mais je n'y pouvais rien.

Je ne faisais que me sentir de plus en plus de jour en jour et le souvenir de ce moment où il m'avait demandé en mariage ne cessait de revenir me tourmenter. Alors après plusieurs jours de réflexions, j'avais fini par mettre au point un plan. Mais j'avais besoin d'aide pour ça. J'avais besoin d'aide pour me laver alors pour préparer une surprise, ce n'était même pas la peine d'y penser.

J'avais attendu qu'il parte travailler. Je l'avais embrassé et lui avais sourit pour le rassurer. Je savais très bien ce qu'il pensait ces derniers temps. Il avait peur de passer la porte de notre appartement pour me retrouver mort. Il n'avait pas besoin de le dire, je le voyais dans ses yeux. Il était sorti comme tous les jours depuis quelques temps et je m'étais précipité sur mon téléphone. Ca m'en coutait énormément mais j'avais appelé Amélia. J'avais honte de voir avec quel empressement elle avait accepté de venir me voir. Même pas une demi heure plus tard elle était chez moi à m'enlacer.

J'avais fini par reconnaitre qu'Elias n'avait pas eu complètement tord de me forcer à tout lui avouer. On était resté un moment à discuter tous les deux. On avait parlé de nos parents et de nos grandes soeurs. Sans surprise mon père n'avait que très peu réagi à l'annonce de mon décès imminent. Il avait juste répondu à Amélia qu'il n'avait pas de fils et était parti. Ma mère avait été plus touchée. Elle n'avait pas craqué devant Amélia mais ma soeur l'avait entendu pleurer. Elle était tiraillée entre mon père, la colère qu'elle ressentait envers moi pour être parti, et son envie de me voir une dernière fois. Amélia continuait de lui en parler, espérant la faire changer d'avis avant qu'il ne soit trop tard. Pour ce qui était de nos trois autres soeurs, c'était à peu près la même réaction que mon père. Elles ne voulaient pas entendre parler de moi et je pouvais bien mourir qu'elles s'en foutaient.

On parlait un moment, de tout puis finalement d'Elias. Je ne pouvais m'empêcher de sourire en lui racontant à quel point je l'aimais et étais heureux avec lui.

- C'est en parti pour ça que je t'ai appelé. J'ai besoin de ton aide. J'aimerais profiter du temps qu'il me reste avec lui. Pour juste un soir, j'aimerais ne pas être un poids pour lui mais qu'on puisse passer une vraie soirée romantique ensemble, comme n'importe quel couple.

Je voulais juste ne plus être un malade pour une soirée. Depuis ma désastreuse tentative pour faire des pancakes, je savais que je n'étais plus capable de faire quelque chose de décent moi même. Elle accepta et j'en fus soulagé. Je lui donnais quelques consignes avant que finalement elle parte faire les courses pour moi.

Quand elle rentra, on se mit au travail. Enfin elle travailla à créer une ambiance romantique dans l'appartement avec bougies et pétales de roses en tout genre, et moi je restais dans le canapé à lui donner des conseils. Finalement je fus plutôt fier du résultat. L'ambiance était vraiment magnifique. Amélia s'était vraiment surpassé. Elle me laissa, se dépêchant de rentrer avant qu'Elias ne rentre. Je restais sur mon canapé, attendant son retour et stressant un peu à l'idée que ça ne lui plaise pas.

Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
ALLES
Féminin MESSAGES : 1711
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 21
RÉGION : Bourgogne
CRÉDITS : giphy

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je ne suis pas fermée à tester d'autres choses.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2044-mm-celui-qui-voulait-etre-pere-sans-reponse
vanellope



Elias O'Connor
J'ai 22 ans et je vis à Los Angeles, Etats Unis. Dans la vie, je suis serveur à mi-temps au starbuck, en attente de reprendre mes études et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple et je le vis plutôt bien même si mon copain est mourant.

Elias est quelqu'un d'assez coincé. Il a toujours été très porté sur ses études, notamment pour rendre ses parents fiers. Depuis que son père est à l'hôpital, cancer en phase terminale, il redouble d'efforts pour le rendre heureux, quitte à s'oublier. Elias a dû arrêté l'école pendant un an pour être auprès de lui aussi souvent que possible mais il entrera en master de psychologie l'année prochaine. Enfin... Il pensait qu'il allait le faire, mais depuis qu'il a rencontré Jaime il est perdu, il ne sait plus quoi faire. Il n'est pas heureux en étudiant. Il pensait, mais il ne l'est pas. Les livres étaient juste un moyen de penser à autre chose, de faire le vide. D'ailleurs, même s'il n'est plus en cours, il a continué à étudier pour ne plus prendre de retard.
Au contact de Jaime il commence à se lâcher un peu plus mais il ne sait pas que ce dernier est malade, comme son père.
Elias n'est pas gay. En fait il n'est pas grand-chose. Il a déjà essayé les filles mais il s'est dit que ce n'était peut-être pas le moment pour lui car ça ne lui avait pas forcément plu. Encore une fois, Jaime lui met la tête à l'envers... Et il commence à s'interroger. Sacré Jaime hein.


Tim Borrmann © LipsLikeAMorphine


Elias n’avait pas voulu empirer la situation. Il n’avait pas voulu faire culpabiliser Jaime. Il n’avait pas non plus eu la force d’essayer de le convaincre parce que merde, on ne devrait pas avoir à convaincre l’homme de sa vie de nous épouser. Il avait préféré ne rien dire et accepter simplement, de toute façon il n’avait pas tellement le choix. Il s’était déjà planté en appelant ses sœurs alors le forcer à se marier, non merci. Et il n’en avait de toute façon pas eu la force. L’ambiance entre eux avait changé les jours suivants. Ils rigolaient toujours, parlaient bien, se câlinaient gentiment. Mais chacun savait que le compteur tournait et personne ne disait rien.
Elias prenait énormément sur lui. Il n’avait pas la vocation d’aide à domicile mais pourtant il aidait Jaime pour énormément de trucs. Ca n’était pas une vraie corvée, c’était même un plaisir pour lui de se rendre utile mais il se sentait vraiment fatigué par tout ça. Autant moralement que physiquement. D’autant qu’avec la reprise du boulot, il lui arrivait d’être vraiment mort le soir en rentrant. Ce n’était qu’un emploi à mi-temps, il ne faisait que de servir du café mais le tout était épuisant.
Pour autant, il n’avait pas hâte de se reposer. Car quand il serait apte à se reposer, ça voudrait dire que Jaime ne serait plus là. Alors il adorait cet état de fatigue. Il espérait le faire durer le plus longtemps possible. Mais les jours passaient…

Comme tous les soirs il avait hâte de rentrer. Enfin, hâte et peur à la fois. Et s’il était arrivé quelque chose ? Il avait toujours peur d’ouvrir la porte et de n’entendre que le silence de la mort. Quand il poussa la porte ce soir-là, l’ambiance lui parut toute particulière. Ca sentait divinement bon, et il y avait quelque chose de nouveau. Peut-être Sparky qui venait lui dire bonjour avec un pétale de rose dans la gueule. Elias fronça les sourcils et suivit le chemin tout tracé pour trouver Jaime sur le canapé. Il regarda la pièce, les bougies, et sourit bêtement. Jaime n’avait pas pu faire ça tout seul mais ça lui importait peu : l’intention était tellement belle qu’il ne sut quoi dire. Il s’approcha et s’assit près de lui pour l’embrasser avec amour. « Waw Jaime c’est vraiment beau tout ça… J’suis content. C’est ta sœur qui t’a aidé ? » Si c’était le cas alors il serait encore plus content. Il aurait réussi à les rapprocher un peu malgré les souhaits de Jaime. Il posa un instant sa tête contre lui et profita de l’ambiance romantique. « C’est en quel honneur tout ça ? On fête quelque chose ? »

Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Game Over
MESSAGES : 295
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur
Flash



Jaime
Hoslt

J'ai 25 ans et je vis à Los Angeles, Etats Unis. Dans la vie, je suis vendeur dans un magasin de jeux vidéos et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple et je le vis plutôt bien même si je culpabilise.

Jaime quitte la maison à la fin du lycée après avoir annoncé à son père qu'il était gay et rêvait de devenir patineur. Il part vivre à Chicago avec sa grand mère, la seule avec l'une de ses soeurs à l'avoir toujours soutenu. Après une brillante carrière et une médaille de bronze aux JO, il est obligé de s'arrêter quand on lui découvre une maladie cardiaque. D'un naturel plutôt enjoué, il ne se laisse pas abattre par la maladie. Il a pris le parti de profiter un maximum de la vie avant de mourir.


harvey newton haydon © Ilyria

J'attendais avec impatience qu'il arrive. Au bout de ce qui me sembla être une éternité, il passa la porte. Je le regardais alors que son regard se portait sur la pièce. Je le voyais s'illuminer et j'étais content de mon petit effet. Surtout que Sparky avait piqué des pétales de roses et que cette scène était encore plus adorable. Je l'avais pris en photo en attendant, j'étais obligé ce chien était trop chou comme ça.

Je souris largement alors qu'il venait me rejoindre pour m'embrasser. Je me laissais transporter par ce baiser, tellement plein d'amour.

« Waw Jaime c’est vraiment beau tout ça… J’suis content. C’est ta sœur qui t’a aidé ? »

Ouais bon grillé. J'avais même pas pu faire croire deux minutes que c'était moi qui avait fait tout ça. C'était pas crédible en même temps. J'étais à peine capable de m'occuper de moi alors préparer tout ça, c'était sur que je ne pouvais pas.

« C’est en quel honneur tout ça ? On fête quelque chose ? »

Je voyais pas ce qu'on pourrait fêter dans l'état actuel des choses. J'étais entrain de mourir et il n'y avait rien de joyeux dans toute cette histoire. Mais je préférais ne pas y penser. Je m'étais interdit de penser à tout ça pour tout le reste de la soirée. Ce n'était pas le but de tout ça.

- Non on ne fête rien c'est juste que... Toi et moi on a eu un parcours plutôt atypique. On a commencé par être ami. Puis on a sauté directement à l'étape du lit, étape vraiment merveilleuse crois moi. Et de là on s'est séparé avant de se mettre finalement ensemble et de vivre ensemble. On a fait tout le désordre et du coup on a jamais eu de premier rendez vous alors... voilà.

Je lui souris avant de me lever et de l'entrainer vers la table. Je le laissais s'asseoir et allais ouvrir la porte du frigo.

- Bon par contre je te préviens c'est pas de la grande cuisine. C'est bien Amélia qui m'a aidé à tout préparer. Je lui ai demandé de me prendre des sushis, comme ça ils pouvaient rester au frai en attendant que tu rentres.

Je pris le plateau et allais le poser sur la table avant de nous servir. Elle m'avait pris de quoi boire aussi mais sans alcool, je ne voulais pas me rajouter une cuite par dessus tout le reste.

- Alors dis moi... c'est mon premier rendez vous alors je ne sais pas ce qu'on est sensé faire.



Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
ALLES
Féminin MESSAGES : 1711
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 21
RÉGION : Bourgogne
CRÉDITS : giphy

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je ne suis pas fermée à tester d'autres choses.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2044-mm-celui-qui-voulait-etre-pere-sans-reponse
vanellope



Elias O'Connor
J'ai 22 ans et je vis à Los Angeles, Etats Unis. Dans la vie, je suis serveur à mi-temps au starbuck, en attente de reprendre mes études et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple et je le vis plutôt bien même si mon copain est mourant.

Elias est quelqu'un d'assez coincé. Il a toujours été très porté sur ses études, notamment pour rendre ses parents fiers. Depuis que son père est à l'hôpital, cancer en phase terminale, il redouble d'efforts pour le rendre heureux, quitte à s'oublier. Elias a dû arrêté l'école pendant un an pour être auprès de lui aussi souvent que possible mais il entrera en master de psychologie l'année prochaine. Enfin... Il pensait qu'il allait le faire, mais depuis qu'il a rencontré Jaime il est perdu, il ne sait plus quoi faire. Il n'est pas heureux en étudiant. Il pensait, mais il ne l'est pas. Les livres étaient juste un moyen de penser à autre chose, de faire le vide. D'ailleurs, même s'il n'est plus en cours, il a continué à étudier pour ne plus prendre de retard.
Au contact de Jaime il commence à se lâcher un peu plus mais il ne sait pas que ce dernier est malade, comme son père.
Elias n'est pas gay. En fait il n'est pas grand-chose. Il a déjà essayé les filles mais il s'est dit que ce n'était peut-être pas le moment pour lui car ça ne lui avait pas forcément plu. Encore une fois, Jaime lui met la tête à l'envers... Et il commence à s'interroger. Sacré Jaime hein.


Tim Borrmann © LipsLikeAMorphine


Un premier rendez-vous. C’était tellement mignon ! Elias ne s’était absolument pas attendu à une telle surprise, surtout après le coup qu’il avait fait à Jaime. A savoir appeler toute sa famille qu’il ne voulait absolument pas tenir informée de sa maladie… Mais le garçon n’avait pas réussi à lui en vouloir longtemps. De toute façon leur couple marchait comme ça. Il leur restait tellement peu de temps à vivre ensemble qu’ils ne perdaient jamais trop de temps à se fâcher. Et c’était totalement compréhensible au fond. « C’est une merveilleuse idée. » dit Elias dont le sourire s’agrandit. Il aimait cette idée d’avoir un rencard. A défaut d’avoir un mariage… A cette pensée, son sourire se fana quelques secondes. Non, il n’avait pas bataillé pour obtenir gain de cause. Il n’avait pas voulu forcer l’homme de sa vie à l’épouser. D’un côté il comprenait le point de vue de Jaime mais de l’autre… C’était dommage. Qu’est-ce qu’il s’en foutait d’être veuf, lui. Il voulait juste tout faire avec lui avant qu’il ne disparaisse. Mais ce n’était pas le moment d’y penser et de s’embrumer l’esprit avec ce genre de pensées. Il suivit donc Jaime jusqu’à la table en observant un peu tout autour d’eux. Il ne reconnaissait presque plus l’appartement ! Amélia avait vraiment bossé dur et il penserait à la remercier quand il la croiserait. « On pourrait manger des céréales que ça me serait égal… J’suis beaucoup trop touché par tout ça Jaime. » Tellement touché qu’il avait envie de chialer. Ca, c’était la fatigue. Elias était crevé. Certainement moins que Jaime, mais il morflait quand même. Il regarda son petit-ami faire, se retenant d’aller l’aider. Jaime était quelqu’un d’assez indépendant depuis toujours et Elias savait qu’il souffrait d’être un assisté. Alors le plus souvent, Elias attendait que Jaime demande son aide pour le laisser faire ce qu’il pouvait faire tout seul – comme apporter les sushis. C’était important.

La question de Jaime le fit rire. Ce qu’on faisait pendant un rencard. Il n’en avait pas la moindre idée lui non plus… Avant de rencontrer Jaime, Elias était un petit rat de bibliothèque, toujours penché sur ses bouquins. Alors il n’avait pas connu beaucoup de filles et n’avait surtout jamais eu de date avec un homme. C’était son tout premier et il était content que ce soit avec lui. « J’en sais trop rien… On doit se draguer je crois ? Je sais pas trop faire ça… Mais dans les films ils se font souvent du pied au restaurant. » Ils n’étaient pas au restaurant mais c’était tout comme. Il hésita un peu puis, en plongeant son regard dans celui de Jaime, passa son pied sous la table pour caresser celui de son amoureux. C’était drôle en fait. Ca lui faisait comme des petits papillons dans le ventre. Il sourit puis attrapa les baguettes sur la table. « Je sais pas manger avec ça tu me montres ? »

Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Game Over
MESSAGES : 295
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur
Flash



Jaime
Hoslt

J'ai 25 ans et je vis à Los Angeles, Etats Unis. Dans la vie, je suis vendeur dans un magasin de jeux vidéos et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple et je le vis plutôt bien même si je culpabilise.

Jaime quitte la maison à la fin du lycée après avoir annoncé à son père qu'il était gay et rêvait de devenir patineur. Il part vivre à Chicago avec sa grand mère, la seule avec l'une de ses soeurs à l'avoir toujours soutenu. Après une brillante carrière et une médaille de bronze aux JO, il est obligé de s'arrêter quand on lui découvre une maladie cardiaque. D'un naturel plutôt enjoué, il ne se laisse pas abattre par la maladie. Il a pris le parti de profiter un maximum de la vie avant de mourir.


harvey newton haydon © Ilyria

J'étais rassuré de le voir jouer le jeu et surtout de le voir sourire de mon idée. J'avais peur que ce ne soit une idée débile ou qu'il m'en veuille encore trop d'avoir refusé son idée de mariage. Je lui avais mis un vent magistrale, ça ne pouvait pas se rattraper avec un simple diner en amoureux. Pourtant il jouait le jeu, s'enthousiasmant pour mon idée à la con et c'était parfait. Je voulais juste me changer les idées, passer une soirée en amoureux comme n'importe quel couple normal. Je ne voulais plus penser à tout ce qu'il y avait de pourri en ce moment dans notre vie.

Alors je m'installais et commençais à nous servir les sushis.

« On pourrait manger des céréales que ça me serait égal… J’suis beaucoup trop touché par tout ça Jaime. »

Je rougis en l'entendant. J'avais de mon mieux pour faire quelque chose de bien. J'étais soulagé de voir que j'avais visé juste. Je pouvais au moins lui offrir ça avant de partir, une petite soirée agréable dont il pourrait se souvenir en souriant. Et je préférais qu'il se souvienne de moments comme ça que de moi agonisant. Ce n'était pas un mariage mais j'espérais qu'il arrive à se souvenir de ce moment en souriant dans le futur.

« J’en sais trop rien… On doit se draguer je crois ? Je sais pas trop faire ça… Mais dans les films ils se font souvent du pied au restaurant. »

Je souris en l'entendant parler. Puis je sentis son pied venir remonter sur ma jambe, faisant naitre des frissons de plaisir en moi. Je ne sais pas si tout le monde faisait ça dans les rencards mais c'était vrai que là c'était plutôt agréable. Je voulais bien faire ça tous les soirs en fin de compte.

« Je sais pas manger avec ça tu me montres ? »

Je roulais des yeux en soupirant.

- Heureusement que je suis arrivé dans ta vie mon Elias. Quand je pense que tu passais ton temps dans tes bouquins, que tu ne savais pas jouer aux jeux vidéos ou patiner, ni même manger avec des baguettes. Il était temps que je fasse ton éducation.

Je pris les baguettes et lui montrais comment les tenir pour attraper les sushis et les manger. On passait plusieurs minutes à rire de ses tentatives qui échouaient pour la plupart. Ca faisait tellement de bien de le retrouver comme ça, comme dans les premiers temps où on faisait des sorties ensemble.

- Donc je dois te draguer... je te préviens je suis nul à ça. Je n'ai jamais dragué personne de ma vie.

J'étais pas très doué pour tout ça je devais le reconnaitre, mais je voulais faire des efforts ce soir pour lui, pour qu'on passe une soirée inoubliable.

- Mais allez je me lance!

Je me redressais, prenant un air sérieux, éclaircissant ma gorge avant de parler.

- Je te trouve magnifique ce soir Elias.

Je passais doucement ma main sur sa cuisse pour la caresser avant de me pencher pour l'embrasser tendrement. Je crois que ça se faisait pas vraiment à un premier rendez vous d'embrasser directement la personne mais tant pis, j'en avais trop envie.


Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
 
 
Le début de la fin ft. ALLES
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» l' UIMM über alles!!
» Les Etrusques
» « Du bist alles was ich bin » - Morgan [HOT]
» ALLES || avatars.
» ALLES GALLERY

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: