Partagez
 
 
 

 On peut trouver la lumière, même dans les endroits les plus sombre - Mélicendre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 
cookie
cookie
Féminin MESSAGES : 205
INSCRIPTION : 12/03/2017
ÂGE : 25
RÉGION : Normandie
CRÉDITS : j'ai réalisé mon avatar moi-même

UNIVERS FÉTICHE : fantastique - city
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Flash

On peut trouver la lumière, même dans les endroits les plus sombre - Mélicendre Empty

Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
1997. Le monde des sorciers est en pleine guerre. Poudlard est au mains des mangemorts. Ginny Weasley fait son entrée en sixième année, la peur au ventre. Son frère, l'une de ses meilleures amies et son petit ami son parti pour une mission dont elle ne sait rien. Rien, mis à part qu'ils sont en danger, qu'ils n'ont pas voulu d'elle. Ginny n'est pas le genre de femme à attendre en se rongeant les sangs. Ginny est une femme d'action et être maintenue à l'écart la rend malade. Pourtant, elle risque d'avoir son lot de périls à affronter au sein du château, autrefois l'endroit le plus sûr du monde, désormais un lieu lugubre, pourri par la magie noire qui est entré dans les murs.

Personne n'ignore que Ginny et Harry étaient proches. Les mangemorts le savent. Rogue le sait. Alors que Ginny arrive à Poudlard, elle est convoquée dans le bureau du directeur et interrogée violemment par les Carrow. Ils ne la croient pas, sont persuadés qu'elle sait ou se cache ''L'Elu". Ils veulent lui faire boire du veritaserum mais, par chance ou non, les réserves sont épuisées. Il faudra un mois, pour en fabriquer une nouvelle fournée. Qu'importe. Ginny est envoyée dans l'un des anciens cachots de l'école. Elle y sera interrogée chaque jour. La pauvre âme chargée de la torturer pour obtenir sa coopération n'est autre que Drago Malefoy. Le garçon, rongé par la guerre, par l'horreur, terrifié par ce qu'on lui demande de faire, encore hanté par ses actes de l'année passée, n'est pas vraiment prêt à torturer qui que ce soit.

Nous sommes le 2 Septembre, il est 17 heures, cela fait 19 heures que Ginny est enfermée.

Contexte provenant de cette [url=LIEN]recherche[/url]
Revenir en haut Aller en bas
 
cookie
cookie
Féminin MESSAGES : 205
INSCRIPTION : 12/03/2017
ÂGE : 25
RÉGION : Normandie
CRÉDITS : j'ai réalisé mon avatar moi-même

UNIVERS FÉTICHE : fantastique - city
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Flash

On peut trouver la lumière, même dans les endroits les plus sombre - Mélicendre Empty


Ginevra
Weasley

J'ai 16 ans et je vis à Poudlard, Ecosse. Dans la vie, je suis en sixième année et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis en couple avec le jeune homme le plus recherché du monde magique, enfermée par les mangemorts pour subir un interrogatoire, blessée et épuisée et je le vis plutôt vraiment mal.

Informations supplémentaires ici.


Katherine McNamara ©️ CAROLE71


Le monde sorcier était en Guerre et, pour la première fois depuis sa construction, Poudlard aussi était assiégé. Le dernier refuge, le dernier bastion, le dernier lieu de paix, n’était plus. La magie noire s’était infiltrée dans les murs du château, avec violence, tout croc dehors.

Ginny s’était préparée à affronter Rogue et les Carrow. Ses parents avaient voulu la garder à la maison, près d’eux, mais elle avait refusé, ne supportant pas l’idée de laisser ses amis se débattre sans elle. Et puis, l’absence de Ron au départ du Poudlard Express soulevait suffisamment de questions comme ça, il n’était pas nécessaire d’attirer d’avantage l’attention sur les Weasley. Le ton avait été donné dès l’embarquement dans le train. De nombreux étudiants avaient été arrêtés, parfois avec toute leur famille, de manière brutale et grossière. Le quai 9 ¾ qui autrefois vibrait de l’excitation et de l’impatience des jeunes sorciers, avait tremblé cette fois sous les cris, les pleurs et les sortilèges qui pleuvaient. Ginny s’était sentie si impuissante. Elle s’était engouffrée dans le train, les yeux brillants d’horreur et de dégoût. Le voyage s’était fait en silence, chacun plongé dans sa peur et ses angoisses. Ginny se souvenait s’être demandé si retourner à Poudlard était réellement une bonne idée. Elle savait désormais que ça n’était pas le cas.

Le banquet s’était déroulé dans un silence de mort, sous le regard cruel de leurs nouveaux professeurs. Quant à Rogue, il leur avait fait un discours empli de haine, dans lequel il leur rappelait que quiconque tenterait de venir en aide à un Sang-de-bourbe serait sévèrement puni et que toute information pouvant conduire à la capture de Potter serait gracieusement récompensée. Ginny n’avait rien pu manger, nauséeuse à la simple vue de cet assassin installée sans gêne aucune dans le fauteuil d’Albus Dumbledore.

Mais tout ça n’était qu’un avant-goût.

Après le banquet, ses camarades étaient retournés dans leur salle commune, soulagés de pouvoir laisser éclater leur haine et leur rage loin des oreilles indiscrètes, terrifiés par ce que leur réservait cette année sous le joug des mangemorts. Ginny s’était apprêtée à faire de même, mais elle avait été interceptée par un elfe de maison. Elle était convoquée dans le bureau de Rogue. Elle savait déjà que ça n’était pas du tout une bonne nouvelle. Le cœur au bord des lèvres mais la tête toujours haute, Ginny s’était rendue dans le bureau qui fut autrefois celui du plus grand sorcier de tous les temps et qui était désormais celui de son meurtrier.

Rogue l’attendait. Amycus et Alecto Carrow également. Ils voulaient savoir où était Harry. Evidemment. Manque de chance pour eux, pour elle, elle n’en avait pas la moindre idée. Harry était parti, sans même lui dire au revoir. Il s’était enfui, avec Ron et Hermione, sans lui donner le moindre indice sur sa destination. Mais, évidemment, les mangemorts n’étaient pas prêts à croire sa seule parole. Rogue avait insisté, encore et encore. Alecto s’était impatientée. Le sortilège avait fusé.

Ginny n’aurait jamais cru que ça faisait si mal.

Elle ne savait pas combien de temps Alecto s’était amusée à la torturer, elle n’avait plus eu conscience de rien. Rien hormis cette douleur qui irradiait dans chacun de ses membres. Elle était à peine conscience quand elle entendit Rogue rappeler sa collègue à l’ordre. Ginny était plus utile vivante que morte, apparemment. Elle entendit vaguement qu’on projetait de lui faire boire du veritaserum. Elle comprit à peine que les réserves étaient épuisées. Elle perdit totalement connaissance alors qu’ils réfléchissaient à ce qu’ils allaient faire d’elle, durant le mois qu’il faudrait pour préparer la potion.

Lorsqu’elle s’était réveillée, Ginny était dans une pièce si petite qu’elle n’y tenait pas allongée de tout son long. Autour d’elle, des murs crasseux. La seule fenêtre était celle incrustée dans la porte verrouillée. Elle était ornée de barreaux. Un cachot. Ginny avait essayé de reconnaitre le couloir où elle se trouvait, mais la seule torche fixée à l’extérieur de sa cellule diffusait péniblement sa lueur, ne lui permettant pas de distinguer grand-chose. Elle supposait qu’elle se trouvait dans les sous-sols, surement dans une zone autrefois interdite d’accès, et réhabilitée par les mangemorts du château pour en faire une prison privée.

C’était à vomir.

Ginny avait mis du temps à reprendre des forces, à ordonner à son corps de se lever mais, lorsqu’elle y fut parvenue, elle hurla de toutes ses forces. Elle hurla longtemps, jusqu’à ce que sa voix cède. Alors, elle frappa la porte, avec ses pieds, ses poings, jusqu’à ce que ses phalanges saignent et qu’un de ses orteils craque. Alors, elle s’était résolue à attendre. Attendre quoi ? Elle n’en savait rien. Mais elle était à peu près sûre que les mangemorts n’allaient pas la laisser mourir de faim. Après tout, s’ils l’avaient voulu morte, elle le serait depuis bien longtemps.

Elle n’avait plus aucune notion du temps. La lueur de la torche était identique d’heure en heure. Etait-ce déjà le matin ? Elle ne savait pas combien de temps elle avait pu rester inconsciente. Quelques heures ? Une nuit entière ? Et cette attente semblait si interminable qu’elle ne serait pas surprise qu’une journée entière soit passée. Elle n’entendait pas le moindre bruit qui aurait pu l’aiguiller. Peut-être était-elle trop loin pour que l’agitation du château ne l’atteigne. Ou peut-être un sortilège d’isolation sonore avait été jeté sur sa cellule. Elle n’avait aucun moyen de le savoir. Ginny attendit. Longtemps. Assise contre le mur, elle sentait la colère gronder en elle. Une rage sourde envers les mangemorts qui la traitait tel un animal, envers Harry qui avait cru la protéger en la laissant à l’écart de ses projets, envers le ministère, qui avait tant attendu, qui avait refusé de croire Harry, qui avait laissé la situation devenir inextricable, envers elle-même, qui avait cru que retourner à Poudlard serait la meilleure chose à faire. Parfois, elle s’endormait, épuisée, et des cauchemars flous mais terrifiants la saisissaient. Alors, elle se réveillait en sursaut, et continuait son attente enragée.

Sa seule visite avait été un elfe de maison. Il s’était matérialisé dans sa cellule, avait nettoyé le coin de la cellule que la pauvre Ginny s’était résolue à utiliser comme latrines, puis avait déposé une assiette près d’elle ainsi qu’un verre d’eau. Puis, sans un mot, il avait disparu. Ginny n’avait pas bu, n’avait rien mangé de l’espèce de bouillie qui trônait dans l’assiette ébréchée. Elle était restée là … à attendre.

Le cliquetis de la porte, aussi attendu que surprenant, lui arracha un violent sursaut. Ginny se redressa aussi vite qu’elle le pouvait, se maintenant au mur. Elle avait les jambes tremblantes, ankylosées d’être restées dans la même position si longtemps. Son corps était faible, tiraillé par la faim, l’épuisement, la peur, la douleur. Elle était sale, sentait la transpiration et le sang. Pourtant, elle affichait un regard déterminé et c’est les poings serrés et les mâchoires crispées de rage qu’elle accueillie son visiteur.

Revenir en haut Aller en bas
 
Mélicendre
Mélicendre
Féminin MESSAGES : 96
INSCRIPTION : 23/07/2018
ÂGE : 36
RÉGION : PACA
CRÉDITS : Cherry♥walkeR

UNIVERS FÉTICHE : C'est OpenBar chez moi !
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2080-on-ne-menlevera-pas-de-lidee-q http://www.letempsdunrp.com/t2086-carnet-de-bord-couvert-de-cendres#41008 http://www.letempsdunrp.com/t2090-melicendre-et-ses-multiples-personnalites#41143
Tortue

On peut trouver la lumière, même dans les endroits les plus sombre - Mélicendre Empty


Drago
Malefoy

J'ai 17 ans et je vis à dans le manoir de ma famille à Wiltshire, Angleterre. Dans la vie, je suis étudiant à Poudlard et je m'en sors, ce qui est déjà pas mal. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et pour le moment, je m'en fous un peu...
On peut trouver la lumière, même dans les endroits les plus sombre - Mélicendre Giphy


Tom Felton ©️ TAG
Sa mère lui avait dit qu'il n'était pas obligé d'y retourner...

Drago nageait en plein dans un bouillon de sentiments confus... Entre la haine et la rage, en passant par la tristesse et la lassitude, le monde bien protégé et clair dans lequel il vivait avant tout ça avait violemment volé en éclats.

Il était populaire chez les serpentards, ses parents étaient eux aussi bien accueillis au sein du monde des sorciers, ils inspiraient même la crainte. La position de sa famille était des plus enviées et cela lui avait valu une vie dorée dans laquelle il se complaisait avec aisance.

Mais c'était loin derrière, maintenant...

L'honneur des Malefoy avait été bafoué par cet imbuvable Potter, et leur descente aux enfers n'avait cessé de continuer le jour où Rogue s'était interposé entre lui et sa mission. Drago avait vraiment espéré être assez fort pour tuer Dumbledore, il avait même réussi à le désarmer ! Mais son hésitation avait été plus grande, ce qui lui avait valu la réputation de trouillard auprès du seigneur des ténèbres...

Sa maison pâtissait des moindres écarts de conduite et était maintenant la proie de toutes les moqueries. Et pour cela, il vouait à Potter et Rogue, ces deux-là qu'il jugeait pour responsable du malheur de sa famille, une rancune tenace. C'était peut-être le sentiment qui le maintenait encore debout aujourd'hui.

Mais pour le moment, il se devait de faire profil bas. Il s'était réfugié dans son dortoir et restait cloîtré dans sa chambre, essayant de réfléchir posément à quelque chose à faire. Le jeune serpentard n'était pas dupe. Il savait qu'une autre mission l'attendait et que les autres ne s'attendaient pas à autre chose qu'à un nouvel échec. Et comme il le sentait, cela finit par arriver...

Il fut rapidement convoqué chez le nouveau directeur de Poudlard.

- Drago Malefoy, Mr le Directeur.

- Disparaît maintenant, Queudver.


Ce dernier s'évapora assez rapidement. Il se souvenait sans doute de la porte du salon de Rogue lorsque Narcissa et Bellatrix étaient toutes deux venues voir le bras droit de lord Voldemort.

- Mon cher Drago, il se trouve que je connais la position de votre famille dans l'estime du seigneur des ténèbres. Je vous offre aujourd'hui la possibilité de vous racheter à ses yeux... si bien sûr, cela vous intéresse.

Outre la violence de sa haine intérieure à la seule vue de ce traître, Drago se sentit obligé de l'écouter parler de cette proposition somme toute alléchante de restaurer l'honneur des Malefoy.

- Que dois-je faire, Mr le Directeur ?

Rogue fit semblant de ne pas remarquer le ton fielleux de son ancien protégé.

- La jeune Ginevra Weasley se trouve en ce moment même dans les cachots. Le seigneur des ténèbres souhaite de tout cœur retrouver Mr Potter et ses camarades, il me semble donc que vous êtes tout désigné pour lui tirer les vers du nez, le temps que le veritaserum soit prêt.

À ce prénom, Drago sentit la flamme de la vengeance envahir doucement son être. Weasley, Potter et la sang-de-bourbe étaient des gens exécrables qu'il n'avait jamais porté dans son cœur (oui, le mot est tellement faible...), le fait de pouvoir se venger sur la petite sœur du rouquin allait être tellement jouissif...

- Puis-je utiliser tous les moyens à ma disposition ?

- Bien sûr. N'hésitez pas, il faut qu'elle parle.


Rogue martela bien ces derniers mots. Drago sentit la moutarde lui monter au nez, conscient qu'un nouvel échec enterrerait toutes les chances de sa famille de retrouver un semblant de position sociale dans la nouvelle hiérarchie conduite par Voldemort.

Sans même une réponse, le jeune homme se détourna et partit en direction des cachots pour entamer directement les festivités. Rogue voulait que la rouquine parle ? Elle allait parler, foi de Malefoy !

Ce ne fut que devant la cellule de Ginny Weasley qu'une nouvelle fois, l'hésitation remonta encore à la surface de ses certitudes. Autrefois, Drago pensait que la torture et l'humiliation étaient des jeux distrayants, que les sorciers de basse extraction et les sang-de-bourbe n'avaient pas leur place au milieu de sa caste.

Mais aujourd'hui, c'était différent... Car maintenant qu'il avait goûté lui-même à ces jeux barbares, il n'était plus très sûr de vouloir les infliger à qui que ce soit... Mais sa détermination lui fit dresser la tête et bomber le torse. Il entra dans la cellule minuscule pour voir une jeune fille dressée péniblement sur ses jambes, l'air de vouloir en découdre.

- Lumos.

Drago avait levé sa baguette et restait autant que possible hors de portée de Ginny, malgré la pièce exigüe.

- Salut Weasley. Où est ton petit ami ? Il t'a laissé tombé comme une vieille chaussette à ce que je vois.

La provocation, sur une personne physiquement affaiblie, il paraît que ça marche à la perfection...


Revenir en haut Aller en bas
 
cookie
cookie
Féminin MESSAGES : 205
INSCRIPTION : 12/03/2017
ÂGE : 25
RÉGION : Normandie
CRÉDITS : j'ai réalisé mon avatar moi-même

UNIVERS FÉTICHE : fantastique - city
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Flash

On peut trouver la lumière, même dans les endroits les plus sombre - Mélicendre Empty


Ginevra
Weasley

J'ai 16 ans et je vis à Poudlard, Ecosse. Dans la vie, je suis en sixième année et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis en couple avec le jeune homme le plus recherché du monde magique, enfermée par les mangemorts pour subir un interrogatoire, blessée et épuisée et je le vis plutôt vraiment mal.

Informations supplémentaires ici.


Katherine McNamara ©️ CAROLE71


La silhouette de Drago Malefoy se matérialisa dans l’encadrement de la porte, semblable à un fantôme, éclairé uniquement par la faible lueur de la torche. Il alluma sa baguette et Ginny découvrit son visage blême. Elle se souvenait parfaitement du jeune Malefoy qu’elle avait rencontré lorsqu’elle était entrée en première année. Il était un abominable petit sang-pur qui se croyait tout permis, qui, par la position de sa famille, se pensait protégé de tout. Il était ce gosse méprisant et haineux, arrogant et agaçant. Mais désormais, Drago Malefoy n’était plus que l’ombre de lui-même. La guerre avait brisé bien des vies.

Il avait perdu cette étincelle qu’il avait toujours eu dans le regard, cette étincelle d’orgueil et de dédain qu’il traînait partout derrière lui. Le Prince de Serpentard avait cessé de briller.

Ginny ne savait pas vraiment si sa présence était une bonne ou une mauvaise nouvelle. Elle ne savait même pas si elle devait en être surprise ou non. Elle se doutait de la position délicate  dans laquelle devait se trouver la famille Malefoy après le fiasco du ministère, puis l’hésitation de Drago face à Dumbledore, l’an passé. Elle n’aurait, à vrai dire, pas été étonnée d’apprendre la mort du Serpentard. Après tout, son maître n’était pas réputé pour sa capacité à pardonner. Mais s’il n’était pas mort, alors il devait être sacrément blessé. Que devait-elle craindre d’un homme blessé à ce point dans sa fierté et son égo, un homme qui n’avait tant perdu et qui avait tant à reconquérir ? Elle n’avait aucune idée de ce dont il pouvait être capable, face à elle.

Une sueur froide glissa derrière sa nuque, alors qu’elle prenait conscience qu’elle était bien loin d’être tirée d’affaire. Elle gardait la tête haute, son regard haineux planté droit dans celui de Malefoy, refusant de baisser le regard devant lui. Elle avait envie de le frapper, de se jeter sur lui et de laisser exploser toute la haine et la rage qu’elle avait accumulée. En d’autres circonstances, Ginny n’aurait pas été effrayée pour un sou. En d’autres circonstances, elle n’aurait pas hésité. Mais contrairement à elle, Malefoy était armé et n’avait qu’à secouer sa baguette pour la réduire au silence.

« Salut Weasley, lança-t-il de sa voix trainante. Où est ton petit ami ? Il t'a laissé tomber comme une vieille chaussette à ce que je vois »

Ginny accusa le coup. Malefoy avait toujours été très doué pour ça. Pour appuyer là où ça faisait mal. Pour aiguiser ses mots comme des poignards, pour atteindre le cœur, en une phrase. Elle ne pu s’empêcher de crisper encore un peu plus ses mâchoires et ses poings, à se faire mal. De toute façon, elle avait déjà mal partout. Pourtant, elle se garda bien de répondre à la confrontation. Qu’aurait-elle pu dire, de toute façon ? Finalement, c’était exactement la sensation qu’elle avait. Comme une vieille chaussette.. Ginny ne s’était jamais sentie aussi seule et aussi abandonnée de toute sa vie. Elle ne l’aurait jamais avoué, parce qu’on l’aurait pris pour une petite fille geignarde et ingrate, mais elle en voulait tant à Harry.

« Malefoy … » répondit-elle d’une voix éraillée d’avoir tant hurlé, tentant de mettre dans ce nom toute la haine qu’elle ressentait. « Les temps ont bien changé, n’est-ce pas ? Je me souviens d’une époque, où c’était toi qui envoyait tes sous-fifres faire le sale boulot. »

Elle marqua une pause, durcissant le regard.

« C’est toi le larbin, maintenant ? »

Elle se doutait qu’elle allait payer son insolence. Mais elle n’arrivait pas à voir Malefoy comme un mangemort à part entière. Il était un camarade de classe. Ils ne s’appréciaient pas, certes, mais jamais leur relation n’aurait du en arriver là. Le geôlier et la prisonnière. Le tortionnaire et la victime. Par Merlin, ils n’étaient que des gosses.


Revenir en haut Aller en bas
 
Mélicendre
Mélicendre
Féminin MESSAGES : 96
INSCRIPTION : 23/07/2018
ÂGE : 36
RÉGION : PACA
CRÉDITS : Cherry♥walkeR

UNIVERS FÉTICHE : C'est OpenBar chez moi !
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2080-on-ne-menlevera-pas-de-lidee-q http://www.letempsdunrp.com/t2086-carnet-de-bord-couvert-de-cendres#41008 http://www.letempsdunrp.com/t2090-melicendre-et-ses-multiples-personnalites#41143
Tortue

On peut trouver la lumière, même dans les endroits les plus sombre - Mélicendre Empty


Drago
Malefoy

J'ai 17 ans et je vis à dans le manoir de ma famille à Wiltshire, Angleterre. Dans la vie, je suis étudiant à Poudlard et je m'en sors, ce qui est déjà pas mal. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et pour le moment, je m'en fous un peu...
On peut trouver la lumière, même dans les endroits les plus sombre - Mélicendre Giphy

Tom Felton ©️ TAG
En voyant Ginny fière comme l'aurait pu être un sang-pur, Drago hésita encore une fois... Mais les paroles de la jeune fille, en réponse à ses mots qu'il savait pourtant blessants au possible, ne passèrent pas à travers les filets de sa colère.

Les yeux gris brûlants de fureur, le serpentard s'approcha et enfonça violemment la pointe de sa baguette illuminée dans la chair de la gorge de Ginny. Il pourrait faire en sorte que tout s'arrête maintenant pour elle, ce ne serait que justice après tout. Mais sans les informations que souhaitaient le seigneur des ténèbres, Drago ne pourrait pas accomplir sa mission.

- La ferme ! Je ne suis le larbin de personne !

Mais même ces mots sonnaient creux pour lui... Il fallait être stupide pour ne pas admettre que Voldemort avait eu le dernier mot, que sa famille à l'honneur déchu ne s'en remettrait sûrement jamais... Mais Drago n'était pas défaitiste.

- Mais dis-moi, traître à ton sang, qu'est-ce que diraient papa et maman en sachant que tu es dans un cachot de Poudlard et que tu es mal en point ? Je crois qu'ils arriveraient ici aussi vite qu'un éclair de feu et qu'ils essaieraient de te sortir de là...

La joute verbale mortelle se jouait apparemment à qui serait le plus blessant des deux. Parce que prévenir les parents de Ginny, c'était comme alerter l'Ordre du Phénix. Ils allaient tous débarquer pour sauver la rouquine et en seraient pour leur frais, les mangemorts les attendraient pour leur faire mordre la poussière.

Un petit rire cruel secoua Drago.

- Je ne suis pas certain qu'ils arrivent jusqu'à ton cachot vivants. Mais si tu veux, je peux quand même les prévenir...

Après s'être assuré que sa baguette avait bien blessé la rouquine, Drago se recula de nouveau.

- Aller, Weasley ! Tu ferais mieux de me dire où se trouve Potter. Je suis certain qu'il a dû te laisser un indice. Tu ne veux pas remonter dans ta chambre ? Manger un bon pudding, te prélasser dans un bain, dormir dans un bon lit douillet...

Le blond tentait de presser tous les boutons pour lui extorquer l'information capitale. Il n'était pas certain que c'était la bonne solution, mais à part le sortilège Doloris, il voyait mal comment lui faire cracher le morceau. Et si elle était aussi stupide que son frangin, elle allait balancer la vérité tôt ou tard...

- Je suis sûr que tu rêves de quitter cet endroit. Après tout, c'est à Poudlard que tu peux rêver d'une vie un peu plus luxueuse. Il paraît que la mansarde que vous habitiez avec toute ta famille a fini par brûler.

Drago ne s'en rendait pas compte, mais sa maladresse risquait de lui fermer à jamais les portes de la délivrance. Provoquer ainsi Ginny n'allait sans doute pas lui apporter de réponse, mais c'était plus fort que lui. Il éprouvait le besoin de se sentir supérieur à elle, c'était la seule chose qu'il lui restait...

Voldemort avait privé sa famille de la reconnaissance à laquelle elle avait un droit absolu et inaliénable. Seul son statut de riche héritier lui était encore acquis.

Et il n'allait pas se laisser faire par un gamine qui bavait devant un mec qui n'était pas fichu de bien la traiter...


Revenir en haut Aller en bas
 
cookie
cookie
Féminin MESSAGES : 205
INSCRIPTION : 12/03/2017
ÂGE : 25
RÉGION : Normandie
CRÉDITS : j'ai réalisé mon avatar moi-même

UNIVERS FÉTICHE : fantastique - city
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Flash

On peut trouver la lumière, même dans les endroits les plus sombre - Mélicendre Empty


Ginevra
Weasley

J'ai 16 ans et je vis à Poudlard, Ecosse. Dans la vie, je suis en sixième année et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis en couple avec le jeune homme le plus recherché du monde magique, enfermée par les mangemorts pour subir un interrogatoire, blessée et épuisée et je le vis plutôt vraiment mal.

Informations supplémentaires ici.


Katherine McNamara ©️ CAROLE71

Ginny sut qu’elle avait visé juste. Le regard gris de Drago Malefoy s’assombrit, tel le ciel lors d’un soir de tempête. Elle n’eut pas le temps de se demander si elle n’y avait pas été un peu fort, qu’il avait déjà foncé sur elle. Elle sentit son regard furieux se poser sur elle et la pointe de sa baguette s’enfoncer dans sa gorge et, un instant, un éclair de peur la traversa. Elle tenta de reculer mais son dos ne rencontra que le mur glacial de sa cellule.

« La ferme ! Grommela-t-il. Je ne suis le larbin de personne ! »

La peur s’éloigna, laissant place à un autre sentiment. De la pitié. Ginny n’avait jamais envié Malefoy. Certes, il avait de l’argent, mais il avait grandi dans une telle solitude. Elle avait eu la chance d’avoir des frères, des parents aimants. Il avait eu une réputation, autrefois, mais elle au moins pouvait se féliciter d’être libre. Drago, en naissant Malefoy, n’avait jamais eu d’autre choix que d’être ce petit con prétentieux qu’il avait été. Il devait être digne de son nom, de son sang. Il devait sauver les apparences, toujours. Et, aujourd’hui, Ginny ne l’enviait toujours pas. Il était peut-être du bon côté, pour l’instant. Voldemort avait la main mise sur l’Angleterre magique et Drago aurait dû s’en réjouir. La suprématie des sangs-purs, la déchéance des nés-moldus … c’était ce qu’il avait toujours prôné. Et pourtant, quelques erreurs de parcours avaient suffi à le jeter en disgrâce. Drago Malefoy aurait dû se pavaner, victorieux. Au lieu de ça, il baissait la tête, vaincu.

« Mais dis-moi, traître à ton sang, repris Malefoy, qu'est-ce que diraient papa et maman en sachant que tu es dans un cachot de Poudlard et que tu es mal en point ? Je crois qu'ils arriveraient ici aussi vite qu'un éclair de feu et qu'ils essaieraient de te sortir de là... »

Ginny tressailli à la mention de ses parents, alors que le rire cruel de Malefoy la faisait vibrer de rage.

« Je ne suis pas certain qu'ils arrivent jusqu'à ton cachot vivants. Mais si tu veux, je peux quand même les prévenir... »

Ginny imaginait déjà la scène. Sa mère, morte d’inquiétude, serait capable de transplaner seule pour venir la chercher. Et quand bien même son père parviendrait à la raisonner, Ginny était sûre qu’elle hurlerait tant et si bien que les autres finiraient par préparer son sauvetage. Ils se jetteraient droit dans la gueule du loup sans hésiter. Elle pouvait peut-être compter sur la sagesse de Remus, ou de Kingsley, qui flaireraient le piège à des kilomètres, mais elle n’était pas certaine qu’ils parviennent à avoir le dessus sur une Molly Weasley folle de rage et de terreur. Un éclair de peur passa dans le regard de la rouquine alors qu’elle fixait les yeux du Malefoy, tentant de déterminer s’il bluffait ou non. Mais il finit par reculer, laissant une marque écarlate sur le cou de sa prisonnière.

« Aller, Weasley ! Tu ferais mieux de me dire où se trouve Potter, conseilla-t-il alors. Je suis certain qu'il a dû te laisser un indice. Tu ne veux pas remonter dans ta chambre ? Manger un bon pudding, te prélasser dans un bain, dormir dans un bon lit douillet... Je suis sûr que tu rêves de quitter cet endroit. Après tout, c'est à Poudlard que tu peux rêver d'une vie un peu plus luxueuse. Il paraît que la mansarde que vous habitiez avec toute ta famille a fini par brûler. »

Ginny haussa les sourcils, laissant couler l’insulte sur sa maison, trop habituée aux bassesses de Malefoy pour relever, consciente que désormais, les questions de richesse et de pauvreté n’intéressaient plus personne. Seules comptaient la vie et la mort.

« Me prélasser ? Hoqueta-t-elle. Personne ne risque de se prélasser dans ce château tant que tes petits copains seront dans les parages. »

A quelques exceptions près, bien entendu. Ginny s’attendait déjà à voir Crabbe et Goyle, ou d’autres sangs-purs dépourvus de conscience et de morale, se pavaner tels des rois dans les couloirs. Mais pour les autres, cette année ne serait que peur et horreur, et personne ne dormirait sur ses deux oreilles tant que la magie noire serait aussi près d’eux.

« Je ne sais pas où est Harry, d’accord ? »

Elle s’était décollée du mur, s’avançant d’un pas, les yeux plantés dans ceux de Malefoy. Elle voulait qu’il voit qu’elle ne mentait pas, qu’il comprenne.

« Je l’ai déjà dit à Carrow, à Rogue. Je n’ai pas la moindre foutue idée de l’endroit où il se trouve. Sérieusement, si je le savais, tu crois que je serais venu ici ? Tu crois que l’idée d’avoir Rogue comme directeur me plaisait tellement ? Tu dois bien te douter que, si j’avais ne serait-ce que la plus petite, la plus infime idée de comment le retrouver, je serais avec lui à l’heure qu’il est. »

Elle commençait à perdre le contrôle. Sa voix était montée dans les aigus et les larmes perlaient au bord de ses yeux. Larmes de rage, de fatigue, d’injustice, de peur, de tristesse, de solitude. Elle chancela, tendit la main pour se rattraper au mur, à sa droite. Son ventre produisit un gargouillement qui résonna contre la pierre, mais elle ne lança aucun regard à l’assiette, toujours pleine, qui trainait dans le coin opposé. Elle trouva la force de lever une nouvelle fois les yeux vers Malefoy.

« Et avant que j’oublies, marmonna-t-elle d'un air féroce. Ne t’avises pas de toucher à mes parents. Je ne suis pas certaine que ton maître serait très content si je finissais pas mourir de faim dans ce cachot, qu’est-ce que tu en dis ? »

C’était son seul et unique moyen de pression. Elle n’avait que sa vie, à mettre dans la balance et, pour ses parents, Ginny n’hésitait pas une seule seconde.

Revenir en haut Aller en bas
 
Mélicendre
Mélicendre
Féminin MESSAGES : 96
INSCRIPTION : 23/07/2018
ÂGE : 36
RÉGION : PACA
CRÉDITS : Cherry♥walkeR

UNIVERS FÉTICHE : C'est OpenBar chez moi !
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2080-on-ne-menlevera-pas-de-lidee-q http://www.letempsdunrp.com/t2086-carnet-de-bord-couvert-de-cendres#41008 http://www.letempsdunrp.com/t2090-melicendre-et-ses-multiples-personnalites#41143
Tortue

On peut trouver la lumière, même dans les endroits les plus sombre - Mélicendre Empty


Drago
Malefoy

J'ai 17 ans et je vis à dans le manoir de ma famille à Wiltshire, Angleterre. Dans la vie, je suis étudiant à Poudlard et je m'en sors, ce qui est déjà pas mal. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et pour le moment, je m'en fous un peu...
On peut trouver la lumière, même dans les endroits les plus sombre - Mélicendre Giphy


Tom Felton ©️ TAG
En la voyant si vaillante devant ses menaces, Drago n'était plus très sûr de ses méthodes d'intimidation...

Comment voulez-vous soutirer des informations inexistantes à une personne qui ne sait apparemment rien ? Car il croyait Ginny... Et rien que le fait de penser ça lui fit prendre conscience d'une chose bien plus importante : il ne voyait plus la distinction entre les classes sociales, entre les gens, la frontière entre le bien et le mal commençait à s'effacer peu à peu dans sa tête...

Lui qui était conditionné pour être quelqu'un d'important, qui avait vu ses parents s'abaisser au rang de tapis devant Voldemort, il avait l'impression dérangeante que ce que ce dernier faisait n'était pas bien. Pourtant, il portait la marque sur son bras, il avait fait des choses qu'une personne "normale" n'aurait jamais tenté, il avait failli tuer des gens...

Ce constat lui vrillait déjà l'estomac. Cela faisait un moment que ces pensées tourbillonnaient dans son esprit. Sa rencontre avec la fille Weasley appuyait un peu plus sur la plaie déjà béante de son allégeance. Il était perdu.

Mais ce n'était pas une raison pour perdre la face devant elle. Même s'il était persuadé de son honnêteté, jamais il n'allait le lui dire. Sa fierté était vraiment la seule chose tangible en lui qui restait intacte.

- Et bien, tu resteras là, jusqu'à ce qu'un souvenir te remonte.

Sur ces mots d'une brutalité accrue, Drago sortit en claquant la porte de la cellule et en la fermant à clé avec rudesse. Puis il s'éloigna, la peur au ventre de ne pas avoir trouvé la réponse que le seigneur des ténèbres attendait, cette horrible sensation d'échec, et celle, encore plus angoissante d'une compassion naissante envers cette petite rouquine si forte et volontaire, comme lui ne l'a jamais été.

La honte de la voir si loyale, alors que lui-même n'avait jamais été rien d'autre qu'un sale crétin arrogant et égoïste... Mais pourquoi toutes ces émotions tourbillonnaient en lui ? Avant que Voldemort ne revienne au pouvoir, sa vie était des plus simples : il se contentait du chemin tout tracé par ses parents. Sa mère avait tout fait pour qu'il vive du mieux possible, aplanissant tous les obstacles posés sur son chemin... Elle avait été à cent lieux de se douter que les épreuves imposées par le seigneur des ténèbres allaient peut-être le détruire, car il n'était pas préparé à tant de violence...

Le serpentard fit de son mieux pour ne croiser personne dans les couloirs. Il était tard et il regagna sa chambre. Malgré son honneur déchu, le directeur avait décidé de lui laisser son espace privé où personne ne pouvait le déranger. Sur un murmure, il invoqua un elfe de maison et le pria d'apporter un repas plus appétissant que l'infâme bouillie qu'il avait pu apercevoir dans le cachot. Il lui fit également promettre de ne pas indiquer la source de ce changement à qui que ce soit.

Il savait qu'il risquait gros en faisant cela. Mais comme Ginny l'avait si bien dit : si elle mourait de faim, personne ne serait plus avancé. Il fallait qu'il la garde en vie et cela commençait par une bonne alimentation. Il demanda également à l'elfe d'apporter un gros coussin un peu plus confortable, pour qu'elle puisse au moins un peu dormir, avec l'ordre de faire disparaître le tout si elle recevait de la visite, y compris de lui-même.

Qui aurait cru ça d'un Malefoy ? Mais à l'heure où la chasse aux moldus et aux traitres à leur sang était ouverte, un peu comme la saison du tir à la pintade, il était temps de choisir un camp.

Il ne l'avouerait jamais, ferait tout pour que personne ne le remarque, mais il avait choisi.

Et même si cela voulait dire de soutenir ce petit arriviste de Potter, il allait venir en aide à Ginny.

Mais pour le moment, Drago se coucha, l'esprit encore perturbé par ses propres révélations... Il ferait jour le lendemain, il retournerait la voir. Il fallait absolument trouver un stratagème pour ne pas qu'elle se doute de quoique ce soit.

Après une nuit agitée de cauchemars tous plus redoutables les uns que les autres, c'était d'humeur maussade qu'il rejoignit la grande salle pour le petit déjeuner. Les autres serpentards se délectaient des sévices qu'infligeaient les Carrow aux première année des autres maisons, lui n'avait pas le cœur à la fête. Bien au contraire.

Lorsque Pansy Parkinson lui demanda son avis sur le fait de lancer le sortilège Doloris sur un sang-de-bourbe, il prit sur lui et riait. Il avait heureusement toujours possédé ce talent d'acteur.

Puis vint le moment où il devait retourner la voir. En espérant qu'elle se soit un peu reposée, même s'il devait lui faire croire que son sort lui était égal.

Il n'entendit rien quand il descendit dans les cachots et qu'il ouvrit la porte, comme la veille.

- Alors, Weasley ? Pas trop dure la vie ?

Drago gardait toujours sa baguette à la main. Il avait de nouveau lancé le sort Lumos pour y voir un peu plus clair et nettoya un pan de mur pour pouvoir s'y adosser.

- J'ai croisé Londubat tout à l'heure. Je crois qu'il revenait de l'infirmerie après y avoir passé quelques heures... Les nouveaux profs sont un peu plus stricts cette année.

Ses nouveaux sentiments étaient tellement confus qu'il éprouvait le besoin de la rendre confuse à son tour. Après tout, c'était de sa faute à elle s'il ne savait plus où il se situait dans ce monde !


Revenir en haut Aller en bas
 
cookie
cookie
Féminin MESSAGES : 205
INSCRIPTION : 12/03/2017
ÂGE : 25
RÉGION : Normandie
CRÉDITS : j'ai réalisé mon avatar moi-même

UNIVERS FÉTICHE : fantastique - city
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Flash

On peut trouver la lumière, même dans les endroits les plus sombre - Mélicendre Empty


Ginevra
Weasley

J'ai 16 ans et je vis à Poudlard, Ecosse. Dans la vie, je suis en sixième année et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis en couple avec le jeune homme le plus recherché du monde magique, enfermée par les mangemorts pour subir un interrogatoire, blessée et épuisée et je le vis plutôt vraiment mal.

Informations supplémentaires ici.


Katherine McNamara ©️ CAROLE71


« Et bien, tu resteras là, jusqu'à ce qu'un souvenir te remonte. » Déclara Malefoy, d’un ton acerbe, avant de tourner les talons. Ginny sursauta lorsque la porte claqua. Le silence que le jeune homme laissa derrière lui rappela à Ginny l’horrible solitude à laquelle elle allait à nouveau devoir faire face. Elle resta encore un peu debout, le temps d’être sûre qu’il était bel et bien partit, qu’il ne reviendrait pas. Alors, elle s’autorisa à flancher. Elle se laissa tomber au sol et le mouvement rapide lui provoqua un vertige. Combien de temps pouvait-elle tenir avant que la déshydratation ne la fasse délirer ? Avant que le manque de sucre n’ait raison de sa bonne volonté ?

Ginny avait toujours mis un point d’honneur à ne pas pleurer. Pas en public, tout du moins. Ses frères s’étaient si souvent moqués de ses larmes, dans son enfance, qu’elle avait appris à les retenir. Mais désormais, elle était seule dans ce misérable cachot. Personne n’était là pour voir sa faiblesse. Elle pleura longuement, recroquevillée au sol, comme elle n’avait jamais pleuré. Elle pouvait jouer la fière, la vaillante, elle n’en restait pas moins une adolescente terrifiée. Elle n’avait pas l’information que Voldemort voulait lui soutirer. Elle aurait tant aimé que quelqu’un finisse par la croire. Elle aurait tant aimé échapper au Veritaserum. Parce que, même si elle était certaine de ne pas trahir Harry, elle savait tout de même des choses. Elle risquait, sous l’emprise de la potion, de vendre Ron, qui était censé être resté au Terrier, souffrant d’une Eclabouille sévère, ce qui condamnerait instantanément ses parents. Heureusement, sa mère l’avait toujours éloignée des discussions importantes de l’Ordre, elle ne pourrait donc pas apprendre grand-chose de leurs plans aux mangemorts. Mais l’idée de perdre le contrôle et de devenir un livre ouvert pour les sbires de Voldemort lui donnait la nausée. Tout comme l’idée de rester un mois entier enfermé dans cet endroit lugubre, avec Drago Malefoy et un elfe mutique pour seules visites.

L’elfe, comme invoqué par sa seule pensée, se matérialisa soudainement dans la cellule. Ginny se détourna vite, fixant le mur sale, refusant de montrer ses larmes même à ce petit être. Il n’était pas exclu qu’il relate ce qu’il voyait dans ca cellule à Rogue ou aux Carrow. Ginny refusait de leur offrir la satisfaction de sa détresse.

Elle ne se retourna que lorsqu’elle entendit l’elfe transplaner à nouveau. Et resta un instant interdite. Au lieu de l’espèce de bouillie répugnante qu’on lui avait proposé plus tôt, elle trouvait maintenant ce qu’elle soupçonnait être les reste du diner. Une cuisse de poulet, des pommes de terre et un pichet d’eau avaient été déposés. Ginny aurait aimé être assez forte pour poursuivre sa grève de la faim et ainsi s’en servir comme moyen de pression pour tenter d’obtenir sa libération, mais l’issue d’une telle opération était bien trop incertaine … et elle avait tellement faim.

Elle sécha ses larmes et remarqua seulement l’oreiller qui trônait également, incongru, sur le sol grisâtre de la pièce. Ginny fronça les sourcils, cherchant le piège, incapable de comprendre. Que lui valait ces soudaines attentions ? Pas des Carrow, elle en était sûre. Elle doutait que Rogue s’intéresse suffisamment à son sort pour lui offrir un oreiller. Le Professeur McGonagal avait-elle encore suffisamment de pouvoir dans ce château pour envoyer un elfe lui porter ces présents ? Mais comment aurait-elle su où elle se trouvait ? Et, si elle l’avait su, sans doute se serait-elle précipitée pour la sortir de là. Ginny ne comprenait pas mais, rapidement, cessa de chercher à comprendre. Elle se jeta sur le verre d’eau, puis sur la nourriture, qu’elle engloutit si vite que son estomac se tordit de protestation.

Puis, l’attente reprit.

Son sommeil ne fut pas de meilleure qualité, toujours hantée par les cauchemars, mais elle dû admettre que poser sa nuque douloureuse sur le coussin moelleux était quelque peu réconfortant. Elle avait mal partout. Elle avait dû se casser un orteil, en frappant la porte, et peut-être une ou deux phalanges. Jusque-là, la peur avait rendu la douleur supportable mais, plus le temps passait, plus la douleur semblait s’amplifier.

Ginny dormit de nouveau par intermittence mais, cette fois-ci, elle put avoir une idée du temps qui passait. L’elfe lui amena un petit-déjeuner, un déjeuner et un diner, rythmant ainsi sa journée monotone. Elle se demandait si quelqu’un allait venir la voir, ce jour-là. Drago Malefoy, à nouveau ? Ou, devant son échec, allait-on choisir de faire venir quelqu’un de plus brutal ? Car, quand bien même l’échange avec le Serpentard avait été houleux et enragé, elle avait conscience d’avoir eu de la chance. Elle aurait très bien pu subir une nouvelle séance de torture.

Ginny dormait lorsque l’elfe se matérialisa dans la pièce. D’un claquement de doigt, il fit disparaitre l’oreiller, ainsi que le pichet d’eau et les quelques restes de nourritures, ne laissant qu’un verre et une assiette vide. La tête de Ginny, privé de son confortable support, rencontra le sol et la pauvre jeune fille se réveilla en sursaut. Elle se redressa, assise par terre, et se massa la tête, tentant de reprendre ses esprits.

La porte s’ouvrit une nouvelle fois, et Ginny leva un regard encore endormi sur Drago Malefoy. Elle ne prit pas la peine de se mettre debout, cette fois-ci.

« Alors, Weasley ? Pas trop dure la vie ? » Clama-t-il.

La lueur de sa baguette éblouissait Ginny. Elle plissa les yeux, sans répondre.

« J'ai croisé Londubat tout à l'heure. Je crois qu'il revenait de l'infirmerie après y avoir passé quelques heures... Les nouveaux profs sont un peu plus stricts cette année. »

Il tentait surement de la faire sortir de ses gonds, mais Ginny était fatiguée. Elle avait terriblement mal au pied droit et à la main gauche, avait désespérément besoin d’une douche, et n’avait aucune envie de se livrer à une nouvelle joute verbale. Elle leva un regard épuisé sur le Serpentard, allant droit au but.

« Je ne sais pas où est Harry, je te l’ai déjà dit Malefoy, marmonna-t-elle d’une voix lasse. Tu peux venir ici tous les jours pour me poser la question, tu peux menacer qui tu veux, tu peux me torturer, tu peux envoyer les Carrow, ou Bellatrix, ou même ton maître, je n’en saurais toujours rien. »

Elle ramena ses jambes contre elle, et les enlaça de ses bras. Elle voulait juste qu’il lui fiche la paix, qu’elle puisse retourner à ses inquiétudes et son ennui mortel.


Revenir en haut Aller en bas
 
Mélicendre
Mélicendre
Féminin MESSAGES : 96
INSCRIPTION : 23/07/2018
ÂGE : 36
RÉGION : PACA
CRÉDITS : Cherry♥walkeR

UNIVERS FÉTICHE : C'est OpenBar chez moi !
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2080-on-ne-menlevera-pas-de-lidee-q http://www.letempsdunrp.com/t2086-carnet-de-bord-couvert-de-cendres#41008 http://www.letempsdunrp.com/t2090-melicendre-et-ses-multiples-personnalites#41143
Tortue

On peut trouver la lumière, même dans les endroits les plus sombre - Mélicendre Empty


Drago
Malefoy

J'ai 17 ans et je vis à dans le manoir de ma famille à Wiltshire, Angleterre. Dans la vie, je suis étudiant à Poudlard et je m'en sors, ce qui est déjà pas mal. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et pour le moment, je m'en fous un peu...
On peut trouver la lumière, même dans les endroits les plus sombre - Mélicendre Giphy

Tom Felton ©️ TAG
La voir ainsi, recroquevillée sur elle, attendant un sortilège ou une parole blessante, cela fit un coup au cœur de Drago.

Ginny Weasley était une battante, une jeune fille loyale et courageuse. Toutes ces qualités que Malefoy aurait aimé posséder, tout en s'en sachant dépourvu. Il n'avait pas cette rage au ventre, cette envie de vivre pour un but ou pour quelqu'un. Il se rappelle avoir été tellement égoïste et égocentrique, tout tournait autour de lui.

Mais aujourd'hui, il était la risée des mangemorts...

Jetant un regard faussement méprisant à la rouquine, il se demandait encore comment il allait pouvoir la sortir de là sans se compromettre. Ce n'était pas une bonne idée de défier le seigneur des ténèbres à l'heure où avada kedavra pleuvait comme une pluie glacée sur tous ceux qui avaient eu l'audace de le faire.

Une idée lui vint, un peu risquée, certes, mais ça pouvait toujours se tenter...

Enfin, pour le moment, il lui fallait jouer son rôle de méchant. Elle ne devait absolument pas se douter qu'il allait tout faire pour la laisser en vie et entière.

- Ouais, j'y crois moyen. Tu sais que tu peux mourir ici sans que personne ne le sache, hein ?

Avec un rictus moqueur, Drago tendit sa baguette et fit un léger trou par terre, près des orteils de Ginny.

- Dis-moi un peu, Weasley, qu'est-ce que Potter t'a dit la dernière fois que vous vous êtes vus ?

Peut-être aurait-elle un début de piste sans le savoir, cela ne retardera pas son sauvetage que le jeune homme avait décidé de mettre à exécution. Il était bien décidé à envoyer un hibou au professeur McGonagall pour lui faire part de la situation de Ginny, en omettant bien sûr la provenance du message et son émetteur.

Est-ce que ce serait suffisant pour la sauver ? Rien n'était moins sûr avec les charognes de Carrow dans le coin... Quant à Rogue...

Il ne sortait que rarement de son bureau. Au final, le reste de Poudlard ne le voyait que très peu. Drago pensait bien que son plan ne pouvait pas échouer. Il ne restait plus qu'à donner le change...


Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
 
cookie
cookie
Féminin MESSAGES : 205
INSCRIPTION : 12/03/2017
ÂGE : 25
RÉGION : Normandie
CRÉDITS : j'ai réalisé mon avatar moi-même

UNIVERS FÉTICHE : fantastique - city
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Flash

On peut trouver la lumière, même dans les endroits les plus sombre - Mélicendre Empty


Ginevra
Weasley

J'ai 16 ans et je vis à Poudlard, Ecosse. Dans la vie, je suis en sixième année et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis en couple avec le jeune homme le plus recherché du monde magique, enfermée par les mangemorts pour subir un interrogatoire, blessée et épuisée et je le vis plutôt vraiment mal.

Informations supplémentaires ici.


Katherine McNamara ©️ CAROLE71

Eprouvait-il le moindre plaisir à la voir ainsi, affaiblie, épuisée ? Son regard méprisant semblait le prouver. Elle lui lança un regard de dégoût. Avec tout ce qu’on l’avait obligé à faire, avec tout ce qu’il avait vu, avec tout ce qu’il savait … comment pouvait-il encore se tenir debout devant elle ? Comment pouvait-il encore oser poser ce regard-là sur qui que ce soit ? Comment pouvait-il encore se regarder dans un miroir ? Ginny était persuadée que Malefoy n’était pas dénué de cœur. Il n’était pas fou à lier, comme Bellatrix. Il n’était pas habité par la soif de sang, comme Greyback. Il voulait seulement un respect qu’il n’avait pas gagné, il voulait seulement être ce pourquoi on l’avait élevé … un petit prince au sang-pur. Manque de chance, il avait réussi à détruire le peu de respect que certains avaient pour lui, et le prince était redescendu en bas de l’échelle. Il pouvait toujours essayer de la prendre de haut, au fond des cachots de Poudlard, ça ne changerait pas grand-chose, ni pour elle, ni pour lui.

« Ouais, j'y crois moyen, répliqua-t-il d’un ton moqueur. Tu sais que tu peux mourir ici sans que personne ne le sache, hein ? »

Ginny haussa les sourcils. Non. Elle était persuadée qu’il mentait. Il ne pouvait pas la tuer avant qu’elle ne lui ait donné les informations qu’il désirait. Et cela risquait de prendre du temps, puisqu’elle ne détenait pas ces informations. Au pire des cas, elle risquait d’être tuée lorsque, après lui avoir donné du véritaserum, ils se rendraient tous compte qu’elle disait la vérité depuis le début. Elle ne serait alors plus d’aucune utilité. Seulement, elle était une Weasley, avait un sang-pur. Cela pouvait-il lui être d’un quelconque secours ? Quel était le traitement réservé aux traitres à leur sang ?

« Dis-moi un peu, Weasley, repris Malefoy. Qu'est-ce que Potter t'a dit la dernière fois que vous vous êtes vus ? »

Ginny lutta pour ne pas laisser sa soudaine panique se lire sur son visage. La question était dangereuse. Pas parce qu’elle risquait de vendre Harry. La dernière fois qu’ils s’étaient vus, Harry était sous Polynectar, se faisant passer pour un cousin éloigné au mariage de Bill et Fleur. La dernière fois qu’ils s’étaient parlé, Ginny l’avait embrassé, dans sa propre chambre, espérant que, durant sa quête suicidaire, il se souviendrait de ce baiser, espérant qu’il ne l’oublie pas. Mais elle ne pouvait rien dire de tout cela à Drago Malefoy. C’était avouer que Harry Potter se trouvait au Terrier cet été. C’était avouer que ses parents avaient caché le sorcier le plus recherché d’Angleterre.

« On ne s’est pas revus depuis la fin de l’année scolaire. Et on ne s’est pas parlé depuis l’enterrement de Dumbledore. »

Elle marqua une pause, son regard accusateur figé dans celui de Malefoy, espérant voir poindre une once de culpabilité dans ses yeux gris.

« Il m’a quitté, avoua-t-elle alors. Ce jour-là, il m’a dit qu’on ne pouvait pas continuer ensemble, que c’était trop dangereux pour moi. Il avait peur que vous vous en preniez à moi. »

Elle lança un regard autour d’elle.

« On dirait bien qu’il avait tort. Finalement, le fait est que je suis là, coincée dans une cellule, alors que vous n’avez toujours pas la moindre idée de l’endroit où il se trouve … »

Il aurait mieux fait de m’emmener, pensa-t-elle si fort qu’elle était certaine que Malefoy avait pu le lire dans son regard triste.

« Je me demandais … reprit-elle, d’une voix blanche. Tu crois vraiment que, même si je te donne une information utile, tu en tireras de la gloire ? Je veux dire … tu n’es pas idiot, Rogue t’a déjà doublé une fois. Tu penses sérieusement qu’il ne recommencera pas, cette fois-ci ? »

De toute évidence, il n’avait pas envie de se contenter de l’entendre lui dire qu’elle ne savait rien. Ginny savait que, face à un interrogatoire poussé, elle risquait de déraper à tout moment. Elle voulait changer de sujet, tirer sur les cordes sensibles, le déstabiliser comme il essayait de le faire avec elle.

Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


On peut trouver la lumière, même dans les endroits les plus sombre - Mélicendre Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
On peut trouver la lumière, même dans les endroits les plus sombre - Mélicendre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [-16] On peut trouver du bonheur même dans les endroits les plus sombres : il suffit de se souvenir d'allumer la lumière [Pan]
» Kraknoix
» Rarete des equipements
» Journal d'un archéologue [PV]
» Quand on cherche des fleurs, on peut trouver autrui [Pv(?) : Tamura Akise]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers fantasy :: Harry Potter-
Sauter vers: