Partagez
 
 
 

 quand la science et l’amour font paire. (ALLES)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
art3mis
art3mis
Féminin MESSAGES : 78
INSCRIPTION : 10/06/2018
ÂGE : 17
RÉGION : île de france
CRÉDITS : miscellaneous (av)

UNIVERS FÉTICHE : en général, réel, après, j’ai rien contre une touche de magie
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Tortue

quand la science et l’amour font paire. (ALLES) Empty

Le contexte du RP
Mise en situation

La situation

Des couples d'hommes et femmes célibataires de 25 à 45 ans se sont portés volontaires pour une étude qui tend à prouver, tests à l'appui, la compatibilité à long terme de certains d'entre-eux. Dans ce 3e épisode, nous assisterons à la cérémonie de mariage d'un nouveau couple. Car c’est ce jour-là, et non avant, qu'ils se rencontreront devant le maire et leurs familles qui elles-aussi feront leur connaissance mutuelle

Contexte provenant de cette recherche


❝#fangirl❞
   
   (c)Allison
Revenir en haut Aller en bas
 
art3mis
art3mis
Féminin MESSAGES : 78
INSCRIPTION : 10/06/2018
ÂGE : 17
RÉGION : île de france
CRÉDITS : miscellaneous (av)

UNIVERS FÉTICHE : en général, réel, après, j’ai rien contre une touche de magie
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Tortue

quand la science et l’amour font paire. (ALLES) Empty


Adam Meunier
J'ai 29 ans et je vis à Toulouse, France. Dans la vie, je suis professeur de français dans les lycées et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma chance, je suis en train de me marier et je le vis plutôt bien.

Fils ainé d’une famille de quatre, Adam a une petite sœur beaucoup plus insouciante que lui de cinq ans sa cadette. Il est devenu professeur de français après avoir fait une fac de lettres moderne. Trois qu’il n’a pas eu de véritable relation, son inscription s’est faite sur un coup de tête, convaincu que ça ne pouvait pas fonctionner avec lui. Il vit tranquillement dans un petit appartement à Toulouse avec son chien, Spoke.


thomas brodie sangster

lempika

Je ne savais vraiment pas ce qui m’avait poussé à faire ça. Peut être le manque d’action dans ma petite vie tranquille, cette soudaine envie d’adrénaline. Ouais, c’était ça qui m’avait poussé, un beau matin, a envoyé ma candidature à l’émission « Mariés au prmie regard ». Beaucoup de gens trouveraient ça stupide, inconscient et en temps normal, je les aurais sûrement écouté. Mais pas là. Parce qu’il y avait aussi un grand pourcentage pour que cette histoire d’études, de compatibilité ne fonctionne pas. J’étais malchanceux, je m’étais fait une raison. Et pourtant, j’étais en train de resserrer une dernière fois ma cravate tout en regardant si mes cheveux tenaient en place dans le miroir.

C’était le grand jour. Les résultats avaient été là. Je ne vous raconte même pas la tête de mes parents lorsque je leur ai annoncé que j’allais me marier avec un parfait inconnu. Mon père a frôlé la crise cardiaque, ma mère m’a menacé de me renier et ma sœur... a une sa réaction de sœur. Alice était ma première fan et en toute bonne première fan, elle approuvait totalement le risque que je venais de prendre. Il restait à savoir si j’allais dire oui. Parce que pour le coup, les critères de sélection seraient pûrement physique. Et si, lui, me disait non ? Et si j’étais pas assez à son gout ou je ne savais pas ? En général, je ne prenais pas de risques. Il parait que ça me faisait défaut. J’étais le genre à préférer squatter le canapé au lieu de sortir et quand je sortais, je restais dans mon coin avec mon verre à discuter avec mes amis qui se sentaient obligé de me faire la conversation. Le seul endroit où j’allais volontiers était le cinéma. Même le sport c’était pas mon truc. J’étais le cliché du prof de français un peu coincé. Pourtant, j’étais déterminé et affirmé.

J’étais convaincu d’avoir fait le bon choix. Convaincu que désobéir aux règles que je m’étais fixé était une bonne chose. J’étais le premier sur les lieux de la réception, le premier à arriver devant l’adjoint au maire. Je tripotais nerveusement les boutons de ma manche tandis que ma sœur me regardait, tout sourire. Et même si ça devait être le bon choix, des milliers de questions défilaient dans ma tête. Parce que je voulais y croire, même un peu, mais si c’était qu'une immense mascarade ? J’ai pas eu le temps de réfléchir plus, il est entré. Mon souffle s’est coupé. Je n’ai pu respirer normalement que mes yeux se sont détachés de lui.


❝#fangirl❞
   
   (c)Allison
Revenir en haut Aller en bas
 
ALLES
ALLES
Féminin MESSAGES : 2248
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 22
RÉGION : Bourgogne
CRÉDITS : giphy

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je ne suis pas fermée à tester d'autres choses.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://www.letempsdunrp.com/t2044-mm-celui-qui-voulait-etre-pere-sans-reponse
vanellope

quand la science et l’amour font paire. (ALLES) Empty


Arthur Gallois
J'ai 30 ans et je vis à Toulouse, France. Dans la vie, je suis photographe professionnel et je m'en sors bien selon les mois. Sinon, grâce à ma chance, je suis en train de me marier et je le vis plutôt bien.

Arthur est un passionné de photos. Ses parents ont longtemps cru que ce n'était pas un vrai métier mais Arthur, très déterminé, a tenu à leur prouver le contraire. Il a beaucoup de contrats que ce soit pour immortaliser des événements, des mariages, ou pour des photoshoot plus privés. Il lui arrive parfois de combiner ses deux passions, le voyage et la photo, en proposant à des chaînes d'hôtel de photographier leurs petits coins de paradis.
C'est quelqu'un de très ouvert, assez festif, à l'aise avec les gens.


sam claflin ©️ kozmic blues.


L’expérience de sa vie. La chose la plus folle qu’il n’ait jamais faite. Et des choses folles, Arthur en avait faites oui. Il était du genre casse-cou, à tout oser, tout tenter. A vivre sa vie afin de n’avoir aucun regret. Il avait vécu des choses extraordinaires, des voyages qui l’avaient marqué à vie, et aujourd’hui, il allait rencontrer l’amour. Il ne savait pas si toute cette émission était fiable. Si elle n’était qu’une mascarade ou si les gens étaient sincères. Lui, il le serait. Quand on lui avait annoncé qu’ils avaient trouvé quelqu’un de compatible, Arthur avait eu du mal à y croire. Et ses parents, aussi… Ils avaient été sous le choc quelques bonnes minutes avant de se faire à l’idée. C’était avec son père qu’il avait choisi son costume, ce dernier plus que ravi de pouvoir enfin participer à ce moment. Son grand fils allait enfin se caser. Il avait longtemps profité de son célibat, il s’était bien amusé. Mais Arthur savait qu’il lui manquait quelque chose, et c’était peut-être ce type-là. Qu’est-ce qu’était un homme compatible avec lui ? Quelqu’un d’assez ouvert au monde, sociable, qui ne rechignait pas à l’idée de tenter de nouvelles expériences, de prendre des risques. Et s’il avait accepté cette émission, c’était bien son cas ! C’était aussi quelqu’un de sportif dans l’idéal car Arthur l’était plutôt pas mal. Quelqu’un de jovial, avec qu’il pourrait tout partager. Qui aimait les animaux, mais de loin, car lui il était allergique aux chiens. Les chats, ça passait !

Au fond, la compatibilité, pourquoi pas. Mais il ne cherchait pas non plus un clone. L’amour se trouvait parfois dans les différences alors il avait simplement hâte de voir ce qu’il partagerait avec ce garçon et ce qui l’en éloignerait. Arthur n’était pas spécialement superficiel mais il avait tout de même peur que cet homme ne lui plaise pas. Il ne fallait pas se mentir, le physique restait très important dans un couple. Et il avait également peur de ne pas plaire.
Il n’avait jamais autant hésité à prendre un risque. Presque tétanisé par la peur. Un mariage, merde. Ce n’était pas n’importe quoi. Mais il avait fini par monter dans cette foutue voiture en direction de l’église. « Je meurs de chaud… » dit-il en soupirant. Pourtant le temps était doux dehors, ce n’était rien d’autre que du stress.

La voiture s’arrêta. Pour faire monter la pression de l’autre jeune homme, son père entra en premier dans la salle. Il salua d’ailleurs le futur marié, le jaugeant un peu, se demandant s’il allait plaire à son fils. Puis ce fut au tour d’Arthur. Il se stoppa près de la porte alors que ses yeux se posaient sur l’autre garçon. Même de loin il pouvait voir qu’il était autant stressé que lui. Il s’avança finalement, ne manquant pas de saluer sa peut-être future belle-famille pour être poli. Finalement il s’arrêta à côté du blond et eut un petit sourire nerveux. « Salut… Tu… Tu es très beau. Moi c’est Arthur. » Il sentait que le compliment était nécessaire – et sincère de toute façon. Ce n’était peut-être pas son style d’homme à proprement parlé mais il était très mignon. Beaucoup de charme. Et ça le rassurait déjà un peu.

Revenir en haut Aller en bas
 
art3mis
art3mis
Féminin MESSAGES : 78
INSCRIPTION : 10/06/2018
ÂGE : 17
RÉGION : île de france
CRÉDITS : miscellaneous (av)

UNIVERS FÉTICHE : en général, réel, après, j’ai rien contre une touche de magie
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Tortue

quand la science et l’amour font paire. (ALLES) Empty


Adam Meunier
J'ai 29 ans et je vis à Toulouse, France. Dans la vie, je suis professeur de français dans les lycées et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma chance, je suis en train de me marier et je le vis plutôt bien.

Fils ainé d’une famille de quatre, Adam a une petite sœur beaucoup plus insouciante que lui de cinq ans sa cadette. Il est devenu professeur de français après avoir fait une fac de lettres moderne. Trois qu’il n’a pas eu de véritable relation, son inscription s’est faite sur un coup de tête, convaincu que ça ne pouvait pas fonctionner avec lui. Il vit tranquillement dans un petit appartement à Toulouse avec son chien, Spoke.


thomas brodie sangster

lempika
J’étais mort de peur. Je crois que je n’avais jamais eu aussi peur de ma vie. Mon cœur battait la chamade. À croire que s’il continuait comme ça, on le verrait sortir de ma poitrine, s’animer et sortir en courant du batîment. J’avais incroyablement chaud dans mon costume, je me demandais si j’arrivais à respirer ou si ce n’était qu’une illusion. J’avais au moins la chance d’avoir une famille qui me soutenait, malgré avoir frôlé la perte de connaissance, je savais qu’ils étaient assis au premier rang, je savais qu’ils seraient là pour me ramasser et me recoller si ça ne fonctionnait pas. Ils avaient été là pour m’aider à me préparer, à me faire à l’incroyable idée que j’allais pouvoir me marier avec un parfait inconnu. Il fallait juste que j’inspire, que j’expire pour me calmer. « Tout ira bien » devenait mon nouveau mantra, avant « Ne le claque pas ». Les adolescents pouvaient se montrer parfois incroyablement têtus.

Dans mon dos, la porte claqua une première fois. C’était pas le signal ? Je me suis tourné. Vu l’âge, ça devait être le père. Le père du futur marié. De mon futur mari. Mon stress revenait. Il me lança un sourire, un rapide signe de tête que je lui rendis. Ça allait déjà un peu mieux, je ressentais mon sang circuler. J’avais même l’impression que ma tête tournait un peu. Peut être que je me mettais trop la pression. J’avais tellement idéalisé la chose pendant des semaines que ça me montait sans doute un peu à la tête. Je n’avais jamais cru au prince charmant. Parce que c’était pas ça que j’attendais de l’homme qui devait partager ma vie. Je voulais juste quelqu’un avec qui je pouvais partager, communiquer, me sentir bien et que je pouvais simplement aimer. Et ça ne m’avait jamais semblé aussi compliqué. C’était pour ça que je m’étais inscris. Peut être que leur algorithme pouvait me trouver l’homme qui me correspondrait.

Il entra. Il me semblait aussi confiant que moi. Un timide sourire orna mes lèvres. Comment pouvait on réagir en découvrant son futur mari qu’on ne connaissait même pas ? Il s’avança alors dans l’allée, sous le regard des invités. Et sous mon regard, surtout. Il était beau, c’était la première chose qui m’était venu à l’esprit. Et c’est à peu près à cet instant que mon cerveau s’est mis sur pause pour redémarrer lorsqu’il vint se placer à côté de moi. Je te retourne le compliment. J’ai souris, d’une petite voix, timide au possible. Nerveux au possible. « Tout ira bien » ou du moins, ça irait mieux après ça. C’est après que je me suis rendu compte du compliment et que mes joues se mirent à rougir. Adam. Arthur. Arthur. Arthur. Je me suis répété son prénom en tête en souriant. Arthur. C’était un joli prénom. J’ai pas eu le temps de réfléchir plus que l’officier s’est approché. C’était le moment. On peut commencer ? J’ai hoché la tête, avec un sourire. Ça allait mieux. J’étais déjà un peu plus rassuré, même si ce n’était que le début.


❝#fangirl❞
   
   (c)Allison
Revenir en haut Aller en bas
 
ALLES
ALLES
Féminin MESSAGES : 2248
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 22
RÉGION : Bourgogne
CRÉDITS : giphy

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je ne suis pas fermée à tester d'autres choses.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://www.letempsdunrp.com/t2044-mm-celui-qui-voulait-etre-pere-sans-reponse
vanellope

quand la science et l’amour font paire. (ALLES) Empty


Arthur Gallois
J'ai 30 ans et je vis à Toulouse, France. Dans la vie, je suis photographe professionnel et je m'en sors bien selon les mois. Sinon, grâce à ma chance, je suis en train de me marier et je le vis plutôt bien.

Arthur est un passionné de photos. Ses parents ont longtemps cru que ce n'était pas un vrai métier mais Arthur, très déterminé, a tenu à leur prouver le contraire. Il a beaucoup de contrats que ce soit pour immortaliser des événements, des mariages, ou pour des photoshoot plus privés. Il lui arrive parfois de combiner ses deux passions, le voyage et la photo, en proposant à des chaînes d'hôtel de photographier leurs petits coins de paradis.
C'est quelqu'un de très ouvert, assez festif, à l'aise avec les gens.


sam claflin ©️ kozmic blues.


Il plaisait à Adam. C’était un bon début. A moins qu’il n’ait dit ça pour être poli ? Ce n’était pas le moment d’y penser. Arthur regarda une dernière fois dans la salle, cherchant l’appui de sa mère pour ce grand moment. Il savait qu’il allait dire oui. Il voulait aller au bout de cette expérience. Mais il ne savait pas si Adam en ferait de même et ce serait réellement la honte si ça n’était pas le cas. Enfin, le Maire commença son discours. Arthur tenta de rester attentif mais il était un peu trop nerveux pour y arriver. Ce n’était pas trop son genre, en général il était d’un naturel plutôt relax mais d’un autre côté on ne se mariait pas tous les jours. Avant de procéder aux consentements mutuels, il demanda si l’un ou l’autre des époux souhaitait s’exprimer. Arthur regarda Adam puis hocha la tête, se lançant le premier. Il se mit bien face à Adam et osa même prendre ses mains. Ses yeux s’encrèrent dans ceux du petit blond et il se mordit la lèvre. « Adam. Je sais que cette expérience peut paraître folle. Notamment parce que je n’ai découvert ton prénom et ton visage qu’il n’y a cinq minutes. Mais quand je te vois, je me dis que ça peut marcher. Qu’on peut s’entendre. En tant que mari, je te promets de prendre soin de toi, de t’aider, de te soutenir dans toutes tes démarches. On vivra où tu veux. Chez toi, chez moi. Chez nous. Peu importe. Sache que toute ma famille est prête à t’accueillir et que je ferai de mon mieux pour te rendre cette expérience un peu plus simple. » Il s’arrêta quelques secondes avant de se tourner légèrement vers la famille d’Adam. « Je vous promets de tout faire pour qu’il soit heureux. » Parce qu’au fond, qu’ils soient semblables ou différents, ou même totalement opposés, ils ne cherchaient qu’une chose tous les deux : l’amour. Le reste n’avait pas tellement d’importance.

Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


quand la science et l’amour font paire. (ALLES) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
quand la science et l’amour font paire. (ALLES)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mon amour viendra-t'il ?
» L amour vient toujours au moment ou on ne l attend pas (PV Coeur de Nuit)
» Ginella - Quand les mots manquent, les larmes font le reste
» GIFI un amour de caniche toy femelle de 10 ans (34)
» Que font les autorités haitiennes ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Europe-
Sauter vers: