Partagez | 
 
 
 

 Le début de la fin ft. ALLES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
 
avatar
ALLES
Féminin MESSAGES : 1638
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 21
RÉGION : Bourgogne
CRÉDITS : giphy

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je ne suis pas fermée à tester d'autres choses.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2044-mm-celui-qui-voulait-etre-pere-sans-reponse
vanellope



Elias O'Connor
J'ai 22 ans et je vis à Los Angeles, Etats Unis. Dans la vie, je suis serveur à mi-temps au starbuck, en attente de reprendre mes études et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple et je le vis plutôt bien même si mon copain est mourant.

Elias est quelqu'un d'assez coincé. Il a toujours été très porté sur ses études, notamment pour rendre ses parents fiers. Depuis que son père est à l'hôpital, cancer en phase terminale, il redouble d'efforts pour le rendre heureux, quitte à s'oublier. Elias a dû arrêté l'école pendant un an pour être auprès de lui aussi souvent que possible mais il entrera en master de psychologie l'année prochaine. Enfin... Il pensait qu'il allait le faire, mais depuis qu'il a rencontré Jaime il est perdu, il ne sait plus quoi faire. Il n'est pas heureux en étudiant. Il pensait, mais il ne l'est pas. Les livres étaient juste un moyen de penser à autre chose, de faire le vide. D'ailleurs, même s'il n'est plus en cours, il a continué à étudier pour ne plus prendre de retard.
Au contact de Jaime il commence à se lâcher un peu plus mais il ne sait pas que ce dernier est malade, comme son père.
Elias n'est pas gay. En fait il n'est pas grand-chose. Il a déjà essayé les filles mais il s'est dit que ce n'était peut-être pas le moment pour lui car ça ne lui avait pas forcément plu. Encore une fois, Jaime lui met la tête à l'envers... Et il commence à s'interroger. Sacré Jaime hein.


Tim Borrmann © LipsLikeAMorphine


Tout se passait pour le mieux avec Jaime. Une certaine menace flottait au-dessus de leurs têtes, pourtant, ils faisaient semblant de ne pas la voir. Ils profitaient de chaque minute, de chaque seconde ensemble. Enfin… Ils profitaient. Comme ils pouvaient. Alors bien sûr ils ne pouvaient pas tellement sortir au cinéma, à la patinoire ou même au restaurant. Ils ne pouvaient pas non plus laisser leurs corps parler et s’aimer. Mais Elias s’en fichait. Il s’était passé de sexe une majorité de sa vie alors ça ne le dérangeait pas. Le plus important c’était la tendresse, les gestes doux, les câlins. Pour le reste… Peut-être quand Jaime irait mieux. Parce que oui, Elias espérait encore qu’il y ait un mieux. Il ne devrait sûrement pas…
Aujourd’hui Elias allait enfin reprendre le travail. Enfin… Ca n’était pas exactement le bon mot car il n’avait vraiment pas envie de laisser Jaime tout seul. Mais ils avaient besoin d’argent et il ne pouvait pas se permettre d’en rater plus. Au moins, il n’avait qu’un temps partiel ce qui lui permettrait de passer encore beaucoup de temps avec Jaime.

Il ne travaillait qu’à treize heures alors ce matin c’était grasse matinée. Elias était réellement fatigué. Certainement une fatigue mentale mais il n’arrivait pas à réellement se reposer. La nuit, parfois, souvent même, il veillait sur Jaime. Il pouvait passer des heures à le regarder dormir… Et le matin, quand il se réveillait, Elias n’osait pas lui dire qu’il n’avait que peu dormi. Parce qu’il ne voulait pas perdre de temps et qu’il refusait par conséquent de dormir quand Jaime était réveillé.
Peut-être que c’était bête. Mais il voulait graver le visage de Jaime dans sa mémoire. Les sourires, les rires, tout. Parce que bientôt, il ne serait plus là.

Comme il travaillait aujourd’hui, il n’avait pas trop tardé la veille. Ce matin, il n’entendit même pas Jaime se lever. Jusqu’à ce grand fracas qui le réveilla en sursaut. « Jaime ?! » cria-t-il en voyant qu’il n’était plus dans le lit. Aucune réponse. Mauvais pressentiment… Il se releva en vitesse et quitta la chambre pour partir à sa recherche. Il retrouva Jaime dans la cuisine, par terre. Ne pas paniquer. Jaime l’avait prévenu, il avait dit que ça pourrait arriver. « Bordel Jaime… » Il se mit à son niveau et l’aida à se redresser. Toujours aucune réponse. Alors il le prit dans ses bras pour aller l’allonger sur le canapé le temps d’appeler les secours. Parce que oui, il n’allait clairement pas laisser faire même si Jaime risquait de gueuler un peu.

Il était en train de composer le numéro quand Jaime reprit conscience. Il laissa tomber son téléphone quelques secondes pour se mettre à son chevet, inquiet. « Hey chaton… Est-ce que ça va ? »

Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
avatar
Game Over
MESSAGES : 241
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur
Flash



Jaime
Hoslt

J'ai 25 ans et je vis à Los Angeles, Etats Unis. Dans la vie, je suis vendeur dans un magasin de jeux vidéos et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple et je le vis plutôt bien même si je culpabilise.

Jaime quitte la maison à la fin du lycée après avoir annoncé à son père qu'il était gay et rêvait de devenir patineur. Il part vivre à Chicago avec sa grand mère, la seule avec l'une de ses soeurs à l'avoir toujours soutenu. Après une brillante carrière et une médaille de bronze aux JO, il est obligé de s'arrêter quand on lui découvre une maladie cardiaque. D'un naturel plutôt enjoué, il ne se laisse pas abattre par la maladie. Il a pris le parti de profiter un maximum de la vie avant de mourir.


harvey newton haydon © Ilyria

Je reprenais conscience sur le canapé, me relevant en grimaçant. J'allais surement avoir un bleu sur les fesses après la chute que j'avais fait. Mes souvenirs se remettaient doucement en place. J'eus à peine le temps de réagir qu'Elias se jetait déjà sur moi mort d'inquiétude.

« Hey chaton… Est-ce que ça va ? »

Je soupirais en le voyant faire. Brillant résultat que voilà. J'étais parti pour lui faire une surprise, qu'il se réveille avec l'odeur des pancakes dans la maison. Au final il s'était réveillé au son de ma chute et il était mort d'inquiétude. La cuisine était retapissé de la pâte et j'en avais aussi pas mal sur moi. Je me sentais mal, plus déprimé que jamais. J'avais l'impression d'être un bon à rien. Je n'étais même pas capable de faire une misérable petite surprise à l'homme que j'aimais. Je ne servais à rien. Il aurait mieux valu que je meurs sur mon lit d'hôpital sans qu'il me voit, il n'aurait pas eu à encaisser tout ça.

Je repoussais doucement sa main en soupirant.

- C'est bon je vais bien. J'ai juste fait un petit malaise.

Des malaises comme ça j'allais surement en faire de plus en plus. Mon coeur s'épuisait de jours en jours. Il n'était plus capable de fonctionner correctement pour les actes les plus simples. Et ça ne ferait qu'empirer... viendrait un jour où je n'aurais plus la force de me laver seul et où il devra m'aider. Je craignais ce jour. Celui là et tous les autres qui suivraient... celui où je ne serais plus capable d'aller pisser seul, où je ne pourrais plus sortir de mon lit...

Je secouais la tête pour chasser les larmes qui menaçaient de me submerger. Je n'en pouvais plus. J'en avais marre de lui faire subir tout ça sous prétexte qu'il m'aimait.

Je rouvrais les yeux que j'avais fermé sans me rendre compte pour voir qu'il était entrain de passer un coup de fil. Je n'avais que peu de doutes sur l'interlocuteur au bout du fil.

- Elias raccroche s'il te plait...

Ma voix n'était guère plus qu'un murmure. Je n'avais même pas la force de parler pour le moment. J'avais encore le souffle court. Je ne sais pas s'il ne m'avait pas entendu ou s'il faisait exprès de ne pas m'entendre. En tout cas il ne raccrocha pas et commença à parler au téléphone avec un urgentiste.

Je fermais les yeux et soupirais avant de parler plus fort.

- Putain Elias raccroche ce téléphone. Je ne veux pas aller là bas et je n'irais pas. Alors raccroche toute de suite et fais pas chier!!!

J'avais presque crié sur la fin, autant que j'étais capable de crier dans mon état actuel. Je baissais le visage, ne parvenant pas cette fois à retenir les larmes qui venaient couler de mes paupières closes.

- Je t'en supplie Elias... m'oblige pas à retourner là bas...

Je ne savais même pas s'il avait raccroché ou non. J'étais juste entrain de pleurer, fatigué de cette vie qui était entrain de m'abandonner.

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Le début de la fin ft. ALLES
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» l' UIMM über alles!!
» Les Etrusques
» « Du bist alles was ich bin » - Morgan [HOT]
» ALLES || avatars.
» ALLES GALLERY

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: